Les pompiers en ont assez après l’accident mortel: ils arrosent ceux qui filment irrespectueusement


Prendre des photos et des vidéos sur des événements est souvent un acte automatique, quoique parfois, c’est vraiment un manque de jugement. Les pompiers en Allemagne ont décidé que cela était assez ! Lors d’un accident mortel, ils ont arroser tout véhicule qui essayaient de prendre des photos ou des vidéos. Je trouve que c’est une bonne chose, un moment donné, il faut arrêter notre curiosité malsaine
Nuage

 

Les pompiers en ont assez après l’accident mortel: ils arrosent ceux qui filment irrespectueusement

 

Youtube / N24

Dans la société ultra-connectée d’aujourd’hui, il est devenu habituel pour nous de nousd’être de plus en plus les yeux rivés sur le téléphone portable. Mais il y a des moments où il est bien mieux de savoir le mettre de côté.

Utiliser son téléphone mobile face à un accident de la circulation peut non seulement être considéré comme contraire à l’éthique, mais aussi dangereux pour les automobilistes et les secouristes. De nombreux services de secours sont fatigués de voir des gens filmer ou prendre des photos lors des accidents et des pompiers allemands ont décidé d’agir. Le site Teknikens Värld s’en est notamment fait écho.

Alors qu’ils étaient en train d’intervenir sur un accident mortel sur l’autoroute A3, les sapeurs-pompiers ont décidé d’agir de manière inhabituelle pour compliquer la prise de photos et de videos. Ils ont en effet commencé à pulvériser de l’eau sur les fenêtres de ceux qui essayaient de prendre des clichés ou autres de la scène, masquant ainsi la vue aux spectateurs curieux.

L’événement a été relaté par les médias nationaux, et a été à la fois salué et critiqué. Ci-dessous vous pouvez voir sur la chaîne allemande N24 les pompiers montrer leur méthode unique pour compliquer la vue aux curieux.

http://incroyable.co/

Publicités

Convaincu que la terre est plate, il construit une fusée artisanale pour le prouver


Comment aujourd’hui, nous pouvons douter que la terre est ronde, et non plate ? C’est pour moi inconcevable. Même, avant d’aller dans l’espace, de grands scientifiques ont prouvé que la terre était ronde et avec les images des astronomes envoyer depuis l’espace, c’est une évidence
Nuage

Convaincu que la terre est plate, il construit une fusée artisanale pour le prouver

Christophe Da Silva

23/11/17 – 14h45  Source: The Sun

Mike Hughes en est convaincu: la Terre est plate et entourée d’un mur de glace. Il est prêt à risquer sa vie pour le prouver.

Mike « Mad » Hughes n’en est pas à son premier coup d’essai. En 2014, il avait déjà effectué un vol avec une autre fusée fabriquée « maison ». L’engin avait décollé sur une quinzaine de mètres avant d’exploser en plein vol. Il avait réussi à s’échapper en parachute, rappelle le Sun.

Mike Hughes est aujourd’hui convaincu que notre planète est plate. Il veut aussi le prouver dès ce week-end grâce à sa fusée artisanale, qu’il doit faire décoller depuis le désert de Mojave en Californie. Il espère atteindre les 550 mètres d’altitude à près de 800 km/h, durant 1,6 km de distance.

20.000 euros

« Je ne crois pas la science. Je connais l’aérodynamique, la dynamique des fluides et la façon dont les choses évoluent dans l’air. Mais ce n’est pas de la science, c’est juste une formule », a déclaré Mike Hughes.

Mike Hugues, chauffeur de limousine au quotidien, a dépensé 20.000 euros pour construire son engin.

« C’est effrayant, mais aucun d’entre nous ne sortira vivant de ce monde », a conclu l’homme de 61 ans.

http://www.7sur7.be/

Une fillette oubliée dans un autobus : le chauffeur est congédié


Je ne voudrais pas vivre ce genre de chose que la mère et l’enfant, on subit.Heureusement quand même qu’il n’a pas fait trop froid. Au Québec, du moins dans ma région, les enfants de la maternelle doivent descendre d’un autobus seulement si un adulte les attends sur le bord de la route. Si aucun adulte n’est là, l’enfant doit rester dans l’autobus et retourner à l’école au service de garde. Le parent doit donc aller le chercher à l’école. Je trouve que c’est plus prudent
Nuage

 

Une fillette oubliée dans un autobus : le chauffeur est congédié

 

une photo d'école d'une fillette souriante, les mains sur des livres

La petite Elly a passé trois heures seule dans un autobus garé dans un stationnement.   Photo : Image partagée par JoAnne Chartier

 

Un chauffeur d’autobus a été congédié pour avoir laissé une fillette dans son véhicule à Windsor.

une maman et sa fillette

JoAnne Chartier et sa fille, Elly   Photo : Image partagée par JoAnne Chartier

JoAnne Chartier raconte que sa fille de 4 ans, Elly, est montée à bord de l’autobus lundi.

