Parole d’enfant ► Fleur fanée


Si une vieille fleur on dit qu’elle est fanée alors les vieilles personnes c’est quoi ?
Nuage

 

Fleur fanée

 

 

« Leïna cueille une fleur fanée, elle me dit :

«  Regarde maman, une fleur toute vieille, on pourrait dire que c’est une mémé fleur!

Oui! On appelle ça une fleur fanée. »

Le lendemain, au cours d’une discussion Leïna me dit :

«  – Pourquoi les petites mémés ont du mal à marcher? Tu crois que c’est parce qu’elles sont vieilles…euh je veux dire fanées? » »

Leina 3 ans

Non à l’ironie


Nous voulions soulignez ici ceux qui cherchent l’âme soeur mais ne trouve pas, malgré les premiers pas, malgré un air de promesse rien n’aboutit, nous voulions aussi souligner l’amitié, certains sont sincères d’autres pas .. alors fermons la porte aux éphémères a ceux qui jugent pour tout et pour rien et ouvrons la porte aux gens qui sont meilleurs
Nuage

 

Non à l’ironie

 

 

 

J’ai rêvé au grand amour
Mais jamais, il n’est venu
Me rencontré au carrefour
Parmi tous ces inconnus

J’ai osé le provoquer
Malgré les mauvais regards
De moi, on s’est bien moqué
Ils m’ont donné le cafard

J’ai erré de cœur en cœur
Solitude en solitude
Trouvé l’amitié en chœur
Dès lors avec certitude
J’ai pu trouvé des âmes sœurs
Échangé en toute quiétude

Puis le vent soudain se lève
Transportant les murmures
Des cachoteries se soulèvent
Des fausses rumeurs d’imposture

Moi qui ne veux pas blesser
Moi qui cherche la bonne entente
Moi qui ne veut offensé
Moi qui veut que la détente

Vous jugez par ignorance
Comme des ânes très entêtés
A semer votre médisance
Cueillir l’animosité

Pourquoi ne voir que le mal ?
Quand je veux seulement le bien
Oui, pourquoi me faire si mal ?
Quand doit dominer le bien

Vous fouillez dans mes abîmes
Disloquer les lettres des vers
Éplucher les synonymes
Narrer l’histoire à l’envers
Pour récolter tout votre dîme
De votre verbiage pervers

Par une haine ou jalousie 
Vous tombez dans les méandres
De ragots de fantaisies
N’est à mon cœur que des cendres
De votre baratin roussi

J’aimerais tant déchiffrer
Quand je vois mes nerfs se tordre 
Devant le mépris filtrer
De vos regards en désordre

Pourtant, vous cherchez la joie
Chez moi, vous la refusez
Pour conquérir votre voie
D’un simple coup d’oeil vous rusez

Je dois fermer ma fenêtre
Conserver ma poésie
Vivre seulement pour le bien-être
Loin de toute hypocrisie
Partageant avec des êtres
Dans mon ciel que j’ai choisi

Tous ceux qui veulent bien me suivre
Mes bras ouverts sans limites
Les autres mon cœur n’est que givre
De leurs pensées qui s’effritent
La belle parole, j’en suis ivre
Frère et soeur, je vous invite

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
25 Janvier 2004

Le saviez-vous ► Superstition : le lapin dans la marine


Une superstition qui va jusqu’a bannir le mot lapin sur certains bateaux, tellement que sa présence peut occasionner des gros ennuis ..et ce même si la construction des navires sont plus solides 
Nuage

 

Superstition : le lapin dans la marine

 

Autrefois, les cargaisons des bateaux étaient saisies avec des cordes en chanvre. Des lapins qui par accident s’étaient échappés de leur cage, pouvaient donc les ronger, provoquant ainsi indirectement le naufrage du bateau lorsque les caisses dans les cales cognaient les parois. De plus, sur les bateaux en bois, le calfatage des planches se faisait avec de l’étoupe de chanvre que là aussi l’animal pouvait ronger amenant des voies d’eaux fatales au navire.

Depuis, les lapins vivants sont bannis de tout voyage maritime. Le terme « lapin » est même, pour certains marins, interdit sur leurs navires. On parle à demi-mot de « pollop », de « l’animal aux longues oreilles », de « cousin du lièvre », de « zébro », de « coureur cycliste », voire de la « langoustine des prés ».

