Des chiens policiers renifleurs de clés USB


On connaît tous, la capacité des chiens dans divers domaines, pour chercher des pistes pour la police, trouver des drogues et plus encore. Le Royaume-Uni s’est doté de chien pour renifler des cartes SD, clés USB, disque dur externe, comme il se fait aux États-Unis. Il semble que cette brigade canine puisse débusquer des terroristes, des pédophiles et fraudeurs, et que cela fonctionne bien
Nuage

 

Des chiens policiers renifleurs de clés USB

 

BenjaminWalewski

Avis aux criminels technophiles, la police britannique dispose de chiens traquant les dispositifs de stockage amovibles.

(CCM) — Vous avez tous entendu parler des brigades d’interventions canines où des chiens policiers sont utilisés pour pister des personnes disparues ou encore découvrir de la drogue ou des explosifs dissimulés. Mais connaissez-vous les chiens renifleurs de clé USB ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, la police de Devon & Cornwall et du Dorset dispose de deux agents de terrains canins capables de pister des clés USB, disques durs externes et cartes SD.

Tweed, un épagneul springer de 19 mois, et Rob, un labrador noir de 20 mois, ont été spécialement entraîné auprès du FBI à renifler les composants uniques que l’on trouve dans ce type d’appareils. Il s’agit de la première unité canine de ce type en Europe, mais on en compte déjà plusieurs aux États-Unis (lien en anglais), pays où les braves toutous participent déjà à la lutte « contre le terrorisme, les pédophiles et les fraudeurs » ainsi que l’explique la police de Devon & Cornwall (lien en anglais).

Si cette unité un peu spéciale fait partie d’un programme pilote, elle a néanmoins été employée dans près de 50 affaires dans diverses régions du Royaume-Uni. Et ça marche ! Lors d’une affaire, Tweed a découvert une boîte camouflée en canette de soda qui contenait plusieurs cartes SD.

« Rob a également débusqué un petit appareil très bien caché dans un tiroir qui aurait probablement été manqué par l’œil humain » explique Graham Attwood, un policier et instructeur canin à l’origine du projet britannique.

http://www.commentcamarche.net

Publicités

Une sonde de la taille d’un stylo détecte des cellules cancéreuses en 10 secondes


En chirurgie enlever des cellules cancéreuses sans en laisser une, n’est pas évident, il faut analyser des tissus en laboratoire qui prend des jours pour des résultats, après l’opération. Voilà qu’une simple sonde peut faire le travail en quelques secondes pendant la chirurgie. Et le taux de réussite est assez haut
Nuage

 

 

Une sonde de la taille d’un stylo détecte des cellules cancéreuses en 10 secondes

 

La sonde «MasSpec Pen» permet d'extraire en douceur des... (PHOTO AP)

La sonde «MasSpec Pen» permet d’extraire en douceur des molécules d’eau contenues dans les tissus en pompant un volume infime de 10 microlitres.

 

Agence France-Presse
Washington

Des scientifiques ont mis au point une petite sonde manuelle de la taille d’un stylo capable de détecter des cellules cancéreuses dans des tissus en dix secondes, permettant aux chirurgiens de savoir en temps réel s’ils ont bien enlevé la totalité de la tumeur.

Des résidus de tissus cancéreux qui subsistent après une intervention chirurgicale présentent un risque de rechute pour le malade.

Actuellement, la plupart des laboratoires ont besoin de plusieurs jours pour déterminer si des cellules cancéreuses subsistent dans les échantillons prélevés pendant l’opération, expliquent les inventeurs de cette nouvelle sonde, baptisée «MasSpec Pen», objet d’une présentation mercredi dans la revue américaine Science Translational Medicine.

L’instrument permet d’extraire en douceur des molécules d’eau contenues dans les tissus en pompant un volume infime de 10 microlitres, soit environ un cinquième d’une simple goutte.

