À Beyrouth, des robes de mariée pour dire «non» à une loi sur le viol


Cela me scandalise qu’une victime marie son agresseur pour que ce gars ne soit pas poursuivi. Une loi dans ce pays annule les poursuites de viol, agression, enlèvement en cas de mariage avec la victime. On peut donc penser que ces victimes en plus d’avoir eu l’affront d’être à la merci d’un homme, soit victime aussi d’un mariage forcé. Comment peut-elle avoir la tête haute, avoir confiance aux autres, avoir de l’estime pour sa propre personne avec de telle injustice ?
Nuage

 

À Beyrouth, des robes de mariée pour dire «non» à une loi sur le viol

L’objectif de cette campagne est l’annulation d’une loi qui permet à un violeur d’échapper à la prison s’il épouse sa victime.

Une trentaine de robes de mariée, confectionnées avec des dentelles et du papier, ont été accrochées samedi à des palmiers sur la corniche de Beyrouth, dans le cadre d’une campagne pour abolir une loi honnie sur le viol.

L’objectif est l’annulation de l’article 522 du code pénal, qui permet à un violeur d’échapper à la prison s’il épouse sa victime. L’article controversé concerne différents crimes, comme le viol, le viol de mineurs, les agressions, les rapts et les mariages forcés.

Il stipule que si «un mariage valide est contracté entre l’auteur d’un de ces crimes et la victime, les poursuites cessent et si un verdict a déjà été prononcé, son application est suspendue».

Une proposition de loi dans ce sens a été approuvée en février par une commission parlementaire et a été inscrite à l’ordre du jour de l’ouverture de la session parlementaire le 15 mai.

L'article 522 du code pénal ayant trait aux viols, agressions, rapts et mariages, permet à un violeur d'échapper à la prison s'il épouse sa victime.

Sur la célèbre avenue qui borde la mer, très fréquentée le weekend, des militants de la société civile avaient accroché à des cordes 31 robes blanches qui se balançaient au vent, suscitant la curiosité des passants.

«31 robes car il y a 31 jours dans un mois et chaque jour, une femme risque d’être violée et d’être forcée d’épouser son violeur», affirme Alia Awada, la responsable de la campagne de l’association Abaad pour la suppression de l’article 522.

L’artiste libanaise Mireille Honein, qui a créé cet événement à Paris et l’a fait venir dans son pays natal, explique

avoir «utilisé du papier pour souligner le côté éphémère du mariage et des lois». «Ce genre de loi vide la femme de son essence, de son identité», dit-elle.

Les passants, surpris, sont invités à signer une pétition demandant l’annulation de la loi.

Un homme originaire d’un village du Liban-Sud, Rafiq Ajouri, a été convaincu de signer le texte.

«Si j’étais violé (…) j’aimerais que des gens se tiennent à mes côtés», confie-t-il à l’AFP.

Quand la militante affirme à ce père de quatre garçons et trois filles que les femmes devraient bénéficier des mêmes libertés que les hommes, il se montre plus hésitant.

«Elles peuvent bénéficier de libertés mais avec des limites. Pourquoi? Et bien parce que ce sont des filles», lance-t-il.

http://www.lefigaro.fr

5 choses à savoir sur les enfants et la famine


La guerre, les divers conflits et la sécheresse n’aident en rien pour surmonter la famine dans certains pays. Ceux qui en souffrent le plus serait les enfants, leur avenir est à se point hypothéqué que c’est toute une génération qui sera perdue
Nuage

5 choses à savoir sur les enfants et la famine

 

Avec la famine, les conflits et les enfants déplacés, le monde fait face à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur le terrain, l’UNICEF intensifie son action dans les régions les plus touchées, mais, pour réagir à la famine, il faut faire plus que seulement envoyer des aliments d’urgence aux enfants. Il faut aussi prévenir les conséquences néfastes de la faim sur le développement des enfants, qui peuvent restreindre leurs perspectives d’avenir.

Les conséquences à long terme de la faim comprennent :

– Déficits permanents dans le développement social et émotionnel;
– Lésion cérébrale;
– Difficulté à l’école;
– Baisse de la motricité et de l’activité;
– Anxiété ou dépression;
– Problèmes de comportement.

Si nous tardons trop avant d’agir, la faim nuira aux capacités d’apprentissage des enfants et les répercussions seront permanentes.

Voici cinq choses que vous devriez savoir sur la crise alimentaire.

