«Ronronthérapie»: des chats contre le stress au bureau à Tokyo


Je suis d’avis que des animaux domestiques au travail changent la dynamique des employés. Les chats sont à mon avis, les mieux placés par leur indépendance et leur quête de câlins. D’autres animaux aussi seraient douées pour faire diminuer le stress au travail. Il s’agit de trouver l’animal qui correspond le mieux aux groupes
Nuage

 

«Ronronthérapie»: des chats contre le stress au bureau à Tokyo

 

Plusieurs sociétés misent sur les animaux pour contribuer à... (Photo YOKO AKIYOSHI, Agence France-Presse)

Agrandir

Plusieurs sociétés misent sur les animaux pour contribuer à réduire stress et anxiété.

PHOTO YOKO AKIYOSHI, AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Agence France-Presse
Tokyo

Les entreprises japonaises sont connues pour leurs horaires interminables et des relations hiérarchiques souvent stressantes. L’une d’elles a trouvé une thérapie, un trait d’union entre collègues: les chats.

Dans le petit bureau de Tokyo de l’entreprise informatique Ferray, neuf félins ronronnants sautent sur les genoux des employés, pianotent de leurs délicats coussinets sur les claviers d’ordinateurs, dorment et mangent en toute liberté.

Hidenobu Fukuda, qui dirige cette société, a introduit sa politique de «chats au bureau» en 2000 à la demande d’un de ses collaborateurs et autorisé les salariés à venir avec leur matou.

«Je donne aussi 5000 yens (40 euros) par mois à qui sauve un chat», ajoute-t-il.

D’autres sociétés ont également misé sur les animaux pour contribuer à réduire stress et anxiété.

Chez Oracle Japan, un bobtail nommé Candy s’est vu donner le titre d’«ambassadeur» chargé d’accueillir les hôtes et d’apaiser le personnel, peut-on lire sur le site internet. Le groupe américain a au Japon un chien de bureau depuis 1991 et Candy, le quatrième, a maintenant un compte Twitter et Instagram.

De son côté, la firme de ressources humaines et recrutement Pasona Group a «embauché» à plein temps deux chèvres en 2011 et deux alpagas en 2013, en partie à des fins thérapeutiques.

Tokyo a une soixantaine de cafés à chats officiellement reconnus où les félins naviguent parmi les clients.

Chez Ferray, Eri Ito est conquise: «des chats qui dorment juste à côté de nous, c’est apaisant».

http://www.lapresse.ca/

Douleur chez le chat : 23 signes à ne pas négliger


Les chats ont tendance à ne pas trop montré quand ils ont mal. Il y a quand même des signes qui peuvent guider leur maître pour comprendre qu’il faut consulté
Nuage

 

Douleur chez le chat : 23 signes à ne pas négliger

 

Un œoeil maintenu fermé est un signe "suffisant" pour emmener son chat consulter un vétérinaire.

Un œoeil maintenu fermé est un signe « suffisant » pour emmener son chat consulter un vétérinaire.

© GERARD LACZ / REX FEATU/REX/SIPA

Morgane Kergoat

Journaliste Sciences et Avenir

Les propriétaires de chats sont bien placés pour observer un changement de comportement chez leur animal. Mais il n’est pas toujours facile de savoir quand il faut s’inquiéter. Voici les 23 signes typiques de la douleur chez le chat.

DOULEUR. Sous leurs airs de dandys soucieux de leur corps, les chats sont des durs à cuire. On a parfois l’impression qu’ils cessent toute activité dès qu’ils ont un poils de travers, mais, en réalité, ils ne manifestent que très peu leur douleur. Au point que bien souvent seuls leurs propriétaires, qui les connaissent par cœur, savent repérer les premiers signes de mal-être dans de subtils changements du quotidien.

Apathie, perte d’appétit, isolement de l’animal ? C’est peut-être le moment d’aller consulter

 

Chacha passe sa journée affalé sur un coussin ? Pourtant, d’habitude il est très énergique et adore jouer. Joufflu ne s’intéresse pas à sa gamelle ? C’est étrange, lui qui mange plutôt deux fois qu’une. Minette n’a pas l’air commode aujourd’hui, elle s’isole et grogne quand on approche la main, alors qu’elle est connue dans toute la maison pour être un vrai pot de colle ? Faut-il vraiment s’inquiéter ? Sans blessure apparente, il n’est pas aisé pour le propriétaires de savoir quand il doit cesser la simple surveillance et emmener son chat chez le vétérinaire.

