Instagram censure la photo de son enfant, atteint du syndrome de Goldenhear


Je trouve ignoble que des photos plus qu’osées puissent se balader en toute liberté dans les réseaux sociaux et qu’un enfant ayant des handicaps sévères soient retirées parce qu’une certaine personne le trouvait probablement laid … C’est une discrimination. Je trouve important que ces enfants, et même des adulte puissent s’ouvrir au monde pour s’apercevoir qu’ils ne sont pas seuls. La maman de ce garçon semble avoir beaucoup d’amour pour son fils, quoi demander de mieux !
Nuage

 

Instagram censure la photo de son enfant, atteint du syndrome de Goldenhear

 

INSTAGRAM CENSURE LA PHOTO DE SON ENFANT, ATTEINT DU SYNDROME DE GOLDENHEAR

Instagram @ouralteredlife

«C’est le visage de mon fils et je suis fière de le mettre en avant.»

 

Ce mardi 12 septembre, Charlie Beswick est furieuse. Et le fait savoir sur les réseaux sociaux.

« Quelqu’un a signalé une photo de mon fils », écrit-elle sur Twitter. « Instagram a accepté ce signalement, en disant que cela ne respectait pas ses règles d’utilisation avant de la supprimer. »

Son fils, Harry, souffre du syndrome de Glodenhear, une maladie du développement rare qui touche les yeux, les oreilles et les vertèbres, avec parfois un retard mental. Son enfant n’a pas d’œil, d’orbite et d’oreille sur la moitié gauche de sa tête. Sa mâchoire est trop courte, il ne peut pas parler et souffre d’autisme. Opéré plus d’une dizaines de fois, il doit porter des prothèses d’œil et d’oreille, mais n’avait pas son faux œil sur la photo. Sur Instagram, la mère s’amusait :

« -Bonjour Harry ! Où est ton œil ? -Oh zut ! Je l’ai oublié à la maison ! -Quand ce n’est pas l’un, c’est l’autre ! »

Charlie Benswick précise sous la photo : « Avis à la personne qui a signalée la dernière image de mon fils qui ressemblait à ça. C’est son VISAGE. Si tu es choqué, poursuis ton chemin. Quelle honte! »

Originaire de Stoke-on-Trent, dans le nord de l’Angleterre, cette mère tient un blog sur cette vie familiale, marquée par le lourd handicap de son fils,

« Our altered life« . « J’apprécie sa différence », assume Charlie Benswick, comme le rapporte TheTelegraph.

Certaines personnes peuvent ne pas avoir envie de le voir, mais ce n’est pas à Instagram de le décider. Qu’Instagram décide que le visage d’Harry ne convient pas est répugnant. Je ressens cela comme une discrimination. C’est le visage de mon fils et je suis fière de le mettre en avant. »

Ce n’est pas la première fois que cela arrive à cette mère de deux enfants. Comme elle l’écrit sur son compte Instagram, une image de son fils avait déjà été retirée.

« Qu’est-ce que vous voyez quand vous regardez mon fils ? Moi je vois le sourire le plus beau, un cœur merveilleux et l’amour le plus pur. Malheureusement, comme je le craignais, une photo d’Harry sans son œil a été supprimée d’Instagram pour la seconde fois. J’ai été touchée par les soutiens reçus sur Twitter, qui demandaient les raisons de cette suppression. Depuis, Instagram a restauré la photo. Aucune explication ou excuse! Je suis contente de voir la photo de mon fils de retour là où elle a le droit de l’être, mais je sens que ces règles d’utilisation que le visage de mon fils ne respectaient pas doivent être modifiées. Son visage doit compter. Merci à tous ceux qui continuent de me soutenir. Cela représente beaucoup pour moi. »

Son tweet indigné a été partagé plus de 100.000 fois. Dans un mail envoyé à la mère d’Harry et dévoilé par le Telegraph, Instagram reconnaît que la photo a été retirée à tort.

« Nous avons restauré la photo, et prendrons les mesures nécessaires pour être certains qu’elle ne soit désormais plus supprimée. »

http://quebec.huffingtonpost.ca

Publicités

Des annonces trop alléchantes pour être vraies dans les réseaux sociaux


Virus, piratage, avec les fausses annonces À tous ceux qui cliquent sur des liens et partager sans vérifier si cela est vrai, dans les annonces bidons de billets d’avion, de pizza gratuits, d’un coupon avec un montant d’argent d’Ikea par exemple, sachez que souvent, ce sont souvent des annonces bidons et pire cela peut laisser une porte d’entrer à virus, un ver, un piratage de votre ordinateur … Est-ce que cela vaut la peine de risquer d’entre infecté pour au cas que ce soit vrai ? Allez voir le vrai site d’une compagnie s’ils parlent de ces beaux cadeaux …
Nuage

 

Des annonces trop alléchantes pour être vraies dans les réseaux sociaux

 

Les fausses offres dans les médias sociaux peuvent avoir pour but de propager des virus ou des vers informatiques.

