Attention au virus du Nil: une année record de cas en 2018


Depuis 2002 au Québec, on comptabilise les victimes du virus du Nil. Les années se suivent, mais ne se ressemblent pas du moins pour le virus du Nil. La deuxième année qui a eu plus de personnes affectées a été en 2012, puis une baisse considérable l’année suivante. Le record en 2018 a été de 201 personnes dont 15 décès. Que sera le nombre cet été ? Impossible de prévoir à l’avance.
Nuage


Attention au virus du Nil: une année record de cas en 2018


Attention au virus du Nil: une année record de cas en

GALITSKAYA VIA GETTY IMAGES

  • Stéphanie Marin

  • La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Au Québec, 2018 a été une année record pour les cas de virus du Nil occidental, révèlent de récentes données du ministère de la Santé.

Avec 201 personnes infectées par ce virus transmis par un type de moustique l’an dernier, il s’agit d’un sommet depuis que les données sont comptabilisées, en 2002. L’année 2018 fut aussi mortelle puisqu’on a recensé 15 décès.

Quant à savoir ce qui attend les Québécois cette année, cela reste à voir. L’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) n’est pas encore capable de prédire quels dégâts les moustiques feront au cours d’une année donnée, a expliqué une conseillère scientifique, Julie Ducrocq.

Par exemple, le second plus important pic avait été enregistré en 2012, avec 134 cas. Mais l’année suivante, la chute fut marquée puisqu’on avait décompté seulement une trentaine de personnes infectées. Le record de 2018 ne peut donc prédire la situation qui aura cours à l’été 2019.

Dans les deux cas, la région où le plus grand nombre de personnes ont été infectées par le virus transmis par les moustiques est la Montérégie, suivie de l’île de Montréal.

Au Québec comme ailleurs au Canada, l’incidence du virus du Nil occidental est fluctuante et difficile à prévoir d’une année à l’autre, indique de son côté le ministère québécois de la Santé.

Si la majorité des personnes infectées n’ont peu ou pas de symptômes, les conséquences pour d’autres peuvent être sévères: parmi les 201 cas rapportés l’an dernier, 148 ont eu une atteinte neurologique. 

La majorité (84 pour cent) des cas cliniques ont été hospitalisés, dont près du tiers (31 pour cent) aux soins intensifs.

Ces données ont été compilées par la Direction de la vigie sanitaire de la Direction de la protection de la santé publique du ministère de la Santé du Québec, en collaboration avec l’Institut national de santé publique du Québec.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Augmentation des cas d’ingestion de détergent en sachet


Il y a des produits qui semblent nous faciliter la vie, mais en réalité sont de vrais danger pour les enfants. Les sachets de détergents sont une plaie, car malheureusement des enfants se sont intoxiqués croyant que c’était autre chose que du savon.
Nuage


Augmentation des cas d’ingestion de détergent en sachet


Une capsule de détergent bleue, rouge et blanche.

Des adolescents publient sur les médias sociaux des images d’eux en train de mordre dans des sachets de détergent. Photo: Associated Press / Pat Sullivan

La Presse canadienne

Au Québec comme aux États-Unis, le nombre de personnes de plus de cinq ans qui se sont intoxiquées avec du détergent en sachet a augmenté depuis quelques années.

Les chercheurs de l’hôpital pédiatrique Nationwide, dans l’Ohio, ont constaté une forte augmentation des expositions à ces détergents chez les personnes de plus de six ans entre 2012 et 2017. Deux enfants de moins de deux ans sont morts pendant cette période.

La situation est similaire au Québec. Des données fournies par le Centre antipoison révèlent que le nombre de cas d’exposition à ces détergents a presque quintuplé en quatre ans, passant de huit chez les plus de cinq ans en 2014 à 38 en 2018.

