Une entreprise américaine va implanter des puces électroniques dans les mains de ses salariés


Je n’aime pas trop l’idée ! Bien que les responsables disent qu’ils ne mettent pas de GPS dans leurs puces électroniques, un jour, on exigera que ce soit obligatoire et quelles informations pourront-ils chercher ? Une forme de Big Brother ?
Nuage

 

Une entreprise américaine va implanter des puces électroniques dans les mains de ses salariés

 

Un employé de l'entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL

Un employé de l’entreprise de cybersécurité Kaspersky Lab montre une puce électronique destinée à être implantée. Septembre 2015, Berlin. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGAL

Repéré par Juliette Mitoyen

Repéré sur KSTP

Le but: faciliter le paiement des employés aux distributeurs automatiques, ou encore leur connexion à leur ordinateur.

Three Square Market, une entreprise basée à River Falls dans le Wisconsin et spécialisée dans les logiciels de distributeurs automatiques, a annoncé qu’elle allait équiper ses salariés de puces électroniques, d’après la chaîne de télévision KSTP-TV.

Placées entre le pouce et l’index, les petites puces –pas plus épaisses qu’un grain de riz– disposent de la même technologie que les cartes bancaires et les téléphones de paiement sans contact. Les employés pourront ainsi payer aux distributeurs automatiques d’un simple revers de la main, mais également ouvrir la porte principale de l’entreprise, se connecter à leur ordinateur ou encore utiliser la photocopieuse.

Une «avancée inévitable»

Interrogé par KSTP-TV, Todd Westby, le directeur de Three Square Market, a affirmé que l’implantation de puces électroniques sous la peau humaine était «la prochaine grande avancée inévitable qui se produira» et a ajouté que lui et son entreprise «voulaient en faire partie».

Dans le reportage réalisé pour la chaîne, il décrit le processus de paiement:

«Vous venez, vous scannez le produit (…). On vous demande alors de présenter votre moyen de paiement, et là, vous tendez la main, et comme avec un téléphone, vous payez votre produit.»

La démarche de cette entreprise du Wisconsin est une première aux États-Unis, mais Three Square Market a pris exemple sur Epicenter, une start-up suédoise, qui équipe ses salariés de puces similaires depuis avril 2017.

Pour Ben Libberton, microbiologiste à l’Institut Karolinska de l’Université de médecine de Solna, en Suède, ces puces comportent des risques d’atteinte à la liberté:

«Ces puces peuvent collecter des données sur votre santé, sur votre temps de travail, sur votre localisation, sur le temps que vous passez aux toilettes. Toutes ces données pourraient logiquement être collectées (…). Et que se passe-t-il ensuite? Pour quoi sont-elles utilisées? Par qui? Qui peut y avoir accès?»

Todd Westby à quant à lui essayé de rassurer les plus dubitatifs en affirmant que les puces en question ne contenaient aucun traceur GPS, et que l’implantation se faisait sur la base du volontariat. Les salariés qui voudront continuer à sortir leurs billets et leurs cartes bleues à la machine à café seront fort heureusement libres de le faire.

Pour l’heure, plus de cinquante employés ont déjà décidé d’avoir recours à l’implantation de cette puce, qui devrait commencer le 1er août à Three Square Market.

http://www.slate.fr

La Lune serait riche en eau


La lune devient de plus en plus intéressante pour les chercheurs qui croient qu’elles contiendraient beaucoup d’eau dans les profondeurs de ce satellite naturel. L’article ne soulève pas la question, mais s’il y a de l’eau, il y a sûrement des micro-organismes dans les entrailles de la lune
Nuage

 

La Lune serait riche en eau

Les futurs explorateurs pourront-ils se désaltérer avec de l'eau de lune ?... (PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

 

PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Agence France-Presse
Paris

Les futurs explorateurs pourront-ils se désaltérer avec de l’eau de lune ? Selon des travaux publiés lundi dans la revue Nature géosciences, les profondeurs de l’astre seraient étonnamment riches en eau.

«Nous avons trouvé la signature de l’eau partout dans les profondeurs de la Lune en utilisant des données satellitaires», explique à l’AFP Shuai Li de l’université Brown à Providence aux États-Unis et coauteur de l’étude.

