20 photos historiques inédites


20 photos historiques inédites

 

De vieilles photos prisent un peu partout dans le monde à différents évènements. Certaines sont surprenantes comme en Iran.
Nuage

 

Le chavirement du paquebot transatlantique SS Normandie le 9 février 1942, sur le quai 88 de New York.

Arnold Schwarzenegger à seize ans lors de sa première compétition de body-building.

Des pêcheurs du fleuve Volga, en Russie, et leurs impressionnantes prises, 1924.

Une jeune fille inuit et son petit husky, 1949.

Des surfeurs, 1922.

Des motards, années 60.

Un garçon regarde la télévision pour la première fois à travers la vitrine d’une boutique, 1948.

James Naismith, l’inventeur du basketball, avec sa femme.

Une cérémonie de remise des diplômes, 1895.

Une femme iranienne, 1960.

Margaret Hamilton, l’ingénieur logiciel principale pour la NASA, 1969.

Le célèbre poète Joseph Brodsky avec ses étudiants, Michigan, années 80.

Linda Christian, la première « James Bond girl », 1945.

Le roi Georges VI d’Angleterre avec l’air sérieux, 1938.

Fawzia Fuad, princesse d’Iran et reine d’Égypte, 1939.

Des joueurs des Maple Leafs de Toronto et des Blackhawks de Chicago à la recherche de la lentille de contact perdue de Jack Evans durant un match de hockey sur glace, 1962.

Des geishas, au Japon, années 20.

Les frères Adolf et Rudolf Dassler, qui ont fondé les célèbres marques de sport Adidas et Puma.

La cérémonie d’ouverture des XXIIes Jeux olympiques d’été, Moscou, 1980.

Des soldats du Caucase, début du XXe siècle.

– Publicité –

Les princesses Olga et Tatyana de la famille royale russe avant la Révolution, 1913.

http://bridoz.com/

Le Saviez-Vous ► Voici quelques incroyables cartes et infographies du XIXe siècle


De vieilles cartes faites entre 1849 et 1851 par messieurs John Emslie et James Reynolds dans un but scientifique, mais impliquant aussi la créativité. Des cartes illustrant des montagnes, des rivières, des monuments et autres à travers le monde. Un travail qui devait être titanesque pour l’époque
Nuage

 

Voici quelques incroyables cartes et infographies du XIXe siècle

 

Vous êtes-vous déjà demandé quel est le volcan actif le plus élevé? Avez-vous déjà voulu comparer la taille des sommets les plus hauts et des plus longs fleuves du monde? John Emslie et James Reynolds l’ont fait. Entre 1849 et 1851, l’illustrateur topographique et graveur Emslie et l’éditeur Reynolds conçurent des diagrammes scientifiques représentant ces formes géographiques dans un grand livre de douze pages intitulé Geological Diagrams. A l’époque, les illustrateurs et cartographes contribuaient beaucoup au développement de l’accessibilité et de la visibilité de la recherche scientifique en créant des cartes, des illustrations et diagrammes représentant les curiosités naturelles ou conçues par l’homme réparties partout dans le monde.

Principaux sommets des Îles britanniques. Issu de Geological Diagrams.

 

Dans My Modern Met, Sara Barnes raconte comment Emslie et Reynolds ont pris «des chiffres et des détails scientifiques précis pour fabriquer une image qui est belle à regarder et facile à comprendre». A moitié créations artistiques, à moitié tableaux de données, ces œuvres sont des infographies scientifiques pionnières qui peuvent être considérées comme les fondations des diagrammes éducatifs d’aujourd’hui.

 

T F

Principaux sommets des Îles britanniques. Issu de Geological Diagrams.

Dans My Modern Met, Sara Barnes raconte comment Emslie et Reynolds ont pris «des chiffres et des détails scientifiques précis pour fabriquer une image qui est belle à regarder et facile à comprendre».

