Les images incroyables d’un énorme poisson-lune échoué en Australie


C’est curieux, cela fait la deuxième fois qu’un poisson-lune est échoué à la grande surprise des chercheurs. Au début mars, un poisson-lune avait été trouvé en Californie. Aujourd’hui, c’est en Australie.
Nuage

 

Les images incroyables d’un énorme poisson-lune échoué en Australie

 

Un poisson-lune ou môle (nom scientifique : Mola mola) de 1,8 mètres échoué sur une plage d'Australie. © Handout - Courtesy of Linette Grzelak/AFP

Un poisson-lune ou môle (nom scientifique : Mola mola) de 1,8 mètres échoué sur une plage d’Australie. © Handout – Courtesy of Linette Grzelak/AFP

Un poisson-lune de 1,8 mètre s’est échoué sur une plage australienne, et les photos de ce spécimen méconnu, prises par Linette Grzelak et postées sur Facebook, ont suscité la curiosité et fait le tour du monde.

Le poisson-lune, ou môle, a été retrouvé mort à l’embouchure du fleuve Murray, au sud de l’Australie ce week-end. Les raisons de l’échouage ne sont pas connues.

« Il est fréquent qu’ils se heurtent aux bateaux et certains sont si gros qu’ils peuvent faire couler un voilier », a affirmé Ralph Foster, le responsable de la collection de poissons du South Australian Museum.

Le poisson-lune a pour particularité d'étendre une partie de son corps au Soleil, ce qui lui vaut son nom anglais de « sunfish ». © Handout - Courtesy of Linette Grzelak/AFP

Le poisson-lune a pour particularité d’étendre une partie de son corps au Soleil, ce qui lui vaut son nom anglais de « sunfish ». © Handout – Courtesy of Linette Grzelak/AFP

Ce type de poisson se distingue par sa grande taille et sa forme plate particulière. C’est le poisson osseux le plus lourd existant sur Terre. Il peut peser jusqu’à 2,5 tonnes selon le National Geographic. Le poisson-lune échoué était en fait d’une taille plutôt moyenne pour son espèce, selon Ralph Foster.

Les poissons-lunes « peuvent être beaucoup plus gros […] près du double de cette taille », a-t-il expliqué à la chaîne Australian Broadcasting Corporation (ABC). « Nous savons très peu de chose sur [cette espèce] ».

Elle est classée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

https://www.futura-sciences.com/

Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier


Plus de 1 100 dauphins échoués sur des côtes françaises de l’Atlantique causé par les filets de pêche. Les dauphins se nourrissent des mêmes poissons qui sont pêchés par les chalutiers. Depuis décembre dernier, ces bateaux de pêche sont dotés de répulsifs sonores. Cependant, cela ne semble pas suffisant ..
Nuage

 

Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier

 

Le phénomène n'est pas nouveau et varie selon... (PHOTO FRED TANNEAU, ARCHIVES AFP)

Le phénomène n’est pas nouveau et varie selon les années, mais depuis 2017 il s’est accentué, chaque année battant le record de la précédente, faisant craindre pour la préservation de l’espèce dans la zone.

PHOTO FRED TANNEAU, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
Nantes

 

Plus de 1100 dauphins ont été retrouvés échoués sur la côte atlantique depuis le début de l’année, majoritairement victimes des filets de pêche qui les prennent au piège, a annoncé mercredi l’Observatoire spécialisé Pelagis, qui alerte sur le maintien de l’espèce dans la zone.

« Le dernier chiffre consolidé était à 1100 individus au lundi 18 mars. Les départements les plus concernés sont la Vendée, la Charente-Maritime puis la Gironde », a déclaré à l’AFP Willy Dabin, chercheur à l’observatoire spécialisé dans les mammifères et oiseaux marins.

Parmi les dauphins, 90 % portent des traces de captures accidentelles dues aux filets de pêche dans lesquels ils se retrouvent prisonniers jusqu’à l’asphyxie, lorsqu’ils chassent le bar et le merlu, également ciblés par les pêcheurs, a-t-il indiqué. 

Depuis le 1er décembre 2018, des « pingers » – des répulsifs sonores – équipent pourtant les chaluts pélagiques français opérant dans le golfe de Gascogne, un dispositif qui « permet de limiter de plus de moitié les captures accidentelles de dauphins », selon le Comité national des pêches et des élevages marins.

« La capture zéro n’est pas visée, car dès lors qu’on exploite le milieu, il y a des dommages collatéraux, mais il faut rester dans des mesures beaucoup plus raisonnables qu’aujourd’hui », a souligné M. Dabin.

