L’homme voit une bouteille en plastique flotter à la surface de l’eau


Qu’est-ce que des gens peuvent penser de faire de telles choses aussi stupides que d’attacher une bouteille de plastique à une tortue. Résultat, elle ne pouvait que nager à la surface …
Nuage

L’homme voit une bouteille en plastique flotter à la surface de l’eau

Facebook / Kuo Lung Liao

Nous les humains, nous ruinons l’environnement avec négligence et une ignorance qui sont mauvaises par essence, mais que quelqu’un blesse un animal sans défense pour le simple plaisir est un acte tout simplement cruel.

Kuo Lung Lio est originaire de Taïwan, et alors qu’un jour il pêchait dans l’océan, il voit une bouteille en plastique flotter à la surface de l’eau. La bouteille se déplaçait lentement contre le courant, et c’est ce que Kuo a trouvé d’étrange, écrit TVBS.

Il s’est rapproché et a retiré la bouteille de l’eau pour voir ce que c’était et ce qu’il a vu quand il l’a pêchée, l’a choqué. Quelqu’un avait fixé une bouteille en plastique à une tortue vivante.

La tortue était attachée avec du silicone à la bouteille, ce qui signifie que l’animal ne pouvait plus plonger sous l’eau et était limité à une nage à la surface de l’eau.

Il est impossible de déterminer depuis combien de temps la bouteille était collée sur la carapace de la tortue – mais la tortue et la bouteille étaient couvertes de mousse.

Kuo a réussi à enlever la bouteille et à nettoyer partiellement la carapace de le pauvre  tortue, après quoi il l’a relâché dans l’eau à nouveau.

Il a été soulagé de constater que la tortue pouvait nager plus loin en toute liberté sans dommage visible – maintenant c’était enfin fini!

 

http://incroyable.co/

Publicités

L’affreuse maladie qui pourrait transformer Bernard Werber en statue


Bernard Werber est un romancier français, je crois que j’ai déjà lu au moins un de ses livres. Ce qui est étonnant de cet homme est son côté positif malgré une maladie génétique évolutive et un jour il devra décider s’il veut comme dernière position, couchée ou assise, car comme il dit, il sera comme une statue. Ce qui l’a aidé depuis le début de sa maladie est l’écriture, et il est devenu un romancier avec plus de 20 romans
Nuage

 

L’affreuse maladie qui pourrait transformer Bernard Werber en statue

 

© photo news.

La Spondili Arthrite Ankylosante est une maladie génétique et « irrémédiablement évolutive ».

Sur sa page Facebook et le site du Huffington Post, Bernard Werber, 56 ans, évoque une histoire réelle de son enfance et la maladie qu’on lui a diagnostiquée à l’âge de 14 ans.

« Je suis né avec une maladie bizarre qui se nomme SPA. Non pas pour Société Protectrice des Animaux mais pour Spondili Arthrite Ankylosante. Spondili ce sont les vertèbres. Arthrite c’est le rhumatisme. Ankylosante cela signifie que progressivement cela bloque tout. En fait mon dos se transforme en petit arbre bien rigide », raconte l’auteur connu pour sa trilogie des Fourmis.

Enfant solitaire et introverti, il se passionnait pour le dessin et la nature.

« Nul au foot, un peu trop sensible dans le quotidien, en conflit alimentaire avec mes parents, pourvu de peu de mémoire pour les cours, j’étais ce qu’on pourrait nommer un enfant plutôt inadapté au système social courant », note Bernard. 

À 13 ans, il est traumatisé par la mort de son grand-père, victime d’acharnement thérapeutique.

« Ainsi on ne peut même pas mourir sereinement quand on en a envie, on peut vous forcer à vivre malgré vous. »

« Du coup, énorme crise de mal au dos, énorme difficulté à sortir du lit. Je devais aller à l’école avec une canne. Comme un petit vieux », se souvient le Toulousain.

 Chez le médecin, on lui explique d’abord que son mal est psychologique. Puis un an plus tard, il se rend chez un spécialiste des rhumatismes. Son blocage du dos est en réalité causé par une Spondili Arthrite Ankylosante.

