Les perroquets gris d’Afrique sont assez intelligents pour aider d’autres oiseaux dans le besoin


Les perroquets sont intelligents, mais certaines espèces le sont probablement plus que les autres. Les perroquets gris d’Afrique ont sont assez intelligents pour comprendre, ils peuvent aider un de ses congénères.
Nuage

Les perroquets gris d’Afrique sont assez intelligents pour aider d’autres oiseaux dans le besoin

Un perroquet gris d’Afrique (ou Gris du Gabon).

Stéphanie Schmidt

Les perroquets gris d’Afrique, ou Gris du Gabon (Psittacus erithacus), ne sont pas seulement très intelligents, ils ont aussi l’esprit de collaboration et d’entraide avec leurs semblables. En effet, il s’agit de la première espèce d’oiseaux à passer avec succès un test les obligeant à la fois à comprendre quand un autre animal a besoin d’aide, et à lui apporter une assistance.

« Outre les humains, seuls les bonobos et les orangs-outans ont réussi ce test », explique Désirée Brucks, de l’Université Ludwig Maximilian à Munich, en Allemagne.

À noter que même les chimpanzés et les gorilles ont échoué à ce test.

Dans un premier temps, Brucks et son collègue Auguste von Bayern, ont formé les oiseaux un à un : chaque individu a reçu une pile de jetons (de petites rondelles métalliques) et a appris qu’il pouvait les échanger contre de la nourriture en les passant à un intervenant humain (un chercheur), à travers un petit trou dans un écran clair.

Un mois plus tard, deux oiseaux ont été séparés l’un de l’autre et du chercheur par des écrans clairs. Un oiseau a reçu un tas de jetons, mais le trou entre lui et le chercheur a été bouché. Le trou de l’autre oiseau, menant au chercheur, était ouvert mais l’oiseau n’avait pas de jetons. Il y avait également un troisième trou dans l’écran, entre les deux oiseaux, leur permettant de se passer des objets (comme nous pouvons le voir dans l’image ci-dessous).

perroquet gris afrique entreaide aide intelligence animale

Les perroquets gris d’Afrique ont prouvé à quel point ils sont intelligents et à même de coopérer avec leurs semblables. Anastasia Krasheninnikova

Sept perroquets gris d’Afrique sur huit, ont passé des jetons à travers ce troisième trou, menant à l’autre oiseau (sans jeton), afin que ce dernier puisse les échanger contre de la nourriture.

Les oiseaux avaient tendance à passer plus de jetons, lorsque l’oiseau qui était en face était un individu avec lequel ils ont passé plus de temps, soit « un ami », bien qu’ils l’aient toujours fait, même pour les oiseaux avec lesquels ils ont passé moins de temps.

S’il n’y avait pas d’autre oiseau, ils ne faisaient pas passer de jetons à travers le trou. Et si les deux trous du chercheur étaient fermés pour qu’aucun oiseau ne puisse échanger de jetons contre de la nourriture, ceux qui avaient des jetons en passaient beaucoup moins à l’autre oiseau.

perroquet gris afrique intelligce

Crédits : Anastasia Krasheninnikova

Afin de réussir ce test, il faut « à la fois de l’intelligence, et de la serviabilité », explique Brucks. « L’oiseau doit pouvoir comprendre que l’autre a besoin d’aide », ajoute-t-elle.

Les chercheurs ont également tenté d’effectuer ce test avec des aras de Coulon (qui se distinguent par leur tête bleue), mais ont constaté que ces derniers n’aidaient pas les autres aras. En 2015, une autre équipe de scientifiques a découvert que les corbeaux ne s’aident pas non plus entre eux.

À l’heure actuelle, nous ne savons pas encore pourquoi les gris d’Afrique en particulier s’entraident ainsi, ni pourquoi les autres espèces d’oiseaux ne le font apparemment pas.

https://trustmyscience.com/

Le corps d’un hors-la-loi du Far West enfin iden­ti­fié 100 ans après sa mort


Il y a des crimes qui peut prendre des années avant d’être résolu ou encore trouver l’identité d’une personne assassinée. Lors d’un projet, des scientifiques ont pu élucider l’identité d’un corps sans membres ni tête. Ils ont pu trouver que c’était un assassin assassiné.
Nuage


Le corps d’un hors-la-loi du Far West enfin iden­ti­fié 100 ans après sa mort


par  Nicolas Pujos

Cela faisait 40 ans que les scien­ti­fiques cher­chaient à décou­vrir l’iden­tité de l’homme dont le corps démem­bré et déca­pité avait été retrouvé dans une grotte de l’Idaho, en 1979. C’est à présent chose faite : le 2 janvier, l’East Idaho News a annoncé qu’il s’agis­sait du corps de Joseph Henry Love­less, un hors-la-loi du Far West au passé sanglant.

