Jeux en ligne : les enfants vulnérables devant les pédophiles


Avec les enfants et Internet, il faut être prudent ! Avec des jeux en lignes, on peut discuter et les enfants s’ils ne connaissent pas dans la réalité leurs contacts, peuvent se retrouver avec un pédophile qui cache sa vraie identité. Il ne faut pas juste interdire, mais aussi prendre le temps d’éduquer les enfants qui vont sur Internet.
Nuage

 

Jeux en ligne : les enfants vulnérables devant les pédophiles

 

Une capture d'écran du jeu Fortnite : Battle Royale montrant un personnage féminin perché au sommet d'un escalier en bois surplombant une vallée luxuriante; le personnage tient une arme à feu.

Les jeux en ligne comme Fortnite constituent une porte d’entrée facile pour les pédophiles, qui peuvent aisément cacher leur identité.  Photo : Epic Games

La popularité des jeux en ligne ne faiblit pas, mais leur facilité d’accès fait des enfants des proies faciles pour les pédophiles.

Cathy Tétreault, directrice générale du centre Cyber-Aide, donne des conseils pour mieux protéger les joueurs les plus vulnérables.

Les jeux sur Internet sont une porte d’entrée facile pour les pédophiles, qui peuvent aisément cacher leur identité et se faire passer pour quelqu’un d’autre derrière leur écran, afin d’aborder leurs victimes.

Le débat a été relancé par une Québécoise qui désire mettre en garde les parents après avoir retrouvé des photos de son fils de 10 ans dénudé sur sa tablette. La dame de Lanaudière a raconté au Journal de Montréal que son garçon a été approché par un prédateur sexuel par le biais de Fortnite, un jeu de survie multijoueurs, très populaire auprès des jeunes. La semaine dernière, une dame de l’Ohio, mère d’un garçon de 13 ans, avait déjà lancé un tel avertissement.

Ce qui est en cause, « c’est l’accessibilité que le jeu offre aux personnes déviantes ou aux pédophiles », explique en entrevue à ICI RDI Mme Tétreaul, qui ne blâme pas directement Fortnite, mais plutôt, de manière générale, la facilité avec laquelle des personnes mal intentionnées peuvent entrer en contact avec des jeunes dans le cadre des jeux en ligne.

Nos enfants vont jouer avec des personnes qu’ils ne connaissent pas. Donc, à ce moment-là, il faut s’attendre à ce que des personnes tentent d’entrer en contact avec eux. Cathy Tétreault, directrice générale du centre Cyber-Aide

Quelles solutions pour les parents?

Fortnite présente un mode aléatoire qui choisit des compagnons de jeu au hasard. Ce mode est à éviter, estime Cathy Tétreault.

« Il faut bien choisir ses compagnons de jeu […] On peut jouer avec des personnes qu’on connaît, des personnes de notre classe, de notre équipe, nos amis… » recommande-t-elle.

La directrice de Cyber-Aide, elle-même mère de famille, conseille aux parents d’informer leurs enfants des risques qu’ils courent.

« Il faut dire à notre enfant que s’il y a quelqu’un qui lui demande ou écrit des choses qui le mettent mal à l’aise, de nous en parler et de lui dire qu’on ne lui retirera pas le droit de jouer », dit Mme Tétreault

On est mieux d’apprendre à notre enfant de bien jouer plutôt que de lui en retirer le droit. Cathy Tétreault, directrice générale du centre Cyber-Aide

Employer des moyens coercitifs à l’encontre de l’enfant n’est pas la solution, car ce genre de jeu comble plusieurs besoins chez les jeunes, souligne-t-elle :

« Il y a [dans ce jeu] un sentiment d’appartenance, de valorisation. Il y a un côté social aussi qui est réel dans ces jeux. »

« Dans ce contexte, l’enfant est vulnérable et fait face à des personnes très manipulatrices. La responsabilité revient à toutes et à tous : aux concepteurs de jeux, aux parents, mais aussi au jeune qui doit en parler avec ses parents »,

précise Mme Tétrault.

https://ici.radio-canada.ca/

Publicités

Il avale 50 piments en une minute


Je ne mange plus épicé comme avant, alors 50 piments forts, au secours !!. Ce fut une bonne idée d’installer les participants dans une piscine, mais trois tonnes de piments dans l’eau, c’est vraiment trop
Nuage

 

Il avale 50 piments en une minute

© afp.

