Des ateliers pour réduire les morsures de chien chez les jeunes


Personnellement, je trouve que c’est une très bonne idée. Pour ma part, je demande toujours en la présence de mes petites filles si le chien est gentil et si elles peuvent le caresser.Ce que j’approuve aussi de Montréal, ce sont ceux qui ont reçu des tickets à cause de leur chien. Pour éviter de payer, ils doivent suivre une formation pour une meilleure éducation à leur toutou. Et il aurait semble-t’il d’autres mesures auprès des propriétaires.
Nuage

 

Des ateliers pour réduire les morsures de chien chez les jeunes

Josie Desmarais/Métro Albert, un berger hollandais thérapeutique

Par François Carabin

Dans le cadre de son règlement sur l’encadrement des animaux, la Ville de Montréal donnera cet été des formations dans près de 50 camps de jours afin de sensibiliser environ 3000 enfants aux risques de morsure.

Les ateliers, nommés Fudge au camp et donnés par des intervenants de Zoothérapie Québec, passeront dans tous les arrondissements de la métropole durant la saison estivale. Basés sur les formations Fudge à l’école, qui ont lieu dans les écoles du Québec depuis 25 ans, ils visent à préparer les enfants à toute éventualité en présence d’un chien.

«On veut véhiculer le message que c’est important de faire de la prévention, a relaté la coordonnatrice clinique chez Zoothérapie Québec, Régine Hétu. Surtout chez les enfants, parce que quand c’est leur propre chien ou celui d’un ami, ils pensent qu’ils peuvent agir comme ils veulent avec.»

Environ un quart des cas de morsures enregistrés au Québec en 2010 concernaient des enfants, selon des statistiques fournies par Zoothérapie Québec. Métro a assisté à une formation donnée mardi après-midi au Centre communautaire Sainte-Catherine d’Alexandrie, dans le Quartier latin.

97

Selon des données du Service de police de la Ville de Montréal, 97 «événements de morsure» ont eu lieu à Montréal cette année, en date du 31 mai. En 2017, près de 230 personnes avaient été mordues, comparé à plus de 260 en 2016. Il est impossible de préciser quelles morsures ont touché des enfants.

Une formation pour les jeunes

Fudge au camp consiste à enseigner aux enfants les trois états possibles de leurs amis canins — la colère, la peur et le bonheur — pour ensuite leur montrer comment les approcher.

«[Les chiens] vous avertissent avant de mordre», a fait savoir la formatrice Ann-Marie Villeneuve à la vingtaine de petits curieux présents mardi.

Pour illustrer le danger aux jeunes, Mme Villeneuve associe les feux rouges et jaunes à des chiens en colère ou peureux. Elle invite aussi les enfants «à regarder des deux côtés de la rue, même si la lumière est verte», soit même si le chien semble heureux. Son accompagnateur Albert, un berger hollandais thérapeutique, donne l’exemple.

«On arrive toujours devant le chien», «on ferme le poing [en l’approchant]», «on surveille les signes», a lancé plusieurs fois Mme Villeneuve.

Si un chien attaque, il faut absolument protéger son cou, en imitant un arbre ou une roche, a-t-elle ajouté.

«On pense qu’en [donnant ces formations], le nombre de morsures va diminuer conséquemment», a lancé Régine Hétu.

À l’issue de Fudge au camp, les enfants obtiennent un certificat et des jeux en lien avec ce qu’ils ont appris chez eux. La Ville espère que cela permettra de poursuivre la prévention sous les toits des jeunes. En 2010, un chien sur deux ayant mordu un enfant était le chien familial.

«Ça permet d’en parler aux proches, a expliqué le porte-parole administratif à la Ville, Philippe Sabourin. On rejoint le jeune mais aussi tout son entourage.»

Prévention d’abord

Montréal a adopté à la mi-juin la première mouture de son règlement sur l’encadrement des animaux. La Ville y a resserré le contrôle et la formation auprès des propriétaires de chiens, en étendant par exemple la mesure «troque ton ticket» aux amendes canines.

