Le Saviez-Vous ► 10 aliments bientôt dans nos assiettes : sucette lyophilisée, chewing-gum à l’or fin, thé au collagène


Même l’alimentation a une mode, la nourriture d’autrefois est soit mit aux oubliettes ou reviennent de façon plus exotique. À Paris, un salon de l’alimentation expose différents produits provenant partout dans le monde.
Nuage

 

10 aliments bientôt dans nos assiettes : sucette lyophilisée, chewing-gum à l’or fin, thé au collagène

 

Céline Deluzarche
Journaliste

Le SIAL Paris, le plus grand salon alimentaire mondial, rassemble tous les deux ans plus de 7.200 exposants de 119 pays qui viennent présenter leurs dernières innovations. Nous en avons sélectionné 10 qui illustrent les grandes tendances alimentaires actuelles..

Que va-t-on manger demain ? Plusieurs grandes tendances se dessinent lorsque l’on parcourt le SIAL dont l’édition 2018 s’est tenue du 21 au 25 octobre à Paris. Ce salon alimentaire présente les dernières innovations en matière d’alimentation avec plus de 400.000 produits venus du monde entier.

« Cette année marque le grand retour du goût, ou plutôt des goûts nouveaux et puissants », asserte Nicolas Trentesaux, le directeur du salon.

 On voit ainsi émerger la mode des aliments fermentés, inspirés de la K-Food (nourriture coréenne).

De plus en plus de Français se déclarent aussi « flexitariens », ce qui encourage les fabricants à multiplier les produits à base de protéines végétales comme les « faux » burgers aux légumineuses, les desserts au lait d’amande ou de chanvre et même du foie gras vegan. On note aussi une volonté de manger « responsable », avec une offre exponentielle de produits bio ou locaux. Les alicaments, un temps passés de mode, reviennent sous le prisme de la santé, avec du thé au collagène ou une boisson au melon enrichie en acide hyaluronique. Enfin, les aliments sophistiqués, comme le jambon Bellota aux inclusions de truffe ou le ketchup aux paillettes d’or doivent apporter plaisir et découverte. Bon appétit !

    Soda fermenté Mygutness

    Ce soda biologique riche en probiotiques artisanal et vegan surfe sur la vague coréenne des produits fermentés comme le fameux kimchi (chou fermenté aux épices). Disponible en trois saveurs (cola, framboise et citron gingembre), il contient des bactéries bénéfiques pour la flore intestinale.

  • Fabricant : Captain Kombucha

  • Pays : Portugal

Soda fermenté riche en probiotiques. © SIAL Paris 2018

Soda fermenté riche en probiotiques. © SIAL Paris 2018

    Ail noir du Nord

    Fabriqué par une PME française de Cuincy (Nord), cet ail noir est issu d’une très ancienne variété d’ail, appelée Rose du Nord. Son goût doux et sucré est semblable à celui de la réglisse, avec des saveurs de pruneaux, de chocolat et des arômes balsamiques. L’ail noir est considéré comme cinquième saveur appelée « umami ». Il est utilisé depuis des siècles en Asie pour ses pouvoirs antioxydants.

  • Fabricant : Potdevin-Caron

  • Pays : France

 

Ail noir du Nord. © SIAL Paris 2018

Ail noir du Nord. © SIAL Paris 2018

    Sucette de fruits lyophilisés Bekids

    Ces bâtonnets de fruits lyophilisés, nomades et sans sucre ajouté, constituent une alternative saine aux glaces ou aux biscuits pour le goûter des enfants. Présentés en sachets individuels, ils sont pratiques à emporter et se déclinent en quatre parfums exotiques : pastèque, mangue, ananas et banane.

  • Fabricant : Betters International

  • Pays : Monaco

Fruits lyophilisés en bâtonnet. © SIAL Paris 2018

Fruits lyophilisés en bâtonnet. © SIAL Paris 2018

    Café arabica infusé à l’azote Vobe nitro

    Avec seulement 18 calories pour 100 ml, ce café infusé à l’azote donne à la boisson une texture « crémeuse » alors qu’il ne contient ni lait ni crème. Peu sucré, il contient autant de caféine qu’une tasse de café normale. Le fabricant compte à présent utiliser cette technologie d’infusion à l’azote pour d’autres types de boissons.

  • Fabricant : Vobe Nitro

  • Pays : Irlande

Café arabica infusé à l’azote. © SIAL Paris 2018

Café arabica infusé à l’azote. © SIAL Paris 2018

    Thé au collagène Eternitea

    Ce thé « beauté » contient 2,5 g de collagène par bouteille, une protéine qui donne à la peau son élasticité. Il contient également du moringa, réputé pour ses propriétés antioxydantes et sa richesse en vitamine E, ainsi que de l’aloe vera, aux vertus hydratantes et censées favoriser la régénération cellulaire. Pauvre en calories, il est disponible en deux goûts (yuzu et pamplemousse).

