Le Saviez-Vous ► Pourquoi les insectes n’éternuent pas ?


Ce n’est pas vraiment une question que je me pose, sauf que cela permet de comprendre comment un insecte vecteur peut survivre malgré un virus …
Nuage

 

Pourquoi les insectes n’éternuent pas ?

 

La mouche du vinaigre (drosophile) photographiée au microscope électronique à balayage.

La mouche du vinaigre (drosophile) photographiée au microscope électronique à balayage.INSTITUT PASTEUR

Par Erwan Lecomte

Les insectes peuvent transporter les pires maladies sans pâtir de la présence de leurs mortels passagers, les virus. Des chercheurs lèvent le voile sur cette étrange immunité.

ALERTE. Un article publié dans Nature Immunology par des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS vient de lever le voile sur l’étrange immunité des insectes.

Les scientifiques ont remarqué que, dès qu’il infecte l’insecte, le virus détourne la machinerie cellulaire de son hôte pour lui faire produire de petites séquences d’ADN à la fonction étonnante. En effet, ces dernières ne servent pas au virus à se multiplier mais… à tirer la sonnette d’alarme !

En effet, ces séquences d’ADN produites par le patrimoine génétique du virus vont être reconnues par l’organisme de l’insecte. La réponse immunitaire va alors être renforcée, ce qui a pour effet de mettre la prolifération du virus en coupe réglée. Un équilibre subtil et mutuellement acceptable s’établit alors entre le virus et son vecteur.

ÉQUILIBRE. En effet, si le virus affaiblit trop l’insecte et que ce dernier passe l’arme à gauche, le virus ne peut plus poursuivre son cycle d’infestation dans un nouvel hôte. Ces mécanismes qui stimulent la réponse immunitaire assurent en fait au virus une propagation efficace.

De son côté, l’insecte optimise les dépenses énergétiques de son système immunitaire : il ne s’épuise pas dans une tentative incertaine d’élimination du virus et se contente d’en réguler la multiplication afin qu’il ne lui soit pas nuisible.

Erwan Lecomte

https://www.sciencesetavenir.fr/

Près de la moitié des espèces d’insectes en déclin dans le monde


Un monde sans insecte, ça vous tente ? Cela serait une catastrophe et il semble que les insectes vont tout droit a une extinction comme les dinosaures. Si cela arrive, l’écosystème sera en péril.
Il faut interdire au plus vite les pesticides, restaurer les lieux humides, etc…
Nuage

 

Près de la moitié des espèces d’insectes en déclin dans le monde

 

ALE-KS VIA GETTY IMAGES

L’Europe aurait perdu près de 80% de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d’oiseaux.

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, alerte une étude qui met en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

« La conclusion est claire: à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies », soulignent les auteurs de ce bilan « effrayant », synthèse de 73 études, qui pointe en particulier le rôle de l’agriculture intensive.

Aujourd’hui, environ un tiers des espèces sont menacées d’extinction « et chaque année environ 1% supplémentaire s’ajoute à la liste », ont calculé Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland.

Ce qui équivaut, notent-ils, « au plus massif épisode d’extinction » depuis la disparition des dinosaures.

« La proportion d’espèces d’insectes en déclin (41%) est deux fois plus élevée que celle des vertébrés et le rythme d’extinction des espèces locales (10%) huit fois plus, » soulignent-ils.

Quand on parle de perte de biodiversité, le sort des grands animaux capte souvent l’attention. Or les insectes sont « d’une importance vitale pour les écosystèmes planétaires »: « un tel événement ne peut pas être ignoré et devrait pousser à agir pour éviter un effondrement des écosystèmes naturels qui serait catastrophique », insistent les scientifiques, dans ces conclusions à paraître dans la revue Biological Conservation.

Exemple de service vital rendu par les insectes, et sans doute le plus connu, la pollinisation des cultures.

A l’inverse, exemple d’impact de leur disparition sur toute la chaîne alimentaire: le déclin « vertigineux » des oiseaux des campagnes révélé en France en 2018.

« Il n’y a quasiment plus d’insectes, c’est ça le problème numéro un », expliquait alors un des auteurs de l’étude française, Vincent Bretagnolle: car même les volatiles granivores ont besoin d’insectes à un moment dans l’année, pour leurs poussins…

Papillons, coccinelles, fourmis

Selon une étude parue fin 2017 et basée sur des captures réalisées en Allemagne, l’Europe aurait perdu près de 80% de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d’oiseaux.

