Comment une petite île des Caraïbes a ressuscité en éliminant les espèces qui la ravageaient


Bien que ce soit à petite échelle, il est possible de revenir en arrière. Une île des Petites Antilles a pu retrouver sa santé d’antan. Elle était considéré comme quasi-stérile, après que l’humain a pris toutes ses richesses et laissant derrière lui des rats et des chèvres. La dératisation des rats et le déménagement des chèvres ont pu redonner un regain de vie à la faune et la flore en pleine santé.
Nuage


Comment une petite île des Caraïbes a ressuscité en éliminant les espèces qui la ravageaient


Comment une petite île des Caraïbes a ressuscité en éliminant les espèces qui la ravageaientLa petite île de Redonda a connu une transformation spectaculaire après la mise en place d’un programme de restauration.© Invertzoo/CC BY-SA 3.0

Par Emeline Férard –

En 2016, des organisations ont mis en place un vaste programme pour éliminer les chèvres et les rats qui ravageaient la biodiversité de Redonda, une île des Petites Antilles. Quatre ans plus tard, la faune et la flore ont montré un regain exceptionnellement rapide.

Située au large du continent américain, Redonda est un petit paradis isolé. Une île volcanique perchée au milieu des eaux bleutées de l’océan Atlantique qui laissent à voir de magnifiques paysages. Ses falaises escarpées sont recouvertes d’une végétation luxuriante qui abrite de nombreuses espèces parmi lesquelles des lézards ou des geckos qui n’existent nulle part ailleurs.

Le rocher d’à peine 1,5 kilomètre carré constitue également un refuge précieux pour de multiples espèces d’oiseaux marins. Pourtant, il y a quatre ans, Redonda était loin d’être l’île paradisiaque qu’elle semble être aujourd’hui. Les habitants d’Antigua-et-Barbuda, état dont elle fait partie, la considéraient même comme un territoire mourant après avoir été exploité pendant plusieurs décennies pour les ressources qu’elle abritait.

Aux prises avec les espèces invasives

Cette exploitation a cessé au début du XXe siècle. Depuis, l’île des Caraïbes peu accessible restait inhabitée, ou presque. Les humains ont en effet laissé derrière eux des spécimens des plus dérangeants : des rats voraces et des chèvres affamées qui ont drastiquement modifié le paysage de Redonda. En moins d’un siècle, il est passé d’un environnement boisé à un décor déserté digne de la surface lunaire.

En 2016, il y avait tellement peu d’arbres sur le territoire que les chèvres elles-mêmes se mettaient à manquer de nourriture et que le sol était devenu instable, expliquait l’organisation Fauna & Flora International au site Mongabay. Une situation qui a poussé le gouvernement d’Antigua-et-Barbuda à s’associer à plusieurs ONG pour mettre en place un ambitieux programme de restauration.

Objectif : éliminer les chèvres et les rats de l’île pour permettre à ses espèces natives de prospérer à nouveau. Lors du lancement du projet, les populations étaient estimées à plus de 5.000 individus pour les rongeurs (Rattus rattus) et environ 60 individus pour les chèvres (Capra hircus). Si un rongicide a permis d’éradiquer les premiers, la tâche s’est avérée plus délicate pour les secondes.

Deux mois après le début du projet, les volontaires avaient réussi à capturer à peine un animal.

« Ces chèvres étaient tellement intelligentes« , se souvient pour le National Geographic, Shanna Challenger, coordinatrice du Redonda Restoration Programme. « Elles voyaient nos pièges et sautaient par dessus », ajoutant que même les leurres à base de nourriture n’avaient eu aucun effet.

Au prix de nombreux efforts, ils ont néanmoins réussi à cerner les biquettes et à les relocaliser en les transportant loin de l’île par hélicoptère. Une fois les espèces invasives disparues, en juillet 2018, les responsables du programme entendaient laisser faire quelques temps la nature avant d’entreprendre des actions pour aider la biodiversité. Les résultats sont allés au-delà de leurs attentes.

Un regain exceptionnel de biodiversité

En moins d’un an, la faune et la flore ont connu un regain exceptionnel. D’après Fauna & Flora International, les oiseaux terrestres ont vu leur population se multiplier par dix et les colonies d’oiseaux marins ont enregistré leur meilleure année répertoriée jusqu’ici en termes de reproduction. De même, une rare espèce de lézard noir endémique de Redonda a vu ses effectifs doubler tandis que d’autres reptiles ont triplé.