Le 31 décembre 2019, les enquê­teurs ont enfin pu révé­ler l’iden­tité du corps retrouvé en 1979 dans la ville de Dubois, dans l’Idaho. Il s’agis­sait donc de Love­less, un meur­trier et bandit né le 3 décembre 1870 à Payson, dans l’Utah, et mort assas­siné en 1916 pour des raisons mysté­rieuses.

Le projet « DNA Doe » rassem­blait des scien­ti­fiques et enquê­teurs de l’uni­ver­sité d’État d’Idaho et du FBI, après la décou­verte d’un sac en toile de jute conte­nant un corps sans membres ni tête et des morceaux de vête­ments. Il y a une dizaine d’an­nées, les équipes de recherches ont fini par trou­ver le reste des membres à proxi­mité.

Même sans tête, les cher­cheurs ont été en capa­cité de recons­ti­tuer le visage de Love­less grâce à sa descrip­tion détaillée conte­nue dans un avis de recherche lancé contre lui, ce dernier étant soupçonné d’avoir tué sa femme à coups de hache.

« C’est l’un des cas les plus exci­tants sur lesquels nous avons travaillé », a déclaré le généa­lo­giste Lee Redgrave. S’il avait été pendu haut et court, l’his­toire l’au­rait peut-être oublié.

Source : East Idaho News

https://www.ulyces.co/

La mémoire chevaline sous la loupe


Je crois que la plupart d’entre-nous ne seront pas surpris de lire que les chevaux sont beaucoup plus intelligent qu’ils en ont l’air. Ils reconnaissent ceux qui ne sont bien ou pas avec eux, reconnaît les voix .. Leurs oreilles sont un indice pour nous de son humeur. Et ils savent si la personne devant eux est nerveuse. Mieux connaître les chevaux permet d’avoir une meilleure relation avec des belles bêtes.
Nuage


La mémoire chevaline sous la loupe

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Les chevaux sont capables de reconnaître la voix d’une personne qui les a bien ou mal traités.

Les chevaux ont plus de mémoire que l’on croit. Ils sont notamment capables de reconnaître la voix d’une personne qui les a bien ou mal traités. Ces résultats de biologistes bretons permettront d’améliorer les soins dans les écuries.

MATHIEU PERREAULT
LA PRESSE

Les émotions… des oreilles

« On savait que le cheval pouvait reconnaître les commandements vocaux et déceler la nervosité dans la voix », explique Hugo Cousillas, de l’Université de Rennes, qui est l’auteur principal de l’étude publiée l’été dernier dans la revue Scientific Reports. « Mais on ne savait pas s’il pouvait reconnaître un individu. »

Pour en avoir le cœur net, les chercheurs bretons ont exposé 21 chevaux à des expériences positives et négatives avec une personne, qui leur donnait soit de la nourriture, soit de la nourriture trempée dans du vinaigre. L’expérimentateur portait un haut-parleur qui émettait quelques phrases en français, lues d’un ton neutre par deux personnes, une pour les expériences positives, l’autre pour les expériences négatives. Par la suite, les chercheurs ont observé la réaction du cheval à l’écoute des enregistrements alors qu’il n’y avait personne dans son box. Quand le cheval entendait la voix associée à l’expérience positive, il manifestait du plaisir avec ses oreilles (quand elles sont couchées, le cheval est fâché). Les émotions du cheval étaient aussi enregistrées par un électroencéphalogramme.

Odorat et vision

Il est bien établi que les chevaux peuvent reconnaître les individus avec leur odorat, affirme M. Cousillas.

« Pour ce qui est de la vision, c’est moins clair, car elle est moins performante que la nôtre. La vision chevaline est très efficace quand il est en mouvement, mais ils ne perçoivent pas les couleurs comme nous. »

Les éthologues pensent d’ailleurs que le cheval est capable de reconnaître si une personne est nerveuse par des gestes imperceptibles.