Un Chinois téméraire a remporté un concours annuel de dégustation de piments en en ingurgitant pas moins de 50 en l’espace d’un peu plus d’une minute.

Le gagnant, un garçon du nom de Tang Shuaihui, a empoché en récompense une pièce de monnaie en or de 24 carats. La compétition fait partie d’un festival du piment organisé pour la deuxième année consécutive. Il se déroule dans un parc d’attractions de Ningxiang, dans la province du Hunan (centre), connue pour sa cuisine très épicée.

Sous la surveillance de plusieurs médecins, les participants devaient engloutir 50 piments forts le plus rapidement possible. M. Tang a fini son assiette en 68 secondes, sous une température étouffante et aux côtés des autres concurrents, tous placés dans une piscine remplie d’eau et de trois tonnes de piments rouges.

« Ils les a mangés à une vitesse hallucinante. Le maître de cérémonie avait à peine fini de parler », a expliqué à l’AFP Sun Minying, une employée du parc d’attraction.

Les piments flottant dans la piscine étaient d’une variété bien moins forte que ceux avalés lors du concours, entre autres pour éviter toute irritation de la peau des participants.

Les plats de la province du Hunan, connus pour leur teneur très élevée en piment, font partie des huit principales cuisines de Chine, aux côtés de celles du Sichuan ou de Canton. Le festival du piment dure jusqu’à fin août. Un concours de dégustation est organisé quotidiennement.

https://www.7sur7.be/

L’anonymat, un fléau qui se répand comme des cloportes


Personnellement, je suis assez chanceuse de ne pas avoir trop de trolls. Il est vrai que c’est une pollution sur le Web pour ceux et celles qui veulent échanger envers d’autres internautes. Ceux qui insultent, qui disent n’importe quoi pour discréditer, humilier, intimider, ne sont que des personnes qui se cachent sous un pseudo et n’ont pas le courage de vraiment s’identifier
Nuage

 

L’anonymat, un fléau qui se répand comme des cloportes

 

PA ARCHIVE/PA IMAGES

Claude Aubin
Policier à la retraite, chroniqueur et auteur

Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment.

 

Entre le 15e et le 19e siècle, ceux qui se permettaient de médire ou offenser un autre citoyen pouvaient recevoir la visite de deux témoins l’invitant à se rendre au pré, aux aurores. L’offensé donnait souvent le choix des armes par courtoisie.

Certains acceptaient les plates excuses, d’autres arrêtaient à la première goutte de sang, alors que le reste ne demandait pas le merci qu’il n’accorderait pas de toute façon. Il en résultait que si l’on offensait quelqu’un, il y avait là une conséquence pouvant être mortelle.

Certes, nous pouvons aujourd’hui trouver cette pratique barbare, que je considère pour ma part efficace, car nous pouvons toujours croire en une justice civile, bien que déficiente et coûteuse à souhait.

À une certaine époque, les gens y pensaient à deux fois avant d’y aller de petites vacheries ordinaires et l’honneur n’était pas un vain mot.

Quand, au 20e siècle, la radio débuta les lignes dites ouvertes au public, presque immédiatement, des cloportes, sangsues et autres bêtes nuisibles, vinrent déverser leur trop-plein de venin sur les ondes. Qui ne se souvient pas d’avoir entendu des paroles mesquines coupées dans leur élan, par un animateur parfois découragé par tant de méchanceté.

L’anonymat est un fléau qui se répand rapidement.

Maintenant, ces mêmes cloportes que l’on qualifie de «trolls» envahissent le web sans scrupule. Des gens sous un nom fictif, un pseudonyme, un paravent, s’insèrent tels des serpents pour déverser ce trop-plein de fiel qu’ils ont accumulé. Des gens d’une jalousie maladive, croyant pouvoir détruire l’autre en le rabaissant à leur niveau.

L’anonymat est un fléau qui se répand rapidement. Il est une façon malsaine d’exprimer un ressentiment, un malaise profond, un grand dépit de n’être qu’un quidam.