Coté végétation, des centaines de nouveaux arbres sont apparus sur le territoire qui s’est peu à peu recouvert à nouveau d’un tapis verdoyant.

« C’était une chance unique – observer ainsi la renaissance d’une île », a confié Shanna Challenger dans un communiqué. « Des changements attendus sur une période de cinq ans se sont produits en quelques mois ».

Outre l’augmentation des effectifs, la disparition des espèces invasives aurait également influé sur le comportement de certaines créatures. D’après des scientifiques de l’université de Harvard et du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, certains lézards seraient ainsi devenus plus féroces et intrépides depuis que les rats sont partis.

« Ce nouvel équilibre de la nature est plus conforme à ce que nous pourrions attendre de ces animaux avant que les rats n’arrivent sur l’île », a commenté le Dr Colin Donihue, écologue impliqué dans le programme de restauration.

Et il ne s’agit que d’un début d’après l’Environmental Awareness Group qui supervise le programme et continue de surveiller l’île pour s’assurer que les rats ne refassent pas leur apparition.

Redonda, bientôt classée réserve naturelle ?

Parallèlement, le gouvernement d’Antigua-et-Barbuda a entamé des démarches pour faire classer Redonda en réserve naturelle.

« C’est incroyable de voir cette transformation radicale et rapide d’un rocher nu à un tapis de végétation […] Cela pourrait réellement devenir un sanctuaire pour la faune sauvage », s’est réjoui le Dr. Robin Moore du Global Wildlife Conservation, autre soutien du projet.

Pour les initiateurs du programme, ces résultats ne sont pas seulement une victoire pour Redonda et l’archipel des Petites Antilles. Ils démontrent également que les efforts de conservation fonctionnent, en particulier lorsqu’ils ciblent un problème majeur comme les espèces invasives. Un fléau qui affecte d’autres écosystèmes à la biodiversité unique et donc précieuse.

En janvier 2019, les Galápagos ont entamé un vaste programme de dératisation pour éliminer les rongeurs qui s’attaquent aux frégates et aux mouettes qui y viennent pondre. L’île britannique de Gough dans l’Atlantique Sud connait un problème similaire.

« Avec un peu d’aide, la nature peut se rétablir« , a ainsi conclu, confiante, Shanna Challenger pour le National Geographic.

https://www.geo.fr/

Au Zimbabwe, la sécheresse accroît les conflits entre l’Homme et la faune


Après avoir chassé les animaux sauvages de leurs habitats, et par les changements climatiques, les animaux ont faim et soif et s’approchent des villes et villages. Au Zimbabwe, il y a plusieurs conflits entre les humains et les animaux sauvages dû à la sécheresse qui sévit depuis plusieurs saisons. Cependant, les habitants essaient de trouver des solutions plus pacifique que les chasser avec des armes.
Nuage


Au Zimbabwe, la sécheresse accroît les conflits entre l’Homme et la faune

Au Zimbabwe, la sécheresse accroît les conflits entre l'Homme et la fauneUne carcasse d’éléphant victime de la sécheresse dans le parc de Hwange au Zimbabwe le 14 novembre 2019© AFP/Archives/ZINYANGE AUNTONY

Par AFP

Hwange (Zimbabwe) (AFP)

Dumisani Khumalo est un miraculé. Il y a deux mois, ce Zimbabwéen de 45 ans a été gravement blessé par un buffle. Il marche désormais avec peine mais s’estime heureux: en 2019, les animaux sauvages ont tué 36 personnes dans le pays.

« Je remercie Dieu d’avoir survécu à l’attaque », confie Dumisani Khumalo, assis à l’ombre d’un arbre de son village de Ndlovu-Kachechete, dans le district de Hwange (ouest).

Les attaques d’animaux sauvages contre les humains sont en hausse au Zimbabwe. Les autorités en ont recensées pas moins de 311 en 2019, contre 195, qui avaient fait 20 morts parmi la population, l’année précédente.

