Pour décourager une mouette de piller votre lunch, fixez-la du regard


Les mouettes se sont adaptées au milieu urbain, ils mangent à peu près n’importe quoi. Ils vont même jusqu’à voler les aliments dans les mains des humains. Il semblerait que les fixés du regard puissent les intimider, enfin dépendant de la personnalité des oiseaux. Cependant, il est préférable de ne pas les nourrir pour éviter justement des comportements plus téméraires.
Nuage


Pour décourager une mouette de piller votre lunch, fixez-la du regard


Les mouettes fixées des yeux ont mis 21 secondes de plus à trouver le courage de s’emparer de la nourriture.

Voilà une information bien utile en vue de votre prochain séjour à la plage: une mouette fixée du regard hésitera longuement avant de piller votre lunch, selon une nouvelle étude britannique.

Des chercheurs de l’Université d’Exeter ont abandonné un sac de croustilles sur le sol. Ils ont ensuite comparé le temps que mettaient les mouettes à s’en approcher quand un humain les regardait et quand l’humain regardait ailleurs.

En moyenne, les mouettes fixées des yeux ont mis 21 secondes de plus à trouver le courage de s’emparer de la nourriture. Certaines ont tout simplement refusé de s’approcher, pendant que d’autres n’ont clairement pas été intimidées par la présence de l’humain.

Les chercheurs croient que les mouettes ont possiblement différentes «personnalités», certaines étant plus agressives que d’autres. Ils expliquent aussi que les différents comportements sont potentiellement attribuables aux interactions antérieures des oiseaux avec les humains — ceux qui sont habitués à être nourris seront plus entreprenants.

Ultimement, ils en viennent à la conclusion que la mauvaise réputation des mouettes est imputable à une poignée de délinquants. Il pourrait donc être possible de régler le problème des lunchs éventrés en identifiant ces individus et en adoptant les mesures préventives appropriées.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► L’hypertoilettage chez le chat : causes, conséquences et traitement


Le toilettage du chat est un acte important. Cela lui permet d’enlever toute odeur qui pourrait trahir sa présence. Pour un prédateur, c’est capital. Quand le toilettage devient excessif, cela est un problème. Il s’agit d’une dermatite idiopathique. Même guérit, il est possible d’avoir des rechutes. Il faut donc savoir ce qui stresse l’animal pour mieux contrôler ce comportement.
Nuage


L’hypertoilettage chez le chat : causes, conséquences et traitement

Qui n’a jamais vu son chat se lécher, plus ou moins frénétiquement, pendant de longues minutes ? Si ce comportement est normal, l’hypertoilettage du chat peut être la conséquence d’un trouble psychique qui mérite l’attention d’un vétérinaire.

Le chat est très consciencieux avec le toilettage. Ainsi, la moindre caresse de la part d’un humain entraîne une séquence de nettoyage immédiate.

En effet, le chat est un grand prédateur et il ne peut se permettre d’être trahi par des odeurs qui résisteraient dans son pelage.

Pour cela, plusieurs fois par jour, le chat retire chaque particule olfactive capable de trahir sa présence.

Jusque là, rien d’anormal me direz-vous, mais… il y a toujours un mais !

L’hypertoilettage du chat : quand le toilettage devient excessif

Parfois, ce toilettage tourne à l’obsession, le chat semble incapable de stopper. On peut même trouver des zones complètement dépilées. C’est ce qu’on appelle l’hypertoilettage chez le chat.

S’il n’a pas de parasites ni d’allergie, il s’agit d’une alopécie anxiogène, aussi appelée dermatite idiopathique et c’est loin d’être anodin ! Évidemment, un traitement vétérinaire calmera temporairement les choses, mais dès l’arrêt, la rechute ne tardera pas.

L'hypertoilettage chez le chat : causes, conséquences et traitement

Les causes de l’hypertoilettage chez le chat

Alors, pourquoi mon chat se met à avoir un comportement obsessionnel de la sorte, quitte à se mettre à sang ?

