La pollution atmosphérique aurait un impact sur la santé mentale


On sait très bien que la pollution rend les gens malades physiquement, tel que l’asthme, les maladies cardiovasculaires et pulmonaires et ce n’est pas tout. La pollution affecte aussi la santé mentale, par isolation, la sédentarité causées par la pollution extérieure
Nuage

 

La pollution atmosphérique aurait un impact sur la santé mentale

 

La pollution atmosphérique aurait un impact sur la santé mentale

Photo Archives / AFP

WASHINGTON | Selon une nouvelle étude produite par l’Université de Washington, les risques de détresse psychologique augmenteraient avec la quantité de pollution présente dans l’air.

«Les effets de la pollution atmosphérique sur la santé cardiovasculaire et sur les maladies pulmonaires comme l’asthme sont bien établis. Par contre, son impact sur la santé du cerveau constitue un nouveau champ de recherche», a expliqué Anjum Hajat, aide-professeure en épidémiologie à l’École de santé publique de l’Université de Washington.

Publiée dans l’édition de novembre du journal «Health & Place», l’étude indique que la pollution atmosphérique peut générer certains changements de comportement. Elle inciterait notamment les gens à passer moins de temps à l’extérieur et à opter pour un mode de vie plus sédentaire, lequel est plus susceptible de créer de la détresse psychologique et de l’isolation sociale.

À l’aide de données obtenues auprès de 6000 répondants, l’étude a examiné le lien entre la toxicité de l’air et la santé mentale. Les chercheurs ont d’abord isolé une particule émise par les moteurs, les feux de foyer, les fours à bois et les centrales électriques alimentées au charbon et au gaz naturel.

Ils ont ensuite remarqué une corrélation entre la présence dans l’air de cette particule et le taux de détresse psychologique des personnes qui y sont exposées. Dans les endroits où on la retrouvait en plus grande quantité, la détresse psychologique était 17 % plus élevée.

http://fr.canoe.ca

Publicités

Si vous dites souvent ces mots, vous devez être stressé


En cas de stress, certaines personnes réussissent à cacher leurs émotions, mais il semble que d’autres indices puissent démontrer qu’une personne est stressée, simplement par les mots qu’ils choisissent
Nuage

 

Si vous dites souvent ces mots, vous devez être stressé

 

Même si vous pensiez contrôler vos émotions, ou du moins, bien les cacher, une nouvelle étude suggère que le langage que vous utilisez pourrait témoigner de votre niveau de stress.

Selon la recherche menée par des chercheurs de l’Université d’Arizone, les gens ont tendance à utiliser davantage les adverbes «tellement», «très», «vraiment» dans leur discours lorsqu’ils sont stressés.

Les experts ont également noté que les personnes stressées avaient tendance à parler moins en général, comparativement à ceux qui ne se sentent pas sous pression.

Pour enregistrer la façon dont le stress influait sur l’élocution, les chercheurs ont analysé les tics de langage de 143 bénévoles qui ont accepté de porter des enregistreurs audio pendant deux jours.

Les enregistreurs s’allumaient puis enregistraient ce que les participants disaient à des intervalles aléatoires.

Les chercheurs ont ensuite transcrit les enregistrements et ont analysé les types de mots utilisés en relation avec les changements dans l’«expression génétique» liée au stress.

Le terme «expression génétique» fait référence au processus par lequel l’information contenue dans un gène est utilisée ou «exprimée» pour alerter le corps de la situation de stress. L’expression génétique change en réponse au stress.

Plus centrés sur eux

L’étude a également démontré que les personnes stressées ont moins tendance à utiliser les pronoms de la troisième personne du pluriel, tels que «ils» ou «leur».

Les chercheurs suggèrent que ça pourrait être parce que nous sommes moins enclins à penser aux autres quand nous nous sentons affectés par quelque chose intérieurement.

Un indice plus précis

Ils ajoutent que l’examen des changements de langage et de l’expression génétique donnait un indice significativement plus précis sur les moments pendant lesquels une personne ressent du stress que l’exercice de simplement demander aux sujets de déclarer eux-mêmes leurs sentiments de stress, de dépression ou d’anxiété.

«Le langage reflète comment les gens sont connectés avec leur monde, mais qui aurait cru que l’expression génétique serait liée au langage, a déclaré le psychologue de l’Université du Texas James Pennebaker à Nature. C’est une nouvelle façon de penser tellement excitante.»