Ces molécules sont acheminées par un tube souple vers un spectromètre qui calcule les différentes masses moléculaires dans l’échantillon et détermine la présence de cellules cancéreuses, expliquent ces chercheurs et ingénieur de l’Université du Texas à Austin.

Après avoir analysé 253 échantillons de tissus humains cancéreux et sains provenant du poumon, de l’ovaire, de la thyroïde et du sein, ces scientifiques ont pu établir «un profil moléculaire» permettant d’identifier la présence d’un cancer avec un taux d’exactitude de plus de 96%.

Testée sur des souris vivantes, cette sonde a pu détecter sans erreur la présence de cellules cancéreuses sans endommager les tissus sur lesquels ont été prélevés les échantillons, précisent les inventeurs.

Selon eux, cet instrument pourrait devenir encore plus précis en analysant un plus grand nombre d’échantillons. Cela devrait aussi permettre de l’utiliser pour diagnostiquer un éventail plus large de tumeurs dans différents types de tissus.

La technique actuelle d’analyse pour déterminer si un tissu est sain ou cancéreux est lente et parfois inexacte, expliquent ces scientifiques.

Il faut parfois trente minutes voire plus à un pathologiste pour préparer un échantillon et déterminer s’il est cancéreux ou pas ce qui pour le malade accroît le risque d’infection et d’effets néfastes de l’anesthésie.

En outre, pour certains cancers, l’interprétation de l’échantillon de tissu peut être difficile entraînant un taux d’erreur dans les résultats de 10 à 20%.

«Cette nouvelle technologie … nous permet d’être beaucoup plus précis en sachant exactement quels tissus retirer et laisser», juge le Dr James Suliburk, chef du service de chirurgie endocrinienne à la faculté de médecine Baylor au Centre médical de Houston au Texas qui a collaboré à ce projet.

Bien que maximiser l’ablation de la tumeur cancéreuse soit essentielle pour améliorer les chances de survie du patient, enlever trop de tissu sains peut avoir des effets néfastes étendus, souligne-t-il.

Les inventeurs prévoient de commencer à tester cette sonde en 2018 pendant des interventions chirurgicales pour retirer des tumeurs.

Ils ont également déposé une demande pour faire breveter cette technologie et ses applications aux États-Unis et s’efforcent actuellement d’obtenir cette protection au niveau mondial.

http://www.lapresse.ca

Risque de piratage sur des milliers de pacemakers américains


C’est beau la technologie médicale via Internet, mais des risques de piratage existent aussi. Heureusement, que des chercheurs Belge on signalé la faille de sécurité des stimulateurs cardiaques (pacemaker) fabriqué par Abbott pour que des mises jours puissent se faire aux patients concernés
Nuage

 

Risque de piratage sur des milliers de pacemakers américains

Risque de piratage sur des milliers de pacemakers américains

Le 4 septembre 2017.

Les pacemakers du fabriquant américain Abbott souffriraient d’un défaut de sécurité et seraient potentiellement piratables. Un défaut de mise à jour qui devrait être rapidement résolu.

Les pacemakers fabriqués par St. Jude Medical

Une équipe de chercheurs de l’université de Louvain, en Belgique, a fait une étonnante découverte. Ils ont en effet révélé que les pacemakers fabriqués par St. Jude Medical, une entreprise acquise par Abbott, pouvaient être piratés. Des personnes malintentionnées pourraient en effet contrôler le rythme ou vider la batterie de ces appareils qui sont destinés aux personnes atteintes de bradycardie, c’est-à-dire qui ont un rythme cardiaque trop lent.

Cette découverte a poussé la Food and Drug Administration (FDA), la plus haute autorité sanitaire américaine, à demander aux professionnels de santé concernés et aux porteurs de ces pacemakers de mettre à jour leurs appareils. Au total, près de 460 000 pacemakers pourraient être concernés par ce défaut de sécurité.

