L’alimentation biologique ne sauvera pas le monde


La France est plus avancée dans l’alimentation biologique, alors qu’au Québec, les certifications sont un problème pour l’attestation d’un produit, les terres qui ont les nutriments nécessaires ne sont pas en grand nombre etc l’agriculture biologie a permis d’augmenter le rendement sauf que pour l’environnement cela donne une très mauvaise notre. Donc, l’alimentation biologique n’est pas rentable et le chimique est toxique
Alors entre les deux ?
Nuage

 

L’alimentation biologique ne sauvera pas le monde

 

Un étal de légumes biologiques

Nos invités rappellent que la culture biologique doit se faire sans produits de synthèse, sans produits animaux, selon des normes de durabilité établies par des organismes certificateurs.   Photo : iStock

« La littérature scientifique est beaucoup plus nuancée qu’un flanc de boîte de céréales Kashi. »

Pour l’ingénieur écologue Serge-Étienne Parent, la culture biologique n’est pas durable parce qu’elle offre une trop faible productivité. Le manque de volonté politique, la lourdeur financière de la certification, l’absence de normes internationales et le manque de preuves quant aux bienfaits pour la santé contribuent par ailleurs à maintenir l’alimentation bio dans la marginalité au Canada. Sept spécialistes font le point au micro de Stéphan Bureau.

La chroniqueuse Katerine-Lune Rollet souhaite que le Canada prenne exemple sur la France :

« En 2013, le gouvernement français a lancé le programme Ambition bio 2017. L’objectif était de doubler les parts de surface en biologique pour la fin de l’année 2017. Déjà, la part de l’achat bio a bondi de 20 % dans le panier, l’an dernier, et la surface agricole engagée dans l’agriculture bio a augmenté de 16 %. Soixante-dix pour cent des Français déclarent acheter régulièrement des produits bios, ce qui n’est pas le cas au Québec. »

Certification inaccessible et laxiste


« De plus en plus de petites fermes, de jeunes qui se lancent en agriculture n’ont pas les moyens de se payer la certification biologique et n’y croient pas nécessairement, souligne le producteur maraîcher Francis Madore. Le bio n’est pas nécessairement parfait, ce n’est pas un système qui peut protéger de toute contamination à 100 %. L’utilisation de produits de l’agriculture conventionnelle est permise en agriculture biologique. Par exemple, des fumiers d’une ferme conventionnelle peuvent être appliqués sur une ferme bio. On parle aussi […] de la farine de plumes, de farine de sang, de poudre d’os… »

Vers un mur


« La principale tare du biologique, c’est sa faible productivité », dit Serge-Étienne Parent, qui rappelle que toute agriculture amène une perturbation de l’écosystème. « En régie biologique, il y a un manque de nutriments pour les plantes, ce qui cause des déséquilibres nutritifs. C’est surtout l’azote qui manque. Il y a le fait, aussi, que les mauvaises herbes sont plus difficilement contrôlables. […] Si on garde le même régime alimentaire que présentement, il n’y aura pas assez de surfaces cultivables pour le biologique. »

Disparités et manque à gagner


« À l’intérieur du bio, il y a tout un monde de disparités. Il y a quelques grands principes internationaux, mais [cela représente] une si grande variété », note la chercheuse Élise Desaulniers.

Selon elle, l’agriculture biologique n’a pas encore atteint le degré d’efficacité de l’agriculture chimique.