  • Fabricant : Eternitea

  • Pays : Royaume-Uni

Thé au collagène bon pour la peau. © SIAL Paris 2018

Thé au collagène bon pour la peau. © SIAL Paris 2018

    Steak végétarien Beyond Burger

    Ce burger 100 % végétal est fabriqué à partir de pois qui apportent les protéines, de pommes de terre pour la texture, d’huile de coco pour le côté « juteux » et de betterave pour donner la couleur rouge. Au final, une « fausse viande » aux aspects de steak haché qui contient 20 g de protéines par portion, soit autant qu’un steak de viande normal.

  • Fabricant : Beyond Meat

  • Pays : États-Unis

Steak 100 % végétal. © SIAL Paris 2018

Steak 100 % végétal. © SIAL Paris 2018

    Cardamome dorée en chewing-gum

    La cardamome est une épice habituellement en poudre pour parfumer le curry ou le café, mais elle est aussi croquée en fin de repas pour rafraîchir l’haleine. C’est justement cette propriété qui a conduit à l’invention de ce chewing-gum, composé d’une capsule de cardamome infusée de safranet recouverte d’or comestible 24 carats. Une gomme 100 % biodégradable qui ne laisse pas de trace.

  • Fabricant : KLG Spice

  • Pays : États-Unis

Cardamome en chewing-gum recouverte d’or. © SIAL Paris 2018

Cardamome en chewing-gum recouverte d’or. © SIAL Paris 2018

    Légumes secs germés

    Les graines germées sont plus digestes et plus riches en nutriments que les aliments secs. Prêtes à cuisiner, ces graines fermées de pois chiche, quinoa ou lentilles évitent la corvée de trempage qui prend plusieurs jours. Source de vitamines, protéines et Gaba (acide aminobutyrique), réputé pour ses vertus antistress, elles se consomment en salade chaude ou froide.

  • Fabricant : Sabarot

  • Pays : France

Lentilles, pois chiche et quinoa germés. © SIAL Paris 2018

Lentilles, pois chiche et quinoa germés. © SIAL Paris 2018

    Bretzels aux carottes

    Les biscuits apéro se résument le plus souvent aux chips et aux snacks salés bourrés de sel et d’huile. Avec ces sticks de bretzels aux carottes et à la farine d’épeautre bio affichant moins de 3,8 g de lipides aux 100 g, le fabricant allemand Freche Freunde cible spécialement les enfants.

  • Fabricant : Freche Freunde

  • Pays : Allemagne

Snacks bretzels aux carottes. © SIAL Paris 2018

Snacks bretzels aux carottes. © SIAL Paris 2018

    Poudre de protéines Big bang food

    À base de criquets, de spiruline ou de krill antarctique, ces poudres superprotéinées s’ajoutent aux plats salés ou sucrés. Elles permettent de compléter l’apport en protéines pour les personnes dénutries ou les sportifs. Malgré leurs atouts, les aliments à base d’insectes ont cependant encore du mal à émerger en France.

  • Fabricant : Globexplore

  • Pays : France

Poudre protéinée de spiruline, criquet et krill antarctique. © SIAL Paris 2018

Poudre protéinée de spiruline, criquet et krill antarctique. © SIAL Paris 2018

https://www.futura-sciences.com

Le Saviez-Vous ► 8 vitamines et minéraux qui pourraient être une perte d’argent (et même être dangereux)


Le marché des vitamines et minéraux est florissant, cependant avons-nous vraiment besoin de ces suppléments, alors qu’ils sont déjà présents dans une alimentation équilibrée.?  À moins d’un avis médical, il n’est vraiment pas nécessaire de dépenser de l’argent dans ce genre de commerce, surtout qu’en avoir plus qu’on devrait risque de nous rendre beaucoup plus malade.
Nuage

 

8 vitamines et minéraux qui pourraient être une perte d’argent (et même être dangereux)

 

Un excès de vitamines et de minéraux ne vous feront pas vivre plus longtemps.

Syda Productions/Shutterstoc

En ce qui concerne les suppléments, trop ne veut pas nécessairement dire mieux.

Trop d’une bonne chose?

Les vitamines et les minéraux sont essentiels à la santé, mais cela ne signifie pas que des mégadoses vous tiendront loin des hôpitaux ou qu’ils vous feront vivre plus longtemps. À mauvais dosage, certains peuvent être nocifs. Cependant, des doses élevées de certaines vitamines et minéraux peuvent convenir à certaines personnes. Parlez-en à votre médecin si vous êtes enceinte ou si vous pensez avoir bientôt des enfants si vous êtes végétarien ou végétalien, si vous bénéficiez d’un exposition limité au soleil, si vous êtes un athlète ou si vous pensez avoir une carence alimentaire. De plus, ce type de remède naturel pourrait être incompatible avec des médicaments sur ordonnance.

2 / 9

Vitamines: plusieurs consomment le bêta-carotène pour les vertus anticancer.