 A moitié créations artistiques, à moitié tableaux de données, ces œuvres sont des infographies scientifiques pionnières qui peuvent être considérées comme les fondations des diagrammes éducatifs d’aujourd’hui.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Sur cette carte, Phénomènes des volcans et tremblements de terre, les cartographes John Emslie et James Reynolds présentent la situation et la taille de tous les volcans actifs au milieu du XIXe siècle.

T F

Sur cette carte, Phénomènes des volcans et tremblements de terre, les cartographes John Emslie et James Reynolds présentent la situation et la taille de tous les volcans actifs au milieu du XIXe siècle.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAPS COLLECTION

Ce diagramme compare différentes cascades à travers le monde, présentant la cascade de Gavarnie en France comme la plus haute de toutes avec ses quelque 400 mètres. Issu de Geological Diagrams.

 

Le XIXe siècle fut marqué par d’importantes découvertes scientifiques, de la première observation de Neptune aux théories de l’évolution. Dès le début du siècle, lorsqu’Alexander von Humboldt créa ce qui est considéré aujourd’hui comme les premières infographies, cartographes et éditeurs conçurent une large gamme de représentations vivantes pour expliquer au grand public ces idées nouvelles et complexes. La société d’édition de Reynolds à Londres imprima une très grande quantité de documents durant les trois décennies que dura sa carrière, répondant à la demande populaire en matière d’informations scientifiques et technologiques. Reynolds travaillait avec plusieurs cartographes et graveurs, mais Emslie fut un de ses principaux collaborateurs. Ils produisirent ensemble de nombreuses infographies et cartes, et furent tous deux élus à la Royal Geographical Society de Londres, institution dédiée à la production de données géographiques et cartographiques précises. L’attrait et le charme de leur travail viennent d’une combinaison de maîtrise formelle des techniques cartographiques, de connaissances scientifiques et d’intuition artistique.    

T F

Ce diagramme compare différentes cascades à travers le monde, présentant la cascade de Gavarnie en France comme la plus haute de toutes avec ses quelque 400 mètres. Issu de Geological Diagrams.

Le XIXe siècle fut marqué par d’importantes découvertes scientifiques, de la première observation de Neptune aux théories de l’évolution. Dès le début du siècle, lorsqu’Alexander von Humboldt créa ce qui est considéré aujourd’hui comme les premières infographies, cartographes et éditeurs conçurent une large gamme de représentations vivantes pour expliquer au grand public ces idées nouvelles et complexes. La société d’édition de Reynolds à Londres imprima une très grande quantité de documents durant les trois décennies que dura sa carrière, répondant à la demande populaire en matière d’informations scientifiques et technologiques. Reynolds travaillait avec plusieurs cartographes et graveurs, mais Emslie fut un de ses principaux collaborateurs. Ils produisirent ensemble de nombreuses infographies et cartes, et furent tous deux élus à la Royal Geographical Society de Londres, institution dédiée à la production de données géographiques et cartographiques précises. L’attrait et le charme de leur travail viennent d’une combinaison de maîtrise formelle des techniques cartographiques, de connaissances scientifiques et d’intuition artistique.   

Crédit: WELLCOME LIBRARY/CC BY 4.0

Plan panoramique des principaux fleuves et lacs, issu de Geological Diagrams.

 

Colorisé à la main et très détaillé, Geological Diagrams, publié par Emslie et Reynolds en 1851, est l’une de leurs nombreuses publications. Des cartes y représentent la distribution des plantes, des courants aériens et des religions, tandis que des tableaux y figurent ingénieusement les plus grands fleuves, sommets, cascades et même les constructions les plus célèbres.

Une carte panoramique des principaux fleuves et lacs présente par exemple côte à côte une sélection des plus longs cours d’eau de la planète, comparant le Colorado, le Rhin, le Nil et l’Amazone. Chacun d’entre eux est ponctué par les villes qu’il traverse. Au-dessus de l’alignement de fleuves sont comparés différents lacs, notamment, la mer morte, la mer caspienne, le lac Léman et le lac Erie. On perçoit mieux par cette vue la taille de la «mer» Caspienne et de la mer Noire.