1. Les enfants ne peuvent pas attendre. La famine, la sécheresse et les conflits armés brisent leur vie et leur avenir.

La famine a déjà été déclarée au Soudan du Sud et menace d’autres pays. Les enfants souffrent de malnutrition et de maladies. Ils ont besoin de notre aide.

2017-04-19-1492630976-2225213-4famines3FR.jpg

2. Les enfants sont les plus durement touchés. Des millions d’entre eux sont près de mourir de faim.

Cette année, près de 1,4 million d’enfants sont en danger imminent de mort. Dans chacun des quatre pays touchés ou menacés par la famine, et dans des régions entières, des enfants succomberont à des maladies, dont le choléra et la rougeole, qui entraînent la diarrhée et la déshydratation.

2017-04-19-1492631048-2437410-UN053447_MedRes.jpg

3. Pour l’instant, quatre pays constituent l’épicentre de la crise : le Yémen, la Somalie, le Soudan du Sud et le nord-est du Nigeria.

Dans ces quatre pays, 22 millions d’enfants sont affamés, malades, déplacés et déscolarisés. Tant que la violence, la faim et la soif pousseront les populations de ces pays à se déplacer au sein et au-delà de leurs frontières, les taux de malnutrition ne cesseront d’augmenter dans ces quatre pays, dans le bassin du lac Tchad et dans la Grande Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631098-2801814-UN056039_MedRes.jpg

4. L’activité humaine est le moteur de la crise

Les guerres et les conflits persistants ont des effets dévastateurs sur la vie de millions d’enfants et de leur famille, et créent des risques de famine. Les belligérants chassent les habitants de chez eux, détruisent les récoltes et les moyens de subsistance et empêchent les organismes humanitaires de se rendre jusqu’aux personnes qui ont désespérément besoin d’une aide vitale, comme de la nourriture et de l’eau potable. La sécheresse aggrave ces crises alimentaires causées par l’homme dans certaines régions de l’Afrique, en particulier en Somalie et dans la Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631147-9062687-BLOG4Famineyemen4.jpg

5. C’est une situation d’urgence

Si la situation ne s’améliore pas, les enfants risquent de mourir de faim, et leur avenir risque d’être menacé. En effet, la malnutrition sévère affecte de façon irréversible le développement intellectuel et physique, et restreint les perspectives d’avenir des enfants. Plus nous attendons avant de répondre aux besoins de ces enfants, plus nous mettons en péril leur avenir.

Que pouvez-vous faire ?

Trois choses sont absolument nécessaires pour sauver des centaines de milliers de vies :

1. Demandez la fin des violations des droits de l’homme, qui sont des vecteurs majeurs des famines.

2. Exigez que toutes les parties prenant part à ces conflits autorisent l’accès de l’aide humanitaire sans restriction et sans condition à tous les enfants et familles démunis.

3. Donnez. Il est urgent de recueillir des fonds pour permettre aux équipes qui sont déjà sur le terrain de renforcer rapidement les programmes vitaux de nutrition et de distribution d’aliments, ainsi que les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Les enfants ne peuvent pas attendre qu’une nouvelle famine se déclare pour que des mesures soient prises. Aidez-les maintenant.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le «meurtrier de Facebook» retrouvé mort après trois jours de traque


Vous avez surement attendu parler du meurtre gratuit d’un pur inconnu, un grand-papa qui rentrait chez lui après un déjeuner en famille et que l’assassin avait publié la vidéo sur Facebook. La chasse à l’homme est terminée. Au moment que la police s’apprêtait à l’arrêter, il s’est suicidé. Sauf qu’on ne sait pas qui sont les autres victimes et la raison pour laquelle il a agi ainsi. Quoiqu’il en soit, les gens qui on partagé le meurtre sur divers réseaux sociaux aurait pu simplement le signalé aux modérateurs. Pour la famille de la victime, c’est un total manque de respect
Nuage

 

Le «meurtrier de Facebook» retrouvé mort après trois jours de traque

 

La Ford Fusion dans laquelle s'est suicidé Steve Stephens... (PHOTO REUTERS)

La Ford Fusion dans laquelle s’est suicidé Steve Stephens est inspectée par la police de la ville d’Erie, en Pennsylvanie.

PHOTO REUTERS

 

CATHERINE TRIOMPHE
Agence France-Presse
New York

Le tueur qui a choqué l’Amérique en diffusant l’assassinat d’un grand-père sur Facebook s’est suicidé mardi, mettant fin à trois jours d’intenses recherches à travers le pays.