23 signes « suffisants » pour démontrer une souffrance

Deux chercheurs britanniques ont établi une liste de 23 signes « suffisants » pour affirmer qu’un chat souffre sur le plan physique. Leur étude, publiée dans Plos One le 24 février 2016 repose sur les réponses d’un groupe de vétérinaires. Ainsi, la perte d’appétit de Joufflu, l’apathie de Chacha, la fuite et le grognement inhabituels de Minette figurent parmi les signes suffisants de changement de comportement, dont voici la liste :

1 – Le chat boite
2 – Il éprouve des difficultés à sauter
3 – Sa démarche est anormale
4 – Il est réticent à bouger
5 – Il réagit quand on le palpe à un endroit en particulier
6 – Il fuit /se cache sans raison apparente
7 – Il ne fait pas sa toilette
8 – Il joue moins
9 – Il perd l’appétit
10 – Son activité physique a globalement diminué
11 – Il se frotte moins aux gens
12 – Son humeur générale a changé (il est par exemple irritable)
13 – Son tempérament a changé (il n’est plus dynamique par exemple)
14 – Il se tient recroquevillé
15 – Son poids a changé rapidement et sans raison apparente
16 – Il se lèche particulièrement un endroit du corps
17 – Il tient sa tête basse
18 – Ses paupières se contractent de façon répétée et involontaire (blépharospame)
19 – Il y a un changement au niveau du comportement alimentaire
20 – Le chat évite les endroits lumineux
21 – Il grogne
22 – Il gémit
23 – Il ferme anormalement ses yeux/son œil

Attention aux médicaments destinés à l’homme

Si l’un de ces comportements inhabituels est observé, le chat a mal quelque part. Il ne faut donc pas hésiter à consulter un vétérinaire si la situation ne revient pas rapidement à la normale. Évidemment si un chat semble avoir mal à un endroit précis, le propriétaire peut commencer par tenter de regarder lui-même s’il n’y a pas une blessure ou un corps extérieur inséré dans sa peau ou dans son œil.

Attention, rappel : ne jamais donner de médicaments pour l’homme à un chat (sans l’avis d’un vétérinaire), en particulier des anti-douleurs contenant du paracétamol (type Doliprane®) qui sont mortels pour lui ! Dans tous les cas, repérer ce qui ne va pas et le signaler sans attendre au vétérinaire permet de poser un diagnostic rapide et d’augmenter ainsi les chances de guérison du chat.

https://www.sciencesetavenir.fr

Votre chien grogne ? Il est possible de comprendre ce qu’il veut vous dire !


Les grognements des chiens expriment les émotions du moment que nous pourrions comprendre facilement, et semble-t-il, que la femme comprend le mieux la signification des grognements
Nuage

 

Votre chien grogne ? Il est possible de comprendre ce qu’il veut vous dire !

 

CHIEN GROGNE

D’après des scientifiques, nous sommes tout à fait capables de comprendre les grognements d’un chien. Et à ce petit jeu, les femmes seraient d’ailleurs nettement plus douées que les hommes.

Vous n’en pouvez plus d’entendre votre chien grogner sans savoir s’il veut jouer, est en colère ou s’il a peur ? Et bien il est totalement possible de décrypter ces grognements si l’on en croit une récente étude publiée dans la revue Royal Society Open Science.

Des grognements qui veulent dire beaucoup

Pour cette étude, 40 volontaires ont écouté les grognements de 18 chiens dans des situations bien distinctes : des chiens qui surveillent leur nourriture, qui font face à une menace étrangère, qui jouent… Dans un premier temps, les participants ont reconnu 81% des grognements de « jeu » (ils sont plus hachés), mais avaient plus de mal pour différencier ceux de menace (qui sont plus longs) et ceux liés à la nourriture.

Le Dr Tamas Farago et son équipe de l’université de Hongrie expliquent que les femmes et les personnes qui possèdent un chien étaient bien plus à l’aise dans l’identification des grognements que les autres personnes.

Par la suite, les participants ont classé les grognements selon différentes émotions : agressivité, peur, désespoir, bonheur et jouissance. Là encore, les scientifiques sont formels : le contexte aide beaucoup à comprendre les grognements et les émotions des chiens.

Des chiens honnêtes dans leurs émotions

En conclusion de cette étude, les scientifiques indiquent que tout prouve que les grognements des chiens sont souvent honnêtes et répondent bien à leur émotion de l’instant. Evidemment, certains chiens vont néanmoins exagérer un peu leurs émotions dans certains contextes, par exemple en manifestant une joie un peu trop vive lors d’un jeu ou une peur un peu trop importante face à l’inconnu.

