Premier tremblement de Mars détecté par InSight : écoutez-le !


Ce n’est pas vraiment ce que je m’attendais comme son, mais bon, je ne suis pas une sismologue. Par contre, c’est intéressant de savoir que la technologie est capable d’entendre les secousses sismiques même à faible intensité sur la planète Mars
Nuage

 

Premier tremblement de Mars détecté par InSight : écoutez-le !

 

Xavier Demeersman
Journaliste

Arrivé en novembre 2018, InSight a enregistré son premier tremblement de Mars. C’est le premier séisme mesuré sur une autre planète que la Terre et la Lune.

Le sismomètre français Seis (Seismic Experiment for Interior Structure) qui équipe InSight a enregistré son premier séisme martien. Il s’est produit le 6 avril dernier, lors de la 128e journée sur Mars de l’atterrisseur. 

« Jusqu’à présent, nous avons recueilli des bruits de fond, mais ce premier évènement inaugure officiellement un nouveau domaine : la sismologie martienne ! », s’est réjoui Bruce Banerdt, du JPL et chercheur principal de la mission.

L’évènement du 6 avril désigné Sol 128 apparaît en effet être le premier à provenir des entrailles de la Planète rouge, à la différence de trois autres activités sismiques, de plus faible magnitude encore, enregistrées les 14 mars, 10 et 11 avril. Bien que les chercheurs n’aient pas encore réussi à déterminer leur origine exacte, ces mouvements inclinent à penser qu’ils aient été provoqués par le vent en surface.

Écoutez les tremblements de Mars. Outre l’évènement du 6 avril, on peut percevoir de micro-évènements créés par les alizés martiennes ou même par les mouvements d’InSight. © Nasa, JPL-Caltech

Un premier séisme qui ressemble à ceux détectés sur la Lune

Le premier tremblement de Mars était de faible intensité, comparable à un petit frémissement perdu parmi des milliers d’autres sur notre Terre, planète infiniment plus bruyante. D’ailleurs, il n’y aurait peut-être pas été détecté. Il ressemble aux petits séismes enregistrés sur la Lune par les cinq sismomètres déposés par les missions Apollo. Mais cela veut-il dire pour autant que notre voisine, planète deux fois plus petite que la nôtre, résonne d’une activité sismique plus similaire à celle de notre satellite naturel que celle de notre planète ? Il est bien sûr encore trop tôt pour se prononcer, les « écoutes » ne faisant que commencer.

Les causes de ce petit évènement peuvent être des fractures provoquées par le stress de la croûte martienne qui se contracte en se refroidissant, à l’instar de la Lune. Cependant, les chercheurs n’excluent pas non plus que la chute d’une météorite soit à l’origine de cette onde sismique. Les analyses sont toujours en cours.

En tout cas, même si ce premier séisme martien est modeste, pour les géophysiciens, qui par l’intermédiaire de ce sismométre très sensible ont enfin une oreille posée sur le sol martien, c’est déjà énorme.

« C’est très excitant d’avoir enfin la preuve que Mars est toujours active sur le plan sismique » a salué Philippe Lognonné, qui dirige l’équipe Seis à l’IPGP, l’Institut de physique du globe de Paris, et qui rappelle combien l’attente était longue.

https://www.futura-sciences.com

Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois


Je ne sais pas si un jour, des hommes et des femmes pourront aller sur Mars, mais l’idée est intéressante pour les étudiants et même pour le tourisme.
Nuage

 

Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois

 

Les premiers à visiter la «Base Mars 1» sont des adolescents.

Une impressionnante base spatiale éducative a ouvert au public mercredi en Chine dans un endroit reculé du désert de Gobi: elle présente aux visiteurs à quoi la vie pourrait ressembler sur Mars.

Point d’astronautes ni de petits hommes verts dans ces bâtiments blancs sortant du sable ocre au milieu de collines arides.

La base aux lignes futuristes et épurées, installée dans la province du Gansu, est équipée d’un dôme couleur argent et de neuf modules, qui abritent des lieux de vie, une salle de contrôle, une serre ou un sas.

GALERIE PHOTOBase Mars 1Voyez les images

L’inauguration du site survient à l’heure où la Chine rattrape petit à petit son retard sur les Etats-Unis et la Russie en matière d’exploration spatiale. Elle ambitionne notamment d’envoyer un jour un homme sur la Lune.

