Atteinte d’un rare syndrome, elle rit frénétiquement quand quelqu’un d’autre est chatouillé


Cela peut être drôle, mais à la longue, c’est sûrement difficile à vivre. Cette dame rit quand elle voit quelqu’un se faire chatouiller La synesthésie est curieuse, c’est un trouble de la perception des sensations et il en existe au moins au moins 150 formes différentes.
Nuage

 

Atteinte d’un rare syndrome, elle rit frénétiquement quand quelqu’un d’autre est chatouillé

 

Crédits : pixabay

par  Mehdi Karam

Racontée par le New Scientist le 16 mai, l’histoire invraisemblable d’une femme qui a souhaité conserver l’anonymat a fait l’objet d’une étude par les chercheurs de l’université de Californie à San Diego. Elle se met à rire de manière incontrôlable (et flippante) lorsqu’une personne située à proximité se fait chatouiller. Là où certains y voient de l’amusement par procuration (au point d’être frénétiquement hilare, tout de même), les scientifiques voient un rare cas de synesthésie – un phénomène neurologique de déformation et d’association de plusieurs sens, ici la vue et le toucher.

Derrière cette situation à priori cocasse se cache une réelle souffrance. Le dysfonctionnement extrêmement rare dans des cellules cérébrales dont souffre cette femme l’a poussée à chercher de l’aide.Elle explique que lorsqu’elle observe une autre personne se faire chatouiller, elle ressent la même sensation sur sa propre peau. Au point, donc, de rire de façon incontrôlable jusqu’à ce que l’autre personne ne soit plus chatouillée.

Après l’avoir pris sous leur aile, les chercheurs ont découvert que la femme ne faisait pas seulement une fixette sur les chatouilles. Lorsqu’elle regarde une autre personne toucher quoi que ce soit, elle ressent leur sensation par procuration. Quand quelqu’un trempe sa main dans un seau d’eau, elle ressent l’humidité – mais pas le froid. C’est ce qui a poussé les scientifiques à lui diagnostiquer une rare forme de synesthésie, au même titre que la jeune Népalaise qui est capable de reconnaître les couleurs en les reniflant.

La forme de dysfonctionnement dont souffre la patiente s’appelle « tactile-miroir », car causée par des neurones miroirs, connecteurs cérébraux qui réagissent de la même manière lorsqu’un événement est vécu ou juste observé. Chaque humain en possède, au sein de son cortex prémoteur, notamment. Simplement, certains sont plus prononcés que d’autres. Quand une personne se dit que « ça doit faire mal » en voyant une personne se cogner le petit doigt de pied contre un pied de table, d’autres (entre 1,6 % et 2,5 % des êtres humains) ont la sensation de s’être eux-mêmes détruit l’orteil. Mieux vaut les chatouilles.

Source : New Scientist

http://www.ulyces.co/

Publicités

Au Nebraska, six bébés écureuils avec leurs queues désespérément emmêlées ont été sauvés


Pauvres petits ! 6 bébés écureuils avaient leur queue emmêlée, ils ne pouvant plus se dégager à cause de la sève gluante qui avait collé sur les poils. Heureusement pour eux, ils ont été pris en charge. Cela a pris une heure pour réussir à les séparer !
Nuage

 

Au Nebraska, six bébés écureuils avec leurs queues désespérément emmêlées ont été sauvés

 

Six bébés écureuils avec leurs queues emmêlés, à Elkhorn, Nebraska. Photo: Craig Luttman

par Brice Louvet

Avez-vous déjà entendu parler d’un roi de rats ? C’est un regroupement de rats dont les queues sont entrelacées les unes avec les autres. Il semblerait que la même chose soit arrivée il y a quelques jours à six bébés écureuils, aujourd’hui sains et saufs.

« J’ai entendu un cri aigu, un bruit que je n’avais jamais entendu auparavant », explique à Gizmodo Craig Luttman, un habitant du Nebraska aux États-Unis, qui tombait il y a quelques jours sur ces six petits écureuils maintenus ensemble par la queue. « Il était clair qu’ils étaient très stressés ».

 L’homme explique avoir repéré les sextuplés sur un grand pin couvert de sève dans la cour de son voisin. Les bébés écureuils de huit semaines avaient effectivement réussi à nouer leurs queues entre elles – et ils avaient de gros problèmes.

« Les écureuils ne bougeaient pas à l’unisson, ils voulaient tous aller dans des directions opposées », poursuit Craig Luttman. « C’était comme un jeu de tir à la corde. Ils avaient l’air fatigués et stressés, et j’ai pensé qu’ils allaient mourir si on ne faisait rien ».