Le phénomène n’est pas nouveau et varie selon les années, mais depuis 2017 il s’est accentué, chaque année battant le record de la précédente, faisant craindre pour la préservation de l’espèce dans la zone, selon l’Observatoire.

Les dauphins échoués sont majoritairement de « jeunes adultes des deux sexes, en voie de se reproduire » et « en terme démographique c’est un effondrement qui est problématique », a ajouté M. Dabin.

Mais les causes des captures par des navires de pêche ne sont pas clairement identifiées.

« Il est ainsi prioritaire de renforcer les travaux d’expertise avec les partenaires scientifiques associés afin d’identifier les différentes flottilles françaises ou étrangères impliquées, et de poursuivre la mise en place de mesures de prévention », ont déclaré les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture dans un communiqué commun, le 6 mars. 

Les deux ministères travaillent notamment à l’élaboration d’un plan d’action pour la protection des cétacés sauvages visant à réduire ces captures accidentelles.

https://www.lapresse.ca/

Pendant un incendie, les habitants voient une chienne enterrer ses petits.


Ce n’est pas une nouvelle toute fraiche, car cet évènement s’est passé en 2015, cependant de voir l’instinct de cette maman chienne est vraiment remarquable. Ces bébés n’avaient que 2 semaines quand un feu de forêt s’est déclaré, alors que la chienne est ses chiots étaient dans les parages. Impossible de les sauver tous, mais une idée lumineuse de la maman a pu tous les sauver jusqu’à l’arrivé des secours.
Nuage

 

Pendant un incendie, les habitants voient une chienne enterrer ses petits.

 

chienne incendie

Une scène assez incroyable qui montre l’amour d’une mère pour ses petits.

En 2015, un incendie de forêt dévastateur a ravagé la forêt près de Valparaiso, au Chili. Cet incendie était particulièrement violent et les pompiers ont eu beaucoup de mal à le maîtriser, notamment à cause des forts vents.

Une chienne au milieu des flammes

Au milieu de tout ce chaos et des flammes, les habitants de Valparaiso ont assisté à une scène bouleversante : une chienne en train d’enterrer ses petits. Pas parce que les chiots étaient morts, mais pour les protéger des flammes.

Immédiatement, les habitants ont prévenu les pompiers qui sont partis à la recherche de la chienne et de ses petits afin de les mettre en sécurité le plus vite possible pour ne prendre aucun risque.

Rapidement, les pompiers ont pu retrouver la chienne qui était assise juste devant le trou dans lequel elle avait caché ses petits. Les pompiers ont pu sauver toute la petite famille : la maman chien et ses 9 chiots. Il a fallu environ une heure aux pompiers pour sortir tous les chiots du trou profond creusé par leur mère.

Des chiots en bonne santé

Les chiots avaient environ deux semaines et, miraculeusement, ils étaient tous en vie. Leur mère, surnommée Blacky, avait clairement enterré ses chiots dans la boue pour les sauver. Les pompiers ont amené Blacky et ses chiots chez le vétérinaire, où ils ont tous été officiellement déclarés en bonne santé.

Toute la famille a ensuite été placé dans une famille d’accueil afin qu’ils puissent tous rester ensemble.

Touchés par cette belle histoire, de nombreux habitants ont annoncé vouloir adopter la chienne et ses chiots quand ils seront prêts.

https://wamiz.com/

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux


C’est une belle avancée pour prendre les signes vitaux des animaux sans pour autant les  »connecté » avec des électrodes. Ils utiles une puce près de l’animal qui enregistre des ondes sonores du rythme cardiaque et respiratoire.
Nuage

 

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux

 

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Des chercheurs américains ont réussi à mesurer les signes vitaux de petits animaux sans leur placer des électrodes sur le corps. Le stress de la pose et du port de ces électrodes introduit une distorsion importante dans nombre d’études médicales.

« Notre système peut révolutionner le suivi des signes vitaux en laboratoire ou dans leur habitat naturel », expliquaient les auteurs, des biologistes de l’Université Cornell dans l’État de New York, dans la revue Science Advances à la mi-février.

La technique consiste à placer près de l’animal une puce qui enregistre les ondes‎ sonores qu’il émet. Certaines fréquences de ces ondes correspondent aux rythmes cardiaque et respiratoire.