Les éléphants sont les plus souvent impliqués mais buffles, hippopotames, lions, hyènes et crocodiles ne sont pas en reste. En cause, la terrible sécheresse qui frappe toute l’Afrique australe depuis plusieurs saisons.

Elle atteint ces derniers mois des sommets, au point que près de la moitié des 16 millions de Zimbabwéens ne doivent aujourd’hui leur survie qu’à l’aide alimentaire.

Les animaux ne sont pas épargnés. Plus de 200 éléphants en sont morts en trois mois l’an dernier.

Ceux du parc de Hwange, le plus grand du pays à proximité des fameuses chutes Victoria, peuvent en sortir librement. Alors, faute de pluie, ils « vont là où ils peuvent trouver de l’eau et de la nourriture », explique un porte-parole des parcs nationaux du Zimbabwe, Tinashe Farawo.

« Je marchais dans la forêt près de mon village. J’allais me faire enregistrer pour recevoir de l’aide alimentaire quand j’ai entendu des chiens aboyer. Soudain, le buffle est apparu et m’a chargé », se rappelle Dumisani Khumalo. « Je suis tombé et la bête m’a donné des coups de corne à l’aine ».

Un chef local, Phindile Ncube, émet des doutes sur la version du blessé, qu’il soupçonne d’avoir été en train de chasser.

« Il est très rare que les buffles attaquent les hommes. Le plus souvent, les animaux se sentent menacés » et chargent.

Mais la sécheresse, concède-t-il, augmente les risques de conflit entre humains et animaux.

Ils « viennent dans les zones habitées à la recherche d’eau (…) Rien que la semaine dernière, des éléphants ont tué deux vaches près d’un puits ».

– Arsenal antifaune –

Dans le district de Hwange, les autorités locales ont armé des gardes pour protéger la population, en particulier pendant les périodes de récolte.

C’est en répondant à un appel des habitants qu’une femme a été accidentellement tuée par balle en avril.

« Des éléphants détruisaient des récoltes. Des gardes essayaient de les chasser quand un éléphant a chargé. Un garde a ouvert le feu » et tué une femme, explique Phindile Ncube.

Au-delà de la réponse armée, les habitants sont encouragés à utiliser des méthodes moins violentes pour éloigner la faune.

Celle dite du tambour est bien connue: à l’approche d’un animal jugé dangereux, les habitants se mettent à battre sur des percussions traditionnelles pour l’effrayer.

Mais « les animaux s’habituent à ce bruit et savent qu’il n’est pas synonyme de danger », explique George Mapuvire, à la tête de Bio-Hub Trust, une organisation spécialisée dans la gestion des conflits impliquant la faune.

Bio-Hub Trust propose une variété d’autres solutions pour éloigner la faune des habitations et des récoltes. Ainsi le gâteau au piment, une recette simple et bon marché.

« Mélanger de la poudre de piment à de la bouse de vache ou d’éléphant et en faire une sorte de brique », décrit George Mapuvire. « Une fois sèche, la brûler avec du charbon quand les éléphants approchent. Ils ne supportent pas l’odeur ! ».

Pour être alertés de l’arrivée des pachydermes, les villageois ont aussi recours à des clôtures faites de guirlandes de canettes vides. A l’arrivée d’animaux, elles tintinnabulent et leur laissent le temps d’allumer des gâteaux au piment.

Une autre solution consiste à recourir à un pistolet chargé de balles en plastique remplies d’huile et de piment.

« Quand elle touche l’éléphant, elle explose et recouvre l’animal d’huile pimentée », décrit M. Mapuvire.

Mais attention, prévient le patron de Bio-Hub Trust, il arrive parfois que le pachyderme, énervé, se venge en chargeant…

https://www.geo.fr/

Il a neigé pour la toute première fois dans le nord du Niger


J’imagine l’étonnement des habitants au Nord du Niger qui n’ont jamais vu de la neige de leur vie, voit cette poudre blanche s’étaler sur le sol. Il ne devait pas faire très chaud non plus pour eux.
Nuage


Il a neigé pour la toute première fois dans le nord du Niger


par  Adrien Gingold

Le climat change et les records tombent. Après les records de chaleur drama­tiques enre­gis­trés fin décembre en Austra­lie, il a neigé pour la toute première fois sur le nord du Niger, comme nous l’ap­pre­nait le site Afri­caxo vendredi 4 janvier.