T F

Plan panoramique des principaux fleuves et lacs, issu de Geological Diagrams.

Colorisé à la main et très détaillé, Geological Diagrams, publié par Emslie et Reynolds en 1851, est l’une de leurs nombreuses publications. Des cartes y représentent la distribution des plantes, des courants aériens et des religions, tandis que des tableaux y figurent ingénieusement les plus grands fleuves, sommets, cascades et même les constructions les plus célèbres.

Une carte panoramique des principaux fleuves et lacs présente par exemple côte à côte une sélection des plus longs cours d’eau de la planète, comparant le Colorado, le Rhin, le Nil et l’Amazone. Chacun d’entre eux est ponctué par les villes qu’il traverse. Au-dessus de l’alignement de fleuves sont comparés différents lacs, notamment, la mer morte, la mer caspienne, le lac Léman et le lac Erie. On perçoit mieux par cette vue la taille de la «mer» Caspienne et de la mer Noire.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Cette vue des principales constructions du monde compare divers monuments, notamment le Panthéon, Notre-Dame et la pyramide de Khéops. Issu de Geological Diagrams. 

T F

Cette vue des principales constructions du monde compare divers monuments, notamment le Panthéon, Notre-Dame et la pyramide de Khéops. Issu de Geological Diagrams. 

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Horloge géographique et astronomique de Sheppard. Publié en 1844.

 

En plus des douze pages de Geological Diagrams, Emslie et Reynolds travaillèrent également ensemble à d’autres publications de représentations graphiques, d’atlas scolaires et de digrammes astronomiques. Emslie y montre par exemple les différences entre des horloges astronomiques et géographiques, la révolution de la terre autour du soleil et la surface topographique de la lune. Certaines des cartes astronomiques furent conçues pour inclure des effets de transparence, permettant à ceux qui les regardaient de mettre en évidence certains corps célestes et constellations en faisant passer une lampe derrière.

Actuellement, une sélection des diagrammes astronomiques de Reynolds et Emslie peut être vue au David Rumsey Center dans la Green Library de l’université de Stanford, en Californie. 

T F

Horloge géographique et astronomique de Sheppard. Publié en 1844.

En plus des douze pages de Geological Diagrams, Emslie et Reynolds travaillèrent également ensemble à d’autres publications de représentations graphiques, d’atlas scolaires et de digrammes astronomiques. Emslie y montre par exemple les différences entre des horloges astronomiques et géographiques, la révolution de la terre autour du soleil et la surface topographique de la lune. Certaines des cartes astronomiques furent conçues pour inclure des effets de transparence, permettant à ceux qui les regardaient de mettre en évidence certains corps célestes et constellations en faisant passer une lampe derrière.

Actuellement, une sélection des diagrammes astronomiques de Reynolds et Emslie peut être vue au David Rumsey Center dans la Green Library de l’université de Stanford, en Californie. 

Crédit: WELLCOME LIBRARY/CC BY 4.0

Distribution des courants aériens et des vents dans le monde. Geological Diagrams.

T F

Distribution des courants aériens et des vents dans le monde. Geological Diagrams.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Carte géologique du monde.

T F

Carte géologique du monde.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAPS COLLECTION

Carte ethnographique présentant la distribution géographique de l’humanité. En bas de la carte, Emslie et Reynolds présentent également la distribution des principales religions, révélant que le monde reste alors majoritairement «païen»...  

T F

Carte ethnographique présentant la distribution géographique de l’humanité. En bas de la carte, Emslie et Reynolds présentent également la distribution des principales religions, révélant que le monde reste alors majoritairement «païen»… 

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAPS COLLECTION

Diagramme géographique de la terre.

T F

Diagramme géographique de la terre.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Diagramme illustrant la révolution annuelle de la terre autour du soleil.

