Un hippopotame s’échappe d’un cirque en pleine ville


Les animaux sauvages ne devraient pas se retrouver dans des espaces confinés tels que des cirques et des zoos. Cet hippopotame ne pourra probablement jamais savoir ce qu’est la liberté des grands espaces
Nuage

 

Un hippopotame s’échappe d’un cirque en pleine ville

 

Un hippopotame s'échappe d'un cirque en pleine ville

L’hippopotame en fugue.Photo Gentside

Visiblement en manque de liberté, cet hippopotame s’est échappé de son cirque mercredi, le temps d’une petite balade sur un boulevard de Palos de la Frontera, au sud-ouest de l’Espagne. Bien évidemment, l’escapade n’est pas passée inaperçue, provocant la stupéfaction de nombreux passants et automobilistes.

Plusieurs vidéos et photographies partagées sur les réseaux sociaux relatent cet événement. Elles ont été capturées pendant que l’animal errait au milieu de la foule et des véhicules en stationnement. À travers les images, on peut le voir déambuler sur la route principale, s’arrêtant de temps à autre pour brouter un peu d’herbe.

UN INCIDENT SANS CONSÉQUENCE

Bien que l’hippopotame présente une envergure impressionnante, avec un poids de plus d’une tonne, celui-ci n’a causé aucun dégât matériel ou humain. Particulièrement pacifiste, il s’est contenté de tracer tranquillement son chemin, évitant les piétons.

Malheureusement pour lui et pour les témoins amusés, l’excursion n’a pas duré longtemps. Les autorités et responsables du cirque l’ont retrouvé immédiatement. Après quelques réprimandes, l’hippopotame a été ramené dans son enclos.

Pour le moment, l’identité de l’animal et les circonstances de son évasion n’ont pas été révélées. Le cirque ayant préféré rester discret au sujet de cet incident. Pour les défenseurs des animaux, cette fugue est toutefois révélatrice du désir de grands espaces de ces spécimens.

DES CONDITIONS D’EXPLOITATION INCOMPATIBLES

Comme beaucoup de spécimens sauvages, cet hippopotame possède des besoins naturels dont il est privé en raison de son mode de vie dans le milieu du cirque. L’animal ne connaitra surement jamais les bienfaits du soleil d’Afrique pour se réchauffer ou encore celui des vastes entendues d’eau dans lesquelles se rouler.

Parce que les cirques ne peuvent offrir à  leurs pensionnaires une telle qualité de vie, l’exploitation d’animaux sauvages est de plus en plus contestée. Certains pays comme la Grèce, l’Autriche ou encore le Pérou ou la Colombie ont même interdit cette pratique au niveau national.

http://fr.canoe.ca/

Deux « enfants solaires » mystifient les médecins au Pakistan


Une maladie bien étrange nommée enfant solaire ! Le jour, ils sont des enfants normaux, mais dès que la nuit s’annonce, ils sont dans un état végétatif
Nuage

Deux « enfants solaires » mystifient les médecins au Pakistan

Abdul Rasheed, 9 ans, et son frère Shoaib... (PHOTO B.K. BANGASH, ASSOCIATED PRESS)

Abdul Rasheed, 9 ans, et son frère Shoaib Ahmed, âgé de 13 ans, semblent être animés par la lumière du jour.

PHOTO B.K. BANGASH, ASSOCIATED PRESS

Associated Press

ISLAMABAD

Les médecins pakistanais sont totalement mystifiés par deux frères surnommés les « enfants solaires » puisqu’ils perdent toute énergie dès que le soleil se couche.

Les deux frères, âgés de 9 et 13 ans, sont complètement normaux et actifs pendant le jour. Ils plongent toutefois dans un état végétatif dès le soleil couché et sont alors incapables de parler, de bouger, de manger ou même d’ouvrir les yeux.

Les deux enfants sont issus d’une famille pauvre et ils sont donc soignés gratuitement. Ils font actuellement l’objet de tests poussés à Islamabad et des échantillons sanguins ont été envoyés à des experts à travers le monde. Le sol et l’air de leur village natal sont aussi examinés.

Les médecins excluent que le soleil puisse y être pour quelque chose, puisque les deux frères sont actifs le jour même s’ils se trouvent dans une pièce sombre ou qu’il pleut.

Leur père a épousé sa cousine et deux de leurs six enfants sont morts en bas âge. Leurs deux autres enfants n’ont pas de problèmes de santé particuliers.

http://www.lapresse.ca/

Le plus long insecte du monde découvert en Chine


C’est un scientifique chinois qui l’a découvert. Un phasme ne doit pas être aussi évident a trouvé surtout qu’il se confond très bien avec une brindille
Nuage

 

Le plus long insecte du monde découvert en Chine

 

Le plus long insecte du monde découvert en Chine

Un phasme de ce genre mesurant 62 cm a été découvert.Photo Fotolia

PÉKIN – L’insecte le plus long du monde est un phasme de plus de 50 cm de long, découvert il y a deux ans dans le sud de la Chine, a annoncé le Musée des Insectes de la Chine de l’Ouest cité jeudi par l’agence de presse Chine nouvelle.