La recherche a été publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost UK a été adapté de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Se plaindre est mauvais pour notre santé mentale et physique


Notre cerveau réagit à nos pensées. Si elles sont négatives, elles peuvent déclencher des réactions psychologiques, et même physiques maladies cardiaques, gain de poids, entre autres ainsi que des difficultés d’apprentissage et de mémorisation … Il faut apprendre a canalisé nos pensées pour qu’elles deviennent positives et se protéger des gens trop négatifs
Nuage

 

Se plaindre est mauvais pour notre santé mentale et physique

 

Se plaindre n’est pas un comportement inoffensif pour notre santé mentale et physique. Il y aurait même un danger de mort selon Steven Parton du site Psychpedia. Démonstration.

Nous avons dans notre cerveau une multitude de synapses séparées par une fente synaptique. Chaque pensée déclenche la production d’un produit chimique qui s’écoule à travers cette fente afin de relier les synapses entre elles. Ainsi un signal électrique contenant les informations peut circuler. Chaque fois que cette charge électrique se déclenche, les synapses se rapprochent pour faciliter la vitesse de transfert. Ainsi, nos pensées sont à l’origine d’un remodelage des circuits synaptiques en temps réel dans notre cerveau. Les pensées influent donc vraiment sur la réalité  ! Première information de taille !

science-305773_960_720

Steven Parton continue sa démonstration :

    Au plus nous sollicitons les mêmes connexions synaptiques (donc au plus nous avons les mêmes pensées), au plus le transfert de l’information est rapide via un réseau qui est choisi par défaut lorsque d’autres pensées/informations arrivent. C’est comme si des chemins de terre se transformaient en autoroutes au fur et à mesure que des véhicules les empruntaient. Par conséquent, les mailles de ce réseau synaptique à grande vitesse forme tout simplement notre personnalité (intelligence, aptitude, compétences) !

    Et là, on pourrait se dire :

     « chouette, j’ai toutes les cartes pour devenir un puissant optimiste en m’entrainant à penser positif ! »

    Ben non, car les humains sont des créatures sociales et la présence de neurones miroirs (outil de l’empathie) dans notre cerveau le confirme. Nous imitons nos semblables et nous nous imprégnons de leur « mode de pensée » et de leurs émotions.

    Ainsi, on ne pourra devenir un super-optimiste que si nous sommes au contact de personnes optimistes.  Or, si nous entendons des plaintes à longueur de journée, nous plongerons fatalement vers le pessimisme… Heureusement, on peut inverser la tendance ! Et ne tardons pas trop car nous sommes en danger de mort si nous cédons au négativisme.

    Pourquoi se plaindre tue ?

    Si nous éprouvons souvent de la colère ou de la tristesse, les circuits synaptiques adéquats se renforcent car ils sont de plus en plus empruntés. Or, ces émotions désagréables créent du stress que l’on peut mesurer par le taux de cortisol (son hormone) dans notre organisme.

    Ce cortisol a des effets très négatifs à moyen terme : baisse des défenses immunitaires, augmentation de la pression artérielle, maladies cardiaques, gain de poids, réduction de la longévité… mais aussi : blocage des capacités d’apprentissage, dégradation de la faculté de mémorisation, etc.

    Pour résumer :

  • nos pensées façonnent notre cerveau via un réseau synaptique qui s’optimise à mesure de son utilisation (les chemins de terre deviennent des autoroutes)

  • nos modes de pensée créent des habitudes (les réseaux autoroutiers sont empruntés en priorité car plus rapides)

  • notre environnement influe sur notre mode de pensée (neurones miroirs)

  • les pensées négatives provoquent des émotions désagréables qui augmentent notre niveau de stress (cortisol)

  • le cortisol dégrade nos capacités et diminuent notre longévité

    Des solutions ?

  • s’entourer de personnes positives

  • prendre conscience de notre mode de pensée (via la méditation par exemple)

  • acquérir des techniques pour lutter contre le stress (voir cet article)

  • pratiquer la gratitude (voir cet article)

http://anti-deprime.com/

Le pouvoir de l’odorat


Pour ma part, l’odeur de ma grande soeur Céline, une odeur réconfortante, l’odeur de la sauce à spaghetti, des moments complicité avec mon père. Une odeur particulière d’humidité me fait rappeler la cave de la salle de quilles. Les odeurs peuvent déclencher de bons ou mauvais souvenirs. Une situation vécue qui se réveille quand une odeur semblable surgit. Parfois, lors d’un évènement traumatisant, l’odeur peut apparaître sans pour autant être là, mais une situation peut donner l’impression que l’odeur est présent.
Nuage

 

Le pouvoir de l’odorat

 

L'odeur d'un savon à lessive qui nous ramène à notre enfance. Un parfum... (ILLUSTRATION FRANCIS LÉVEILLÉE, LA PRESSE)

ILLUSTRATION FRANCIS LÉVEILLÉE, LA PRESSE

 

ISABELLE AUDET
La Presse

L’odeur d’un savon à lessive qui nous ramène à notre enfance. Un parfum pourtant banal qui déclenche une réaction de détresse. Les effluves du café qui nous tirent du sommeil. L’odorat n’est pas qu’un sens banal à la remorque de la vue et du toucher: c’est, au contraire, une autoroute pour les souvenirs et les émotions. Pour le meilleur et pour le pire.