Luke SW/Shutterstock

Bêta-carotène

La bêta-carotène est une substance que notre corps convertit en vitamine A. Si les autorités en santé canadienne ne recommandent pas une quantité particulière de bêta-carotène, une consommation journalière de vitamine A est cependant recommandée. Soit, 900 mcg pour les hommes et 700 mcg pour les femmes qui ne sont pas enceintes et qui n’allaitent pas. Parmi ses sources alimentaires les plus élevées, on retrouve les carottes, les épinards, le chou frisé et le cantaloup. Certaines personnes les prennent comme un antioxydant anticancéreux, mais ces suppléments peuvent augmenter le risque de cancer du poumon chez les fumeurs. De plus, contrairement à leurs homologues alimentaires, ils n’ont pas été démontrés pour prévenir toute autre forme de cancer.

Le corps entrepose la vitamine A dans le foie pour une longue période : une forte dose pourrait donc être toxique. En fin de compte – sauf sur la recommandation de votre docteur en relation à une condition médicale –, ne le prenez pas.

3 / 9

Vitamines: L'acide folique réduirait le risque de défaut du tube neural chez les nouveau-nés.

Summer Photographer/Shutterstock

Acide folique

Il faut viser une consommation de 400 mcg de folate tous les jours. On en trouve dans le pain enrichi ou le pain de grains entiers, dans les céréales pour le petit-déjeuner, les légumineuses ou les asperges. L’acide folique – une forme de folate – est souvent associée à la réduction du risque de défaut du tube neural chez les nouveau-nés, c’est pourquoi les autorité en santé recommandent ce supplément aux femmes enceintes. Parce qu’on associe l’acide folique – une forme de folate –, à la réduction du risque de défauts du tube neural chez les nouveau-nés, c’est un supplément qui est fortement recommandé aux femmes enceintes par les autorités de la santé. Toutefois, certains docteurs font remarquer qu’à forte dose, la supplémentation peut contribuer au cancer du colon. Sauf si le docteur vous a recommandé l’acide folique pour une condition médicale, par exemple une maladie intestinale inflammatoire, c’est un supplément nécessaire seulement aux femmes enceintes ou en voie de le devenir, ou aux femmes allaitantes.

4 / 9

Vitamines: Certaines personnes prennent du sélénium pour prévenir le cancer de la prostate.i

prachenko/Shutterstock

Sélénium

Essayer d’obtenir 55 microgrammes de sélénium provenant de sources naturelles, comme les noix du Brésil, le thon et le bœuf. Certaines personnes prennent du sélénium pour prévenir le cancer, en particulier le cancer de la prostate. Mais ces bonnes intentions pourraient se retourner contre vous. Une étude majeure a révélé que la prise de sélénium pourrait augmenter le risque de cancer de prostate chez les hommes qui ont déjà un haut taux de ce minéral. Une méthode parfaitement sécuritaire pour prévenir le cancer de la prostate? L’éjaculation! Le sélénium pourrait également être l’un des pires suppléments pour le diabète. Une autre étude de 2007 a révélé un risque accru de 50 % de diabète de type 2 chez les personnes qui ont pris 200 microgrammes par jour. À long terme, il est possible de développer une dose toxique de sélénium, ayant des effets secondaires tels que la perte de cheveux ou des lésions cutanées. Bien que rarement, une trop grand dose pourrait s’avérer létale. En fin de compte mieux vaut ne pas en prendre sans une indication contraire de votre médecin.

5 / 9

Selon certaines études, la vitamine B6 aidera à prévenir le déclin mental et les maladies cardiaques.

13Smile/Shutterstock

Vitamine B6

Les adultes âgés de 19 à 50 ans devraient consommer chaque jour 1,3 milligramme de vitamine B6. Les pommes de terre au four, les bananes et les pois chiches en sont d’ailleurs une bonne source. Après 50 ans, les hommes devraient viser une consommation quotidienne de 1.7 milligramme comparé à 1.5 pour les femmes. Certains utilisent ce supplément pour prévenir le déclin mental, d’autres pour influencer les niveaux d’homocystéine (un acide aminé associé à une maladie cardiaque), mais les études sont mitigées. Deux revues ont échoué systématiquement à démontrer ses avantages cognitifs, et bien que la vitamine B6 réduit l’homocystéine, il n’est pas clair si cela empêche véritablement les crises cardiaques. Les personnes présentant certaines conditions médicales – comme les maladies rénales – peuvent avoir besoin de ce supplément. Cependant, la consommation prolongée d’une forte dose de B6 peut entraîner des dommages au système nerveux. En fin de compte : prenez-le si votre médecin le recommande.

6 / 9

Une carence en vitamine B12 peut causer l'anémie et la démence.

photka/Shutterstock

Vitamine B12

Dans la liste des aliments riches en vitamine B12, on trouve les poissons, les crustacés, le bœuf maigre et les céréales de petit déjeuner enrichies. C’est une vitamine dont les végétariens et les végétaliens ont tendance à ne pas avoir assez dans leur organisme. Voici comment ce manque de vitamine B12 peut entrainer une dépression chez les végétariens.