L’origine de cette superstition est aujourd’hui largement battue en brèche, en majeure partie par le fait que bien plus souvent que les lapins c’était les rats qui rongeaient les amarres de l’avitaillement, or, le terme rat n’est absolument pas banni des bords.

Par ailleurs, l’Europe ne fut pas la seule à naviguer, les Arabes et les Chinois ne nourrissent aucune appréhension particulière à l’encontre des lapins.

Le tabou qui frappe le mot lapin est plutôt à rechercher du côté du symbolisme médiéval (époque à laquelle se forment les traditions maritimes modernes) et judéo-chrétien : le lapin est à l’époque un animal associé au domaine démoniaque, du fait de sa propension à forniquer fréquemment en premier lieu et de sa gueule bifide en second lieu. La mer étant alors considérée comme la majeure partie des espaces sauvages comme des espaces dévolus au malin, point n’était la peine d’en rajouter…

http://fr.wikipedia.org

Six jours, six nuits et 822 km pour un record insolite sur tapis de course


Un exploit souligné dans le livre des Records Guinness. Parcourir sur un tapis roulant 822 km tout en servant d’étude pour connaitre les réactions entre effort et sommeil demande beaucoup de discipline et une très bonne santé physique
Nuage

 

Six jours, six nuits et 822 km pour un record insolite sur tapis de course

 

La Cité des sciences et de l'industrie, à Paris

AFP/Archives

Au terme de 6 jours et 6 nuits passés sur un tapis de course, Michaël Micaletti, spécialiste des courses sur très grande distance, a vaincu la fatigue et établi samedi à Paris le nouveau record en la matière: 822,31 kilomètres, soit près de 70 km de mieux que le précédent.

Ce record se double d’une performance médicale puisque l’intéressé, sous la surveillance de spécialistes de la physiologie de l’effort et du sommeil, n’a dormi en tout que 12h30 sur les 144 h qu’ont duré sa « course », démarrée dimanche dernier et conclue samedi soir à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris.

Le record a été officiellement enregistré par le Guinness World Records.

A ses côtés, Philippe Dieumegard, cycliste juché sur son vélo statique (sans roues) installé sur un home-trainer, a parcouru 2.704 km pendant la même période. Un record qui ne figurera toutefois pas au Livre des records car seule une performance réalisée sur un vélo d’appartement peut l’être.

Ce défi « sportif et scientifique » était organisé par la Cité des sciences dans le cadre de la 8e Nuit européenne des musées.

Pendant tout l’exploit, Eric Mullens, spécialiste du sommeil, et son équipe ont enregistré notamment le rythme sommeil-veille des sportifs dans le cadre d’une étude visant à sensibiliser les personnes en dette de sommeil.

Michaël Micaletti « a fait 47 épisodes de sommeil de 16 minutes en moyenne, c’est-à-dire 47 siestes depuis son départ dimanche soir », a indiqué à l’AFP ce médecin du laboratoire du sommeil de la Fondation Bon Sauveur d’Alby.

« Dans nos enregistrements, on s’est rendu compte que, plus on avançait dans la semaine, plus ces périodes de sieste devenaient riches en sommeil profond et donc que ce sommeil devenait de plus en plus réparateur », a-t-il ajouté.

« C’est un rêve éveillé », a commenté Michaël Micaletti.

« Ce qu’on recherche? L’aventure, une aventure intérieure… On va pour se rencontrer soi-même, se connaître, quand je cours je suis à la recherche de la foulée parfaite », a-t-il ajouté.

http://actualites.ca.msn.com

Peut-on devenir accro aux salons de bronzage ?


Le cerveau nous joue des tours .. car il nous rends dépendant a certaines activités qui au premiers abords a l’air bien inoffensif mais qu’a la longue est un danger voir mortelle pour la santé. Ce n’est pas pour rien qu’au Québec, un projet de loi pour interdire aux  moins de 18 ans les salon de bronzage est en attente pour être adopter
Nuage

 

Peut-on devenir accro aux salons de bronzage ?

 

Le printemps est là, le beau temps cogne déjà à la porte, mais notre peau est un blanc laiteux à faire pâlir l’hiver.