«Maintenant, il est possible qu’un jeune rencontre un animal qui n’est pas tenu en laisse, a précisé M. Sabourin. La formation va lui donner les bons gestes, comment agir.»

http://journalmetro.com/

Publicités

Un chat marsupial : une naissance exceptionnelle pour l’écosystème australien !


L’Australie a eu beaucoup de problèmes avec des animaux qui ont été introduits dans son territoire pour les espèces de la place. Beaucoup d’espèces sont en danger, alors que d’autres ont disparu. Aujourd’hui, il semble que la réintroduction du chat marsupial soit couronnée de succès. C’est une bonne chose pour l’écosystème australien.
Nuage

 

Un chat marsupial : une naissance exceptionnelle pour l’écosystème australien !

 

 

Le chat marsupial était une espèce éteinte sur le sol australien : il ne restait que quelques individus en Tasmanie. Mais une réintroduction par l’Homme semble donner d’excellents résultats.

par Louison

Le dasyurus oriental est une espèce de marsupial qui est plus connue sous le nom de « chat marsupial » ou « chat marsupial tacheté ». L’espèce entière – qui est uniquement présente en Océanie – comptait plusieurs races, mais il n’en reste que 6 aujourd’hui.

Suite à une épidémie au début du 20e siècle et à l’introduction du renard en Australie, le marsupial semblait voué à ne jamais revenir sur le sol australien.

Pourtant, pour la première fois depuis 50 ans, des scientifiques ont tenté de réintroduire le chat marsupial. Pour ce faire, ils ont lâché des spécimens dans la nature et les ont suivis pendant quelques mois à l’aide de collier GPS.

La réintroduction a eu lieu dans le parc national Booderee au sud de Sydney. Cependant, le projet à près de 15 ans. En effet, les scientifiques ont d’abord dû trouver des solutions pour réduire le nombre de prédateurs potentiels. En mars dernier, une vingtaine de chats marsupiaux ont ainsi été relâchés.

C’est une excellente nouvelle, car cela veut dire que non seulement les chats marsupiaux ont survécu, mais que l’environnement est suffisamment prospère pour permettre la reproduction.

Il s’agit de la première tentative de réintroduction d’une espèce carnivore en Australie. Pour les scientifiques, ces bébés sont le signe que cela va dans la bonne direction.

« La plupart des carnivores perdus du continent ont disparu pour toujours, il n’est pas possible de les ramener, c’est donc une opportunité rare. Pendant des milliers d’années, les dasyurus orientaux ont joué un rôle important dans l’écosystème en tant que mangeurs d’insectes, et il sera fascinant de voir ce qui se passera quand la population sera redevenue suffisamment importante pour qu’ils reprennent ce rôle dans le parc », a déclaré le responsable de WWF Australia Darren Grover lorsque les chats marsupiaux ont été relâchés en mars.

Nick Dexter, directeur des ressources naturelles du parc national Booderee, est lui aussi optimiste. Et à l’annonce de la naissance des chats marsupiaux, il déclare ceci :

« Il reste des défis à relever pour établir une population durable, mais le fait que 30 % des femelles ont donné naissance au cours de ce projet pilote est un pas dans la bonne direction ».

https://sciencepost.fr

Indonésie: près de 300 crocodiles tués par vengeance


Je peux comprendre la peine de la famille endeuillée, mais de la a tuer presque tout les crocodiles est un carnage d’une grande violence. Je crois qu’il aurait été mieux de trouver des moyens pour que cela n’arrive plus. Comme par exemple, des barrières très clair et difficile a traverser pour les humains et bien sûr les crocodiles
Nuage

 

Indonésie: près de 300 crocodiles tués par vengeance

 

ANTARA FOTO AGENCY / REUTERS

Ce déchaînement de violence est survenu à la suite de la mort d’un habitant qui avait pénétré accidentellement dans l’enceinte des crocodiles.