C’est la première fois qu’il neige au Niger depuis des décen­nies, et la toute première fois dans le nord du pays. En ce début janvier 2020, les habi­tants de la zone septen­trio­nale de ce pays d’Afrique de l’Ouest et plus préci­sé­ment de la loca­lité d’Iguiza, située à 255 km d’Aga­dez, chef-lieu de la région, ont vu de la glace tomber du ciel.

Selon le site et certains obser­va­teurs, cette rareté pour­rait égale­ment consti­tuer une aubaine touris­tique pour cette partie du pays.

Source : Afri­caxo

https://www.ulyces.co/

Il y a 12 ans, un rapport avait prédit la saison d’incendies qui ravage l’Australie


Si les scientifiques environnementaux étaient pris un peu plus au sérieux, nous ne serions peut-être pas rendues là. Imaginez ! Il y a 12 ans, un rapport avait prédit que si des mesures significatives n’étaient pas prises pour diminuer les émissions de dioxyde de carbone, la saison des feux en Australie commencera plus tôt et sera plus intense. Et qu’est-ce qu’on fait, on promet qu’on atteindra le but en 2030. Ce n’est pas dans 10 ans, c’est maintenant !
Nuage


Il y a 12 ans, un rapport avait prédit la saison d’incendies qui ravage l’Australie

Selon le dernier bilan, plus de 13 millions d’hectares auraient disparu dans les flammes en Australie depuis septembre.© Mark Graham/Bloomberg via Getty Images

Par Emeline Férard

En 2008, un rapport sur l’impact du changement climatique commandé par le gouvernement australien avait prédit que la saison des incendies démarrerait plus tôt et deviendrait plus intense à l’horizon 2020.

Alors que les incendies gagnent de plus en plus de terrain en Australie et que de nouvelles évacuations ont été décrétées, certains continuent à émettre des doutes quant à leur origine. Dans un communiqué, la police de Nouvelles-Galles du Sud a fait état de l’arrestation d’au moins 24 personnes soupçonnées d’avoir déclenché des feux de façon délibérée.

Pourtant, c’est un tout autre coupable que les spécialistes pointent du doigt depuis le début de la saison des incendies : le changement climatique. En favorisant la sécheresse et la hausse des températures, ce dernier aurait contribué au déclenchement de feux plus précoces et plus intenses. Un phénomène que les scientifiques avaient prédit depuis longtemps.

Il y a douze ans, un rapport commandé par le gouvernement australien l’avait en effet déjà mentionné. Dirigée par l’économiste Ross Garnaut, cette étude indépendante visait à évaluer l’impact du changement climatique sur l’économie australienne. Elle avait conclu que les émissions de dioxyde de carbone auraient des conséquences importantes et coûteuses sur l’agriculture, les infrastructures, la biodiversité et les écosystèmes de l’Australie si elles n’étaient pas réduites.

Le document paru en 2008 et mis à jour en 2011 avait toutefois émis des projections bien plus détaillées.

Il suggérait ainsi : « les saisons des incendies démarreront plus tôt, s’achèveront légèrement plus tard et seront globalement plus intense. Cet effet va s’accroître au fil du temps, mais il devrait être directement observable dès 2020 ».

Des affirmations qui résonnent dramatiquement face à la situation actuelle.

2019, année la plus sèche et la plus chaude en Australie

Le Bureau de météorologie australien a annoncé que 2019 avait été l’année la plus sèche et la plus chaude jamais enregistrée en Australie. Le 18 décembre a ainsi battu un record de température depuis le début des relevés, avec une moyenne nationale mesurée à 40,9°C. Les précipitations elles, ont atteint une moyenne annuelle 10% plus basse que le précédent record enregistré en 1902.

2019 a été la plus chaude enregistrée en Australie depuis les début des relevés. La moyenne de température annuelle a été 1,52°C au dessus de celle de la période 1961-1990. – Commonwealth of Australia 2020, Bureau of Meteorology

Le changement climatique global ne serait pas le seul facteur à avoir favorisé ces conditions. D’autres phénomènes, dont un appelé dipôle de l’océan Indien, auraient également joué un rôle. Mais la sécheresse et la chaleur sont à l’origine du dangereux cocktail qui a permis l’apparition des incendies dévastateurs. En 2019, les feux ont démarré en septembre, soit un mois plus tôt que la saison habituelle qui court généralement d’octobre à mars, selon le Country Fire Service.