Des effluves bouleversants

Le phénomène est aussi soudain que puissant. Parfois, il suffit d’enfiler un vieux chandail, de racheter une marque de shampoing particulière ou encore de faire rissoler du bacon dans la poêle pour qu’un parfum nous ramène à lui seul le souvenir de moments marquants.

«L’odeur est un sens extrêmement important dans les souvenirs», explique Christophe Fortin, professeur de psychologie à l’Université d’Ottawa.

Le psychologue, aussi chercheur associé au centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, nous explique en détail les origines de ce phénomène parfois bouleversant.

À notre insu, notre cerveau tisse des liens parfois puissants, parfois simplement saugrenus entre les parfums, les émotions et les souvenirs.

«Sans doute vous souvenez-vous de l’odeur fantastique du plat que faisait mijoter votre maman. Vous rentriez dans la maison et, ahhhh… vous y pensez, et toute une gamme d’émotions vous revient. Notre cerveau est programmé pour faire cette association», illustre-t-il.

Dans le cerveau, l’espace où est traitée l’information olfactive est lié au siège des émotions et à la mémoire. Ainsi, plus un événement est significatif, plus ces zones sont stimulées… et plus le souvenir lié à une odeur est puissant.

«On l’observe chez les militaires qui reviennent du combat, illustre le spécialiste. Beaucoup vont associer à leur expérience des éléments comme la viande avariée ou la chair brûlée. On peut alors observer une généralisation de l’odeur. Certains ne pourront pas se faire un barbecue, parce que l’odeur de la viande grillée va trop leur rappeler ce qu’ils ont vu à la guerre.»

Réactions inattendues

En pratique, ce mécanisme permet aux individus d’éviter les dangers.

«C’est un mécanisme qui existe chez l’être humain depuis l’avènement d’Homo sapiens. C’est pour nous protéger! Quand ça sent l’ours, ce n’est pas le temps de rester là, c’est le temps de s’enfuir!»

Le lien est si puissant qu’il suffit parfois de penser à un événement significatif pour que les odeurs qui y sont liées nous reviennent. Notre cerveau reproduit parfaitement le parfum lié à ce souvenir sans qu’il existe réellement.

«Ça va même plus loin. Parfois, quand on cherche une information dans notre tête et que l’on n’est pas capables de la trouver, s’il y a une odeur qui est connexe à ce souvenir, elle peut nous permettre de réactiver cette information. Ça va au moins favoriser le rappel.»

Selon cette logique, l’odeur de la mer pourrait donc nous permettre de nous rappeler le nom de cet auteur qu’on a découvert dans nos dernières vacances à la plage? «Tout à fait», soutient le psychologue.

Expériences traumatisantes

Ce mécanisme est particulièrement puissant lorsqu’une personne traverse une expérience traumatisante.

«Lorsque l’on vit un événement stressant, la présence du cortisol, une hormone de stress, peut cristalliser un souvenir. On va avoir beaucoup plus de difficultés à oublier l’événement. Par exemple, si vous êtes agressé dans une petite ruelle où il y a une odeur de déchets, le lien se fait, qu’il soit volontaire ou non.»

Peut-on briser cette association, afin d’éviter que la moindre odeur de poubelles nous plonge dans un état de détresse?

«Oui, c’est possible. En psychologie, il y a plusieurs approches. Le traitement le plus éprouvé pour le trouble de stress post-traumatique, c’est la thérapie cognitivocomportementale. Si l’on a un trauma, on ne peut pas traiter que l’odeur. Il y a probablement d’autres éléments qui sont liés à l’événement, mais dans un cas très hypothétique où il n’y aurait que l’odeur, la bonne stratégie, généralement, c’est l’exposition graduelle.»

Cette désensibilisation ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un long processus, qui demande un accompagnement particulier.

«Le but, c’est d’arriver à ce que l’odeur n’évoque plus l’événement traumatique, explique Christophe Fortin. Pour atteindre ça, on expose tranquillement la personne à l’odeur, dans un processus thérapeutique adéquat. On la lui fait sentir brièvement, et on regarde comment elle s’adapte, quel souvenir lui revient. On fait de la restructuration cognitive, jusqu’à ce que la personne ne ressente plus l’odeur comme quelque chose de dangereux.»