Ces sachets sont arrivés sur le marché en 2012. Leur présentation colorée les rendait attrayants et on a rapporté plusieurs cas d’enfants empoisonnés après les avoir croqués. Les produits chimiques toxiques qu’ils contiennent peuvent interférer avec le système nerveux central et le système respiratoire. Ils peuvent aussi causer des blessures graves aux yeux et aux poumons.

Puis, à la fin de 2017, le « Tide Pod challenge » a fait surface : des adolescents se mettaient au défi de mordre dans ces sachets et de mettre les images en ligne sur les réseaux sociaux.

« C’est difficile pour moi de dire ce qui est derrière [cette augmentation], puisqu’on ne peut pas distinguer ce qui est 8 ans de ce qui est 18 ans, a commenté la directrice médicale du Centre antipoison, la docteure Maude St-Onge. Mais certainement le  »Tide Pod challenge » est un phénomène dont l’envergure augmentait et pour lequel on a envoyé plusieurs messages de prévention. […] L’idéal est de ne pas avoir ces produits-là à la maison si on est capables d’utiliser autre chose. »

En revanche, les expositions chez les moins de cinq ans ont reculé de près de 34 %, passant de 148 à 98, un phénomène que la docteure St-Onge juge « encourageant ».

Aux États-Unis, le nombre d’enfants qui se sont empoisonnés a chuté de 18 % entre 2015 et 2017, une réduction à propos de laquelle les auteurs d’une nouvelle étude disent qu’on « peut faire mieux.

L’étude américaine rapporte que les centres antipoison du pays ont reçu près de 73 000 appels concernant ces sachets entre 2012 et 2017. Cela correspond à environ un appel toutes les 42 minutes, dont 92 % qui concernaient des enfants de moins de six ans.

Les auteurs de l’étude écrivent dans le journal médical Pediatrics qu’il serait pertinent de « renforcer les normes actuelles en matière de sécurité des produits pour réduire encore davantage les expositions ».

Au Québec, les deux plus grands hôpitaux pédiatriques de la province décrivent un phénomène « rare ».

« Nous ne suivons pas spécifiquement ce type d’intoxication/ingestion. […] Je peux vous assurer que c’est relativement rare. Puisque la majorité des ingestions aux savons ne sont pas dangereuses, la majorité des cas sont traités en préhospitalier par le [Centre antipoison du Québec] », a indiqué dans un courriel le docteur Antonio D’Angelo, le chef du département de pédiatrie d’urgence du CHU Sainte-Justine.

Même son de cloche du côté de l’Hôpital de Montréal pour enfants, où on a recensé un maximum de quatre cas par année entre 2013 et 2018 (dont un seul cas par année en 2014, 2015 et 2016).

https://ici.radio-canada.ca

La malbouffe est-elle responsable d’allergies alimentaires?


C’est une étude faite à petite échelle sur les allergies alimentaires. D’après cette étude une des causes seraient la malbouffe. Quoiqu’à première vue, cela parait sensée. Il va de soit que les allergies alimentaires ont augmenté ainsi que la malbouffe. Il faudrait tout de même d’autres études de plus grandes envergures pour le confirmer.
Nuage


La malbouffe est-elle responsable d’allergies alimentaires?


Qui veut un hot dog? | Clément127 via Flickr CC License by

Qui veut un hot dog? | Clément127 via Flickr CC License by

Camille Jourdan

C’est en tout cas ce que laisse penser une récente étude italienne.

Environ 240 millions de personnes dans le monde souffriraient d’allergies alimentaires, estime l’Organisation mondiale de l’allergie. Noix, gluten, lait de vache, soja… Les allergènes sont multiples, tout comme leurs causes. Une récente étude italienne vient peut-être d’ailleurs d’en identifier une nouvelle: la malbouffe.

