«Graham», l’homme qui serait capable de survivre aux accidents de la route


En Australie, pour la campagne de sécurité routière, une artiste avec l’aide de plusieurs professionnels a crée une sculpture humaine qui seraient capable de survivre aux accidents de la route.
Nuage

 

«Graham», l’homme qui serait capable de survivre aux accidents de la route

Graham est exposé dans la bibliothèque de l'État de Victoria en Australie. Photo/TAC Victoria

Créée par une artiste Australienne, cette sculpture représente un être humain qui aurait évolué pour devenir résistant aux accidents de la route. Depuis jeudi, «Graham» est l’effigie d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière de l’État de Victoria, en Australie.

À première vue, ce pourrait être le monstre d’un futur film fantastique. Une tête sans cou, des côtes renforcées, un nez à peine apparent. En réalité, «Graham» est une sculpture censée représenter, selon des scientifiques, l’évolution de l’homme si celui-ci s’était transformé pour survivre aux accidents de la route.

Cette oeuvre a été créée par l’artiste Australienne Patricia Piccinini, en collaboration avec un chirurgien en traumatologie et un expert des accidents de la route. Selon ses créateurs, «Graham» serait «la seule personne capable de survivre sur nos routes» en cas d’accident, explique le Guardian.

«Les voitures ont évolué beaucoup plus vite que les humains et Graham nous aide à comprendre pourquoi nous devons améliorer chaque aspect de notre réseau routier pour nous protéger de nos erreurs», note de son côté le chef de la commission des accidents de la route auprès de la BBC.

Fabriqué à base de silicone, de fibre de verre, de résine et de cheveux humains, Graham a une tête beaucoup plus grosse qu’un homme normal. Elle a l’usage d’un casque. Il n’a également ni cou ni colonne vertébrale, qui ne peuvent ainsi pas se briser lors d’un choc violent. De plus, il a des «airbags» entre chaque côte qui le protège en cas de collision.

Depuis jeudi, il est l’effigie d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière de l’État de Victoria en Australie. Il est possible également de l’observer à 360 degrés sur le site internet meetgraham.

http://www.lefigaro.fr/

Des vétérinaires offrent leur service pour soigner des animaux… en peluche


C’est une idée intéressante de parfaire les techniques de chirurgie tout en réparant des toutous pour les enfants
Nuage

 

Des vétérinaires offrent leur service pour soigner des animaux… en peluche

 

Des vétérinaires offrent leur service pour soigner des animaux… en peluche

Fort Leavenworth Veterinary Treatment Facility/Facebook

BOBOS – Au Kansas, des vétérinaires ont décidé d’ouvrir leur clinique pendant deux jours à de drôles de patients : les peluches blessées. En plus de réparer les doudous, oursons et autres pandas, cette initiative avait pour but d’entraîner les internes à la chirurgie.

 

Du lundi 18 au mercredi 20 juillet, les vétérinaires de la clinique Fort Leavenworth dans le Kansas aux Etats-Unis ont reçu des patients bien sages. Les internes ont offert leurs services pour réparer, recoudre, greffer, ou rafistoler les peluches des jeunes propriétaires.

Réparer et s’entraîner

En plus d’apporter leur expertise pour offrir une deuxième jeunesse aux peluches, les internes en ont profité pour parfaire leurs compétences en chirurgie, en vue de manipuler des patients vivants. La clinique a reçu environ 12 peluches à soigner, selon le site The Dodo.

Les vétérinaires ont effectué les mêmes gestes de chirurgie que sur des patients plus classiques.

Les vétérinaires ont effectué les mêmes gestes de chirurgie que sur des patients plus classiques.

Fort Leavenworth Veterinary Treatment Facility/Facebook

« Nous avons eu un bras amputé à réattacher. Nous avons même eu un don d’organe – une paire d’yeux. Nous avons cousu de nouveaux boutons sur les yeux d’un panda », a expliqué Lynelle, membre de la clinique.

Selon la presse locale, cette idée a été inspirée par une initiative similaire à Fort Carson dans le Colorado. En mai dernier, des militaires avait soigné 60 peluches.

http://www.metronews.fr/

Recherché par la police, il se fait arrêter en jouant à Pokémon Go


Je crois que nous allons voir plusieurs faits insolites avec le jeu de Pokémon Go. Certains seront dramatiques, mais d’autres seront assez cocasses comme cet homme qui se livre à la police en pyjama à cause de Pokémon
Nuage

 

Recherché par la police, il se fait arrêter en jouant à Pokémon Go

 

L'appli Pokémon Go./Photo d'illustration - RelaxNews - AFP PHOTO / TIZIANA FABI

L’appli Pokémon Go./Photo d’illustration RelaxNews  /  AFP PHOTO / TIZIANA FABI

Décidément, le jeu Pokémon Go est à l’origine de bien des faits divers ! Dernier en date, l’arrestation d’un malfrat grâce à l’application est relatée par le site d’actualité américain Fox Detroit et repris par Metronews. William Wilcow faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour « recel de bien volés » et « défaut de comparution ».