L’agence spatiale chinoise prévoit d’envoyer un véhicule téléguidé sur la vraie planète rouge l’an prochain.

Les adolescents ont enfilé mercredi des combinaisons avant de partir en randonnée dans le désert, où ils ont pu explorer des grottes dans un paysage rappelant celui de Mars. La ville la plus proche est Jinchang, à environ 40 kilomètres.

Ce programme a reçu l’aide du Centre des astronautes de Chine et du China Intercontinental Communication Centre (CICC), une société de production audiovisuelle publique.

La base est spécifiquement destinée à la popularisation des connaissances spatiales auprès des élèves mais elle devrait également accueillir des touristes, ont indiqué les organisateurs

.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Pepsi va utili­ser des satel­lites pour proje­ter des pubs géantes dans le ciel nocturne depuis l’es­pace


Nous sommes vraiment inondé de publicité, c’est trop intrusif. Alors qu’en plus, ils utilisent l’espace pour leurs pubs est grotesques et c’est de la pollution nocturne sans compter de la pollution de l’espace. Si au moins cela ne serait pas pour la malbouffe ..
Nuage

 

Pepsi va utili­ser des satel­lites pour proje­ter des pubs géantes dans le ciel nocturne depuis l’es­pace

 

Crédits : StartRo­cket/Ulyces

par  Laura Boudoux

La société russe StartRo­cket a annoncé qu’elle allait prochai­ne­ment lancer dans l’es­pace des CubeSats, c’est-à-dire des nano-satel­lites, qui servi­ront de « panneau d’af­fi­chage orbi­tal ».

En asso­cia­tion avec Pepsi, l’en­tre­prise devrait ainsi pouvoir proje­ter d’im­menses publi­ci­tés dans le ciel nocturne, à la manière de constel­la­tions arti­fi­cielles. 

« Nous croyons au poten­tiel de StartRo­cket », confirme Olga Mangova, porte-parole de PepsiCo Russie, au site Digi­tal Trends. « Les panneaux d’af­fi­chage en orbite repré­sentent une révo­lu­tion pour le marché de la commu­ni­ca­tion », estime-t-elle.

La première publi­cité orbi­tale devrait vanter les mérites d’Adre­na­line Rush, « la bois­son éner­gi­sante non-alcoo­li­sée de PepsiCo Russie, une inno­va­tion de la marque qui soutient tout ce qui est non-confor­miste », annonce Olga Mangova.

Les mini-satel­lites de StartRo­cket seront placés en orbite à 450 kilo­mètres au-dessus de la surface terrestre, où ils déploie­ront des voiles en poly­es­ter d’en­vi­ron 10 m de diamètre, pour capter et réflé­chir la lumière du soleil, créant ainsi une image pixe­li­sée visible la nuit depuis la Terre.

D’après Vladi­len Sitni­kov, le PDG de StartRo­cket, les premiers tests de lance­ment devraient avoir lieu cet été, pour une première publi­cité en orbite visible dès 2021.

Un projet « peu judi­cieux » d’après Patrick Seit­zer, profes­seur d’as­tro­no­mie à l’uni­ver­sité du Michi­gan, et spécia­liste des débris spatiaux. « L’es­pace est de plus en plus encom­bré. Il y a actuel­le­ment plus de 20 000 objets en orbite, d’après l’ar­mée de l’air améri­caine. Seule­ment moins de 10 % de ces objets sont des satel­lites actifs, le reste étant des satel­lites morts, d’an­ciens corps de fusées et des pièces de vais­seaux spatiaux », explique-t-il auprès du site Astro­nomy.

Sources : PepsiCo/Astro­nomy

https://www.ulyces.co//

Un aperçu de l’avenir de notre système solaire


Rien n’est éternel dans l’Univers, même pas notre planète ou le soleil. Si nous ne détruisons pas la planète nous-même, ou un astéroïde ne viennent pas fracasser la Terre, le soleil lui fera sûrement des dégâts quand sonnera la fin pour lui. Les astronomes ont une idée de ce qui se passera surtout avec l’observation d’une planète en orbite autour d’une étoile naine blanche a plus de 400 millions d’années-lumières. Enfin, pour notre soleil, on estime l’évènement dans 5 milliards d’années, l’être humain à le temps de disparaitre d’ici là.
Nuage

 

Un aperçu de l’avenir de notre système solaire

 

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

PartagerTweeter

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’un cadavre d’étoile – une naine blanche – entouré d’un reste de planète. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science.