Le plaisir, aussi

Comme l’écrivain Marcel Proust le décrivait dans À la recherche du temps perdu, l’odeur d’une simple madeleine peut nous ramener des années en arrière de façon totalement inattendue.

Car le cerveau ne fait pas que des associations négatives entre les odeurs et les émotions. Les amateurs de bacon en savent d’ailleurs quelque chose.

«Quand vous vous réveillez le matin et que ça sent le bacon, votre cerveau va se mettre à libérer de la dopamine. Juste l’odeur va amener un sentiment de joie, car le bacon est associé à des moments heureux. Les odeurs peuvent influencer nos émotions très rapidement!», s’enthousiasme Christophe Fortin.

L’émotion doit toutefois être constante pour que l’odeur évoque un souvenir particulier.

«Si vous prenez un café une journée où ça va bien, une autre journée où ça va mal… le lien avec l’odeur du café ne sera ni très clair ni très puissant. Les stimuli doivent être les mêmes pour que l’association soit faite.»

Le chercheur évoque d’ailleurs un souvenir très personnel lié à une hospitalisation d’un mois alors qu’il était adolescent. Le souvenir n’a rien de négatif, mais il est lié… à l’odeur d’un savon.

 «On me lavait tout le temps avec du savon Lux, et 27 ans plus tard, si j’entre dans une salle de bains et qu’il y a du savon Lux, je le reconnais automatiquement. C’est l’odeur qui est liée à ce souvenir.»

 

«Je sens encore son odeur…»

L’après-midi du 31 août 2011, Brigitte Beauregard quitte son travail. Il est 15 h 30, et elle souhaite aller faire des courses. Au volant de son véhicule, elle s’arrête quelques minutes plus tard au bout d’un terre-plein afin de tourner à gauche. C’est à ce moment-là, en plein milieu d’un boulevard de Joliette, qu’elle plonge en plein cauchemar.

«Je voulais me rendre dans le stationnement du centre d’achats et…» Brigitte s’arrête et soupire. «Je revis les événements en vous les racontant… C’est comme si le gars était à côté de moi. Je sens son odeur», souffle-t-elle, avant de nous assurer qu’elle tient à raconter son histoire.

«C’est là que, derrière moi, j’ai vu quelqu’un, poursuit-elle. C’était un homme. Il est entré dans ma voiture, du côté du passager. Il criait, il était en détresse. Il m’a dit qu’on allait me tuer. Que j’allais mourir! Qu’on allait mourir tous les deux! Et là, les odeurs arrivent. Il n’est pas propre. Il pue, et il me tient.»

Paniquée, Brigitte arrive à sortir de sa voiture, mais elle voit des gens courir vers elle. Traumatisée, elle a le réflexe de retourner dans son véhicule.

«Je suis rentrée dans la voiture parce que je pensais qu’on allait me tuer. Mon impression, c’était que j’allais vraiment me faire tuer: les gens qui arrivaient, je pensais qu’ils me couraient après!»

Il s’agissait toutefois de gardiens de sécurité du centre commercial et de passants alertés par l’irruption de l’homme dans la voiture de Brigitte.

En retournant dans son véhicule, Brigitte comprend que quelque chose ne va pas. C’est l’odeur qui lui fait comprendre que le danger n’est pas à l’extérieur: il est devant elle. À l’extérieur, les odeurs lui semblent agréables, mais à l’intérieur du véhicule, l’homme empeste la sueur, le sang et la saleté.

«Mes sens étaient à l’extrême, explique-t-elle. Il m’a convaincue qu’on allait se faire tuer! Que j’étais morte ! Mais là, à un moment donné, je me suis dit: « Attends une minute, Brigitte, il y a quelque chose qui ne va pas. Ça sent mauvais pas à peu près, ici, et dehors, ça sent bon. » J’ai regardé ses mains en sang, ses cheveux sales, mais surtout, il empestait…»

L’homme jure et hurle. Il ordonne à Brigitte de le conduire plus loin, puis il tente de prendre le contrôle du véhicule. L’odeur est insupportable pour Brigitte. Elle est blessée légèrement, mais elle parvient à s’extirper une deuxième fois de sa voiture.

Une odeur qui persiste six ans plus tard

La femme n’a pas de souvenir des minutes qui ont suivi. Quand elle revient à elle, elle constate que l’homme s’est enfui avec son véhicule et que plusieurs personnes prennent soin d’elle. Le traumatisme est toutefois violent et le souvenir précis de l’odeur de son assaillant est incrusté dans son cerveau, plus de six ans après l’arrestation de l’agresseur.