Un délinquant pas très malin

L’homme âgé de 24 ans s’est rendu de lui-même au poste de police de Milford, dans le Michigan (États-Unis) pour chercher des Pokémon. En le voyant errer sur la pelouse en pyjama, un membre des forces de l’ordre l’a alors reconnu et a procédé à son interpellation.

« Ils l’ont mis en détention sans incident et il a admis qu’il était en train d’essayer d’attraper des Pokémon en haut du mât du drapeau », raconte Thomas Lindberg, chef de la police, tout en confiant qu’il s’agit d’un des cas les plus drôles qu’il ait jamais vu.

« Il a rendu notre travail beaucoup plus facile ce jour-là ! »

William Wilcox a finalement été relâché avec ordre de se présenter au tribunal dans deux semaines.

http://www.ladepeche.fr/

En Indonésie, le café toilette allie insolite et éducation


Je comprends qu’il veut éduquer les gens à utiliser les toilettes que faire les besoins dans la nature, mais sa méthode me laisse drôlement perplexe et c’est vraiment dégoutant. Surtout que c’est un restaurant seulement sur réservation et pour des personnes ayant les moyens de se payer une toilette alors que bon nombres de gens sont trop pauvres pour avoir ce genre de chose et c’est bien malheureux
Nuage

 

En Indonésie, le café toilette allie insolite et éducation

 

Avec ses sièges en forme de cabinet de toilette avec le couvercle relevé et ses plats servis dans des cuvettes de WC, le Jamban Cafe, version indonésienne de restaurant sur le thème des toilettes, allie insolite et éducation en matière d’hygiène publique.

Le petit restaurant qui a ouvert ses portes en avril accueille désormais des groupes uniquement sur réservation, à Semarang, ville de plus d’un million d’habitants située sur la côte nord de Java.

Pour les clients qui auraient la nausée en voyant par exemple une soupe dans un plat en forme de toilette turque, le « Jamban » (toilette en indonésien) a accroché à l’entrée des sacs hygiéniques.

Des clients découvrent les repas servis dans des cuvettes de toilette au Jamban Cafe de Samarang, en Indonésie, le 16 juillet 2016 © SURYO WIBOWO AFP/Archives

Des clients découvrent les repas servis dans des cuvettes de toilette au Jamban Cafe de Samarang, en Indonésie, le 16 juillet 2016 © SURYO WIBOWO AFP/Archives

« J’étais d’abord dégoûté, mais j’ai finalement mangé une partie de la nourriture par curiosité », raconte Mukodas, un homme de 27 ans, après une louche de boulettes de viande trempant dans une soupe servie dans une cuvette de WC.

Une autre cliente, Annisa Dhea, 15 ans, était de prime abord dégoûtée, mais l’adolescente a été rassurée quand le propriétaire lui a expliqué que la nourriture était « saine et hygiénique ».

Il existe d’autres restaurants sur le thème des toilettes à travers le monde, comme à Taïwan et en Russie, mais le Jamban Cafe affiche sa différence: son propriétaire informe la clientèle sur l’hygiène publique et la nécessité d’utiliser davantage des toilettes dans ce pays d’Asie du Sud-Est au climat tropical.

Un homme se sert une boisson depuis une cuvette de toilette au Jamban Cafe de Semarang, en Indonésie, le 16 juillet 2016 © SURYO WIBOWO AFP/Archives

Un homme se sert une boisson depuis une cuvette de toilette au Jamban Cafe de Semarang, en Indonésie, le 16 juillet 2016 © SURYO WIBOWO AFP/Archives

Budi Laksono, le propriétaire qui est aussi un expert de santé anciennement employé par les autorités locales, discute avec ses clients et leur montre sur son ordinateur portable des vidéos encourageant l’utilisation des toilettes pour les besoins naturels.

Des millions d’Indonésiens vivent sous le seuil de pauvreté dans un archipel ayant l’un des plus mauvais taux de défécation dans la nature, une pratique mise en cause dans la transmission de maladies.

« Ce café nous rappelle que de nombreuses personnes en Indonésie n’ont toujours pas de toilettes », souligne M. Laksono, 52 ans.