« L’agriculture chimique a permis, entre autres, de tripler la production mondiale de céréales des années 1960 à 1990, en outrepassant la croissance de la population, avec seulement 1 % de plus de terres utilisées. Donc, ça marche, l’agriculture chimique. Mais évidemment, ça a des conséquences environnementales épouvantables. Le gros défi, c’est de conjuguer les deux : le besoin de productivité des sols et [celui] de préserver l’environnement. »

Bienfaits théoriques


« Les études actuelles démontrent que les aliments bios n’auraient pas nécessairement plus de vitamines et minéraux que les aliments conventionnels, rappelle la nutritionniste-diététiste Anne-Marie Roy. Par contre, les fruits et légumes biologiques auraient plus de phytonutriments, particulièrement de la classe des composés phénoliques. Les phytonutriments sont des substances que la plante produit pour se protéger de son environnement. […] Et les phytonutriments auraient un pouvoir antioxydant, anti-inflammatoire, anticancer et auraient des bénéfices sur notre système immunitaire. »

Et la traçabilité?


« Un investissement devrait aussi être fait sur le plan de la traçabilité, un peu comme on le voit en Europe, affirme le restaurateur Charles-Antoine Crête. Dans des marchés comme à Rungis [en France], jusqu’à la dernière petite caissette de haricots est identifiée avec la provenance, le nom du producteur. Dans les épiceries [québécoises], des fois, c’est un peu plus ambigu. »

http://ici.radio-canada.ca

Ils font rôtir un humain au barbecue pour dénoncer la consommation de viande


Je peux comprendre que des gens préfèrent le vaginisme, le végétalisme, mais cette manie d’imposer leur idée, c’est d’y aller un peu fort. D’abord, si tout le monde ne mangeait que ce que la nature offre autre qu’animal, nous aurions une surproduction des terres et déjà, la terre en donne beaucoup … De plus, les animaux prédateurs chassent et mangent d’autres animaux souvent sans défense … Il serait par contre, bien de diminuer de beaucoup notre consommation animale, cela serait bien pour les omnivores qu’en principe nous sommes.
Nuage

 

Ils font rôtir un humain au barbecue pour dénoncer la consommation de viande

 

Paul Guyonnet Paul Guyonnet est journaliste vidéo généraliste au Huffington Post France

À l’appel de l’association Vegan Impact, des dizaines de personnes étaient réunies dans le centre de Paris pour un événement choc.

 

VÉGANISME – La pluie ne les aura pas arrêtés. Ce 1er juillet au matin, quelques dizaines de militants vegan étaient rassemblés sous des trombes d’eau place Igor Stravinsky, dans le centre de Paris, pour une opération organisée par l’association « Vegan Impact« . Pièce centrale du rassemblement: un barbecue géant sur lequel rôtissait… une femme maquillée pour lui donner un aspect carbonisé.

Une communication choc qui visait à interpeller au sujet de la consommation de viande pendant l’été, et notamment autour des barbecues.

Dans la foule, des slogans tels que « Les animaux aussi ressentent la peur et la douleur », « Voici le visage de votre viande » ou encore « Pour les animaux, la différence entre la vie et la mort c’est vous » pouvaient ainsi être lus, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

Quelques minutes plus tard, un second individu, un homme cette fois a été installé sur le barbecue à l’échelle humaine qui avait été monté au centre de la place du 4e arrondissement de Paris.

http://www.huffingtonpost.fr/

Martha, yeux rouges et joues plissées, chien le plus laid du monde


À chaque année, il y a ce concours du chien le plus laid. Disons que cette années, il n’est pas si affreux que cela .. Mais bon
Nuage

 

Martha, yeux rouges et joues plissées, chien le plus laid du monde

 

Elle a de petits yeux rouges et d’immenses joues grises pleines de plis qui pendouillent sous des oreilles elles aussi tombantes : Martha est devenue le chien le plus laid du monde.

Ce Mâtin napolitain propriété de Shirley Zindler a remporté vendredi le concours du chien le plus laid du monde qui s’est tenu à Petaluma, en Californie.

Pour fêter son prix, Martha a secoué la tête et ses bajoues qui n’ont pas manqué de projeter de la bave.

Le maître du lauréat remporte 1.500 dollars (1.340 euros) ainsi qu’un billet d’avion pour New York où le chien sera présenté à divers médias.