Grâce à cette étude, il apparait en tout cas clairement que les humains sont capables de comprendre les grognements des chiens de façon naturelle. Cette capacité est encore plus présente chez les femmes. A chacun de prendre le temps de bien écouter les grognements de son chien afin d’en découvrir les différences !

https://wamiz.com

Etonnant ! Votre chat peut être allergique à vous !


On peut être allergie aux chats, les chats peuvent être allergiques aux insectes, mais aussi à son maître … Et on le soigne comme un être humain, mais adapté pour la boule de poil
Nuage

 

Etonnant ! Votre chat peut être allergique à vous !

 

Saviez-vous que votre chat pouvait être allergique à vous ? Oui, oui. A vous !

Les chats sont responsables de 2/3 des allergies aux animaux de compagnie. Contrairement à ce que l’on croit trop souvent, ce ne sont pas le plus souvent les poils la cause de l’allergie, mais la salive, les urines et les sécrétions de leurs glandes sébacées. Mais ce que l’on sait moins, c’est que les chats aussi pourraient souffrir d’une allergie à leur humain ! Tout comme chez l’Homme, l’allergie du chat serait souvent causée par une sensibilisation à l’épithélium.

Des allergies de plus en plus fréquentes

Pour tester cette hypothèse selon laquelle les chats eux aussi pourraient souffrir d’allergies à leur maître, des vétérinaires ont mené une petite expérience : déposer des objets appartenant à leurs maîtres à côté des chats. Et comme on pouvait s’y attendre, des réactions allergiques ont été constatées. Selon Raelynn Farnsworth de la Washington State University’s College of Veterinary Medicine, ces allergies restent néanmoins assez rares.

Que faire alors en cas d’allergie avérée du chat pour son humain ? Le traitement est le même que celui de l’allergie chez l’Homme : essayer de se débarrasser de l’allergène quand c’est possible, ou soigner les symptômes avec des antihistaminiques. Souvent, les chats qui sont allergiques aux humains le sont aussi à d’autres facteurs environnementaux et un traitement reste la meilleure solution.

Par Elise PetterCrédits

photo :Shutterstock

https://wamiz.com/

Les maladies du rein chez les chiens et chats âgés


Les chats et les chiens vivent plus longtemps donc, il est normal qu’on rencontre plus de maladies en relation avec le vieillissement. Ils peuvent entre autres avoir un dysfonctionnement de l’appareil urinaire et s’il n’est pas soigné le rein sera détruit
Nuage

 

Les maladies du rein chez les chiens et chats âgés

 

    Lorsqu’ils vieillissent, nos animaux domestiques rencontrent fréquemment des dysfonctionnements de l’appareil urinaire. Ces dérèglements touchent le plus souvent les reins qui sont des organes très fragiles, notamment chez le chat. Ce vieillissement anormal des reins conduit inexorablement à destruction de l’organe et à la mort si on ne le stoppe pas.

    Qu’il intervienne chez un chien ou chez un chat, ce vieillissement des reins se manifeste de la même façon. Mais pour des raisons encore mal connues, les chats développent facilement une insuffisance rénale en vieillissant. Cela signifie que le rein devient peu à peu incapable d’assumer son rôle principal, c’est-à-dire d’éliminer les déchets de l’organisme. Par un mécanisme complexe, le vieillissement anormal du rein s’auto-aggrave et s’auto-accélère. Il faut donc agir vite.

    Pour agir à temps, voici quelques conseils qui vous permettront d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard :

    1. Surveillez le poids de votre vieil animal

    En effet, les premiers symptômes de la maladie rénale peuvent ne se traduire que par une diminution progressive, légère mais constante du poids. Un vieux chat en bonne santé est un chat au poids stable. Un vieux chien ne doit ni maigrir ni grossir sans raison apparente.

    2. Surveillez la quantité d’eau bue par votre animal

    Un chat en bonne santé est un chat qui boit peu. Rappelons-nous que notre chat domestique est issu d’ancêtres qui vivaient en Afrique et qui s’étaient adaptés au désert. Si votre matou se met à boire anormalement, c’est que ses reins ne fonctionnent plus bien ; paradoxalement (et contrairement à ce qui se passe chez nous les humains), un chat qui boit et urine beaucoup est un chat qui ne va pas bien. Je vous suggère de contrôler ce dérèglement en mesurant la quantité d’eau bue ou en observant votre animal (qui va rester plus longtemps près de son bol d’eau, ou refaire pipi à l’intérieur la nuit) ou encore en changeant sa litière (anormalement sale).