Les fausses offres dans les médias sociaux peuvent avoir pour but de propager des virus ou des vers informatiques. Photo : Associated Press/Paul Sakuma

Si vous utilisez Facebook fréquemment, vous avez sûrement remarqué des annonces qui vous promettent des articles, des voyages ou des repas gratuits si vous les aimez ou les partagez. Sachez que la plupart de ces propositions sont fausses.

Radio-Canada avec CBC

Ces offres, partagées un nombre incalculable de fois dans les médias sociaux, utilisent illégalement le nom et le logo d’entreprises bien connues.

Une résidente de Calgary, Arthene Riggs, a remarqué dans son fil Facebook une offre de billets gratuits d’Air Canada.

« Ma sœur avait partagé cette publication et je me disais que je n’avais rien à perdre. J’ai essayé, mais ensuite, ça s’est transformé en cauchemar », dit-elle.

Facebook a suspendu son compte, lui disant qu’elle avait propagé du pollupostage dans les réseaux sociaux. Après de nombreuses et longues démarches, elle a pu faire rétablir son compte.

Dangers potentiels

 

Des annonces du genre sont monnaie courante. De nombreux internautes ont transmis récemment un coupon de 100 $ de la chaîne Ikea, une autre escroquerie. La publication est particulièrement populaire dans les Maritimes, à quelques semaines de l’ouverture du magasin Ikea de Dartmouth.

« Soyez informés qu’il ne s’agit pas d’un site web d’Ikea, que l’entreprise n’est pas associée à ce site et qu’elle n’a jamais autorisé cette offre », affirme une porte-parole de la société.

Au-delà de la suspension de son compte Facebook, les dangers d’aimer une publication, de la diffuser et de répondre à des sondages sont réels.

Un expert en marketing au Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse, Ed McHugh, précise que certaines de ces fausses offres ont comme objectif d’infecter votre ordinateur ou votre appareil en y introduisant un virus ou un ver. Dans d’autres cas, des pirates informatiques veulent simplement s’amuser aux dépens d’internautes crédules.

« Vous ne savez pas à quel genre de parasite vous vous exposez. Ça pourrait détruire votre appareil et même potentiellement ceux de vos amis » , dit Ed McHugh.

Air Canada et Pizza Hut

 

La fausse offre d’une paire de billets d’Air Canada circule dans les médias sociaux depuis près de deux ans.

Une fausse offre de billets gratuits d'Air Canada

Une fausse offre de billets gratuits d’Air Canada   Photo : Facebook

Le 23 septembre 2015, la société aérienne a publié un avertissement dans sa page Facebook et en a publié un autre récemment sur son site web. Une porte-parole, Isabelle Arthur, précise d’ailleurs qu’Air Canada a contacté Facebook et a demandé au fournisseur de services de fermer le site web à la source de ces fausses offres.

La chaîne de restauration rapide Pizza Hut a aussi été victime de telles annonces. L’an dernier, elle a publié un avertissement dans sa page Facebook, précisant qu’un faux coupon circulait dans les médias sociaux, promettant une pizza gratuite de Pizza Hut. L’entreprise qualifie cette offre d’escroquerie.

Facebook explique à ses membres qu’en aimant ou faisant circuler du pollupostage, ils peuvent sans le vouloir installer des programmes malveillants sur leur appareil ou donner accès à des comptes aux pirates, qui peuvent ensuite envoyer encore plus de pourriels. La société enjoint d’ailleurs à ses clients de lui rapporter tous les cas de fausses publications.

Comment distinguer le vrai du faux?

