Le Saviez-Vous ► La torture est-elle vraiment efficace pour soutirer des informations ?


La torture utilisée comme technique d’interrogatoire est immorale. En plus, il s’avère inefficace. Utilisée depuis des siècles, les personnes sous la torture vont avouer n’importe quoi pour arrêter le supplice. La discussion, créer des liens avec la personne interrogée est plus efficace que la torture.
Nuage


La torture est-elle vraiment efficace pour soutirer des informations ?


Crédits : U.S. Air Force photo / Sgt. Michael R. Holzworth

La torture peut paraître historiquement aussi vieille que l’idée d’interrogatoire et aujourd’hui encore certains souhaitent son retour, même s’il semble y avoir aujourd’hui un consensus de la part des experts du sujet sur son inefficacité…

LE DÉBAT SUR LA TORTURE RELANCÉ PAR TRUMP

En Janvier dernier (2017 ndlr), le président américain Donald Trump annonçait publiquement qu’il était possible qu’il remette la torture à l’ordre du jour car il s’agissait d’une technique qui permettait de « garder le pays en sécurité. Une annonce qui a fait réagir et qui a surtout montré de façon claire et nette qu’un vrai consensus existait sur l’inefficacité de la torture. Comme l’ont rappelé certains experts dans le quotidien britannique The Guardian, tous les témoignages des personnes ayant appliqué la torture d’une façon ou d’une autre assure plus tard que les suspects interrogés donnent tous les noms qui leur viennent à l’esprit dans le seul but d’arrêter la souffrance.

Kang Kek Lew est un ancien Khmer Rouge qui aurait torturé près de 12 000 personnes durant sa carrière. Lors de son jugement, il a révélé que certains assuraient être des agents à la fois du KGB et de la CIA alors que d’autres donnaient tous les noms qui leur venaient à l’esprit, un agent de la CIA assurant même que le Colonel Sanders (fondateur des restaurants KFC) figurait parmi ses supérieurs. Un psychiatre à Londres raconte également l’histoire de ce jeune Tamil, ancien membre des Tamil Tigers qui opéraient au Sri Lanka. Tentant de fuir le pays, il se retrouve dans un camp sur la frontière sri-lankaise où il est torturé dans le but de révéler le nom des autres membres de l’organisation qui n’ont pas encore été découverts. Le jeune homme finit par montrer du doigt les premières personnes qu’il voit. Ces visages le hantent encore aujourd’hui. Pourtant, une idée commune semble persister : la torture semble aussi vieille que l’interrogation en elle-même, il doit donc y avoir un fond d’efficacité dans cette technique.

Durant une manifestation à Washington aux Etats-Unis


L’INQUISITION ET LA CHASSE AUX SORCIÈRES

Daniel P. Mannix, un journaliste et écrivain, est un jour tombé sur une histoire surprenante dans les archives du Duc de Brunswick en Allemagne en pleine inquisition. Alors que la chasse aux sorcières battait son plein, deux jésuites sont invités par le Duc pour obtenir des informations de la part des suspectes accusées de sorcellerie. Seulement, tous les suspects ont été découverts à la suite d’interrogatoires.

Le Duc doute de l’efficacité de la technique et assiste à une séance de torture où une supposée sorcière doit confirmer si oui ou non, deux de ses connaissances sont des sorciers usant de magie noire. Elle finit par révéler qu’ils sont bien sorciers et qu’elle les a vu se changer en chèvre, en loup et en d’autres animaux. Certaines sorcières ont même eu des enfants d’eux. Ces nouveaux nés avaient des visages de grenouille et des jambes d’araignées.

Une prison durant l’inquisition espagnole

DE L’INEFFICACITÉ DE LA TORTURE

L’un de ces jésuites était Friedrich Spee qui publia en 1631 un livre intitule Cautio Criminalis qui dénonçait ces techniques en connaissance de cause et permis de mettre fin à l’inquisition. Il devint un ouvrage de référence figurant dans de nombreux traités depuis son écriture, et est surement la raison pour laquelle cette pratique est interdite encore aujourd’hui dans de nombreux pays.

Une étude datant de 2014 publiée dans la revue Applied Cognitive Psychology a recueilli l’expérience de plus de 150 interrogateurs et a découvert que «

les techniques qui consistent à créer une relation avec les personnes interrogées étaient utilisées plus souvent et été perçues comme étant plus efficaces dans toutes les situations (…), particulièrement en comparaison aux techniques plus frontales ».