Pendant longtemps, on a perçu la Lune comme un astre aride, d’«une magnifique désolation» ou encore «complètement sèche».

Mais la présence d’eau sur l’astre ne fait maintenant plus débat. En 2008 déjà, des chercheurs avaient trouvé des molécules d’eau à l’intérieur de magma ramené par des astronautes des missions Apollo.

«Restait à savoir si ces échantillons reflétaient les conditions générales des entrailles de la Lune ou représentaient plutôt des régions riches en eau exceptionnelle, anormales dans un manteau «sec»», note Ralph Milliken, également de l’université Brown à Providence et coauteur de l’étude.

En utilisant des données satellitaires, les deux chercheurs ont mis en évidence que des dépôts volcaniques contenaient des quantités exceptionnellement élevées d’eau, venant des profondeurs de la lune.

«Ces gisements riches en eau sont répartis sur la surface, ce qui prouve que l’eau trouvée dans les échantillons d’Apollo n’est pas un cas unique», explique Ralph Milliken.

L’hypothèse la plus largement répandue sur l’origine de la formation de la Lune et celle d’une énorme collision entre la Terre et un corps de la taille de Mars, peu après la formation du système solaire.

Cette découverte fait naître une question: comment l’hydrogène nécessaire à la formation d’eau a pu survivre aux températures extrêmes induites par l’impact?

Selon l’étude, les gisements contiennent peu d’eau (moins de 0,05 %), mais ils sont énormes, pouvant atteindre jusqu’à 1000 km2. L’astre serait donc finalement «étonnamment riche en eau», selon les chercheurs.

Une découverte qui pourrait avoir une application concrète dans l’avenir :

«l’eau pourrait être utilisée comme ressource in situ lors d’une future exploration», selon Shuai Li.

http://www.lapresse.ca

Attitude


C’est dans ma ligne de pensée, et pour l’avoir expérimenté moi-même. La journée que j’ai décidé de changer mon attitude face à la vie, cela a changé beaucoup de chose. Bien sûr, cela ne se fait pas d’un seul coup, mais graduellement
Nuage

Attitude

 

« Nous ne pouvons pas changer notre passé… nous ne pouvons pas changer le fait que les gens agiront d’une certaine manière. Nous ne pouvons pas changer l’inévitable. La seule chose que nous pouvons faire est de jouer sur la seule corde que nous avons, et c’est notre attitude. Je suis convaincu que la vie est de 10 % ce qui m’arrive et 90 % de comment je réagis à cela. Et c’est ainsi avec vous… nous sommes responsables de nos Attitudes. » –

Charles R. Swindol

Un bébé complètement émerveillé par des échantillons de peinture dans un magasin!


Ce bébé aide ses parents à choisir une couleur dans un magasin, l’enfant est émerveillé par tous les échantillons présentés. Le choix aurait été sans doute très difficile à faire
Nuage

 

Un bébé complètement émerveillé par des échantillons de peinture dans un magasin!

 

Le Saviez-Vous ► Les protections solaires du néolithique à nos jours


Depuis des millénaires que l’être humain se protège du soleil sans savoir vraiment le côté néfaste des rayons UV. À chaque époque, il y avait des solutions plus ou moins efficaces, mais le vêtement fut vraiment la meilleure protection. Dans les années 1200, on affirmait que la femme parfaite devait avoir la peau blanche pour éviter de ressembler à une paysanne. Odieux n’est pas ? Puis viens les grandes marques et la mode de bronzage qui apparaissent XIXe siècle qui était au début plus ou moins efficaces surtout qu’être bronzé était signe de santé.
Nuage

 

Les protections solaires du néolithique à nos jours

 

Photo : ec.gc.ca

Depuis le néolithique, hommes et femmes enduisent leurs corps de différentes substances ou se couvrent pour se protéger du soleil. Découvre les astuces au fil des siècles.