Heureusement, les salons de bronzage nous acceuillent à bras ouverts pour nous faire un teint halé

Sauf que … les personnes qui s’adonnent a ces plaisirs solaires développent une dépendance similaire à celle que peut créer la drogue. Les scientifiques s’en doutaient,  mais une plongée dans le cerveau des utilisateurs pendant une séance de bronzage l’a confirmé.

Selon une étude publiée en avril 2011 dans le journal Addiction Biology, plusieurs régions du cerveau jouant un rôle dans la dépendance sont activées lorsque ces individus sont exposés aux rayons UV.

Voilà qui pourrait expliquer pourquoi certains adeptes du bronzage artificiel intensif ont du mal à s’arrêter malgré les risques connus de cancer ou de vieillissement prématuré de la peau. Sans parler de l’apparition précoce de rides …

7 Jours/Extra/La science à coeur/Comment ça marche?/Avril 2012

Plus de filles naissent durant les famines


Une façon qui permet de donner aux générations suivantes la possibilité de procréer pour la survie de l’être humain en période de famine.
Nuage

 

Plus de filles naissent durant les famines

 

© Shutterstock

Agence QMI

En période de famine, les femmes donnent naissance à davantage de bébés filles, selon une étude menée par des chercheurs de la City University of New York.

Ce phénomène prend environ un an à se mettre en place après le début d’une famine, et semble démontrer que les conditions environnementales peuvent influer sur le sexe des enfants conçus, selon les scientifiques.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données relatives à 300 000 femmes chinoises qui ont donné naissance à des enfants de septembre 1929 à juillet 1982. Ils ont constaté une baisse significative du nombre de naissances de bébés garçons après la grande famine en Chine, qui a duré de 1958 à 1962 et durant laquelle plus de 30 millions de personnes sont mortes.

Le ratio des sexes, de 109 garçons pour 100 filles en avril 1960, passe à 104 garçons pour 100 filles deux ans après la fin de la famine.

L’auteur principal de cette étude, le démographe Shige Song, estime que certaines théories sur l’évolution humaine pourraient expliquer ce phénomène. Ainsi, en période de disette, les garçons qui voient le jour risquent d’être moins bien nourris, seront en moins bonne santé, et auront donc plus de difficulté à transmettre leurs gènes. L’être humain serait donc doté d’un mécanisme qui accroît les naissances de bébés filles, phénomène qui permettrait d’assurer la survie de l’humanité.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique Proceedinds of the Royal Society – Biolog.

http://sante.canoe.ca

Séisme dans le nord-est de l’Italie: au moins six morts


Cela n’a pris une vingtaine de seconde pour que la vie de milliers de gens se retrouvent dans la terreur ,.. vingtaine de seconde pour que des certains soient victimes des tremblement de la terre … dans un pays propice aux séismes
Nuage

 

Séisme dans le nord-est de l’Italie: au moins six morts

 

Le séisme, de magnitude révisée à 6 (5,9 dans un premier temps), a été enregistré par l’institut national de géophysique à 04H04 (22H04, heure de Montréal).

PHOTO: AP

Dario THUBURN
Agence France-Presse
FERRARE

Au moins six personnes sont mortes et des dizaines d’autres ont été blessées après un fort séisme qui a frappé dans la nuit de samedi à dimanche la célèbre région de Ferrare (nord-est de l’Italie), au patrimoine classé, détruisant hangars, maisons et clochers.

Parmi les victimes figurent quatre ouvriers qui travaillaient de nuit dans des usines. Un Marocain de 29 ans a été tué par la chute d’une poutrelle lors de l’écroulement d’un hangar d’une fabrique de polystyrène expansé à Ponte Rodoni di Bondeno. Deux autres ouvriers italiens ont succombé dans une usine de céramique à Sant-Agostino, quand le toit est tombé sur eux.

L’un des deux, Nicola Cavicchi, 35 ans, «voulait aller à la mer, mais avec les mauvaises prévisions météo, il avait décidé d’aller travailler, pour remplacer un collègue malade», ont raconté ses parents en larmes.

Le corps d’un quatrième ouvrier a été retrouvé dans la matinée sous les décombres d’une fonderie dans un autre village de la zone.