Les puces ont tout d’abord été testées sur un rat de laboratoire endormi dont les signes vitaux étaient aussi surveillés par des électrodes traditionnelles reliées par des files à un appareil de mesure. Les résultats étant bons, les puces ont ensuite été utilisées pour un cobaye éveillé, une tortue, un hamster, un perroquet et un poisson combattant (betta). Les résultats étaient bons pour la respiration et les battements du coeur de toutes les espèces, sauf le poisson, où seuls les battements cardiaques ont « probablement » pu être mesurés avec la puce sans fil, selon les chercheurs.

Le stress des animaux de laboratoire est une source de soucis pour plusieurs chercheurs, qui doivent en tenir compte pour interpréter leurs résultats. Les électrodes compliquent aussi l’étude des petits animaux dans leur habitat naturel.

De plus, la fourrure et les écailles compliquent la mesure des signes vitaux par les électrodes‎. Un gel est parfois appliqué dans ces cas, ce qui introduit une distorsion supplémentaire. Certains biologistes mettent les électrodes sur des muqueuses comme la bouche, mais leur conductivité électrique est variable et le stress est encore plus grand. Certains animaux doivent être anesthésiés avant d’être branchés tellement ils sont nerveux.

La mesure sans électrode pourrait éventuellement migrer vers l’homme, une transition compliquée par l’extrême précision‎ et fiabilité nécessaire dans la surveillance et le diagnostic des patients. Quelques avancées apparaissent toutefois : cette semaine dans la revue Pediatrics, des chercheurs américains décrivent un système sans fil, mais avec des électrodes des signes vitaux des bébés, ce qui facilite leurs liens avec leurs parents.

https://www.lapresse.ca/

Un gang de 6000 poules tuent un renard qui tentait de s’in­tro­duire dans leur poulailler


L’union fait la force, 6 000 poules contre un jeune renard sans expérience, le petit n’avait aucune chance. Le résultat, serait-il le même avec un renard adulte ? Peut-être, mais sûrement qu’il y aurait des victimes parmi les poules ..
Nuage

 

Un gang de 6000 poules tuent un renard qui tentait de s’in­tro­duire dans leur poulailler

 

Crédits : Mai Moes­lund

par  Malaurie Chokoualé

 

Le petit renard n’a rien pu faire face aux galli­na­cés déchaî­nés. Au matin du 7 mars, son corps a été retrouvé, criblé de coups de bec, dans la cage de l’éle­vage du lycée du Gros-Chêne à Pontivy en Bretagne, rapporte Ouest France.

« Le renard a dû rentrer au cours de la nuit, par un des portillons d’ac­cès de l’éle­vage de poules pondeuses qui donne sur 2,4 ha de pâture qui leur sont réser­vés », explique Pascal Daniel, direc­teur de la ferme.

L’ani­mal — âgé d’en­vi­ron cinq mois — ne s’at­ten­dait sûre­ment pas à se retrou­ver face à 6 000 poules, armées jusqu’au bec et prêtes à défendre leurs nids. Le jeune renard inex­pé­ri­menté a payé chère­ment le prix de sa curio­sité.

Pascal Daniel ne déplore la perte d’au­cune de ses poules dans cette histoire.

Source : Ouest France

https://www.ulyces.co/

La nourriture des humains ferait vieillir les ours plus rapidement


La bouffe humaine n’est pas fait pour les animaux. Certains vont jusqu’à changer leur comportement en ingurgitant la nourriture des humains. Les ours, généralement, hibernent en hiver, car la nourriture est plus rare, mais avec cette nourriture trouvée un peu partout dans son environnement, son hibernation est moins longue, ce qui semble le faire vieillir plus vite.
Nuage

 

La nourriture des humains ferait vieillir les ours plus rapidement

 

Parce qu'ils peuvent manger de la nourriture humaine toute l'année, les ours ont moins de raisons d'hiberner en hiver.  Les chercheurs disent que la réduction de l'hibernation accélère le vieillissement cellulaire, lié à la durée de vie.

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Une récente étude révèle que les ours dont le régime alimentaire repose en partie sur les déchets humains semblent vieillir plus rapidement que les autres. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Nature Scientific Reports.

Nous savons que les activités humaines influencent les populations d’animaux environnantes. On parle bien souvent de braconnage, de commerce illégal ou encore de perte d’habitat. Mais il existe parfois des influences plus insidieuses. Les déchets alimentaires humains, de plus en plus présents dans le paysage, peuvent en effet avoir des effets néfastes sur le comportement de certaines espèces. C’est notamment le cas de l’ours noir, dans le Colorado (États-Unis). Se rabattant sur les poubelles humaines, certains individus semblent en effet vieillir plus rapidement que les autres.