(Toutes les illustrations sont de l’Agence Rol, sur Gallica et datent des années 1920)

PAR MARINE GASC

Deauville_-_scène_de_plage_[...]Agence_de_btv1b90259668

La protection solaire durant l’Antiquité

Des petits récipients contenant des poudres d’ocre et de cendres, ont été retrouvés, ils datent d’au moins cent siècles avant notre ère et il est possible d’imaginer que les hommes et les femmes s’en servaient de maquillage mais aussi et surtout de protection solaire. Aucune source sure. Il faut attendre l’Égypte antique pour lire sur un papyrus toute une liste de produits utilisés pour se protéger des rayons du soleil. On peut d’abord citer le mesdemet, le fameux khôl, dont on s’entoure les yeux pour se protéger du soleil, des insectes et du vent. Mais aussi des huiles (de jasmin) ou encore de l’Aloe Vera, des corps gras qui apaisent la peau et qui protègent du soleil lorsqu’on les mélange à différentes poudres comme la céruse de plomb (qui fait tomber les dents et file le saturnisme) ou le charbon.

Scènes_de_plage_[une_femme_[...]Agence_Rol_btv1b530893161

La méthode la plus efficace et sans risque reste le coton, eh oui ! Il n’y a rien de tel qu’un bon t-shirt pour se protéger, mais aussi d’un chapeau ou d’une ombrelle. Il faut savoir qu’en Egypte, en Mésopotamie et en Chine tout le monde utilisait des ombrelles. D’ailleurs, on a rendu l’ombrelle imperméable pour se protéger de la pluie, mais dans un premier temps, il s’agissait vraiment d’éviter les coups de soleil. Dans d’autres contrées, telles que l’Inde ou l’Afrique du Nord, on utilise plutôt des turbans, des chapeaux à larges bords ou différents voiles. En Grèce, durant l’Antiquité, on se couvre la tête, et Celsus (un savant, qu’ils disent) conseille de se frotter les parties du corps exposées au soleil avec du pétrole. L’épaisseur du pétrole protège la peau. Mais on imagine qu’il y a des effets secondaires peu agréables comme des irritations cutanées, des problèmes respiratoires et on parle aujourd’hui de perturbations endocriniennes. On évitera donc la méthode grecque. Les Tibétains, à la même époque, utilisaient une crème solaire à base de goudron et d’herbes…

Le saviez-vous ?

Déjà durant l’Antiquité, on recommande en Grèce et à Rome de s’exposer quelques minutes par jour au soleil afin de d’améliorer son moral et ses humeurs mais il faut attendre 1888 pour que le médecin Paul Pouzet mette au point l’Héliothérapie…

Le soleil médiéval, on en fait quoi alors ?

Figurez-vous que je n’ai pas trouvé grand chose à propos des protections solaires au Moyen-Age, différents écrits parlent cosmétiques, maquillages, onguents, mais rien qui s’intéresse véritablement au soleil. Et pourtant, on sait que la haute-société fuit ses effets et que les paysans qui y sont confrontés toute l’année doivent bien se protéger, sans doute avec des chapeaux et des tenues en coton !

Dans tous les cas, la femme parfaite doit avoir la peau blanche, comme le décrit Jean de la Halle en 1276 :

« De la tête aux pieds, sa peau est blanche. Son front est large, dégagé ; l’arête du nez belle et droite ; les sourcils forment un arc fin et bien dessiné ; les yeux, noirs, sont grands sous de fines paupières ; la bouche est fine, mais charnue en son centre, vermeille comme la rose. La nuque est fine, blanche et ronde, sans la moindre pilosité. La gorge est blanche et longue et les seins petits et durs, les bras fins et longs et les mains fines et blanches. » (Les diktats sur les corps féminins existent depuis toujours hein)

Un_bain_original_(Keystone)_[sur_[...]Agence_Rol_btv1b53066211r

Trotula, une célèbre médecin dont je vous parlerai dans un prochain article, donne une recette pour se protéger de la déshydratation cutanée provoquée par la chaleur. Tout d’abord l’eau de rose. Il faut s’en enduire le visage et appliquer ensuite de l’huile de lis et bien masser pour faire pénétrer. Elle le conseille « pour protéger le visage, le soir devant le feu ». On peut aisément penser que cette méthode était également utilisée pour les coups de soleil mais Trotula n’y fait pas référence. En revanche, elle donne aussi des astuces pour se blanchir la peau à base d’argile blanche, de céruse et de poudre d’alun. A Versailles, on utilise une autre solution : la saignée ! Eh oui, en évacuant une partie du sang, on permet au visage d’avoir l’air blême et malade. Et c’est souvent la véritable conséquence.