Deux femmes sont décédées après avoir été prises de malaise à la suite du déclenchement du séisme: une Allemande de 37 ans qui était en déplacement de travail, près de Bologne et une femme de plus de cent ans.

En revanche, une petite fille de 5 ans restée emprisonnée sous les ruines de sa maison à Finale Emilia a été sauvée par les pompiers grâce à un échange téléphonique par delà l’Atlantique.

«Mon fils, à New York, était sur internet quand il a vu la nouvelle du tremblement de terre. Il nous a tout de suite appelés. Et c’est d’Amérique qu’il a réussi à alerter les secours que nous n’arrivions pas à joindre», a raconté à l’Ansa Adriano Ziosi, 64 ans, décorateur à la retraite.

«La fillette est restée calme, alors qu’elle était recouverte d’un mètre et demi de décombres. Son papa s’est démené comme un lion pour lui libérer le visage et la faire respirer. La protection civile a fait le reste», a raconté un voisin, Andrea Giovanardi, 50 ans, qui a participé aux premiers secours.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées dans la région de Ferrare et de Modène, zone de l’épicentre, mais aucune ne serait gravement atteinte.

Le séisme, de magnitude révisée à 6 (5,9 dans un premier temps), a été enregistré par l’institut national de géophysique à 04H04 (22H04, heure de Montréal). Il est survenu à 5,1 km de profondeur. Son épicentre a été localisé à Finale Emilia, à 36 km au nord de Bologne.

La forte secousse sismique a duré une vingtaine de secondes interminables. Elle a été ressentie dans tout le nord-est de la péninsule, de l’Émilie-Romagne à la Vénétie -une famille de touristes colombiens a raconté à l’AFP avoir été prise de panique à Venise-, et même plus légèrement en Lombardie, dans le Frioul ou en Toscane.

Elle avait été précédée d’une première, qui n’avait pas causé de dommages, et suivie de deux autres, moins fortes. Selon des experts, cette atténuation des secousses laisse présager que le pire est passé.

«Nous avons eu très peur, tout le village est descendu dans la rue après la première secousse, après la deuxième, beaucoup ont trouvé refuge dans leur voiture, mais heureusement, les dégâts sont plutôt limités et concernent surtout les églises», a indiqué à l’agence Ansa, Umberto Mazza, le maire de Ostiglia, près de Mantoue.

Dans une manifestation de confiance visant à rassurer les citoyens, les bureaux électoraux se sont ouverts comme prévu pour le deuxième tour des élections municipales à Piacenza, Parme, Budrio et Comacchio.

Autre signe de normalisation: les principales liaisons ferroviaires ont repris.

Dans la zone la plus touchée se succèdent maisons à demi écroulées, amoncellements de gravats sur les routes, corniches d’églises ou de tours détachées.

Les images de télévision montrent des milliers d’habitants descendus de nuit dans les rues de villes comme Bologne, parfois encore en pyjamas et recouverts de couverture, mais gardant le calme.

Sous l’impact de ce séisme, qui est équivalent dans son intensité à celui de L’Aquila en 2009, plusieurs joyaux architecturaux de villages proches de Ferrare ont été endommagés.

Des dégâts importants sont ainsi survenus dans la petite ville de San Felice, où une église s’est écroulée. De nombreux monuments historiques, dont l’hôtel de ville, y ont été endommagés, leurs murs lézardés.

Dans la région de Bologne, la partie supérieure d’une tour du château de Galeazza s’est détachée.

Plusieurs hôpitaux ont été évacués par mesure de sécurité, dans la crainte de nouvelles secousses.

Selon Enzo Boschi, sismologue très connu en Italie, «il n’est pas vrai qu’il n’y a pas de séisme dans la plaine du Pô». «Ferrare en a subi un très important au quinzième siècle dont on peut encore voir les traces», a-t-il rappelé.

«L’Italie est un pays hautement sismique. Ce que nous savons avec précision est que 5,9 de magnitude ou 6 est le maximum qui s’est produit dans ces zones par le passé», a-t-il dit.

L’Italie est encore traumatisée par le séisme de L’Aquila, dans les Abruzzes, plus au sud de la péninsule, qui avait causé la mort de 309 personnes et privé 80 000 de leurs logements.

http://www.lapresse.ca