Cet anonymat malsain ressemble en tout point à de l’intimidation. À la différence qu’il vient de peureux et fait plaisir à d’autres peureux. Car, sans conséquence, certains peureux viennent s’agglutiner au premier et renchérissent.

Ces cloportes chérissent le fait que des blogueurs décident de ne plus écrire. Ces blattes ont l’impression d’avoir gagné et s’en félicitent. Le courage n’est pas l’apanage des anonymes, sinon ils donneraient au moins leur nom.

Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s’élever, se complait à écraser l’autre.

Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment. Tout cela sans se compromettre, sans se montrer. Ils attaquent toujours de la même façon, réfléchissant aux moyens à prendre pour arriver à leur fin et, s’ils sont exclus, ils repartent sur un autre pseudonyme. Pour cela, ils ont beaucoup d’imagination.

Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s’élever, se complait à écraser l’autre. Dommage, les réseaux sociaux devraient être un lieu de rencontre et d’échange, un lieu où tout le monde pourrait donner son idée sans se faire ridiculiser ou écraser.

Malheureusement dans plusieurs cas, il n’en est rien. Un peu comme pour le téléphone intelligent, l’appareil est aussi intelligent que celui qui le possède. Ce qui est loin de me rassurer.

Finalement, je plains les anonymes mesquins, ceux qui aiment détruire. Vous faites partie des gens que je ne voudrais jamais avoir pour amis. Hé oui, vous feriez partie de ceux que j’inviterais au pré à l’aube. Un endroit ou l’on séparait les gentilshommes des manants.

En attendant, je ne peux que vous dire: «je vous souhaite ce que vous méritez», une vieille insulte chinoise.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

En Italie, une femme est heurtée par un train, cet homme prend un selfie


Hier encore, j’ai revu sur Facebook la vidéo qui circule d’un groupe d’amis qui s’arrête à un accident et prennent pleins d’égoportraits. Un gars envoie ses égoportraits sur des réseaux sociaux montrant un sourire radieux devant une personne sévèrement blessée par des brûlures. Puis l’envoie à sa mère, …. Quand il s’aperçoit que c’est sa mère qui est étendue sur le sol. C’est un manque total de civisme qui manque à bien des gens qui prennent des photos pour partager des drames sur les réseaux sociaux.
Nuage

 

En Italie, une femme est heurtée par un train, cet homme prend un selfie

 

 

«Quelle société avons-nous créé?»

C’est malheureusement la preuve d’une nouvelle dérive des réseaux sociaux. Ce dimanche 3 juin, de nombreux Italiens font part de leur indignation sur les réseaux sociaux après la publication dans un journal local de la photo d’un homme prenant un selfie devant une femme secourue après avoir été heurtée par un train.

L’image a été publiée ce dimanche dans le quotidien Libertà, mais les faits se sont déroulés le 26 mai, dans la ville de Plaisance, au sud-est de Milan. Sur le cliché, pris par le photographe Giorgio Lambri, on voit une femme étendue sur les rails d’une voie ferrée, avec plusieurs secouristes autour d’elle.

« Je vous raconte la photo que j’ai prise il y a quelques jours et dont la légende pourrait être ‘Houston, on a un problème!’ C’est-à-dire qu’on a complètement perdu le sens éthique… », écrit Giorgio Lambri sur Facebook en partagent son article.

Sur le quai avoisinant, un homme brandit son téléphone pour prendre un selfie et immortaliser la scène derrière lui, tout en faisant un geste qui ressemble au « V » de la victoire.

« Une femme renversée par un train à une station de Plaisance. Un imbécile, avec le sac, qui prend un selfie. Il n’y a plus d’espoir.

La femme, grièvement blessée, a dû être amputée d’une jambe selon les médias locaux. Ils indiquent également que l’auteur du selfie a été interpellé par la police et contraint de supprimer les clichés de son téléphone, non sans quelques protestations.

Cette situation, aussi malsaine qu’elle soit, n’est cependant pas répréhensible devant la loi. Mais l’histoire a particulièrement choqué les Italiens, qui ont été nombreux a fait part de leur indignation sur les réseaux sociaux.