Un aperçu de l’avenir

Notre étoile – comme toutes les autres – a une date de péremption, fixée à environ 5 milliards d’années. À mesure que la fin approchera, le Soleil va se mettre à enfler, au point de se transformer en géante rouge. Il absorbera finalement Mercure, Vénus, et probablement la Terre. Au final, son noyau s’effondrera et notre étoile, autrefois belle et brillante, se transformera en un objet extrêmement dense et pâle de la taille d’une planète. Les objets les plus éloignés commenceront alors à se rapprocher de ce cadavre d’étoile. Les enveloppes gazeuses seront aspirées, mais les cœurs de ces planètes pourraient survivre quelque temps.

PROPOSÉ PAR VISIT VIRGINIA BEACH

C’est du moins ce que l’on observe, à environ 410 années-lumière. Une équipe d’astronomes explique en effet avoir identifié un objet semblable à une planète en orbite autour d’une étoile naine blanche, baptisée SDSS J122859.93 + 104032.9. Pour vous donner une idée de la bête, dites-vous simplement que cet objet exotique emballe 70 % de la masse du Soleil dans une sphère de la taille de la Terre. Concernant la planète en orbite, il s’agirait plus précisément d’un planétésimal, un corps céleste constitué dans un disque de débris et d’environ 600 km de diamètre.

naine blanche

Dans 5 milliards d’années environ, notre Soleil se transformera en naine blanche. Crédits : Pixabay/Wikilmages

Probablement un reste de planète

À première vue, l’objet semble extrêmement dense. Dans le cas contraire, il aurait été aspiré depuis longtemps par les forces gravitationnelles de la naine blanche. Une densité proche de celle du fer, suggèrent les chercheurs, comprise entre 7,7 et 39 grammes par centimètre cube. Cette gamme de densités est compatible avec celle du noyau de la Terre. Aussi, les chercheurs soupçonnent que ce planétésimal est finalement le noyau restant d’une planète détruite.

Cette nouvelle découverte permet ainsi aux chercheurs de se faire une idée de l’avenir de notre système solaire. Les planètes les plus extérieures pourraient en effet se rapprocher du Soleil à mesure que celui-ci se chargera en densité. Survivront-elles pour autant ? Possible. Nous savons que Jupiter, Saturne, Uranus ou Neptune présentent un noyau rocheux de silicates et de fer, possiblement assez dense pour résister.

Cette découverte signifie par ailleurs que les disques ou anneaux entourant les naines blanches peuvent être des environnements hautement dynamiques. Notons enfin que si des disques de débris ont été observés autour de plusieurs naines blanches, ce n’est ici que le deuxième exemple connu de naine blanche hébergeant un planétésimal à l’intérieur.

Source

https://sciencepost.fr/

La station spatiale internationale est pleine de bactéries !


Les astronautes qui séjournent dans la station spatiale internationale, n’y vont pas seuls. Ils amènent avec eux des petits amis à leur insu dont certains pourraient causer des problèmes de santé. Bien que les bactéries et champignons peuvent aussi fonctionner autrement dans l’espace, rien ne dis qu’à la longue, ils pourraient s’affaiblir ou devenir plus dévastateurs. Cela me fait penser à la colonisation dont des colons on contaminer des autochtones qui n’avaient pas d’immunité contre certaines maladies.
Nuage

 

La station spatiale internationale est pleine de bactéries !

 

Tracy Caldwell Dyson dans l'ISS Cupola.

par Yohan Demeure, rédacteur scientifique

Des chercheurs ont examiné la Station spatiale internationale (ISS) durant des mois afin de déterminer la quantité de bactéries présentes à bord. Or des bactéries, il y en a énormément. Quels sont les risques ?

Une grande variété de bactéries

L’étude pilotée par le docteur Kasthuri Venkateswarana du Jet Propulsion Laboratory (États-Unis) et la docteure Aleksandra Checinska Sielaff de l’Université d’État de Washington aura porté sur 14 mois. Il s’agissait de déterminer la quantité de bactéries et autres champignons présents à bord de l’ISS. Et force est de constater qu’il y a de la vie sur l’ISS, selon les résultats publiés dans la revue Microbiome le 8 avril 2019.