Le propriétaire reconnaît cependant que cette conception un peu particulière de restaurant a suscité une controverse dans le pays musulman le plus peuplé au monde:

 « De nombreux critiques disent que le café est inapproprié et contraire à la loi islamique.

http://www.lepoint.fr/

Le vol de prénom, véritable phénomène?


Une chance qu’on ne peut pas, du moins pour le moment un prénom original. Car je ne vois pas comment on pourrait qualifier de vol, le choix d’un prénom pour son nouveau-né. Malheureusement, il semble que prendre le même prénom orignal peuvent faire des conflits entre amis et famille. Il y en a qui cherche des misères avec pas-grand-chose
Nuage

 

Le vol de prénom, véritable phénomène?

 

PAR AMÉLIE COURNOYER,

Est-ce immoral de choisir le même prénom qu’une amie pour son enfant? Et est-ce réaliste d’empêcher nos proches d’utiliser le prénom qu’on souhaite donner à son éventuel bébé? Bref, peut-on «voler» ou «se faire voler» un prénom?

Je me souviendrai toujours de l’air hébété d’une connaissance lorsque je lui ai annoncé que ma fille se prénommait Romane. «C’est le prénom de ma fille. Quel âge a la tienne?» m’a-t-elle répondu sèchement, comme pour déterminer qui avait eu l’idée en premier. À la suite de notre rencontre, j’avoue m’être questionnée: m’avait-elle déjà dit le prénom de sa fille, influençant inconsciemment mon choix? Avais-je «volé» son idée?

Un phénomène récent

L’équipe du Today Show (l’émission matinale la plus écoutée aux États-Unis) s’est aussi penchée sur la question récemment. Dans un sondage auquel 12 000 personnes ont participé, plus de la moitié ont répondu que le vol de prénom est un phénomène bien réel et que les futurs parents qui connaissent un couple ayant des visées sur un prénom ne devraient pas l’utiliser.

Si véritable phénomène il y a, il est tout récent. Au Québec, les générations qui nous ont précédés optaient souvent pour des prénoms communs ou tirés de la Bible afin de signifier leur appartenance à leur communauté ou à la religion catholique. (Ce qui a donné la flopée de Marie, Jean et Pierre qu’on connaît!) Aujourd’hui encore, les parents qui jettent leur dévolu sur des prénoms populaires ou traditionnels doivent s’attendre à voir des personnes de leur entourage choisir le même: 615 Emma et 754 Thomas ont vu le jour au Québec en 2015 seulement.

Mais on assiste également à la mode des prénoms originaux, des parents n’hésitant pas à en inventer ou à modifier l’orthographe usuelle d’un prénom (comme C-Bastien au lieu de Sébastien). Prénommer l’enfant devient ainsi un moyen de s’affirmer, de se démarquer, de souligner le caractère unique de son rejeton. Dans ce contexte, pas étonnant que certains sentent qu’on leur a «volé» quelque chose en utilisant le même prénom qu’eux!

Zackaël®

Puisqu’on ne peut pas (encore) déposer de brevet sur le prénom d’un enfant, on n’a aucun pouvoir sur celui-ci et, aussi original soit-il, il ne nous appartient pas. Légalement parlant, on ne peut donc pas «voler» ou «se faire voler» une idée de prénom. Mais est-ce une violation éthique que de s’approprier celui de l’enfant ou du futur enfant d’un proche?

«Je ne le crois pas, répond Danielle Roberge, formatrice agréée, conférencière et consultante en étiquette, protocole et service client chez Parlons Étiquette. On ne devrait pas se priver de choisir un prénom qu’on aime. Par contre, la politesse serait de demander au proche en question ce qu’il en pense. Ensuite, il faut être capable de vivre avec la réponse, quelle qu’elle soit.»

Mais peut-on réellement briser une amitié ou un lien familial pour ça?

«C’est une histoire de contexte, fait remarquer Danielle Roberge. Ça dépend de la personnalité des personnes concernées, de leur historique et de la qualité de leur relation au départ.»

Par exemple, on peut comprendre la frustration de Camille (nom fictif), qui n’a toujours pas réussi à tomber enceinte après plusieurs années d’essais, lorsqu’elle a appris par la bande qu’une bonne amie avait choisi — en toute connaissance de cause — le prénom qu’elle chérissait depuis toujours pour sa future fille… Disons que ça a jeté un froid sur leur amitié.