«Encore aujourd’hui, chaque fois que j’arrive à une lumière, que je suis la première et que je dois attendre, je barre ma porte… et je sens encore l’odeur du gars. C’est encore là! La menace est encore là. Ça ressort. C’est fou, hein? Je vous en parle et je le sens, je le vois.»

Les odeurs prédominent dans les souvenirs de Brigitte, mais l’image de son assaillant est aussi toujours vive dans ses pensées. Elle possède toujours la voiture dans laquelle a eu lieu l’agression, puisque les policiers l’ont retrouvée peu de temps après. Elle explique toutefois que les odeurs liées à son traumatisme lui viennent aussi dans d’autres véhicules qui s’arrêtent premiers à une intersection. Elle y échappe seulement lorsqu’elle circule à moto.

Heureusement, explique-t-elle, elle a pu compter sur l’aide de plusieurs spécialistes et de son amoureux, qui la soutient lorsque ses sens lui rappellent l’événement. Elle a suivi une thérapie cognitivocomportementale.

Elle soutient avoir tout de même «appris à vivre avec» ses sens qui la trompent à l’occasion. «Il y a quand même de l’espoir, nuance-t-elle. J’ai compris que ça fait partie de moi. L’inconscient, le cerveau, c’est fort!»

L’histoire de Brigitte est racontée sur le site de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

http://www.lapresse.ca

Les humains préfèrent les chiens aux Hommes


 

Je trouve cela épouvantable, mais pourtant, je ne suis pas surprise. Pour avoir mis sur mon blog des cas d’animaux blessés, maltraités, abandonnés et ailleurs voir les réactions sur les réseaux sociaux, les gens s’expriment beaucoup demandant justice, se désolant sur la situation vécue quand c’est des animaux que des humains. J’aime les animaux, et je conteste toute injustice face aux bêtes, mais jamais un animal sera plus important qu’un être humain
Nuage

 

Les humains préfèrent les chiens aux Hommes

 

Marie-Céline Jacquier
Journaliste

 

Dans une expérience réalisée sur des étudiants américains, les participants montraient plus d’empathie pour un chien que pour un homme adulte. Seul un bébé humain suscitait plus d’empathie qu’un chien adulte…

Certains propriétaires de chiens aiment tant leur compagnon à quatre pattes que l’on compare parfois leur relation à celle qu’ils pourraient avoir avec un enfant. Mais peut-on vraiment aimer plus son chien que les humains ? Une nouvelle recherche parue dans Society & Animals suggère que oui !

Dans cette expérience, 256 étudiants ont eu un faux journal relatant un fait-divers dans lequel une personne ou un chien avait été sauvagement frappé. Selon le soi-disant rapport de police, la victime aurait été attaquée par un assaillant muni d’une batte de base-ball qui l’aurait laissée inconsciente avec une jambe (ou une patte) cassée, comme le relate le Business Insider. La victime était soit un bébé de 1 an, soit un adulte de 30 ans, soit un chiot ou un chien de 6 ans. Les participants ont répondu à des questions visant à mesurer leur niveau d’empathie pour la victime.

Les animaux de compagnie font partie de la famille

Les niveaux d’empathie étaient plus élevés pour le chiot, le chien adulte et le bébé humain, tandis que la souffrance de l’adulte blessé suscitait le moins d’empathie. L’âge faisait une différence quand la victime était humaine, mais pas chez les chiens. De plus, les femmes montraient plus d’empathie vis-à-vis des victimes que les hommes. D’après les chercheurs, les gens ne considéreraient pas leurs chiens comme de simples animaux, mais plutôt comme des « bébés en fourrure », voire des membres de la famille. 

Le mois dernier, une autre étude parue dans Scientific Reports a mis en évidence que les chiens font des mouvements du visage quand un humain fait attention à eux. Ceci suggère que la domestication a façonné les chiens de façon à ce qu’ils communiquent mieux avec les humains.

http://www.futura-sciences.com

Un trouble alimentaire à 55 ans


Quand on parle de troubles alimentaires comme la boulimie, l’anorexie, hyperphagie, de compulsion alimentaire on pense beaucoup que ces troubles de jeunes alors qu’en réalité, il y a des femmes et hommes plus âgés qui ont depuis longtemps ce genre de troubles ou qu’ils commencent plus tard.
Nuage

 

Un trouble alimentaire à 55 ans

 

Voilà 40 ans que l'anorexie fait partie du... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Voilà 40 ans que l’anorexie fait partie du quotidien de Manon Germain, aujourd’hui âgée de 55 ans.

