Le Saviez-Vous ► L’Australie n’existe pas (et autres conspirations géographiques faciles)


Je n’arrive pas à croire que des gens sont si ignorant et vont être adepte à ce qu’on appelle la conspiration géographique. Est-ce une blague ? Qu’est-ce qui est pire, qu’on croit que la Terre est plate ou que l’Australie n’existe pas ?
Nuage

 

L’Australie n’existe pas (et autres conspirations géographiques faciles)

 

/

Ce qu’ils appellent des «kangourous» | Mark Ralston / AFP

Repéré sur The Guardian

Repéré par Léa Polverini

On nous ment.

Les kangourous? Avec leur poche ventrale, leur allure de vélociraptor mignon et leurs grandes oreilles? Qui a sérieusement pu croire à leur existence? Et que leur pays soit, comme de par hasard, le seul au monde où l’on puisse retrouver des «bilbys» (ou «rats à long nez»), des «wombats» («à nez poilu») et des «kookaburras» (à gros bec) qui se bidonnent comme des tordus tout à la fois? Vous plaisantez? Australie pays de légende: l’Australie, ça n’existe pas.

Une invention des Britanniques

La théorie a émergé, une fois n’est pas coutume, sur Reddit, début 2017. Depuis, elle fait des retours épisodiques sur la toile, mettant en scène des affrontements entre conspirationnistes farouches qui défendent l’idée que le pays des koalas (et, au passage, d’une bagatelle de 24,13 millions d’habitants) est en vérité une invention de l’Angleterre lui ayant permis de tuer des centaines de milliers de prisonniers plutôt que de les envoyer dans «un pays à l’autre bout du globe», et Australiens fâchés d’être mis en doute dans leur existence même.

Aussi exceptionnelle que puisse sembler l’Australie (on y trouve aussi des ornithorynques), elle n’est pourtant pas la seule victime d’élucubrations géographico-complotistes éructées à tour de bras par de fins limiers autoproclamés.

La Finlande par exemple, fut en son temps –2015, Reddit encore– un terreau fertile pour théories saugrenues. Ce pays entre la Suède et la Russie? Rien de plus qu’une fiction conçue pour couvrir une colonie de pêche japonaise permettant l’exportation de sushis vers le Japon via le transsibérien, ce dernier ayant été construit spécialement pour cette route du poisson (la ligne a été ouverte en 1916, soit un an avant l’indépendance de la supposée Finlande: coïncidence?), et les sushis étant déguisés en cargaisons de «produits Nokia» (la plus grosse compagnie finlandaise, dont le Japon est aussi le plus gros importateur: coïncidence?).

Et puis, après tout, «aucun pays réel ne pourrait accorder autant d’importance prioritaire à l’éducation, aux soins de santé, à l’égalité des sexes, au taux d’alphabétisation, à la stabilité nationale, et être le gouvernement le moins corrompu au monde, avec une liberté de la presse. C’est un concept conçu pour que les pays et les gens y aspirent».

De la blague locale au mème intergalactique

Même chanson pour le Molise, cette charmante région de l’Italie du sud, ou encore l’Acre, dans la région Nord du Brésil, dont les blagues des locaux ont peu à peu donné naissance aux rumeurs les plus inspirées.

Le comique de répétition ne vieillit pas, puisque, comme le rappelle le Guardian, déjà en 1993, des utilisateurs allemands d’Usenet, un réseau de forums, faisaient tourner un canular qui a gagné ses lettres de noblesse sous l’appellation du «complot de Bielefeld». La ville industrielle de Rhénanie-du-Nord-Westphalie était supposée être une pure construction concertée de la CIA, du Mossad et, éventuellement, d’extraterrestres dirigés par un certain Ashtar Sheran aux longs cheveux blonds. Censé tourner en dérision la théorie du complot, le hoax est devenu national voire international, et a tranquillement traversé les décennies, jusqu’à Angela Merkel qui y faisait encore un clin d’œil en 2012.