Les chercheurs ont déterminé la présence de 133 populations de bactéries diverses et 81 populations de champignons. Parmi ces organismes, certains sont inoffensifs, mais d’autres pourraient représenter un danger. En effet, les célèbres Staphylococcus représentent à eux seuls 26 % de la population bactériologique de l’ISS. Citons également la présence de protéobactéries Pantoea (23 %), connues pour engendrer des maladies chez les végétaux mais pouvant également toucher les humains. Quant aux Bacillus, ceux-ci sont présents à hauteur de 11 %.

Des staphylocoques présents dans l’ISS !
Crédits : Wikipedia

Quels impacts sur les humains ?

Selon les meneurs de l’étude, il a été par le passé démontré que certains microbes présents dans les espaces intérieurs sur Terre pouvaient avoir des conséquences sur la santé humaine. Ainsi, lorsque les astronautes effectuent des vols spatiaux,leur immunité est altérée et ces derniers n’ont pas accès aux mêmes ressources médicales que celles présentes sur notre planète. Rappelons que la plupart des bactéries présentes sur l’ISS ont été apportées par les astronautes eux-mêmes.

Ceux que les chercheurs nomment les “agents pathogènes opportunistes” font donc l’objet d’interrogations, mais les certitudes sont finalement peu nombreuses. Le fait est que les bactéries pourraient réellement engendrer des maladies chez les astronautes de l’ISS. En revanche, cela dépend de plusieurs facteurs tels que l’état de santé de chaque personne, mais surtout du fonctionnement des organismes dans l’environnement spatial, bien différent de celui de la Terre.

Cette étude constitue le premier catalogue complet de bactéries et de champignons retrouvés au sein de systèmes fermés dans l’espace. Ces recherches pourront être utilisées affin d’aider à développer des mesures de sécurité répondant aux exigences de la NASA en matière d’habitation humaine dans les espaces lointains.

Sources : ZME SciencePresse Citron

https://sciencepost.fr/

Nasa : après un an dans l’espace, l’astronaute Scott Kelly n’est plus le même


Pour comprendre ce qui se passe dans le corps humain lors d’un séjour prolongé dans l’espace, quoi de mieux d’avoir des jumeaux identiques pour faire des comparaisons. Mark et Scott Kelly se sont prêtés à cette expérience. L’un est resté sur la terre et l’autre à séjournée sur ISS. Alors que leur condition était similaire avant le départ de Scott, que des différences ont été notés au retour de l’espace de ce dernier en rapport à son frère. Certains résultats ont surpris les scientifiques, et leur étude n’est pas encore terminée.
Nuage

 

Nasa : après un an dans l’espace, l’astronaute Scott Kelly n’est plus le même

 

Imaginez envoyer un astronaute dans l’espace pendant un an et pouvoir comparer les réactions de son corps avec celles de son jumeau resté sur Terre. C’est exactement ce qu’a fait la Nasa, qui vient de publier les résultats d’une étude permettant de donner une meilleure idée des conséquences sur les humains de longs séjours dans l’espace.

Cette étude va « guider la recherche biomédicale spatiale et permettre des voyages plus sûrs vers Mars », s’est réjoui Steven Platts, directeur adjoint du programme de la Nasa consacré aux missions habitées.

L’arrivée du premier humain sur Mars, après un vol de plusieurs mois, est prévue par l’agence américaine en 2033.

L’astronaute américain Scott Kelly, 50 ans, a passé un an dans la Station spatiale internationale(ISS), pendant que son frère Mark Kelly, ancien astronaute lui-même, restait sur la terre ferme. Les chercheurs ont observé attentivement les changements provoqués par leurs environnements respectifs sur leur corps. Les résultats, publiés dans la prestigieuse revue Science, montrent que la plupart des modifications provoquées par un voyage spatial disparaissent peu à peu après le retour sur la Planète bleue.

Logo de The Twins Study, la vaste étude menée par la Nasa sur les deux jumeaux astronautes. © Nasa

Logo de The Twins Study, la vaste étude menée par la Nasa sur les deux jumeaux astronautes. © Nasa

Une étude sur l’adaptation du corps humaine réagit dans l’espace

L’étude est « l’appréciation la plus complète que nous ayons jamais eue de la réponse du corps humain à un vol dans l’espace », selon Susan Bailey, de l’université de l’État du Colorado.