Cette mode de la peau laiteuse ne disparaît que bien plus tard, aussi, jusqu’à la fin du XIXe siècle, on reste autant que possible à l’ombre ou on se protège avec des vêtements amples en coton épais, des chapeaux et des voiles. Hommes et femmes se poudrent le visage avec des produits à base de plomb, on sait aujourd’hui que ça en a tué plus d’un ! Au XIXe siècle, dans le tableau « La promenade », Claude Monet illustre bien la protection de femmes contre le soleil : vêtements longs, chapeau, ombrelle…

Les grandes découvertes du XIXe siècle

Au XIXème siècle, les bains de mer commencent à se répandre sur toutes les côtes, il existe alors les cabanes de plage pour se protéger du soleil, mais l’ombrelle se démocratise et elle évolue aussi. On l’agrandit et on la renforce, c’est l’apparition du parasol ! Ainsi protégée, toute la famille peut partir sur la plage sans risquer de bronzer et de ressembler à un paysan.

Scènes_de_plage_[2_hommes_[...]Agence_Rol_btv1b53089319c

Si jusqu’à la fin des années 1800, la peau laiteuse était une mode, on comprend à cette même époque que les UV peuvent avoir des impacts positifs sur l’homme, c’est ce que l’on va travailler avec l’héliothérapie, mais on découvre surtout la radiation des ultraviolets et leurs effets néfastes sur l’organisme. En 1820, le docteur anglais Everand Home observe les effets de la chaleur sur la peau mais sans rien de plus. En 1858, le docteur français Charcot note que les ultraviolets provoquent des inflammations des yeux et de la peau. Et en 1891, Widmark et Hammer recommandent de se protéger du soleil avec des crèmes à base de quinine, mais on n’y fait pas grand cas, car à l’heure de la Belle Époque, on sort, on danse et l’heure n’est pas à la prévention des cancers de la peau et autres maladies photosensibles et puis après la Première Guerre mondiale, on part à la plage avec les congés payés !

Les congés payés, la plage et le bronzage

A vrai dire, la crème solaire telle qu’on la connaît est apparue avant les congés payés, elle date de 1928 et a initialement été commercialisée aux États-Unis. En revanche, en France, c’est bien en 1936, année des premiers congés payés que l’Oréal met en vente sa crème solaire qu’il teste déjà depuis plusieurs années. Son slogan « bronzer sans brûler ».

Deauville_[baigneuse_près_de_sa_[...]Agence_Rol_btv1b53111481d

Eh oui, durant les années 1920, il existe des produits dont l’efficacité n’est pas optimale hein. La mode est au bronzage depuis qu’en 1920 Coco Chanel a pris un coup de soleil énorme sur la croisette. Ses fans ont décidé de reproduire son bronzage en prenant des coups de soleil (depuis toujours je dis que la mode c’est de la merde). Il faut être rouge puis bronzé pour être hype, on oublie le teint clair et la peau laiteuse, il faut prouver qu’on part en vacances, alors hommes et femmes s’exposent au soleil durant de longues heures avec des crèmes solaires approximatives. En 1925 Joséphine Bakerest sur toutes les affiches et on lui envie son teint, de plus, on donne au soleil de nombreuses vertus.

Jean Cocteau écrit lui-même :

« Fais-moi le corps tanné, salé / fais ma grande douleur s’en aller / […] Soleil, je supporte tes coups / tes gros coups de poing sur mon cou » ou encore « Tu grises mieux que l’opium ».

Le soleil devient une drogue et le bronzage le fruit d’une addiction.

Vogue en 1931 donne de nombreux conseils pour éviter les taches de rousseur, les faire disparaître, ou encore bronzer sans cramer ! En réalité, il y avait déjà beaucoup de publicités dans Vogue.