    3. Surveillez l’appétit de votre vieux compagnon

    Lorsque la maladie s’aggrave, les toxines habituellement éliminées par l’urine, ne le sont plus (l’urine est de plus en plus claire). Elles restent dans le sang où elles vont peu à peu empoisonner l’animal. Cette « intoxication » par l’urée (une des toxines les plus connues) va se traduire par une baisse de l’appétit s’expliquant par la présence d’une gastrite (se manifestant sous la forme de vomissements, ou d’un appétit de plus en plus capricieux), d’une mauvaise haleine et de lésions buccales.

    4. Surveillez l’état général de votre animal

    Une fatigue anormale (ce n’est pas parce que votre animal est vieux qu’il doit être fatigué) se manifestant par une somnolence quasi permanente peut très bien révéler le lent travail de sape de l’urée sur le cerveau. Enfin une détérioration du pelage se traduisant par un poil piqué, en amas doit aussi vous alerter.

    Plus vous interviendrez tôt dans le cours de la maladie et plus vous serez efficace dans son contrôle. Le plus sage étant d’opter pour la réalisation annuelle d’un bilan de santé gériatrique à partir de 10 ans pour les chats et de 7 ans pour les chiens.

    En effet, la maladie rénale se traduit assez vite par une élévation de certains paramètres sanguins que le vétérinaire peut mesurer par une simple prise de sang. Mais attention, lorsque les marqueurs du fonctionnement rénal sont dans le rouge, le rein a déjà été détruit de plus des ¾ de sa substance ; il est grand temps d’intervenir.

    Face à la maladie rénale : que faire ?

En France nous ne disposons pas de centre de dialyse comme il en existe pour nous, les humains. Il nous faut donc absolument intervenir le plus tôt possible dans l’histoire de la maladie pour ralentir son développement.  Ainsi lorsque vous avez observé un changement dans le mode de vie ou l’allure de votre animal, que vous avez alerté votre vétérinaire et que ce dernier a pu diagnostiquer le début d’une maladie rénale, il est temps d’agir :

  • D’abord par l’alimentation : c’est un moyen essentiel et efficace de lutter contre la progression du vieillissement rénal anormal. Votre vétérinaire vous conseillera la meilleure alimentation en fonction du stade de l’insuffisance rénale. Il s’agira le plus souvent d’une alimentation industrielle (boite ou croquette) très performante dans le contrôle du vieillissement rénal. Vous pourrez enrichir cette ration en lui ajoutant des acides gras oméga 3 dont on a découvert récemment qu’ils participaient activement à la lutte contre la destruction rénale : vous les trouverez dans les sardines, l’huile de Colza (une cuillère à café par jour) ou des compléments alimentaires spécifiques.

  • Ensuite par un traitement médical que votre vétérinaire vous prescrira. De nouvelles molécules permettent aujourd’hui de garantir de très bons résultats. Il vous appartiendra de vous assurer de la prise quotidienne de ce traitement qui existe en gouttes ou en comprimés. Il assure un ralentissement notable de la vitesse de destruction du rein.

  • Par un contrôle régulier de votre animal, de son poids, de son appétit, et de sa quantité d’eau bue. Toutes ces précautions vont pouvoir empêcher la survenue d’une crise d’insuffisance rénale aigue : « la crise d’urée ». Pour éviter d’être confronté à cette terrible crise, alertez votre vétérinaire au moindre risque de déshydratation : petite gastro-entérite, rhume passager, canicule, fugue… si vous ne réagissez pas vite, il faudra hospitaliser votre animal et le mettre sous perfusion pendant plusieurs jours pour essayer de libérer son corps de cette urée qui l’empoisonne. Une autre solution pour prévenir ce terrible déséquilibre est d’anticiper la crise en amenant votre animal une fois tous les deux ou trois mois chez le vétérinaire pour qu’il le rééquilibre grâce à une perfusion qui peut durer entre 24 et 48H.

En conclusion, n’oubliez pas que le maître mot des maladies rénales liées à l’âge, c’est prévention. Dès les premiers signes observés, dès les premières anomalies constatées lors du bilan de santé gériatrique annuel, il faut agir en freinant la course de la maladie par une alimentation et un traitement adapté. Ainsi protégé, votre compagnon pourra de nouveau espérer vivre longtemps en pleine forme.