« Quelques études mentionnent aussi le rôle de l’odorat dans l’identification des émotions humaines. Une prochaine étape sera de voir si le cheval peut identifier la nervosité d’un humain avec son ouïe. »

Éthologie et bien-être animal

« Quand les chevaux interagissent avec des humains, on se rend compte que, a posteriori, l’animal va avoir des ressentiments, des expériences positives ou négatives face à certaines personnes, soutient M. Cousillas. Nous nous occupons d’éthologie, nous voulons améliorer le bien-être animal. Ce type d’informations, s’ils sont capables d’identifier des individus, va nous permettre d’améliorer les soins. Si on se rend compte que c’est important d’avoir la même personne, on va en tenir compte. »

Domestiqué depuis 6500 ans

Le cheval aurait été domestiqué il y a 6500 ans dans les steppes russes ou ukrainiennes, selon une étude publiée en 2018 dans la revue Science. Auparavant, c’était le cheval de Botai, au Kazakhstan, qui était considéré comme le premier cheval domestiqué, il y a 5500 ans. Mais les chevaux modernes ne descendent pas du cheval de Botai. Seul le cheval de Przewalski, en Mongolie, descend du cheval de Botai, affirmait l’étude, dont les auteurs étaient des généticiens du Musée d’histoire naturelle du Danemark. Jusqu’alors considérés comme les derniers chevaux sauvages de la planète, les chevaux de Przewalski sont donc des animaux redevenus sauvages (feral en anglais), comme les mustangs des Amérindiens de l’Ouest américain au XIXe siècle. Les mustangs étaient des chevaux espagnols redevenus sauvages.

Quelques chiffres

60 millions : nombre de chevaux dans le monde 67 : nombre de races chevalines internationales 784 : nombre de races chevalines dans le monde

Sources : FAO, Université suédoise des sciences agricoles

https://www.lapresse.ca/

La GRC veut utiliser des étudiants en arts pour identifier des morts


Cela me semble une excellente idée de mettre un visage et peut-être une identité à des crânes de personnes inconnues. Si cette expérience est positive, cela sera à refaire avec des étudiants en art d’une école canadienne.
Nuage


La GRC veut utiliser des étudiants en arts pour identifier des morts

PHOTO SERGE GOUIN, AFP

La semaine prochaine, l’Académie d’art de New York tiendra un atelier de sculpture judiciaire qui utilise une version imprimée en 3D de 15 crânes authentiques, tous d’hommes, fournis par la GRC.

(Montréal) Pour mettre un visage, et peut-être un nom sur des morts non identifiés, la GRC s’est trouvé des partenaires inusités : des étudiants de l’Académie d’art de New York. Une première au pays qui semble tout droit sortie d’une série télévisée d’enquête policière scientifique.

STÉPHANIE MARIN
LA PRESSE CANADIENNE

Ces étudiants seront appelés à reconstituer le visage de 15 Canadiens, morts sans nom.

Il y a actuellement plus de 700 restes humains non identifiés dans la base de données nationale sur les personnes disparues et les restes non identifiés de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Sans connaître leur identité, il est « impossible de les ramener à la maison », dit la force policière fédérale. Mais 15 d’entre eux sortiront peut-être de l’anonymat.

Pour la première fois, la GRC collabore avec l’Académie d’art de New York. La semaine prochaine, l’école tient un atelier de sculpture judiciaire qui utilise une version imprimée en 3D de 15 crânes authentiques, tous d’hommes, fournis par la GRC.

Le plus vieux date de 1972 et le plus récent de 2019. Ils ont été choisis parce qu’ils étaient en bonne condition.

L’instigatrice de ce projet, la caporale Charity Sampson, spécialiste en identification de victimes à la GRC, est arrivée à New York vendredi, avec les crânes. Ils ont été imprimés en version 3D à l’aide de nylon en poudre fusionné par laser, par des spécialistes à Ottawa. Son idée a été reçue avec enthousiasme au sein de la GRC, a-t-elle dit en entrevue avec La Presse canadienne.

Ce type de reconstruction faciale est le dernier espoir, dit-elle, utilisé quand les autres techniques, comme les analyses d’ADN et les empreintes digitales, ont échoué.

Quant aux étudiants new-yorkais, ils appliqueront leurs connaissances anatomiques et leurs talents artistiques afin de reconstituer chacun des visages avec de l’argile, explique la GRC.

Ils seront mis au fait de la taille, du poids et de l’âge de la personne décédée, quand ces informations sont disponibles. Dans certains cas, des cheveux fourniront aussi de précieux indices.