Une autre étude publiée dans le même journal s’est concentrée sur les personnes interrogées et a découvert que

les « détenus avaient plus de chance de révéler des informations utiles et plus tôt dans l’interrogatoire lorsqu’une relation était établie ».

 L’un de ces rapports a été écrit par un comité restreint ayant eu accès à des centaines d’interrogatoires classifiés par la CIA a conclu que

« l’usage par la CIA de techniques d’interrogatoires avancées n’est pas efficace pour obtenir des informations ou pour obtenir la coopération de détenus (…) de nombreux suspects ont par le passé inventé des informations. »

Si eux-mêmes le disent…

https://dailygeekshow.com/

Le squelette d’un homme brisé par la roue de la torture mis au jour en Italie


Quelle barbarie au temps du Moyen-Âge ! Les archéologues on trouver parmi les ossements à Milan un squelette qui aurait subit les pires tortures. Il avait entre 17 et 20 ans, il aurait eu ses os brisés, puis subit une décapitation raté pour finir sur le supplice de la roue. Ceux qui était torturés avaient généralement commis des actes graves … comme la peste noire, oui la peste, l’ignorance de la propagation de la peste a fait des victimes innocentes. Quoique ce jeune homme ait peut-être été torturé pour son aspect physique, il était différent …
Nuage


Le squelette d’un homme brisé par la roue de la torture mis au jour en Italie

Le squelette d'un homme brisé par la roue de la torture mis au jour en Italie© Bettmann / Contributeur / Getty

Par Chloé Gurdjian

Le jeune homme, qui avait entre 17 et 20 ans au moment de sa mort, a été découvert en Italie. Il s’agit, selon les scientifiques, du pire cas de victime de la roue de la torture jamais étudié.

Des archéologues viennent de mettre au jour 57 squelettes, datant de l’empire romain au XVIe siècle. Parmi ces ossements, trouvés sous San Ambrogio Square, à Milan, un squelette se distingue particulièrement. Il s’agit d’un jeune homme, qui aurait souffert d’une mort particulièrement atroce. Des analyses radiochimiques dévoilent qu’il a vécu entre 1290 et 1430, et avait entre 17 et 20 ans au moment de son décès. Les traces de blessures et les deux boucles d’attache trouvées à côté de lui suggèrent qu’il est mort, les os brisés par la roue de la torture. Au Moyen-Age, de nombreux condamnés ont été suppliciés par ce biais. Le condamné était d’abord écartelé, avant de rester exposé sur la roue jusqu’à sa mort. Il pouvait également être torturé, attaché à la roue, qui pouvait en plus tourner.

Selon les chercheurs qui ont découvert le squelette, il s’agit du pire cas de torture jamais trouvé, comme ils le racontent au Journal of Archaeological Science. Les os des jambes et des bras du jeune homme étaient brisés de manière nette, il a également été poignardé dans le dos, avant de subir une décapitation ratée, la roue arrivant comme moyen de supplice final.

Il n’existe que peu d’exemples archéologiques de victime torturées sur une roue. Cette méthode était réservée aux gens qui avaient commis les pires crimes, comme répandre la peste noire. Mais les scientifiques pensent que le jeune homme a été tué pour une toute autre raison : son apparence physique. Il mesurait 10 cm de moins que la moyenne et ses dents étaient très proéminentes. L’hypothèse est qu’il aurait servi de bouc-émissaire à la population, accusé d’être la cause de problèmes.

« Cette affaire décrit pour la première fois les restes d’une victime de la roue et souligne l’importance de l’archéologie et de l’anthropologie pour reconstituer les cas de violation des droits de l’homme dans le passé », concluent les chercheurs.

https://www.geo.fr/

Le Saviez-Vous ► Qui étaient les Sorcières de Salem ?


Les femmes dans les années 1400 jusque vers la fin des années 1600, les femmes américaines, et même les enfants pouvaient être victimes d’accusations de sorcelleries.L’ignorance, la peur du diable a fait de ces femmes des victimes qui ont été condamnées et certaines ont été pendues.
Nuage


Qui étaient les Sorcières de Salem ?