« Mauvaise nouvelle, cette maladie est génétique (donc il n’y a aucune cause sur laquelle on peut agir) et elle est irrémédiablement évolutive. Je dois donc terminer ma vie handicapé pour me transformer en statue. »

Assis ou couché

À peine adolescent, Bernard Werber découvre le sombre destin qui l’attend.

 

« Vers la fin on me proposera un choix: Assis ou couché. C’est-à-dire rester définitivement bloqué en position assise ou en position couchée. Assise permet de mieux travailler. Couché permet de mieux dormir. Je découvrais aussi que ceux qui choisissaient « assis » devaient dormir en position verticale dans des hamacs suspendus au plafond avec les deux jambes qui sortent sur les côtés… »

Le jeune homme essaie plusieurs traitements, avant de se tourner vers la seule activité qui le soulage vraiment: l’écriture.

« À 16 ans j’ai commencé la rédaction du projet « fourmis ». À l’époque je m’étais amusé à créer des acrostiches, c’est-à-dire que les premières lettres de chaque phrase formaient un récit complet caché », indique le romancier.

Il a écrit en douze ans 111 versions de ce projet. Après des études de criminologie et de journalisme, et six ans de lettres de refus, il est finalement publié à l’âge de 30 ans.

À partir de ce jour-là, ses crises se sont définitivement arrêtées.

« Pourquoi lier les deux? Parce que cela me semble évident, en fait, le seul remède contre la maladie est de s’épanouir dans son activité quotidienne.L’écriture de romans a arrêté la progression de ma maladie. »

Aujourd’hui, à 56 ans, il a écrit plus de 20 romans.

« J’ai été sauvé d’une vie normale (où j’aurais très probablement été inadapté) et d’une maladie invalidante par… l’écriture. On pourrait donc nommer mon traitement très personnel « écrito-thérapie ».

Je crois que nous avons tous un mode d’expression artistique par lequel on peut faire sortir sa pression intérieure. Je vous souhaite à tous de le trouver non seulement pour réduire vos agacements ou vos souffrances mais pour connaître des joies incomparables que vous ne pourrez trouver nulle par ailleurs. » Il précise: « Mais si les crises revenaient et que l’arbre dans mon dos se remettait à se rigidifier, je sais maintenant ce que je choisirai: la position assise. »

« UN ARBRE DANS LE DOS, DES REVES AU BOUT DES DOIGTS »

(Petite histoire extraordinaire que j’ai réellement vécue, numéro 04).

1. Je me souviens….

Afficher la suite sur sa page Facebook

http://www.7sur7.be/

Monstre marin ? L’ouragan Harvey a fait s’échouer une étrange créature au Texas


A voir la première photo, on croit que cette bête serait énorme, alors que la paille qui sert de repère, montre qu’il n’est pas très grand. On croit que ce serait une créature venue des profondeurs de la mer généralement dans le coin du Mexique, mais aussi un des trois poissons qui sont présents au Texas, faut dire que la décomposition était trop avancée pour en être certain. Quoique s’il aurait été étudié, me semble qu’il aurait pu avoir le coeur net
Nuage
 

 

Monstre marin ? L’ouragan Harvey a fait s’échouer une étrange créature au Texas

 

Créature

Très décomposée, la créature est difficile à identifier.

© TWITTER / PREETI DESAI

Par Anne-Sophie Tassart

Une américaine a pris en photo une étrange créature marine sur une plage de Texas City. Un biologiste pense savoir à quelle espèce elle appartient.

Après la découverte, le 6 septembre 2017, d’une étrange créature échouée sur une plage de Texas City (Etats-Unis) suite au passage de l’ouragan Harvey, l’américaine Preeti Desai a interrogé la communauté scientifique dans un Tweet :

« Qu’est ce que c’est que ça ?? », a écrit la jeune femme, community manager de l’ONG environnementale Société nationale Audubon.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Un animal difficilement identifiable à cause de la décomposition

Difficile pour la twittosphère d’identifier cet animal longiligne alors que son état de décomposition est déjà bien avancé. Preeti Desai n’a pas non plus mesuré sa taille exacte ce qui aurait pu aider les spécialistes. Mais la paille visible juste à côté donne un ordre de grandeur : la créature est loin d’être colossale.

