Waze, l’application qui vous prévient de ne pas oublier bébé dans la voiture


Personnellement, je ne comprends pas qu’on puisse oublier des enfants dans une auto. Ni de laisser seul un enfant croyant n’avoir qu’entrer et sortir dans un dépanneur ou autre. Mais bon, c’est une réalité tout comme les animaux laissés par des chaudes journées d’été dans une voiture. L’application Waze qui sert de GPS, de problème sur la route, comme des travaux, des accidents, des radars, etc, permet de personnaliser au cas où, qu’un enfant ou un animal serait oublié
Nuage

 

Waze, l’application qui vous prévient de ne pas oublier bébé dans la voiture

 

Capture d'écran

Capture d’écran

Repéré par Camille Malnory

Sait-on jamais…

Le 5 août 2016, dans l’État de Géorgie aux États-Unis, Asa North, 24 ans, a été arrêté pour homicide involontaire et conduite imprudente après la mort de ses deux bébés, laissés plusieurs heures dans sa voiture en plein soleil. Et Asa North n’est pas un cas isolé. Devant l’ampleur du phénomène, les développeurs de l’application Waze, une appli sur le trafic routier, ont ajouté une alerte pour rappeler aux conducteurs de bien sortir leur enfant de la voiture.

«C’est une malheureuse réalité, mais près de 40 enfants décèdent chaque année d’insolations après avoir été oublié dans une voitures, explique Meghan Kelleher, porte-parole de Waze au Boston Globe. Pour nous, il s’agit d’un rappel supplémentaire pour les conducteurs qui en ont envie. C’est une alerte personnalisable qui apparaît quand ils arrivent à destination.»

En 2016, déjà 26 enfants sont décédés dans ces conditions aux États-Unis, d’après des chiffres du département de météorologie et du climat de l’université de San José. La raison? Le corps d’un enfant se réchauffe trois à cinq fois plus vite que celui d’un adulte et la température à l’intérieur d’une voiture est nettement plus élevée qu’à l’extérieur. En une heure, par 25° en plein soleil, la température peut monter à 50° dans un véhicule.

La France n’est pas non plus en reste: en 2011, un père de famille a été condamné à huit mois de prison avec sursis après le décès de son fils de deux ans, oublié sur le siège arrière pendant plusieurs heures.

Waze n’oublie pas non plus les animaux, eux aussi victimes de mort par insolation –près de 100 chaque année, d’après la porte-parole de Waze. Il est donc possible de personnaliser l’appli en lui demandant de nous rappeler de bien sortir Arthur (ou Lassie, c’est au choix).

L’alerte fait déjà parler d’elle. Sur Facebook, des utilisateurs se sont insurgés contre l’idée même d’une telle appli:

«Si vous avez besoin d’un rappel pour vous souvenir que votre enfant ou votre chien est dans la voiture, vous ne méritez pas de les élever!», écrit une internaute.

http://www.slate.fr/

Deux chercheurs lancent l’alerte: les données du cerveau ne sont pas assez protégées


La technologie avance à grand pas, et le piratage ne suit pas loin derrière et parfois passe en avant. Des chercheurs veulent connecter le cerveau pour de multiples usages comme pour donner plus d’autonomie à des quadraplégiques mais cela peut devenir accessible pour tout le monde, le piratage pourrait créer de réelle problème de manipulation du cerveau
Nuage

 

Deux chercheurs lancent l’alerte: les données du cerveau ne sont pas assez protégées

 

Les interfaces cerveaux-machines pourraient être détournées à des fins malveillantes | Tim Sheerman-Chase via Flickr CC License by

Les interfaces cerveaux-machines pourraient être détournées à des fins malveillantes | Tim Sheerman-Chase via Flickr CC License by

Repéré par Camille Malnory

L’utilisation des interfaces cerveaux-machines pourrait vite s’avérer problématique.

Si vous avez faim, et qu’on vous montre une image d’un superbe plat de pâtes, votre cerveau envoie des signaux. Si on vous montre une image d’épinards bouillis et que vous détestez ça, votre cerveau réagit tout autant. Imaginez un monde, pas forcément si lointain, où quelqu’un pourra hacker ces données. Ne commençons pas tout de suite à nous inquiéter, cela est encore loin.