La salle d’audience, illustration de 1876.

Par William A. Crafts — Vol. I Boston: Samuel Walker & Company, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=263506


Pendant deux siècles, des milliers de femmes accusées de jeter des sorts, de semer la maladie et la mort sont traquées, dénoncées, soumises à la question, torturées avant d’être brûlées vives.

La première vague de répression fut menée par les tribunaux de l’inquisition, de 1480 à 1520. Mais la plus intense folie meurtrière fut orchestrée par les tribunaux civils de 1580 à 1682. Une chasse aux sorcières qui aurait fait, selon des historiens, 100 000 victimes. La procédure se déroulait toujours de la même manière : dénonciation, interrogatoire du suspect, recherche de la « griffe du diable » par les « piqueurs », confrontation des témoins, torture et aveux, sentence et exécution publique. Un supplice dont le but est de purifier la communauté entière des crimes de sa sorcière.

En 1692, Samuel Parris, pasteur de la communauté de Salem village – aujourd’hui Danvers – dans le Massachusetts, aux États-unis, coule des jours heureux avec son épouse, sa fille Betty, 9 ans, sa nièce Abigaïl Williams, 11 ans, et son esclave noire Tituba, ramenée des Indes occidentales. Celle-ci, pour amuser les fillettes, leur raconte chaque soir des récits vaudous et leur prédit l’avenir. Or, à cette époque, les pratiques de divination sont interdites. Comme dans toutes les colonies puritaines, les habitants de Salem sont en lutte permanente contre le malin. Bientôt, les deux filles commencent à présenter des signes étranges de possession. Elles passent leurs journées à marcher en traînant les pieds tout en parlant dans une langue inconnue. Parfois même, elles deviennent invisibles. Aucun médecin ne parvient à identifier l’origine du mal. Les parents s’inquiètent. Alors, on les déclare possédées par le diable. A force de les harceler sur l’identité de leur persécuteur, on obtient trois noms : Tituba, l’esclave noire, Sarah Osborne, une vieille dame malade et Sarah Good, une pauvre mendiante.

Le 1er mars 1692, les trois femmes sont officiellement accusées de sorcellerie et subissent un interrogatoire public devant tout leur village, avant d’être emprisonnées

Très vite, d’autres accusations pleuvent: encore des vieilles femmes de Salem et une fillette de 4 ans ! A la mi-juin, soixante-dix personnes s’entassent dans les geôles. Les procès sont suivis d’une condamnation à mort par pendaison. Deux moyens d’y échapper: être enceinte ou dénoncer. Face à la terreur, certains s’enfuient en abandonnant tout derrière eux. Les champs sont laissés en jachère, les bêtes livrées à elles-mêmes. En moins d’un an, 200 suspectes sont arrêtées. Environ 150 seront jetées en prison et dix-neuf seront pendues. D’autres deviendront folles ou décéderont avant leur condamnation. Au total, l’affaire des sorcières de Salem aura fait 40 morts jusqu’à ce que, le 14 janvier 1693, le gouverneur royal, Sir William Phips, amnistie les derniers accusés et réhabilite les victimes. En 1953, Arthur Miller fit de cette affaire célèbre le sujet de sa pièce de théâtre The Crucible. En y dénonçant la chasse aux communistes lors du Maccarthisme, il fit des sorcières de Salem l’archétype de toutes les répressions aveugles de l’Histoire.


Par Manuela France

https://www.caminteresse.fr/

Le Saviez-Vous ► Les piqueurs de sorcières


Au temps de la chasse aux sorcières, c’est surtout des femmes qui ont été accusées de sorcelleries. N’importe qui pouvaient accuser, que ce soit un simple d’esprit, un enfant ou tout autre personne. Quand un mari voulait se débarrasser d’une femme, quand une femme était trop indépendante, c’était facile de l’accuser d’être une sorcière. Sans compter que tous les maux comme la maladie, les épidémies, les morts d’enfants, la sécheresse pouvait être une preuve. Et il y avait la torture pour faire avouer de leur soi-disant crime.
Nuage

 

Les piqueurs de sorcières

 

 

RACONTÉ  PAR MARINE GASC

On le sait, la sorcellerie peut prendre différentes formes, mais le plus souvent la sorcière n’est qu’une femme.