Or, une fois arrivée à la garderie, la petite ne serait pas descendue du véhicule avec les autres enfants.

Mme Chartier a appelé les policiers qui ont retrouvé la fillette seule dans un autobus stationné sur les terrains de la compagnie CG Pearson Bus Lines Ltd.

Nous l’avons trouvée en sécurité à bord de l’autobus, mais elle avait peur. JoAnne Chartier, mère d’Elly

Elly serait restée enfermée là pendant environ 3 heures.

Des recherches sur Facebook

« C’est le pire cauchemar d’un parent. Je n’avais aucune idée où elle se trouvait et je n’étais pas capable de joindre la compagnie de bus au téléphone. »

Sa soeur s’est alors tournée vers Facebook, où elle a publié un message dans un groupe de mères, qui à leur tour ont rapidement fait circuler l’information. Éventuellement, une employée de CG Pearson Lines Ltd a vu le message et a pu aider la famille à contacter la compagnie.

Des policiers et l’oncle de la fillette ont pu alors pénétrer sur les terrains de la compagnie, où ils ont retrouvé la fillette.

« Elle tremblait de froid et de peur. Elle a dit qu’elle était restée silencieuse parce qu’il ne faut pas faire de bruit dans l’autobus, » explique sa mère.

Congédiement

Selon la compagnie, le chauffeur impliqué aurait dû effectuer une vérification de son véhicule avant de le laisser. Il a été congédié à la suite de l’incident.

CG Pearson Lines Ltd dit qu’elle rendra les numéros d’urgence plus faciles à trouver pour les parents et exige maintenant que les employés communiquent par radio avec le répartiteur pour confirmer qu’un contrôle de l’autobus a été effectué.

Mais pour JoAnne Chartier, c’est trop peu trop tard. Elle compte poursuivre la compagnie et soutient que sa fille demeure traumatisée par l’incident.

http://ici.radio-canada.ca

Vivre avec ses morts: la renaissance des cimetières australiens


C’est vendre la mort ! Que des tourisme visite les cimetières pour l’Histoire, c’est quelque chose que j’aime moi-même faire dans le respect des lieux. Faire pousser des olivier pour en tirer l’huile, pourquoi pas ! Mais faire des activités des loisirs, et même une journée gastronomique, c’est un peu trop à mon avis
Nuage

 

Vivre avec ses morts: la renaissance des cimetières australiens

 

Directement du cimetière à l’assiette, l’huile de vénérables oliviers poussant au milieu des tombes est vendue en Australie, pour essayer de changer l’attitude des vivants envers la mort et les sites où sont enterrés les défunts.

Les autorités australiennes cherchent à réinventer les cimetières, surtout les plus anciens, chargés d’histoire, pour en faire aussi des territoires à explorer et des espaces de verdure au coeur de villes surpeuplées.

Malgré sa drôle d’origine, l’huile d’olive bien charpentée du cimetière West Terrace d’Adelaïde, capitale de l’Etat d’Australie méridionale, a du succès. Cette année, l’édition limitée produite pour marquer le 180e anniversaire du cimetière s’est envolée en un clin d’oeil.

« C’est très difficile d’essayer de vendre la mort, personne ne veut acheter cela », explique à l’AFP dans le bruissement des oliviers le directeur général de l’Autorité des cimetières d’Adelaïde, Robert Pitt.

Mais une visite au cimetière peut prendre « tout son sens » avec la vente d’huile produite sur place. « C’est vraiment un endroit particulier, on y ressent de la vénération et la présence de l’histoire », dit M. Pitt.

Cette initiative montre que les cimetières sont en train d’évoluer, pour ne plus être seulement des sites destinés au « repos des défunts », observe l’historienne Cathy Dunn.

Les cimetières les plus anciens comme West Terrace ou bien Rookwood à Sydney –le plus grand cimetière de l’hémisphère sud– sont en outre de plus en plus appréciés des touristes, ajoute-t-elle.