Mesurant 62,4 centimètres de long, cet insecte découvert dans la province de Guangxi bat ainsi le record de longueur des 807 625 insectes répertoriés dans le monde.

Le record était détenu jusqu’à présent par un phasme malaisien de 56,7 centimètres de long découvert en 2008 et exposé aujourd’hui au Musée d’histoire naturelle à Londres.

L’insecte a été capturé par un scientifique, Zhao Li, alerté par des villageois sur la présence d’une bestiole gigantesque gros comme un index humain. Il lui a fallu six ans pour le trouver.

«J’étais en train d’attraper des insectes sur une montagne de 1200 mètres d’altitude à Liuzhou dans la province de Guangxi, dans la nuit du 16 août 2014, quand j’ai vu une ombre qui ressemblait à une brindille», a raconté M. Zhao, cité par Chine nouvelle.

«Quand je me suis approché, j’ai été saisi de voir que les pattes de ce gigantesque insecte étaient aussi longues que son corps», a-t-il ajouté.

L’insecte a été baptisé Phryganistria chinensis Zhao en l’honneur de son découvreur.

Plus de 3000 variétés de phasmes ont été découvertes jusqu’à présent, a précisé l’agence.

http://fr.canoe.ca/

Fort McMurray: des animaux séparés de leurs maîtres


Dans ce genre de catastrophes, quand l’urgence de s’enfuir, il difficile de réfléchir. Certaines personnes n’ont pas eu d’autres choix que sauver leur peau en espérant que leurs animaux puissent survivre. Des appels sont fait sur des réseaux sociaux pour retrouver maîtres et animaux
Nuage

 

Fort McMurray: des animaux séparés de leurs maîtres

 

FORT MCMURRAY, Alberta – De nombreux résidents de Fort McMurray, en Alberta, qui ont fui en urgence l’incendie de forêt qui sévit depuis mardi dans leur ville ont dû laisser derrière eux leurs animaux de compagnie.

Certains ont eu le cœur déchiré comme Laura Gislason qui a abandonné son chien Gabi et son chat Pastel, a rapporté Global News. Lorsque les évacuations ont été effectuées, la situation était tellement alarmante qu’elle n’a réussi à emporter avec elle que les vêtements qu’elle portait ce jour-là.

«Je me sens terriblement coupable d’avoir abandonné mes deux animaux, ils sont comme des membres de ma famille, a dit Mme Gislason à Global News. Je suis très inquiète pour eux.»

Les autorités locales ont annoncé que les propriétaires d’animaux qui étaient partis sans leur bête pouvaient entrer en contact avec la SPCA. Laura Gislason a tenté de communiquer avec l’organisme, mais en vain.

D’autre part, d’autres résidents ont tout fait pour sauver leurs animaux. Par exemple, une femme a fui le feu au galop à dos de cheval, emportant à sa suite deux autres chevaux. Une autre propriétaire a indiqué sur Facebook qu’elle avait dû libérer ses trois chevaux. Elle demande à quiconque qui les aurait vus de la contacter.

Plusieurs pages Facebook ont été créées pour tenter de réunir les animaux avec leurs maîtres, comme la Fort McMurray Fire Emergency Animal Assistance, qui tente de centraliser les informations concernant les animaux trouvés et les propriétaires ayant perdu leurs animaux et les efforts des équipes de sauvetage.

Certaines personnes ont mis leur vie en péril pour sauver leurs animaux, selon Global News. Un résident a ignoré un avis d’évacuation obligatoire et est retourné chez lui en bicyclette pour aller chercher ses deux chiens. Il aurait tenté de sauver d’autres chiens qui erraient dans les rues, mais trop apeurées, les bêtes n’ont pas voulu le suivre.

http://fr.canoe.ca/

Mercure passera lundi entre la Terre et le Soleil


Plusieurs parties du monde pourront être témoin de la visite de Mercure qui passera entre la Terre et le soleil. Tout le monde ? Bien s’ils sont équipés d’instrument d’astronomie, sinon, il faut faire attention de ne pas regarder le soleil sans protection, car il y a un risque pour les yeux
Nuage

 

Mercure passera lundi entre la Terre et le Soleil

 

La planète Mercure.... (PHOTO ARCHIVES NASA)

La planète Mercure.

PHOTO ARCHIVES NASA

PASCALE MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

Une occasion rare : Mercure, la plus petite planète du système solaire, passera lundi entre la Terre et le Soleil, un phénomène qui sera visible dans la partie du monde où il fera jour à ce moment-là, notamment en Europe de l’Ouest.

Pendant plusieurs heures, les amateurs pourront suivre le trajet de Mercure, qui apparaîtra comme un tout petit disque noir se déplaçant devant l’astre. Il faudra être équipé d’instruments astronomiques pour découvrir ce spectacle.