À la fin de l’atelier, 15 nouveaux visages seront révélés et présentés dans le site web de Disparus-Canada dans l’espoir de recevoir des indices du public qui pourront aider à les identifier.

« Cela ne prend qu’une personne pour reconnaître un visage », a indiqué la caporale Sampson. Et si c’est le cas, on pourra ramener ce disparu chez lui, a-t-elle ajouté.

Ces morts anonymes ne sont pas forcément des victimes de meurtre : « on ne sait pas comment ils ont rencontré la mort ».

Les ateliers de sculpture judiciaires ont lieu depuis 2015 dans cette école d’art de New York. Quatre identifications visuelles sont directement attribuables aux reconstitutions faciales réalisées durant l’atelier annuel, a rapporté la police fédérale canadienne.

La caporale Sampson espère répéter l’expérience l’an prochain, et collaborer avec une école d’art canadienne.

https://www.lapresse.ca/

Les résultats d’un test d’ADN qui changent avec le temps


Que la recherche au niveau de l’ADN et d’une plus grande proportion d’échantillon puissent donner plus de précision sur l’origine des ancêtres d’une personne, je suis bien d’accord, cependant, je trouve que les résultats avant et après la mise à jour sur ces deux cas, la mère et le fils sont étranges. Le père de la mère était amérindien, mais cela ne serait pas inscrit dans son ADN alors que son fils, il est indiqué qu’il a une faible partie amérindienne.
Nuage


Les résultats d’un test d’ADN qui changent avec le temps

PHOTO : RADIO-CANADA

Nancy Desjardins

Très populaires sur le web, les tests ADN offerts par de nombreuses entreprises suscitent beaucoup de questions chez certains clients, rapporte La facture.

Beaucoup se plaignent que leurs origines changent radicalement lors des mises à jour effectuées par les compagnies.

Certaines régions dont ils étaient originaires ont complètement disparu.

Chez les Lacasse-Charbonneau, la recherche de leurs ancêtres a toujours suscité un intérêt. Ils ont donc acheté un test ADN vendu par l’entreprise Ancestry DNA.

J’étais curieux de savoir à quel point j’étais Français. Pascal Charbonneau-Lacasse

La photo d'un homme âgé.

Le grand-père de Pascal Charbonneau-Lacasse

PHOTO : RADIO-CANADA

Sa mère, Sophiane Charbonneau, est convaincue pour sa part que ses ancêtres sont d’origine autochtone.

C’est clair que mon grand-père est autochtone. Sophiane Charbonneau

Ils ont tous les deux fait parvenir un échantillon de salive à l’entreprise.

C’est à partir des molécules d’ADN contenues dans la salive qu’Ancestry DNA identifie l’origine de vos ancêtres.

Lors de la réception des résultats, elle apprend que ses ancêtres sont davantage d’ascendance ouest-européenne qu’autochtone.

Un tableau explicatif des présumées origines génétiques de Sophiane Charbonneau.

L’information fournie dans un premier temps par Ancestry DNA à Sophiane Charbonneau

PHOTO : RADIO-CANADA

Par contre, son fils Pascal possède des ancêtres issus des Premières Nations.

Je m’explique mal pourquoi j’ai des origines autochtones alors que ma mère et mon père n’en ont pas! Pascal Charbonneau-Lacasse

Un tableau détaillant un passé génétique.

L’information fournie dans un premier temps par Ancestry DNA à Pascal Charbonneau-Lacasse

PHOTO : RADIO-CANADA

Cinq mois après la réception de leurs résultats, une autre surprise attendait la famille.

Lors d’une mise à jour effectuée par l’entreprise, certaines origines ont complètement changé.

Sophiane Charbonneau n’est plus du tout originaire de l’Europe du Sud, de la péninsule Ibérique, de la Finlande, et de la Russie du Nord-Ouest.

De plus, l’Europe de l’Ouest a fait place à la France à 86 %.

Un autre tableau explicatif des origines génétiques de Sophiane Charbonneau.

L’information fournie dans un second temps par Ancestry DNA à Sophiane Charbonneau

PHOTO : RADIO-CANADA

Quant à son fils Pascal, même constat. Cinq régions ont complètement disparu et l’Europe de l’Ouest est devenue la France.

Je ne comprends pas que ça change comme ça. Je n’y crois plus. Sophiane Charbonneau

Un autre aperçu du passé génétique de Pascal Charbonneau-Lacasse.

