Enfin la preuve de la présence d’eunuques en Egypte ?


On croit avoir trouvé des preuves que des eunuques étaient présents en Égypte ancienne. Ils auraient trouvé des squelettes d’hommes qui auraient été castré avant la puberté, a moins que ce soit le syndrome de Klinefelter, ce sera les tests d’ADN qui mettra le point final
Nuage

 

Enfin la preuve de la présence d’eunuques en Egypte ?

 

Princesse Kawit

Bas-relief du sarcophage de la princesse Kaouit (11e dynastie), où un eunuque verse une boisson à sa maîtresse alors qu’une servante arrange ses cheveux.

COURTESY MUSÉE ÉGYPTIEN DU CAIRE

Bernadette Arnaud Spécialiste archéologie, anthropologie et histoire au magazine Sciences et Avenir

Deux rares cas d’eunuchisme d’époque post-pharaonique pourraient avoir été détectés dans le nord de l’Egypte.

Plothin, le ministre de Ptolémée XIII, le pharaon d’Egypte qui avait tenté de faire assassiner sa sœur Cléopâtre, aurait appartenu à cette caste très particulière. Mais aucun vestige archéologique d’eunuques, ces hommes victimes depuis la plus haute antiquité des mutilations sexuelles qu’était la castration (lire encadré), n’avait jusqu’alors été retrouvé. Il semble que ce soit désormais chose faite avec les analyses réalisées sur deux squelettes exhumés entre 2007 et 2013 dans le gouvernorat de Monufia, à Quesna, un site égyptien d’époque gréco-romaine (IVe siècle av.J.C- 1er. siècle ap.JC) Selon Scott Haddow*, du laboratoire Pacea, UMR 5199 de l’université de Bordeaux, Joanne Rowland de la faculté d’histoire, lettres classiques et archéologie de l’université d’Edimbourg, et Sonia Zakrzwski, du département d’archéologie de l’Université de Southampton, les ossements présenteraient des traces probables de cette mutilation.

Lors de la réunion annuelle de l’Association américaine des Anthropologues Physiques – qui s’est tenue du 19 au 22 avril 2017 à la Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) – l’équipe a détaillé ces anomalies physiologiques décelées sur les restes de deux adolescents mis au jour parmi 151 autres dépouilles.

 » Nous avons constaté que leur stature était supérieure à la moyenne et qu’ils présentaient des signes de croissance osseuse anormale. Or, les personnes castrées avant la puberté grandissent davantage que les autres, ont des épaules et un thorax étroits mais des hanches larges, explique l’archéologue Scott Haddow à Sciences et Avenir. Toutefois cela peut être également lié à d’autres causes, en particulier des troubles génétiques qui auraient affecté le système endocrinien en entraînant l’expression de traits physiques sexuellement ambigus. »

Localisation de deux cas potentiels d’eunuchisme (en rouge), dans le cimetière gréco-romain de Quesna, dans le delta du Nil, en Egypte. ©Scott Haddow, Sonia Zakrzwski, Joanne Rowland.

Quoiqu’il en soit, l’orientation funéraire inhabituelle du premier squelette d’époque ptolémaïque (B21), tête au sud, contrairement à la centaine d’autres squelettes retrouvés sur les lieux exhumés tête au nord, évoque bien une inhumation spécifique.

Dépouille de B21, dans la nécropole de Quesna, en Egypte. © Scott Haddow, Sonia Zakrzwski, Joanne Rowland.

De même que le grand nombre d’amulettes funéraires qui lui étaient associées, indiquant clairement un traitement à part. Ce qui n’était pas le cas du second squelette (B26), d’époque romaine plus tardive, qui pourrait suggérer une meilleure insertion des eunuques dans la société du moment.

 » Il a été retrouvé dans une tombe collective de briques crues, parmi d’autres défunts, ce qui nous laisse penser qu’à la période romaine, les individus intersexués étaient mieux acceptés « , poursuit le chercheur.

Tombe commune d’époque romaine dans laquelle se trouvait B26. © Scott Haddow, Sonia Zakrzwski, Joanne Rowland.

Dans le cas de cet adolescent, il pourrait s’agir d’une castration pré-pubertaire, mais l’adolescent pouvait également présenter un syndrome de Klinefelter (la présence d’un chromosome X supplémentaire).

 » Nous ne pourrons avoir de certitudes qu’après des analyses ADN « , a tenu à préciser Scott Harrow.