  • Réfléchissez avant de cliquer sur un lien. Est-il raisonnable qu’Air Canada offre deux billets gratuits à tous?
  • Vérifiez les sources en appelant l’entreprise à l’origine de l’offre.
  • L’entreprise a-t-elle un site web? Sinon, posez-vous des questions.
  • Si la page Facebook associée à l’annonce ne fournit aucune information sur l’entreprise derrière l’offre, ayez des doutes sur sa validité.
  • Et si c’est trop beau pour être vrai, c’est probablement faux.

http://ici.radio-canada.ca/

Facebook est capable de déterrer des secrets familiaux, mais refuse de dire comment il sait


Ceux qui sont sur Facebook ont des suggestions d’amis pour entrer en contact, la plupart son des étrangers, alors qu’un petit nombre sont des connaissances. Une journaliste qui essaie de comprendre le fonctionnement des choix qu’on nous offre a eu une suggestion d’une grande tante qu’elle et cette dame qui ne se connaissait pas du tout et n’avait aucune idée de l’existence de l’une et de l’autre. Facebook fouille t’il dans nos contacts, nos courriels ? Il refuse de le dire
Nuage

 

Facebook est capable de déterrer des secrets familiaux, mais refuse de dire comment il sait

 

Repéré par Grégor Brandy

Repéré sur Gizmodo

Le réseau social a réussi à mettre en contact deux personnes d’une même famille qui ignoraient l’existence l’une de l’autre.

C’est l’un des nombreux mystères de Facebook. Comment le réseau social détermine-t-il les personnes que vous pourriez connaître? Depuis plusieurs mois, divers médias cherchent à comprendre la logique derrière cette fonctionnalité, sans jamais obtenir toutes les réponses. Parmi certains de la centaine de facteurs, indiquait USA Today, en juillet dernier:

«Avoir des amis en commun. C’est la raison la plus classique pour ces suggestions. Être dans le même groupe Facebook ou être taggés ensemble dans une photo. Les réseaux (exemple: même école, université, ou employeur). Les contacts mis en ligne.»

Pendant un certain temps, Facebook utilisait également la localisation, rappelle Recode, mais a arrêté quelque temps après la publication d’un article dévoilant que les patients d’un psychiatre avaient reçu des propositions de connexion les uns avec les autres de la part du réseau social.

Si cela permet de régler pas mal de cas, ce n’est pas le cas de tous. Une journaliste de Gizmodo raconte ainsi qu’elle a cherché pendant plusieurs mois à comprendre ce qui la liait aux potentiels nouveaux «amis» que lui suggérait le réseau social.

«Chaque jour, il me recommandait environ 160 personnes, certaines encore et encore. Au cours de l’été, il m’a suggéré plus de 1.400 personnes différentes. Environ 200, soit 15%, étaient des personnes que je connaissais, mais les autres semblaient m’être étrangers.»

Refus de répondre

Parmi ces «étrangers», elle a notamment découvert une femme, avec qui elle n’avait aucun lien, mais qui, elle l’a ensuite appris, est sa grande-tante: elle s’est mariée avec le frère de son grand-père biologique, qui avait abandonné son père à la naissance. Aucune des deux femmes n’était au courant de l’existence de l’autre.

«Comment Facebook a réussi à nous mettre en contact reste compliqué à déterminer. Mon père avait rencontré son mari en personne une fois, après l’enterrement de ma grand-mère. Ils ont échangé quelques e-mails, et mon père avait son numéro dans ses contacts. Mais aucun d’entre eux n’utilise Facebook. Comme aucune personne entre moi et Rebecca Porter dans notre arbre généalogique.»

La journaliste tente bien de comprendre, et contacte Facebook, qui refuse de lui répondre, et lui conseille plutôt de supprimer cette suggestion si elle ne lui convient pas. Autant dire que Kashmir Hill (comme nous tous) est toujours à la recherche d’une réponse pour comprendre ce qui se passe au sein de la fonctionnalité et cherche toujours à déterminer les liens qui existent entre elle et les différentes personnes avec qui Facebook essaie de nous mettre en contact chaque jour.

http://www.slate.fr/

Un virus informatique détecté sur Facebook Messenger


D’habitude, j’avertis quand un message est un hoax, car ils sont douteux. Ici, plusieurs médias sérieux en ont parlé depuis quelques jours. Vous remarquerez qu’il n’est pas dit copier-coller ou autres. Donc, ce virus est a prendre au sérieux
Nuage

Un virus informatique détecté sur Facebook Messenger

 

PHIL NOBLE / REUTERS

Un logiciel malveillant se propage sur Facebook Messenger. (Image d’illustration)

Une fausse vidéo circule afin de récupérer les données personnelles des utilisateurs.

 

  • Alexandra Milhat

 

RÉSEAUX SOCIAUX Les applications de messageries instantanées sont souvent la cible de virus informatiques. Facebook Messenger n’a pas échappé à cette règle: selon Le Monde Informatique, un logiciel malveillant (« malware », ndlr) se propage actuellement sur le réseau social.