L’information fournie dans un second temps par Ancestry DNA à Pascal Charbonneau-Lacasse

PHOTO : RADIO-CANADA

Selon Simon Gravel, professeur au Département de génétique de l’Université McGill, la démarche d’Ancestry DNA est sérieuse et la réponse se trouve au niveau du groupe de référence où l’on compare l’ADN.

L’entreprise le compare avec les molécules d’ADN qu’elle a dans son ordinateur. Souvent, lors des mises à jour, le groupe de référence a changé, donc, forcément, les résultats aussi. Simon Gravel

Ancestry DNA est consciente que les mises à jour suscitent l’incrédulité de certains consommateurs.

Informée du cas des Lacasse-Charbonneau, l’entreprise affirme que ce n’est pas l’ADN qui change, mais le degré de précision des résultats qui s’améliore.

Ce qui a changé, c’est ce que nous savons de l’ADN, la quantité de données à notre disposition et notre manière de l’analyser, fait valoir l’entreprise. Nos clients reçoivent des estimations d’ethnicité mises à jour à mesure que notre panel de référence s’élargit et que l’algorithme s’améliore, ce qui permet de déterminer les ventilations ethniques avec un degré de précision supérieur.

https://ici.radio-canada.ca

Et si 2030, c’était maintenant?


Des scientifiques ont tenté de prédire les avancées technologiques dans le domaine de l’espace, transport, informatique et médecine. Rien d’extravagant…
Nuage


Et si 2030, c’était maintenant?

Des scientifiques s’aventurent prudemment sur le terrain des prédictions dans leur domaine d’étude, à l’aube de la nouvelle décennie.

UN TEXTE DE JEAN-PHILIPPE GUILBAULT

Y a-t-il de la vie ailleurs dans l’Univers?

Ce serait une grosse découverte! Y a-t-il de la vie ailleurs? Sommes-nous seuls dans l’Univers? C’est LA grande question ou, du moins, l’une des grandes questions scientifiques. René Doyon, professeur titulaire au Département de physique de l’Université de Montréal

« La découverte d’activité biologique pourrait se faire vers la fin de la prochaine décennie », lance, catégorique, le directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes, René Doyon.

Pour arriver à cet ambitieux objectif, les scientifiques pourront bientôt compter sur les services de deux télescopes géants : le Télescope de Trente Mètres, dont la construction est prévue à Hawaï, et le Télescope géant européen de 39 mètres, dont la construction doit être terminée en 2025 dans le nord du Chili.

Un autre outil révolutionnaire pour l’étude des exoplanètes sera le télescope spatial James-Webb, dont le lancement est prévu pour 2021.

« C’est le plus grand télescope spatial qui aura été construit », explique René Doyon, qui travaille d’ailleurs à la conception d’un des instruments qui le composent.

« Je ne pense pas que c’est exagéré de dire que c’est la machine la plus complexe en cours de construction par l’humanité. »

Des travailleurs en combinaison près d'un télescope spatial.

En préparation depuis 20 ans, le télescope James-Webb doit être mis en orbite en 2021.PHOTO : REUTERS / KEVIN LAMARQUE

James-Webb servira à observer et à analyser avec une précision beaucoup plus grande que celle des télescopes existants la composition de l’atmosphère des exoplanètes pour y découvrir de l’eau ou de l’ozone.

Et les astrophysiciens ont l’embarras du choix pour se lancer à la recherche de la vie ailleurs que sur la Terre, puisque le nombre de planètes découvertes orbitant autour d’une étoile autre que notre Soleil ne cesse d’augmenter depuis le début des années 2000.

« Ça a été une explosion de détections d’exoplanètes, surtout par les missions spatiales », explique René Doyon. « On a notamment trouvé plusieurs planètes, une douzaine, dans la fameuse zone habitable. »

Cette explosion de découvertes est attribuable en partie au télescope spatial Kepler, lancé en 2009, qui avait pour mission d’observer pendant quatre ans, « sans cligner des yeux », une partie du ciel.

« Dans cette portion du ciel, il y a à peu près 150 000 étoiles », explique M. Doyon. « C’est de là que vient principalement la manne d’exoplanètes. »

En un peu plus de neuf ans de service, Kepler a découvert plus de 2500 planètes ailleurs dans l’Univers.

En comparaison, on anticipe que le travail qui pourra être accompli avec James-Webb sera « révolutionnaire ».

Un système de transport  hyperloop.

Image : Un système de transport hyperloop.