«La beauté des memes est qu’ils sont malléables et que chacun peut avoir sa propre interprétation des choses et s’impliquer dans la blague, racontait l’écrivaine Mollie Goodfellow au Guardian. Je pense que cela dit que nous aimons tous faire partie de la blague, surtout en ligne, où souvent peuvent se former différentes cliques et sous-groupes.»

À l’ère des fake news, il s’agit toutefois d’être rigoureux: quoi qu’en disent les mauvaises langues, la promenade du Corso qui mène chaque soir les Termolesi jusqu’au castello svevo di Termoli (l’un de ces monuments dudit Molise) suffirait à elle seule à prouver l’existence de l’Italie tout entière, quand une petite brise rafraîchit la côte aux dernières heures d’une fin de journée encore à demi ensoleillée.

Quant à l’Australie…​

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Un laboratoire américain aurait créé un hybride humain-chimpanzé il y a un siècle


À prendre avec un grain sel. Je doute vraiment qu’un humanzee aurait été créé surtout dans les années 1920, même si nous partageons avec les chimpanzés quelque chose comme 99% de notre ADN. Bref, je crois plus que c’est une rumeur qu’autre chose
Nuage

 

Un laboratoire américain aurait créé un hybride humain-chimpanzé il y a un siècle

 

Crédits : DR

 

par  Mehdi Karam

L’humanzee est un hybride entre le chimpanzé et l’humain tout aussi terrifiant qu’hypothétique.

Physiquement, il possède donc la morphologie d’un primate adulte avec des traits plus ou moins humanoïdes, et une faculté supérieure à celle de ses semblables à se tenir droit. Qu’on se le dise, l’humanzee (prononcer human-zée) a tout d’une lubie de savant fou, et met sur la table de sacrées questions d’éthique. Alors qu’on pensait une telle création impossible, des scientifiques auraient pourtant réussi à en créer le premier spécimen, dans les années 1920, prétend le psychologue américain Gordon Gallup, de l’université d’Albany, dans un entretien accordé au Sun. Sous le coup de la panique, ses créateurs, membres d’un obscur laboratoire de Floride, l’auraient tué sur le champ.

« Ils ont inséminé un chimpanzé femelle avec du sperme humain provenant d’un donneur non divulgué, et les chercheurs ont affirmé non seulement que la grossesse avait eu lieu mais qu’elle était arrivée à terme et avait donné lieu à une naissance », raconte le Pr Gallup face à la noirceur d’une telle expérience.

Ces détails, le professeur les a appris au cours des années 1970, de la bouche d’un grand professeur dont il tient à préserver l’anonymat. Si ses propos apparaissent ainsi comme conjecturaux, ils ont bon d’attirer de nouveau l’attention sur une rumeur datant d’il y a un siècle.

Quant à l’humanzee supposément créé, il n’aurait pas vécu longtemps.

Car « après quelques jours ou semaines, ils ont commencé à prendre en compte les implications morales d’une telle création et le nourrisson a été euthanasié », affirme le Dr Gallup.

Ce n’est pas la première fois que cet éminent scientifique aborde le sujet. En 2009, il avait déjà évoqué la même « source crédible » qui lui aurait confirmé l’authenticité de l’expérience avant de se rétracter, la même année. Reste à voir si cette fois-ci également, il se rétractera.

Sources : The Sun / Florida Times-Union

http://www.ulyces.co

Le Saviez-Vous ► La vitamine C prévient le rhume ? Faux


La vitamine C est importante pour la santé, cependant dire qu’elle agit préventivement contre le rhume n’est pas tout à fait vrai. Sauf, pour certains groupes spécifiques, mais pour les gens en général, prendre des suppléments de vitamine C est de l’argent dépenser pour pas-grand-chose
Nuage

 

La vitamine C prévient le rhume ? Faux

 

VITAMIN C

Agence Science-Presse  |  Par Le Détecteur de rumeurs

 

Voilà près de 50 ans qu’on vante les mérites de la vitamine C pour la prévention et le traitement des rhumes. Pourtant, la prise de suppléments d’acide ascorbique pour prévenir l’apparition d’un épisode de rhume semble tout à fait inutile… ou presque.

