Un diamant conte­nant un autre diamant décou­vert dans une mine en Sibé­rie


Une pierre de 800 millions d’années bien particulière découvert en Sibérie, Un diamant qui porte en son sein un autre diamant mobile. Que vont-ils faire avec cet objet unique ? Le prix, sera-t-il donné selon sa qualité ou sa rareté ? L’histoire ne le dit pas.
Nuage


Un diamant conte­nant un autre diamant décou­vert dans une mine en Sibé­rie


par  Malaurie Chokoualé Datou

Ce diamant-matrio­chka est une première au monde. Au travail dans un gise­ment en Sibé­rie, des employé·e·s de l’en­tre­prise diaman­ti­fère Alrosa ont décou­vert une pierre incroyable.

À la manière des célèbres poupées russes, iels ont déterré un diamant creux qui possède un deuxième diamant mobile en son coeur, rapporte Forbes le 4 octobre.

Les deux pierres sont de taille modeste, quelques milli­mètres tout au plus. La pierre exté­rieure pèse 0,62 carats, quand l’autre atteint 0,02 carat. Après avoir l’avoir datée de 800 millions d’an­nées envi­ron, les spécia­listes n’ont pas encore précisé le sort qu’iels lui réser­ve­raient ou le prix qui pour­rait lui être assi­gné.

Après étude, la compa­gnie pense que le diamant interne se serait formé tout d’abord, et que le diamant externe se serait formé tout autour.

« À notre connais­sance, de tels diamants n’ont encore jamais été rencon­trés dans l’his­toire de l’ex­trac­tion diaman­ti­fère mondiale », déclare Oleg Kovalt­chouk, direc­teur adjoint d’Al­rosa en charge des travaux d’in­no­va­tion. « C’est effec­ti­ve­ment une œuvre unique de la nature. »

https://www.ulyces.co/

Cette famille vivait dans une cave depuis 9 ans en atten­dant la fin des temps


Comment peut-on faire vivre des enfants dans l’ignorance la plus totale pendant des années ? Il a du s’en passer des choses pendant 9 ans dans cette cave. Les enfants, maintenant adulte doivent être vraiment déconnecté du monde actuel. Comment peut-on se relever de ce genre de maltraitance.

Nuage


Cette famille vivait dans une cave depuis 9 ans en atten­dant la fin des temps

par  Adrien Gingold

La police hollan­daise a indiqué mardi avoir trouvé six personnes, vrai­sem­bla­ble­ment un homme et ses cinq enfants, dans une pièce secrète aména­gée dans la cave d’une ferme du nord du pays. Ils y vivaient depuis neuf ans en « atten­dant la fin des temps » d’après des médiaux locaux cités par la BBC.

La ferme perdue au milieu des champs se trouve à Ruiner­world, entre Zwolle et Heere­ven­veen.

« Je n’ai jamais rien vu de tel aupa­ra­vant », a déclaré le maire du village, Roger de Groot, stupé­fait.

C’est l’un des fils qui a tout déclen­ché en se rendant dans un bar du village : sale, mal coiffé, vêtu de haillons, inco­hé­rent et déso­rienté, le jeune homme de 25 ans a demandé de l’aide au patron de l’éta­blis­se­ment, Chris Wester­beek :

« Il nous a dit qu’il n’était pas sorti de chez lui depuis neuf ans et qu’il n’était jamais allé à l’école. Très confus, il parlait d’ailleurs d’une manière enfan­tine. »

Wester­beek a appelé la police, qui s’est rendue sur les lieux. Elle a décou­vert un esca­lier caché derrière un placard du salon, menant à une salle secrète. Un homme de 58 ans a été arrêté pour avoir « refusé de coopé­rer à l’enquête ». Selon la presse, il s’ap­pelle Josef B. et vient d’Au­triche.

Les personnes décou­vertes dans la propriété vivaient selon « un mode de vie autar­cique » depuis neuf ans, et plusieurs des enfants, désor­mais adultes, « n’ont pas été inscrits dans le registre des nais­sances », a indiqué le maire.