Photo: Représentation artistique d’un système de transport hyperloop aménagé en bordure d’une autoroute.  Crédit: Radio-Canada / TransPod Hyperloop

Hyperloop et voitures autonomes

Les espoirs futuristes du passé nous ont donné les voitures et les vélos électriques, le train à grande vitesse et les drones. Cette fois, de quoi sera fait le futur?

Lorsqu’il est question de transport, l’Hyperloop, ce train extrêmement rapide qui serait en théorie capable de relier Montréal et Toronto en moins d’une heure, est sur toutes les lèvres.

Verra-t-on ce genre de transport d’ici 10 ans?

« Je pense que cela va fonctionner », juge Nicolas Saunier, professeur à Polytechnique Montréal. « Le concept est basé sur des principes de physique qui sont assez bien compris. La difficulté, poursuit-il, c’est en termes de capacité : combien de personnes par heure l’Hyperloop va-t-il être capable de transporter? »

Car il est difficile d’imaginer que les pouvoirs publics investissent dans une technologie qui ne permet pas le transport de masse.

À l’opposé, le professeur à Polytechnique donne l’exemple du taxi volant, une solution « très nichée » pour des gens disposant déjà de fortunes importantes.

D’autres technologies à surveiller – « moins sexy », aux dires de M. Saunier – sont celles liées à la micromobilité :

« les déplacements courts qui sont les déplacements les plus majoritaires dans les grands centres urbains ».

Selon lui, nous pourrions voir une amélioration et une démocratisation des petits véhicules électriques, un peu à l’instar des trottinettes et des vélos déjà déployés à Montréal.

« Je pense que, d’ici là, les véhicules sans conducteur seront [aussi] largement disponibles », ajoute M. Saunier, qui donne en exemple les récents développements du côté de Waymo, une entreprise d’Alphabet, la société mère de Google.

En juillet dernier, l’État de la Californie a autorisé Waymo à transporter des passagers à l’intérieur de ses taxis autonomes dans le cadre d’un projet pilote dans la région de San Francisco.

« Ces véhicules sont pratiquement tous électriques, il y a donc beaucoup moins d’impact sur la santé et on peut réduire les voies routières pour donner plus d’espaces de trottoir ou pour des pistes cyclables », ajoute M. Saunier. « On pourrait réserver certaines voies sur les autoroutes pour des voitures autonomes par souci d’efficacité. »

Une photo montrant trois mini fourgonnettes blanches portant le logo de Waymo sur l'une de leurs portes.

Les voitures autonomes de Waymo sont équipées de nombreux capteurs qui les aident à distinguer les obstacles.PHOTO : REUTERS / CAITLIN O’HARA

C’est toujours un bon exercice de regarder ce qui s’en vient, mais ce n’est pas évident! Nicolas Saunier

Mais ce spécialiste des enjeux liés au transport intelligent et à la sécurité routière fait cette mise en garde : toute innovation devra passer le test de l’acceptabilité sociale.

« Il y a des scénarios où le véhicule autonome ne se déploie jamais parce qu’il y a, par exemple, un enfant d’une garderie qui se fait écraser et on se dit que c’est inacceptable et qu’on préfère que ça soit toujours conduit par des humains », explique-t-il, rappelant que rien ne peut être prévisible avec précision dans le domaine des technologies.

Une médecin explique à un patient âgé comment utiliser une application sur son téléphone intelligent.

Image : Une médecin explique à un patient âgé comment utiliser une application sur son téléphone intelligent.

Photo: Les applications mobiles dans le domaine de la santé sont de plus en plus nombreuses.  Crédit: iStock

L’hôpital à la maison

Depuis quelques années, le nombre d’applications permettant de connaître en direct son état de santé a bondi.

« Si on regarde les cinq ou six dernières années, le nombre d’applications mobiles est passé de 1000 à 600 000. C’est fou! », s’exclame Janine Badr, candidate au doctorat en santé publique à l’Université de Montréal.

Les avancées dans le domaine de la technologie permettant d’assurer des soins de santé à distance sont indéniables aux yeux de Mme Badr, dont le projet de thèse porte sur la notion de santé connectée.

Mais l’avenir de ce champ sera certainement marqué par des réflexions sur des enjeux éthiques, de sécurité et de financement, car le milieu de la santé n’a pas encore décidé comment il allait les intégrer dans le réseau.

« C’est l’industrie qui a pris les devants sans forcément se poser des questions sur les besoins de santé [des patients] », ajoute-t-elle.