Une foule en colère a massacré près de 300 crocodiles dans une ferme d’élevage à Sorong, en Papouasie indonésienne, après qu’un homme a été tué par l’un des reptiles, ont indiqué lundi les autorités locales.

Ce déchaînement de violences singulier s’est produit samedi, après l’enterrement de la victime. L’homme avait pénétré accidentellement dans l’enceinte des crocodiles pour chercher de l’herbe pour ses vaches, ont précisé les autorités et agents de protection des animaux.

Cet habitant âgé de 48 ans a été mordu à une jambe avant d’être mortellement frappé par un violent coup de queue de l’un des crocodiles, une espèce protégée en Indonésie, selon les mêmes sources.

Des membres de la famille du défunt et d’autres habitants de ce quartier de Sorong, ville portuaire d’un peu plus de 200 000 habitants (est), sont ensuite allés voir la police pour se plaindre de la présence de cette ferme trop proche selon eux d’une zone résidentielle. Il leur a été dit que le propriétaire des lieux était d’accord pour dédommager la famille de la victime.

ANTARA FOTO AGENCY / REUTERS

« Nous sommes parvenus à un accord avec la famille de la victime et avons adressé nos condoléances », a déclaré le directeur de l’agence locale de protection des animaux, Bassar Manulang.

Mais plusieurs centaines d’habitants du quartier, en colère, ont ensuite fait irruption dans la ferme armés de couteaux, machettes et pelles. Ils ont abattu 292 crocodiles, pour l’essentiel des bébés crocodiles mais aussi des adultes mesurant deux mètres de long, soit presque la totalité des reptiles qui s’y trouvaient, selon les autorités.

Des policiers et membres de l’agence de protection des animaux ont tenté d’intervenir mais ils étaient trop peu nombreux pour empêcher le massacre.

Une enquête a été ouverte.

« Pour le moment, nous continuons d’interroger des témoins », a déclaré un responsable de la police de Sorong, Dewa Made Sidan Sutrahna.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Les oiseaux consomment entre 400 et 500 millions de tonnes d’insectes chaque année


Les oiseaux sont d’une grande importance. Ils consomment environ 400 et 500 millions de tonnes par an, selon les chercheurs. C’est dans les boisées, forêts qu’ils sont le plus gourmand, puis en zone agricole etc .. Il est donc important de les protéger pour qu’ils puissent aider à contrôler les insectes.
Nuage

 

Les oiseaux consomment entre 400 et 500 millions de tonnes d’insectes chaque année

 

Les oiseaux consomment entre 400 et 500 millions de tonnes d'insectes

Les oiseaux insectivores jouent un véritable rôle écologique.

© JAMES GOURLEY/BPI/SHUTT/SIPA

Par Anne-Sophie Tassart

Le rôle écologique (et économique) des oiseaux est bien souvent ignoré. Des chercheurs ont donc calculé la quantité d’insectes consommée par ces animaux, ce qui permet de garder les populations d’arthropodes sous contrôle.

De nombreuses espèces d’oiseaux seraient en déclin et 1 sur 8 serait même globalement menacée d’extinction. Une équipe internationale de chercheurs souligne dans une étude parue le 9 juillet 2018 dans la revue The Science of Nature le rôle écologique et économique de ces animaux en grande partie menacés. Leurs travaux ont permis de réaliser une estimation de l’impact de la prédation des oiseaux insectivores du monde entier et donc du rôle considérable qu’ils jouent pour éliminer les insectes nuisibles, notamment dans les cultures.

Une contribution variable suivant l’écosystème

En se basant sur 103 études menées dans 7 écosystèmes différents et en extrapolant ces données, les chercheurs ont réussi à estimer l’effet global de la prédation de ces oiseaux. Selon les résultats obtenus, le gros du travail serait fait par les animaux survolant les zones boisées. Ces derniers auraient une consommation annuelle d’insectes de 300 millions de tonnes par an. Les oiseaux vivant dans la savane, les prairies, les zones agricoles (où ils se nourrissent volontiers de chenilles et de coléoptères, connus pour ravager les cultures), les déserts ou encore la toundra arctique seraient des contributeurs plus modestes.