Repéré par la police près d’Erie, en Pennsylvanie, Steve Stephens, devenu depuis le meurtre dimanche le suspect numéro un aux États-Unis, «s’est suicidé par balle» après une brève poursuite, a annoncé la police de Pennsylvanie dans un tweet.

La voiture, une Ford Fusion blanche dont la description avait été largement diffusée par les médias, a été signalée à la police vers 11 heures locales sur le stationnement d’un McDonald’s près d’Erie, a précisé le chef de la police de Cleveland, Calvin Williams, lors d’un point de presse dans cette ville de l’Ohio où a eu lieu le meurtre.

Dépêchée sur les lieux, la police a rapidement «arrêté la voiture» du suspect. C’est alors que l’homme, âgé de 37 ans, «s’est donné la mort», a expliqué M. Williams.

Erie se trouve à quelque 160 kilomètres de Cleveland, où Steve Stephens est soupçonné d’avoir tué dimanche un grand-père, Robert Godwin Sr., 74 ans. Il ne connaissait pas cet ancien ouvrier à la retraite, père de neuf enfants, qui rentrait tranquillement d’un déjeuner de Pâques en famille.

Steve Stephens avait enregistré une vidéo de son meurtre, puis l’avait mise en ligne très rapidement sur Facebook.

Steve Stephens... (AFP) - image 4.0

Steve Stephens

AFP

Comprendre les motivations 

On l’y voit sortir de son véhicule et demander au vieil homme de répéter le nom d’une personne. Celui-ci s’exécute avant d’amorcer un mouvement de recul pendant que son meurtrier déclare:

 «elle est la raison pour laquelle cela va vous arriver».

Dans une autre vidéo, Stephens affirmait aussi avoir tué 13 personnes et préparer un quatorzième meurtre.

Une traque avait été lancée d’abord dans quatre États avant d’être élargie à tout le territoire américain. Quelque 50 000 dollars avaient été offerts pour toute information conduisant à son arrestation.

«La priorité numéro un était de s’assurer que M. Stephens ne ferait pas d’autre victime», a expliqué Stephen Anthony, un agent du FBI qui participait à la traque.

«L’autre priorité était bien sur d’attraper Mr. Stephens sain et sauf, malheureusement, il a choisi que ce ne soit pas le cas», a-t-il ajouté.

M. Williams a souligné combien la police aurait voulu l’interroger, pour retracer son parcours depuis dimanche mais aussi et surtout pour comprendre ses motivations.

«Nous aurions vraiment voulu lui parler, pour savoir pourquoi il a fait ce qu’il a fait», car «il pourrait y avoir d’autres personnes dans des situations comparables», a-t-il déclaré.

«S’il y a des gens qui sont en difficulté, ou qui pensent avoir besoin d’aide, il faut qu’ils se signalent et qu’ils appellent. Ils peuvent appeler la police, on peut les renvoyer vers nos spécialistes en psychiatrie», a-t-il expliqué simplement.

La victime, Robert Godwin Sr.

AP

Visible par des enfants 

Le chef de la police a également appelé les dirigeants politiques et les responsables des réseaux sociaux à agir pour éviter que ce genre de contenu se retrouve en ligne, visible «à travers le monde», y compris par des enfants, a-t-il souligné.

«Cela n’aurait jamais dû être partagé dans le monde entier, un point c’est tout», a-t-il souligné.

Un des petits-fils de la victime, Ryan Godwin, avait prié sur Twitter les internautes de cesser de diffuser la vidéo du meurtre, par «respect» pour son grand-père.

Facebook avait publié lundi une chronologie détaillée de la diffusion des deux vidéos par Steve Stephens.

La société avait assuré avoir bloqué le compte de Stephens 23 minutes après avoir été alertée du contenu de la vidéo et promis d’améliorer ses procédures pour empêcher la diffusion de ce type d’images.

Son président Mark Zuckerberg a promis lors d’une conférence en Californie que Facebook ferait «tout (son) possible pour éviter ce genre de tragédie».

Le meurtre de dimanche, qui a suscité beaucoup d’émotion et des milliers de témoignages de solidarité à la famille de la victime, n’est pas le premier diffusé sur les réseaux sociaux.

En février, un double meurtre perpétré à Chicago avait déjà été diffusé en direct sur Facebook.

Un garçonnet de deux ans, Lavontay White, était à l’arrière d’une voiture en compagnie d’une tante de 20 ans qui utilisait Facebook Live et d’un homme de 26 ans, quand ce dernier a été la cible d’un règlement de compte.