Souvent, cela provient d’un stress invisible pour nous. Si le chat mange, joue, ronronne normalement, sa façon de faire partir l’excès de stress se trouvera dans le léchage. Cela le calme, le réconforte et lui permet de penser à autre chose. Et la prochaine fois qu’il se retrouvera oppressé, il se léchera à l’excès à nouveau.

Le chat cache ses émotions dans l’hypertoilettage, car il ne faut jamais laisser transparaître ce que l’on ressent quand on est un chat. Malgré tout, il faut bien extérioriser la frustration et le stress engrangés dans la journée. En temps normal, le quart d’heure de folie suffit. Mais si la charge est trop importante, ce dérivé qu’est l’hypertoilettage du chat devient un moyen de parvenir à ses fins sans en avoir l’air !

Comment soigner l’hypertoilettage du chat ?

Le seul moyen d’en venir à bout réside en une consultation avec un ou une comportementaliste du chat qui décryptera ce qui le perturbe au point de se mutiler gravement, et vous permettra de trouver des solutions rapides et à long terme pour éviter que cela ne perdure.

Eh oui, si le vétérinaire est le médecin généraliste de votre chat, le comportementaliste lui, est son psychologue clinicien. Ne vous trompez pas d’interlocuteur !

https://wamiz.com/

Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte


Les mamans orang-outan ne sont pas très bavarde, de peur d’attirer des mâles ou des prédateurs. Pourtant, elles communiquent avec leurs enfants de façon plus discrète en se grattant. C’est une façon de dire qu’on s’en va ailleurs.
Nuage


Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte


Une mère orang-outan embrasse sa fille, également adulte, sur la joue.

Une mère orang-outan embrasse sa fille adulte sur la joue.

PHOTO : OLGA_GL

« Tu prends ton manteau, on s’en va. » Quand il est temps de décamper, la femelle orang-outan a trouvé un moyen plus discret pour faire passer le message à ses petits : elle se gratte.

« Nous avons constaté que les mères orangs-outans se grattaient ouvertement pour dire à leurs enfants qu’il est temps de partir », explique à l’AFP Marlen Fröhlich, de l’Université de Zurich, en Suisse, coauteure de l’étude publiée mercredi dans Biology Letters (Royal Society).

Selon la chercheuse, ces grattements « exagérés » ne risquent pas d’être confondus avec ceux provoqués par une simple démangeaison.

« Le bruit est assez ostentatoire, rythmé et rêche [le poil des orangs-outans est très long et leur peau est très dure]. Nous avons débusqué des individus dans la forêt simplement en entendant ces puissants grattements au-dessus de nos têtes », raconte la scientifique.

Pour arriver à leurs conclusions, les chercheurs ont observé, entre septembre 2013 et février 2014, 17 orangs-outans de Sumatra (quatre mères et leurs sept petits, trois mâles et trois jeunes femelles) dans le parc national du Gunung Leuser, situé dans le nord de l’île indonésienne.

La primatologue britannique Jane Goodall avait déjà décrit un tel comportement chez une femelle chimpanzé en 1986 :

« Avant de sauter d’un arbre, elle s’arrête souvent au niveau d’une fourchette basse et se gratte en levant les yeux vers son bébé. C’est un signal, le petit se précipite généralement vers sa mère, prêt à descendre. »

« On sait encore très peu de choses sur la communication mère-petit chez les orangs-outans », explique Marlen Fröhlich.

Passant la majeure partie de leur temps dans les arbres, les primates sont difficiles à observer.

Mais les vocalisations sont rares, car elles peuvent attirer des ennuis de la part de mâles cherchant des accouplements forcés ou de prédateurs.