« Nous estimons que la biomasse de proies consommée par l’ensemble des oiseaux insectivores du monde entier se situe entre 400 et 500 millions de tonnes par an », notent les chercheurs dans leur étude.

En outre, le nombre de captures augmenterait lorsque les oiseaux doivent nourrir leur progéniture, les oisillons étant particulièrement friands des insectes.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Des animaux nuisibles, mais intelligents


Ce qu’on nomme les animaux nuisibles est péjoratifs, car ils sont plutôt intelligent. Que ce soit les écureuils, les rats ou encore les corbeaux, ils s’adaptent à l’être humain. Ils sont assez intelligents pour apprendre et mémoriser et déjouer les astuces pour s’en débarrasser. Il est quand même mieux de trouver des moyens que de les supprimer par exemple par poisson et changer souvent de tactique, ils informent les autres des ruses humaines
Nuage

 

Des animaux nuisibles, mais intelligents

 

GETTY IMAGES

Virginie Montmartin

Agence Science-Presse

Ne sous-estimez pas les écureuils!

Rats, écureuils et corbeaux sont souvent perçus comme nuisibles dans les villes. Selon les zoologistes de l’Université du Wyoming, ils feraient plutôt preuve d’une grande prouesse cognitive. La superficie de leur habitat diminuant, ils se seraient adaptés à nos milieux urbains grâce à certaines capacités.

L’attrait pour la nouveauté leur a permis, par exemple, d’accepter la nourriture humaine. Grâce à des capacités d’innovation et d’apprentissage, ils ont développé des techniques pour ouvrir un paquet de gâteaux ou encore accéder aux poubelles. Enfin, ayant une bonne mémoire, ils savent retenir les bonnes cachettes, sources de nourriture.

Malheureusement, toutes ces adaptations les font aussi rentrer de plus en plus en contact avec des humains. Ces animaux ont rapidement compris les techniques utilisées par l’être humain pour limiter leur progression. Au lieu de chercheur à les tuer, les chercheurs proposent de développer des méthodes non violentes comme l’émission de cris de prédateurs pour les faire fuir ou encore leur donner de la nourriture qu’ils n’apprécient pas au lieu du poison. Mais attention à ne pas utiliser ces techniques dissuasives en continu : grâce à l’apprentissage social, ils feront rapidement passer le message au voisin.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Partager votre glace avec votre chien est une mauvaise idée


J’aime les animaux domestiques, mais jamais je ne partagerais une crème glacée avec un chien ou même un chat. On ne sait pas où ils mettent leur nez, et ou ils ont léché en faisant un brin de toilette. Beurk ! Et même aucun animal ne me lèche le visage.
Nuage

 

Partager votre glace avec votre chien est une mauvaise idée

 

A s'en lécher les babines  | James Barker via Unsplash CC License by

A s’en lécher les babines | James Barker via Unsplash CC License by

Repéré par Nina Pareja

Repéré sur The Guardian

Même pour faire une belle photo Instagram.

 

Tout a commencé, comme souvent, avec une vidéo: une femme partage son cornet de glace avec son petit chien et la sphère Instagram s’emballe. Les uns la trouve répugnante, les autres avouent aussi faire pareil. La scène avait pourtant tout pour être idéale: un pique-nique au soleil, une fille et son amoureux, plus le petit chien trop mignon.

«Il y a beaucoup de gens qui font ça. Je le vois tout le temps à la plage, mais je ne le ferais pas», comente Sarah Wright au Guardian, rédactrice au magazine Your Dog.

Elle raconte que son chien, un terrier, aurait une légère tendance à «mettre son nez partout: le plus cela sent mieux c’est». Est-ce pire de le laisser lécher sa glace ou son nez?