T F

Diagramme illustrant la révolution annuelle de la terre autour du soleil.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAPS COLLECTION

Carte transparente des ciels à la lattitude de la Grande-Bretagne publiée en 1851 dans Astronomical Diagrams.

T F

Carte transparente des ciels à la lattitude de la Grande-Bretagne publiée en 1851 dans Astronomical Diagrams.

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Cette carte-ci est éclairée par l’arrière, mettant en évidence les principales étoiles. 

T F

Cette carte-ci est éclairée par l’arrière, mettant en évidence les principales étoiles. 

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAP COLLECTION

Représentation téléscopique de la lune. On peut également faire passer de la lumière par l’arrière de la page pour distinguer plus de détails. 

T F

Représentation téléscopique de la lune. On peut également faire passer de la lumière par l’arrière de la page pour distinguer plus de détails. 

Crédit: COURTESY DAVID RUMSEY HISTORICAL MAPS COLLECTION

Méthodes pour estimer la longitude. Publié en1851. 

T F

Méthodes pour estimer la longitude. Publié en1851. 

Crédit: WELLCOME LIBRARY/CC BY 4.0

Théorie des saisons. Publié en 1851. 

T F

Théorie des saisons. Publié en 1851.

Crédit: WELLCOME LIBRARY/CC BY 4.0

Lauren Young

Traduit par Felix de Montety

http://www.slate.fr

Un bébé détecte le cancer du sein de sa maman


Un bébé qui refuse le sein, est souvent frustrant pour la mère. Cette maman a fait le bon choix pour aller consulter après le refus de boire du sein droit … Ce qui lui a sauvé la vie
Nuage

 

Un bébé détecte le cancer du sein de sa maman

 

Un bébé détecte le cancer du sein de sa maman

Le bébé refusait systématiquement d’être allaité par le sein droit.Photo Fotolia

Si beaucoup de mères vivent mal le fait que leur bébé refuse d’être allaité, Sarah Boyle, une jeune mère de famille de 26 ans, a été sauvée grâce à cela.

Son fils Teddy refusait systématiquement d’être allaité par sa mère quand celle-ci voulait le nourrir avec le sein droit.

Elle a alors décidé de consulter un spécialiste pour savoir quel était le problème. Résultat, les médecins ont diagnostiqué que Sarah était atteinte d’un cancer du sein triple négatif. Un cancer réputé pour être agressif qui doit être pris en charge tôt pour qu’il soit traité avec succès.

Interrogée par le Daily Mail, elle a souhaité remercier son fils:

«Teddy est mon héros. Je n’aurais jamais suspecté d’avoir un cancer. Mon médecin m’a dit que l’allaitement permet à une mère de créer des liens. Dans mon cas ça a été encore plus loin: cela m’a sauvé la vie.»

Il semblerait que Teddy pouvait sentir que le lait provenant du sein droit, infecté, avait un goût différent que celui du gauche. C’est pourquoi il n’en voulait pas.

D’après une étude américaine publiée en 2013 dans le Journal of American Medicine Association, les cancers du sein touchent 10 % des femmes de moins de 40 ans. Mais les formes sévères de cancers du sein, comme celui qui a touché la jeune Sarah, augmentent depuis 1976 chez les femmes de 25 à 39 ans.

La prévention et les dépistages du cancer du sein restent primordiaux pour pouvoir bénéficier d’un traitement rapidement. En cas de doute, n’attendez pas.

http://fr.canoe.ca

Pourquoi la découverte de la Nasa est si importante pour l’avenir de l’humanitée


La découverte de la Nasa a annoncé en toute pompe : Sept planètes de la taille de la Terre découvertes autour d’une petite étoile, n’est pas vraiment pour trouver des extraterrestres, même si cela n’est pas impossible, mais c’est surtout l’étoile naine qui les intéressent et le comportement des 7 planètes qui la gravite
Nuage

 

Pourquoi la découverte de la Nasa est si importante pour l’avenir de l’humanité

 

Esquisse artistique d'une des nouvelles exoplanètes découvertes par la Nasa | via Wikimedia Commons CC License by

Esquisse artistique d’une des nouvelles exoplanètes découvertes par la Nasa | via Wikimedia Commons CC License by

Chau Tu, traduit par Bérengère Viennot


Il n’y a probablement pas de vie sur les exoplanètes qui viennent d’être découvertes par la Nasa. Mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas une bonne nouvelle.