Les orangs-outans figurent sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en tant qu’espèce en danger critique d’extinction. En 20 ans, les populations d’orangs-outans ont perdu 80 % de leur territoire et se sont réduites de moitié.

https://ici.radio-canada.ca/

Ce caca­toès invente ses propres pas de danse, selon ces cher­cheurs


Il est possible de montrer à certains animaux de danser sur une musique. Le cacatoès à crête jaune en plus imité des pas de danse, il a la capacité d’inventer sa propre chorégraphie
Nuage


Ce caca­toès invente ses propres pas de danse, selon ces cher­cheurs


Crédits : Irena Schulz / PA

Suzanne Jovet

Snow­ball maîtrise 14 pas de danse origi­naux. Ce caca­toès démontre ainsi que l’art de la choré­gra­phie n’est pas exclu­si­ve­ment humain, révèle une étude du 8 juillet relayée par le Guar­dian.

Publiée dans la revue Current Biology, cette étude montre que le caca­toès à crête jaune ne se contente pas d’imi­ter son proprié­taire. Il peut réagir impul­si­ve­ment à la musique, en créant lui-même diffé­rents pas.

La danse ne serait donc « pas simple­ment un produit de la culture humaine », conclut Aniruddh Patel, psycho­logue à l’uni­ver­sité Tufts et à l’uni­ver­sité Harvard. « Le fait de l’ob­ser­ver chez un autre animal suggère que, si vous avez un cerveau doté de certaines apti­tudes cogni­tives et neuro­nales, vous êtes prédis­posé à la danse. »

Alors que certains animaux peuvent être entraî­nés à se dépla­cer sur la musique, une étude réali­sée en 2009 sur Snow­ball a montré qu’il anti­ci­pait le rythme d’une chan­son. Sa proprié­taire, Irena Schulz, a par ailleurs remarqué que l’oi­seau expé­ri­men­tait de nouveaux mouve­ments. Elle estime donc qu’en plus de se caler sur le rythme, il choi­sit des pas adap­tés.

« Il a un réper­toire incroyable, ses mouve­ments sur la musique sont extra­or­di­nai­re­ment variés », ajoute Patel.

Source : The Guar­dian

https://www.ulyces.co/

Les chiens préfèrent déféquer le long de l’axe nord-sud


Les chercheurs se sont intéressés aux défécations et mictions des chiens. Non pas pour la nature de leurs besoins, mais pour découvrir que les chiens préfèrent nettement s’exécuter sur le long de l’axe de la Terre nord-sud. Comme bien des animaux, les chiens sont capables de détecter le champ magnétique de la Terre.
Nuage


Les chiens préfèrent déféquer le long de l’axe nord-sud


chiens detectent champ magnetique terrestre alignement defequation

Geoffrey Mohan, journaliste du Los Angeles Times, tient une boussole devant une chienne faisant ses besoins. | Amina Khan/ Los Angeles Times

Jonathan Paiano

Une équipe de chercheurs internationale a découvert quelque chose d’inattendu concernant nos amis à quatre pattes : les chiens se baseraient sur le champ magnétique de la Terre pour aligner leur corps lorsqu’ils font leurs besoins.

 Ils préfèrent ainsi se soulager le long de l’axe terrestre nord-sud plutôt que sur l’axe est-ouest, qu’ils évitent systématiquement.

L’étude a porté sur 70 chiens de 37 races différentes, surveillés sur une période de deux ans. L’équipe de recherche, composée de scientifiques de l’Université tchèque des sciences de la vie en République tchèque et de l’Université de Duisburg-Essen en Allemagne, a constaté que lorsqu’il s’agit de déféquer, les chiens préféraient l’axe nord-sud.

Cet axe étant déterminé par les lignes du champ magnétique terrestre (et qui diffère légèrement du même axe géographique), il en résulte que ces derniers sont en fait capables de ressentir le champ magnétique de la Terre. Les résultats ont été publiés dans la revue Frontiers in Zoology.