Dr Boudaroua
Docteur Vétérinaire à Solliès-Pont dans le Var (83)

Par Elisa GorinsCrédits photo :Shutterstock

https://wamiz.com

L’animal de loin le plus dangereux pour l’homme est le moustique


Je ne suis pas surprise que ce soit le moustique, l’animal le plus dangereux sur terre pour l’être humain. Il est petit et très productif en plus de son odorat pour trouver ses victimes est très efficace.
Nuage

 

L’animal de loin le plus dangereux pour l’homme est le moustique

 

Stikmou par Nourdine GERNELLE via FlickrCC License by

Stikmou par Nourdine GERNELLE via FlickrCC License by

Quel est l’animal le plus dangereux pour l’homme? Ce n’est pas l’homme, pas le requin, mais le moustique. Selon des statistiques compilées par le blog de Bill Gates, les humains ont tué en 2015 environ 580.000 de leurs semblables, les serpents 60.000 et les moustiques indirectement via les maladies transmises 830.000 personnes. Au passage, les requins qui font si peur n’en ont tué que 6, les chiens 17.400 et les crocodiles 1.000!

Les moustiques, les femelles en l’occurrence, sont en fait une aiguille hypodermique ailée. Leur longueur dépasse à peine cinq millimètres. Ils ont six pattes, et c’est le vecteur de maladies le plus efficace de tout le règne animal. C’est grâce à leur odorat qu’ils nous repèrent, attirés par l’acide lactique et d’autres ingrédients de notre transpiration. Ils sentent aussi le dioxyde de carbone que nous expirons et arrivent jusqu’à notre visage en remontant le sillage de notre respiration. Plus on sue et plus on halète en les chassant, plus nous devenons intéressants.

Le problème, c’est évidemment ce qu’ils propagent comme le virus Zika, la dengue, la fièvre jaune et surtout la malaria ou paludisme.

«Nous devons garder à l’esprit que la très grande majorité des maladies transmises par les moustiques et des décès qui en résultent sont liés à la malaria», écrit Bill Gates.

La malaria est une infection parasitaire propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles. Elle affecte les être humains depuis plus de 50.000 ans. Elle provoque des tremblements, des fièvres, des nausées et peut provoquer des défaillances d’organes. Cette maladie est responsable de plus de la moitié des morts causées par les moustiques dans 91 pays et pour l’essentiel en Afrique subsaharienne.

Il n’y aucun vaccin contre la malaria. Un programme pilote doit être lancé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2018 dans trois pays. Mais la prévention est efficace et s’est traduite, toujours selon l’OMS, par une baisse de 62% des morts liées à cette maladie entre 2000 et 2015. En tout, 6,8 millions de vies ont ainsi été sauvées.

La dengue est aussi une maladie transmise par les moustiques devenue très préoccupante. Elle est devenue l’une des principales causes d’hospitalisation et de morts des enfants dans certains pays asiatiques et d’Amérique latine.

http://www.slate.fr/

Des bisons sont nés à Banff pour la première fois en 140 ans


Une bonne nouvelle pour les bisons. Ils étaient présents au Canada depuis des centaines d’années et en voie d’extinction a cause de la chasse intensive en 1800.
Nuage

 

Des bisons sont nés à Banff pour la première fois en 140 ans

 

Les bisons reprendront leur rôle historique dans l'écosystème... (PHOTO FOURNIE PAR PARCS CANADA)

Les bisons reprendront leur rôle historique dans l’écosystème lorsqu’ils seront laissés dans la nature à l’été 2018 à l’intérieur d’une zone de 1200 kilomètres carrés.

PHOTO FOURNIE PAR PARCS CANADA

 

La Presse Canadienne
BANFF, Alb.

Pour la première fois en 140 ans, des bébés bisons sont nés dans la campagne profonde du parc national de Banff, en Alberta.

Parcs Canada a annoncé que le premier bison était né samedi dans la vallée de la Panther. Les deux autres ont fait leur apparition depuis ce temps.

D’importants troupeaux de bisons parcouraient le paysage montagneux il y a de cela des centaines d’années, avant qu’ils se retrouvent en voie d’extinction en raison de la chasse excessive dans les années 1800.

En février, Parcs Canada a transféré 16 bêtes de l’est d’Edmonton vers un pâturage d’une région éloignée de Banff dans le cadre d’un projet de rétablissement de 6,4 millions.

Parmi le troupeau qui a fait le voyage de 400 kilomètres en camion et en hélicoptère, il y avait dix femelles enceintes et six jeunes mâles.

http://www.lapresse.ca/