Interrogé par Earth Touch News, Kenneth Tighe, un biologiste du Smithsonian National Museum of Natural History, suppose que l’animal échoué est une Aplatophis chauliodus, nommée Serpenton Dentu en français selon l’Union internationale pour la conservation de la nature(UICN). Cette espèce de l’ordre des anguilliformes, se rencontre généralement dans le Golfe du Mexique mais est rarement visible : elle nage bien souvent entre 30 et 90 mètres de profondeur.

Le spécialiste n’est pas sûr à 100 % de sa conclusion :

« Cela peut aussi être un poisson de l’espèce Bathyuroconger vicinus ou encore un Xenomystax congroides. Ces trois espèces sont présentes au Texas et ont des dents en forme de crocs. Il est trop difficile de voir clairement le bout de la queue ce qui peut permettre de différencier les Ophichthidae (dont fait partie Aplatophis chauliodus, NDLR) et les Congridae (qui comprend les deux autres espèces mentionnées, NDLR) ».

Le mystère ne sera donc jamais complètement résolu.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Une lettre "écrite par Satan" au 17ème siècle vient d’être décodée


En 1676 une soeur a écrit inconsciemment semble t’il une lettre avec un mélange de latin, grec ancien et arabe. Elle croyait être possédée du démon. Cela a pris plusieurs siècles avant d’être décrypté avec un logiciel qui laisse plané que la religieuse avait probablement un trouble mental
Nuage

 

Une lettre « écrite par Satan » au 17ème siècle vient d’être décodée

 

© thinkstock.

Un sombre matin de 1676, Soeur Maria s’est réveillée le visage couvert d’encre avec une mystérieuse lettre dans la main.

Née Isabella Tomasi en 1645, elle est devenue Soeur Maria Crocifissa della Concezione lorsqu’elle est entrée dans les ordres au Couvent des Bénédictines situé dans la commune de Palma di Montechiaro en Sicile. Selon la légende, le 11 août 1676, Soeur Maria s’est réveillée en découvrant une lettre qu’elle ne se souvenait pas d’avoir écrite. Sur le papier se trouvait un code étrange et indéchiffrable, ce qui l’a poussée à croire qu’elle avait été possédée par un démon.

Depuis plus de 300 ans, des scientifiques, des universitaires et des spécialistes des sciences occultes ont tenté de percer le mystère de cet alphabet inconnu, en vain. Mais il y a quelques jours, une équipe d’informaticiens italiens du Ludum Science Center a annoncé au monde entier son interprétation de la « lettre du diable ». C’est grâce à un logiciel du dark web qu’ils ont pu enfin traduire une quinzaine de lignes.

« On peut trouver de tout sur le dark web, de la drogue, de la prostitution, de la pédophilie, et aussi des programmes utilisés par les services de renseignement pour déchiffrer les messages secrets, comme celui que nous avons utilisé », a expliqué Daniele Abate, le directeur du centre, sur les ondes de la radio italienne 105.

La lettre écrite par Soeur Maria contenait des traces de latin, de grec ancien, d’arabe et d’alphabet runique.

« Dieu pense qu’il peut libérer les mortels. Le système ne marche pour personne. Peut-être que maintenant, le Styx est certain », aurait donc voulu nous dire Belzébuth.

Le texte décrit aussi Dieu, Jésus et le Saint-Esprit comme des « poids morts » et encourage donc la nonne à abandonner la religion selon le site du Times.