Les incendies se sont également révélés plus intenses. D’après le dernier bilan relayé par Reuters, ce sont désormais plus de 13 millions d’hectares qui auraient disparu dans les flammes en Australie, dont cinq millions rien qu’en Nouvelles-Galles du Sud. Cela représente une zone plus vaste que celles brûlées par les feux de Californie en 2018 et les incendies survenus en Amazonie en 2019.

« Je suis triste de voir que j’ai été inefficace », a expliqué Ross Garnaut, à la tête du rapport de 2008 interrogé par SBS News. Bien que « j’ai eu l’opportunité de parler de ce problème aux Australiens, j’ai été incapable de les persuader que c’était dans notre intérêt national de jouer un rôle positif dans l’effort mondial visant à réduire les effets du changement climatique ».

Des mesures jugées insuffisantes contre le changement climatique

Lors de la publication du rapport en 2008, le gouvernement de l’époque a pris en compte plusieurs des conclusions clés de l’étude mais il a échoué à prendre des mesures à long terme pour réduire les émissions de CO2 du pays. Depuis 2014, ces dernières augmentent même de façon régulière. Entre mars 2018 et 2019, elles ont ainsi connu une hausse de 3,1 millions de tonnes, atteignant 538,9 millions de tonnes.

Face aux feux qui continuent de progresser et menacent d’être ravivés par une nouvelle vague de chaleur, de nombreux Australiens ont interpellé le gouvernement sur son soutien à l’industrie du charbon très polluante et son manque d’action contre le changement climatique.

 Le Premier ministre, Scott Morrison, a répondu qu’il serait « irresponsable » de tourner le dos à cette industrie, assurant que le pays atteindrait ses objectifs de réduire de 26 à 28% ses émissions d’ici 2030.

Cette réponse du Premier ministre déjà très critiqué n’a fait qu’attiser les contestations et de nombreux internautes n’ont pas manqué de remettre en lumière sur les réseaux sociaux les conclusions du rapport publié en 2008. Des conclusions qui suggèrent un avenir encore plus sombre pour l’avenir : d’ici 2067, le nombre de jours marqués par des incendies extrêmes pourrait augmenter de 300%.

« Bien que les choses aillent déjà mal, elles vont continuer de s’aggraver si les concentrations d’émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère continuent d’augmenter », a assuré Ross Garnaut. Et « l’Australie a un intérêt [de réduire ses émissions] plus important que n’importe quel autre pays développé parce que nous sommes le plus vulnérable d’entre eux », a t-il jugé.

Plus de 800 millions d’animaux auraient déjà péri

Près de 200 feux seraient encore recensés en Australie dont plus de la moitié ne serait pas encore sous contrôle, selon le dernier bilan. Celui-ci fait également état du décès d’au moins 28 personnes et de la destruction de près de 2.000 maisons en Nouvelles-Galles du Sud. Des milliers de pompiers et de militaires continuent de s’affairer sur le terrain pour lutter contre les flammes et venir en aide à la population.

Les incendies en Australie observés depuis l’espace le 1er janvier 2020 par le satellite Suomi NPP de la NOAA et de la NASA. – NASA Worldview, Earth Observing System Data and Information System (EOSDIS)

Alors que des centaines de personnes ont dû être évacuées, les incendies sont également une catastrophe pour la biodiversité australienne. Une estimation, doublée depuis, suggère que plus de 800 millions d’animaux auraient déjà péri dans l’est de l’île-continent. Si l’arrivée de pluies le week-end dernier a offert un peu de répit aux équipes de secours, elles redoutent que la chaleur et les vents n’aggravent à nouveau la situation.