L’objectif est d’en consommer 2,4 microgrammes tous les jours. Plusieurs personnes âgées éprouvent des difficultés à absorber naturellement la vitamine B12 et peuvent bénéficier de nourriture enrichie ou de supplément. Occasionnellement, une carence — qui peut causer l’anémie et la démence — est un problème pour ces personnes, de sorte que de fortes doses de suppléments sous forme orale ou par des injections peuvent les aider à renverser le processus.

Cependant, de fortes doses de B12 n’ont pas été prouvées pour prévenir les pertes cognitives et elles ne stimulent pas l’énergie. L’apport maximum tolérable pour la vitamine B12 n’est pas défini, car il n’y a pas d’évidence quant aux effets adverses à forte dose. En fin de compte : si vous avez 50 ans et plus ou si vous êtes végétalien ou végétarien, essayez de combler votre apport quotidien en vitamine B12, soit sous forme de suppléments, soit par des nourritures enrichies.

7 / 9

La vitamine C permettrait de protéger contre le rhume.

frica Studio/Shutterstock

Vitamine C

La vitamine C se retrouve dans plusieurs fruits et légumes, par exemple, dans les agrumes, dans les melons et dans ces 15 autres aliments. Les hommes adultes devraient en consommer 90 milligrammes par jour, tandis que les femmes devraient viser 75 milligrammes. Certaines personnes prennent des suppléments en guise de prévention contre le rhume. Une revue d’études contrôlées a démontré que la prise de suppléments en vitamine C régulière pouvait réduire la durée des symptômes, mais n’avait aucune incidence sur le nombre de rhumes dont une personne peut souffrir. Les fumeurs peuvent avoir besoin de vitamines supplémentaires en vitamine C. Il a été démontré que les personnes consommant beaucoup de vitamine C, de fruits et de légumes courent un risque plus faible d’avoir un cancer et de souffrir de maladies cardiovasculaires. Cependant, il n’est pas clair que les suppléments peuvent aider à prévenir ou à traiter ces maladies. En fin de compte : la plupart des gens n’ont pas besoin de suppléments C.

8 / 9

On associe la vitamine E à la prévention de plusieurs maladies : maladies cardiaques, cancers et maladie d'Alzheimer.

Elena Hramova/Shutterstock

Vitamine E

La vitamine E – que l’on trouve dans l’huile végétale, les noix et les légumes verts feuillus et d’autres aliments – a été associée à la prévention des maladies cardiaques, du cancer et de la maladie d’Alzheimer. Essayez d’en consommer 15 milligrammes par jour en provenance de votre alimentation. Non seulement les études ont échoué à montrer que les suppléments de vitamine E empêcheraient les crises cardiaques ou le cancer, mais des doses élevées pourraient augmenter le risque d’AVC. Une étude a révélé que la vitamine E issue de la nourriture — mais pas des suppléments — aiderait à prévenir la maladie d’Alzheimer. En fin de compte : ne prenez pas de suppléments.

9 / 9

Vitamines: le zinc traiterait les symptômes du rhume.

bitt24/Shutterstock

Zinc

La portion quotidienne recommandée trouvée dans la nourriture (notamment dans les huîtres, le bœuf maigre et les céréales pour le petit-déjeuner) est de 11 milligrammes pour les hommes et de 8 milligrammes pour les femmes.

Il serait avéré que l’action du zinc – pris sous forme de pastille ou de sirop, mais pas nécessairement sous forme de supplément – pourrait aider à diminuer la durée et la sévérité des symptômes du rhume. Cependant, le dosage idéal ou la durée de la prescription restent toujours inconnus. À long terme, les doses élevées peuvent affaiblir le système immunitaire. En fin de compte, votre médecin peut vous recommander ce supplément pour plusieurs conditions médicales ou si vous êtes végétarien. ne le prenez pas, sauf pour l’utilisation occasionnelle sous forme de pastilles de zinc ou de pulvérisations pour les rhumes.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► Manger des carottes est bon pour la vue? Vrai, confirment des recherches


Ah les carottes, on vous a sûrement dit qu’il faut manger ses carottes pour avoir une bonne vue. En fait ce remède daterait possiblement à la Deuxième guerre Mondial en Grande-Bretagne et cela avait pour but de cacher une nouvelle technologie. Enfin bref, ce qui compte, c’est que les carottes et d’ailleurs d’autres légumes fort en bêta-carotène ont effectivement un effet positif sur la vision.
Nuage

 

Manger des carottes est bon pour la vue? Vrai, confirment des recherches

 

Agence Science Presse

À travers le monde, plusieurs personnes ont eu une grand-mère qui était très insistante sur les carottes : « mange tes carottes, c’est bon pour tes yeux ». Le Détecteur de rumeurs confirme… que ce n’est pas juste un remède de grand-mère.