Pour Daniele Abate, cette traduction démontre surtout que Soeur Maria était une linguiste plutôt douée et peut-être légèrement schizophrène. Il poursuit:

« Ma théorie est qu’il s’agit d’un alphabet précis, inventé par la nonne avec beaucoup de soin, en mélangeant des symboles qu’elle connaissait. Chaque symbole est bien pensé et structuré, il y a des signes qui se répètent, et cela montre une initiative soit intentionnelle, soit inconsciente. La vie dans le monastère était sans doute très stressante. »

http://www.7sur7.be/

Irma : les 54 chats à six doigts d’Hemingway sains et saufs


Une maison battit en 1851 en Floride en plein dans la trajectoire de l’ouragan Irma, a résister aux vents violent et destructeurs. C’est heureux que ces gens aient pu en sortir indemne ainsi que les chats, mais il aurait quand été plus sage, de quitter les lieux avec les chats
Nuage

 

Irma : les 54 chats à six doigts d’Hemingway sains et saufs

 

Ces chats seraient les descendants d'un félin blanc... (ARCHIVES REUTERS)

Ces chats seraient les descendants d’un félin blanc à six doigts, offert par un capitaine de navire à Ernest Hemingway et nommé «Blanche Neige».

ARCHIVES REUTERS

 

Agence France-Presse
Miami

Avec des vents à plus de 200km/h, la déferlante de l’ouragan Irma a «dévasté» l’archipel des Keys, à la pointe sud de la Floride. Mais, soulagement aux États-Unis, les chats d’Ernest Hemingway, connus pour avoir six doigts, ont survécu sans accroc.

Ni les ordres d’évacuation, les prévisions alarmistes ou les appels pressants de la petite-fille de l’illustre écrivain américain, n’y ont rien fait: les gardiens de la maison d’Ernest Hemingway sur l’île de Key West ont préféré rester enfermés avec les 54 descendants de son chat à six doigts pendant que l’ouragan balayait cette basse langue de terre particulièrement vulnérable aux éléments, convaincus que la solide bâtisse historique résisterait.

«Nous les avons pris dans la forteresse avec nous», a expliqué le commissaire des expositions de cette résidence-musée, Dave Gonzales, sur la chaîne NBC, en référence à la maison de type coloniale, construite en 1851 en épaisses briques.

«Dix employés sont restés ici sur place. (…) Les chats sont habitués à nos voix et à nos soins, on est bien avec eux, ils sont bien avec nous. On les aime, ils nous aiment. Nous sommes tous restés ensemble la nuit dernière», a-t-il confié dimanche soir.

L’inquiétude était montée à l’approche de l’ouragan, lorsque malgré l’ordre d’évacuation lancé par les autorités, les responsables de la maison-musée avaient annoncé leur décision de rester.

 «Sauvez les chats, mettez tous les chats dans une voiture mais partez», avait exhorté Mariel Hemingway, la petite-fille de l’écrivain, dans une vidéo mise en ligne par le site people TMZ vendredi.

Mais, se sentant responsable de la protection des lieux, des employés ne pouvant pas partir faute de voiture, et des fameux félins, la directrice de la maison-musée Jacque Sands a préféré rester. Les occupants ont renforcé les fenêtres de la résidence bordée d’une végétation luxuriante où le prix Nobel de littérature s’est installé en 1931, puis ont attendu l’ouragan.

«Les chats ont semblé remarquer que la tempête arrivait plus tôt, et d’ailleurs quand on a commencé à rassembler les chats pour les amener à l’intérieur, certains ont couru vers l’intérieur, sachant qu’il était temps de se mettre aux abris», a raconté Dave Gonzales. «Parfois, je pense qu’ils sont plus intelligents que les humains.»

Ces chats seraient les descendants d’un félin blanc à six doigts, offert par un capitaine de navire à Ernest Hemingway et nommé «Blanche Neige», selon son musée. Environ la moitié des chats du musée ont six doigts, au lieu de cinq à l’avant et quatre à l’arrière, d’après ses responsables, mais tous portent le gène de cette malformation.

http://www.lapresse.ca/

Le sous-sol de sa maison était infesté de requins


Il y a des gens qui ont vraiment des idées bizarres ! Des requins dans une piscine inadaptée pour leur condition placé dans un sous-sol d’une maison. Ils ont été recueillis par l’aquarium de Long Island. Dommage qu’ils n’ont pas été mis en liberté
Nuage

 

Le sous-sol de sa maison était infesté de requins

 

La police new-yorkaise enquêtait sur une affaire de recel d’animaux sauvages. Mais c’est une découverte surprenante qu’elle a faite dans le sous-sol d’une maison, qui abritait sept requins gris dans une toute petite piscine.