Comme la police l’a tweeté ce mardi, « les six adultes sont actuel­le­ment pris en charge. Tous les scéna­rios sont encore ouverts. Une enquête est en cours. »

 La radio locale RTV Drenthe indique que la famille vivait « dans l’at­tente de la fin des temps ».

Certaines des personnes décou­vertes ne savaient même pas qu’il exis­tait d’autres indi­vi­dus qu’eux dans le monde.

https://www.ulyces.co/

Elle confond du wasabi avec de l’avo­cat et finit à l’hô­pi­tal


Si elle pensait que c’était de l’avocat, elle avait dû prendre une bonne quantité Ouf ! Lors d’une convention, je ne me souviens plus quel mets était servi, mais il y avait un truc que je croyais une purée de pois, gros comme un pois justement. J’ai tout pris dans la bouche, c’était épouvantable et je ne voulais pas montrer mon malaise devant les autres convives. En tout cas,  un nez bouché, ne résiste pas au wasabi.  Maintenant, quand je prends du wasabi, c’est avec parcimonie.
Nuage


Elle confond du wasabi avec de l’avo­cat et finit à l’hô­pi­tal


Crédits : Wiki­mé­dia


par  Mathilda Caron

D’après la revue médi­cale BMJ Case Reports, une femme de 60 ans qui a mangé une grande quan­tité de wasabi, pensant qu’il s’agis­sait d’avo­cat, a fini à l’hô­pi­tal après un dysfonc­tion­ne­ment cardiaque.

Elle se trou­vait à un mariage quand, « après avoir mangé le wasabi, elle a senti une pres­sion soudaine dans sa poitrine qui s’est diffu­sée dans ses bras et a duré plusieurs heures », indique l’ar­ticle.

La malheu­reuse a été victime de cardio­myo­pa­thie takot­subo, une insuf­fi­sance cardiaque qui affai­blit subi­te­ment et tempo­rai­re­ment le ventri­cule gauche en cas de stress.

« À notre connais­sance, il s’agit du premier cas de cardio­myo­pa­thie takot­subo provoqué par la consom­ma­tion de wasabi », précise l’équipe du centre médi­cal de l’uni­ver­sité Soroka, en Israël.

Les symp­tômes ont tendance à ressem­bler à une crise cardiaque, avec de fortes douleurs à la poitrine. La sexa­gé­naire a fina­le­ment retrouvé un état de santé normal après un mois de trai­te­ment.

Source : BMJ Case Reports

https://www.ulyces.co/

Une Américaine traverse quatre fois la Manche à la nage sans s’arrêter


Cela fait un an que cette femme américaine a fini son traitement contre le cancer du sein. Elle a entrepris un grand défit. Elle est la première personne qui a traversé la Manche non pas une fois, mais 4 fois d’affilée, malgré l’eau salée qui lui brûlait la gorge et s’est fait piquer par une méduse.
Nuage


Une Américaine traverse quatre fois la Manche à la nage sans s’arrêter



Disparu pendant 22 ans, un homme est retrouvé grâce à Google Maps


Google Maps a pu résoudre une disparition aux États-Unis. Ce que je trouve curieux, comment il se fait qu’il n’ait pas été trouvé plus tôt. L’eau semble quand même assez clair surtout pour une auto jaune et proche d’une propriété.
Nuage


Disparu pendant 22 ans, un homme est retrouvé grâce à Google Maps


par  Adrien Gingold

Après 22 ans de mystère, le corps d’un homme porté disparu en 1997 a été retrouvé grâce à Google Maps, écri­vait la BBC le 12 septembre.

Le 7 novembre 1997, près de Miami, William Boldt décide d’al­ler en boite de nuit. On ne le reverra plus jamais.

Porté disparu, aucun signe de vie du jeune homme malgré l’enquête menée par la police locale. Le mystère sera total et l’at­tente de 22 ans insup­por­table pour ses proches qui ne comprennent pas ce qui a pu arri­ver.

Mais le 28 août dernier, alors qu’un inter­naute recherche des proprié­tés sur Inter­net, il croit aper­ce­voir la forme d’un véhi­cule au fond d’un étang de Lantana. 