Domitien (81-96) aurait été le premier empereur romain à faire interdire cette pratique.

 

____________________________________________

Les eunuques, des hommes castrés

Cette mutilation était soit subie, lors d’un châtiment par exemple, soit volontaire car indispensable pour exercer certains emplois, notamment dans les harems royaux et gynécées. La castration était opérée selon trois types de procédés : l’amputation du pénis seul, le retrait de l’appareil testiculaire ou l’émasculation totale. Cette mutilation a eu cours dans de nombreuses civilisations, depuis la plus haute antiquité. Les plus anciens cas signalés remontent à des textes Akkadiens de Lagash, au XXIe siècle av.J.-C,  d’autres en Assyrie, où ces personnages eurent aussi des rôles politiques importants dans les cours royales babyloniennes ou perses.

La Bible n’est pas en reste. Dans un passage de la Genèse, Putiphar est cité en tant qu’eunuque du pharaon. A la fin de la dynastie des Ming (1644), la Chine comptait près de 70 000 eunuques dans la Cité Interdite et il en restait encore 470 à la chute de la dynastie Qing, en 1912. D’une façon générale, les souverains s’assuraient ainsi que ces haut-fonctionnaires ne pourraient jamais avoir de relations sexuelles avec les épouses royales ni être tenté de prendre le pouvoir pour fonder une dynastie. Ce qui n’empêcha pas Amménémès, souverain égyptien de la XIIe dynastie, d’être assassiné par ses propres eunuques. Dans l’Empire byzantin, ceux-ci jouèrent un rôle politique majeur, en particulier à Constantinople où les eunuques (hadim) étaient responsables de l’administration des harems. Cette pratique s’est perpétuée en Occident avec les  » castrats  » : les femmes n’étant pas autorisées à chanter dans les églises, de jeunes garçons furent soumis à ces mutilations jusqu’au XVIIIe siècle. Le plus célèbre d’entre eux fut sans doute l’Italien Carlo Maria Michele Angelo Broschi, mort en 1705 et connu sous le nom de  » Farinelli « .

________________________________________________

*Two Potential Cases of Eunuchism from a Ptolemaic-Roman Cemetery in the Western Delta of Egypt: Differential Diagnosis and Social Implications. Scott D. Haddow, Sonia Zakrzewski, Joanne Rowland

https://www.sciencesetavenir.fr

On a retrouvé des fleurs fossilisées qui ont fleuri juste après les dinosaures


     

    Lors de la disparition des dinosaures, lors d’un cataclysme planétaire, la faune et la flore ont aussi eu leurs moments difficiles et la terre a mis des milliers d’années pour s’en remettre, mais la nature a repris sa route. Des fossiles de fleurs ont été trouvés, et cette famille fleurs existent encore aujourd’hui
    Nuage

    On a retrouvé des fleurs fossilisées qui ont fleuri juste après les dinosaures

    Jean-Luc Goudet

    Journaliste

    Sur une planète où la vie venait d’être ravagée par la chute d’un astéroïde ou une activité volcanique intense (ou les deux à la fois), les plus grands animaux, comme les dinosaures, avaient disparu, ainsi que de nombreux organismes marins. Les végétaux ont souffert eux aussi. Mais une famille de plantes à fleurs, existant encore aujourd’hui, survivait. De superbes fossiles de fleurs en témoignent.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Des fleurs fossiles très bien conservées ont été retrouvées en Argentine. Elles datent de 65 millions d’années.

  • Elles démontrent que des plantes à fleurs (en l’occurrence des Rhamnacées) ont survécu à la crise du Crétacé-Tertiaire et que cette famille s’est ensuite répandue sur les continents de l’hémisphère sud.

  • Ces fleurs semblent être les plus anciennes qui aient été trouvées dans l’hémisphère sud.

« Floraison après le désastre » : c’est ainsi que quatre chercheurs présentent dans la revue  Plos One les images d’empreintes fossilisées dans des schistes datant de 65 millions d’années. Elles montrent des petites fleurs bien ouvertes, de quelques millimètres de diamètre. Tant de détails apparaissent que les scientifiques ont pu les classer dans les rhamnacées, une famille qui existe encore aujourd’hui. En France, par exemple, la bourdaine en fait partie.