« Cette mise à jour sera lancée en France après validation locale », a assuré la société Abbott à nos confrères de L’OBS.

Risque d’épuisement rapide de la batterie

Selon la FDA, si ces failles de sécurité étaient exploitées, elles pourraient « permettre à un utilisateur non autorisé – c’est-à-dire autre que le médecin – d’accéder au dispositif en utilisant des équipements disponibles dans le commerce ». Et d’ajouter que « cet accès pourrait être utilisé pour modifier les commandes de programmation sur le stimulateur cardiaque implanté, ce qui pourrait entraîner des dommages pour le patient ».

Le risque est en effet suffisamment important pour être signalé. Les patients porteurs des appareils suivants doivent donc entrer en contact avec leur médecin : Accent SR RF™, Accent MRI™, Assurity™, Assurity MRI™, Accent DR RF™, Anthem RF™, Allure RF™, Allure Quadra RF™, et Quadra Allure MP RF™. Il n’est pas nécessaire de changer de pacemaker pour autant, une simple mise à jour suffit.

Marine Rondot

http://www.passeportsante.net/

Chine: le poulet frit se paie par reconnaissance faciale


Je n’aime pas trop l’idée de payer par reconnaissance faciale, même si cela a permis de localiser des criminels
Nuage

 

Chine: le poulet frit se paie par reconnaissance faciale

 

La Chine fait figure depuis quelques mois de... (AFP)

La Chine fait figure depuis quelques mois de laboratoire pour la reconnaissance faciale.

AFP

 

Agence France-Presse
SHANGHAI

L’enseigne de restauration rapide américaine KFC a lancé en Chine un système de paiement futuriste à reconnaissance faciale, à l’heure où le pays asiatique fait de plus en plus appel à cette technologie.

Ce dispositif mis en place par la chaîne spécialisée dans le poulet frit permettra aux clients d’un restaurant de la ville de Hangzhou (est) de passer commander via un terminal tactile tout en gardant leur portefeuille dans leur sac.

Le groupe de restauration Yum, propriétaire des marques KFC ou encore Pizza Hut, s’est associé avec le système de paiement mobile Alipay — du géant chinois du commerce électronique Alibaba — pour concevoir cette nouvelle technologie.

Yum Chine décrit ce dispositif comme une «première mondiale».

Concrètement, le terminal de commande compare les visages des clients avec la photo présente sur leurs comptes Alipay pour valider le paiement.

La Chine fait figure depuis quelques mois de laboratoire pour la reconnaissance faciale.

Un dispositif utilisant cette technologie a ainsi été installée en mars au Temple du ciel, un célèbre site touristique de Pékin, afin de dissuader les vols de papier toilette.

La compagnie aérienne China Southern commence depuis cette année à utiliser la reconnaissance faciale en remplacement de cartes d’embarquement.

Et dans la ville côtière de Qingdao, où est brassée la fameuse «Tsingtao», 25 suspects ont été interpellés au total courant août après avoir été repérés par des caméras à l’entrée du site.

http://www.lapresse.ca/

Un « œil bionique » implanté pour la première fois au Québec


De grands espoirs pour ceux qui ont une perte de vision importante pouvant aller à la cécité. Un « oeil bionique » La première personne qui a eu l’implant d’une puce, n’a peut-être pas une vision parfaite, mais elle a peut continuer sa vie presque comme avant, mais surtout voir ses enfants et son dernier-né.
Nuage

 

Un « œil bionique » implanté pour la première fois au Québec

 

 

Infographie ci-dessus : Gaëlle Lussiaà-Berdou, de l’émission Découverte, explique le fonctionnement de l’oeil Argus sur une infographie de Patricia Dallaire.

Une femme atteinte d’une maladie dégénérative de la rétine est devenue la première Québécoise à se faire implanter un « œil bionique », une prothèse qui lui permet aujourd’hui de recouvrer une partie de sa vision et de voir, pour la première fois, son petit garçon.