Origine de la rumeur

Peu de gens savent que cette croyance a été popularisée par Linus Pauling. Ce chimiste américain a remporté le Nobel dans son domaine en 1954, en plus de gagner un Nobel de la paix en 1962.

Mais c’est surtout en raison de ses propos controversés sur la vitamine C qu’on se souvient de Pauling aujourd’hui. Dès la fin des années 1960, le chimiste postule que pour maintenir une bonne santé, vivre plus longtemps et prévenir les maladies, il faut consommer des doses de vitamines C beaucoup plus grandes que les apports journaliers recommandés. Il ira jusqu’à prendre lui-même 18 000 mg de vitamine C par jour, soit 200 fois la dose recommandée de 90 mg !

Emballé, il publie en 1970 le livre Vitamin C and the Common Cold (La vitamine C et le rhume). Il y recommande de prendre 1000 mg par jour de vitamine C afin de diminuer le risque de contracter un rhume, d’en réduire sa durée et sa sévérité. C’est 11 fois la dose journalière recommandée.

Le livre de Pauling connaît un immense succès. Vers le milieu des années 1970, plus de 50 millions d’Américains suivent ses recommandations et les ventes de vitamine C quadruplent aux États-Unis. Les pharmaciens et les manufacturiers se félicitent de ce qu’ils appellent « L’effet Linus Pauling » sur leurs affaires, mais les scientifiques ne sont pas si enthousiastes. De nombreuses études menées en double-aveugle démontrent que la vitamine C n’a pas plus de valeur qu’un placebo pour combattre le rhume. Pauling refuse d’y croire et va même jusqu’à affirmer que des doses élevées de vitamine C prises au quotidien peuvent guérir le cancer. Mais ça, c’est une autre histoire et le Détecteur de rumeurs y reviendra dans un prochain texte.

Pauling était-il atteint de « Nobelite » un symptôme qui semble pousser certains lauréats à adopter des théories étranges et non scientifiques dans les années qui suivent l’attribution de ce prix ? Toujours est-il que l’entêtement de Linus Pauling lui fit perdre le respect de la communauté scientifique et le fit tomber dans l’oubli jusqu’à sa mort en 1994… des suites d’un cancer.

Autant d’épisodes de rhume

Mais qu’en est-il de la recherche sur la vitamine C et la prévention du rhume aujourd’hui ? Une méta-analyse du groupe Cochrane, publiée en 2013, s’est intéressée aux résultats de 29 études effectuées auprès de plus de 11 000 participants. Elle a démontré que la prise de vitamine C sur une base régulière n’est pas efficace pour prévenir le rhume chez l’humain. En d’autres mots, le nombre d’épisodes de rhume demeure le même, que l’on prenne ou non de la vitamine C.


Des rhumes qui durent à peine moins longtemps

Les résultats de l’analyse montrent que la prise régulière de suppléments de vitamine C diminuerait la durée du rhume de 8 % en moyenne chez les adultes et de 14 % en moyenne chez les enfants. La plupart des études ont obtenu ces résultats avec des doses de 1 000 mg par jour.

Cette diminution semble significative, mais il faut la mettre en perspective. On estime qu’un adulte connait 2 ou 3 épisodes de rhumes par année, pour une moyenne de 12 jours par an. Prendre 1 000 mg de vitamine C tous les jours réduirait donc le nombre moyen à 11 jours. Un enfant, pour sa part, serait malade 24 jours en moyenne au lieu de 28 jours. D’un point de vue pratique et économique, il semble donc peu raisonnable d’ingérer des mégadoses de vitamine C tout au long de l’année si les seuls effets bénéfiques anticipés sont de réduire chaque épisode de rhume de quelques heures.

Par ailleurs, la prise de vitamine C ne diminuerait pas la gravité des symptômes. En d’autres termes, on ne se sent pas moins malade.