Les travaux de Roberto Berni Canani, de l’Université de Naples, tendent en effet à montrer que ce que les anglo-saxons appellent la «junk food», pourrait bien être à l’origine de certaines allergies. Le Guardian rapporte que le chercheur a notamment étudié le taux de produits de glycation avancés, ou AGE, chez des enfants. Ces substances naissent à la suite d’une réaction entre les sucres d’une part, et les lipides et les protéines d’autre part. S’ils sont naturellement présents dans notre organisme, ils proviennent aussi de ce que nous mangeons, et notamment des aliments transformés.

Dans son étude, Roberto Berni Canani a relevé des taux d’AEG plus élevés chez les enfants présentant des allergies alimentaires. Et il se trouve que ces mêmes enfants consomment davantage de produits contenant de forts taux d’AEG que les autres

«Ils mangent beaucoup de snacks, de hamburgers, de frites… Beaucoup d’aliments indutriels remplis d’AEG», indique le chercheur.

Beaucoup plus de «junk food», donc (entre 20 et 40 % de plus), que les enfants non allergiques.

Or, les AEG sont déjà connus pour interagir directement sur les cellules immunitaires, et sur la barrière intestinale. Des études ont déjà montré que des taux élevés de ces produits dans notre organisme entraîne des diabètes, ou encore des maladies rénales. Alors pourquoi pas des allergies?

«Une théorie intéressante»

Cependant, le Guardian reste prudent: l’étude de Roberto Berni Canani a été menée à tès petite échelle, sur une soixantaine d’enfants. John Warner, professeur en pédiatrie au Collège Impérial de Londres, rappelle au quotidien britannique que les allergies ont de multiples causes, qui peuvent expliquer les résultats de l’étude italienne.

Il remarque que «ces enfants, consommateurs de malbouffe, sont moins susceptibles que les autres de suivre un régime méditerranéen, riche en fruits frais, en légumes et en poisson; un régime justement connu pour réduire les risques d’allergies».

Autres facteurs de risques auxquels ces enfants peuvent être exposés, selon le professeur: «le tabac, ou d’autres polluants».

De la même manière, son collègue Andrew Clark, consultant en pédiatrie à l’hôpital d’Addenbrooke, estime que des recherches complémentaires sont nécessaires, mais reconnaît toutefois que cette étude «soulève une théorie intéressante».

http://www.slate.fr/

Des chirurgiens de moins en moins habiles à cause des écrans !


Les apprentis en chirurgie auraient moins de dextérité pour effectuer des opérations. On pense que le manque d’activité manuelle dès l’enfance remplacé par les activités sur tablette, ordinateurs, smartphones .. seraient une des causes.
Nuage


Des chirurgiens de moins en moins habiles à cause des écrans !



Les apprentis chirurgiens seraient beaucoup moins habiles que leurs aînés !
Crédits : Pixabay

par Yohan Demeure, rédacteur scientifique

PartagerTweeter

Dans des pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, les médecins ont fait une découverte étonnante. Selon eux, les apprentis chirurgiens accuseraient une baisse de dextérité. Cette habileté réduite trouverait son origine dans l’utilisation intensive des écrans en lieu et place d’activité manuelles !

Une baisse de la dextérité

Une des qualités primaires du chirurgien est sans conteste son habileté, ou plutôt sa dextérité. Selon un article paru dans le New York Times le 30 mai 2019, des médecins expérimentés ont observé chez leurs apprentis une baisse de cette adresse essentielle à leur futur métier.

Selon les médecins cités, les causes sont diverses mais rejoignent toutes la même finalité : les apprentis chirurgiens ne pratiquent pas assez d’activités manuelles. Par exemple la chirurgienne de renom Maria Siemionow a indiqué comprendre très vite quels étudiants n’auront pas leur diplôme. Selon elle, nombre d’entre eux déjà en internat sont impatients, frustrés et peinent à avoir de bonnes sensations avec leurs mains. Cette spécialiste des greffes est d’ailleurs stupéfaite par la quantité de sang présente lors des interventions.