Un texte de Valérie Boisclair

Sandra Cassell fait partie des quelque 3000 Québécois à être atteints d’une rétinite pigmentaire, une forme fréquente de la dystrophie rétinienne. Chez certains patients, la vision se dégrade de plus en plus avant d’arriver à la cécité totale.

Mme Cassel a reçu son diagnostic en 2001, à l’âge de 26 ans. De retour aux études, cette mère de trois enfants – qui allait accueillir par la suite un autre petit garçon – a vu son état se détériorer progressivement au cours des cinq années suivantes.

À l’époque, aucune possibilité de traitement ne s’offrait à elle.

« J’étais prête à faire tout ce qu’il faut », a confié Mme Cassell lors d’une conférence de presse, jeudi.

Ses recherches l’ont menée à découvrir l’entreprise américaine Second Sight, qui en était à développer sa prothèse rétinienne Argus II.

« Certains la surnomment l’œil bionique, explique la docteure Cynthia Qian, ophtalmologiste spécialiste en chirurgie vitréo-rétinienne. Cette prothèse peut offrir la chance d’avoir à nouveau une vision fonctionnelle. »

Sans redonner une vue parfaite, l’« œil bionique » permet aux patients de distinguer les contours et de reconnaître les formes. L’implant redonne ainsi à une personne non voyante la possibilité de mener ses activités quotidiennes, indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

« Je suis maintenant capable de voir mes enfants, ou encore le piéton dans la rue. Capable de trier mes vêtements, de déterminer la hauteur des choses », se réjouit Mme Cassell, qui pensait ne « jamais être capable de voir à nouveau ».

Sans mon Argus, je ne vois rien. Avec lui, je vois, oui, d’une façon différente. Mais ça me donne beaucoup d’espoir. Sandra Cassell

Une puce dans l’œil

Développée depuis le début des années 2000, l’Argus II est faite spécifiquement pour traiter les cas de rétinite pigmentaire, comme celui de Mme Cassell, indique la Dre Qian.

Cette prothèse consiste en une caméra, fixée sur des lunettes, qui est connectée à une puce greffée sur la rétine de l’œil.

Les images captées par la caméra sont converties en une série de pulsations électriques qui sont transmises à la puce.

« Le but de ces pulsations est de stimuler les cellules encore vivantes dans la rétine et de contourner celles qui sont mortes », ajoute la Dre Qian.

Cette opération de près de quatre heures est réservée « aux patients qui ont une perte sévère de la vision pour l’instant, mais le but est d’aider davantage de patients à l’avenir », note le docteur Flavio Rezende, ophtalmologiste chirurgien rétinologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui a réalisé l’implantation.

À la lumière de cette expérience, le Dr Rezende et son équipe du Centre universitaire d’ophtalmologie de l’Université de Montréal (CUO) tentent désormais de pousser encore plus loin cette technologie. Une « deuxième génération » devrait voir le jour, en collaboration avec l’Université de Melbourne.

Une opération difficile

Avant d’être réalisée avec succès sur Sandra Cassell, cette opération a connu des complications, raconte le Dr Rezende.

« La première chirurgie avait mal fonctionné. Dans ces conditions, c’était difficile de convaincre quelqu’un d’aller de l’avant avec cette opération », soutient celui qui a consacré près de trois ans et demi de sa carrière à tenter d’amener cette technologie dans la province.

Le Dr Rezende s’est dit extrêmement fier du travail accompli par Mme Cassell.

C’est grâce à [cet œil bionique] que Mme Cassell a pu voir son petit garçon pour la première fois. Dr Flavio Rezende

Après avoir subi l’opération, en mai dernier, Sandra Cassell a dû consacrer plusieurs heures à la réhabilitation.

« C’est un long processus qui dépend beaucoup de la motivation de la personne. […] Chaque petite amélioration représente une grande victoire », soutient Geneviève Lizé, spécialiste en activité clinique à l’Institut Nazareth et Louis-Braille, où Mme Cassell s’est rendue durant cinq mois afin de réapprendre à voir.

