Un dauphin respire par la bouche


En 2014, un dauphin à été remarqué par la façon qu’il respirait. Généralement, ces animaux respirent par un évent, alors que lui demeurent fermé. Il a été revu et se porte très bien. Il a su s’adapter en respirant par la bouche.
Nuage

 

Un dauphin respire par la bouche

 

Ce dauphin respire par la bouche. © SplashdownDirect / Rex /REX/SIPA

Ce dauphin respire par la bouche. © SplashdownDirect / Rex /REX/SIPA

Par Morgane Le Poaizard

Ce dauphin a trouvé un moyen de surpasser son infirmité en respirant par la bouche.

STUPÉFIANT. Le comportement de ce dauphin d’Hector (Cephalorhynchus hectori) n’a jamais été observé auparavant : il respire par la bouche. Le mammifère marin a été filmé par l’équipe de Stephen Dawson, chercheur à l’Université d’Otago à Dundin en Nouvelle-Zélande. Ce cétacé a été remarqué en 2014 pour sa malformation de l’évent et son étrange façon d’ouvrir la bouche en sortant de l’eau. Son évent étant fermé, ce dauphin ne peut pas aspirer d’air par cette fente mais il est visiblement capable de le souffler puisque sous l’eau, il rejette quelques bulles. Cet individu est donc contraint de respirer par la bouche, ce qui est d’ordinaire impossible chez les cétacés dont le système respiratoire est totalement séparé du tube digestif, afin d’empêcher l’eau d’entrer dans les poumons.

Selon Dawson, ce dauphin doit manifestement rétracter son larynx afin que les voies respiratoires et digestives communiquent. Ce mouvement du larynx a déjà été observé dans des cas d’ingestion de trop gros objets pour éviter l’asphyxie. Trois ans après, le dauphin se porte bien et ne présente aucun autre dysfonctionnement. Il a su contracter une adaptation physiologique pour vivre malgré son handicap.

http://www.sciencesetavenir.fr/

La plus jeune personne cryogénisée du monde était une enfant de 2 ans Repéré par Camille Malnory


Je suis contre la cryogénisation, allé contre la mort en redonnant vie dans un futur indéterminé n’a aucun sens. Comment une personne peut s’adapter de vivre à une époque qu’elle n’a pas été préparée. Et dire que c’est un devoir des parents de permettre de redonner une seconde chance, c’est se prendre pour Dieu. De toute manière, il n’a aucune garantie que ces gens cryogénisés soient dans un meilleur état à un éventuel réveil
Nuage

 

La plus jeune personne cryogénisée du monde était une enfant de 2 ans

 

Repéré par Camille Malnory

La cryogénisation d’enfants pose des questions au niveau du consentement.

«Elle montrait un esprit combattif depuis sa naissance, ses cris étaient les plus forts de la pouponnière», raconte à Gizmodo, Sahatorn Naovaratpong, le père de Matheryn, dite «Einz» qui vient d’être cryogénisé.

La petite Einz est la plus jeune personne à avoir jamais subi une telle procédure.

Diagnostiquée d’un cancer du cerveau en phase terminale à 2 ans, elle est décédée à quelques mois de son troisième anniversaire. Sahatorn et Nareerat Naovaratpong, tous deux docteurs en sciences et en ingénieurie, ont confié le corps de leur fille à Alcor Life Extension Foundation, leader de la cryonie dans le monde, malgré les nombreuses critiques de leur entourage. Les deux parents affirment ne pas avoir fait ce choix pour eux, mais pour leur fille.

«Einz a peut être une opportunité pour vivre dans le futur, mais moi, j’ai perdu quelqu’un», explique le père de l’enfant.

Intéressé depuis longtemps par ces techniques, il a convaincu sa femme que confier leur fille après son décès à Alcor était la bonne chose à faire. La décision n’a pas été facile à prendre, tout comme expliquer le procédé à la famille. Bouddhiste comme son mari, Nareerat explique:

«J’ai décidé de suivre cette voie à cause d’un enseignement du Seigneur Bouddha: “Crois quand il y a une raison de croire, même si cette croyance manque de sagesse.”»

Consentement

La cryogénisation pose de nombreuses questions, rappelle Gizmodo: coût de la démarche, peu de garantie d’une réelle préservation du corps, droits des personnes cryogénisées, leur futur, mais aussi le consentement, notamment dans le cas des enfants. Certains parents inscrivent toute leur famille pour une cryogénisation post-mortem. Alcor ne demande pas le consentement aux enfants inscrits, mais ces derniers peuvent se retirer une fois majeurs. Si ce manque peut provoquer de vrais débats éthiques, d’autres n’y voient pas d’inconvénients.