 

Quand en début de semaine la Nasa a mis le monde en appétit en annonçant une immense découverte «au-delà de notre système solaire», il était clair que quelque chose d’excitant se profilait. Et quand on pense à ce qu’il y a de plus excitant dans le domaine de l’espace, on pense forcément aux extraterrestres.

Raté.

L’agence spatiale a révélé la découverte de Trappist-1, un système composé de sept exoplanètes d’une taille comparable à celle de la Terre, qui orbitent autour d’une étoile à environ 40 années-lumière de chez nous. Les scientifiques affirment qu’il est possible que toutes ces planètes—premier et plus grand système connu de ce type évoluant autour d’une seule étoile—contiennent de l’eau, même si le plus probable est qu’il n’y en ait que sur les trois découvertes dans la zone «habitable.»


Source wikimedia

Banc d’essaie

Une découverte qui comprend des expressions comme «taille comparable à celle de la Terre», «habitable» et «eau» oriente vers l’idée que nous nous rapprochons de la possibilité de découvrir une forme de vie. Et ça, c’est possiblement synonyme d’extra-terrestres, pas vrai?

En théorie oui, possiblement. Mais pas là où vous pensez: comme le souligne Akshat Rathi dans Quartz, s’il est peu probable que nous trouvions de la vie sur ces planètes-là dans un futur proche, en revanche, elles vont sans doute aider les scientifiques à apprendre comment mieux chercher à l’avenir. Trouver une grappe d’autres planètes de la bonne taille, de la forme idoine, dans la bonne zone et à la bonne température augmenterait grandement les chances de trouver de l’eau –et de la vie.

Comme l’écrit Akshat Rathi:

«La raison pour laquelle c’est important, ce n’est pas parce que des scientifiques ont découvert un si grand nombre de planètes semblables à la Terre en même temps. Nous en avons déjà découvert des centaines comme ça. Ce n’est pas non plus parce que Trappist-1 est si proche de nous. L’étoile Proxima du Centaure n’est qu’à quatre années-lumière, et elle aussi a une planète en orbite qui ressemble à la Terre. Le système solaire Trappist-1 est une découverte majeure parce qu’il va servir de banc d’essai pour accélérer notre recherche de vie extraterrestre.»

L’observation facilitée

Qu’est-ce qui, dans cette découverte, va nous le permettre? Pour commencer, la vraie star dans cette annonce est une étoile naine ultra-froide qui mesure environ la taille de Jupiter, donc bien différente de notre étoile à nous. Trouver un type de système planétaire semblable au nôtre –certains signes indiquent que les planètes sont rocheuses et que leur étoile exerce un effet de marée gravitationnelle sur elles– autour d’une étoile «froide» comme celle-ci [environ 2.200°C en surface contre 5.500°C pour le Soleil] laisse penser que les scientifiques vont peut-être vouloir commencer à chercher une vie extraterrestre ailleurs qu’autour d’étoiles qui ressemblent au soleil.

Source wikicommons

En outre, les chercheurs découvrent souvent l’existence d’exoplanètes en observant une diminution de la luminosité des étoiles au moment où des planètes traversent leur orbite. L’étoile de Trappist-1 est bien moins lumineuse que la plupart de ses homologues, ce qui facilite l’observation de la signature chimique de ses planètes –de leur eau ou de leur oxygène par exemple– à l’aide d’instruments ultrasensibles comme le télescope spatial James Webb, qui doit être lancé à l’automne 2018.