La date et le lieu ne sont pas anodins. Leur âge les situe juste après la catastrophe planétaire du Crétacé-Tertiaire, qui a eu raison des dinosaures et de nombreux autres animaux. Quant aux plantes, elles ont été affectées elles aussi, considérablement, et les fougères ont longtemps dominé les paysages post-apocalyptiques. Mais les  plantes à fleurs (les angiospermes), qui existaient déjà, ont mis plus de temps pour conquérir les terres fermes.

Ces deux fleurs se sont ouvertes il y a 65 millions d'années, au sud du Gondwana, dans un monde encore dévasté par les conséquences d'une catastrophe planétaire. © Nathan Jud

Ces deux fleurs se sont ouvertes il y a 65 millions d’années, au sud du Gondwana, dans un monde encore dévasté par les conséquences d’une catastrophe planétaire. © Nathan Jud

Quelles plantes à fleurs juste après le cataclysme ?

Cette histoire est mal connue, et particulièrement dans l’hémisphère sud. À l’époque, le mégacontinent Gondwana s’était séparé de la Laurasie et avait commencé à se fragmenter pour donner, plus tard, les masses continentales de l’hémisphère sud, l’Afrique, l’Antarctique, l’Australie, l’Amérique du sud, l’Inde, Madagascar…

Or, justement, ces fleurs fossiles viennent de la côte atlantique de la Patagonie, au sud de l’Argentine, plus précisément de la  formation Salamanca, particulièrement bien datée, et qui a offert d’autres fossiles, montrant notamment une  forêt de conifères. Ces rhamnacées ont fleuri au Paléocène, la première grande période qui a succédé au Crétacé, et plus précisément au Danien, le premier étage géologique, donc durant les premiers millions d’années après le cataclysme, causé par la chute d’un astéroïde ou les  épanchements volcaniques du Deccan.

Détails des différentes fleurs fossilisées. Ce sont des rhamnacées. Les barres d'échelle donnent les dimensions : A à D et F : 2 mm ; E : 0,5 mm ; G et H : 1 mm. © Nathan A. Jud, Maria A. Gandolfo, Ari Iglesias, Peter Wilf, Plos One

Détails des différentes fleurs fossilisées. Ce sont des rhamnacées. Les barres d’échelle donnent les dimensions : A à D et F : 2 mm ; E : 0,5 mm ; G et H : 1 mm. © Nathan A. Jud, Maria A. Gandolfo, Ari Iglesias, Peter Wilf, Plos One

Les rhamnacées ont résisté

Les auteurs estiment que ce sont là les traces de fleurs fossiles les plus anciennes que l’on ait retrouvées en Amérique du sud, et peut-être dans tout l’hémisphère sud (voir le communiqué de l’ université Cornell). Ils écrivent même que ce sont les seules fleurs du Danien dont on puisse être sûr de l’âge. Des fossiles d’Angiospermes bien plus anciens sont connus mais il s’agit de graines.

La découverte démontrerait que la grande famille des phamnacées (900 espèces aujourd’hui) est apparue bien avant l’extinction des dinosaures et qu’au sud de l’Amérique, bien loin du Mexique où est tombé l’astéroïde, elle a résisté, se répandant ensuite sur les terres de l’hémisphère sud.

La catastrophe du Crétacé-Tertiaire est souvent présentée comme la période « de disparition des dinosaures » mais bien d’autres espèces vivantes, animales et végétales notamment, ont été affectées d’une manière ou d’une autre. Il a fallu de nombreux milliers d’années pour que la vie terrestre s’en remette. Mais aujourd’hui, ces rhamnacées nous prouvent que, malgré tout, peu de temps après, de modestes petites fleurs bravaient l’environnement dévasté.

http://www.futura-sciences.com

Le T. rex était un véritable broyeur d’os


Le T.Rex avait une mâchoire puissante, la plus puissante que la terre a porté dans son sein. Il mangeait des os, comme on mange des biscuits. Il était donc préférable pour les autres animaux, de ne pas traîner quand le T.Rex était dans les environs
Nuage

 

Le T. rex était un véritable broyeur d’os

 

Le Tyrannosaurus rex mordait dans ses proies  avec une force de 3600 kg et la pression exercée par sa mâchoire atteignait les 30 tonnes/cm2.

Le Tyrannosaurus rex mordait dans ses proies avec une force de 3600 kg et la pression exercée par sa mâchoire atteignait les 30 tonnes/cm2.   Photo : Gregory Erickson et Paul Gignac

Lorsque le Tyrannosaurus rex mordait dans ses proies, sa mâchoire exerçait une pression de 30 tonnes par centimètre carré, un record dans le monde animal.