Moins d’activités manuelles

Les médecins pointent du doigt l’enseignement, favorisant les connaissances théoriques par rapport à la pratique et la créativité. Selon eux, les enseignements primaire et secondaire offrent moins de cours créatifs tels que le dessin ou la musique. Surtout, les jeunes ne pratiquent pas d’activités permettant de développer la motricité fine tels que la couture ou la menuiserie.

En lieu et place de ces activités bénéfiques pour l’habileté du futur chirurgien, ceux-ci passent en revanche beaucoup trop de temps sur leurs écrans (smartphone, tablettes, etc.) Ainsi, les apprentis n’auraient pas toutes les cartes en mains pour réagir et s’adapter au stress lors de leur présence dans le bloc opératoire.

Également, une loi promulguée en 2003 aux États-Unis interdit aux jeunes chirurgiens de travailler plus de 80 heures par semaine. Selon les médecins, cette limitation du temps de travail ne permet pas aux apprentis de participer à assez d’opérations, et donc de s’entraîner suffisamment. Un des spécialistes interrogés a indiqué que lorsqu’il était apprenti, celui-ci travaillait environ 120 heures par semaine !

Source

https://sciencepost.fr

Les aliments ultra transformés sont dangereux pour la santé


Ce n’est pas très surprenante qu’une alimentation ultra-transformée soit si nuisible à la santé. Quand nous achetons un aliment qui contient une liste d’ingrédients qui n’en fini plus, c’est mieux ne pas en consommer. Il faudrait revenir à une alimentation plus saine, on se portera bien mieux.
Nuage


Les aliments ultra transformés sont dangereux pour la santé

Les aliments ultra transformés sont dangereux pour la santé

Le 3 juin 2019.

La santé passe dans nos assiettes. C’est ce que confirme une étude sur les aliments ultra transformés. Selon les chercheurs, ils augmenteraient le risque de maladies cardio-vasculaires.

Les aliments ultra transformés augmentent le risque de maladies cardio-vasculaires

Quel est le point commun entre un soda, de la soupe en sachet, du jambon vendu en barquette et des « steaks » végétaux ? Ce sont tous des aliments « ultra transformés ». Mais il ne s’agit pas de leur seul point en commun. Ils sont aussi tous mauvais pour la santé. En cause, la très longues liste d’aliments qu’ils contiennent (additifs en tous genres, sirop de glucose-fructose, graisses végétales hydrogénées, nitrites, édulcorants intenses, etc.)

Selon deux études publiées le jeudi 30 mai dans la revue médicale British Medical Journal (BMJ), les aliments « ultra transformés » augmenteraient tout particulièrement le risque cardio-vasculaire mais aussi d’obésité, de cancer et de décès. Ces études ont été menées par 20.000 chercheurs qui ont fait appel à la participation de plus de 120.000 personnes. Les scientifiques ont observé l’alimentation des participants, soit près de 3.300 aliments et boissons.

Le risque augmente en fonction de la quantité d’aliments ultra transformés que nous mangeons

Les chercheurs ont alors constaté que la consommation d’aliments transformés avait un lien étroit avec divers problèmes de santé. Elle est associée à un risque plus élevé de maladies coronariennes et cérébro-vasculaires. Ainsi, avoir une alimentation comprenant 10% et plus d’aliments ultra transformés augmente de 12% le risque de maladies cardio-vasculaires.

Cette étude permet donc de confirmer que notre santé est liée à ce que nous mangeons. L’heure est donc venue de retrouver une alimentation plus saine, riche en fruits et en légumes notamment. Faisons place dans nos assiettes aux produits « bruts » et remettons-nous à cuisiner ! Pour cela, il faudra peut-être aussi changer notre manière de faire les courses en privilégiant les marchés et les producteurs locaux.