L’origine de la rumeur

Il existe en fait deux idées reçues entourant les carottes : celle voulant qu’elles soient bonnes pour la vue, et l’autre voulant qu’elles l’améliorent. Les origines de la première sont peut-être très anciennes. En revanche, plusieurs croient que la deuxième tire son origine de la propagande britannique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon le Musée mondial de la carotte – un musée virtuel britannique – pendant et après les bombardements allemands de 1940 sur Londres, le gouvernement britannique a mené une campagne de sensibilisation à l’importance de manger des carottes, en leur attribuant la vue exceptionnelle des soldats. Cette campagne aurait, selon le Musée, fait partie des efforts pour dissimuler le fait que la Grande-Bretagne disposait d’une technologie secrète – le radar – lui permettant de détecter à l’avance l’arrivée des avions allemands.

Qu’en dit la science?

Si la possibilité que les carottes améliorent la vue relève du mythe, en revanche, la recherche a effectivement démontré que la carotte peut avoir un rôle bénéfique sur notre vision.

Les carottes sont riches en bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A. Cette vitamine est reconnue pour son rôle important dans la vision et principalement en ce qui concerne l’adaptation de l’oeil à l’obscurité.

Par contre, il ne faut pas s’imaginer qu’on pourra remplacer le port de lunettes par une consommation plus élevée de carottes. La consommation de bêta-carotène ne peut régler les problèmes de vision tels que la myopie ou l’astigmatisme.

En fait, dans les pays riches, où les carences en vitamine A sont rares, manger davantage de carottes ne transformera pas une vision déficiente en une vision normale. C’est dans les pays les plus pauvres, où la cécité partielle est un problème récurrent dû à un manque de nutriments, que la consommation de carottes pourrait être le plus bénéfique.

Il faut aussi noter que bien que les carottes soient particulièrement riches en bêta-carotène, on en retrouve également dans plusieurs légumes jaunes ou orangés (patate douce, courge d’hiver, citrouille, poivron rouge) ainsi que dans certains légumes feuillus (épinard, chou vert, laitue, bok choy).

Quant aux personnes âgées, pour une bonne santé de leurs yeux, un apport quotidien en vitamines et en minéraux, présents entre autres dans ces aliments, peut aussi retarder la progression des maladies de l’oeil liées à l’âge, comme la dégénérescence maculaire, le glaucome et la cataracte.

Verdict

Continuez de manger vos carottes, puisqu’elles sont aussi bonnes pour votre santé générale, mais si vous avez du mal à lire ce texte, achetez-vous des lunettes

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► 5 choses que vous faites tout le temps mais que votre chat déteste !


Mieux vaut connaitre son chat, car chaque boule de poils ont leur préférence et tempérament.
Nuage

 

5 choses que vous faites tout le temps mais que votre chat déteste !

 

chat sur le ventre

Car oui, votre matou a lui aussi ses petites préférences. Grattouillage de ventre, câlins à gogo, jeux… Qu’est-ce qui fait vraiment plaisir à votre chat ? Et au contraire, qu’est-ce que minou déteste par-dessus tout ?

Réputés solitaires et un brin opportunistes, les chats sont souvent un peu difficiles à cerner. Pourtant, si on les observe bien, il est possible de découvrir ce qui peut les stresser, leur faire plaisir ou encore ce qu’ils n’aiment pas.

Nous vous proposons ici de découvrir sept choses que les chats n’aiment pas du tout, alors qu’on a tendance à penser le contraire.

Votre chat n’aime pas qu’on lui frotte le ventre

C’est pourtant si tentant ce petit ventre tout chaud et tout doux. Mais si nous adorons y faire des caresses et autres gratouilles, votre chat lui n’apprécie pas ce moment et aura même tendance à fuir au plus vite, sortir ses griffes ou mordre. Le ventre est une zone sensible, et sans y être habitué, un chat n’appréciera pas forcément nos caresses.

Bien sûr, tous les chats ont des préférences qui varient. Certains chats cherchent juste à être près de nous et nos odeurs, mais n’aiment pas les caresses tout court ! Tandis que d’autres viendront vous présenter la zone à gratouiller.

 

5 choses que vous faites tout le temps mais que votre chat déteste !

Votre chat n’aime pas être porté

Prendre un chat dans ses bras est toujours tentant. On a envie de le prendre contre soi et de lui faire des tonnes de câlins. Malheureusement, les chats n’aiment pas spécialement être retenus contre leur volonté. La plupart des matous vont donc tenter de se libérer au plus vite de cette emprise non désirée. Il est possible cependant d’habituer un peu son chat à être porté, mais le mieux est toujours d’attendre qu’il vienne de lui-même vers vous.

Votre chat n’aime pas qu’on lui touche ou tire la queue

Point sensible du corps de votre matou, la queue est souvent très tentante pour les enfants qui aiment la saisir, voire la tirer. Attention à ce geste qui n’est pas anodin et peut entrainer une réaction un peu agressive du chat qui tentera de se défendre et de se libérer. Le mieux est d’apprendre aux plus petits à caresser le chat sur le dos et à ne pas faire de gestes brusques.