Un exemple de ce qui pourrait trouver son chemin dans le réseau est celui d’un pancréas artificiel qui, mis « sous la peau d’un patient », est relié à une application mobile.

Il est ainsi possible de mesurer en temps réel les variations de glycémie chez les personnes diabétiques.

« Ce n’est pas donné à tout le monde », précise toutefois Mme Badr, qui rappelle qu’un tel dispositif peut coûter entre 7000 $ et 8000 $.

Le ventre d'un homme avec des appareils lui permettant de surveiller son taux de glycémie sur son téléphone intelligent.

Un pancréas artificiel peut être greffé sur un humain pour lui permettre de surveiller en temps réel son taux de glycémie.PHOTO : INSTITUT DE RECHERCHES CLINIQUES DE MONTRÉAL

Un exemple qui illustre très bien les pressions financières que mettent les nouvelles technologies sur les systèmes de santé universels, comme ceux que l’on retrouve dans les provinces canadiennes.

Une autre technologie qui pourrait être de plus en plus utilisée dans les prochaines années est celle des vestes intelligentes, comme celle développée par l’entreprise canadienne Hexoskin, qui collabore notamment avec l’Agence spatiale canadienne.

« Il y a des expériences qui sont faites en ce moment dans le domaine de la santé pour voir ce que ces vestes peuvent nous apporter », note Mme Badr, qui donne en exemple le cas de personnes épileptiques, dont la veste pourrait détecter les signes annonciateurs d’une crise.

« Ça avance très rapidement », se réjouit Mme Badr, qui souligne que l’implication des patients dès les phases de prototypes de ces projets est essentielle pour que les solutions développées concordent avec les besoins réels des utilisateurs.

Une photo montrant l'ordinateur quantique Q System One d'IBM, un grand cube de verre contenant un cylindre chromé suspendu.

Image : Une photo montrant l’ordinateur quantique Q System One d’IBM, un grand cube de verre contenant un cylindre chromé suspendu.

Photo: L’ordinateur quantique IBM Q System One est enfermé dans un grand cube de verre de 2,74 mètres de côté.  Crédit: IBM

L’informatique quantique

Année après année, découverte après découverte, l’échelle de grandeur sur laquelle les lois de la physique quantique s’appliquent augmente et on n’a toujours pas trouvé un moment où ça brise. Alexandre Blais, directeur scientifique de l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke

La mécanique quantique est en train de percer le mur invisible de l’infiniment petit pour intégrer des systèmes de plus en plus grands. Pour le dire simplement : l’ordinateur quantique est à nos portes, et son potentiel a de quoi faire rêver.

En informatique classique, l’unité de base, le bit, est une variation entre 1 et 0. Un programme binaire n’est donc qu’une composition de ces deux chiffres et ne peut être ni l’un, ni l’autre, ni les deux à la fois.

En informatique quantique, il est possible d’utiliser les propriétés de la mécanique quantique pour créer des qubit – des bits quantiques – qui permettent la superposition des deux états. Il devient donc possible d’être 0 et 1 en même temps.

Google, qui travaille sur un tel projet, annonçait en octobre dernier que son processeur quantique Sycamore avait réussi en 200 secondes un calcul mathématique qu’un ordinateur classique aurait pris 10 000 ans à résoudre.

Cette performance, plus qu’impressionnante, n’a pas d’application utile pour l’instant, mais ce pourrait n’être qu’une question de temps.

Pour Alexandre Blais, directeur scientifique de l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke, il est particulièrement difficile de prédire avec exactitude comment cette forme d’informatique évoluera dans les dix prochaines années.

Mais, selon lui, on peut supposer, suivant un scénario « ambitieux », que seront construits des ordinateurs quantiques, aussi puissants que celui de Google, mais capables d’effectuer des calculs qui pourraient notamment s’appliquer à la synthétisation de médicaments.

Les médicaments, dans leur plus simple expression, sont des agencements d’atomes qui déterminent les propriétés médicales, explique le professeur Blais. Ces agencements sont de l’ordre de l’infiniment petit et sont régis par la mécanique quantique que nos ordinateurs classiques ont de la difficulté à reproduire.

« Il y a une étape dans la synthétisation des médicaments qui est une simulation par ordinateur, et c’est extrêmement coûteux et long. Si on peut accélérer cette simulation sur un ordinateur quantique, je crois que l’on aurait accompli quelque chose d’important. »

« Dans un scénario un peu plus négatif », souligne-t-il cependant, on pourrait se retrouver avec « des systèmes quantiques encore meilleurs, mais toujours aussi inutiles. »

La peur c’est qu’il y ait un “hiver quantique” où les systèmes grossissent, mais on ne sait toujours pas quoi faire avec, on ne sait toujours pas comment en exploiter la puissance. Alexandre Blais

Mais Alexandre Blais se veut optimiste et anticipe un avenir assez prometteur pour cette technologie.