Perrine Deurot-Bien

https://www.passeportsante.net/

Les humains ingèrent des dizaines de milliers de particules de plastique par an


Il semble que nous consommions ou respirons jusqu’à 52 000 micro-particules de plastique par an et avec la pollution cela augmente de 121 000, plus 90 000 si nous buvons que de l’eau en bouteille. Pour le moment, les conséquences sur l’estomac et les poumons, présentement, ne sont pas prouvées, mais en principe nous ne devrions pas ingérer des micro-plastiques.
Nuage


Les humains ingèrent des dizaines de milliers de particules de plastique par an

Des chercheurs canadiens ont mis en regard des... (PHOTO AFP)

Des chercheurs canadiens ont mis en regard des centaines de données sur la contamination par les microplastiques, avec le régime moyen et modes de consommation des Nord-Américains.

PHOTO AFP

Agence France-Presse
Paris

Les humains ingèrent et respirent des dizaines de milliers de particules de plastique chaque années, selon des recherches publiées mercredi.

Ces micro-plastiques, venus de la dégradation de produits aussi divers que les vêtements synthétiques, les pneus, les lentilles de contact…, se retrouvent désormais partout sur la planète, sur les plus hauts glaciers comme dans le fond des océans.

Des chercheurs canadiens ont mis en regard des centaines de données sur la contamination par les microplastiques, avec le régime moyen et modes de consommation des Nord-Américains.

Résultat de ces estimations (qui individuellement varieront selon le mode et le lieu de vie) : un homme adulte ingère jusqu’à 52 000 micro-particules de plastique par an. Et si l’on prend en compte la pollution de l’air, ce chiffre passe à 121 000.

Quelque 90 000 particules supplémentaires sont à ajouter si l’on consomme uniquement de l’eau en bouteille, ajoute l’étude, parue dans la revue Environmental Science and Technology.

L’impact sur la santé humaine reste à préciser, notent les chercheurs.

Pour autant, les particules les plus fines (moins de 130 microns de diamètre) «peuvent potentiellement passer dans des tissus humains (et) générer une réponse immunitaire localisée», ajoutent-ils.

Pour Alastair Grant, professeur d’écologie à l’Université d’East Anglia, qui n’a pas participé à ces recherches, rien ne prouve que les particules de plastique pointées dans l’étude posent «un danger significatif à la santé humaine».

Selon lui, il est probable que seule une petite part des éléments inhalés atteignent les poumons, notamment pour des raisons liées à la taille des particules.

Pour les auteurs de l’étude, il faut renforcer la recherche sur la quantité de matière atteignant poumons et estomac, et son impact sur la santé.

Et en attendant, «la façon la plus efficace de réduire la consommation humaine de micro-plastiques sera sans doute de réduire la production et le recours aux plastiques», ajoutent-ils.

https://www.lapresse.ca/

Bébés OGM chinois : la mutation génétique aurait réduit leur espérance de vie


Vous vous souvenez du chercheur chinois qui a annoncé la naissance de jumelles avec leur ADN modifié ? Ainsi, il voulait une mutation d’un gène qui protégerait du VIH. C’est un risque de jouer à l’apprenti sorcier, car on ne sait pas les conséquences à long terme. D’ailleurs une étude à été fait avec des gens qui avaient cette mutation naturellement et il semble que le risque de mortalité précoce soit présente.
Nuage


Bébés OGM chinois : la mutation génétique aurait réduit leur espérance de vie


Marie-Céline Ray

Journaliste


En novembre 2018, le chercheur Jiankui He annonçait la naissance des premiers bébés OGM, chez qui les ciseaux moléculaires CRISPR avaient introduit une mutation les protégeant du VIH. Mais une nouvelle étude suggère que cette modification de leur génome entraîne un risque de mortalité plus élevé.

L’annonce de leur naissance a provoqué un émoi compréhensible dans le monde entier. C’est dans le génome de ces deux jumelles qu’a été introduite une version modifiée d’un gène appelé CCR5. La protéine codée par ce gène est présente sur des cellules immunitaires et permet l’infection par le VIH. La mutation delta 32 insérée chez les bébés chinois permet d’éviter l’entrée du VIH dans les cellules.