CATHERINE HANDFIELD

La Presse

«On les oublie, mais les gens qui ont 40, 50, 60 ans peuvent souffrir encore d’anorexie. J’en suis la preuve. J’ai 55 ans. Je n’ai pas honte, mais malheureusement, je souffre encore d’anorexie.»

Voilà 40 ans que l’anorexie fait partie du quotidien de Manon Germain. L’an dernier, pour la toute première fois dans sa vie, elle a entamé une thérapie, à l’Institut Douglas, à Montréal. Lorsqu’elle l’a entreprise, elle était rendue si faible qu’elle était incapable de monter les marches.

Lorsqu’elle regarde les jeunes femmes qui suivent la thérapie avec elle, Manon Germain ne peut s’empêcher de se voir en elles.

«Je les comprends. Je les comprends, mon Dieu. Tu aimerais tellement les aider, leur dire: « Ne faites pas comme moi. »»

Lorsque nous lui avons parlé, Manon Germain n’avait pas mangé depuis quatre jours («je n’y pense même pas»). Sa voix était affaiblie, mais on y percevait quand même l’espoir.

«Je voudrais manger plus. J’aimerais avoir un poids santé, dit la quinquagénaire, qui s’est souvent sentie jugée dans sa maladie. Douglas m’aide à trouver une nouvelle façon de penser envers moi. De prendre le temps de réaliser que je me fais tellement de tort…»

Quand on pense au trouble alimentaire, l’image de la jeune femme anorexique arrive spontanément. La réalité est pourtant beaucoup plus vaste. S’il est vrai que l’anorexie touche davantage les plus jeunes, les cliniciens voient de plus en plus de patients plus âgés atteints de boulimie ou d’hyperphagie (l’équivalent de la boulimie, sans comportements compensatoires), indique Howard Steiger, chef du Programme des troubles de l’alimentation à l’Institut Douglas.

«On voit des troubles alimentaires qui débutent plus tard dans la vie et qui persistent plus tard», constate le psychologue, qui déplore cette «manie culturelle» envers le maintien d’une image de jeunesse.

44 ans

En 2015-2016, la moyenne d’âge des utilisateurs des groupes de soutien d’Anorexie et boulimie Québec était de 44 ans. Elle était de 36 ans en 2016-2017.

«C’est une statistique qui surprend autant les gens dans la population que les professionnels de la santé, affirme Marilène Dion, coordonnatrice clinique, Anorexie et boulimie Québec (ANEB). On a souvent l’impression que c’est une maladie d’adolescente, alors que dans les faits, ça touche vraiment toutes les tranches d’âge.»

Céline Desparois, 43 ans, a commencé à souffrir... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Céline Desparois, 43 ans, a commencé à souffrir de troubles alimentaires vers l’âge de 25 ans, après deux grossesses.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Marc* avait 62 ans le jour où il a rappelé les Outremangeurs Anonymes (OA), une association de partage pour les gens qui souffrent de compulsion alimentaire. Ce jour-là, Marc avait rencontré des clients à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de Montréal.

«Je n’avais rien vendu le matin, ça n’avait pas fonctionné.»

Marc était déçu. Et il ressentait l’urgent besoin de manger. De manger beaucoup. Plusieurs assiettes. Il est donc parti à la recherche d’un restaurant de type buffet, en vain.

«Je peux vous dire qu’il n’y en a pas, de buffet, à Sainte-Catherine», lance l’homme de 69 ans, qui peut maintenant en parler avec humour.

Les OA permettent à Marc d’exprimer ses émotions au lieu de les manger. Il mange aujourd’hui raisonnablement.

Quel est le modèle des gens d’âge mûr qui souffrent d’un trouble alimentaire?

Certaines personnes vont carrément développer un trouble alimentaire en âge avancé, mais ça demeure rare, indique Cynthia Bulik, professeure de psychiatrie à l’Université de la Caroline du Nord et auteure du livre Midlife Eating Disorders. Deux cas de figure sont plus fréquents: des gens qui, comme Manon Germain, vivent depuis longtemps avec une forme chronique de la maladie ou encore des gens qui ont vu une résurgence de leur trouble en raison d’un enjeu venu bouleverser leur vie

«Ça peut être n’importe quoi qui dépasse la capacité d’adaptation de la personne, souligne Howard Steiger. La personne va avoir recours à quelque chose qu’elle peut contrôler [dans ce cas-ci, la nourriture] pour se sécuriser.»

Pour Céline Desparois, 43 ans, les troubles alimentaires ont débuté assez tardivement, vers l’âge de 25 ans. Au terme de ses deux grossesses, elle voulait perdre du poids et s’est inscrite au programme alimentaire Minçavi. En trois mois, elle a perdu 25 livres.