En effet, laissés dans un tel état, les écureuils seraient probablement morts de faim, ou auraient été repérés tôt ou tard par un prédateur. Inquiets, Luttman et son voisin ont donc appelé la Nebraska Humane Society, qui à son tour a contacté le Nebraska Wildlife Rehab pour obtenir de l’aide. Une fois sur les lieux, les experts n’ont pas pu démêler les écureuils. Ils ont donc été retirés du tronc et transportés dans une installation spéciale à Fort Calhoun.

Laura Stastny, la directrice du Nebraska Wildlife Rehab, a expliqué que son équipe avait déjà vu ce genre de chose auparavant. Selon elle, les malheureux écureuils se sont probablement retrouvés pris au piège à cause de la sève tombant de l’arbre. Agissant comme de la colle, la sève gluante aurait alors collé la queue des écureuils qui, alors qu’ils se débattaient dans le nid, auraient ensuite aggravé la situation. L’intervention humaine semble ici inespérée : leur nid était situé près du sommet d’un arbre 10 mètres de haut, qui se trouvait sur une propriété privée.

Avant de démêler les queues, Laura Stastny explique avoir administré aux écureuils un antidouleur léger. Elle les a également couverts avec une serviette, l’obscurité rassurant les animaux. La première étape consistait à enlever les quantités abondantes de sève qui s’étaient accumulées, pour ensuite tenter de démêler les poils. L’opération a pris environ une heure. Les écureuils sont aujourd’hui encore au refuge, mais ils devraient être relâchés dans la nature dans quelques semaines.

Source

http://sciencepost.fr/

Lavons-nous trop nos vêtements?


Si on recule de quelques années, les vêtements sont portés plusieurs fois avant d’être lavés. Aujourd’hui, on met une journée et hop au lavage. Faut dire que voir des gens porter le même vêtement plusieurs fois, ferait jaser. Tous les experts  interrogés sont unanimes, on lave trop nos vêtements ! En tout cas, chose de sûr, porter un jean un an sans le laver, pour moi, c’est trop ! Même si on le met au congélateur pour enlever les odeurs, me semble, que le pantalon va marcher tout seul.
Nuage

 

Lavons-nous trop nos vêtements?

 

Laurence Bareil pense qu'il faut juger le soir de... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Laurence Bareil pense qu’il faut juger le soir de l’état de ses vêtements avant de les envoyer dans le panier à linge sale, car le geste est facile.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

OLIVIA LÉVY
La Presse

Ils sont plusieurs à croire que oui. Seriez-vous prêt à imiter le président de Levi’s et à porter le même jean pendant presque un an sans le laver?

Laurence Bareil estime que notre société est devenue aseptisée et que nous avons développé le réflexe, à tort, de mettre tous nos vêtements au lavage après une journée. Dans le cas des sous-vêtements et chaussettes, c’est normal, mais on oublie qu’on peut simplement laver à la main une petite tache sans être obligé de laver entièrement le vêtement.

«Ce qui use le plus, c’est de les laver souvent, ça fait pâlir les couleurs et affaiblit les fibres. Et surtout, pour des raisons écologiques, il est préférable d’utiliser de l’eau froide, car laver à l’eau chaude coûte jusqu’à 18 fois plus cher qu’à l’eau froide», affirme-t-elle.

Le même jean pendant un an sans le laver

Le président de Levi’s, Chip Bergh, a déclaré dans une conférence qu’il n’avait pas lavé le jean qu’il portait ce jour-là depuis presque un an. Il conseille d’ailleurs de le faire le plus rarement possible. Ses raisons? Ça peut l’abîmer, on gaspille de l’eau, et un jean, à force de le porter, épouse les formes de notre corps et est ainsi plus agréable, alors pourquoi le laver? Une affirmation avec laquelle sont d’accord les irréductibles et passionnés du denim qui ne lavent jamais leur jean et qui en sont fiers.

Brandon Svarc, fondateur de Naked & Famous Denim, n’oblige pas ses clients à faire comme lui, mais il indique qu’ils peuvent porter leur jean pendant un, deux, trois, six mois ou un an sans le laver.

«Moi-même, j’ai porté un jean tous les jours sans le laver pendant 13 mois, et c’est ma femme qui m’a dit qu’il était temps de le faire, je pense que c’est un bon indicateur, admet l’entrepreneur. Tout dépend de la façon dont on le porte et de la couleur souhaitée, car plus on le lave, moins le jean sera foncé.»

Enlever les odeurs au congélateur

Raphaëlle Bonin, fondatrice de la boutique de location de vêtements de créateurs d’ici Station Service, croit qu’il faut changer nos habitudes.