Pour l’auteur transhumaniste Shannon Vyff, qui a déjà prévu la cryogénisation de ses quatre enfants, il s’agit simplement de tenir son rôle de parent: leur apporter des soins médicaux adapter et les protéger:

«Si un de mes enfants mourrait brutalement avant 18 ans, je ferais tout ce que je peux pour lui donner une autre chance. J’aimerais donner à mes enfants l’opportunité de ce que la médecine future a à offrir.»

http://www.slate.fr/

Une bonne nouvelle


Une bonne nouvelle

 

 

Aujourd’hui, nous avons été à St-Hippolyte pour aller voir la famille de mon fils Alexandre et souligner les 1 an de Évan et les 2 ans de Thalie. Bientôt la famille s’agrandira en décembre par un autre garçon, ils auront donc, 2 filles et 2 garçons

Puis mon bébé et sa femme ont annoncé officiellement  (moi, je le sais depuis fin juillet) qu’ils attendent leur premier bébé prévu le 1 er avril. Donc, si nous faisons le compte avec les deux filles de ma fille, cela me fera 7 petits enfants …

Nuage

"Anti-Nobel": des rats en pantalon et un homme-chèvre dans la cuvée 2016


Beaucoup connaissent les prix Nobel, c’est le tour du prix Ig Nobel qui sont des recherches souvent inutiles, mais qui peut-être font réfléchir, quoiqu’il a déjà eu des recherches futiles qui ont pu s’avérer utile plus tard … Qui sait vraiment ?
Nuage

 

« Anti-Nobel »: des rats en pantalon et un homme-chèvre dans la cuvée 2016

 

La sexualité d’un rat est-elle affectée par son pantalon? Un homme peut-il vivre comme une chèvre? Les pierres ont-elles une personnalité? Voilà quelques-uns des sujets de recherche récompensés jeudi à Harvard par les iconoclastes « Anti-Nobel ».

Chaque année, le comité des « Ig Nobel Prizes » (prononcer Higuenobel) distribue des prix à des équipes de chercheurs pour des travaux « qui font rire, puis réfléchir« , selon la formule consacrée de l’événement.

Lors de la 26ème cérémonie du genre, organisée à Cambridge (nord-est des Etats-Unis), sur le campus de la prestigieuse université de Harvard, le prix de reproduction est allé à un chercheur de l’université du Caire, Ahmed Shafik, pour ses travaux sur la sexualité des rats en pantalon.

L’étude, dont la publication remonte à 1993, avait conclu qu’un rat portant un pantalon contenant du polyester était moins actif sexuellement que ceux faits uniquement de laine ou de coton. Le chercheur est décédé en 2007.

Parmi les dix lauréats, a également été récompensé, dans la catégorie biologie, le Britannique Thomas Thwaites, qui a passé trois jours dans la peau d’une chèvre.

Vainqueur du prix de biologie, ce designer de formation avait obtenu une bourse du Wellcome Trust, un fonds de recherche en biologie, pour financer son projet.

Il a fabriqué des prothèses lui permettant de marcher longtemps à quatre pattes, avec des mouvements comparables à ceux d’une chèvre, y compris en pente car il a réalisé son expérience dans les alpes suisses.

Il a également mangé de l’herbe, cuite à la cocotte-minute, lors des trois jours qu’a duré son expérience.

Thomas Thwaites a partagé son prix avec un autre homme devenu animal, le Britannique Charles Foster, qui a essayé d’imiter le style de vie d’un blaireau, d’un renard, d’un cerf, d’une loutre et d’un oiseau.

Les deux hommes se sont vus octroyer, comme tous les lauréats présents, un trophée en forme de grande horloge ainsi qu’un billet de dix mille milliards de dollars zimbabwéens, d’une valeur inférieure à un centime d’euro.

Comme chaque année, les récompenses ont été remises par de vrais lauréats du prix Nobel, au nombre de quatre jeudi.

Dans la catégorie économie, l' »anti-Nobel » a été attribué à une équipe de trois chercheurs, deux Néo-Zélandais et un Britannique qui se sont intéressés à la personnalité des pierres.

Ils ont ainsi cherché à appliquer à des morceaux de roche le concept marketing de personnalité des marques, qui consiste à attribuer à des marques des traits de la personnalité humaine.