Avec une assurance langoureuse, Martha s’est pavanée parmi ses treize concurrents devant les juges impressionnés par ce qui leur a semblé « 150 kilos de peau » pendouillant de son squelette.

La compétition n’a pas été facile: Moe, un chien apathique avec les poils en bataille, et la langue pendant généralement de sa bouche, a remporté la deuxième place.

La petite ville côtière de Petaluma accueille un tel événement depuis plus de 50 ans, selon les organisateurs. Cette année, il y a même eu un défilé sur tapis rouge.

http://www.lepoint.fr/i

A la cantine, changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes


Surprenant ! Faut croire que les mots sont importants même dans l’alimentation chez les jeunes. Faudrait que j’essaie cela avec mes petites filles
Nuage

 

A la cantine, changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes

Changer le nom des plats pousse les jeunes à manger des légumes

Intituler un plat « betteraves dynamitées » au lieu de « betteraves » incite plus fortement les étudiants à s’en servir.

© VALINCO/SIPA

Lise Loumé

Spécialiste santé au pôle digital de Sciences et Avenir

Donner un nom attractif aux plats à base de légumes incite les étudiants à en consommer davantage, met en évidence une étude. Sans même toucher à la recette…

Mais pourquoi n’y avait-on pas pensé avant ? Pour inciter les étudiants à choisir davantage de carottes, haricots, betteraves aux RU – les restaurants universitaires où ils se rendent chaque midi -, il suffirait tout simplement de donner aux plats des appellations « qui font envie », met en évidence une étude réalisée par des chercheurs de l’Université Stanford et publiée dans JAMA Internal Medicine. Selon ses travaux – certes réalisés aux États-Unis et qui mériteraient d’être reproduites en France pour vérifier leur universalité – -, cette technique a permis d’augmenter de 25 % la proportion de légumes dans les assiettes des étudiants. En ne modifiant en rien la recette…

Les mentions « sans sucres ajoutés », « sources en vitamines » n’ont pas la côte

Les scientifiques ont réalisé leur expérience lors du premier trimestre universitaire de 2016. Chaque jour, ils ont alterné les intitulés des plats : pouvait être affiché le seul nom du produit (carottes, haricots), ou ce dernier pouvait être accompagné d’une mention santé restrictive (sans sucres ajoutés, light…), ou positive (riche en antioxydant, source de vitamine C…), ou encore, les étudiants pouvaient lire un intitulé considéré comme « attractif », voire surprenant (« betteraves dynamitées », « haricots crépitants », « torsades de carottes glacées au citron », « quartier de courge musquée, mêlée d’ail et gingembre »…). Parmi les 27.933 passages enregistrés au self lors de ce premier trimestre, des plats à base de légumes ont atterri dans 8.279 assiettes (ce qui illustre un certain rejet de ces aliments par les étudiants…).

Verdict de l’étude : quand les légumes portent une appellation attractive, ils sont choisis plus fréquemment (25 % plus souvent en moyenne) que lorsqu’ils sont nommés le plus simplement. Et les mentions relatives à la santé n’ont pas la côté auprès des étudiants, surtout celles restrictives ! En effet, les plats aux mentions « riche en antioxydant » ou « source de vitamine C » finissent moins souvent dans les assiettes les appellations attractives (-35%), et c’est pire quand il est écrit « sans sucre ajouté » ou « light » sur l’étiquette (-41%).