«Mais plus j’en perdais, plus je voulais en perdre. J’ai complètement dérapé, comme quelqu’un qui descend une pente avec son vélo. Je n’étais plus capable de freiner.»

Les années ont passé, et l’anorexie a fini par laisser place à la boulimie. Céline Desparois souffre encore de boulimie aujourd’hui, mais elle va beaucoup mieux. Elle vient d’ailleurs d’entreprendre une thérapie à la clinique St-Amour, où elle réapprend à bien manger le jour.

Si Céline Desparois et Manon Germain parlent ouvertement de leur maladie, beaucoup de gens d’âge mûr souffrent dans la solitude, dans la honte même, souligne Marilène Dion, de l’ANEB.

Paradoxalement, note Cynthia Bulik, souffrir d’un trouble alimentaire à un âge plus avancé (avec les responsabilités professionnelles et familiales qui viennent avec) peut avoir des effets considérables sur la vie de la personne.

Manon Germain, qui était acheteuse dans le domaine de la mode, a arrêté de travailler dans la quarantaine lorsque sa vie a basculé. Et l’anorexie y est pour beaucoup.

Pour s’en sortir, briser l’isolement demeure essentiel, disent à l’unisson tous les intervenants à qui nous avons parlé. Plus on agit rapidement, plus la personne a la chance de se rétablir rapidement. N’empêche, note Marylène Dion, les gens qui souffrent depuis longtemps d’un trouble alimentaire ont tout un vécu dans lequel ils peuvent puiser pour continuer à évoluer.

«Sans trouble alimentaire, je ne serais pas devenue la personne que je suis aujourd’hui, souligne Céline Desparois. J’ai appris que la vie est fragile. Et qu’il faut en prendre soin.»

«Il ne faut pas lâcher, conclut tout doucement Manon Germain. Et il faut s’aimer.»

* Comme Marc est membre des Outremangeurs Anonymes, il a demandé qu’on n’indique pas son nom de famille.

La bigorexie et les femmes aisées

Chez les femmes d’âge mûr issues de milieux socioéconomiques aisés, une autre forme de trouble alimentaire se dessine, note Myriam Gehami, nutritionniste en troubles alimentaires à la Clinique psychoalimentaire. Il s’agit de la bigorexie, la recherche obsessive d’un corps à la fois mince et musclé. Ces femmes, dont l’estime de soi est souvent basse, cherchent à se valoriser, à fuir leur réalité. Et cette fuite passe par l’entraînement et l’alimentation, qui finissent par occuper toute la place dans leur tête et dans leur vie.

«Ce sont des femmes qui s’entraînent beaucoup – au-delà de 12, 13 heures par semaine – et qui, malgré toute l’activité physique qu’elles font, mangent de petites portions, sans féculents ou presque», constate Mme Gehami, selon qui la compétition du milieu alimente la problématique. Ces femmes ont souvent recours à la chirurgie esthétique.

Ressources

ANEB: Anorexie et boulimie Québec est un organisme sans but lucratif dont la mission est de garantir une aide immédiate, spécialisée et gratuite aux personnes atteintes d’un trouble alimentaire et à leurs proches.

Cliniques: La clinique St-Amour, la clinique Muula et la Clinique psychoalimentaire ont toutes une spécialisation dans le traitement des troubles alimentaires.

OA: Outremangeurs Anonymes est une association d’hommes et de femmes qui partagent leur expérience personnelle, leur force et leur espoir dans le but de se rétablir de la compulsion alimentaire.

http://www.lapresse.ca/

N’ayez pas peur si vous aimez avoir peur


 

Aimez-vous les films d’horreur ou non ? En fait, la science comprend le mécanisme de la peur, qui fait que devant un danger imminent nous combattons ou nous fuyons comme nos ancêtres faisaient pour survivre. Aujourd’hui, nous pouvons avoir certains choix d’avoir peur. Pourquoi certains aiment ce genre de peur et d’autres pas. Personnellement, j’aime les films d’horreur durant la journée, mais pas ceux que le sang gicle partout et de la pire sauvagerie
Nuage

 

N’ayez pas peur si vous aimez avoir peur

Le cri | Iain Heath via Flickr CC License by

Le cri | Iain Heath via Flickr CC License by

Kira Shaw

Certaines personnes aiment avoir peur. Il y a bien évidemment une raison scientifique.

Dans nos vies, nous avons tous connu la peur. Mais Halloween, c’est ce moment spécial où nous sommes nous-mêmes à la recherche de cet élan qui, habituellement, accompagne l’effroi. Avez-vous besoin d’un «spécialiste de la peur» pour la fête de cette année ? Ne cherchez pas plus loin que votre propre cerveau.