Votre chat n’aime pas rester seul

Le chat est un animal plutôt solitaire, mais il n’a pas vocation non plus à passer de longues heures sans vous. Un chat qui n’a pas d’accès à l’extérieur risque de mal vivre de longs moments de solitude. Pour pallier ce manque et à l’ennui qu’il peut ressentir, le mieux est de laisser des jouets à votre matou, et de lui organiser aussi des petits jeux à base de croquettes à chercher par exemple. Tout cela pour le divertir autours de la recherche de nourriture, et le faire patienter jusqu’à votre retour. La solution d’adopter un second chat peut aussi dans certains cas être une bonne idée, mais il faut avant tout vérifier que votre chat accepte un autre chat.

 

chat boite de transport

Votre chat n’aime pas sa caisse de transport

Ce n’est pas un secret, les chats n’aiment pas entrer dans leur caisse de transport. Tout simplement car cela est souvent associé à une visite chez le vétérinaire et autres choses peu réjouissantes. Mais il existe une solution à cela. Vous pouvez commencer par laisser la caisse de transport au milieu de votre salon avec une couverture dedans pour que votre chat puisse l’explorer et s’y installer. Un peu d’herbe à chats dedans et quelques friandises pour l’inviter à entrer devraient finir de le convaincre.

Evidemment, il faut garder en mémoire que tous les chats sont différents et qu’il est tout à fait possible que votre chat apprécie certaines choses mentionnées ci-dessus. Malgré tout, il est bon de le savoir pour prendre le temps d’observer ses réactions afin d’adapter ses gestes au quotidien et ne pas imposer à votre matou un geste qui le dérange.

 

https://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ► Peut-on attraper des infections en s’asseyant sur les toilettes publiques?


Chez moi, beaucoup de toilettes publiques sont presque tous avec un oeil magique pour les toilettes, distributrices de savon et robinets. Donc on touche le moins possibles aux objets. Enfin, faut-il avoir peur de la contamination dans ces lieux ? Alors que le téléphone est plus contaminé que les toilettes publiques ! Une chose à retenir, le lavage des mains est une grande importance pour diminuer les risques d’infections.
Nuage

 

Peut-on attraper des infections en s’asseyant sur les toilettes publiques?

 

Lors d’une rencontre avec des matières fécales dans les toilettes publiques, il existera toujours un risque d’infection. | Gabor Monori via Unsplash License by

Lors d’une rencontre avec des matières fécales dans les toilettes publiques, il existera toujours un risque d’infection. | Gabor Monori via Unsplash License by

Primrose Freestone

Qui ne s’est jamais contorsionné pour éviter de s’asseoir sur le siège des toilettes publiques, par peur de ce qui s’y trouve?

Tout le monde a déjà vécu cette situation: une envie pressante, la recherche frénétique de toilettes, et, une fois trouvées, la découverte que le siège est couvert de gouttelettes, souvenirs de l’utilisateur précédent. Dès lors, que faire? Se comporter comme si de rien n’était et procéder comme à l’accoutumée, ou bien tenter de faire son affaire accroupi, en équilibre précaire?

Notre monde est, à bien des égards, une planète de microbes. Comme tous ses habitants, nous portons en nous et sur nous nos propres forêts tropicales microscopiques, que nous échangeons en permanence non seulement avec notre environnement, mais aussi les uns avec les autres. Les microbes sont en effet abondants dans tout le corps humain, y compris sur la peau, dans la bouche, dans les yeux, dans les organes urinaires et génitaux ainsi que dans le système gastro-intestinal. La plupart des gens transportent jusqu’à un kilogramme de micro-organismes… Ces bactéries, champignons, levures, virus et parfois parasites vivent majoritairement dans l’intestin.

Les recherches ont établi que les microbes de l’intestin constituent de 25 à 54% des matières fécales humaines. En conséquence, les fèces humaines peuvent transporter un large éventail de pathogènes transmissibles: les bactéries Campylobacter, Enterococcus, Escherichia coli, Salmonella, Shigella, Staphylococcus, Streptococcus et Yersinia –ainsi que les virus comme les norovirus, les rotavirus et les virus des hépatites A et E, pour n’en nommer que quelques-uns.

Lors d’une rencontre, dans les toilettes publiques, avec des matières fécales, il existera donc effectivement toujours un risque d’infection… Mais à quel point ce risque est-il important?

Uriner en public

Il est très peu probable qu’une infection se développe à partir des fesses, même assises sur un siège de toilettes. En effet, la plupart des infections intestinales impliquent le transfert manuel de bactéries vers la bouche. Ceci se produit généralement lorsque les mains, les aliments ou certaines surfaces se retrouvent souillés par des matières fécales. Qui plus est, la couche de bactéries et de levures qui recouvre la peau humaine fonctionne comme un bouclier de protection très efficace. Et enfin, en dernier recours, notre système immunitaire est particulièrement efficace pour nous protéger contre les agents pathogènes.