Il aver­tit les auto­ri­tés qui, en repê­chant la voiture, découvrent un sque­lette à l’in­té­rieur. Les analyses ont permis de confir­mer qu’il s’agis­sait bien du corps de William Moldt. La zone était en travaux à l’époque, il semble­rait que ce dernier ait perdu le contrôle de son véhi­cule et fait une embar­dée fatale dans l’étang.

Selon un rapport, le véhi­cule aurait pu être repéré dès 2007 sur les images du service de carto­gra­phie.

Source : BBC

https://www.ulyces.co/

En Bretagne, des offres d’em­ploi pour dealers affi­chées sur les arrêts de bus


L’histoire ne dit pas si cette offre d’emploi a eu des candidats ou que la police s’est présenter comme espère cette petite communauté de riverain.
Nuage


En Bretagne, des offres d’em­ploi pour dealers affi­chées sur les arrêts de bus


Crédits : Ouest France

par  Adrien Gingold

Des offres d’em­ploi ont été placar­dées sur des arrêts de bus de Vannes, propo­sant des jobs de dealers et de guet­teurs. 

« Dans le cadre du déve­lop­pe­ment du trafic de drogues au bois de Kermesquel, nous recher­chons rapi­de­ment DEALER / GUETTEUR ».

Les affiches inter­pellent. Elles n’ont pas été rédi­gées par des vendeurs de drogue mais par des rive­rains excé­dés par le trafic dans le quar­tier, selon Ouest France.

Elles sont la solu­tion qu’ils ont trou­vée pour atti­rer l’at­ten­tion des forces de l’ordre sur ce point de vente où le trafic perdu­re­rait.

« Prin­ci­pales missions : aver­tir le plus rapi­de­ment possible de l’ar­ri­vée de la police, accueillir les clients, inti­mi­der les rive­rains, dété­rio­rer l’es­pace natu­rel », peut-on y lire.

Par cette offre pleine de sarcasme, les habi­tants du quar­tier disent vouloir chas­ser le trafic du bois. On ne sait pas s’ils ont reçu des candi­da­tures.

Source : Ouest France

https://www.ulyces.co

Aucun garçon n’est né dans ce village polo­nais depuis 10 ans


Dans un village en Pologne, il manque des garçons. En effet, parmi les naissances, aucun garçon est né. De quoi à faire creuser les manèges des scientifiques.
Nuage


Aucun garçon n’est né dans ce village polo­nais depuis 10 ans

Crédits : commune de Miejsce Odrzańs­kie

par  Nicolas Pujos

Depuis pratique­ment une décen­nie, aucun garçon n’est né dans le village de Miejsce Odrzans­kie, dans le sud de la Pologne. Si bien que les filles ont pris la relève, formant notam­ment une brigade de pompiers exclu­si­ve­ment fémi­nine, rela­tait le New York Times le 6 août dernier.

Alors que des cher­cheurs tentent de comprendre le phéno­mène, pour l’heure inex­pliqué, le maire de la ville de Cisek, qui comprend le village de Miejsce Odrzans­kie, promet d’of­frir un cadeau au prochain couple qui aura un garçon.

« Les médias ont telle­ment parlé de nous que pendant une minute, j’ai envi­sagé de nommer une rue après le prochain garçon né ici », a déclaré Rajmund Frischko. « Il va certai­ne­ment avoir un très beau cadeau. Et nous plan­te­rons un chêne que nous bapti­se­rons d’après son nom. »

En atten­dant qu’il se décide à naître, les jeunes filles doivent prendre en charge toutes les acti­vi­tés du village de 272 habi­tants. Elles sont notam­ment pompiers volon­taires et travaillent dans les champs.

Pour mettre fin à cette étrange absence, reste les méthodes de grand-mère.

« Les monta­gnards polo­nais ont toujours fait preuve de ruse : si vous voulez un garçon, gardez une hache sous votre lit matri­mo­nial », suggère le maire en riant.

Jusqu’ici, ça n’a pas marché.

Source : The New York Times

https://www.ulyces.co/