C’est dans une maison située à New York que les policiers ont fait cette surprenante découverte. Sept requins gris nageaient dans une petite piscine qui n’était pas du tout adaptée. Les cadavres de deux requins léopards et d’un requin marteau ont également été retrouvés.

Les squales ont été transférés à l’aquarium de Long Island. Ils ont été placés en quarantaine avant de suivre des examens médicaux. Cité par le Huffington Post, le propriétaire des lieux a indiqué qu’ils mesuraient entre 40 et 120 cm de long.

Le propriétaire de la maison est lui introuvable. Il aurait monté un business pour acheminer et vendre les bêtes de manière illégale.

 

http://www.7sur7.be/

Le suicide d’une femme enceinte enflamme le web


Une femme enceinte prête à accoucher s’est jeter en bas du 5e étage de l’hôpital en Chine. Elle voulait une césarienne, mais cela lui a été refusé. Par qui ? La famille dit, c’est l’hôpital, l’hôpital dit que c’est le mari, et la famille. Et la femme enceinte n’a aucun mot à dire qu’importe qui a pris la décision. Et si c’est une question d’argent, c’est encore un problème
Nuage

 

Le suicide d’une femme enceinte enflamme le web

 

STEFANIKOLIC VIA GETTY IMAGES

Elle se jette par la fenêtre après s’être vu refuser une césarienne

Un intense débat agite actuellement la Chine après le suicide d’une femme enceinte sur le point d’accoucher: après s’être vu refuser une césarienne malgré d’intenses douleurs, elle s’est jetée par une fenêtre de l’hôpital.

Ma Rongrong, 26 ans, n’aurait pas supporté les souffrances engendrées par les contractions et se serait défenestrée le 31 août depuis le cinquième étage d’un établissement situé à Yulin, dans la province du Shaanxi (nord).

Depuis, la famille de la victime et l’hôpital se rejettent la responsabilité du refus de la césarienne.

Les internautes et les médias, eux, s’interrogent: comment cette intervention chirurgicale, extrêmement banale en Chine, a-t-elle pu être refusée à la principale concernée, la femme enceinte?

L’hôpital assure avoir conseillé la césarienne à Ma Rongrong. Mais selon l’établissement, le mari de la victime, à qui elle avait donné procuration, n’a pas donné son accord et les médecins n’ont pas pu aller contre la décision de l’époux.

Ce dernier a fermement démenti dans la presse. Il affirme avoir accepté l’intervention, mais que le médecin l’a jugée inutile.

La controverse a connu un rebondissement cette semaine avec la fuite sur internet d’une vidéo de surveillance montrant Ma Rongrong à genoux dans un couloir de l’hôpital.

Pour l’établissement, les images prouvent que la jeune femme implorait ses proches d’accepter la césarienne. Pour sa famille, elle n’a adopté cette position que pour soulager sa douleur.

Sur internet, beaucoup pensent que la famille n’avait peut-être pas les moyens de payer — un problème récurrent en Chine, où les frais médicaux peuvent être hors de portée des plus modestes.

Certains pointent également la responsabilité du gouvernement, qui encourage les hôpitaux à réduire le taux de césariennes, la Chine étant déjà l’un des pays au monde où le recours à cette pratique est le plus élevé.

« Les hôpitaux veulent limiter les césariennes et les familles ne veulent pas dépenser d’argent », déplore un internaute sur le site de microblog Weibo, relayant une impression largement partagée sur les réseaux sociaux.

« Ce type de système et ce type de famille engendrent de telles tragédies. »

Certains dénoncent également les valeurs traditionnelles de la famille en Chine, en vertu desquelles une femme enceinte subit souvent l’influence toute puissante de son mari et de sa belle-mère.

« Pourquoi un hôpital ne pourrait pas réaliser une césarienne? », s’emporte un internaute.

« Simplement parce que sa famille n’est pas d’accord? C’est quoi ces règles? »

http://quebec.huffingtonpost.ca/