Quelques exceptions

Des études ont toutefois démontré que la prise quotidienne de suppléments de vitamine C peut réduire les chances d’attraper un rhume chez certains groupes spécifiques de personnes, comme les soldats dans des environnements subarctiques, les skieurs et les marathoniens.

Verdict

Pour la population générale, la prise de suppléments de vitamine C dans le but de prévenir l’apparition d’un épisode de rhume ou de le guérir semble peu intéressante, voire tout à fait inutile.

– Eve Beaudin en collaboration avec Extenso

À savoir sur la vitamine C

– La dose journalière de vitamine C recommandée est de 90 mg pour les hommes et de 75 mg pour les femmes.

– Une alimentation équilibrée permet normalement de recevoir cette dose journalière.

– Les meilleures sources sont les fruits citrins (oranges, pamplemousses), les baies, les légumes comme les tomates, les pommes de terre, le brocoli, les épinards, etc. Pour des informations additionnelles à ce sujet, consultez ce document.

– Pour la population générale, les suppléments de vitamines C ne sont pas recommandés. Les grandes agences de santé publique ne recommandent pas non plus d’en prendre pour prévenir ou traiter un rhume.

– Notre organisme ne peut pas emmagasiner de la vitamine C. Le surplus ingéré se retrouve dans l’urine.

– La dose maximum tolérable est de 2 000 mg. Au-delà de ce seuil, on peut avoir des nausées, des diarrhées, des troubles gastro-intestinaux ou développer des pierres aux reins.

L’astuce du Détecteur de rumeurs

Quand il s’agit de vérifier une information touchant à la recherche en santé, le Détecteur de rumeurs recommande le Groupe Cochrane, une organisation internationale, indépendante et à but non lucratif. Plus de 37 000 contributeurs dans plus de 130 pays élaborent les revues systématiques Cochrane sur les effets des traitements ou des interventions dans tous les domaines touchant à la santé. Elles constituent une des sources de données en santé les plus fiables. Des milliers de revues scientifiques sont disponibles en ligne dans la Bibliothèque Cochrane. Elles peuvent être consultées par les professionnels de la santé et par le grand public, mais seules les conclusions des analyses sont disponibles gratuitement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ►Les fausses informations ne sont pas nouvelles: elles ont conduit des juifs au bûcher au XVe siècle


2016 à été l’année qu’on a prise conscience que les fausses informations sur les réseaux sociaux ont marqué l’histoire. Avec l’invention de l’imprimerie, les rumeurs ont occasionné de nombreux meurtres d’innocents, Quoique cela a toujours existé que des gens préfèrent croire à des rumeurs et accusés des personnes, des ethnies que de chercher le fond des choses. Et c’est encore plus vrai aujourd’hui
Nuage

 

Les fausses informations ne sont pas nouvelles: elles ont conduit des juifs au bûcher au XVe siècle

 

Une illustration du sacrifice de Saint-Simon, une fausse information selon laquelle des juifs auraient bu le sang d'un bébé chrétien | Hartmann Schedel's Weltchronik, 1493

Une illustration du sacrifice de Saint-Simon, une fausse information selon laquelle des juifs auraient bu le sang d’un bébé chrétien | Hartmann Schedel’s Weltchronik, 1493

Repéré par Emeline Amétis

L’histoire du meurtre de Saint-Simon est une fausse information qui a conduit à l’assassinat de nombreux juifs au XVe siècle.

Vous pensez le problème des fausses informations récent? Qu’il est en partie dû aux réseaux sociaux? Détrompez-vous, il existe depuis l’invention de l’imprimerie par Johannes Gutenberg en 1439, rapporte Politico Magazine.

Dejà en 1475, les fausses informations avaient des conséquences tragiques. Cette année-là en Italie, un enfant de 2 ans et demi est porté disparu dans la province de Trente. Le jour du dimanche de Pâques, le prêtre franscicain Bernardin de Feltre fait de cette disparition le sujet de son prêche: pour lui, c’est sûr, c’est la communauté juive qui a commandé le meurtre du petit Simonino pour célébrer la Pâque juive en buvant son sang. La rumeur se diffuse. Le prêtre en rajoute en clamant à qui veut l’entendre que le corps du petit garçon a été retrouvé dans la cave d’une famille juive. Le prince-évêque de la province, Johannes IV Hinderbach, prend alors la décision de faire arrêter et torturer tous les juifs de Trente. Quinze d’entre eux ont été jugés coupables et brûlés au bûcher.