Oiseaux, mais aussi hérissons, lézards, amphibiens, poissons… tous dépendent de cette nourriture.

A l’origine de cette chute des insectes, les chercheurs australiens désignent la perte de leur habitat (urbanisation, déforestation, conversion agricole) et le recours aux pesticides et engrais de synthèse, au coeur de l’intensification des pratiques agricoles ces soixante dernières années.

L’étude se base notamment sur les cas de l’Europe et des États-Unis, où l’on dispose des suivis les plus réguliers.

« Mais vu que ces facteurs s’appliquent à tous les pays du monde, les insectes ne devraient pas s’en tirer différemment dans les pays tropicaux et en développement ».

A ces raisons s’ajoutent les agents pathogènes (virus, parasites), les espèces invasives et enfin le changement climatique mais surtout à ce stade dans les régions tropicales.

Le recul des insectes, qui forment les deux tiers des espèces terrestres, remonte au début du XXe siècle, mais s’est accéléré dans les années 1950-60 pour atteindre « des proportions alarmantes » ces 20 dernières.

Parmi les plus affectés, les lépidoptères (les papillons), les hyménoptères (abeilles, guèpes, fourmis, frelons… présents sur tous les continents sauf en Antarctique) et les coléoptères (scarabées, coccinelles).

Quelque 60% des espèces de bousiers sont ainsi sur le déclin dans le bassin méditerranéen. Et une espèce d’abeilles sur six a disparu au niveau régional, dans le monde.

Les insectes aquatiques ne sont pas épargnés, qu’il s’agisse des libellules ou des éphémères.

« Restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l’usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables, s’imposent urgemment », soulignent les auteurs du rapport, qui appellent aussi à assainir les eaux polluées, en ville comme en milieu rural.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Les abeilles savent compter


Si on se demande pourquoi étudier les mathématiques, quoique la réponse soit évidente, sachez que de primates, certains oiseaux, araignée, et même des abeilles comprennent les mathématiques de base. Malheureusement, avec l’effondrement des abeilles, les insecticides détruisent leurs neurones du cerveau, sans leurs capacités cognitives pour butiner.
Nuage

 

Les abeilles savent compter

 

Gros plan sur la tête d'une abeille.

Les abeilles ont la réputation d’être des insectes intelligents. Photo: iStock / Andy Nowack

Alain Labelle

Les abeilles mellifères peuvent réaliser des calculs mathématiques de base, ont démontré des scientifiques australiens et français.

Les chercheurs sont affiliés à l’Université RMIT et à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier. L’année dernière, la même équipe avait établi que ces insectes sociaux étaient capables de se représenter et d’interpréter le zéro.

La présente étude montre qu’on peut apprendre aux abeilles à reconnaître les couleurs comme des représentations symboliques de l’addition et de la soustraction, et à utiliser cette information pour résoudre des problèmes arithmétiques.

La résolution de problèmes mathématiques exige un niveau d’intelligence sophistiquée, qui fait appel à une gestion mentale complexe de nombres, de règles, mais aussi à une mémoire de travail à court terme.

En outre, les opérations numériques comme l’addition et la soustraction sont complexes, parce qu’elles nécessitent deux niveaux de traitement.

Vous devez être capable de maintenir les règles d’addition et de soustraction dans votre mémoire à long terme, tout en manipulant mentalement un ensemble de nombres donnés dans votre mémoire à court terme. Le professeur Adrian Dyer, de l’Université RMIT

« De plus, nos abeilles ont également utilisé leur mémoire à court terme pour résoudre des problèmes arithmétiques, car elles ont appris à reconnaître les notions de plus et de moins comme des concepts abstraits plutôt qu’en les associant à des aides visuelles », explique le Pr Adrian Dyer.

Le saviez-vous?

  • Les abeilles n’ont qu’un million de neurones, soit 100 000 fois moins que l’humain;
  • elles possèdent une mémoire à court terme élaborée qui leur permet d’envisager les décisions à venir;
  • elles comprennent des concepts abstraits comme la similitude et la différence;
  • elles acquièrent des compétences complexes auprès d’autres abeilles.