Certes, ces résultats montrent que les étudiants sont plus enclins à choisir des légumes quand leur intitulé est attractif… mais prennent-ils des proportions pus généreuses ? Oui, selon les chercheurs, qui soulignent que 23 % de légumes supplémentaires atterrissent dans les assiettes des étudiants par rapport à d’habitude. Et ces derniers finissent-ils leur assiette ? Malheureusement, cette étude ne le démontre pas, les chercheurs n’ayant pu contrôler les poubelles en détail. Mais ces derniers soulignent qu’en règle générale, les individus consomment 92% du contenu de leur assiette dans les selfs-services. Encore faut-il le prouver pour les étudiants dans les RU.

www.sciencesetavenir.fr

L’amour au temps de la course aux armements


La vie sexuelle pour certains animaux, et insectes n’est pas sans mal, voir même traumatisante. Une espèce de coléoptère a évolué dans une sorte de course à l’armement dont la femelle subie des conséquences malheureuses en vivant moins longtemps après sa progéniture
Nuage

 

L’amour au temps de la course aux armements

 

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d'épines.

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d’épines.   Photo : Université d’Uppsala

Pas facile de s’accoupler pour une certaine espèce de coléoptères (qui englobe les scarabées, les coccinelles, les hannetons…) dont le pénis des mâles se barde d’épines de plus en plus longues et pointues et dont la paroi des parties génitales de la femelle s’épaissit pour réussir l’exercice de fécondation. Voici l’histoire d’une sexualité extrême.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Un texte d’Alain Labelle

L’espèce en question : la bruche du niébé ou Callosobruchus maculatus. Des chercheurs australiens l’ont étudiée pendant dix ans et ont réussi à mettre en évidence une véritable « course aux armements » sexuelle au sein de l’espèce.

Le phallus du mâle ressemble étrangement aux fléaux d’armes, ces boules en acier aux pointes acérées utilisées au Moyen Âge pour terrasser l’adversaire.

Quant aux femelles, elles n’en sortent pas indemnes : en effet, la paroi de leurs parties génitales s’est épaissie pour y faire face.

« L’accouplement traumatique est observé chez plusieurs autres espèces », explique Liam Dougherty de l’Université d’Australie-Occidentale à Crawley.

D’autres exemples

Un autre exemple, plus connu, est celui des punaises de lit. Le mâle perfore l’abdomen de la femelle avec son pénis en forme d’aiguille hypodermique pour directement déverser ses spermatozoïdes au bon endroit. Des piquants ornent également les pénis de nos cousins les chimpanzés, des chats ou des limaces de mer.

Pourquoi un animal développe-t-il de telles armes? La théorie dominante veut que les mâles équipés de pénis avec de longues épines aient une plus grande réussite en matière de fertilisation.

Ainsi, pour augmenter son succès reproductif, au cours des générations, la bruche du niébé a acquis des épines de plus en plus longues, comme le veut la sélection sexuelle décrite par Darwin.

Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, ces accouplements dévastateurs ne sont pas immédiatement meurtriers. Cela ne serait pas à l’avantage du mâle, puisque la femelle doit pouvoir élever sa descendance. Mais, à terme, ils réduisent la durée de vie des femelles.

Ces dernières ne sont pas restées sans réaction face à cette évolution :

  • l’épaisseur moyenne de l’appareil génital de la femelle a augmenté pour éviter la perforation;
  • les femelles ont développé leur système immunitaire, les plaies sont moins nocives et peuvent être réparées plus rapidement.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont étudié 13 groupes de bruches du niébé élevées en laboratoire pendant plus de 10 ans. Les chercheurs ont ainsi pu voir défiler environ 100 générations.

La coévolution observée chez cette espèce aboutit à une course aux armements sexuelle, mais également à une baisse de la fertilité des femelles. Liam Dougherty, chercheur

Le chercheur rappelle que chez de nombreuses espèces, les intérêts évolutifs des mâles et des femelles peuvent être différents, un concept que les scientifiques appellent le conflit sexuel.

http://ici.radio-canada.ca/

Bien choisir ses fruits


Il arrive qu’on achète des fruits qu’ils ne sont pas prêts pour la consommation, car ils ne sont pas mûrs. Ce n’est donc pas le moment de les mettre au frigo, car le processus de mûrissement n’est pas égal et endommage le fruit, sauf pour les petits fruits qui eux sont cueillis quand ils sont mûres
Nuage