L’Australie n’en est par ailleurs qu’au début de l’été, a souligné Andrew Watkins, spécialiste du Bureau of Meteorology interrogé par le New Scientist. « Généralement, dans le sud de l’Australie, les semaines les plus chaudes se produisent fin janvier et début février, donc nous n’avons pas encore atteint notre période la plus chaude », a-t-il conclu.

https://www.geo.fr/

Le climat aura une forte influence sur l’économie dans les années 2020


Dans les prochaines années, nous serons probablement témoins de grands changements dans l’économie canadienne, autant en agriculture, main-d’oeuvre, énergie renouvelable, service etc.Ces changements sera aussi présents dans d’autres pays qui espérons-le mettent les bouchées doubles pour amoindrir un peu l’impact des changements climatiques
Nuage


Le climat aura une forte influence sur l’économie dans les années 2020

Les analystes estiment que l’urgence croissante du changement climatique pourrait influencer les choix de cultures des agriculteurs canadiens.

  • Dan Healing

  • La Presse Canadienne

Un nouveau rapport économique indique que la prochaine décennie au Canada sera de plus en plus façonnée par la combinaison des changements climatiques et des perturbations démographiques dues au vieillissement de la population.

“D’ici 2030, l’économie du Canada pourrait connaître une métamorphose importante”, indique le rapport de RBC publié lundi, intitulé “Se frayer un chemin dans les années 2020″.

“Associée depuis longtemps à l’extraction des ressources naturelles, cette économie sera de plus en plus axée sur les services.”

Une population plus âgée présentera des défis aux gouvernements, notamment l’augmentation des coûts des soins de santé et des prestations aux aînés, selon les prévisions des économistes de RBC.

Le rapport prévoit que 650 000 personnes vivront dans des résidences pour personnes âgées ou des maisons de soins au Canada en 2030, contre 450 000 maintenant, et les ressources supplémentaires nécessaires coûteront au moins 140 milliards $ à construire.

Parallèlement, la proportion de Canadiens en âge de travailler devrait tomber à 1,7 pour chaque jeune et personne âgée d’ici 2030, contre 2,3 en 2010.

Un récent rapport fédéral a révélé que le climat du Canada s’était réchauffé de 1,7 degré Celsius entre 1948 et 2016, soit deux fois le taux mondial, note le rapport de RBC.

Les analystes estiment que l’urgence croissante du changement climatique pourrait influencer les choix de cultures des agriculteurs canadiens, mettre à rude épreuve les ports et les routes côtières, déterminer l’emplacement des nouveaux ensembles résidentiels et augmenter les coûts d’assurance.

“L’investissement du Canada dans la réduction de la pollution a été décuplé au cours de la dernière décennie et il faudra y mettre encore plus de ressources dans les années 2020”, note le rapport de RBC.

Il cite une étude récente de la Régie de l’énergie du Canada, qui prévoit que la consommation d’énergie par habitant diminuera de près de 9% d’ici 2030, tout en notant qu’un passage du charbon au gaz naturel dans la production d’électricité réduira l’intensité des émissions.

La demande de pétrole et de produits pétroliers raffinés diminuera au pays en raison de l’efficacité accrue des transports, mais la production de pétrole passera de 4,9 millions de barils par jour en 2020 à 5,7 millions de barils par jour en 2030 grâce à une hausse des exportations, selon le rapport.

La puissance installée d’énergie éolienne et solaire au Canada devrait augmenter de près de 50% au cours de la prochaine décennie, mais ne représentera que 9% de la production d’électricité en 2030, note le rapport, citant à nouveau les chiffres de la Régie de l’énergie.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Sécheresse : des tireurs d’élite abattront 10 000 dromadaires sauvages en Australie


Est-ce vraiment pour le bien-être de l’animal ? En risquant de mourir de soif, ou de se blesser pour un point d’eau, une surpopulation de dromadaire qui ne sont pas originaire d’Australie, mais importé par les Européens, les autorités ont décidé de les abattre. Comment il se fait qu’on parle depuis quelques années qu’on est capable de changer l’eau salée en eau potable et qu’on n’est toujours pas capable de donner de l’eau dans des régions asséchées ? Bref, je comprends l’enjeu, mais pas la solution.
Nuage


Sécheresse : des tireurs d’élite abattront 10 000 dromadaires sauvages en Australie

(Sydney) Des tireurs d’élite vont abattre depuis des hélicoptères 10 000 dromadaires sauvages en Australie, en raison de la menace que constituent pour les populations ces animaux qui, du fait de la sécheresse, s’approchent de plus en plus des localités de l’intérieur du pays pour y trouver de l’eau.