 

Aux XVI et XVIIème siècles, à l’heure de la chasse aux sorcières, une femme qui rit parfois un peu fort, qui refuse le mariage ou qui a une sexualité qualifiée comme hors norme est une sorcière. Une épouse volage ou une maîtresse enceinte peut aussi être qualifiée de sorcière pour s’en débarrasser rapidement et surtout : durablement. Mais alors, comment ça se passe lorsqu’une femme est suspectée de sorcellerie ?

QU’EST-CE QU’UNE SORCIÈRE ?

Sans parler de sortilège, de baguette magique et de philtre d’amour, une sorcière est une femme qui ne répond généralement ni à un mari, ni à un prêtre, ni à la médecine traditionnelle. Elle profite de cette liberté illégitime pour causer du tort aux autres, faute d’avoir des enfants à élever et un mari à nourrir et combler, elles volent, elles « guérissent » et on soupçonne certaines de tuer et dévorer des enfants (les leurs ou non), lors du sabbat. Rare sont les femmes accusées de sorcellerie qui sont mariées, ou alors, ce sont les pires. Elles s’échappent la nuit, à l’insu des époux endormis, à l’aide d’un balais coincé entre les jambes (tu le vois le symbole phallique? Et le rejet des tâches domestiques qui leurs incombent ?) ! Pour quoi faire ? Peu importe, elles ne répondent pas aux normes, elles subsistent sans époux, c’est forcément la volonté du diable et il faut s’en débarrasser au plus vite. (je vous recommande ce livre)

LE SIMULACRE DE PROCÈS

La première femme en France à avoir été condamnée pour sorcellerie est Jeanne de Brigue, une parisienne avec des dons de voyance et de guérison, elle est brulée vive en aout 1391 sur Saint-Honoré.

Pour condamner une femme, il suffit d’affirmer être le témoin de divers dommages causés par la sorcière… Une mauvaise récolte, un enfant mort en bas âge, la maladie… Peu importe. S’il y a plusieurs témoins, c’est encore mieux et les enfants sont nombreux à participer aux procès. C’est d’autant plus facile de leur faire dire ce que les juges souhaitent entendre. Même les fous et les simples d’esprit peuvent témoigner. Ensuite, l’accusée est entendue, elle raconte sa version des faits. Mais difficile de convaincre un auditoire qui vous considère coupable et font tout pour recevoir des aveux…

TORTURE PSYCHOLOGIQUE ET ÉPREUVE DE L’EAU

Entre 1645 et 1647, un chasseur de sorcières mandaté par le Parlement Anglais, nommé Hopkins donne quelques recommandations pour pousser les sorcières à avouer : il les prive de sommeil. Longtemps. Impossible de retrouver une trace de sang ou de contrainte physique. Les femmes deviennent juste folles. Ensuite, il les plonge dans l’eau pour voir si elles coulent (elles sont alors innocentes) ou si elles flottent. Lorsque l’eau rejette les femmes, c’est qu’elles ont renoncé au baptême, ce sont donc d’affreuses sorcières… Par gain de temps et vengeance populaire, les habitants organisent d’eux même, sans avoir recours à la justice, l’épreuve de l’eau pour les accusées de sorcellerie. Après lui avoir attaché les pieds et les mains, paf, dans un baquet d’eau ou une rivière. Si elle coule, elle est innocente mais c’est trop tard, elle est morte. Si elle flotte, on la laisse dans l’eau jusqu’à ce qu’elle finisse par mourir. Les autorités finissent par interdire cette pratique qui échappe au contrôle de la justice…

Pour les accusées encore vivantes, il reste maintenant à trouver le recoin du corps dans lequel le diable s’est faufilé…

LES PIQUEURS DE SORCIÈRE

Un grain de beauté un peu foncé ? Une cicatrice ? Une mèche de cheveux blancs ? Une zone insensible sur le corps ? Il n’y a aucun doute, c’est le chemin qu’à emprunter le diable pour prendre possession du corps de la sorcière, le stigma diaboli ! Il est d’autant plus facile de trouver des zones du corps abîmées sur une vieille dame que sur une jouvencelle et ça tombe bien car il est plus facile de mettre sur le droit chemin du mariage une jeune fille qu’une vieille dame. Si un homme se bonifie avec le temps, les tempes grisonnantes lui vont à ravir, au contraire, une femme devient une vilaine sorcière. En 1460, une sorcière nommée Yolande est brûlée vive. Le piqueur de sorcière, lui ayant rasé la tête, découvre qu’une partie de son crane est dépigmenté, le diable s’y est faufilé !