 

Bien choisir ses fruits

 

Le rayon des fruits est un lieu de splendeurs... et de déceptions. Qui n'a... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE, photomontage La Presse)

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE, PHOTOMONTAGE LA PRESSE

 

ALEXANDRE VIGNEAULT
La Presse

Le rayon des fruits est un lieu de splendeurs… et de déceptions. Qui n’a jamais choisi un fruit en apparence savoureux pour finalement mordre dans une pêche farineuse ou dans une mangue pâteuse? Même si choisir ses fruits n’est pas une science exacte, notre journaliste Alexandre Vigneault a récolté quelques trucs auprès de spécialistes.

Le défi du mûrissement

On ne choisit pas un fruit comme on puise dans un étalage de boîtes de tomates. On évalue sa robe, on teste sa fermeté, on prend son temps et, pourtant, il arrive qu’on se trompe: le cantaloup ne goûte rien, la chair de l’avocat est constellée de taches noires et pleine de fibres coriaces.

Ce n’est pas forcément votre faute si la poire que vous avez choisie est déjà brune et pâteuse au moment où vous la croquez.

«Il faut dire aux gens que ça n’a rien à voir avec eux, précise d’ailleurs Christina Blais, nutritionniste et chargée de cours à l’Université de Montréal. Ces problèmes-là, la plupart du temps, sont causés par des problèmes d’entreposage après la cueillette.»

Quantité de fruits vendus ici poussent ailleurs. Parfois à l’autre bout du monde, comme les kiwis de la Nouvelle-Zélande. Les fruits, de manière générale, ne sont pas cueillis à maturité.

«Si on cueille un fruit mûr, imaginez le trouble de le transporter sans qu’il ne s’abîme, explique la nutritionniste, en évoquant le lavage, l’emballage et le transport. C’est sûr qu’il n’arriverait pas à bon port en bon état.»

Les fruits sont des produits «vivants», souligne Francis Bérubé, chef de la mise en marché, fruits et légumes, chez IGA.

«On travaille avec des produits qui ne sont pas manufacturés en usine comme une boîte de céréales, par exemple, qui est toujours de qualité égale. On doit faire avec ce que la nature nous offre et, parfois, ce n’est pas constant.»

Et s’il affirme que «la perfection dans les fruits, c’est impossible»,

Francis Bérubé assure que la chaîne IGA (Sobeys), qui importe elle-même la grande majorité de ses fruits, cherche toujours à offrir la «qualité numéro un» et la plus grande variété à ses clients en toutes saisons.

«On a des gens qui travaillent avec les producteurs dans les champs, pour vérifier la qualité et voir si elle correspond à nos standards», assure-t-il. Des contrôles ont aussi lieu au moment du transport et à l’arrivée en entrepôt. Oui, il arrive que des cargaisons soient refusées. «Régulièrement», précise-t-il.

Gare au froid

«L’idéal est de ne pas prendre les fruits à maturité et de les faire mûrir à la maison», conseille de manière générale Nathalie Lamarre-Bourget, de la fruiterie Chez Louis, située au marché Jean-Talon.

Une grande variété de fruits peut en effet profiter de quelques jours passés sur le comptoir. C’est le cas des abricots, des avocats, des bananes, des mangues, des prunes et des pêches, par exemple. Il faut toutefois les tenir loin du frigo.

«Si je prends des poires qui ne sont pas mûres à l’épicerie et que je les mets au réfrigérateur, ce n’est pas bon: le froid peut les endommager et elles ne mûriront jamais correctement», explique Christina Blais.

Le mécanisme chimique de mûrissement de plusieurs fruits, dont la poire, est en effet affecté par les températures trop basses.