Au total, 1893 défécations et 5582 mictions (action d’uriner) ont été analysées. L’équipe a alors comparé la position des chiens pendant les actes aux variations du champ magnétique terrestre.

Il en résultait que, dans des conditions de champ magnétique calme, les chiens préféraient systématiquement être alignés à l’axe nord-sud lorsqu’ils faisaient leurs besoins. Cependant, ce qui confirme d’autant plus cette préférence, c’est à quel point les animaux évitaient systématiquement de se soulager le long de l’axe est-ouest. Les auteurs admettent cependant que les raisons de cette préférence ne sont toujours pas claires.

« La raison pour laquelle les chiens s’alignent de la sorte est toujours énigmatique, qu’ils le fassent ‘consciemment’ (c’est-à-dire si le champ magnétique est perçu de façon sensorielle), ou si cela est contrôlé au niveau végétatif (le fait qu’ils se sentent plus à l’aise/moins à l’aise) dans une certaine direction » écrivent les chercheurs.

 Cette étude fait donc office de preuve supplémentaire montrant que de nombreux animaux sont capables d’ajuster leur comportement par rapport au champ magnétique terrestre.

Depuis longtemps, les scientifiques s’intéressent aux capacités de détection du champ magnétique terrestre des animaux, voire même chez l’Homme. En effet, il avait été mis en évidence, dans le cadre d’une précédente étude, que certaines personnes étaient également capables, dans une certaine mesure, de ressentir le champ magnétique de la Terre. Cette capacité de détection pourrait même être à l’origine du sens de l’orientation plus aiguisé et inné de certaines personnes.

Source : Frontiers in Zoology

https://trustmyscience.com/

La sécheresse en Inde provoque des comportements inhabituels chez les animaux


Des chaleurs extrêmes peuvent changer le comportement humain mais aussi animal. Le manque d’eau dû à une sécheresse en Inde par exemple a provoqué des combats de singes pour un point d’eau. Avec les changements climatiques, on risque de voir des animaux se comporter comme les humains quand il y a une catastrophe, c’est la loi des plus forts
Nuage
 


La sécheresse en Inde provoque des comportements inhabituels chez les animaux


Les agriculteurs et éleveurs sont particulièrement touchés par la sécheresse et la vague de chaleur, comme ce berger agenouillé auprès de ses bêtes mortes, dans le village de Ranagadh, dans l'Etat du Gujarat. © Sam Panthaky - AFP/Archives

Les agriculteurs et éleveurs sont particulièrement touchés par la sécheresse et la vague de chaleur, comme ce berger agenouillé auprès de ses bêtes mortes, dans le village de Ranagadh, dans l’Etat du Gujarat. © Sam Panthaky – AFP/Archives

En Inde, face à la sécheresse et aux températures extrêmes, les animaux multiplient les comportements inhabituels, rapportent des médias locaux.

Quelques 15 singes sont décédés, probablement d’une insolation, après s’être battus pour l’accès à une source d’eau dans le massif forestier de Joshi Baba, a indiqué un garde forestier à un média indien.

 Cette rixe est un comportement « rare et étrange pour des herbivores », a-t-il affirmé.

 Selon des médias, des tigres auraient également quitté les réserves forestières qu’ils habitent pour aller chercher de l’eau dans des villages, semant la panique.

Les températures ont atteint la semaine dernière 50,3 °C dans la ville de Churu, au Rajasthan, juste en deçà du record national de 51 °C. La vague de chaleur a également provoqué des comportements violents chez les humains. Dans l’État de Jharkhand, un homme a poignardé six autres personnes après avoir été empêché de remplir des barils d’eau supplémentaires dans un réservoir public. Un combat a fait un mort dans l’État du Tamil Nadu. La mousson annuelle, qui amène des pluies bienvenues sur le sous-continent indien, a plus d’une semaine de retard sur son calendrier habituel, mais devrait arriver dans les jours qui viennent, selon les services météorologiques.

https://www.futura-sciences.com/