LES DERNIERS TOURMENTS DES SORCIÈRES

Lorsque les piqueurs parviennent à trouver une marque, par la suite les juges ordonnent généralement la torture, ce qui réussit fréquemment à leur faire avouer n’importe quoi.

Et les juges mettent les moyens… Torture par le feu, classique. Estrapade, un peu plus complexe, le bourreau encorde les bras de la victime et les hissent jusqu’à ce que la malheureuse sorcière soit à plusieurs mètres du sol. Puis on lâche la corde jusqu’à ce que le corps retombe à quelques centimètres du sol, sans jamais toucher terre, et on remonte. Et on recommence. Au bout de plusieurs fois, les épaules se disloquent, provoquant des douleurs insupportables. Lorsque les juges sont zélés, il arrive qu’ils décident d’installer un bûcher au pied de la poulie… Face à ce comportement qualifié « d’excessif », le pouvoir public est intervenu plusieurs fois pour modérer la torture, l’idée ce n’est quand même pas de mourir avant le bûcher final ! Parce que c’est bien ce qu’on attend, la mort par le feu ! En réalité, de nombreuses sorcières étaient étranglées quelques secondes avant le bûcher… On n’est pas des monstres hein…

LE PRIX D’UN PROCÈS

Si les raisons pour incriminer les femmes sont nombreuses, il existe bien un seul moyen de calmer les bourreaux. Le pognon. Lorsqu’on accuse quelqu’un de sorcellerie, il faut payer. Cher. Et le reste de la ville doit aussi payer une contribution financière supplémentaire. Dès le début du procès, les biens de la sorcières sont confisqués pour couvrir les frais du procès mais rares sont les femmes indépendantes qui roulent sur l’or alors ce sont les habitants et le seigneur local qui déboursent… C’est ainsi que de nombreuses femmes ont pu être épargnées… Le mouvement de chasse aux sorcières ralentit vers la fin des années 1680, avec l’avancée des connaissances, les malades meurent moins, les enfants aussi et on  croit de moins en moins aux esprits démoniaques qui propagent le mal autour d’eux. Même l’Eglise prend du recul et le pouvoir central met en place l’obligation de faire appel lorsque la sentence est la peine de mort. Mais en ce qui concerne les procès clandestins, c’est autre chose. Les dernières victimes, accusées de sorcellerie, ont été brûlées au XIXème siècle en France. Notamment à Bournel en 1826 et à Vic en Bigorre en 1856

Aujourd’hui, on a trouvé d’autres sanctions pour punir les femmes…

http://www.racontemoilhistoire.com/

Virus


Nous sommes les ennemis des espèces qui vivent sur cette Terre. Nous avons atteint un stade que nous voulons tout contrôler alors que tout nous échappe. Nous agissions de la même manière qu’un virus.
Nuage

 

Virus

 

 

 

Nous torturons et tuons 2 milliards d’animaux sensibles chaque semaine
Nous massacrons et asphyxions 1 milliard d’animaux marins toutes les 3 heures.
Quelle autre espèce peut rivaliser en la matière ?
Nous sommes en train d’écrire l’histoire sur des êtres innocents. et nous sommes maintenant confrontés à la 6 ème extinction de masse dans l’histoire cosmologique.
Si n’importe quel autre organisme faisait cela, un biologiste l’appellerait  VIRUS.

Philip Wollen

É.-U. : les parents de la « maison de l’horreur » reconnaissent avoir torturé leurs enfants


Comment des personnes peuvent avoir beaucoup d’enfants et les torturés ? 12 enfants qui ont subirent des mauvais traitements, et leur cauchemar ont enfin fini grâce a une des filles qui a pu contacter les urgences.
Nuage

 

É.-U. : les parents de la « maison de l’horreur » reconnaissent avoir torturé leurs enfants

 

David Turpin, à droite, et son épouse Louise, à gauche, pendant l'audience du 22 février à Riverside en Californie. Ils reconnaissent avoir torturé leurs enfants.