Mlle_Gaby_Deslys_à_Deauville_[...]Agence_Rol_btv1b53029592f

Le teint bronzé est désormais signe de bonne santé. Beaucoup de personnes utilisent des huiles végétales comme le coco ou la vanille, ça sent bon, c’est exotique, ça hydrate mais en aucun cas ça ne protège !! Comme la graisse à traire, oui ça stimule le bronzage mais il n’y a aucun filtre pour les UV et ça crame ! La graisse à traire c’est uniquement un corps gras que l’on met sur les mamelles des vaches pour éviter les crevasses due à la traite pendant l’hiver… Alors si tu fous ça sur le dos de ton gamin sur la plage de la Grande-Motte, faut pas s’étonner si tu rentres à la maison avec une écrevisse et un mélanome. En 1940, c’est la crème Deliel marron qui est la plus efficace. Mais l’Ambre Solaire cartonne avec ses publicités mettant en avant des pin-up au corps sculpté et au bronzage parfait.

L’évolution des protections solaires

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats dans le Pacifique utilisent une protection solaire à base de pétrole : « dark red veterionary petrolatum ». Il s’agit d’un corps gras et rouge, semblable à de la vaseline, mais qui pue… Mais c’est efficace. La marque Coppertone améliore la composition est connaît un grand succès avec son slogan « Je bronze plus vite avec Coppertone ». Eh oui, faut rentabiliser les vacances ; On reste peu longtemps sur la plage mais il faut être vite bronzé.

[Baigneuse_sur_une_plage]_-_[...]Agence_Rol_btv1b530183726

Il faut attendre les années 1950 pour voir les premières grandes évolutions, on trouve différentes textures : mousse, spray, huile et on obtient des protections solaires avec des indices anti-UV un peu plus importants et efficaces. En 1960 on se rend compte qu’il faut protéger la peau du soleil toute l’année et en particulier lors des vacances au ski. Garnier lance en premier une gamme pourles sports d’hiver. Le problème c’est que ça empêche de bronzer efficacement alors comment prouver qu’on est en bonne santé et qu’on a du fric pour partir en vacances ? La solution est toute trouvée mais il faut attendre les années 1980 et l’apparition de l’autobronzant… Ça donne un aspect bronzé et un teint halé. Enfin, avouons-le, durant les années 1980, la peau est plutôt orange que caramel. Les années 1990 sont marquées par l’apparition des protections solaires waterproofs !

[Groupe_de_6_baigneuses_dansant_[...]Agence_Rol_btv1b530907621

A ce jour, des chercheurs britanniques recherchent une solution sur le long terme, une pilule qui protégerait la peau contre le soleil pendant plusieurs semaines.

http://www.racontemoilhistoire.com

Une mystérieuse espèce inscrite dans nos gènes


On sait que l’homme moderne a des traces des ancêtres de la préhistoire. On croyait aussi que le croisement entre l’homme du Néandertal et l’homme moderne seraient à 100 000 ans,. Cependant avec l’étude d’une protéine de la salive, les premiers croisement serait plus il y a plus de 150 o00 ans et on ajouterait dans les hommes qui ont pu exister jusqu’à maintenant un homo fantôme, dont on ne sait rien du tout
Nuage

Une mystérieuse espèce inscrite dans nos gènes

 

Photo : University at Buffalo/Bob Wilder

L’histoire évolutive d’une protéine salivaire semble indiquer la présence d’un croisement entre les premiers humains et une espèce « fantôme » qui aurait contribué au matériel génétique des ancêtres des personnes d’origine subsaharienne.

Explications.

Un texte d’Alain Labelle


Les résultats d’un nombre croissant d’études laissent à penser que les premiers humains d’Europe et d’Asie ont eu des contacts intimes avec les Néandertaliens et les Dénisoviens, deux espèces du genre Homo aujourd’hui disparues.

Les résultats obtenus par Omer Gokcumen et ses collègues du Collège des arts et sciences de l’Université d’État de New York à Buffalo, aux États-Unis, tendent à montrer la même réalité pour les premiers humains en Afrique, mais ceux-ci auraient également échangé du matériel génétique avec une autre espèce inconnue.

Il semble que les croisements entre les premières espèces du genre Homo n’étaient pas des exceptions, et qu’ils étaient peut-être même la norme. Omer Gokcumen

Des preuves dans la protéine MUC7

Ces travaux ont retracé l’évolution d’une protéine mucine appelée MUC7 qui se trouve dans la salive. Lorsque les chercheurs ont remonté dans l’histoire du gène qui code la protéine, ils ont observé la signature d’un mélange archaïque retrouvé dans les populations subsahariennes actuelles.