Celui qui est considéré comme l’un des plus grands carnivores terrestres de tous les temps pouvait littéralement broyer les os de ses victimes, expliquent les paléontologues américains Gregory Erickson et Paul Gignac, associés aux universités d’État de la Floride et de l’Oklahoma.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont modélisé sa mâchoire à partir des caractéristiques musculaires de celles d’animaux étroitement liés au dinosaure : les crocodiles, les alligators et les oiseaux.

Les simulations ont montré que le T. rex était capable d’entamer, de perforer et de casser des os. Il pouvait aussi les manger; une réalité observée de nos jours chez certains mammifères carnivores comme les loups gris et les hyènes, mais pas chez les actuels reptiles dont les dents ne le permettent pas.

Les auteurs affirment que les tyrannosaures avaient une morsure deux fois plus puissante que celle des plus gros crocodiles vivants, les champions d’aujourd’hui.

La force de la mâchoire n’était toutefois pas le seul atout du T. rex. Pour broyer des os, l’animal devait également posséder de bonnes dents capables, par leur forme et leur disposition, d’amplifier la pression de la mâchoire.

Le T. rex était capable de broyer des os, car il est très gros, mais surtout parce qu’il est doté de dents aux caractéristiques adéquates : des dents incroyablement grandes, coniques et fortement enracinées. Paul Gignac

« Les prédateurs capables de croquer les os peuvent avoir accès à une nourriture très riche sans prendre de risques supplémentaires », ajoute M. Gignac.

En outre, les broyeurs d’os peuvent survivre en période creuse en exploitant pleinement les nutriments des carcasses.

Le détail de ces travaux est publié dans les Nature Scientific Reports

http://ici.radio-canada.ca

L’astéroïde associé à la disparition des dinosaures est tombé au pire endroit imaginable


Il semble que si l’astéroïde Chiexulub serait tombé ailleurs dans un endroit profond de l’océan, cela aurait changer l’histoire de la disparition des dinosaures, même s’il n’est pas le seul responsable de leurs disparitions
Nuage

 

L’astéroïde associé à la disparition des dinosaures est tombé au pire endroit imaginable

 

L'astéroïde Chicxulub est tombé dans la région de l'actuel Yucatan, au Mexique.

L’astéroïde Chicxulub est tombé dans la région de l’actuel Yucatan, au Mexique. Photo : iStock

Les scientifiques qui ont foré le cratère d’impact de l’astéroïde Chicxulub, associé à la disparition des dinosaures, affirment que l’objet céleste de 15 kilomètres de diamètre ne pouvait pas tomber à un pire endroit sur Terre.

Explications.

Radio-Canada avec BBC

Un texte d’Alain Labelle


Selon eux, la nature des sédiments laissés par l’impact de Chicxulub au fond du golfe du Mexique permet de raconter l’histoire de ce cataclysme naturel d’une rare puissance qui s’est produit il y a 66 millions d’années.

La géophysicienne Joanna Morgan, de l’Imperial College London, et ses collègues ont réussi à extraire des sédiments en creusant un puits de 1,3 kilomètre de profondeur dans le cratère. Ils ont présenté leurs résultats dans un documentaire diffusé sur BBC.

Leur analyse a montré que l’astéroïde est tombé en mer peu profonde, ce qui a libéré un volume colossal de soufre dans l’atmosphère. Ce phénomène a entraîné la prolongation de l’hiver planétaire qui a suivi la tempête de feu initiale.

Selon eux, si l’astéroïde avait frappé à un autre endroit, le destin des dinosaures aurait pu être très différent.

En fin de compte, ce n’était pas la taille de l’astéroïde ni l’ampleur de l’explosion, voire sa portée mondiale, qui ont mené à l’extinction des dinosaures. C’est plutôt l’endroit où l’impact s’est produit.

Ben Garrod, présentateur à la BBC

Selon les chercheurs, si l’astéroïde avait frappé la Terre quelques instants plus tôt ou plus tard, il serait tombé dans un océan profond, ce qui aurait changé la nature de l’impact.

Ainsi, s’il était tombé dans le Pacifique ou l’Atlantique, il y aurait eu moins de matières, comme le soufre, vaporisées dans l’atmosphère. L’énorme nuage de poussière qui a bloqué la lumière du Soleil n’aurait pas été aussi important, et les rayons auraient peut-être pu atteindre la surface de la planète, ce qui aurait influé sur le sort des dinosaures et de la vie sur Terre.