Une fois mûrs, ces mêmes fruits dits «climactériques» peuvent toutefois passer quelques jours au frigo sans en souffrir. En revanche, les petits fruits (fraises, framboises, etc.) et les fruits dits «non climactériques» ne mûrissent plus ou presque plus une fois cueillis. Ils peuvent ramollir, sans toutefois se bonifier. C’est le cas des melons, de l’ananas, des raisins, des grenades, par exemple. Avec eux, le froid est un allié.

Miser sur les fruits de saison est toujours une bonne idée, selon Christina Blais.

«Quand c’est le temps des pêches, on y va à fond et on en mange tous les jours», lance la nutritionniste.

Avril, mai et juin sont les mois de la mangue, signale Francis Bérubé. Il ne croit toutefois pas que les gens devraient bouder les autres variétés de fruits pour autant.

«Les fruits sont de saison, à différents moments de l’année, un peu partout sur la planète, expose-t-il. Ce n’est plus comme il y a 20 ou 25  ans, alors que les fruits n’étaient disponibles qu’en saison. Maintenant, ils sont disponibles à l’année, parce qu’on a développé des réseaux d’approvisionnement à travers la planète qui sont efficaces et qui donnent des fruits de qualité.»

Conseils de pros

> Ne pas mettre les fruits au réfrigérateur s’ils ne sont pas mûrs. Mieux vaut les laisser sur le comptoir et les réfrigérer par la suite. Quelques jours seulement.

> Pour accélérer le processus, on peut les placer dans un sac de papier sans trop serrer. Évitez le sac de plastique, qui retient trop l’humidité et ne respire pas.

> Inutile de placer les fruits au soleil.

«La lumière n’a strictement rien à voir là-dedans», tranche Christina Blais.

> Le mûrissement des fruits est déclenché par un gaz appelé éthylène. Pour accélérer le processus, on peut aussi placer des fruits à mûrir près d’un gros producteur d’éthylène: une banane mûre ou une pomme.

> Les fruits possèdent une couche protectrice naturelle. Il ne faut pas les laver avant de les entreposer, seulement au moment de les consommer.

> À l’épicerie, choisissez des fruits rendus à différents stades de mûrissement, lorsque c’est possible. Cela évite qu’ils soient tous prêts en même temps et peut limiter les pertes.

> Évitez les fruits meurtris, qui risquent de comporter des taches brunâtres. Sauf si vous souhaitez les cuisiner, car leur apparence est alors de moindre importance.

_______________________________________________

Note: certains conseils sont tirés du «Home Storage Guide for Fresh Fruits and Vegetables» publié par l’Association canadienne de la distribution des fruits et légumes (CPMA, selon l’acronyme anglais).

Les poires changent vite, mieux vaut les avoir à l’oeil quotidiennement en tâtant le pourtour du pédoncule.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE, PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Sont-ils mûrs? Toucher, regarder et sentir

Pour sélectionner de bons fruits, il faut se servir de sa tête, mais surtout de ses yeux, de ses doigts et de son nez.

Poire

«Les poires, c’est mieux de les laisser mûrir à la maison», estime Francine Cadorette.

Les Bartlett et Rocha peuvent être achetées encore fermes et assez vertes, elles prendront des couleurs. La Bosc (notre photo) doit être d’un brun doré. Les poires changent vite, mieux vaut les avoir à l’oeil quotidiennement en tâtant le pourtour du pédoncule. Et les consommer plus fermes que trop molles.

Mangue

Une mangue Ataulfo à point est d’un jaune doré, pas verdâtre. Sa peau ne comporte pas de meurtrissures brunes et n’est pas flétrie. Les variétés de mangue rouge doivent être plus colorées que vertes et le plus uniformément possible. Une mangue à point sera légèrement molle lorsqu’on exercera une pression avec les doigts. Une fois mûre, elle se garde environ trois jours au frigo.

Pêche

Une pêche qui, au toucher, semble «toute d’un bloc» sera farineuse, dit Nathalie Lamarre-Bourget de la fruiterie Chez Louis, au marché Jean-Talon.