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est le premier centre du Québec et le deuxième du Canada à réaliser cette opération délicate, selon le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

http://ici.radio-canada.ca/

Il existe un risque de piratage quand vous faites remplacer l’écran cassé de votre Smartphone


Quand l’écran de Smartphone ou iPhone est brisé, on le change et très souvent, ou on va à un magasin de réparation. Mieux vaut aller dans un magasin de confiance, car juste remplacé l’écran, une personne malveillante pourrait ajouter une puce électronique, Ceci vise aussi les batteries et les chargeurs
Nuage

 

Il existe un risque de piratage quand vous faites remplacer l’écran cassé de votre Smartphone

 

Repéré par Juliette Mitoyen

Repéré sur Engadget

Il est possible d’insérer des puces électroniques derrière un écran pour contrôler de nombreuses fonctionnalités des téléphones portables.

 

Une nouvelle étude de l’Université Ben-Gourion du Néguev, en Israël, pourrait bien vous faire réfléchir la prochaine fois que vous changerez l’écran cassé de votre smartphone. D’après Engadget, les chercheurs à l’origine de l’étude affirment qu’il est facile, au cours d’un remplacement d’écran, d’équiper un téléphone portable de puces électroniques. Une fois installées, ces dernières peuvent servir à dérober des données privées ou contrôler le téléphone à distance.

L’équipe de recherche a notamment été capable de manipuler le système de communication d’un smartphone Huawei Nexus 6P, mais également d’une tablette LG G Pad. Les chercheurs affirment que des micro-contrôleurs implantés derrière un écran de remplacement peuvent prendre des photos de l’utilisateur, rentrer des URL néfastes dans les barres de recherche, exfiltrer des données privées, télécharger des applications malveillantes ou diriger le propriétaire du mobile vers des sites de phishing de manière à récupérer ses informations personnelles et confidentielles.

 

Il suffit qu’un magasin de réparation un peu douteux ait, pour n’importe quelle raison, envie de vous dérober des informations confidentielles ou de contaminer votre système. D’autant plus que l’implantation d’une puce permettant de contrôler le téléphone est assez simple, selon les chercheurs. Il suffit de séparer le système de contrôle de l’écran tactile du téléphone en utilisant un souffle d’air chaud, pour ensuite souder une petite puce à l’appareil. Il est très facile de cacher la partie altérée du téléphone et, une fois ré-assemblé, un écran trafiqué pourrait ressembler à n’importe quel autre.

Les chercheurs mettent ainsi en garde les constructeurs de smartphones:

«Les créateurs des systèmes de téléphones portables devraient penser au fait qu’on ne peut pas faire confiance aux éléments de remplacement, et devraient donc mettre en place des systèmes de sécurité supplémentaires.»

D’après l’étude, Android n’est pas le seul système à pouvoir être attaqué: les iPhone seraient également vulnérables et manipulables de la sorte. Au-delà des écrans cassés, des systèmes de contrôle pourraient également être insérés dans des batteries ou des chargeurs de remplacement.

http://www.slate.fr

Une tenue de plongée révolutionnaire pour "voler" dans l’océan


Oceanwings vous connaissez ? Et un wingsuit, le fait de voler dans les airs comme une chauve-souris ? Bien le Ocenawings, c’est un peu la même chose, mais utilisée en apnée dans l’océan. Pour le moment, il n’est pas encore en mode de fabrication, mais il sera utile pour l’étude des animaux marins, des soins et l’identification sans stresser l’animal
Nuage

 

Une tenue de plongée révolutionnaire pour « voler » dans l’océan

 

OceanWings

La tenue créée par Pierre Frolla permet de « planer » dans l’océan.