«Cette histoire a inspiré des communautés environnantes à commettre des atrocités similaires», raconte Politico.

Une ferveur antisémite impossible à contrer

Si la papauté a reconnu que les accusations de Bernardin de Feltre étaient fausses, le prince-évêque, se sentant menacé, a continué à propager de fausses informations au sujet des juifs «buveurs de sang d’enfants chrétiens». Pour s’attirer la faveur du peuple, Johannes IV Hinderbach a canonisé le petit Simonino, devenu Saint-Simon, en lui attribuant des centaines de miracles.

La ferveur populaire pour ces thèses antisémites rendait l’intervention de la papauté impossible.

 «Aujourd’hui, ces fausses histoires de juifs « buveurs de sang » —qui remontent au XIIe siècle— sont reconnues comme faisant partie des fondements de l’antisémitisme par les historiens», souligne Politico.

La propagande nazie s’est d’ailleurs servi de ces rumeurs du XVe siècle.

«Ce qui est sans doute le plus terrifiant, c’est de constater la longévité et la puissance des fausses informations», regrette le site d’information. «Un site antisémite clame toujours que ces histoires de juifs « buveurs de sang » sont vraies. Certaines fausses informations ne meurent jamais.»

http://www.slate.fr/

L’attaque d’une pizzeria montre la dangerosité des fausses nouvelles


Je déteste les sites qui font des propagandes de fausses nouvelles. C’est bien un exemple qui aurait pu tourner au drame et aurait pu faire des victimes innocentes
Nuage

 

L’attaque d’une pizzeria montre la dangerosité des fausses nouvelles

 

Des sites conspirationnistes continuent d'affirmer sans preuve à... (PHOTO AP)

Des sites conspirationnistes continuent d’affirmer sans preuve à l’appui que la pizzeria Comet Ping Pong est liée à un réseau pédophile.

PHOTO AP

 

PAUL HANDLEY
Associated Press
Washington

L’irruption d’un tireur dans une pizzeria de Washington, objet d’une nouvelle mensongère la liant à un réseau pédophile et impliquant un proche de Hillary Clinton, montre les dangers de la propagation de fausses informations sur internet et sur les réseaux sociaux.

L’incident est survenu dimanche dans un quartier huppé de la capitale lorsque Edgar Maddison Welch, 28 ans, s’est présenté à la pizzeria Comet Ping Pong armé d’un fusil d’assaut pour, selon ses dires, enquêter personnellement sur l’affaire désormais connue sous le nom de «Pizzagate».

Le jeune homme, qui a affirmé avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres en voiture depuis la Caroline du Nord pour assouvir sa curiosité, a rapidement été arrêté par la police, qui a découvert deux autres armes.

Il a fait usage de son fusil d’assaut, mais personne n’a été blessé.

Les motivations avancées par ce tireur constituent une nouvelle escalade dans les conséquences de la diffusion de fausses rumeurs sur internet dans le contexte de la campagne électorale américaine.

«Ce qui s’est passé (dimanche) prouve que le fait de promouvoir des théories du complot fausses et irréfléchies a des conséquences», a déploré dans un communiqué le propriétaire de cette pizzeria à la clientèle familiale, James Alefantis.

Edgar Maddison Welch... (AP) - image 2.0

Edgar Maddison Welch

AP

Son établissement subit une vague de harcèlement en ligne depuis la publication début octobre par WikiLeaks d’emails de John Podesta, le directeur de campagne d’Hillary Clinton. Dans ces courriels était évoquée une soirée de levée de fonds à laquelle M. Alefantis avait été associé.