      HOLLY ROBERTSON

      AGENCE FRANCE-PRESSE

      Des responsables locaux de l’État d’Australie-Méridionale affirment que des troupeaux « extrêmement importants », en quête d’eau et de nourriture, menacent les réserves de ces villages, en plus de provoquer des dégâts et de constituer un danger pour les automobilistes.

      L’immense île-continent a vécu en 2019 son année la plus chaude et sèche, ce qui a non seulement entraîné de dramatiques incendies de forêt qui font toujours rage dans certaines régions, mais aussi des pénuries d’eau dans nombre de localités.

      Cette campagne d’abattage de cinq jours va être conduite dans les territoires de l’Anangu Pitjantjatjara Yankunytjatjara (APY), vaste zone d’administration locale (LGA) gérée par les aborigènes dans l’extrême nord-ouest de l’Australie-Méridionale. Il s’agit de la première opération du genre dans cet État.

      « Ces troupeaux exercent du fait de la quête d’eau des dromadaires une pression sur les localités aborigènes des territoires de l’APY et les activités pastorales », a expliqué dans un communiqué le comité exécutif des territoires de l’APY.

      Sources contaminées

      Le ministère de l’Environnement de l’État, qui soutient cet abattage, a expliqué que la sécheresse posait aussi « de graves questions de bien-être animal », car nombre de bêtes sont mortes de soif ou se sont blessées entre elles en se précipitant vers des points d’eau.

      « Dans certains cas, des carcasses d’animaux morts ont contaminé d’importantes sources d’eau et des sites culturels », a dit une porte-parole du ministère.

      Les dromadaires ont été introduits en Australie dans les années 1840 par les colons, qui les utilisaient pour l’exploration ou pour transporter des marchandises et des biens, avant la construction de lignes de chemin de fer.

      Environ 20 000 bêtes furent importées d’Inde en une soixantaine d’années.

      Évoluant en liberté dans l’arrière-pays (l’Outback) et sans prédateur naturel, ils se sont reproduits et sont considérés comme un nuisible qui contamine les sources d’eau et met en péril des zones fragiles ainsi que la faune et la flore indigènes.

      L’Australie serait désormais le pays comptant la plus vaste population de dromadaires sauvages au monde, avec certaines estimations officielles faisant état d’un million de bêtes dans les étendues désertiques du centre.

      Dans les territoires de l’APY, des habitants ont longtemps vécu en rassemblant et revendant ces animaux sauvages. Mais cette tâche est devenue impossible en raison de la quantité de dromadaires qui se regroupent vers les rares points d’eau à cause de la sécheresse, selon le ministère.

      D’où la décision d’en supprimer 10 000. La chaîne publique ABC rapporte que les dromadaires seraient abattus loin des villages et que leurs cadavres seraient brûlés.

      Le nombre de dromadaires a fluctué au fil des décennies.

      Estimée à un million dans les années 2000, la population avait diminué d’un quart à la fin de cette décennie en raison de la sécheresse qui avait tari plusieurs points d’eau.

      Les autorités avaient mis en place en 2009 un programme de gestion des dromadaires sauvages et la population avait été ramenée en 2013 à 300 000 individus, après des abattages massifs réalisés, déjà, depuis des hélicoptères, sur une région de plus de trois millions de km2.

      https://www.lapresse.ca/

      « Du jamais vu » : les incendies en Australie expliqués par des climatologues


      Cela fait déjà 4 mois qu’une partie de l’Australie brûle, et on ne sait pas quand cela va arrêter. Il est temps de réfléchir sur nos actions envers l’environnement. Le climat australien a changé, la température moyenne a augmenté, il fait plus secs et avec ces incendies, la fumée se répands sur les glaciers de la Nouvelle-Zélande et peu aller jusqu’en Antarctique qui accéléra la fonte des glaciers.
      Nuage


      « Du jamais vu » : les incendies en Australie expliqués par des climatologues

      Des résidents observent des flammes géantes ravager les arbres.

      L’Australie est en proie à une centaine d’incendies ravageurs depuis septembre.

      PHOTO : GETTY IMAGES / BRETT HEMMINGS

      Radio-Canada

      Pourtant habituée aux incendies, l’Australie vit depuis plusieurs mois une situation cauchemardesque sans précédent.