© BORIS HORVAT / AFP

Par Sciences et Avenir avec AFP

Pierre Frolla, un champion d’apnée, a développé une combinaison de plongée qui permet de glisser dans l’eau.

C’est l’histoire d’un champion d’apnée, aussi amateur de chute libre, qui a décidé de faire de la plongée autrement. Son rêve : approcher au plus près les grands animaux marins. Il est devenu réalité grâce à une idée de génie : s’inspirer de la discipline du wingsuit  (sport qui consiste à sauter d’une falaise et à voler grâce à une combinaison spéciale) pour planer dans l’océan.

Faire de la sensibilisation autrement

Entre 1996 et 2007, Pierre Frolla, né en principauté monégasque il y a quarante-deux ans, est d’abord athlète de haut niveau. Il enchaîne les records en apnée. Quatre de France, deux d’Europe, et encore quatre au niveau mondial. Puis, las de cette « recordite«  comme il dit, il prend conscience de la nécessité de sensibiliser le public à la fragilité du milieu marin.

« Mais je voulais le faire de façon différente de gens tels que Nicolas Hulot, en continuant à plonger et en cherchant à aller au contact des plus gros animaux, cachalots, raies manta ou requins, pour réaliser des choses qui touchent les gens », confie le quadragénaire.

MONACO. Avec cet objectif, le champion crée plusieurs écoles de plongée en apnée ou en scaphandre à Monaco, tournées vers cette thématique environnementale et ouvertes aux enfants dès 8 ans. La dernière, créée en 2013 avec la princesse Charlène, est dédiée au sauvetage en mer. Mais Pierre Frolla ne souhaite pas se limiter aux sorties avec les enfants de ces écoles. Alors avec une marque leader dans le domaine de la plongée, il développe d’abord une combinaison dans un souci esthétique puis ensuite réfléchit à un moyen de révolutionner sa discipline.

« Voler » en apnée pendant 3 à 4 minutes

Son inspiration viendra du wingsuit dont il a suivi l’essor avec intérêt.

« Pouvoir parcourir en apnée de longues distances sans aucun effort » : voilà l’objectif.

 Le premier prototype prend vie il y a 4 ans. La combinaison en néoprène couvre le corps et se déploie aussi entre les jambes et sous les bras. Mais le premier jet met en évidence quelques défauts :

« C’était très bien pour glisser en descendant. Mais sans mes palmes, j’avais toujours besoin de quelqu’un pour me remonter », dit-il.

Mais Pierre Frolla a trouvé la solution depuis quelques mois : quatre petites cartouches de gaz de 38 grammes vissées à des percuteurs. Une fois déclenchées, quelle que soit la profondeur, elles permettent de remonter seul à la surface grâce à une poche gonflable placée dans le dos, sous la combinaison.

© BORIS HORVAT / AFP

NÉOPRÈNE. L’innovation de son « Oceanwings » (le nom de sa combinaison) tient donc à la fois à la forme, au procédé de remontée et au matériau utilisé, un néoprène très souple qui permet de moins flotter et donc de glisser plus facilement dans les courants donnant l’impression de voler pendant 3 à 4 minutes. La sensation procurée par cette combinaison révolutionnaire, seul Pierre Frolla peut en parler aujourd’hui, car il n’existe que trois prototypes, qui sont tous à sa taille. Par ailleurs, aucune commercialisation n’est (pour l’instant) envisagée.

Un déplacement souple et calme pour attirer les animaux

L’objectif de cette tenue est « de s’approcher au contact des animaux, sans avoir besoin de faire des mouvements avec les bras et les jambes, et donc d’inverser la tendance, c’est à dire d’attirer leur curiosité et de les faire venir à moi », explique-t-il.

À terme, Pierre Frolla prévoit donc d’autres usages éthologiques ou vétérinaires pour cette innovation, comme la pratique de biopsies sur des animaux ou encore la facilitation de leur identification.

© BORIS HORVAT / AFP

https://www.sciencesetavenir.fr