Ces surprenantes capacités élargissent, selon les chercheurs, notre compréhension de la relation entre la taille et la puissance du cerveau.

Ainsi, même le petit cerveau d’une abeille peut réaliser des opérations mathématiques de base, une connaissance qui pourrait servir au développement futur de l’intelligence artificielle en raffinant l’apprentissage machine.

Nos résultats laissent à penser que la cognition numérique avancée pourrait être plus répandue dans la nature chez les non-humains que ce que l’on pensait. Adrian Dyer

De précédentes études ont montré que certains primates, des oiseaux comme le corbeau, et même des araignées sont capables d’additionner et de soustraire.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science Advances(Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Une abeille sur une fleur.

Une abeille. Photo : Getty Images / Peter Vahlersvik

Un cerveau déstabilisé

De plus en plus de travaux, dont plusieurs menés à l’Université Laval de Québec, montrent que l‘effondrement des colonies d’abeilles observé en Amérique et en Europe depuis une dizaine d’années est lié aux insecticides, particulièrement à ceux de la famille des néonicotinoïdes. Pour réussir à butiner, les abeilles se servent de leurs grandes capacités cognitives, mais les produits toxiques attaquent la communication entre les neurones de leur cerveau, ce qui les déstabilise et nuit au butinage.

https://ici.radio-canada.ca/

Du jamais vu : un insecte préservé dans une opale


Cet insecte pourrait être le plus vieux spécimen jusqu’à maintenant. Tout dépend du  procédé de la fabrication de l’opale. Car il semble que l’ambre ait emprisonné l’insecte avant de se transformer en opale
Nuage

 

Du jamais vu : un insecte préservé dans une opale

 

Céline Deluzarche
Journaliste

 
Une opale retrouvée en Indonésie contient un insecte intact, comme fossilisé dans l’ambre. Une énigme pour les scientifiques, qui remet en cause les connaissances actuelles sur la formation de l’opale.

Seul, l’ambre permet en principe de conserver des fossiles d’animaux « mous ». Cette résine pétrifiée, à l’origine visqueuse, piège les animaux qui tombent dedans et se solidifie en pierre au fil des ans. De nombreux spécimens ont ainsi été découverts, incroyablement bien préservés, comme un escargot entier, une tique de dinosaure, un caméléon, un oisillon de 100 millions d’années ou encore une étrange araignée à queue.

La formation de l’opale remise en question

Mais l’an dernier, le gemmologue américain, Brian Berger, a fait une découverte inédite sur l’île de Java en Indonésie : une authentique opale multicolore dans laquelle est emprisonné un insecte, distinctement visible à travers la pierre.

« On peut même voir sa bouche ouverte et les structures fibreuses de ses appendices », décrit-il sur son blog.

Du jamais vu pour les scientifiques.

L’insecte est parfaitement conservé au sein de l’opale avec ses parties fibreuses. © Brian T. Berger, Instagram, velvetboxsociety

L’insecte est parfaitement conservé au sein de l’opale avec ses parties fibreuses. © Brian T. Berger, Instagram, velvetboxsociety

    La formation des opales demeure, en effet, assez mystérieuse, mais l’hypothèse dominante est que de l’eau chargée de silice dépose des micelles (particules en suspension) dans des fissures et cavités. En période sèche, lorsque l’eau s’évapore, on obtient des couches minéralisées organisées formant un « gel siliceux » transparent. En Indonésie, ce processus se produit souvent avec des coulées volcaniques plutôt qu’avec de l’eau. Dans les deux cas, il est impossible qu’un insecte entier soit fossilisé au cours de cette longue sédimentation.

    Une « opalisation » de l’ambre

« Ce spécimen remet en question nos connaissances actuelles sur la formation de l’opale », reconnait le géologue Ben McHenry, directeur de la collection des sciences de la Terre au South Australian Museum.

Le spécialiste avance une explication possible : l’insecte serait d’abord tombé dans l’ambre, qui aurait coulé dans la fente d’un bois. Les coulées volcaniques hautement siliceuses auraient alors investi la fente et un échange ionique se serait produit lors de la polymérisation, au cours de laquelle l’ambre se serait alors « opalisé ».