Mûre, sa surface cède donc à une légère pression, et elle exhale un arôme de… pêche. Une fois mûre, elle se garde une semaine au frigo. Comme elle est fragile, il vaut mieux ne pas les empiler. Trop mûre, elle est meurtrie et ratatinée.

Avocat

Un avocat trop vert n’est pas mûr. Et il est dur. En mûrissant, sa peau devient presque noire.

«C’est mieux de tâter sur le dessus, près du pédoncule. S’il s’enlève facilement, c’est le signe que l’avocat est prêt», dit Francine Cadorette, vendeuse de fruits au marché Jean-Talon.

Un avocat mûr peut se garder entre deux et cinq jours au frigo. Trop mûr, il est très mou, meurtri et sera brunâtre à l’intérieur.

Melon miel

Il n’est pas facile de distinguer à l’oeil un melon à point et un autre qui n’aura pas suffisamment mûri. Mieux vaut le toucher en exerçant une pression avec les doigts. Sa peau doit céder un peu. Surtout, il faut le sentir.

«Quand il n’est pas mûr, il n’y a pas de parfum», résume Nathalie Lamarre-Bourget.

Un melon miel dont la peau comporte beaucoup de petites bosses se sera gâté sans avoir jamais mûri.

http://www.lapresse.ca

Lait végétal : quels dangers pour les bébés ?


 

C’est bien beau le végétalisme, mais il y a certaines points qu’il est important de savoir en ce qui a attrait à l’alimentation des enfants et des bébés. Par exemple, le lait, il est primordial pour la croissance du bébé, ce que les boissons végétales n’offrent pas ou du moins très peu et pouvant même entraîner la mort
Nuage

Lait végétal : quels dangers pour les bébés ?

Lait végétal : quels dangers pour les bébés ?

Un bébé en Belgique, nourri exclusivement au lait végétal, est mort de malnutrition et de déshydratation. Ces laits végétaux sont-ils à ce point dangereux pour la santé des bébés ?

Le bébé est mort de dénutrition et de déshydratation

Un couple belge végétarien et propriétaire d’un magasin biologique avait décidé de nourrir leur bébé exclusivement avec du lait végétal. Ils ont donc alterné avec du lait de maïs, de riz, d’avoine, de quinoa ou de sarrasin dans les biberons, de ses 4 à ses 7 mois. Alors que l’enfant souffrait de vomissements, les parents se sont rendus chez le médecin, qui leur a recommandé de se rendre aux urgences, mais l’enfant est décédé avant d’arriver.

Selon l’autopsie, le bébé est mort de dénutrition et de déshydratation. Ses parents sont donc poursuivis par la justice belge « pour refus délibéré de nourriture ».

Mais ces laits sont-ils à proprement parler dangereux pour les bébés ? En soi, non, mais ils ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques de l’enfant de moins de un an. Dans le lait végétal, par exemple, on ne trouve aucune trace de calcium, qui est pourtant indispensable pour la croissance des enfants.

Ne pas priver son enfant de laits d’origine animale

Si certains industriels ajoutent du calcium végétal dans ces laits, ce ne sera pas suffisant, dans la mesure où le calcium d’origine végétale est moins bien absorbé par l’organisme que le calcium animal. Le lait végétal n’est pas mauvais, mais il ne peut en aucun cas devenir la nourriture exclusive des enfants de moins de un an. Et ce n’est pas parce que les parents ont choisi de renoncer à toute alimentation d’origine animale qu’ils doivent priver leurs enfants.

Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses), la consommation exclusive de ces laits végétaux peut en effet « entraîner, selon les cas, des insuffisances d’apports, des carences, voire des accidents sévères ». « Le risque est d’autant plus élevé que l’enfant est plus jeune et que la consommation de ces produits est prolongée, exclusive ou prépondérante », ajoute l’agence. 

http://www.passeportsante.net/