Les scientifiques ont découvert cette réalité en cherchant le but et les origines de la protéine MUC7, qui donne au crachat sa consistance gluante et se lie aux microbes, ce qui aide à débarrasser le corps des bactéries pathogènes.

Dans leur enquête, les chercheurs ont examiné le gène MUC7 dans plus de 2500 génomes de populations humaines modernes.

C’est à ce moment qu’ils ont découvert que la population subsaharienne possédait une version du gène qui est très différente des versions que l’on trouve chez les autres humains actuels.

Cette variante subsaharienne est si distincte que les gènes MUC7 des hommes de Néandertal et de Denisovan ressemblent plus à ceux d’autres humains modernes qu’à ceux de la population subsaharienne.

Un Homo fantôme

Selon les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans le journal Molecular Biology and Evolution, cette variation génétique s’expliquerait par le phénomène d’introgression archaïque par lequel un gène est transféré d’une espèce vers une autre génétiquement assez proche pour qu’il puisse y avoir interfécondation.

Dans le cas présent, il s’agirait d’une espèce inconnue.

Ce membre de la famille humaine pourrait être une sous-espèce de l’Homo erectus ou d’un homininé encore inconnu. Nous l’appelons « espèce fantôme » parce que nous ne possédons pas de fossiles de l’espèce. Omer Gokcumen

En prenant en considération le taux de mutation des gènes durant le processus de l’évolution, les chercheurs ont calculé que les ancêtres des personnes qui portent la variation subsaharienne de MUC7 se sont croisés avec une autre espèce humaine ancienne il y a plus de 150 000 ans après avoir suivi une évolution divergente depuis 1,5 à 2 millions d’années.

Par comparaison, des anthropologues allemands estimaient que les premiers croisements entre néandertaliens et hommes modernes remonteraient à 100 000 ans.

http://ici.radio-canada.ca/

Une maison mystérieusement bombardée par 7 kg de saucisses


Un mystère d’une pluie de saucisse, on a déjà entendu parler d’une pluie de poisson, mais pas de saucisse. Si le vacarme venait du toit, peut-être un avion ? Ou un drone ? Ce qui est le plus étrange, c’est que les paquets éventrés étaient étiquetés d’une compagnie de déboisement. Une farce !!??
Nuage

 

Une maison mystérieusement bombardée par 7 kg de saucisses

 

 

Des saucisses congelées sont tombées sur le toit d’une maison en Floride Pixabay

En ce 18 juillet, la nuit est paisible dans la banlieue de Miami. Dans le quartier de Deerfield Beach, la famille Adair dort à poings fermés. Le bulletin météo de la veille n’a pas annoncé d’ouragan ou de violents orages comme il peut en faire en Floride. Pourtant, à 7 heures du matin, le tonnerre gronde…

« C’était comme le tonnerre ! Ce vacarme m’a réveillé », raconte Travis, le père de famille à la chaîne locale ABC 10.  

Un bruit terrible et le toit de la maison qui vibre, la cause de ce chamboulement : une pluie de saucisses congelées qui s’est abattue sur le domicile familial… Une étonnante découverte que Travis, Jennie et leur fils Austin font au moment d’ouvrir la porte du jardin, leur pelouse étant maculée de près de 7 kilos de charcuterie

Paquets volants non identifiés 

Les paquets libellés au nom de la compagnie William Land Service, situé dans l’Alabama, suscitent alors l’interrogation des Aldair qui décident d’appeler l’entreprise. D’autant que la société en question n’a rien à voir avec la restauration, il s’agit d’une entreprise spécialisée dans le déboisement…

« Quand j’ai appelé l’entreprise, le gars n’avait aucune idée de ce dont je lui parlais… », raconte Austin Aldair, « pire encore, il m’a dit qu’il n’avait jamais entendu parlé de saucisses et m’a demandé si j’étais fou ».

ef, le mystère autour de cette averse de saucisses reste entier. 

http://www.ladepeche.fr/