    L’insecte le plus ancien jamais retrouvé ?

    Il faut savoir que la plupart de l’ambre que l’on trouve est en réalité du copal, un intermédiaire entre la résine et l’ambre âgé de plusieurs centaines à quelques milliers d’années. La véritable fossilisation de la résine en ambre nécessite, quant à elle, elle plusieurs millions d’années.

    « Si cette théorie d’opalisation est juste, de la sève de l’arbre avec un insecte, suivi d’un processus sédimentaire passant par le copal, l’ambre et l’opale, l’insecte visible dans cette pierre pourrait être l’un des plus anciens jamais découverts », conclut Brian Berger. De nouvelles investigations sont en cours pour en savoir plus sur l’insecte en question.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Une opale contenant un insecte parfaitement conservé a été retrouvée en Indonésie.

  • Normalement, de tels spécimens se trouvent uniquement dans l’ambre.

  • S’il s’agissait d’ambre « opalisé », l’insecte pourrait être le plus vieux jamais découvert.

https://www.futura-sciences.com/

Chez les fourmis bâtisseuses de sentiers, chacun fait ce qu’il lui plaît


Encore une fois, on ne peut qu’être époustouflé par l’organisation des fourmis. Les fourmis coupe-feuilles agissent selon leur perception de la tâche.  Il n’y a pas de boss qui dirige, aucune coordination et pourtant, elles réussissent ensemble à bâtir, entretenir 3 km de sentier avec 11 000 heures de travail.
Nuage

 

Chez les fourmis bâtisseuses de sentiers, chacun fait ce qu’il lui plaît

 

 

Agence France-Presse
Paris

Pas de contremaître chez les fourmis ouvrières : ces insectes bâtissent des sentiers sans recevoir la moindre consigne, sans échanger la moindre information, selon une étude publiée mercredi dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

« C’est surprenant, car les comportements collectifs s’organisent souvent en communiquant », explique à l’AFP Thomas Bochynek de l’université Northwestern aux États-Unis, coauteur de l’étude.  

Les fourmis sont des insectes sociaux, reconnus comme détenteurs d’une véritable intelligence collective.

Débroussailler, élaguer, niveler… la construction de ces chemins, qui seront empruntés par la colonie pour rapporter la nourriture jusqu’à la fourmilière, implique plusieurs milliers d’ouvrières, selon l’étude. 

Chaque colonie peut déblayer jusqu’à trois kilomètres de sentiers par an, investissant collectivement jusqu’à 11 000 heures de travail chaque année pour les bâtir puis les entretenir. 

Pour mieux comprendre comment les fourmis s’organisent pour venir à bout de ces travaux titanesques, Thomas Bochynek et ses collègues ont observé des fourmis coupe-feuille sud-américaines, in situ et en laboratoire, puis modélisé leur action.

Résultat : pas de répartition des tâches, pas de superviseur, pas de coordination. Chaque fourmi résout comme elle l’entend les problèmes qu’elle rencontre et c’est la somme de toutes ces actions individuelles qui leur permet de bâtir les sentiers. Une organisation totalement différente de la nôtre, très hiérarchisée et rationalisée.

Les fourmis « agissent uniquement en fonction de leur propre perception des obstacles », précise l’étude.

Une telle organisation (ou non-organisation) permet d’économiser de l’énergie : communiquer que ce soit par contact ou par phéromones (qu’il faut produire, stocker et secréter) engendre une dépense énergétique, précise Thomas Bochynek.

https://images.lpcdn.ca/

Comment ces fourmis contribuent-elles au réchauffement climatique ?


 

C’est certain que le gaz à effet de serre peut être aussi causé naturellement l’activité humaine, animale, et même des insectes. Les fourmis sont un très bel exemple.
Nuage

 

Comment ces fourmis contribuent-elles au réchauffement climatique ?

 

image de l'article principal

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Les usines produisent et émettent beaucoup de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement de la planète, mais toutes ne sont pas gérées par des humains. De petites usines souterraines, exploitées par des fourmis, semblent également y contribuer. Et beaucoup plus qu’on ne le pensait.