      Depuis septembre, 23 personnes ont péri dans les feux de forêt aggravés par des conditions météorologiques catastrophiques, des dizaines d’autres sont portées disparues, et une surface équivalant à deux fois celle de la Belgique a été dévorée par les flammes.

      Les feux ont été meurtriers aussi pour la vie sauvage, tuant quelque 480 millions d’animaux, dont des kangourous et des koalas, mais aussi des reptiles, selon une étude de l’Université de Sydney.

      Et quatre mois après le début des incendies, la situation ne semble pas s’améliorer. Samedi, les températures ont dépassé les 40 degrés Celsius et des vents violents continuaient de souffler, attisant les centaines de feux, dont la plupart ne sont pas encore maîtrisés.

      « C’est du jamais vu, c’est certain », tranche Mark Parrington, scientifique en chef au Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF).

      Selon mon expérience, il est possible de voir des feux intenses sur de larges zones pour une semaine ou même quelques semaines, mais les voir pendant quatre mois dans une seule zone en particulier… c’est assez surprenant. Mark Parrington

      L’Australie connaît une sécheresse et des températures plus élevées que la normale en raison notamment du dipôle de l’océan Indien, un phénomène climatique similaire à celui du courant chaud cyclique El Niño, dans le Pacifique.

      Avec l’affaiblissement des vents de l’ouest provenant de la région équatoriale, les eaux chaudes des profondeurs océaniques se déplacent de l’océan Indien vers l’Afrique, alors que les eaux froides remontent dans l’est. Pour l’Australie, cette différence dans les températures se traduit par un climat plus sec et plus chaud partout au pays.

      Deux kangourous dans une zone enveloppée par une fumée orange.

      Quelque 480 millions d’animaux, dont des mammifères, des poissons et des reptiles, ont été tués dans les incendies en Australie.

      PHOTO : GETTY IMAGES / SAEED KHAN

      Une conséquence des changements climatiques?

      Mais ce phénomène à lui seul ne suffit pas à expliquer l’intensité des feux ravageurs. L’Australie souffre de sécheresse depuis des années, même sans le phénomène du dipôle. L’est du pays, notamment la Nouvelle-Galles du Sud, le Queensland et l’État de Victoria, où les feux de forêt sont les plus dévastateurs, a connu les plus faibles précipitations jamais enregistrées.

      La Nouvelle-Galles du Sud, État dont Sydney est la capitale, a reçu 36 % moins de pluie que la moyenne au cours des deux dernières années, selon l’agence météorologique du gouvernement australien.

      La température moyenne au pays a d’ailleurs augmenté de 1,52 degré Celsius depuis 1910, d’après les données officielles, ce qui représente un nouveau record.

      Michael Mann, climatologue de renom et professeur de sciences atmosphériques à l’Université d’État de Pennsylvanie, se trouvait en vacances en Australie il y a quelques semaines. Dans une lettre d’opinion publiée dans le journal britannique The Guardian, il affirme avoir « personnellement été témoin des changements climatiques ».

      Ce qui se passe actuellement en Australie est un signe précurseur pour les autres pays – un avant-goût de ce à quoi ressemblera notre avenir si nous n’agissons pas rapidement, a-t-il déclaré à CBC News.

      Il dénonce notamment le projet d’exploitation de la mine de charbon Carmichael, la plus grande mine dans le monde, qui donnera lieu à des émissions de 4,49 gigatonnes de CO2 par an.

      L’autre conséquence des incendies qui inquiète les climatologues est l’effet de la fumée sur les glaciers de la Nouvelle-Zélande : leur couleur a viré du blanc au brun, ce qui contribue à l’accélération de leur fonte.

      Et cette fumée peut voyager loin, selon M. Parrington.

      Une fois dans la haute troposphère, la fumée peut être transportée à des milliers de kilomètres par le courant-jet, explique-t-il. Et tout dépôt de suie ou de noir de carbone en Antarctique affectera la réflectivité des glaces et entraînera ainsi une accélération de la fonte, ajoute-t-il.

      Pour M. Mann, la solution passe désormais par l’action climatique.

      Ce que nous réserve l’avenir est bien pire en l’absence d’actions concrètes pour le climat, assure-t-il.

      D’après les informations de Nicole Mortillaro, de CBC News.

      https://ici.radio-canada.ca/