Rookwood, qui porte officiellement le nom de « nécropole », abrite plus d’un million de défunts et attire les foules avec ses journées portes ouvertes, ses expositions-promenades annuelles autour de la sculpture et même des courses de vélo.

En septembre, pour fêter ses 150 ans, ce cimetière proposait du jazz live, des démonstrations sur la manière de creuser une tombe ou encore du maquillage pour les enfants.

Les généalogies en ligne permettent d’essayer d’attirer autant de gens que possible, explique à l’AFP le directeur général de Rookwood, George Simpson.

Son homologue d’Adelaïde envisage, lui, d’avoir recours à la réalité augmentée dans les cimetières sous son autorité pour transmettre des messages d’outre-tombe aux visiteurs.

La mort en face

Les cimetières australiens ont une autre bonne raison de se vouloir plus présents dans la vie quotidienne des gens: avec le vieillissement de la population, le taux de mortalité du pays devrait plus que doubler au cours des prochaines décennies.

« De plus en plus de personnes vont se retrouver confrontées avec leur propre finitude et celle de leurs proches et amis », relève M. Pitt.

Pour normaliser les discussions sur la fin de vie, l’Autorité des cimetières organise des événements intitulés « La mort en dînant », durant lesquels les invités partagent un repas tout en interrogeant des experts sur cette question.

« Notre expérience en tant qu’opérateurs de cimetières et coordinateurs de funérailles nous a appris que les personnes qui préparent leur mort et y pensent avant qu’elle ne survienne rendent les choses plus faciles pour ceux qu’elles laissent derrière elles », explique M. Pitt.

Mais tout le monde n’est pas forcément à l’aise avec l’idée de voir les cimetières accueillir des activités de loisirs. Les médias se sont fait l’écho cette année du mécontentement d’une famille de Melbourne alors que l’enterrement de leur grand-mère était retardé car il tombait en même temps qu’un tour de gastronomie historique.

Mais Maree Edwards, une habitante qui a enterré son père à Rookwood voilà quarante ans et a vu toute l’évolution du cimetière depuis, est convaincue que la rénovation du site et le changement d’attitude envers la mort permettront d’attirer plus de gens dans ce lieu de résidence des défunts.

« Il y a vingt ans, il n’y avait qu’une minuscule échoppe vendant des fleurs à l’entrée » du cimetière, se souvient-elle, « mais maintenant, il y a des cafés ».

Elle espère même voir sa fille la rejoindre un de ces jours pour passer le week-end ensemble… à Rookwood.

« Il faut adopter une mentalité différente pour venir ici et penser: +Dis donc, ça ne ressemble pas au pays sinistre des morts. C’est joli, c’est un endroit joyeux+ ». Et pour elle, « aussi bizarre que ça puisse paraître, c’est un plaisir d’être ici ».

https://www.ladepeche.fr/

Le Vieux-Québec recréé en Chine


Un coin du vieux Québec sera construit près de Shanghai en Chine ayant d’une superficie de 3 km carré. Nous avons bien des quartiers chinois, alors pourquoi pas un quartier québécois chez eux
Nuage

 

Le Vieux-Québec recréé en Chine

 

 

Le Château Frontenac par un après-midi de novembre, lors du coucher du soleil. Le ciel couvert porte des teintes roses annonciatrices de précipitations.

Le Château Frontenac Photo : Radio-Canada/Daniel Coulombe

Un projet immobilier inspiré du Vieux-Québec et du Château Frontenac pourrait voir le jour en Chine dans la ville de Qidong, située à une centaine de kilomètres de Shanghai.

La firme d’urbanisme montréalaise WAA International fait partie des groupes qui planchent sur le concept qui sera présenté aux autorités locales d’ici la fin de l’année dans le cadre d’un concours d’architecture.

C’est le développeur immobilier PC Group qui a mandaté quelques firmes à travers le monde pour développer le secteur de la ville à saveur québécoise. Le tout devrait être achevé en 2022.

En plus d’un hôtel qui ressemblerait au célèbre Château, le projet prévoit la construction de résidences privées, d’écoles et de salles de spectacles sur une superficie de trois kilomètres carrés.