«Beaucoup de gens lavent leur pantalon ou leur robe après une seule utilisation, c’est beaucoup trop, et la sécheuse abîme les vêtements.»

Elle donne quelques trucs pour éviter le lavage:

«Il y a des techniques pour enlever les odeurs comme celle de mettre un chandail, une robe ou un pantalon au congélateur, dans un sac en plastique. On peut aussi suspendre un vêtement afin qu’il s’aère.» 

Elle précise qu’elle lave évidemment les vêtements entre deux locations.

Pas plus de bactéries

Et pour ceux et celles qui s’inquiètent des bactéries qui pourraient s’accrocher aux vêtements, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Patrick D. Paquette, président de l’Association des microbiologistes du Québec, affirme que seuls les professionnels de la santé doivent impérativement laver leurs vêtements tous les jours même s’ils portent une blouse.

«Ils travaillent dans des environnements hospitaliers contaminés par des virus ou des bactéries qui sont résistantes aux antibiotiques et peuvent donc être porteurs de bactéries. Pour les autres, c’est un enjeu d’hygiène et d’odeur qui ne relève pas de la microbiologie, à moins que vous ayez passé la journée aux urgences», prévient-il.

Il pense que dans nos sociétés actuelles, il y a une tendance qui tend à atteindre des niveaux d’hygiène qui dépassent les meilleurs standards. Les microbes sont aussi bons pour la santé, ne l’oublions pas.

«Sur l’ensemble des micro-organismes qui existent, c’est moins de 1 % des microbes qui nous rendent malades et qui nous font la vie dure, mais 99 % nous veulent du bien», précise le spécialiste.

Trop facile, la machine?

Est-ce qu’on peut porter sa chemise deux jours?

«Oui dans l’absolu, s’il n’y a pas d’odeur ni de taches, pourquoi pas?», affirme Lionel Frérot, président des nettoyeurs Daoust & Forget.

Laurence Bareil est du même avis. Elle pense qu’il faut juger le soir de l’état de ses vêtements avant de les envoyer dans le panier à linge sale, car le geste est facile: 

«On part une machine et c’est réglé! Peut-être est-ce parce qu’on aime le confort et le bonheur d’enfiler un vêtement fraîchement lavé?» s’interroge l’experte en consommation.

«L’été, il y a des journées où on a transpiré, on lave notre t-shirt, mais pour ce qui est des pantalons, robes et jupes, on ne fait rien qui salit vraiment nos vêtements pendant une journée.»

Et chez le nettoyeur? 

Est-ce que nous y déposons des vêtements propres?

«Quand les gens viennent chez un nettoyeur, c’est qu’il y a un vrai besoin, car c’est un service payant, estime le président des nettoyeurs Daoust & Forget, qui indique que les produits utilisés se sont adoucis et sont désormais écologiques. Autrefois, le détachage était exécuté avec une brosse qui abîmait la fibre, aujourd’hui, les procédés se font avec des pistolets ultrasons, ce sont les ondes qui font le détachage sans même toucher physiquement aux vêtements», signale Lionel Frérot.

Tous les experts interrogés s’accordent pour dire que si on veut être dans une démarche écoresponsable et préserver ses vêtements, on doit davantage se questionner, ce qui fera certainement moins tourner la machine à laver.

Quelques conseils de Laurence Bareil

> Laver à l’eau froide

> Pour les vêtements de fibre naturelle, les mettre à l’envers pour empêcher que la couleur pâlisse.

> On met souvent trop de détergent, il est donc conseillé d’utiliser le doseur.

> Utiliser un filet de lavage, qui limite les accrochages entre les vêtements dans la machine.

> La sécheuse diminue la durée de vie de nos vêtements, il faut limiter son utilisation.

http://www.lapresse.ca/

L’étrange illusion auditive qui divise les internautes


Qu’entendez-vous ? « Laurel/Yanny » ? Je suis surprise qu’il y ait ambigüité sur ce prénom qui a été lancé par un jeune homme américain de 18 ans. Pour ma part, il semble que j’entends les hautes fréquences …
Nuage

 

L’étrange illusion auditive qui divise les internautes

 

 

C’est un mot de deux syllabes qui sème une zizanie mondiale chez les internautes, les divisant en deux camps opposés: ceux qui entendent « Yanny » et ceux qui entendent « Laurel ».