Bref, sans demander une «permission officielle», signaler son intention d’utiliser un prénom sur lequel un proche a jeté son dévolu est une belle marque d’attention. Ça évite les mauvaises surprises, en plus d’ouvrir la porte au dialogue.

http://www.coupdepouce.com/

Une maman accouche de jumeaux à trois reprises en deux ans


Les parents n’ont pas de jumeaux dans leurs familles respectives, pourtant en 2 ans, ils ont eu 3 couples de jumeaux. C’est vite dans ces conditions de faire une grosse famille
Nuage

 

Une maman accouche de jumeaux à trois reprises en deux ans

Danescha Couch a eu des jumeaux à trois reprises en deux ans.

CAPTURE YOUTUBE/INSIDE EDITION

ETATS-UNIS Danesha Couch, une maman de 20 ans habitant au Kansas, a accompli un presque miracle : elle a accouché de jumeaux à trois reprises en l’espace d’un peu plus de deux ans. Cette histoire hors norme a été relatée sur la chaîne américaine ABC.

 

Cette jeune maman pourrait peut-être prétendre à une petite place dans le livre Guinness des records. Danesha Couch, 20 ans et habitant au Kansas, a eu le bonheur d’accoucher, le 17 juin dernier, de deux petits jumeaux, baptisés Darla et Dalanie.

Ces petits derniers… sont loin d’être les premiers. Le 29 mai 2015, Danesha avait déjà donné naissance à deux petites sœurs jumelles, Delilah et Davina. Et encore un an plus tôt, le 13 avril 2014, le jeune couple avait eu, cette fois, deux petits garçons, Desmond et Danarius, dont le premier était malheureusement décédé peu de temps après sa naissance.

Un cas rarissime

« La deuxième fois, j’ai été surprise parce que leur papa et moi, nous l’envisagions pour rigoler », raconte la maman à ABC News.

Quand c’est arrivé encore une fois, la jeune femme a dit à son compagnon :

 « Ce n’est pas possible. Pince-moi ! » Ce qu’il a fait. « C’était bien réel. »

Malgré le drame de la mort prématurée du premier jumeau, la fratrie est unie et aujourd’hui heureuse.

Selon le docteur Marjorie Greenfield, chef du service obstétrique du centre hospitalo-universitaire de Cleveland (Ohio), cité par ABC News, le cas des trois paires de jumeaux est extrêmement rare et en partie lié à des facteurs génétiques. Aucun des deux parents n’a de jumeaux parmi ses ascendants. En revanche, ils ont des familles fertiles : 9 enfants dans l’une, 12 dans l’autre.

http://www.metronews.fr/

Le sauvetage d’un chat trop curieux, coincé dans une grille d’évacuation


Il y a des chats qui sont un peu trop curieux. Comment ce chat a pu évaluer qu’il pouvait sortir dans un carré de quelques cm
Nuage

 

Le sauvetage d’un chat trop curieux, coincé dans une grille d’évacuation

 

«La curiosité est un vilain défaut», voilà un dicton qui prend tout son sens pour ce pauvre félin. A vouloir être trop curieux, il s’est retrouvé la tête coincée à travers une grille d’évacuation, nécessitant alors l’aide de plusieurs personnes pour le sortir de son piège.

Ce matou s’est sûrement dit qu’il était amusant de vouloir visiter les égouts… erreur de sa part ! En effet, le pauvre quatre pattes s’est retrouvé la tête coincée en essayant de ressortir.

Chat coincé dans une grille d'évacuation

Par chance pour ce chat, les pompiers du Winchendon dans le Massachussets sont intervenus sur place pour l’extraire de son piège.

 «Quand nous sommes arrivés, le chat respirait à peine, se déplaçant comme il le pouvait en étant suspendu à la grille», ont expliqué les soldats du feu sur leur page Facebook.

Chat coincé dans une grille d'évacuation

Afin de le sortir de son inconfortable position, les pompiers ont d’abord déplacé la grille permettant alors au félin d’avoir pied. Mais même après cette périlleuse opération, le pauvre matou n’était pas tiré d’affaire, sa tête étant encore à extraire de la grille… Pour cela, le propriétaire de l’animal est intervenu, apportant aux soldats du feu du savon avec un peu d’eau afin qu’ils puissent retirer le plus délicatement possible la tête du matou.

Chat coincé dans une grille d'évacuation

Après seulement quelques minutes, la boule de poils était délivrée !

«Il s’en sort vraiment bien !», a confié le propriétaire de l’animal à The Dodo, heureux de pouvoir ramener son compagnon sain et sauf à la maison.

Chat coincé dans une grille d'évacuation

Chanceuse, la boule de poils ne recommencera sûrement pas à jouer les curieuses dans les égouts.

    Chat coincé dans une grille d'évacuation

Par Charline Béduit

Crédits photo : WINCHENDON FIRE DEPARTMENT

http://wamiz.com/