Il n’est donc pas nécessaire de grimper sur le siège des toilettes pour s’y s’accroupir. En fait, cette façon de faire peut entraîner des blessures, ou augmenter le risque d’infection. Comme l’explique Brianne Grogan, physiothérapeute en santé des femmes:

«Le problème avec le fait de “planer” au-dessus des toilettes en urinant est que les muscles de votre plancher pelvien et de votre ceinture pelvienne –vos rotateurs de la hanche, vos muscles glutéaux, votre dos et vos abdominaux– sont extrêmement tendus. Cette tension de la ceinture pelvienne rend l’écoulement de l’urine difficile, vous obligeant souvent à pousser ou à “appuyer légèrement vers le bas” pour que l’urine sorte rapidement. Or, uriner via des poussées ou des appuis fréquents vers le bas peut contribuer au prolapsus des organes pelviens

Brianne Grogan ajoute que cette position pourrait aussi aboutir à une vidange incomplète de la vessie, ce qui pourrait entraîner une augmentation de la fréquence et de l’urgence des mictions ou, dans des cas extrêmes, contribuer à augmenter le risque d’infection urinaire.

La poignée de porte sale

Les défenses microbiennes et immunitaires d’un individu le protègent donc des risques d’infection liés à l’utilisation de toilettes publiques. Qui plus est, dans les pays développés, la prise de conscience du risque d’infection par les matières fécales entraîne un nettoyage régulier des toilettes.

Pour vous rassurer, vous pouvez néanmoins tout à fait transporter avec vous des lingettes antiseptiques, et les utiliser pour nettoyer le siège des toilettes avant de l’utiliser, afin de protéger votre fondement de tout risque de contamination.

Les sièges de toilettes sales ne devraient toutefois peut-être pas constituer votre plus importante préoccupation. En effet, une étude de 2011 a révélé que les microbes présents dans les gouttelettes d’eau projetées lorsque la chasse d’eau est tirée colonisent rapidement une surface plutôt conséquente de la pièce, y compris l’abattant, la porte, le sol et le support du papier toilette. Pour éviter de subir cette vaporisation à base de contenu de toilettes –lequel inclut vos propres germes et ceux des utilisateurs précédents– il est recommandé de quitter la cabine immédiatement après avoir appuyé sur le bouton de la chasse d’eau.

Et enfin, bien sûr, tout le monde ne se lave pas les mains après être passé aux toilettes. Il est donc fort probable que les poignées de portes soient contaminées. Pour éviter de recontaminer vos mains propres lorsque vous quittez les toilettes publiques, utilisez votre coude, votre manteau ou un mouchoir pour ouvrir la porte.

Maintenant, lavez-vous les mains

Un lavage de mains efficace est la clé d’une protection complète contre les germes associés aux toilettes. Le lavage des mains élimine en effet totalement la saleté, les bactéries et les virus, ce qui empêche les microbes potentiellement infectieux de se propager à d’autres personnes et objets. Il est recommandé de se laver en frottant vigoureusement ses mains et ses doigts avec de l’eau savonneuse pendant vingt à trente secondes, y compris sous les ongles. La friction qui résulte du frottement des mains l’une contre l’autre détache les débris sur lesquels se trouvent les microbes.

Il faut toutefois aussi savoir que les lavabos des toilettes publiques, les robinets et les distributeurs d’essuie-tout ou les boutons des sèche-mains sont tous fortement contaminés par des microbes. C’est parce qu’en général, les mêmes mains qui viennent d’essuyer un fondement pressent ensuite le bouton du distributeur de savon puis touchent la poignée du robinet. Il est donc conseillé, une fois le lavage des mains terminé, de laisser le robinet ouvert pendant que vous vous séchez les mains, puis d’utiliser un morceau d’essuie-tout propre pour le fermer. Ou, si vous utilisez un sèche-mains, d’utiliser votre coude pour appuyer sur le bouton de mise en marche.

Il va de soi qu’il est déconseillé de manger, de boire ou de fumer à l’intérieur des toilettes publiques. Il en va de même pour l’utilisation du téléphone portable. Pourtant, des travaux ont montré que près de 75% des gens utilisent leur téléphone lorsqu’ils sont aux toilettes. À ce propos, il est peut-être temps de cesser de s’inquiéter de la propreté des toilettes. Une étude menée par une équipe américaine a en effet révélé que les téléphones mobiles sont jusqu’à dix fois plus sales que les sièges de WC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.The Conversation

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ►Le laudanum était la drogue incontournable du XIXe siècle


Si vous avez déjà entendu parler du laudanum, c’était un camp romain dans Astérix et Obélix. Mais ce n’est pas de ce camp qu’il est question, mais bien une drogue. Le laudanum, un médicament qu’on donnait même aux enfants et qui malheureusement certains en sont mort d’overdose. Et comme toute « bonne » drogue, il était aussi récréatif. Aujourd’hui, cette drogue est disparue. Des drogues plus dures et plus destructrices ont fait leur apparition.
Nuage

 

Le laudanum était la drogue incontournable du XIXe siècle

 

fumerie d opium laudanum

par Louison

Fumerie d’opium en 1874. Crédits : Common Files Wikipédia

Depuis sa création au XVIe siècle et jusqu’au XIXe siècle, le laudanum a fait des ravages en France et en Angleterre. Il faut savoir que si cette drogue a complètement disparu aujourd’hui, c’est seulement car elle a été remplacée par de nouveaux analgésiques.

