Le Saviez-Vous ► 10 aliments que vous ne devriez jamais réfrigérer…Vous pourriez rester surpris !


Voilà une façon de faire plus de place dans le réfrigérateur, mais moins dans les armoires
Nuage

 

10 aliments que vous ne devriez jamais réfrigérer…Vous pourriez rester surpris !

 

Chaque fois que vous revenez de faire votre épicerie votre réfrigérateur vous apparait soudainement trop petit ?

Vous êtes vous déjà demandé si tout ce que vous placez à l’intérieur de celui-ci devait réellement être conservé de cette façon ?

Et si plusieurs aliments trouvaient bien leur compte sur le comptoir ou tout simplement dans votre garde-manger…

Voici une petite liste de 10 choses que vous ne devriez pas réfrigérer:

1-La tomate…Placée, au froid elle commence, à perdre sa saveur.

2-Le beurre d’arachide…Déposez-le dans un endroit sombre et frais.

3-Le poivron…Rouge, vert ou jaune il sera très bien dans un sac en papier dans votre armoire.

4-Les agrumes…Oranges, citrons et limes

5-Le melon…Attendez qu’il soit coupé avant de le réfrigérer.

6-Le ketchup…vous êtes surpris ! Et oui, en raison de sa quantité de vinaigre.

7-Les fruits à noyau…Ils ne sont pas amis avec le réfrigérateur

8-Le café…il doit être conservé à température ambiante

9-La sauce soya…à cause de sa haute teneur en sel

10-Les épices… Les épices moulues, jamais au réfrigérateur.

Source : dailysavings.allyou.com

Californie Un selfie empoisonné!


Oui, c’est idiot ! Des gens prennent des risques pour une photo ou une vidéo, afin de montrer au monde qu’ils sont courageux, alors que c’est leur vie qui risque d’être en péril
Nuage

 

 

Californie : Un selfie empoisonné!

 


(Crédit photo: capture d’écran, CNN)

 

Un homme de la Californie pourrait perdre son bras après avoir pris une photo alors qu’il tenait dans ses mains… un serpent à sonnette de plus d’un mètre de long.

Alex Gomez, de Lake Elsinore, a trouvé le serpent dans un champ situé derrière sa résidence. Il a décidé de le prendre s’est fait mordre alors qu’il se faisait photographier. À un moment, il a même mis le serpent autour de son cou.

L’homme de 36 ans a eu le temps de prendre quelques clichés avant que le reptile s’attaque à lui.

«J’allais l’enlever de mon cou et j’allais faire quelque chose d’autre, mais il s’est tourné sur le côté et il a planté sa dent dans ma main», a-t-il raconté

Il a ensuite lancé le serpent, couru chez son voisin où il a appelé le 911.


(Crédit photo: capture d’écran, CNN)

«J’étais terrifiée et je me disais « Quel idiot. Il pourrait mourir »» raconte sa mère, Debra.

Alex a été transporté en hélicoptère jusqu’au Centre médical universitaire de Loma Linda.

Il a été traité et est sorti de l’hôpital jeudi soir, mais risque encore de perdre l’usage de son bras en plus de voir son pouce se faire amputer.

«Ne jouez pas avec les serpents. Laissez-les tranquilles», conclut-il.

http://tvanouvelles.ca/

Victime d’une infection au genou à cause… d’un fil dentaire


Je savais que les bactéries buccales pouvaient être néfastes côté coeur, d’où l’importance de voir le dentiste une fois l’an, mais qu’ils affectent des porteurs de prothèses est assez surprenant. Heureusement, c’est très rare
Nuage

 

Victime d’une infection au genou à cause… d’un fil dentaire

 

Une infection liée à l'utilisation de fil dentaire. © West Coast Surfer / Moo/REX/SIPA

Une infection liée à l’utilisation de fil dentaire. © West Coast Surfer / Moo/REX/SIPA

Par Lise Loumé

Des bactéries normalement présentes dans la bouche peuvent provoquer des infections à des endroits inattendus du corps humain.

STUPEUR ET GONFLEMENTS. De +manière surprenante, des bactéries présentes naturellement dans la bouche peuvent provoquer de l’arthrite septique, c’est-à-dire une infection des articulations. La preuve avec un cas clinique que rapportent des médecins de la Mayo Clinic,dans la revue BMJ. Il s’agit d’une femme, âgée de 65 ans, qui s’est présentée aux urgences de cet hôpital avec le genou gonflé et douloureux depuis plusieurs mois, la douleur s’étant aggravée au fil des semaines. En explorant le dossier médical de la patiente, un fait a retenu l’attention des médecins : cinq ans auparavant, alors qu’elle souffrait d’arthrite dégénérative au genou gauche (une destruction par usure du cartilage), elle avait subi une arthroplastie totale du genou, une intervention chirurgicale ayant pour but de rétablir la mobilité d’une articulation en créant un nouvel espace articulaire grâce à l’implantation d’une prothèse.