En outre, la baisse des températures aurait été moins grande et certaines plantes auraient pu survivre. Une partie de la nourriture aurait encore été disponible, si bien que certaines espèces de dinosaures auraient pu survivre au cataclysme.

Il faut mentionner que Chicxulub n’est pas la seule cause de la disparition des dinosaures. Leur déclin aurait commencé 40 millions d’années avant l’impact de l’astéroïde.

http://ici.radio-canada.ca/

«Momie de dinosaure» trouvée quasi intacte avec sa peau et son repas digéré au Canada (VIDÉO)


Un dinosaure herbivore ayant existé il y a 110 millions d’années est retrouvé quasi intacts en Alberta, au Canada. Ils ont même la peau et le contenu intestinal .. Des informations qui seront sans doute très intéressantes de cet animal
Nuage

 

«Momie de dinosaure» trouvée quasi intacte avec sa peau et son repas digéré au Canada (VIDÉO)

 

Il s’agit d’un «nodosaure», une créature herbivore pesant près de 3000 livres et munie d’une armure. Le dinosaure a été trouvé par des travailleurs miniers en Alberta, il y a près de six années, selon le National Geographic.

HuffPost États-Unis  |  Par Nina Golgowski

Après avoir été enfermé de manière impeccable durant 110 millions d’années dans la roche, un dinosaure qui ressemble drôlement à un dragon a été découvert par des paléontologues au Canada. Ils n’ont jamais rien vu de tel auparavant.

«On n’a pas seulement le squelette», soutient le chercheur postdoctorant au Royal Tyrrell Museum of Paleontology où le fossile a été exposé. «On a un dinosaure comme il aurait été.»

Les chercheurs affirment que cette découverte est remarquable puisqu’ils n’ont jamais vu cette espèce de nodosaure auparavant et que c’est le plus vieux dinosaure jamais trouvé en Alberta. La peau et le contenu intestinal trouvés dans l’animal apportent aussi des preuves colossales aux raisons de l’extinction de cette espèce.

«C’est essentiellement une momie de dinosaure et c’est assez exceptionnel», s’exprime au New York Times le directeur de la préservation et de la recherche du musée, Don Brinkman.

Durant les cinq dernières années, les chercheurs ont passé plus de 7000 heures à ciseler la roche autour du fossile pour exposer cette incroyable créature. La vidéo ci-dessous explique bien ce processus fastidieux.

 

Cet article est une traduction de l’anglais et a été publié dans sa version originale sur le HuffPost.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Dinosaure : des paléontologues ont retrouvé Zuul de S.O.S. Fantômes


    Un dinosaure trouvé aux États-Unis est remarquablement bien conservé, qui pourrait même avoir des détails de sa peau. Les paléontologues l’ont nommé Zuul est l’un des deux serviteurs du dieu sumérien Gozer et est connu comme le « Cerbère de la Porte » dans le film S.O.S. Fantômes.
    Nuage

    Dinosaure : des paléontologues ont retrouvé Zuul de S.O.S. Fantômes

    Laurent Sacco

    Journaliste

    Deux paléontologues canadiens, visiblement fans du célèbre S.O.S Fantômes, viennent de baptiser une nouvelle espèce d’ankylosaure du nom d’un des personnages du film : Zuul crurivastator. Ce dinosaure, fait assez rare, est dans un très bon état de conservation.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

    • Zuul est l’un des deux serviteurs du dieu sumérien Gozer et est connu comme le « Cerbère de la Porte » dans le film S.O.S. Fantômes.

    • Un squelette fossile d’ankylosaure datant du Crétacé et retrouvé dans le Montana possède un crâne qui fait penser à celui de Zuul, d’où son nom Zuul crurivastator.

    • Son bon état de conservation laisse présager un bond dans notre connaissance des ankylosaures et peut-être la découverte de molécules biologiques de ce dinosaure.

      Les paléontologues ont le sens de l’humour. On se souvient de la découverte de la petite australopithèque baptisée Lucy en référence à la chanson des Beatles, laquelle était une allusion probable au L.S.D. (Lucy in the Sky with Diamonds). Moins connu est le cas de la découverte d’un dinosaure théropode ayant vécu à Madagascar pendant le Crétacé et à qui a été donné le nom de Masiakasaurus knopfleri (Masiakasaurus signifiant « lézard violent » ) en l’honneur du célèbre guitariste de Dire Straits, Mark Knopfler.