L’étude a montré que des personnes mises en contact avec les pierres pouvaient leur attribuer des caractéristiques de la personnalité humaine.

Les chercheurs en ont conclu que le concept de personnalité des marques devait être appréhendé avec beaucoup de prudence.

Lors de la cérémonie agrémentée par des lancers d’avions en papier ou par un mini-opéra sur la création d’une seconde, le comité a aussi décerné le prix de chimie à Volkswagen.

En l’absence d’un représentant, le constructeur automobile allemand a été récompensé pour avoir « résolu le problème des émissions polluantes excessives des automobiles en produisant (…) moins d’émissions à chaque fois que leurs voitures étaient testées ».

http://www.lepoint.fr/

Les algues, est-ce si bon que ça?


Il y a souvent engouement pour des aliments prétextant qu’ils ont des super propriétés. Ce qui peut-être vrai, mais c’est la quantité ingérée qui peut porter à confusion. De toute manière, cela permet une variété dans l’assiette
Nuage

 

Les algues, est-ce si bon que ça?

 

 

Le Huffington Post Québec  |  Par Catherine Lefebvre

 

On dit des algues qu’elles sont une excellente source végétale de protéine, gorgées de vitamines et minéraux et nettement plus riches en calcium que le lait. Pourtant, quand on fouille un peu, il faudrait en manger bien plus que quelques feuilles de nori autour de nos sushis pour profiter de ses atouts nutritionnels.

On se calme!

Premièrement, il faut arrêter d’évaluer la teneur en protéines des aliments sous forme de pourcentage. Cela fonctionne bien avec la viande, puisque 100 g de viande cuite est une portion de consommation plutôt normale. Mais en ce qui a trait aux algues et à plusieurs autres végétaux, cela équivaut souvent à des portions bien au-delà de ce que nous avons l’habitude de manger. Selon le fichier canadien sur les éléments nutritifs de Santé Canada, les algues contiennent grosso modo 35% de protéines. Sous cet angle, ça ressemble au bœuf. Par contre, 100 g d’algues séchées équivaut à 1,5 L. Ça fait beaucoup d’algues à manger d’un coup pour faire le plein de protéines. Alors que dans une tasse de varech (kelp en anglais) crue, comme les salades d’algues dans les restaurants de sushis, il y a à peine 1,5 g de protéines. Il n’y a pas de quoi troquer vos légumineuses pour de la laitue marine. Le scénario est semblable du côté des vitamines et minéraux. Certes, 100 g d’algues séchées contient environ 400 mg de calcium. C’est légèrement plus élevé que dans un verre de lait. Encore une fois, il faudrait se gaver d’algues pour obtenir le même apport en calcium qu’en buvant un simple verre de lait.

Les réels avantages nutritionnels des algues proviennent surtout de leur teneur en iode, en folates et en fer.

L’impact environnemental

Comme les arbres, les plantes et les fleurs qui nous entourent, les algues contribuent énormément au maintien de l’écosystème marin. Mais contrairement aux végétaux poussant sur terre, les algues n’ont évidemment pas besoin d’être arrosées et elles poussent amplement sans fertilisant. De plus, elles n’occupent pas d’espace sur les terres agricoles qui se font de plus en plus rares dans plusieurs endroits dans le monde.

De plus, les algues absorbent non seulement l’azote, mais aussi le CO2 de manière plus efficace que les arbres. Si bien que Dana Goodyear du magazine américain The New Yorker décrit le varech comme l’équivalent alimentaire des voitures électriques. Or, dans un contexte où la plupart des techniques de pêche et d’agriculture vont pratiquement contre nature, la production d’algues pour la consommation humaine prend tout son sens.

En somme, la leçon à retenir est que les algues sont un légume marin fort intéressant d’un point de vue d’agriculture durable. Et comme tous bons légumes, elles sont plus que les bienvenues dans notre assiette. Mais, il ne faudrait tout de même pas s’attendre à ce qu’elles comblent tous vos besoins nutritionnels en une seule bouchée.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

L’attente


Attendre que les autres, que la situation changent, à remettre à demain, on finit qu’on passe notre vie à attendre. On accuse les autres d’être ce que nous sommes, alors que nous n’avons rien fait pour changer nous-même
Nuage

 

 

L’attente

 

 

Pendant des années, j’ai attendu que ma vie change. Mais maintenant, je sais que c’était elle qui attendait que moi, je change

Fabio Volo