« C’est juste de la folie totale

« Je n’ai pas les mots »

« L’imbécilité n’a plus de limite »

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Une application pour aider lors des disparitions d’enfants


L’an dernier 7 025 enfants ont disparus, mais la majorité était des fugues au Québec. Enfant-Retour a mis en ligne une application pour les mobiles qui permet de mettre des photos récentes et informations et description de l’enfant. En cas de besoin, ces informations peuvent être envoyées par texto ou courriel immédiatement à la police.
Nuage

 

Une application pour aider lors des disparitions d’enfants

 

Capture d'écran de l'application offerte sur le site...

Capture d’écran de l’application offerte sur le site d’App Store d’Apple.

 

STÉPHANIE MARIN
La Presse Canadienne

Pour que les parents d’enfants disparus ne perdent aucune seconde avant de pouvoir les signaler à la police, le Réseau Enfants-Retour a lancé vendredi une application qui permet d’emmagasiner à l’avance photos et description physique dans les téléphones intelligents.

SIGN4L est l’application que les parents espèrent ne jamais utiliser, a fait valoir Pina Arcamone, la directrice générale du Réseau enfants-retour, lors d’une conférence de presse vendredi, organisée dans une école primaire de Montréal.

L’application est disponible dès maintenant.

Elle est gratuite et téléchargeable en français et en anglais. Les parents peuvent y conserver des photos récentes de leurs enfants, ainsi qu’une description physique assez détaillée. En cas de disparition, l’information peut être transmise immédiatement par texto ou courriel à la police.

Des parents qui sont en détresse lorsque leur enfant ne rentre pas à la maison à l’heure prévue ou qui disparaît dans un centre commercial bondé peuvent avoir de la difficulté à le décrire adéquatement. Et n’auront pas forcément de photos récentes sous la main pour remettre aux autorités. Puisque tout le monde ou presque trimbale son téléphone cellulaire en tout temps – même en vacances – l’application peut épargner les précieuses secondes qui comptent lors d’un enlèvement.

Et pour des fins de sécurité, les informations ne sont pas conservées dans une banque de données : seuls les parents et les gardiens y ont accès, précise le Réseau Enfants-Retour.

En 2017, au Québec seulement, 7025 enfants ont été signalés comme disparus, dont la majorité était des fugues.

http://www.lapresse.ca/

Les "bots" dominent les échanges sur Twitter, selon une étude


Personnellement, je n’ai pas été longtemps sur Twitter, je déteste ce réseau social. Je ne vois pas l’intérêt d’utiliser des « bots » sur un réseau social, enfin .. Ceux qui ont fait l’étude n’ont pas réussit a distinguer les bons et les mauvais « bots » Ils sont responsables de fausses informations et 90% des tweets sont lier à des sites pornographiques. C’est une plaie
Nuage

 

Les « bots » dominent les échanges sur Twitter, selon une étude

 

© afp.

Source: Belga

Les comptes automatiques jouent un grand rôle dans la diffusion des informations – fausses ou réelles – sur Twitter, selon une étude qui révèle lundi que ces « bots » sont à l’origine de deux tiers des messages postés sur le réseau social et renvoyant vers des sites internet populaires.

Selon l’institut indépendant Pew Research Center, 66% des messages contenant des liens vers des sites d’information, de sport ou de divertissement sont publiés par des « bots », qui envoient automatiquement des messages, et non par des humains.

Les chercheurs n’ont pas tenu à faire la distinction entre bons et mauvais « bots », contraction du mot « robot », alors que ces programmes sont accusés d’avoir facilité la diffusion de fausses informations sur le réseau social lors des dernières grandes échéances électorales, notamment l’élection présidentielle américaine de 2016.

« L’étude n’a rien trouvé qui prouve que ces comptes automatiques aient un ‘biais politique’ conservateur ou progressiste dans leur manière de partager de liens », ont écrit les chercheurs.

Leur usage autorisé mais avec des restrictions

Les conditions d’utilisation du réseau social aux 280 caractères autorisent l’usage de « bots » mais avec des restrictions.

Ces comptes peuvent ainsi « diffuser automatiquement des informations utiles » mais n’ont pas le droit « d’essayer de manipuler ou d’influencer des sujets tendance ».