Donc pas d’extraterrestres pour le moment. Bien entendu, cela n’empêche pas la Nasa de capitaliser sur le côté excitant de l’événement: le communiqué de presse est accompagné de vues d’artistes fantastiques des planètes fraîchement découvertes. Mais ne vous attendez pas à ce que quelque chose de plus visiblement terrestre n’en émerge dans un avenir proche.

http://www.slate.fr/

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte


Une nouvelle espèce de requin-marteau à été découverte à Bélize grâce au profil d’ADN. Cette région est connue pour ses 1400 espèces d’animaux et plantes. On ne sait pas encore si cette nouvelle espèce est en voie de disparition, mais c’est une bonne raison pour que cette région soit protéger des activités humaines
Nuage

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte

 

Une nouvelle espèce de requin-marteau découverte

Une nouvelle espèce de Requin-marteau découverte dans les eaux du Belize.Capture d’écran Gentside Découverte

La nature ne cesse de surprendre la science. Alors qu’on s’attend plutôt à découvrir des petits animaux pensant avoir déjà recensé les plus gros, voici que des scientifiques de l’Université de Floride (FIU) et du Département de Pêche du Belize ont découvert un nouveau squale. Un spécimen faisant partie de la famille des requins-marteaux.

En tombant sur le requin en question, les chercheurs pensaient avoir affaire à l’espèce Sphyrna tibura ou Requin-marteau tiburo. Mais dans le cadre de leurs recherches, ils ont effectué une analyse génétique du requin et se sont rendus compte que son ADN était si différent qu’en réalité, il s’agissait probablement d’une autre espèce.

1400 ESPÈCES DANS LE RÉCIF

Cette découverte étant très récente, le requin n’a pas encore officiellement pu être reconnue comme une nouvelle espèce. De même, il n’a pas été nommé par la communauté scientifique, mais le fait qu’il fasse partie de la famille des requins-marteaux, c’est-à-dire des Sphyrnidae qui comptent 10 espèces, permet de pouvoir émettre des hypothèses sur son mode de vie. 

«Les requins-marteaux ne migrent jamais loin et il est certain que les eaux transparentes du Belize sont un facteur positif pour cette espèce», affirme Nadia Bood, spécialiste des récifs au WWF-Belize.

Selon un communiqué de l’organisation, le squale vit dans une zone riche en mangroves telles que les eaux du Belize.

Cette région est connue pour abriter quelque 1400 espèces d’animaux et de plantes, des tortues rares en passant par des dauphins, requins, raies ainsi qu’un récif corallien d’exception.

«La découverte d’une nouvelle espèce de requin prouve que le Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize est une aire marine idéale pour accueillir les écosystèmes des plus divers et riches au monde», explique Nadia Bood.

«Il est urgent que le gouvernement du Belize mette en place des mesures pour protéger ce patrimoine naturel», ajoute-t-elle.

REQUIN-MARTEAU EN PAIX DANS LES EAUX DU BELIZE?

D’après l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Requin-marteau tiburo, espèce confondue avec le nouveau requin, n’est pas sur la voie de l’extinction. Son statut de conservation est de préoccupation mineure. C’est-à-dire que cette espèce est considérée comme répandue et abondante.

Les scientifiques doivent par conséquent établir un recensement de la nouvelle espèce afin d’affirmer si, comme son cousin, le squale n’est pas en danger dans les eaux du Belize. Demian Chapman qui a dirigé la recherche ayant permis la découverte a commenté:

«Maintenant, nous devons définir la portée de chacune de ces espèces individuellement et évaluer les menaces potentielles pour chacune d’entre elles». 

Selon ce spécialiste, des rapports ont en effet révélé que ces petits requins-marteaux avaient pratiquement été éliminés par la pêche illégale au Brésil.