Utilisant Mark comme référence, les 84 chercheurs, issus de 12 universités différentes, ont documenté les conséquences moléculaires, cognitives et physiologiques des 340 jours consécutifs passés par Scott dans l’espace, entre 2015 et 2016. L’intérêt de l’exercice ? 

« Parce qu’ils sont jumeaux, ils ont essentiellement le même code génétique », explique Andy Feinberg, de l’université Johns Hopkins. « De ce fait, toutes les différences constatées durant le vol spatial » peuvent être attribuées à ce voyage, souligne Susan Bailey.

Scott, qui a comme son frère participé par le passé à plusieurs missions de la navette spatiale américaine, a été examiné avant, pendant et après son voyage. Du sang, de l’urine et des échantillons de selles ont été rapportés sur Terre à bord de vaisseaux ravitailleurs. Parallèlement, les chercheurs ont également surveillé Mark, dénommé « référent génétique terrestre ».

Scott Kelly a témoigné de sa fatigue à son retour.

« C’était comme si j’avais la grippe », a-t-il raconté, faisant part de douleurs articulaires et musculaires. « J’étais nauséeux, étourdi. »

« Des milliers de changements moléculaires et génétiques surviennent lorsque quelqu’un va dans l’espace », expose Michael Snyder, de l’université de Stanford. Mais « pratiquement tout cela revient à la normale dans les six mois, a-t-il expliqué. C’est rassurant de savoir que lorsque vous rentrez, les choses rentrent globalement dans l’ordre ».

Quels changements ont été observés par la Nasa ?

Des mesures de l’épaisseur de la paroi de l’artère carotide des deux frères ont été prises. Un épaississement peut être l’indicateur de maladies cardiovasculaires ou de risques d’accident vasculaire cérébral (AVC).

« Notre découverte principale est que la paroi de l’artère carotide de Scott s’est épaissie lors du vol, et est restée ainsi pendant toute la durée de la mission », a expliqué Stuart Lee, du centre spatial Johnson de la Nasa.

 Le même changement n’a pas été observée chez Mark. Scott a également perdu 7 % de sa masse corporelle pendant qu’il se trouvait dans l’ISS, tandis que celle de Mark a elle augmenté de 4 % sur la même période.

Un vaccin contre la grippe leur a été administré, déclenchant la même réaction immunitaire chez les deux frères. Les jumeaux ont également été soumis à une batterie de tests cognitifs avant, pendant et après la mission. Ceux-ci ont montré que les performances de Mark avaient décliné à son retour, en termes de vitesse et de justesse.

En anglais, graphique résumant ce que les chercheurs ont appris et découverts dans le cadre de The Twins Study. © Nasa

En anglais, graphique résumant ce que les chercheurs ont appris et découverts dans le cadre de The Twins Study. © Nasa

L’influence de l’espace sur les gènes humains

Chris Mason, généticien au Weill Cornell Medicine, s’est lui penché sur l’influence de l’environnement si particulier qu’est l’espace sur les gènes humains.

 La « vaste majorité, plus de 90 % » des changements observés, ont disparu une fois de retour sur Terre, dit-il.

L’une des observations les plus intéressantes a été faite par l’équipe de Susan Bailey, qui s’est penchée sur les télomères. Ces derniers se trouvent à l’extrémité des chromosomes et raccourcissent habituellement avec l’âge, ce qui fait d’eux un marqueur de la vieillesse. Avant la mission, ceux de Mark et Scott étaient très similaires. Mais les chercheurs ont été surpris de constater chez Scott une « élongation des télomères » pendant son séjour dans l’ISS. Les scientifiques cherchent à déterminer si l’exposition plus élevée aux radiations dans l’espace, une inflammation ou encore le stress, pourraient être la cause de cet allongement.

Attention, cette découverte « ne peut pas vraiment être vue comme la fontaine de jouvence » ou comme la preuve que les humains pourraient « vivre plus longtemps dans l’espace », a toutefois prévenu Susan Bailey.

La longueur des télomères a en effet « très rapidement » décru après le retour sur Terre de Scott.