« Je crois que l’on est dans un moment qui est vraiment excitant. Les gens dans le domaine sentent qu’il se passe quelque chose. C’est un moment assez passionnant », se réjouit le chercheur.

Journaliste – Jean-Philippe Guilbault | Chef de pupitre – Bernard Leduc

https://ici.radio-canada.ca/

Pourquoi notre cerveau ne se souvient-il pas de tout, pour toujours?


La mémoire a évolué de façon à emmagasiner des informations et d’en effacer d’autres. Si nous pouvions tout nous rappeler, cela serait un gros problème pour faire le triage. De plus, il y a beaucoup de souvenirs qui reviennent au besoin, quoique souvent déformés par le temps.
Nuage

Pourquoi notre cerveau ne se souvient-il pas de tout, pour toujours?

Et cette promenade, tu t'en souviens? | Soragrit Wongsa via Unsplash

Et cette promenade, tu t’en souviens? | Soragrit Wongsa via Unsplash

Quora — Traduit par Iris Engintalay

Il est conçu pour être efficace.


La réponse de Fabian van den Berg, neuropsychologue:

Si nous ne nous souvenons pas de tout de façon permanente, c’est pour éviter d’avoir une armée de petits Hulk dans la tête. En effet, si nous nous souvenions de tout, nous risquerions de devenir fous et de ne rien pouvoir faire.

Voilà ce que je vois presque tous les jours quand je travaille: mon bureau. Tout comme ma salle de bain ou ma cuisine, c’est quelque chose que je vois régulièrement dans le cadre de mon quotidien. Si nous nous souvenions de tout, nos têtes seraient remplies d’informations inutiles. Nous aurions des tonnes de souvenirs identiques de nous au réveil, en train de nous laver les dents, de préparer le petit déjeuner… et tout un tas de petits Hulk qui nous fixeraient pendant que nous travaillons! [Il serait temps que je fasse tourner mes super-héros…]

Notre cerveau a évolué de façon à être particulièrement efficace avec les souvenirs. Mais pas précis. Nous enregistrons les moments importants de certains événements, des choses dont nous pourrions avoir besoin ou qui sortent du lot. Tout ce qui n’est pas important disparaît, ce n’est pas stocké. Pendant la nuit, des vagues d’activité balaient notre cortex, éliminant tout ce qui n’a pas lieu d’être conservé en mémoire. Lorsque j’ai besoin de me souvenir, ces éléments sont restaurés et les trous sont comblés. Je n’ai pas besoin de créer un souvenir de mini Hulk à chaque fois; je peux partir du principe qu’il sera toujours là et l’ajouter à n’importe quel souvenir de mon bureau.

Les blancs sont remplis avec des informations adéquates et suffisamment bonnes. Couleurs, odeurs, plats et parfois des personnes ou des événements entiers sont ensuite ajoutés à nos souvenirs, car il semble logique que ces éléments soient présents, alors même qu’ils ne l’étaient pas au départ. Dans une certaine mesure, nos souvenirs sont ainsi faussés. Plus un souvenir est vieux, plus il est de mauvaise qualité.

Certains systèmes en place nous aident à nous souvenir, tandis que d’autres nous aident à oublier. Des informations importantes aujourd’hui risquent de perdre de leur importance avec le temps. À l’exception de la signification d’ADN, à savoir acide désoxyribonucléique, qui est restée gravée dans ma tête depuis le lycée (eh oui, le système n’est pas parfait). Votre réunion de vendredi est suffisamment importante pour être enregistrée, mais une fois qu’elle sera passée, elle perdra rapidement de sa valeur: son attribut «important» lui sera retiré et l’information s’effacera.

Le cerveau est conçu pour être efficace; tout emmagasiner serait contre-productif. Trop d’éléments de notre quotidien sont sans intérêt pour avoir une quelconque valeur. Si nous nous souvenions de tout, nous nous retrouverions coincé·es dans le passé, à ressasser nos souvenirs et à essayer de faire le tri. Se souvenir des choses importantes et inventer le reste est une bien meilleure façon de faire.

http://www.slate.fr/