« Puisque ces comptes ont un impact sur l’information à laquelle les gens ont accès sur les réseaux sociaux, il est important de se rendre compte de leur présence globale sur les réseaux », a expliqué le chercheur Aaron Smith.

Des entreprises reconnues ont recours à ces programmes. Netflix tweete ainsi automatiquement quand un nouveau programme est ajouté à son catalogue tandis qu’un robot de CNN publie les dernières informations.

Les contenus pornos très largement relayés par des « bots »

Les « contenus pour adultes » sont pour leur part très largement relayés par des « bots »: 90% des tweets contenant des liens vers des sites pornographiques populaires n’émanent pas d’êtres humains.

Pour cette étude, le Pew Research Center a analysé 1,2 million de tweets écrits en anglais renvoyant vers les 2.315 sites les plus populaires d’internet, pendant six semaines au milieu de l’année 2017.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/

Des trolls pas toujours drôles


Vous connaissez les trolls sur les réseaux sociaux ? Il y a des personnes que c’est pour faire des blagues, taquiner, alors d’autres sont malveillant voir même dangereux. C’est les trolls malveillants et les trolls professionnels qu’ils faut se méfier. D’abord, cela peut amener à discréditer une personne, une organisation, a faussé l’information ou encore de harcèlement. Pour se protéger, il ne faut surtout pas embarquer des conversations sans fins sur les réseaux sociaux, mais je crois que quand il y a menace, il faut alerter les autorités ou du moins les modérateurs.
Nuage

 

Des trolls pas toujours drôles

 

Ils sévissent sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, dans des blogues ou... (Illustration La Presse)

ILLUSTRATION LA PRESSE

JEAN SIAG
La Presse

Ils sévissent sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, dans des blogues ou des forums, enfin, là où ils peuvent publier leurs commentaires ou faire déraper des conversations. Blagues, bravades, sacres, insultes, attaques ou menaces, les trolls ont plusieurs visages. Ils agissent seuls, en groupe ou pour des groupes militants. Portrait robot de trois types de trolls.

Les amuseurs

Ils ne sont pas mal intentionnés ou malveillants. Ils veulent d’abord et avant tout s’amuser, en taquinant les autres. Les trolls amuseurs sont assez nombreux – vous en êtes peut-être un! Et en général, ils sont inoffensifs.

«Moi, je les appelle des « trollilol », nous dit Nellie Brière, spécialiste des stratégies de communication numérique et des réseaux sociaux. Ils interviennent surtout pour faire rigoler. Personnellement, j’ai des amis qui me « trollent » de façon sympathique. Par exemple, en « likant » une vieille publication (comme un déménagement) sur Facebook pour la remettre d’actualité et mélanger tout le monde. Ou alors pour relever une erreur de langage ou une maladresse. Ce sont des taquineries.»

Évidemment, un troll amuseur pour une personne peut être un troll malveillant pour une autre…

«Ça dépend de ce qu’on est prêt à tolérer, nous dit Nellie Brière, mais aussi de la personne qui nous taquine. On est tous le troll de quelqu’un! Une personne proche de moi ou qui fait partie de mon cercle pourra évidemment aller plus loin que quelqu’un que je ne connais pas. Je n’accepterai pas certaines choses de la part d’un inconnu. Après, il y a la susceptibilité de chacun…»

Certains trolls amuseurs seront un peu plus provocateurs, mais jamais ils ne seront menaçants.

«Ils aiment intervenir, par exemple, lorsque les conversations sont trop consensuelles, précise la spécialiste. Ça peut être une façon pour eux de rehausser le débat, quitte à faire déraper la discussion.»

C’est le cas de Christian Aubry, communicateur web de son état, qui accepte le titre de «troll blanc» (en référence aux hackeurs blancs, par opposition aux hackeurs noirs, malveillants), dans le sens où, oui, sur Facebook, il aime bien faire des blagues ou donner son opinion. En particulier lorsqu’elle n’est pas sollicitée.

«Je n’ai pas d’intention malicieuse, mais oui, je peux faire déraper la discussion le temps d’un commentaire ou d’un jeu de mots.»

Christian Aubry va aussi donner son opinion envers et contre tous, surtout lorsque tout le monde penche du même côté.