«Nous ne savons pas de quelle espèce il s’agit et notre découverte d’une nouvelle espèce met en lumière qu’il pourrait y en avoir d’autres non répertoriées», a expliqué le scientifique dans un communiqué du FIU.

DANGER POUR LE PATRIMOINE MONDIAL

Bien qu’on ignore si l’espèce est en danger d’extinction, les organismes de protection sont montées au créneau en ce qui concerne la région du Belize.

«Plus de 265 000 personnes se sont mobilisées pour s’adresser au Premier ministre du Belize et demandent une protection à long terme de ce patrimoine naturel unique accueillant diverses espèces marines, dont cette nouvelle espèce de requin qu’il faut plus que jamais protéger», affirme Nadia Bood.

«Nous lançons un appel général pour que chacun puisse s’engager dans cette lutte grâce à  notre plateforme d’action».

En effet, en octobre 2016, le gouvernement du Belize a supprimé les permis de forage pétrolier sous-marin, menace présente pour le récif corallien contre laquelle la Belize Coalition to Save our Natural Heritage avait lutté.

Mais le combat contre le danger pétrolier n’est pas terminé, affirment les organisations. Pour rappel, la région côtière du Belize est classée par l’UNESCO au Patrimoine mondial. Or, un rapport du WWF présenté en avril 2016 a révélé que plus de 20% des sites naturels du Patrimoine mondial, soit 46 sites sont menacés par plusieurs activités industrielles.

La construction de stations balnéaires et de logements sur son territoire, construction qui s’est souvent accompagnée d’un défrichement massif des mangroves, a poussé à  inscrire le Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize dans la Liste du Patrimoine mondial en péril en 2009.

http://fr.canoe.ca

Parce que les oreilles de son chien ne tombent pas, elle lui fait subir une intervention de chirurgie plastique


Tout cela pour participer à un concours canin ! Décider d’avoir un animal de compagnie, c’est de le prendre tel qu’il est .. Alors que cette famille a choisi un chien pour participer à un concours et malgré qu’il n’est pas standard, ils ont opté pour une chirurgie plastique
Nuage

 

Parce que les oreilles de son chien ne tombent pas, elle lui fait subir une intervention de chirurgie plastique

jack russell aux oreilles tombantes

A cause d’un «défaut physique» constaté sur les oreilles de son chien, une Russe de 37 ans ne pouvait pas le faire concourir. Elle a décidé de le faire passer sous le bistouri… et se fait depuis lyncher sur Internet.

Elle voulait faire plaisir à son fils en lui offrant un jeune Jack Russell. Elle voulait aussi que ce dernier devienne un grand champion de concours canin et puisse faire des bébés. Mais ses rêves ont rapidement été avortés lorsqu’elle s’est aperçu que les oreilles de l’animal poussaient vers le haut au lieu de tomber comme le veut le standard de la race. Les propriétaires du toutou ont donc collé des pièces de monnaie dessus dans l’espoir qu’avec le poids, elles s’affaisseraient. En vain, rapporte Metro.

Les cartilages du chien abîmés au profit des concours

Déçus, ils ont vu en la chirurgie plastique leur seul espoir de rectifier ce souci qui n’en est pas un.

«Les médecins ont essayé de nous convaincre de ne pas le faire, mais nous avons estimé qu’avec ce moyen, ce serait plus esthétique», s’est justifiée la mère de famille.

Et à force d’entêtement, elle a fini par convaincre un vétérinaire qui jugeait l’opération inutile d’y procéder.

«Nous avons endommagé le cartilage, de telle manière à ce que les oreilles, qui étaient droites, commencent à tomber», a expliqué le docteur Andrey Mezin.

Si la famille est ravie de cette transformation, de nombreuses personnes dénoncent aujourd’hui son égoïsme et sa cruauté. A commencer par les internautes :

«C’est de la torture, parce qu’ils maltraitent le chien pour leurs propres bénéfices», a en effet estimé l’un d’entre eux.

https://wamiz.com