Le mini-clip audio a été publié à l’origine sur Reddit par un lycéen de l’Etat américain de Géorgie, a rapporté mercredi le New York Times. Ce garçon de 18 ans, Roland Szabo, a expliqué qu’après avoir téléchargé le mot apparemment anodin sur un site de vocabulaire, il avait été intrigué de la façon différente dont l’entendaient les personnes autour de lui.

Posté ensuite sur Instagram par l’un de ses amis, sous la forme d’un sondage, l’enregistrement est devenu viral sur internet, avec l’aide de célébrités optant soit pour « Yanny », soit pour « Laurel ».

« J’entends Laurel », a tweeté l’humoriste américaine Ellen DeGeneres.

« C’est clairement Laurel. Je ne peux même pas imaginer qu’on puisse entendre Yanny », a abondé la mannequin Chrissy Teigen, suivie par l’ancien porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.

L’écrivain Stephen King ou l’actrice Mindy Kalling ont eux rejoint le camp des « Yanny ». « Mon Dieu, voilà que j’entends désormais Laurel », a par la suite tweeté le romancier.

L’aspect le plus bluffant du débat, qui a dépassé les frontières américaines, est que la majorité des auditeurs entendent bien distinctement soit « Yanny » soit « Laurel », rares étant ceux qui se trouvent dans le flou du terrain médian.

Un sondage express (et non représentatif) au sein du bureau de l’AFP de Washington a ainsi donné comme résultat: Yanny 17 (dont 8 francophones), Laurel 14 (dont 8 francophones), entre les deux: 3.

Interrogée par l’AFP, la professeure Poppy Crum, experte des laboratoires Dolby à San Francisco, explique que la réalité en soi n’existe pas, mais plutôt la façon dont nous la percevons.

« Les choses auxquelles nous sommes exposées dans notre univers modifient la façon dont nous considérons l’information arrivant à notre cerveau », dit-elle.

Signal sonore « ambigu »

En clair, le cerveau a besoin de « catégoriser » les éléments de discours quand ils sont ambigus, les faisant passer soit dans la case « Laurel », soit dans la case « Yanny ». Ce processus peut être influencé par de multiples paramètres, parmi lesquels l’âge, le sexe ou la langue natale de l’auditeur. Ou encore les sons qu’il a récemment écoutés.

« L’appareil sur lequel vous écoutez, que ce soient des enceintes ou des écouteurs, le fait qu’il y ait une personne dans la pièce à côté, les sons se répercutant autour, tout cela va affecter l’intensité de certaines fréquences par rapport à d’autres », souligne la spécialiste.

Quand l’accent est mis sur les hautes fréquences, l’auditeur a tendance à entendre « Yanny », et à l’opposé à entendre « Laurel » avec de basses fréquences. Élaboration sonore de synthèse, le mot « Laurel/Yanny » est « ambigu », confirme Jody Kreiman, professeure à l’université UCLA.

Ce son « ne ressemble pas vraiment à un nom courant du discours habituel. Quand les auditeurs entendent un tel signal, ils utilisent tous leurs acquis du discours pour l’interpréter« , assure-t-elle.

Le débat « Yanny/Laurel » rappelle un précédent qui avait enflammé internet il y a trois ans au sujet de la photo d’une robe bicolore que certains voyaient blanche et or, d’autres noire et bleue.

http://www.7sur7.be/

Un énorme monstre marin « poilu » retrouvé sur une plage aux Philippines


La mer a rejeté un animal en décomposition qui donnait un air monstrueux à la bête. Elle semblait avoir une longue chevelure blanche. Cet animal marin est une baleine, mais sans savoir de quelle espèce, elle appartenait.
Nuage

 

Un énorme monstre marin « poilu » retrouvé sur une plage aux Philippines

 

Crédits : ViralPress

par  Nicolas Prouillac

 

Le 11 mai au matin, une énorme créature marine a surgi des profondeurs de la mer de Chine pour s’échouer sur une plage du Mindoro oriental, une province des Philippines.

Sur les images tournées par les habitants de l’île, fascinés par ce spectacle aussi rare qu’épouvantable, on peut voir le monstre étalé sur le sable, couvert de ce qui ressemble à de longs cheveux blancs.

 

Il s’agirait selon les autorités locales, dont les propos ont été rapportés par The Independent, du cadavre d’une énorme baleine dont l’espèce n’a pas encore été identifiée. Et l’épaisse « chevelure » qui la recouvre pourrait être en réalité des fibres musculaires en décomposition. La carcasse mesure six mètres de long et dégage une odeur pestilentielle.

Ce n’est pas la première fois qu’un événement troublant de la sorte se produit dans cette région du monde. En février 2017, c’était en Indonésie que les habitants de l’île de Seram découvrait le cadavre terrorisant d’une créature non-identifiée… qui s’est révélée être une baleine là aussi. Mais sans poils.