Le laudanum, c’est quoi ?

Ce “remède” était un mélange d’opium, d’alcool à 30 °C et de safran. On pouvait parfois le trouver additionné de sucre ou de miel pour adoucir le goût et on pouvait l’appeler soit teinture d’opium, soit vin d’opium. Sa recette finale a été mise au point par le médecin suisse Paracelse.

L’opium est une drogue dangereuse à cause de ses effets. En effet, on parle souvent des sentiments de protection, de lassitude et enfin de plénitude que ressentent les consommateurs. D’ailleurs – avant qu’elles soient interdites – les fumeries étaient toujours équipées de couchettes. Ainsi, les clients dormaient sur place, et quand ils se réveillaient, ils recommençaient à fumer. Ce cycle continuait tant qu’ils avaient de l’argent pour payer la drogue. Durant cette période, les addicts ne prennent plus soin d’eux, ne se lavent plus, mangent peu, etc.

Comment était utilisée cette drogue par les médecins ?

Les médecins prescrivaient généralement le laudanum en cas de fortes diarrhées, car les opiacés ont un effet constipant. Cette substance était aussi utilisée pour calmer les douleurs, car elle contient un peu de morphine. Malheureusement, le “médicament” était aussi donné aux enfants, notamment en Angleterre, où certains ne s’en remettaient jamais et mouraient “mystérieusement”. Il s’agissait en fait d’overdoses.

Mais le laudanum était aussi utilisé par la population selon un usage récréatif. Cette drogue était tellement populaire qu’elle a laissé une empreinte dans de nombreux ouvrages de l’époque, témoins de la façon dont la société a été marquée :

  • Le comte Dracula s’en sert pour endormir ses victimes dans le récit de Bram Stoker (1897).
  • Après la mort de son ami, Frankenstein (personnage de Mary Shelley, 1818) va devoir se droguer pour s’endormir et se calmer lors de crises.

Certains auteurs étaient d’ailleurs connus pour utiliser du laudanum :

  • Baudelaire
  • Lewis Carroll
  • Charles Dickens

Il est aussi intéressant de rappeler que “laudanum” est aussi le nom de l’un des camps de Romains basés autour du petit village des irréductibles Gaulois Astérix et Obélix. Alors, hasard ? Ou bien, Goscinny faisait-il de la prévention pendant que nous profitions de ses histoires ?

Sources : analgésique.wikibisCNRTL

https://lesavaistu.fr//

Le Saviez-Vous ► L’étonnante statistique sur les prénoms des soldats français tombés en 14-18


Comme le jour du Souvenir s’achève, voici une petite contribution. C’est le Parisien, un média Français a eu une curieuse idée d’établir une statistique sur les prénoms des soldats qui sont mort pour la France lors de la Première Guerre Mondiale. Ce qui est surprenant est les Mohammed et variantes qui sont plusieurs avoir connu la mort au combat. Les Jean et les Pierre sont bien sur tout en haut de la liste …
Nuage

 

L’étonnante statistique sur les prénoms des soldats français tombés en 14-18

 

Soldat français tenant un crâne humain sur un champ de bataille (photo non datée). © afp.

Le Parisien a étudié une importante base de données qui recense les soldats français morts au combat pendant la Première Guerre Mondiale et le résultat de cette étude est pour le moins surprenant.

On apprend ainsi que pas moins de 1717 Mohamed (et ses variantes) sont morts au front pendant la Grande Guerre. Le prénom figure dans la liste des 50 prénoms les plus touchés par le conflit côté français. Et si l’on se limite à la variante Ben Mohamed, on arrive au chiffre de 667, soit plus que les Martin (649) ou les Mathieu (572). Une grande majorité de ces Mohamed étaient nés en Algérie, ancienne colonie française.

Le Parisien ajoute que que 354 Giuseppe, 280 Antonio et 260 Giovanni sont morts pendant ces quatre années de boucherie. 154 Marie, 15 Jeanne, 12 Louise et 6 Marguerite – pour la plupart des infirmières – ont également été fauchées. Tandis qu’au sommet de la liste, on retrouve sans surprise les Jean (21.742 morts), les Pierre (16.138) et les Louis (15.460). Au total, près de 1,4 million de soldats français sont morts sur les champs de bataille de 1914 à 1918.

L’analyse du quotidien français a été établie à partir de site Memorial Genweb, une base de données créée par une association qui depuis 2000 recense les noms gravés sur les monuments aux morts.

https://www.7sur7.be