Elle reconnaît que «mon chien me lèche la figure et je m’en moque. C’est plus comme un bonjour».

Sauf que ce qu’on oublie c’est qu’en plus de lécher votre visage, votre chien lèche des crottes… De chiens, de renards, d’oies, tout ce qui se trouve dans le parc.

 Le porte-parole d’une association canine a expliqué au Guardian: «Il y a des bactéries dans la salive du chien. Il faut juste être un peu prudent. C’est le propriétaire qui choisit ce qu’il veut partager avec son chien, mais il pourrait contrarier son estomac!»

En revanche, l’association des vétérinaires anglais est formelle. Il est strictement déconseillé de partager sa nourriture, aussi bien pour la santé des animaux de compagnie que celle des humains.

Le lait, loin d’être une bonne idée

De plus la glace n’est vraiment pas conseillée pour votre meilleur ami à quatre pattes, en raison du sucre qu’elle contient et aussi parce que beaucoup de chiens sont intolérants au lactose. Sarah Wright ajoute que c’est aussi très mauvais pour le poids, quelques douzaines de léchouilles de glace équivaudraient à «deux ou trois cheeseburgers» pour les humains.

Selon Jacob Van Nieuwkoop, le directeur d’une entreprise pour chien, les yaourts glacés sont beaucoup moins dangereux car ils peuvent permettre de «restaurer les bactéries de l’intestin»; ce serait une source de probiotiques.

Sinon, vous pouvez toujours donner à votre chien de la nourriture faite pour lui –il y aurait même des glaces pour chiens

.

http://www.slate.fr/

Australie: après huit ans de traque, ce géant crocodile est capturé


Ce crocodile marin a été assez rusé pour ne jamais se faire capturer par les gardes forestiers pendant des années Pas pire pour un croco de 60 ans !. Comme c’est une espèce protégée, il sera conduit dans une ferme adapté pour eux, car il semble qu’il soit trop dangereux pour la population humaine.
Nuage

 

Australie: après huit ans de traque, ce géant crocodile est capturé

 

DÉPARTEMENT DU TOURISME DU NORD DE L’AUSTRALIE

À 4,7 mètres de long et plus de 1300 livres, c’est ce qu’on appelle un poids lourd!

  • Agence France-Presse

Après une traque de huit années, les gardes forestiers du Territoire du Nord australien ont réussi à capturer un énorme crocodile marin de 600 kilogrammes et 4,7 mètres de long, ont annoncé les autorités mardi.

Le saurien, aperçu pour la première fois en 2010, a été retrouvé au fond d’un piège installé dans la rivière près de la localité de Katherine.

Cela faisait des années que les autorités tentaient de capturer l’animal dont l’âge est estimé à 60 ans.

Chaque année, les gardes forestiers capturent environ 250 crocodiles jugés « à problèmes » à cause du danger qu’ils représentent pour la population.

Le spécimen qui vient d’être piégé a été conduit dans une ferme de crocodiles, a déclaré Tracey Duldig, chargée de la faune sauvage dans le Territoire du Nord.

« C’est le plus gros crocodile jamais extrait de la rivière Katherine par l’unité de la faune sauvage », a-t-elle dit dans un communiqué.

« Nous avons donné à cet animal de nombreux noms au fil des années car il a été si dur à attraper », a dit au groupe de médias ABC John Burke, un membre de cette unité.

THE ASSOCIATED PRESS

« C’était assez haletant, mais aussi, on ne peut qu’admirer la taille de l’animal et son grand âge. On ne peut qu’avoir un peu de respect pour lui ».

La population des crocodiles marins (ou crocodiles d’eau salée) a explosé dans le nord de l’Australie depuis qu’ils ont été déclarés espèce protégée en 1971.

Ils tuent en moyenne deux personnes par an.

https://quebec.huffingtonpost.ca/