La Nasa, qui prépare les missions habitées vers Mars, a dévoilé les premiers résultats de l’expérience médicale à laquelle se sont prêtés les deux frères jumeaux Scott et Mark Kelly. Et ils ne sont pas encourageants : l’expression des gènes est modifiée chez l’un et pas chez l’autre. Les chercheurs avouent avoir été surpris par l’ensemble des résultats.

C’est dans une décennie environ que Mars devrait voir débarquer à sa surface les tout premiers explorateurs humains. Sur Terre, nombre d’ingénieurs, de techniciens et de chercheurs, dans diverses disciplines scientifiques, s’affairent pour préparer ce voyage très délicat  sur cette planète voisine qui nous fascine depuis des temps immémoriaux.

Mais le voyage vers Mars est long. Il faut, à l’heure actuelle, autour de six mois pour parcourir les dizaines de millions de kilomètres qui nous séparent de la Planète rouge. Quelles peuvent être les conséquences physiologiques et aussi psychologiques pour l’équipage ?, s’interrogent les scientifiques. Comment se comporte l’être humain dans cette situation, loin, très loin de la Terre ? Pour le moment, il reste encore beaucoup d’inconnues, tandis que les études sur les effets d’un séjour prolongé dans l’espace se multiplient. L’une des plus avancées vient de livrer ses premiers résultats. Et ils sont pour le moins surprenants.

Comparer les génomes des frères jumeaux Kelly

Tout d’abord, il faut préciser que ce ne sont vraiment que les premiers résultats qui ont été dévoilés ce 26 janvier, lors d’un colloque de scientifiques du Human Research Program de la Nasa au Texas, et dans la revue Nature. Au centre de ces recherches, deux jumeaux : Scott et Mark Kelly. Ils ont donc quasiment les mêmes génomes et aussi (presque) les mêmes activités. En effet, ce sont tous les deux des astronautes expérimentés. L’un, Scott, est même le codétenteur du record du plus long séjour dans l’espace, avec 340 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), entre 2015 et 2016. Au total, il cumule 520 jours. Son frère Mark a, quant à lui, passé 54 jours dans l’espace, à travers différentes missions à bord des navettes spatiales.

Les deux frères jumeaux Mark (à gauche) et Scott (à droite) Kelly. © Nasa

Les deux frères jumeaux Mark (à gauche) et Scott (à droite) Kelly. © Nasa

L’expérience qui est menée avec eux, loin d’être terminée, s’emploie entre autres à comparer le génome de Scott, qui est donc resté près d’un an dans l’espace, avec celui de son frère resté sur Terre, au même moment. Les mesures réalisées avant, pendant et après montrent des changements de l’expression des gènes, de la méthylation de l’ADN et de plusieurs marqueurs biologiques, comme la flore intestinale.

C’est simple, « presque tout le monde rapporte avoir vu des différences », raconte Christopher Mason (Weill Cornell Medicine, New York), l’un des généticiens qui a participé à l’étude.

Alors, est-ce dû au séjour dans l’espace ou plus simplement à divers facteurs naturels ?

Le séjour dans l’espace a modifié les génomes

Dans le cas de Scott, ses télomères sont plus longs que ceux de Mark.

« C’est exactement le contraire de ce que nous pensions » a déclaré la biologiste spécialiste des rayonnements Susan Bailey (Colorado State University), après avoir vérifié les résultats auprès d’un second laboratoire.

Puis, de retour sur Terre, leurs longueurs sont revenues au niveau d’avant son départ. Pour éclaircir cette énigme, les génomes de 10 astronautes déjà partis ou qui partiront d’ici 2018 sont étudiés parallèlement.

Pour ce qui est de la méthylation, les scientifiques ont constaté qu’elle avait diminué chez Scott lorsqu’il était dans l’espace, alors qu’elle avait augmenté chez Mark au même moment. Puis après le retour du premier, les niveaux sont revenus à ceux d’avant le départ. Ce que cela signifie, les généticiens de l’équipe comme Andrew Feinberg, de l’école de médecine de l’université John Hopkins, avouent encore l’ignorer.