      Nous ne sommes donc pas surpris qu’un groupe de paléontologues canadiens du Royal Ontario Museum ait décidé d’appeler leur dernière découverte en référence à un des personnages de S.O.S Fantômes(Ghostbusters en anglais). Un article publié dans Royal Society Open Science, en accès libre, décrit une nouvelle espèce d’ankylosaure du nom de Zuul crurivastator. En l’occurrence, Zuul est une référence à l’un des deux serviteurs du dieu sumérien Gozer et est connu comme le « Cerbère de la Porte » dans le film de 1984. Crurivastator signifie approximativement « briseur de tibias ». L’ankylosaure est en effet muni d’une sorte de massue au bout de sa queue et il est probable qu’il pouvait s’en servir pour briser les pattes de ses prédateurs.

      Entrez la légende de la vidéo ici

      Dans cette première vidéo (suivie automatiquement de quatre autres), l’un des héros de S.O.S. Fantômes présente Zuul. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Royal Ontario Museum

      Zuul, un ankylosaure remarquablement conservé

      Zuul crurivastator a été découvert dans les couches sédimentaires des fameuses Badlands d’Amérique du Nord, plus précisément dans la Formation de Judith River, dans le Montana (États-Unis), datant du Campanien au Crétacé supérieur, et âgée donc d’environ 75 millions d’années. Elle est également connue sous le nom de la formation d’Oldman en Alberta, au Canada.

      Les fossiles d’ankylosaures sont rares et, de plus, les squelettes connus de cet herbivore emblématique des dinosaures cuirassés sont très incomplets. C’est bien ce qui fait tout l’intérêt de la découverte de Zuul crurivastator car en plus de nous révéler l’existence d’une nouvelle espèce, l’individu retrouvé nous est parvenu avec un crâne et une queue complets.

        Une vue des fameuses Badlands, le paradis des chasseurs de dinosaures en Amérique du Nord. L'image est celle de la formation de Judith River, une formation géologique du Montana. © Royal Ontario Museum

        Une vue des fameuses Badlands, le paradis des chasseurs de dinosaures en Amérique du Nord. L’image est celle de la formation de Judith River, une formation géologique du Montana. © Royal Ontario Museum

        Encore en cours de préparation, les restes fossilisés retrouvés montrent déjà la présence d’empreintes de parties molles et on s’attend même à avoir des détails sur sa peau. Sans doute encouragés par la multiplication des découvertes de traces de collagènes de dinosauresdans d’autres restes fossilisés, les paléontologues ont bien l’intention de se lancer dans la chasse aux biomolécules d’ankylosaures qui auraient pu traverser les âges dans les parties molles fossilisées. En revanche, aucune chance de découvrir de l’ADN, car cette longue molécule ne peut pas rester suffisamment stable pour traverser le temps des dinosaures jusqu’à nous.

        Ce dessin d’artiste donne une idée de la taille de Zuul crurivastator. © Danielle Dufault, Royal Ontario Museum

        Ce dessin d’artiste donne une idée de la taille de Zuul crurivastator. © Danielle Dufault, Royal Ontario Museum

        Les chercheurs comptent aussi continuer à faire de la paléoécologie en reconstituant l’environnement dans lequel l’ankylosaure vivait avec d’autres animaux. En effet, les couches de la formation de Judith River où il a été trouvé ont également livré des fossiles de tortues, de crocodiles, de dinosaures à bec de canards mais aussi de plantes et de coquillages. Des cendres volcaniques devraient aussi permettre de bientôt préciser la datation de ces couches et donc l’âge exact des restes de Zuul crurivastator.

        http://www.futura-sciences.com

        La paléogénétique sans os est née


        La technologie en génétique ouvre une porte à la paléogénétique qui peut trouver de l’ADN mitochondrial dans des sédiments qui peuvent être datés des milliers d’années. Ils peuvent donc trouver la présence de mammifères, mais aussi de l’être humain comme l’homme de Néandertal et l’homme de Denisava. Et ce, sans aucun os à se mettre sous la dent
        Nuage

         

        La paléogénétique sans os est née

         

        Ce crâne ancien atteste qu’un ours a vécu dans la grotte de la Caune de l’Arago, à Tautavel, dans les Pyrénées orientales. Les sédiments revèleront-ils que des humains ont aussi foulé cette grotte ?