En aout 2015, un homme, Vester Flanagan, ancien employé d’une chaîne de télévision de Virginie, avait abattu deux journalistes de la chaîne en direct à la télévision, avant de se suicider.

http://www.lapresse.ca/

Le mari meurt et laisse la maman de six enfants seule


Pour changer un peu, une mauvaise nouvelle qui finit sur une bonne note pour une famille dont le père à été tué laissant sa femme et 6 enfants dans une maison qui n’est pas terminée. Il arrive que des gens s’unissent pour rendre le malheur plus doux et plus acceptable. On voit souvent des animaux maltraités, abandonnés être sauvé et c’est une bonne chose, mais les êtres humains aussi, il est important de montrer qu’il est possible de rendre le monde plus beau
Nuage

 

Le mari meurt et laisse la maman de six enfants seule

 

La petite famille d’Estelle Barnes-Summer ne demandait qu’à avoir une vie heureuse alors qu’ils construisaient la maison de leur rêve dans le Michigan.

Mais le destin en a voulu autrement, et tout a basculé alors que le mari d’Estelle et père de leurs 6 enfants, a été tué par balles.


Youtube

Youtube

Estelle était donc veuve à 33 ans avec 6 enfants à charge et une maison pas terminée.


Cependant leur histoire a été relayée à la télévisons sur la chaîne d’informations Fox News, et elle a touché des milliers de gens qui ont voulu leur apporter un peu d’aide et de réconfort dans ce terrible moment.

A la plus grande surprise d’Estelle, des dizaines de bénévoles se sont ainsi proposés de donner de leur temps libre afin de finir de construire sa maison afin qu’ils aient enfin un toit.

Après 2000 heures de travail, leur maison était prête pour les recevoir tous les 7.

Youtube

Youtube

Vous vous imaginez bien la réaction d’Estelle lorsqu’elle rentre chez elle pour la toute première fois! C’est un moment mémorable!

http://incroyable.co

Boko Haram utilise de plus en plus d’enfants dans des attaques kamikazes


Cela fait un bout de temps que je n’avais pas entendu parler de Boko Haram et depuis quelques jours, il semble refaire surface, mais toujours pour des raisons horribles. Comment peut-on enlever des enfants pour en faire de bombes humaines ? Quel monstre peut amener une femme et son bébé à faire un attentat suicide. Alors que c’est contre toute morale les raisons qui le poussent à créer ces conflits
Nuage

 

Boko Haram utilise de plus en plus d’enfants dans des attaques kamikazes

 

Attentat suicide à Maiduguri le 12 octobre dernier. © ap.

Le nombre d’enfants utilisés par le groupe djihadiste Boko Haram dans des attaques kamikazes a fortement augmenté et les armées de la région du lac Tchad continuent à les maintenir en détention pour obtenir des informations sur le conflit, s’est alarmée l’Unicef mercredi.

« Le nombre d’enfants utilisés dans des attaques-suicides dans le conflit du lac Tchad s’élève à 27 au premier trimestre 2017, contre neuf à la même période l’an dernier », selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance.

« C’est la pire utilisation possible des enfants dans les conflits », explique Marie-Pierre Poirier, directrice de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du centre, alors que le Nigeria se prépare à commémorer l’enlèvement des lycéennes de Chibok, il y a trois ans.

En avril 2014, environ deux cents jeunes filles avaient été enlevées par le groupe djihadiste, soulevant une indignation mondiale. Les kidnappings en masse d’enfants, de femmes et d’hommes, dans les villages attaqués par le groupe sont particulièrement fréquents. Ils sont ensuite forcés à combattre aux côtés des insurgés.

Jusqu’à présent, 117 enfants ont été utilisés pour commettre des attentats à la bombe au Nigeria, au Tchad, au Niger et au Cameroun depuis 2014: quatre en 2014, 56 en 2015, 30 en 2016 et 27 au cours des trois premiers mois de 2017. Enfants, jeunes adolescentes, mais aussi des femmes portant des nouveau-nés, se sont fait exploser sur ordre du groupe.

L’Unicef s’inquiète du nombre d’enfants détenus par les armées des quatre pays de la région (Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun).

 « En 2016, près de 1.500 enfants étaient sous détention administrative ».