« Même nos clients chinois qui ont un bureau ici à Montréal, on parlait avec eux durant la préparation de ce projet dans son volet initial et il y a une fascination envers la culture québécoise et le français aussi », mentionne Ziad Haddad de WAA International.

http://ici.radio-canada.ca

Des femmes asiatiques s’insèrent des clous dans le nez pour les rendre pointus


Qu’est qui ont encore inventé pour changer une partie du corps qu’on aime moins. Inséré des clous courbés pour avoir un nez différent à volonté n’est pas sans risques. Il est dommage que des femmes au péril de leur santé s’adonnent à ce genre de pratique
Nuage

 

Des femmes asiatiques s’insèrent des clous dans le nez pour les rendre pointus

Crédits : YouTube

Une drôle de tendance a surgi en Asie de l’Est chez certaines femmes, et commence à être l’objet de sévères inquiétudes : convaincues qu’avoir un nez plus pointu et plus net les rendra plus attirantes, ces femmes asiatiques ont recours à un « élévateur de nez ».

Le dispositif consiste en deux petits clous recourbés en silicone de deux ou trois centimètres de long, explique News.com.au, qu’elles introduisent dans leur narines pour varier à leur guise la forme de leur nez.

Une fois introduits dans la narine, les clous s’ajustent en angle droit. Un moyen pour elles d’éviter une coûteuse opération chirurgicale. Né en Corée du Sud il y a deux ans, le concept a été repris par de célèbres blogueuses beauté dans leurs vidéos YouTube, et s’est depuis propagé dans toute l’Asie de l’Est.

La description du produit vante un résultat en trente secondes et souligne les nombreux défauts de nez auxquels le Nose Lifter peut remédier :

 « Nez plats, nez bulbeux, nez crochus, nez tombants, nez tordus, narines dilatées, nez retroussés, bosses dorsales, bosses latérales, etc. »

Malgré la popularité du dispositif, des voix chez les médecins commencent à s’élever contre les dégâts qu’il pourrait causer au nez :

pour le Pr Richard Harvey, spécialiste en rhinologie, « cela met une pression sur la structure du cartilage nasal. Même si on le tolère un temps, son usage répété peut finir par provoquer un ulcère », prévient-il.

D’autres risques existent, tels que des infections bactériennes ou même l’inhalation des clous. L’an dernier à Taipei, une femme de 25 ans a failli y perdre son nez : le dispositif a brisé sa membrane, lui causant une lourde infection. En somme, sans doute est-il plus prudent de conserver votre cap, votre roc, votre perchoir à oiseaux, si disgracieux soit-il.

Crédits : Nose Lifter

Source : News.com.au

http://www.ulyces.co

Une adolescente décède après avoir été électrocutée par son fil de recharge de cellulaire


Les cellulaires ne se branchent pas sur le lit et encore moins avec un fil endommagé. Un décès par électrocution qui aurait pu être évité
Nuage

 

Une adolescente décède après avoir été électrocutée par son fil de recharge de cellulaire

 

Christian Labarre-Dufresne

 

On y pensera deux fois avant de dormir avec notre cellulaire dans le lit!

Une adolescente est tragiquement décédée à la suite d’une électrocution causée par son fil de recharge d’iPhone défectueux, selon ce que rapporte Yahoo News UK ainsi que d’autres médias.

La jeune fille, qui se nomme Le Thi Xoan selon le rapport de police, a été retrouvée sans connaissance dans son lit par ses parents. Ces derniers l’ont conduite d’urgence à l’hôpital.

La police du district de Hoan Kiem de la ville d’Hanoi au Vietnam a indiqué avoir trouvé le fil blanc brûlé sur le lit de l’adolescente de 14 ans. Selon eux, une légère déchirure dans le caoutchouc recouvrant le câble pourrait avoir exposé des fils.

La police est encore à déterminer s’il s’agissait du fil de recharge d’origine du iPhone, mais il semble sur une photo qu’il soit plus court que le câble de 20 pouces qui vient avec l’appareil.

On peut aussi apercevoir du ruban transparent sur le fil, ce qui laisse suggérer que la victime savait que son fil était déchiré à un endroit.

Le fil qui aurait causé la mort de la jeune adolescente.

Les médecins, qui n’ont pas été en mesure de la réanimer, ont confirmé que la cause du décès était l’électrocution.

Le rapport d’enquête révèle que les policiers croient que la jeune fille a branché son cellulaire pour le charger et a posé le iPhone sur son lit comme elle le faisait chaque nuit.

Ils émettent l’hypothèse que l’adolescente s’est probablement déplacée sur le fil de recharge qui avait une déchirure et s’est électrocutée avec le courant.

http://quebec.huffingtonpost.ca