«Pour moi, c’est de la conversation polémique. Est-ce que ça fait de moi un troll ? Je ne crois pas, parce qu’une fois mon opinion donnée, je lâche le morceau. Mais je constate que le fait de défendre une opinion contradictoire, c’est dérangeant.»

Quels sont ses sujets de prédilection?

«Je le fais par exemple dans des discussions où l’on présente Apple ou le système iOS comme la plus grande merveille du monde informatique. J’ai aussi eu des conversations qui ont dégénéré avec un ami qui s’oppose tout le temps aux militantes féministes. Lui, c’est un troll! Ou alors avec un blogueur d’Outremont qui a pris pour cible les juifs hassidiques. Un sujet qui peut certainement être débattu, mais pas de cette façon que je trouve dangereuse.»

«La vérité est que les trolls amuseurs font partie de la culture du web, nous dit le spécialiste en sécurité dans les technologies d’information Benoît Gagnon. Moi-même, ça m’arrive de « troller » certaines personnes, dans la mesure où on pique les gens ou on commente un sujet un peu en dehors des sentiers battus. Il n’y a rien d’inquiétant, même si on peut ne pas apprécier l’humour ou l’opinion de ces personnes.»

ILLUSTRATION LA PRESSE

Les malveillants

On ne mettra pas de gants blancs, les trolls malveillants sont là pour vous nuire. Leur méchanceté est variable, selon leur humeur, leur degré de frustration ou les commentaires négatifs déjà publiés. Ils agissent parfois seuls, parfois en groupe. Parfois, c’est intentionnel, parfois, ce sont tout simplement des personnes impulsives ou colériques.

«En général, on parle de quelqu’un qui a l’intention de vous blesser ou de vous faire mal paraître, estime Nellie Brière. Il y a des militants politiques qui vont volontairement nuire aux personnalités publiques qui défendent certaines idées. Ce sont de vraies personnes, incarnées, qui sont mobilisées par des partis ou des groupes de pression.»

Nellie Brière donne l’exemple des lobbys de climatosceptiques aux États-Unis, très actifs sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion.

«Leur but est de nuire et de discréditer le discours environnemental. Ils sont bienveillants par rapport à leur objectif, mais malveillants par rapport aux groupes écologistes ou à ceux qui parlent de réchauffement climatique.»

Ce «lobbyisme», inévitable, peut être bien fait, croit Nellie Brière.

«C’est ce que je prône. Je travaille justement avec des organisations politiques pour les aider à canaliser les actions de leurs militants pour que cette prise de parole soit faite de manière éthique et positive. À ce moment-là, on parle de gens qui ont une volonté de changer les choses. C’est de la participation citoyenne, et c’est très bien.»

Ne pas les nourrir

Autre cas de figure, le troll qui utilise les réseaux sociaux pour régler ses comptes ou ruiner la réputation d’une personnalité publique. On pense notamment au cas de l’animatrice Pénélope McQuade, qui s’est fait «troller» pendant des mois par des antiféministes (ou des masculinistes). Un harcèlement qu’elle a dénoncé lorsqu’elle a commencé à recevoir des vidéos d’un homme qui se masturbait.

Dans son livre The Internet of Garbage, la journaliste américaine Sarah Jeong écrit que pour mettre le couvercle sur un troll malveillant, il faut l’ignorer. «Ne pas le nourrir» en engageant la discussion.

Benoît Gagnon, spécialiste de la sécurité sur les plateformes numériques, est d’accord avec cette affirmation. «C’est souvent la meilleure chose à faire, parce que le troll va se nourrir de votre réaction.»

Chroniqueurs et blogueurs constatent même qu’en bloquant l’accès aux trolls, ces derniers ont tendance à redoubler d’ardeur.

«Si les propos tenus sont très dérangeants pour la personne qui les reçoit, il vaut mieux les bloquer, croit Benoît Gagnon. Sinon, on vit avec en les ignorant. Tout dépend de sa tolérance psychologique…»

Quelle est la motivation du troll malveillant?

«Plusieurs études ont conclu qu’il y avait une forme de sadisme dans cet exercice de harcèlement ou d’intimidation. Une forme de plaisir à humilier.»