Aujourd’hui, les ingénieurs ont créé des interfaces cerveaux-machines (ICM) qui mesurent l’activité cérébrale et peuvent avoir de multiples utilisations. À long terme, les chercheurs veulent d’ailleurs utiliser cette technologie à des fins cliniques notamment pour permettre à des tétraplégiques de retrouver de l’autonomie. Pour autant, des chercheurs américains tirent la sonnette d’alarme: non réglementées, les ICM pourraient avoir une utilisation malveillante, raconte un reportage de Motherboad.

Pour Howard Chizeck, chercheur à l’université de Washington, il faut impérativement commencer à se pencher sur les questions de protection des données de notre cerveau.

«Il n’y a vraiment plus beaucoup de temps, si on ne le fait pas maintenant, ce sera trop tard», explique-t-il à la journaliste.

Mais que craignent-ils vraiment? Qu’un jour, l’utilisation des ICM se démocratisent dans la vie de tous les jours, notamment des applications de jeux, et soient détournées.

Récupération

En nous envoyant des images subliminales et en analysant les signaux de notre cerveau, des hackers pourraient récupérer les informations qui en découlent. Ou des publicitaires, sur le mode, «je te montre une image de burger-ton cerveau réagit bien-je t’envoie une pub de restaurant». D’après Chizek, cela pourrait même être utilisé par le gouvernement:

«La justice ou le gouvernement pourraient l’utiliser à de mauvaises fins –comme vérifier votre appartenance à l’opposition ou regarder si vous avez des activités illégales. Cet outil est comme un détecteur de mensonges mais, pour les pensées.»

Pour le moment, les connaissances scientifiques sur le cerveau ne sont pas complètes et on ne peut associer totalement stimuli du cerveau et pensée. Mais, Chizek et sa consoeur Tamara Bonaci préfèrent prévenir que guérir, car les recherches et la technologie sont de plus en plus pointues. En 2014, les deux chercheurs avaient déjà écrit un papier intitulé «Vie privée et sécurité dans les interfaces cerveaux-machines». Les deux scientifiques sont assez alarmistes sur le sujet:

«[Nos craintes] sont techniquement possible, dès que l’on met des électrodes sur la tête de quelqu’un, c’est possible.»

http://www.slate.fr/

Le bus qui enjambe les embouteillages existe vraiment


Ingénieux et économique pour désengorger les embouteillages, mais je ne crois pas que cela soit possible partout, surtout à cause de la hauteur de certains camions lourds
Nuage

 

Le bus qui enjambe les embouteillages existe vraiment

 

Le TEB fait son premier teste en Chine New China

Le TEB fait son premier teste en Chine New China

Présenté comme un prototype il y a quelques mois, ce bus hors-norme a été testé en Chine.

 

ENJAMBER. TEB, pour Transit Elevated Bus, tel est son nom.

Présenté comme un prototype au mois de mai 2016, il vient de faire ses premiers mètres sur une portion d’autoroute de test. Long de 20 mètres, le véhicule haut de 5 mètres a effectué avec succès un parcours de 300 mètres pendant lequel des voitures ont pu passer entre ses « jambes ». Destiné à décongestionner les routes encombrées des mégalopoles chinoises, le TEB peut embarquer jusqu’à 300 passagers soit 7 fois plus qu’un autobus traditionnel. 4 TEB peuvent être attelés ensemble portant la capacité à 1.200 passagers.

Selon l’ingénieur en chef responsable du projet, Song Youzhou, le TEB présente également « l’avantage d’être moins cher à produire qu’un réseau de transports sous-terrain ».

Le véhicule dispose d’un autre avantage de taille, il est électrique et permettrait ainsi d’économiser 800 tonnes de carburants par an.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?


On voudrait que les animaux ne soient plus des cobayes dans les laboratoires. Un pas est fait en ce sens grâce à la technologie qui vient d’ouvrir une voie en ce sens
Nuage

 

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?

 

Des organes sur puce pour remplacer les animaux de labo?

Les puces sont peut-être l’avenir de la recherche pharmaceutique.Photo Gentside

La fin des tests sur les animaux? Un rêve pour les défenseurs des animaux, une possibilité pour les chercheurs. En effet, l’expérimentation animale est de plus en plus décriée non seulement au niveau du traitement des sujets de laboratoire mais aussi des résultats obtenus qui ne seraient pas toujours fiables et concrets.