Enfin, les signatures d’expression des gènes chez les deux hommes diffèrent aussi. Bien que cela soit le produit de multiples facteurs sur Terre, comme l’environnement, l’alimentation, le sommeil, etc., les changements semblent plus forts que la normale chez Scott. Pour les spécialistes qui l’ont suivi, cela peut être imputable aux conditions éprouvées dans l’espace, la nourriture lyophilisée par exemple, et le sommeil, parfois difficile à trouver. Rappelons que, pour les habitants de l’ISS, le Soleil se lève toutes les 90 minutes et que le corps, bien qu’attaché pour dormir, ressent l’apesanteur.

Ces résultats, déjà très riches de données, seront suivis d’autres au cours des prochains mois et années. L’enjeu pour la Nasa est bien sûr de comprendre les effets sur le corps humain d’un long voyage dans l’espace, et aussi de mettre en place une médecine personnalisée qui permettrait de prévenir les maladies pour des futurs candidats au départ vers la Lune, Mars et au-delà.

https://www.futura-sciences.com/

Pour vraiment apprécier ce trou noir, vous devez voir à quel point il est


Même si on parle d’un trou noir de 40 km de diamètre, il peut être difficile de s’imaginer une telle mesure dans notre galaxie. Si on met le Soleil, Pluton, et même Voyager qui est vraiment rendu très loin de son point d’origine, on s’aperçoit que ce trou est gigantesque. Nous sommes vraiment petits dans ce grand Univers
Nuage

 

Pour vraiment apprécier ce trou noir, vous devez voir à quel point il est

 

main article image

La toute première photo d’un trou noir. Crédits : eventhorizontelescope.org

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Il y a quelques heures une équipe d’astronomes présentait au monde la première photo d’un trou noir jamais capturée, dans le cadre du projet Event Horizon Telescope. Difficile néanmoins de s’imaginer un tel monstre cosmique. C’est pourquoi quelques précisions s’imposent.

Un trou noir gargantuesque

Au centre de quasiment chaque grande galaxie se trouve un trou noir supermassif, des millions de fois plus massif que le Soleil. Dans notre Galaxie, la Voie lactée, c’est Sagittarius A qui commande avec ses quatre millions de masses solaires. C’est déjà un beau bébé, influençant par sa seule force gravitationnelle l’ensemble de notre Galaxie. Mais il n’est rien à côté de ce monstre présenté au monde ce mercredi. Niché au cœur de Messier 87 – une galaxie massive située dans l’amas de la Vierge à 55 millions d’années-lumière – ce trou noir est 6,5 milliards de fois plus massif que notre étoile.

Prenez ainsi la substance constituante du Soleil, et multipliez par 6,5 milliards. Il est cependant impossible de calculer sa taille. L’angle de la photo ne permet en effet pas de calculer son spin, c’est-à-dire sa vitesse de rotation. Certains estiment néanmoins que son diamètre pourrait être 8 à 9 fois plus grand que l’orbite de Pluton, soit environ 320 UA. On rappelle qu’une UA équivaut à la distance Terre – Soleil, soit environ 150 millions de km. En partant de ce principe, il nous suffit de multiplier 150 millions par 320. À titre de comparaison, rappelons que le trou noir de la Voie lactée ne présente un diamètre que de 20 millions de kilomètres environ.

Mais une image vaut mille mots. En voici une vous permettant de vous faire à l’idée. De quoi se sentir tout petit :

trou noir

 

Un ogre cosmique à 55 millions d’années-lumière. Crédits : Randall Munroe/ XKCD

Mieux vaut ne pas s’y frotter

Notons par ailleurs que le gaz chaud qui encercle ce trou noir tourne autour à des vitesses allant jusqu’à 1 000 km/s. Les astronomes estiment qu’environ une masse solaire tombe dans le trou tous les dix ans. L’attraction de l’objet est si forte que pour avoir la chance de s’échapper, un photon devrait se situer à environ 18 000 000 000 kilomètres du centre. Ça équivaut à environ 122 fois la distance entre la Terre et le Soleil. Plus proche, et le photon sera perdu.

On rappelle que pour observer cet objet, c’est bien sur ce gaz gravitant autour du trou noir que les radiotélescopes ont dû se concentrer. Forcément, puisqu’un trou noir est par définition, noir, donc invisible. Juste avant le “point de non-retour”, le gaz devient en effet très chaud, et émet des rayons X. C’est donc en captant ces rayons puis en les convertissant en lumière visible que nous sommes en mesure de pouvoir observer ce véritable monstre posté au centre.

Source

https://sciencepost.fr