Cette révélation a été le point de départ d’une rumeur  infondée affirmant que son restaurant servait de façade à un réseau de pédophilie. Outre des commentaires violents sur les réseaux sociaux, l’établissement de la capitale américaine et les boutiques alentours ont été menacés par des personnes ayant fait le déplacement jusqu’à culminer avec l’attaque armée.

Le fils de Michael Flynn impliqué

«J’espère que ceux qui ont attisé ces tensions vont prendre un moment pour réfléchir à ce qui s’est passé ici (dimanche) et cesser immédiatement de propager ces mensonges», a lâché James Alefantis.

L’initiative du jeune tireur montre que les nombreux démentis visant à classer indéniablement le Pizzagate au rang des histoires fantaisistes ne portent pas forcément leurs fruits.

Des sites, comme Infowars connu pour relayer des théories conspirationnistes et des idées d’extrême droite, continuent d’affirmer sans preuve à l’appui que la pizzeria Comet est liée à un réseau pédophile.

Et le fils d’un membre de la future équipe du président élu Donald Trump s’est lui-même impliqué dans la polémique après l’attaque de dimanche.

Michael G. Flynn, dont le père a été choisi pour diriger à partir de janvier le puissant Conseil de sécurité nationale (NSC) a relayé plusieurs messages alimentant la rumeur et affirmé dans un tweet que «jusqu’à ce qu’on prouve que le Pizzagate est faux, ça restera une histoire».

L’ancien général dont la nomination fut l’une des premières annoncées par M. Trump ne s’est pas exprimé directement sur le sujet. Début novembre, il avait cependant relayé dans un tweet un article associant Hillary Clinton à des affaires pédophiles.

La propagation de rumeurs a toujours existé dans la politique américaine mais, avec internet, elles se répandent désormais plus rapidement et plus largement et sont plus difficiles à démentir, estiment les experts.

«Les détails de la théorie du complot connue sous le nom de Pizzagate» ne méritent pas d’être mentionnés; le problème en soit ferait sourire s’il n’était pas relayé de la base vers le sommet par des figures de premier plan associées à la sécurité nationale», ont estimé les experts en sécurité du groupe Soufan.

http://www.lapresse.ca/

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris


Après l’attentat à Paris et grâce à Internet, le monde entier fut au courant dès les premières minutes des horreurs. Malheureusement, certaines personnes malintentionnées et d’autres qui relaient les nouvelles (comme cela m’est déjà arrivé ainsi que des médias sérieux) des fausses rumeurs peuvent circuler, ce qui arrivé aussi lors de d’autres attentats dans le monde. Voici quelqu’unes  …
Nuage

 

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris

 

attentats de paris

Sur Internet, des rumeurs naissent de la confusion, de la panique ou d’esprits mal intentionnés.

Photo: Capture d’écran

FACT-CHECKING – Comme souvent lors d’événements graves, de nombreuses rumeurs et fakes circulent sur Internet à la suite des attaques meurtrières qui ont touché Paris vendredi soir, liés à la confusion, à la panique ou à des esprits mal intentionnés. « 

Metronews « vous aide à faire le tri.

► Non, il n’y a pas eu de coups de feu à Bagnolet ce samedi matin

En tout début d’après-midi, ce samedi 14 novembre, la rumeur de coups de feu tirés vers la porte de Bagnolet, dans l’Est de Paris, a commencé à circuler sur Twitter. Renforcée par la présence d’un hélicoptère de la sécurité civile survolant la zone. Après vérification, la police a découvert qu’il s’agissait d’explosions de pétards dans le cadre d’un mariage. A fortiori, ça n’a donc pas « rafalé » à Bagnolet, comme a pu l’affirmer un twitto en utilisant des photos sanglantes prises… au Brésil, à la suite d’un cambriolage de banque qui a mal tourné en octobre (la preuve ici, attention les images peuvent choquer).

En janvier déjà, dans les jours suivant l’attentat contre Charlie Hebdo, des rumeurs de ce genre s’étaient également multipliées dans différents quartiers de la capitale, la moindre détonation créant une inquiétude compréhensible parmi les habitants.