Depuis plusieurs années, des chercheurs travaillent ainsi à mettre au point des techniques alternatives. Donald Ingber, fondateur de l’Institut Wiss à  Harvard est l’un de ces scientifiques. Son laboratoire est spécialisé dans la modélisation d’organes humains sur des puces et il est aujourd’hui devenu capable de simuler les poumons, le foie ou encore le coeur.

DES ORGANES SUR MICRO-PUCES

Les puces sont peut-être l’avenir de la recherche pharmaceutique. En effet, les progrès en microfluidique ont permis aux chercheurs de construire des puces qui reproduisent les fonctions de certains organes humains. L’Institut Wyss a ainsi réussi à  créer une puce qui simule le fonctionnement des poumons grâce à une interface air-liquide.

Dans la partie air, sont présentes des bactéries et des cellules humaines de poumons et dans la partie liquide, dont les propriétés sont très proches du sang, des globules blancs. Grâce à  un système d’extension-contraction, la micropuce subit un mouvement proche de la respiration. Un modèle au plus proche de la réalité qui pourrait servir à  tester des médicaments, d’après ses inventeurs.

Lancés sur cette voie, de nombreux laboratoires améliorent les systèmes et diversifient les organes présents sur micro-puces. Ainsi, des médicaments pour diabétiques sont testés sur des puces pour contrôler leurs transferts dans les veines. Une amélioration non négligeable par rapport aux tests sur animaux qui restent un modèle imparfait.

DES EXPÉRIMENTATIONS ANIMALES DÉFENDUES

Néanmoins, des scientifiques continuent de défendre le processus d’expérimentation animale. Suite aux actions menées par des activistes, le CNRS a publié un communiqué expliquant l’importance de ces tests. Selon de nombreux scientifiques, les tests sur puces sont une grande amélioration pour la recherche car des résultats rapides peuvent être obtenus. Mais des faiblesses demeurent.

Ces modèles ne permettent notamment pas de visualiser la complexité des êtres vivants.

«En travaillant sur un système biologique reconstitué, les scientifiques ne peuvent pas observer l’entièreté de la réaction comme ils peuvent le faire avec le modèle animal», argumente le CNRS.

Un problème difficile à  surmonter même en améliorant les systèmes déjà  mis au point.

En attendant, les expérimentations animales coûtent de plus en plus cher et sont très fortement régulées et contrôlées. Il devient alors plus difficile d’obtenir la possibilité d’effectuer ces recherches. La solution des organes sur puces pourrait ainsi permettre à  de nombreux chercheurs d’obtenir un modèle facile à étudier et peu coûteux.

http://fr.canoe.ca/

Tous les livres du monde sur un disque gros comme un timbre


Un disque pas plus grand qu’un timbre aurait une mémoire phénoménale, sauf que pour fonctionner, il faut une température plus froide qu’en Arctique
Nuage

 

Tous les livres du monde sur un disque gros comme un timbre

Tous

Les chercheurs ont enregistré le texte de Richard Feynman: «There’s Plenty of Room at the Bottom».Photo Université Delft

Une équipe de scientifiques de l’université Delft des Pays-Bas a réalisé l’unité de mémoire informatique la plus compacte du monde, a dévoilé lundi le Dr Sander Otte du département de Nanoscience.

Entrez la légende de la vidéo ici

En déplaçant des atomes de chlore sur une feuille de cuivre, les chercheurs sont parvenus à créer un fichier de 1 kilo-octet sur une surface large de 100 nanomètres (un nanomètre = 10 -9 mètre). En théorie, une mémoire de cette densité permettrait de stocker tous les livres publiés depuis l’invention de l’imprimerie sur un disque dur de la grosseur d’un timbre postal.

PAS ENCORE VIABLE

Bien que cette unité de mémoire soit 500 fois plus performante que le meilleur disque dur disponible présentement sur le marché, ce n’est pas pour demain qu’elle sera exploitée commercialement. Le problème, c’est que pour fonctionner, la mémoire atomique doit demeurer sous vide à une température de -196,15 degrés celcius (77 k).

http://fr.canoe.ca/

Une adolescente invente une souris d’ordinateur contrôlée par la langue


C’est vraiment une amie extraordinaire cette adolescente ! A cause d’une maladie (SLA), elle  décide d’aider un ami a mieux utiliser une souris d’ordinateur. Cela lui a pris 3 ans pour arriver à un prototype qui pourrait être disponible pour ceux qui pourraient l’utiliser
Nuage

 

Une adolescente invente une souris d’ordinateur contrôlée par la langue

 

Emma Mogus remporte à 17 ans le Prix de l’innovation des jeunes 2016 remis par le Centre des sciences de l’Ontario.