De récentes analyses menées sur 24 nids de fourmis coupeuses de feuilles, retrouvées dans les jungles d’Amérique tropicale, suggèrent que ces insectes produisent et rejettent – pour se nourrir sous terre – jusqu’à 100 000 fois plus de dioxyde de carbone que les sols ordinaires. Selon les chercheurs, ces fourmis pourraient même déjà être responsables de 0,2 à 0,7 % des émissions de CO2émises actuellement par les forêts tropicales et néo-tropicales.

« Imaginez ça comme de petites usines dans la jungle », explique Thomas Harmon, de l’Université de California Merced (États-Unis) et co-auteur de l’étude publiée dans le Journal of Geophysical Research : Biogeosciences.

De véritables bouches d’aération polluantes

Les sols de ces forêts sont généralement remplis de dioxyde de carbone. Les fourmis trouvent des feuilles en surface, les ramènent sous terre pour que les champignons décomposent les feuilles et produisent en retour de la nourriture aux fourmis. Ce sont ces cultures de champignons qui rendent les nids de ces fourmis propices à la production de dioxyde de carbone. Pour se loger sous les sols, les fourmis creusent alors de vastes réseaux complexes de tunnels et de chambres souterraines, parfois jusqu’à 7 mètres sous terre. Les tunnels creusés se transforment alors en véritables bouches d’aération ressemblant à des cheminées, d’où émanent des effluves de CO2.

fourmis

Diagramme des voies d’échange et de transport du dioxyde de carbone dans les nids de découpeuses (Atta cephalotes). Crédits : JGR- Biogeosciences / AGU

Jusqu’à 100 000 fois plus de CO2

Selon les chercheurs, il pourrait y avoir jusqu’à 100 000 fois plus de CO2 rejeté par ces « bouches d’aération » que depuis les sols environnants. Cela peut se comprendre. Chaque colonie contenant des millions de fourmis peut récolter des centaines de kilos de végétation par an. Ces nids pouvant être parfois occupés pendant plus d’une décennie, on imagine alors aisément les niveaux de dioxyde de carbone rejetés dans l’atmosphère s’accumuler rapidement avec le temps.

Les chercheurs demandent maintenant à ce que ces études soient multipliées dans le but de mieux appréhender ces rejets de CO2 jusqu’alors insoupçonnés. Les résultats devraient ensuite être pris en compte lors des prévisionnels climatiques. Ces données pourraient également être utiles sur un plan strictement urbain, ces fourmis préférant généralement s’installer, sous terre certes, mais près des infrastructures humaines.

Source

https://www.sciencealert.com

Testez le body painting à rayures contre les piqûres !


Nous avons déjà vu sur des photos, des films, des reportages, des indigènes qui se peignait la peau avec des rayures blanches. Il semble qu’en plus d’aider à se protéger de la chaleur, cela aurait une certaine protection envers les piqûres de taon.
Nuage

 

Testez le body painting à rayures contre les piqûres !

 

Une étude montre que les peintures corporelles inspirées du pelage du zèbre protègent les populations des piqûres de taons. © Kalahari, Pixabay, CC0 Creative Commons

Une étude montre que les peintures corporelles inspirées du pelage du zèbre protègent les populations des piqûres de taons. © Kalahari, Pixabay, CC0 Creative Commons

Nathalie Mayer
Journaliste

Le mystère des rayures de zèbres n’en finit pas de faire couler de l’encre. Sont-elles là pour réguler la température de l’animal ? Ou pour lutter contre les parasites ? Les chercheurs peinent à répondre. Mais une étude portant sur des peuples indigènes pourrait éclairer la question.

Dans de nombreux endroits du monde, des tribus pratiquent en effet, depuis la nuit des temps, un body painting particulier. Les individus s’enduisent d’une sorte de peinture blanche. Une peinture qui les aide à se protéger des fortes températures. Et, effet collatéral intéressant, lorsqu’elle prend la forme de rayures – faisant ressembler la peau des hommes au pelage des zèbres – elle semble aussi les protéger des piqûres de taons.

Une observation confirmée par des expériences menées sur des mannequins : ceux à la peau sombre attirent 10 fois plus de taons que ceux à rayure et 2 fois plus que ceux à la peau claire. Selon les chercheurs de la revue Royal Society Open Science, les rayures perturberaient la polarisation de la lumière réfléchie par les corps, les rendant moins appétissants pour les insectes.

https://www.futura-sciences.com