De la même manière, l’information (relayée par plusieurs médias dont metronews) faisant état, ce samedi, d’un véhicule ayant forcé un barrage policier dans les Yvelines, s’est révélée fausse. Alertée par des appels, la police a mené l’enquête et n’a pas trouvé trace de ce véhicule.

► Non, les attaques n’avaient pas été annoncées sur Jeuxvideo.com

La rumeur est partie de la capture d’écran d’un commentaire supposément écrit sur le site jeuxvideo.com, daté du 5 novembre à 21h26, sous le pseudo cobra-sa-76 : « 

D’ici qqch jours il y aura des attentats un peu partout dans Paris. Dans des endroits différents. Protégez vous (…) ».

En fait, le commentaire original posté par ce pseudo ce jour-là à cette heure exacte dit ceci :

« Bonjour je note sur ce site de plus en plus de topics ou les forumeurs se plaignent (à juste titre) de la page de pub qui s’incruste en full screen sur nos écrans , c’est juste insupportable! … il serait bien que les administrateurs se renseignent sur les effets néfastes du « forcing » en matiére de pub , c’est ringard , inutile, et ça irrite tout le monde…. merci pour nous les gars ».

Rien à voir, donc. Quant à un autre post faisant état d’une « série d’attentats » à compter du « 13 novembre », il date non de cette année mais du 26 septembre 2014.

► Non, il n’y a pas eu de fusillade aux Halles vendredi soir

Dans la confusion de la soirée du vendredi 13 novembre, alors que des fusillades avaient déjà éclaté autour de la place de la République à Paris, la rumeur de tirs dans le quartier des Halles a émergé. De même qu’au Trocadéro ou à Belleville. En fait, outre les explosions qui ont touché les abords du Stade de France à Saint-Denis, 5 lieux ont été touchés dans Paris intra muros, rive droite, dans les 10e et 11e arrondissements : deux restaurants proches du canal Saint-Martin autour de 21h30 (rues Alibert et Fontaine au roi), puis la salle de concert du Bataclan peu avant 22 heures, ainsi que rue de Charonne et la terrasse d’une brasserie boulevard Voltaire, non loin de la place de la Nation.

► Non, quatre policiers n’ont pas été tués durant l’assaut au Bataclan

« Quatre policiers tués lors de l’assaut au Bataclan » : dans la confusion de la nuit, l’information a circulé jusque dans certains médias. Elle était erronée. Selon le syndicat majoritaire chez les commissaires de police, le SCPN, un commissaire de l’Eure, qui assistait au concert au moment de l’attentat contre le Bataclan, a bien été gravement blessé par les tirs des assaillants. Un gardien de la paix parisien hors service, qui se trouvait à la terrasse d’un café ciblé par l’attaque de la rue de Charonne, a par ailleurs été tué.

Attention aux fausses infos qui circulent après les attentats à Paris

► Non, l’incendie la « Jungle de Calais » n’avait rien à voir avec les attentats

Peu après minuit vendredi, un incendie s’est déclenché dans l’immense camp sauvage de migrants de Calais, surnommé la « Jungle ». Quelque 2500 m2 de tentes et de cabanons ont brûlé sans faire de victime. Coïncidence ? Certains twittos n’y ont pas cru, reliant aussitôt l’événement aux attaques de Paris. Ce que le sous-préfet de permanence, Régis Elbez, a dû démentir dans la nuit à l’AFP :

« L’incendie n’est pas lié aux événements de Paris car c’est un feu d’origine électrique ».

► Non, il n’y a pas eu de rassemblement spontané en Allemagne vendredi soir

L’image qui circulait dès vendredi soir sur Twitter, montrant « des milliers » d’Allemands se rassemblant spontanément dans la rue en hommage aux victimes des attentats de Paris, était un fake. Comme l’a très vite signalé un journaliste de Libé Désintox, il s’agissait de la photo d’une manifestation du mouvement Pegida en décembre dernier. La preuve : elle illustrait déjàun article sur le sujet le 18 décembre 2014.