Le phénomène débutera à 11h12 GMT (13h12 heure de Paris) et prendra fin à 18h42 GMT (20h42 heure de Paris). L’heure pourra varier légèrement selon les endroits.

Visuellement, « Mercure donnera l’impression de grignoter l’un des bords du Soleil puis il le traversera très lentement avant de ressortir de l’autre côté », explique à l’AFP Pascal Descamps, astronome à l’Observatoire de Paris.

Ce phénomène, qui durera sept heures et demie, est « rare, car il exige un alignement presque parfait du Soleil, de Mercure et de la Terre », souligne-t-il.

Encore peu explorée, la mystérieuse Mercure est la planète la plus proche du Soleil et se trouve à une distance moyenne de 58 millions de km de lui.

Toute petite (son diamètre est de 4780 km seulement), elle fait le tour du Soleil en 88 jours.

Elle passe tous les 116 jours entre la Terre et notre étoile. Mais du fait de l’inclinaison de son orbite autour de l’astre par rapport à l’orbite de la Terre, elle nous paraît la plupart du temps se trouver au-dessus ou en dessous du Soleil.

De ce fait, les transits de Mercure devant le Soleil sont peu fréquents : il y en a 13 ou 14 par siècle.

Le dernier s’est produit il y a dix ans. Les prochains seront en novembre 2019, en novembre 2032 et en mai 2049.

Attention aux yeux

L’Europe de l’Ouest et du Nord, l’ouest de l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, le Canada, l’est de l’Amérique du Nord et une grande partie de l’Amérique latine seront aux premières loges pour observer ce long transit. À condition que la météo soit favorable.

« C’est toujours excitant de voir des phénomènes astronomiques rares de ce type », souligne Martin Barstow, président de la Royal Astronomical Society, dans un communiqué. « Cela montre que l’astronomie est une science accessible à tout le monde ».

Mais il rappelle qu’il est important de respecter les consignes de sécurité. Regarder le Soleil directement sans protection peut provoquer des lésions oculaires irrémédiables.

Les lunettes spéciales pour les éclipses solaires ne seront d’aucune utilité, car la planète est trop petite.

« Il faut un instrument astronomique pour grossir l’image du Soleil », explique Pascal Descamps.

Les astronomes amateurs pourront utiliser lunettes et télescopes à condition de les protéger par des filtres solaires appropriés.

Selon l’astronome, « le moyen le plus simple pour voir Mercure sans risque sera d’utiliser un solarscope », sorte de boîte cartonnée munie d’un objectif avec une lentille, couplé avec un petit miroir convexe. Il permet d’observer sans danger le Soleil par projection de son image inversée sur un écran.

Avec le solarscope, le Soleil aura un diamètre de 12 centimètres et Mercure fera 0,75 millimètre.

C’est un savant français, Pierre Gassendi, qui a observé pour la première fois en 1631 un passage de Mercure devant le Soleil. Ce transit avait été prédit quelques années avant par Johannes Kepler, décédé en 1630 avant d’avoir pu le voir.

Mercure, dont la température à la surface varie de -173 degrés Celsius à 427 degrés Celcius, a été observée par deux sondes spatiales américaines, d’abord par Mariner 10 en 1974 et 1975 puis par Messenger qui a fini sa mission en 2015.

L’Europe et le Japon se préparent à lancer en 2018 un duo de sondes pour la mission BepiColombo qui rejoindra Mercure en 2024.

http://www.lapresse.ca/

Une vidéo révèle l’angoissante fuite des résidants de Fort McMurray


Quand on voit le feu aussi prêt, on espère qu’il n’y a pas de victime
A toute heure, il a des nouvelles du feu de forêt en Alberta, on se demande quand ce cauchemar finira
Nuage

 

Une vidéo révèle l’angoissante fuite des résidants de Fort McMurray

 

Un résidant de Fort McMurray ayant filmé son pénible trajet en camionnette pour sortir de la ville en flammes grâce à une caméra installée sur son tableau de bord a annoncé, jeudi, qu’il remettrait les recettes générées par la populaire vidéo aux victimes de la catastrophe.

Michel Chamberland a publié la vidéo sur YouTube après que les quelque 80 000 habitants eurent fui la ville du nord de l’Alberta, mardi.

Les images montrent une pluie de braise s’abattre sur le véhicule de M. Chamberland alors que des flammes s’élèvent de chaque côté de la route.

Dans la vidéo, on peut entendre l’homme de 25 ans dire qu’il peut sentir la chaleur jusqu’à l’intérieur de sa camionnette et que sa maison sera probablement détruite par l’incendie.

Cet employé d’une exploitation de sables bitumineux a raconté qu’il dormait après un quart de nuit lorsqu’un ami l’a appelé pour le mettre au courant de l’évacuation.

Il a expliqué que sa vidéo avait été tellement visionnée qu’il l’avait enregistrée officiellement afin de ramasser de l’argent pour les personnes touchées par la catastrophe.

http://quebec.huffingtonpost.ca/