Sources : The Independent/National Geographic

http://www.ulyces.co/

Le sang de cet homme a permis de sauver 2,4 millions d’enfants


Il y a des gens qui ont de l’or dans le sang. En Australie, dans les années 60, il y avait beaucoup de fausse-couches du a la maladie hémolytique du nouveau-né. C’est quand la maman a un rhésus négatif et le bébé est positif, les anticorps de la mère attaque les globules rouges du bébé en gestation. Les médecins avaient besoin d’un plasma sanguin contenant de l’Anti-D. Grâce a un Australien, plus de 2 millions de bébés ont été sauvé.
Nuage

 

Le sang de cet homme a permis de sauver 2,4 millions d’enfants

 

Crédits : Donate Blood

par  Nicolas Prouillac 

En surface, James Harrison a tout d’un homme normal. À 81 ans, l’Australien mène une vie paisible. Il aime les balades en bord de mer, collectionner les timbres, et les visites surprises de ses petits-enfants. Mais sous la surface, le sang qui s’écoule dans ses veines fait de lui un être exceptionnel, car son plasma contient un puissant anticorps qui a permis de sauver la vie à 2,4 millions de nourrissons australiens.

 Surnommé « l’homme au bras d’or » dans son pays, il en a fait don pendant plus de 60 ans. Le Washington Post nous apprend aujourd’hui qu’il a effectué le 11 mai son dernier don de plasma, totalisant 1173 donations.

James Harrison avait 14 ans en 1951, quand il a dû subir une lourde opération durant laquelle les chirurgiens lui ont enlevé un poumon. Une procédure de plusieurs heures suivie d’une hospitalisation de trois mois. Mais il a survécu, en grande partie grâce au sang qu’on lui a transfusé. Savoir qu’un  inconnu.e lui avait sauver la vie en faisant don de son sang a bouleversé l’adolescent, mais il a dû attendre d’avoir 18 ans pour pouvoir faire don du sien à son tour – en fermant les yeux, car il avait peur des aiguilles.

Dans les années 1960 en Australie, une épidémie de fausses-couches inexpliquées inquiétait les médecins, qui ont fini par découvrir que les nourrissons succombaient à la maladie hémolytique du nouveau-né. Cette maladie est causée, durant la grossesse, par certains anticorps de la mère, qui détruisent les globules rouges du fœtus appartenant à un autre groupe sanguin. Pour empêcher ce fléau, les médecins ont réalisé qu’ils pouvaient injecter aux femmes enceintes un traitement à base de plasma contenant un rare anticorps, l’immunoglobuline anti-D. Ils avaient donc besoin que des porteurs du précieux anticorps se fassent connaître et acceptent de donner leur plasma sanguin. Le programme Anti-D est né, et James Harrison en est devenu le porte-étendard.

D’après la Croix-Rouge australienne, en plus de 60 ans, son plasma a permis de réaliser des millions d’injections Anti-D. 17 % des femmes enceintes nécessitant ce type d’injections en Australie, elle estime que James Harrison a aidé à sauver la vie de 2,4 millions de bambins. Mission accomplie.

Source : The Washington Post

http://www.ulyces.co/

Ces chèvres bizarres sont vendues une fortune en Jordanie


Les seules fois dont j’ai vu ce genre de physique faciale est dans les dessins animées pour enfants. Ces chèvres sont vraiment étranges.
Nuage

 

Ces chèvres bizarres sont vendues une fortune en Jordanie

 

Crédits : Arabian Business/Ulyces.co

par  Nicolas Prouillac

Une vente aux enchères très étrange a eu lieu à Amman, la capitale de Jordanie, le 27 avril dernier. Organisée par l’éleveur local Yahya Abu Jaber, elle mettait à l’honneur des chèvres rares à l’apparence déconcertante, rapporte le site d’information locale Arabian Business.

 Les acheteurs sont venus du Koweït, d’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar et de Palestine pour tenter de rentrer à la maison avec l’un de ces curieux animaux, d’une valeur de plusieurs milliers d’euros chacun

Ces chèvres jordaniennes « pure race » sont un peu le pur-sang des caprins. Bien qu’elles ressemblent à Kermit qui fait la grimace, cette information n’est pas contestable. Les chèvres sont très prisées au Moyen-Orient, à tel point qu’en 2013, l’une d’elles s’était vendue 2,5 millions d’euros à Riyad, en Arabie saoudite.

Crédits : Arabian Business

Source : Arabian Business

http://www.ulyces.co/