Le saviez-vous ?

Dans l’espèce humaine, chaque cellule compte 23 paires de chromosomes. Un gène est présent en deux exemplaires, sur les deux chromosomes d’une paire (sauf pour les chromosomes sexuels X et Y). Il existe plusieurs versions des gènes : les allèles. Quand les deux allèles sont identiques, l’individu est homozygote pour ce gène.


Mais l’inactivation d’une protéine a souvent des effets négatifs et CCR5 est une protéine très conservée dans de nombreuses espèces Sa mutation ne risque-t-elle pas d’avoir des effets secondaires ? C’est ce que se sont demandé deux chercheurs de l’université de Californie, à Berkeley, dans une étude parue dans la revue Nature Medicine.

Les deux scientifiques ont analysé 400.000 génomes d’une banque de données britannique, appelée UK Biobank. La mutation delta 32 n’est pas spécialement rare dans la population du Nord de l’Europe : environ 10 % de la population aurait un allèle muté et 1 % serait homozygote pour ce gène, c’est-à-dire avec deux allèles mutés. Peut-être que la mutation delta 32 donne un avantage évolutif, par exemple en améliorant la survie après une infection virale comme la variole.

Dans une vidéo diffusée en novembre 2018, Jiankui He a expliqué qu’il avait modifié l’ADN des embryons in vitro en utilisant la technique d’édition génomique CRISPR. © Jiankui He, Youtube

Dans une vidéo diffusée en novembre 2018, Jiankui He a expliqué qu’il avait modifié l’ADN des embryons in vitro en utilisant la technique d’édition génomique CRISPR. © Jiankui He, Youtube

    Mortalité augmentée de 21 % avec deux allèles mutés

    Les chercheurs ont observé que les personnes possédant deux copies mutées du gène CCR5 avaient un risque significativement plus élevé de mourir entre 41 et 78 ans, par rapport à celles qui avaient une ou zéro mutation : la mortalité, toutes causes confondues, augmente de 21 % chez les personnes qui ont les deux allèles mutés du gène. 

    « Vous avez une survie minimale ou une mortalité supérieure si vous avez deux copies de la mutation, conclut Rasmus Nielsen, professeur de biologie à l’université de Californie, à Berkeley. Dans ce cas, ce n’est probablement pas une mutation que la plupart des gens voudraient avoir. »

    Ce n’est probablement pas une mutation que la plupart des gens voudraient avoir

    D’autres travaux ont montré que la présence de deux allèles mutés du gène CCR5 augmentait le risque de mourir après une grippe. La protéine CCR5 joue probablement différents rôles dans l’organisme, ce qui expliquerait que son inactivation ait des conséquences néfastes.

    Pour Rasmus Nielsen, « au-delà des nombreuses questions éthiques liées aux bébés CRISPR, le fait est qu’à présent, avec les connaissances actuelles, il est toujours très dangereux d’essayer d’introduire des mutations sans connaître tout l’effet qu’ont ces mutations.»

    De manière générale, l’introduction de mutations dans des cellules embryonnaires risque d’avoir des effets inattendus, car un gène a souvent plusieurs fonctions, dépendantes de l’environnement.

    C’est l’avis de Xinzhu Wei, le chercheur post-doctoral qui a travaillé à cette recherche et qui souligne « qu’il y a beaucoup de choses inconnues au stade actuel sur les fonctions des gènes. » D’après lui, « la technologie CRISPR est beaucoup trop dangereuse à utiliser pour l’édition de la lignée germinale

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • En 2018, un chercheur chinois a annoncé la naissance de deux jumelles dont l’ADN avait été modifié.

  • Les petites filles porteraient une mutation du gène CCR5 qui permet de résister au VIH.

  • Une nouvelle étude suggère que cette mutation augmente le risque de mortalité quand elle est présente en deux exemplaires dans le génome

https://www.futura-sciences.