« Ils sont détenus dans des casernes, séparés de leurs parents, sans suivi médical, sans soutien psychologique, sans éducation, dans des conditions et pour des durées que l’on ignore », explique Patrick Rose, coordonnateur régional. « Ils les interrogent sur ce qu’ils ont vu pour avoir des renseignements sur le conflit. »

Des conditions de détention inhumaines

L’année dernière, Amnesty International avait déjà alerté les autorités sur ces conditions de détention « horribles »:les personnes interrogées souffrent de « maladies, de faim, de déshydratation et de blessures par balles ». 149 personnes, dont 11 enfants de moins de 6 ans sont morts dans les casernes de Giwa à Maiduguri (Etat du Borno, nord-est du Nigeria) entre janvier et mai 2016.

Lundi, le gouvernement nigérian a annoncé avoir libéré 600 personnes, dont 200 enfants, un geste « d’espoir » salué par les humanitaires qui encouragent une meilleure réintégration des villageois qui ont vécu sous le joug des combattants de Boko Haram.

Le groupe djihadiste est largement affaibli depuis l’arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, mais la région du lac Tchad reste très instable.

Le conflit avec Boko Haram a fait plus de 20.000 morts depuis 2009 et 2,6 millions de déplacés

.

http://www.7sur7.be

Des migrants vendus sur des « marchés aux esclaves » en Libye


On a beau critiquer contre les migrants, mais on ne voudrait pas vivre ce qu’ils vivent. Au Libye, ils peuvent être vendus comme esclave, les femmes violées, et même, ils les livrent à la prostitution. Alors que ces gens, fuient un enfer pour entrer dans un autre enfer
Nuage

 

Des migrants vendus sur des « marchés aux esclaves » en Libye

 

GAMBIE

Un nombre croissant de migrants transitant par la Libye sont vendus sur ce qu’ils appellent des « marchés aux esclaves » avant d’être soumis au travail forcé ou à l’exploitation sexuelle, dit un rapport publié mardi par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des migrants originaires d’Afrique de l’Ouest interrogés par l’OIM disent avoir été achetés et revendus dans des garages et des parkings de la ville de Sabha, localité du sud de la Libye par laquelle passent de nombreux candidats à l’exil.

Ils sont vendus entre 200 et 300 dollars et retenus deux à trois mois, en moyenne, a déclaré Othman Belbeisi, qui dirige la mission de l’OIM en Libye.

« Les migrants sont vendus sur le marché comme s’ils étaient une matière première », a-t-il dit à la presse.

«La traite d’êtres humains est de plus en plus fréquente chez les passeurs dont les réseaux sont de plus en plus puissants en Libye.» – Othman Belbeisi, directeur de la mission de l’OIM en Libye

Originaires surtout du Nigeria, du Sénégal et de Gambie, les migrants sont capturés alors qu’ils font route vers le nord de la Libye d’où ils comptent gagner l’Europe en traversant la Méditerranée.

Tout au long de ce périple, ils sont la proie de groupes armés et de réseaux de passeurs qui tentent parfois de leur extorquer de l’argent.

La plupart des migrants sont utilisés comme travailleurs journaliers dans les secteurs de la construction et de l’agriculture. Certains sont rémunérés, mais d’autres sont contraints de travailler sans percevoir de salaire.

« En ce qui concerne les femmes, on nous a signalé beaucoup de mauvais traitements, de viols et des cas de prostitution forcée », a rapporté Othman Belbeisi.

L’OIM explique s’être entretenue avec un migrant de nationalité sénégalaise qui dit avoir été retenu dans un logement de Sabha avec 100 autres migrants. Régulièrement battus, ils ont dû contacter leurs familles pour obtenir les fonds exigés par leurs ravisseurs pour les relâcher.

Incapables de réunir les rançons, certains migrants auraient été tués ou affamés. Lorsque des migrants mouraient ou étaient libérés, ils étaient immédiatement remplacés par d’autres.

« Ce que l’on sait, c’est que les migrants qui tombent entre les mains des passeurs sont exposés à la malnutrition, aux abus sexuels, voire au meurtre », dit dans un communiqué Mohammed Abdiker, directeur de l’OIM aux Opérations et situations d’urgence. « On nous a parlé de charniers dans le désert. »

La Libye est la principale porte d’entrée vers l’Europe pour les migrants. Ces trois dernières années, 150 000 d’entre eux sont parvenus à traverser la Méditerranée.

Depuis le début de l’année, on estime à 26 886 le nombre de migrants arrivés en Italie, soit plus de 7000 que le nombre enregistré l’année dernière sur la même période. On sait que 600 autres sont morts en mer, mais on ignore le nombre de ceux qui périssent en tentant d’atteindre les côtes libyennes.

http://quebec.huffingtonpost.ca