► Non, l’Empire State Building n’était pas bleu blanc rouge vendredi soir

De même, l’image qui circulait du haut de l’Empire State Building à New York, illuminé en bleu blanc rouge en signe d’hommage, était fausse, comme en ont témoigné plusieurs journalistes français sur place. En revanche, la Freedom Tower, construite en lieu et place du World Trade Center, a éclairé son antenne aux couleurs de la France, de même que l’Opéra de Sidney, plus tard.

► Non, la Tour Eiffel n’a pas été éteinte dans la nuit à cause des attentats

Dans la nuit de vendredi à samedi, des internautes ont relayé l’image d’une Tour Eiffel tous feux éteints, qu’ils ont interprétée comme un signe de deuil. En fait, la Tour s’éteint totalement tous les soirs, après avoir scintillé une dernière fois à 1 heure du matin.

► Pour éviter que de telles rumeurs et intox se propagent et créent la panique dans la population, la préfecture de police en appelle à la responsabilité des internautes. Et metronewsvous incite à ne relayer que les informations vérifiées par des professionnels. En cas de doute sur une info, n’hésitez pas à nous la signaler dans les commentaires : nous la vérifierons.

http://www.metronews.fr/

Attentats : "Pour transformer la peur, la solidarité peut aider"


La France se relève de l’horreur du vendredi 13 novembre, la peur pour plusieurs de circuler dans les rues de Paris, d’aller dans des endroits publics sera probablement une réalité pour quelque temps. Mais les Français sont solidaires et savent qu’à travers le monde d’autres se rallient à eux
Nuage

 

Attentats : « Pour transformer la peur, la solidarité peut aider »

 

Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.

Paris au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.

Photo : KENZO TRIBOUILLARD / AFP

TERRORISME – Au lendemain des attentats sanglants perpétrés à Paris, les réseaux sociaux s’emballent. Pour Michèle Vitry, psychologue, il y a un « risque de repli sur soi ».

Le choc, puis l’inquiétude. Après les attentats meurtriers perpétrés vendredi soir à Paris, les internautes réagissent et partagent leur émotion, bien souvent leur peur, sur les réseaux sociaux. Ce qui donne lieu également à de fausses rumeurs, que la préfecture de police de Paris a demandé de ne pas relayer.

A la mi-journée ce samedi, des internautes ont ainsi notamment fait état de coups de feu à Bagnolet, en Seine-Saint-Denis. Quelques minutes plus tard, la préfecture de police et la mairie ont démenti : pas d’attaque, seulement quelques pétards pour la célébration d’un mariage. L’épisode témoigne toutefois de l’angoisse qui règne en Île-de-France. Sur Twitter, une internaute écrit ce samedi matin : « Toujours aussi choquée… Impossible de dormir… ça fait vraiment peur ».

La solidarité, une réponse au choc collectif

Pour la psychologue clinicienne Michèle Vitry, contactée par metronews, ces attentats risquent d’entraîner un « repli sur soi » d’une partie de la population. Leur mode opératoire, en particulier :

« Cela déclenche un climat d’insécurité qui est plus grand, parce que justement les lieux touchés sont larges. Tout le monde peut être visé », analyse la psychologue. « Il va forcément y avoir un temps où cela va être difficile pour le public de se rendre dans une salle de concert, cela ne va pas se faire tout seul. C’est normal d’avoir peur. Il s’agit de transformer quelque chose de négatif en quelque chose de mobile, dans lequel il y a de la pensée, du mouvement, de l’énergie ». 

Pour la clinicienne, la solidarité pourrait être essentielle pour dépasser ce choc collectif :

« C’est un élément qui est extrêmement aidant. Cette nuit, il y a eu des personnes qui ont agi, qui ont recouvert des corps avec des draps,  il y a eu une sorte de préoccupation collective. Il y a un mouvement de solidarité, qui fait que le traumatisme collectif a un sens, si traumatisme il y a. Cela montre que la pensée collective fonctionne. La pensée collective, dans des moments comme ça, c’est quelque chose qui aide ».

http://www.metronews.fr/