C’est le chercheur David Jacoby, de la société informatique spécialisée dans la sécurité des systèmes d’information, qui a pu détecter ce virus. Le principe est classique: un de vos contacts envoie une vidéo nommée « David Video ». David Jacoby précise au Monde Informatique:

« Lorsque la victime clique sur la fausse vidéo, le malware redirige vers un éventail de sites énumérant leur navigateur, système d’exploitation et d’autres informations vitales. Selon leur OS, ils sont redirigés vers d’autres sites web ».

Ce virus, qui ne menace pas l’appareil en lui-même, peut installer des logiciels malveillants à l’insu de l’utilisateur. En outre, il peut également récupérer les données personnelles.
Le géant américain Facebook a très vite réagi:

« Si nous soupçonnons la présence d’un logiciel malveillant dans votre ordinateur, nous vous proposerons par le biais de nos partenaires de confiance une analyse anti-virus gratuite », a indiqué un porte-parole auprès de ZDNet.

http://www.huffingtonpost.fr/

Pour en savoir plus

https://www.francoischarron.com/un-virus-cache-dans-un-plugin-pour-voir-une-video-facebook/-/XEnooPba6d/

Photos et vidéos d’accident: les citoyens invités à la prudence


Avec l’ère des téléphones portables, on filme ou on prend des photos et les envoie aussi vite dans les réseaux sociaux. Qu’importe le sujet, un accident, une personne en difficulté, on ne se pose pas de questions sur les conséquences alors que les proches ne sont même pas informés. C’est quasi du voyeurisme morbide
Nuage

 

Photos et vidéos d’accident: les citoyens invités à la prudence

Photos et vidéos d'accident: les citoyens invités à la prudence

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) invite la population et les automobilistes à la plus grande prudence lorsqu’ils publient sur les réseaux sociaux des photos ou des vidéos de scènes d’accident.

Le corps policier prévient que dans les cas d’accidents de la route, publier des images rapidement pourrait avoir des conséquences.

Selon la police, certains automobilistes diffusent même parfois en direct les images de scène d’accident.

Par exemple, les proches de victimes risquent d’apprendre leur décès sur les réseaux sociaux, et ce, avant même que les autorités n’aient eu le temps de prendre toutes les précautions nécessaires dans ce genre de situations.

«Ne soyez pas trop curieux en cas d’accident sur la route. Résister à l’envie de regarder lors d’une collision. Non seulement vous ralentissez le trafic, mais vous pourriez aussi provoquer une autre collision», peut-on lire dans un communiqué de la PPO.

Par ailleurs, les policiers rappellent qu’au volant, l’utilisation du téléphone cellulaire et l’envoi ou la lecture de textos sont des pratiques interdites par les lois et passibles d’amende.

http://fr.canoe.ca

Certains YouTubeurs abusent de leurs fans, mais ils sont très rarement inquiétés


Des vedettes de You Tube profitent des adolescentes en les manipulant. C’est quand même terrible ce qu’une fan peut faire pour satisfaire son idole
Nuage

 

Certains YouTubeurs abusent de leurs fans, mais ils sont très rarement inquiétés

 

Capture écran d'une vidéo d'Austin Jones, via YouTube

Capture écran d’une vidéo d’Austin Jones, via YouTube

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur Newstatesman, Buzzfeed

Face à leur vidéaste préféré, certaines jeunes fans ont parfois du mal à refuser d’envoyer des vidéos ou des images d’elles nues.

Fin juin, le chanteur et YouTubeur Austin Jones, 24 ans, qui comptait 500.000 abonnés environ, était arrêté par la police pour avoir demandé des images et vidéos pornographiques à plusieurs fans adolescentes.

Par exemple, notait à l’époque Buzzfeed, «Jones a dit à une fille qu’elle était “chanceuse” de lui parler et qu’elle devrait lui envoyer des images d’elle nue pour lui “prouver” qu’elle est sa plus grande fan.»

Il attend désormais son procès.

Le site Newstatesman raconte aujourd’hui qu’Austin Jones n’est malheureusement pas un cas isolé, loin de là. Il y a deux ans, une internaute a accusé le YouTubeur Tom Milsom de l’avoir forcé à avoir des relations sexuelles avec lui. Elle avait 15 ans et lui 21. Tom Milsom n’a jamais répondu à ces accusations. Un autre vidéaste du nom de Durte Dom a récemment été accusé d’avoir filmé durant une soirée une jeune fille de 15 ans de dos en train de danser, sans son accord. Sur Twitter, il s’est défendu en répondu simplement:

«La soirée était faite pour les gens de plus de 18 ans, la fille s’est incrustée. Ne faites pas l’erreur.»