«Plus on est populaire, plus on est vulnérable et plus on court le risque d’être pris en grippe par des individus ou des groupes», souligne M. Gagnon.

«À un moment donné, le troll malveillant n’est plus un troll, estime toutefois Nellie Brière. Quelqu’un qui fait du harcèlement ou qui fait des menaces de mort n’est plus un troll. C’est quelqu’un qui a un problème de comportement qui est grave, dangereux et illégal. On ne devrait pas assimiler ces agissements-là aux trolls.»

 

ILLUSTRATION LA PRESSE

Les professionnels

Il s’agit de personnes dont le travail consiste à manipuler l’information ou à s’acharner sur quelqu’un ou sur un groupe de gens – habituellement un personnage public ou une organisation reconnue – dans le but de la dénigrer ou de la discréditer.

On pense spontanément au scandale de Cambridge Analytica – qui aurait utilisé les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs Facebook à des fins électorales – ou encore aux 13 Russes accusés récemment de s’être ingérés dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Dans une entrevue publiée par l’Associated Press, deux ex-employés de la bien nommée Internet Research Agency de Saint-Pétersbourg, mise en cause par la justice américaine, ont admis qu’il s’agissait d’une entreprise de «trollage» (troll factory).

«Ce phénomène-là est très inquiétant», estime Nellie Brière, parce qu’elle menace nos démocraties.

«Cette culture de non-transparence, qui vise à changer la perception que les gens ont d’un sondage d’opinion ou d’un article, est dangereuse, parce qu’il y a manipulation d’informations.»

«On parle entre autres de l’astroturfing, stratégie qui consiste à faire semblant qu’il y a une mobilisation de la population autour d’une idée, alors qu’il s’agit d’une mise en scène», explique Mme Brière.

Les journalistes sont particulièrement vulnérables, nous dit encore Nellie Brière, «parce qu’ils sont seuls face à une multitude anonyme qui cherche à détourner leurs propos. Les journalistes qui diffusent leurs articles sur les réseaux sociaux se livrent en pâture à tous ceux qui veulent les insulter. Et un commentaire négatif en entraîne toujours un autre. Ils n’ont pas d’aide pour modérer les commentaires, ils ne sont pas soutenus sur les réseaux sociaux. Ça contribue à les détruire et à les faire taire».

Selon Benoît Gagnon, la volonté d’influencer l’opinion publique n’est pas chose nouvelle, mais le web et les réseaux sociaux facilitent indéniablement sa mise en oeuvre.

«On le voit notamment auprès d’individus proches de groupes terroristes, illustre-t-il. Ils vont tenter de légitimer des discours qui mènent à des actions violentes avec des commentaires très incisifs. Des discours qui pourraient justifier des gestes violents ou leur donner un sens.»

Que faire?

Alors, faut-il répondre ou non à ces trolls?

«Le terrorisme gagne à faire parler de lui. C’est une guerre de communication, mais parfois, il est impossible de dialoguer avec certaines personnes. Margaret Thatcher disait: « Si vous voulez mettre fin au terrorisme, arrêtez d’en parler. » Il ne faut peut-être pas aller jusque-là, mais parfois ça ne sert à rien. Par contre, dans certains cas, la prise de parole est nécessaire et souhaitable.»

On a l’impression que ces trolls agissent impunément. Qu’ils sévissent sans craindre les conséquences.

«Je n’irais pas jusque-là, nous dit Benoît Gagnon. On l’a vu avec le cas de Jeff Sabres [connu pour avoir harcelé Véronique Cloutier et Guy A. Lepage], qui s’est finalement retrouvé devant les tribunaux. Quelqu’un qui tient des propos diffamatoires va finir par en payer le prix.»

Tout cela étant dit, qu’est-ce qu’on fait? Benoît Gagnon croit qu’il y a plusieurs acteurs qui ont une responsabilité dans la publication de commentaires.

«Tout le monde doit être plus conscient et plus vigilant, croit-il, que ce soit les gestionnaires de pages, les responsables des grands réseaux sociaux comme Facebook, les fournisseurs de services web, etc. Il y a à l’évidence un besoin de modération, parce que les mots ne sont pas gratuits.»

http://www.lapresse.ca/