Plus de nourriture, moins d’hibernation

C’est du moins le constat d’une équipe de chercheurs qui a suivi 30 de ces ours entre 2011 et 2015. L’attention était portée sur leurs habitudes alimentaires et d’hibernation. Les scientifiques se sont rendu compte que de nombreux individus se rabattaient sur les déchets humains, déposés régulièrement au bord des routes. Pour certains, ce régime “humain” constituait jusqu’à 30 % du régime alimentaire global. Il est également ressorti que plus un ours se nourrissait de déchets humains, moins il hibernait – parfois jusqu’à 50 jours de moins que les ours qui suivaient un régime naturel.

En règle générale, les ours noirs du Colorado entrent en hibernation début novembre, la nourriture se faisant plus rare. Ils ressortent alors au printemps pour refaire le plein de graisses. Le fait d’avoir un accès quasi illimité à de la nourriture (déchets humains) a ici mené certains ours à moins hiberner. Parce qu’ils en avaient moins besoin. Malheureusement, des périodes d’hibernation plus courtes semblent avoir une incidence négative sur la détérioration des télomères.

ours

Une femelle ourse noire et son petit. Crédits : Pixabay

Vieillissement cellulaire

Les télomères, ce sont ces petits “bouchons” situés aux extrémités des chromosomes, aidant à protéger l’information génétique dans les cellules. Ils se détériorent naturellement. Et plus ils le font, plus nous vieillissons. Le fait de moins hiberner semble ici accélérer ce processus de détérioration. Ou peut-être ne pas le ralentir. L’état de dormance métabolique, qui a évolué en tant que réponse adaptative aux limitations alimentaires et aux conditions environnementales difficiles, semble en effet ralentir la sénescence, le corps n’étant soumis à aucun stress.

Mais que la détérioration des télomères soit accélérée ou moins ralentie ne change rien au constat. Les ours noirs se délectant de la nourriture humaine semblent au final vieillir plus rapidement que les autres.

« Les télomères peuvent être affectés par des caractéristiques individuelles, telles que l’âge ou le sexe de l’animal, mais ils peuvent également être influencés par le contexte environnemental auquel ces animaux sont confrontés, explique Jonathan Pauli, chercheur de l’Université du Wisconsin-Madison, et principal auteur de l’étude. Nous avons découvert que le moteur le plus puissant de ces modèles de télomères dans l’État du Colorado n’était pas ces caractéristiques individuelles, mais bien les caractéristiques environnementales ».

Source

https://sciencepost.fr/

Vermont : une chèvre devient le maire d’une ville


Il y a eu des chats qui ont été élus maintenant une chèvre avec un mandat d’un an. C’est le seul maire d’une ville du Vermont, la population est trop petite pour avoir un maire sur deux pattes. Il semblerait que cela a pour but d’intéresser les enfants à la politique .. Reste à savoir, si à leur majorité, ils vont trouver la politique aussi attrayante
Nuage

 

Vermont : une chèvre devient le maire d’une ville

 

 

La chevre Lincoln a battu le chien Sammie avec 13 voix contre 10

La chèvre Lincoln a battu le chien Sammie avec 13 voix contre 10

© Vitaliy Ankov / Sputnik / AFP

  • Pour diriger la mairie de Fair Haven, petite bourgade du Vermont, les habitants ont décidé d’élire… une chèvre.

    Selon les informations de l’Associated Press, Lincoln, chèvre nubienne de trois ans, a été élue maire de la ville américaine qui compte 2 500 habitants. La durée de son mandat est d’un an, et elle devrait prendre ses fonctions le mardi 12 mars prochain.

    Lincoln a été élue face à 15 adversaires, dont des chats, des chiens ou encore des gerbilles. Elle a emporté l’élection au dernier tour avec 13 votes contre 10 pour un chien nommé Sammie. Dans le cadre de ses fonctions, la chèvre devra notamment assister à de nombreux événements locaux, dont le fameux défilé du Memorial Day à l’occasion duquel elle portera une écharpe de maire faite sur mesure pour elle.

    Intéresser les enfants à la politique locale

    Fair Haven, du fait de son nombre faible d’habitants, n’est d’ordinaire pas dirigée par un maire, mais par un directeur municipal. S’inspirant d’une initiative similaire organisée dans une ville du nord du Michigan, Joseph Gunter s’est dit que l’élection d’un animal comme maire honoraire de la ville serait une bonne façon de collecter des fonds pour la construction d’une aire de jeux pour enfants.

    « C’était une très bonne manière d’intéresser les enfants en primaire à la façon dont fonctionne un gouvernement local », a expliqué à l’Associated Press le directeur municipal.

    https://www.lepoint.fr/