        L’analyse des fragments d’ADN mitochondrial présents dans les sédiments prélevés dans des grottes occupées par le passé a permis d’identifier de nombreux mammifères, dont des espèces humaines.

        François Savatier

         

        C’est une immense surprise : il est possible retrouver de l’ADN humain dans les sédiments des grottes occupées il y a des centaines de milliers d’années. C’est ce que vient de démontrer une équipe conduite par Svante Pääbo et Matthias Meyer, de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste à Leipzig.

        Ces chercheurs ont rassemblé 85 échantillons de sédiments prélevés dans des cavernes habitées par des néandertaliens ou des denisoviens, puis ils ont tenté d’en extraire de l’ADN mitochondrial.

        Cet « ADNmt » provient, non pas du noyau de la cellule, mais des mitochondries, les petits organites qui lui apportent son énergie. Surprise, alors que un milligramme d’os ancien contient généralement entre 34 et 9000 fragments d’ADNmt, un milligramme de sédiment contient entre 30 et 4500 fragments d’ADNmt appartenant à des espèces de mammifère.

        Bien entendu, l’ADN mitochondrial retrouvé dans les sédiments provient avant tout de bactéries et d’autres micro-organismes, mais les paléogénéticiens savent le trier. Pour cela, ils séquencent les millions de fragments extraits d’un échantillon afin de constituer des bibliothèques de séquences. Des algorithmes et des bases de génômes de référence permettent ensuite de calculer la probabilité qu’une séquence appartienne à telle ou telle espèce ou famille. Les chercheurs ont ainsi identifié entre 14 et 50 114 fragments ayant une probabilité notable d’appartenir à une espèce identifiée, puis vérifié que l’ensemble des fragments couvrent bien le génome de l’espèce en question, comme on peut s’y attendre en l’absence de contamination. Ils ont aussi vérifié que les bases C des extrémités de rubans d’ADN ont été remplacées par d’autres bases, ce qui est un marqueur sûr de l’ancienneté de l’ADN.

        Au final, les chercheurs ont pu identifier des séquences d’ADN mitochondrial attribuables à 12 familles mammifères. Il s’agit sans surprise du mammouth et du rhinocéros à poils laineux, des hyènes des cavernes (disparues) et tachetées (qui vit encore en Afrique), de l’ours des cavernes (disparu),… mais aussi à des bovidés, suidés (sangliers), équidés et canidés (loups).

        Et l’Homme ? Pour identifier de l’éventuel ADNmt humain, les chercheurs ont employé la technique de la capture par hybridation, qui consiste à fabriquer à partir d’un ADN de référence des « sondes » spécifiques d’une espèce susceptibles de se lier chimiquement à un fragment complémentaire issu de cette espèce. Les chercheurs ont ainsi identifié entre 10 et 165 séquences probablement humaines et manifestement anciennes.

        Les premiers résultats suggèrent la présence probable d’ADNmt néandertalien dans les grottes d’El Sidrón (Espagne), de Trou Al’Wesse (Belgique), et de Denisova (Sibérie). Or la présence de néandertaliens dans ces sites est attestée par des os fossiles, mais mis au jour dans d’autres strates que celles où ont été prélevés les échantillons… Les chercheurs n’ont pas identifié d’ADNmt humain dans les sédiments très anciens, tels ceux prélevés sur les sites de Caune de Neuf échantillons extraits de la galerie est de la grotte de Denisova suggèrent aussi la présence probable de Denisoviens dès le Pléistocène moyen (- 781 000 à – 126 000 ans). l’Arago et Chagyrskaya (en Sibérie). Dans deux autres sites aux sédiments plus récents, celui de Cottès (Vienne) et celui de Vindija (Croatie), aucune trace d’ADN humain n’a été trouvée, mais le nombre d’échantillons examinés est trop faible pour exclure cette possibilité.

        En résumé, une nouvelle méthode de recherche de traces de d’ADN ancien dans des strates géologiques dénuées de fossiles émerge. Sera-t-elle bientôt étendue aux sites de plein air ? Quoi qu’il en soit, il est écrit dans la Genèse :

        Souviens-toi, homme, que tu es poussière, et que tu redeviendras poussière.

        Oui, mais une poussière identifiable !

        http://www.pourlascience.fr