David Turpin, à droite, et son épouse Louise, à gauche, écoutent le juge pendant l’audience du 22 février à Riverside en Californie. Photo: The Associated Press / Jae C. Hong

Les parents californiens David et Louise Turpin, poursuivis pour avoir séquestré, enchaîné et maltraité douze de leurs treize enfants dans leur « maison de l’horreur » de la ville de Perris, ont plaidé vendredi « coupables », reconnaissant notamment des actes de torture, ont annoncé les services du procureur de Riverside.

C’est l’une des filles, âgée de 17 ans à l’époque, qui avait donné l’alerte en janvier 2018 après avoir échappé à la surveillance des parents. Elle avait appelé le numéro d’urgence 911 depuis un appareil portable trouvé dans la maison.

Les policiers avaient retrouvé les enfants, âgés aujourd’hui de 3 à 30 ans, pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d’extrême saleté et de malnutrition sévère.

David Turpin et son épouse Louise, âgés de 57 et 49 ans au moment de leur arrestation, n’ont pas expliqué pourquoi plusieurs de leurs enfants ont été retrouvés enchaînés.

À son arrivée dans la maison, la police avait cru que les 12 enfants étaient mineurs, avant de réaliser que sept d’entre eux étaient adultes, âgés de 18 à 29 ans. Le plus jeune avait deux ans.

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Ce projet sombre de la CIA visant à télécommander des chiens à distance


Des projets secrets déclassifiés dévoilent les atrocités d’expériences sur les humains et les animaux par la manipulation des comportements par des interventions aux cerveaux. Les États-Unis sont impliqués, mais malheureusement aussi le Canada.
Nuage

 

Ce projet sombre de la CIA visant à télécommander des chiens à distance

 

Ce projet sombre de la CIA visant à télécommander des chiens à distance

Le CIA a célébré le 65 éme anniversaire de son projet MK-ULTRA. Ce projet secret comportait des expériences de contrôle mental sur des personnes mais aussi sur des animaux. 

Entre 1950 et 1970, la CIA a mené un projet secret appelé MK-ULTRA. Il visait à manipuler mentalement des personnes mais aussi des animaux tels que les chiens ou même les rats. 

L’organisation a veillé durant des années à empêcher la publication de ce projet. Cependant, John Greenewald Jr., fondateur de The Black Vault, un site web spécialisé dans les documents gouvernementaux déclassifiés, a publié de nouveaux papiers qui détailleraient davantage les expériences menées sur ces derniers.

Les documents expliquent plus précisément comment la CIA s’est servie de son projet pour contrôler des chiens à distance à l’aide d’électrodes implantées dans leur cerveau, de médicaments psychotropes mais également d’ondes radio. Des révélations qui font froid dans le dos.

Des chiens manipulés 

MK-ULTRA a usé de méthodes douteuses sur les citoyens canadiens et américains. Toutefois, ces dernières révélations vont encore plus loin. Dans ce rapport, un expert en modification du comportement explique comment il a effectué une opération chirurgicale du cerveau sur six chiens différents. Cette opération avait pour but de reprogrammer le cerveau des chiens pour pouvoir les diriger à distance.

On apprend donc que ce projet incluait une expérimentation sur des « chiens télécommandés », à qui ont été implantés chirurgicalement des dispositifs qui envoyaient des signaux électriques à leur cerveau, afin de contrôler leur déplacementà des distances pouvant atteindre 200 mètres.

« L’objectif spécifique du programme de recherche était d’examiner la possibilité de contrôler le comportement d’un chien, dans un champ ouvert, au moyen de la stimulation électrique à distance du cerveau », selon les documents révélés par le site.

Une torture mentale mais également physique. En effet, les opérations chirurgicales laissaient des traces sur les pauvres bêtes. Des plaies ouvertes qui s’infectaient et qui n’arrivaient pas à cicatriser.

Des révélations qui ne concernent pas seulement les chiens. Les recherches sur les toutous auraient conduit à des expériences similaires sur les rats. Les chats ont failli être impliqués dans ces atrocités puisque des discussions ont eu lieu sur leur potentielle utilisation au vu d’une mission d’espionnage.

Les familles des participants ont pour ambition d’intenter un procès à leur gouvernement en incluant la célèbre université McGill accusée d’avoir pris part au projet MK-ULTRA.

https://wamiz.com