Emma Mogus remporte à 17 ans le Prix de l’innovation des jeunes 2016 remis par le Centre des sciences de l’Ontario.   PHOTO : CENTRE DES SCIENCES DE L’ONTARIO

Une adolescente ontarienne de 17 ans a remporté un prix scientifique de 2000 $ pour avoir inventé une souris d’ordinateur qui se contrôle avec la langue.

RADIO-CANADA AVEC CBC

Inspirée par un ami atteint de la maladie musculaire dégénérative sclérose latérale amyotrophique (SLA), Emma Mogus a conçu le TiC (pour Tongue-Interface Communication), un dispositif ressemblant à un protecteur buccal muni de cinq boutons connectés à un ordinateur qui permettent de contrôler la direction de la souris.

Le bouton central correspond à « Entrée ». Les autres aident à pointer vers le haut, le bas, la gauche ou la droite.

« Vous pouvez la voir comme une souris à l’intérieur de votre bouche », a-t-elle expliqué.

Ses nombreux tests sur ses frères et sœurs, entre autres, ont porté leurs fruits. Elle a remporté le Prix de l’innovation des jeunes 2016 remis par le Centre des sciences de l’Ontario.

Elle voulait aider son ami

Motivée par la volonté d’aider son ami Tim, un homme marié et père qui a de plus en plus de difficultés à parler en raison de la SLA, elle s’est mise à faire des recherches et a constaté que la langue était susceptible d’aider les gens aux prises avec des difficultés physiques.

« La langue est presque directement connectée sur le cerveau. Elle surpasse presque la moelle épinière. Alors, dans ce genre de maladie, la langue est moins affectée », dit-elle.

La jeune fille a aussi découvert que la langue ne se fatiguait pas vraiment et était capable de mouvements complexes.

La jeune fille aimerait rendre son invention le TiC sans fil.

La jeune fille aimerait rendre son invention le TiC sans fil.

Testés sur ses proches

Si d’autres prototypes similaires existent pour aider les gens avec des limitations de mouvement, ils comportent chacun leur lot d’erreurs, soutient Emma Mogus.

Malheureusement, ils peuvent être sensibles aux mouvements involontaires. Il est donc beaucoup plus facile en tournant le regard subitement ou en respirant trop fort d’activer une commande indésirable. Emma Mogus

Elle a donc pris trois ans pour peaufiner son prototype en le testant sur elle-même et des membres de sa famille afin d’éliminer ces erreurs.

L’adolescente compte maintenant expérimenter son prototype auprès de malades comme Tim, mais prévoit avant toute chose rendre le gadget sans fil.

Elle aimerait également à breveter son invention, en espérant mettre sur le marché un produit abordable pour les gens dans le besoin.

http://ici.radio-canada.ca/

Ce fauteuil roulant a une solution pour tous les obstacles du quotidien


Imaginez en chaise roulante aussi performante toutes les possibilités qui pourraient rendre plus autonomes les usagers. Bien que certaines chaises ont déjà certaines fonctionnes, on cherche à assembler tout dans un
Nuage

 

Ce fauteuil roulant a une solution pour tous les obstacles du quotidien

 

C’est peut-être le fauteuil roulant du futur. Il n’existe pas encore, mais sa vidéo de démonstration est très parlante. Elle a été mise en ligne par la société canadienne Argonault, dédiée aux technologies de la mobilité, qui vient de lancer un projet def inancement participatif sur la plateforme Indiegogo.

En 3D, on découvre un fauteuil aux multiples fonctionnalités. Une simple marche ou une étagère trop haute ne sont plus des obstacles de la vie quotidienne.

On connaissait déjà le fauteuil roulant qui monte les escaliers. Mais cette fois, Astronault propose d’additionner plusieurs fonctionnalités, déjà existantes. Ainsi, le fauteuil est capable de s’allonger, de monter, de s’aplatir et de monter des marches, mêmes hautes, comme celles des voitures.

http://quebec.huffingtonpost.ca/