Witch Fingers Cookies | Ruocaled via Flick License by

Peut-être allez-vous passer cette soirée à regarder Les Griffes de la nuit en vous masquant les yeux? Ou bien préfèreriez-vous errer dans une maison hantée en guettant l’apparition de vampires ou de créatures surgissant de leur cachette?

Quels que soient vos goûts, confronté à des situations qui vous font froid dans le dos (ou qui vous chatouillent la colonne vertébrale), votre cerveau entre dans ce mode opératoire: combattre, ou fuir. Cette façon de réagir relève d’un mécanisme primitif de survie où votre corps répond par une réaction de stress face à une menace surgie dans notre environnement.

Zombies ! Pxhere

Le cerveau à l’œuvre

Si, à l’origine, cette réaction intervenait pour aider nos ancêtres à échapper aux prédateurs dans un monde empli de dangers, aujourd’hui, on ressent plus couramment ces sensations en cas de menaces mentales: à savoir des menaces peu susceptibles de mettre en danger notre intégrité physique mais celles capables probablement de déclencher une détresse psychologique.

Le dilemme combattre ou fuir provoque une réaction de votre amygdale, la partie de votre cerveau impliqué dans le fonctionnement émotionnel. Ce système cérébral originel fait partie intégrante du processus de peur, mais il est incapable de distinguer entre menace physique et menace mentale. Tandis que des paumes moites et de l’angoisse peuvent se justifier face à la présence d’un ours affamé, elles se manifestent également sous forme de scénarios anxiogènes quand il s’agit d’un entretien d’embauche ou en visionnant un film d’horreur.

Beaucoup d’éléments étayent l’implication de l’amygdale dans le processus de peur. Le plus impressionnant: si l’on enlève entièrement sur des rats cette partie du cerveau, ils ne manifestent plus la moindre conduite de peur ou d’évitement face à leur ennemi juré, le chat.

Fantôme ! Pxhere

Ainsi, au moment où la bande-son angoissante de votre film d’horreur se met à résonner de plus en plus fort et où l’apparition soudaine du meurtrier masqué vous fait sursauter, voilà qui servira de stimulus pour déclencher un signal dans votre amygdale. En réponse à la menace perçue, une substance cérébrale chimique, le glutamate, va être libérée et agir dans deux autres zones du cerveau. Le premier signal est envoyé en profondeur à la base du cerveau moyen (mésencéphale) que l’on n’arrive pas vraiment à contrôler. Ce qui risque de nous glacer ou bien de nous faire sursauter involontairement, et ce n’est guère indiqué si l’on tient un sachet de pop-corn sur les genoux.

Sentez-vous le shoot de dopamine ?

Le second signal est adressé à l’hypothalamus, une région du cerveau responsable de la production d’hormones. L’hypothalamus actionne notre système nerveux autonome, ce qui explique le déclenchement de notre instinct «combattre ou fuir».

Le rythme cardiaque et la pression sanguine augmentent, l’adrénaline et la dopamine (l’«hormone de récompense» du cerveau) sont diffusées dans tout le corps. Cela aide nos organismes à se préparer, soit pour engager le combat fatal, soit pour prendre nos jambes à notre cou. Voilà pourquoi vous ressentez une telle pulsion chaque fois que vous êtes effrayé.

Pourquoi certains aiment ça

Certaines personnes apprécient plus que d’autres ces expériences de frayeur et le rush qui les accompagne. Peut-être faites-vous partie de ces gens qui regardent des films d’horreur tout au long de l’année ou qui recherchent des sports de l’extrême ou encore des activités à risque.

Psychopathe ! Pxhere

Une constatation est en train d’émerger: notre chimie cérébrale sous-jacente serait aussi responsable des différences existant entre les individus prenant plaisir à avoir peur et les autres. Les travaux de David Zald et de ses collègues à l’université Vanderbild l’ont prouvé: en réponse à des situations qui donnent le frisson, les individus manifestent des réactions tout à fait diversifiées. La dopamine, nous le savons, se libère face à des contextes effrayants ou électrisants. Mais, chez les personnes déclarant raffoler de ce genre de situations, leur cerveau est dépourvu d’un «frein» réglant la libération de la dopamine et sa recapture par les neurones dans le cerveau.

Cela signifie une chose: c’est en raison de niveaux de dopamine plus élevés dans leur cerveau que ces individus éprouvent davantage de plaisir et de récompense face à des situations effrayantes ou à risque. Certains d’entre nous peuvent bien se recroqueviller peureusement rien qu’à entendre le nom du monstre des Griffes de la nuit, d’autres au contraire sentiront des bulles d’excitation monter en eux.

http://www.slate.fr