Il a également promis de faire signer un accord aux personnes qu’il souhaite filmer.

La journaliste Amelia Tait rappelle que les YouTubeurs entretiennent grâce à internet une vraie proximité avec leurs fans, encore plus que les stars du rock ou du cinéma, et dévoilent souvent une part de leur intimité. Ces derniers se sentent facilement proches de leur idole, avec parfois une certaines naïveté due à leur âge.

«Je pense que je l’ai mis sur un piédestal, explique Neesy, jeune abonnée de Jones qui affirme avoir subi des abus émotionnels, ce qui le met dans une position favorable pour me manipuler et obtenir ce qu’il veut. J’étais juste si excitée de pouvoir parler à quelqu’un que je suis depuis longtemps.»

Lorsqu’elle refusait de se filmer pour lui, Jones devenait froid, entrant ainsi dans un jeu sournois de manipulation perverse.

Réduites au silence

La liste de ce type d’affaire est très longue, et dans l’immense majorité des cas, les vidéastes n’ont pas été inquiétés par la justice. Mike Lombardo est le seul à avoir été condamné –il a écopé de cinq ans de prison pour avoir demandé des images explicites à des fans mineures.

«Il y a une multitude de raisons à cela, écrit Amelia Tait. Certaines victimes ont trop peur de porter plainte, craignent des représailles de la part des fans du YouTubeur. De nombreuses victimes ne voient pas la gravité des faits avant un certain âge. D’autres sont manipulées pour être réduites au silence. Les parents ne comprennent pas le milieu des fans sur YouTube, ni ce qui se passe dans la vie de leurs enfants. Certaines victimes ne savent simplement pas vers quelle autorité se tourner.»

D’ailleurs, la plupart des victimes se tournent d’abord vers les réseaux sociaux plutôt que la police, s’exposant ainsi à la vindicte des fans les plus indéfectibles.

Et si certains YouTubeurs américains comme Hank Green ou Jack and Dean ont fait des vidéos pour expliquer le consentement et faire de la pédagogie à propos de ce type de situation, beaucoup de médias ont encore du mal à prendre le sujet au sérieux. Quand le Mail Online a parlé de l’arrestation de Lombardo, il l’a décrit comme une «star»…. avec des guillemets.

L’article de Newstatesman est à retrouver dans son intégralité ici.

http://www.slate.fr/

"Les gens sur internet ne sont pas toujours ceux qu’ils prétendent être"


Malheureusement, le chantage est fréquent sur Internet et ce n’est pas juste en Europe que ce problème existe. Les jeunes sont particulièrement ciblés, mais cela arrive aussi sur d’autres groupes d’âge. La meilleure manière d’éviter le sextorsion est de ne pas se dévêtir a la demande d’une personne qu’on ne connait probablement pas sauf via Internet, et même avec des personnes que l’on connait. Mais si cela arrive faites une plainte, même si la situation est très humiliante
Nuage

 

« Les gens sur internet ne sont pas toujours ceux qu’ils prétendent être »

 

 

L’agence de police criminelle Europol a lancé une campagne de sensibilisation contre le chantage en ligne à caractère sexuel des jeunes. Le SPF Justice soutient cette action, baptisée « Say no! », annonce-t-il mardi.

Ce type d’extorsion à caractère sexuel, ou « sextorsion », voit le maître-chanteur réclamer de l’argent à la victime sous la menace de diffusion de photos intimes. De plus en plus de jeunes font les frais de cette pratique, révèle une enquête internationale des services de police.

La campagne d’Europol vise à avertir les jeunes des dangers propres à ce type de chantage. Elle souhaite également proposer de l’aide aux victimes.

En Belgique, le SPF Justice s’associe à cette action et appelle à « briser le silence » dans lequel s’enferment souvent les victimes. Le service public rappelle ainsi que des collaborations avec plusieurs organisations, comme Child Focus, ont été mises sur pied dans ce cadre.

Sur YouTube, la police a diffusé plusieurs cas réels de « sextorsion ».

« Toute ta vie est en ligne. Protège-la. Les gens sur internet ne sont pas toujours ceux qu’ils prétendent être. Assure-toi de garder le contrôle. Ne vous exposez pas », conseille-t-elle.

En cas d’extorsion, les autorités conseillent aux victimes de rompre la communication et de conserver les messages et captures d’écran afin d’aider la police à appréhender les auteurs.

http://www.7sur7.be