Les médecins ont donc réalisé un scanner qui a mis en évidence un soupçon de relâchement de la prothèse. En prélevant du liquide synovial, ils ont alors découvert l’origine de l’infection : autour de la prothèse proliférait une colonie de bactéries Streptococcus gordonii. Étrange, étant donné que cette bactérie se trouve généralement dans la bouche ! Alors, comment s’est-elle logée autour de la prothèse de genou ?

Moins de 2 % des patients portant des prothèses de genou seraient concernés

Selon les médecins, la faute revient tout simplement… au fil dentaire, que la patiente appliquait vigoureusement tous les jours depuis quelques temps, au point d’entraîner le saignement de ses gencives. Le fil dentaire aurait ainsi introduit la bactérie dans son sang par le biais de petites coupures dans les gencives. Streptococcus gordonii serait passé par la circulation sanguine pour se loger sur la prothèse du genou de la patiente.

D’autres cas d’infection bactérienne au niveau des prothèses de genou ont déjà fait l’objet de publications scientifiques (mais elles n’avaient jamais été liées à des soins dentaires intensifs). Un peu moins de 2 % des patients portant des prothèses de genou seraient concernés. En fait, les bactéries seraient plus à même de se loger et de proliférer sur la prothèse plutôt qu’à un autre endroit du corps. Tout simplement car les cellules du système immunitaire sont absentes à proximité de ce corps étranger, qui se retrouve donc incapable de repousser les agents potentiellement pathogènes

. Les prothèses de genou ne seraient ainsi pas les seules concernées : »Streptococcus gordonii est bien connu pour sa capacité à coloniser les valves cardiaques endommagées », expliquent des médecins des Cliniques Universitaires de Saint-Luc, à Louvain (Belgique) dans une étude publiée en 2012 dans la revue BMC Infectious Diseases.

Ce type d’infections doit être traité rapidement car à long terme, les bactéries peuvent s’agglomérer et former une structure gluante nommée « biofilm » autour de la prothèse, expliquent les médecins américains dans cette nouvelle étude. Outre le risque que l’infection se complique, le biofilm rend la prothèse incroyablement difficile à enlever. Pour traiter l’infection, les médecins ont prescrit à la patiente des antibiotiques, qu’elle devra prendre aussi longtemps qu’elle porte la prothèse.

Même si ce type de cas -rare- ne doit absolument pas décourager les patients d’utiliser du fil dentaire, les médecins déconseillent de s’en servir jusqu’à ce qu’il provoque un saignement des gencives, pour éviter tout risque d’infection bactérienne.

http://www.sciencesetavenir.fr/

La Nasa enferme six personnes à l’isolement pendant un an, pour la science


Peut-on survivre après un an d’isolement avec d’autres personnes ? Déjà ceux qui ont fait l’expérience de 8 mois, savouraient la vie normale sur terre. Alors que sera la vie sur Mars, avec les conflits, le non-retour vers la Terre ?
Nuage

 

La Nasa enferme six personnes à l’isolement pendant un an, pour la science

 

Six volontaires vont s’isoler complètement durant un an, la plus longue expérience de mise à l’écart jamais menée par les Etats-Unis, pour récolter de précieuses informations qui seront utiles à l’heure d’envoyer des astronautes sur Mars.

Cet équipage, enfermé dans un dôme à Hawaï, comprend un astro-biologiste français, un physicien allemand et quatre Américains: un pilote, un architecte, un médecin/journaliste et un scientifique spécialisé dans les sols.

Leur espace de vie pour les 12 mois à venir, situé sur la côte nord de l’île Mauna Loa, est un dôme de 11 mètres de diamètre et six mètres de hauteur. Ils ont fermé les portes vendredi à 15H00 locales (01H00 GMT samedi matin).

Ces trois hommes et trois femmes disposeront chacun d’une petite chambre, avec un espace pour un lit de camp et un bureau. Durant leur séjour coupés du monde, ils mangeront des aliments lyophilisés et ne sortiront du dôme que vêtus d’une combinaison spatiale, comme s’ils habitaient réellement sur Mars. Ils n’auront qu’un accès limité à internet.

Sheyna Gifford, l’une des membres, décrit l’équipage comme « six personnes qui veulent changer le monde ». L’architecte Tristan Bassingthwaighte ajoute qu’il veut essayer « d’améliorer notre capacité à vivre dans des environnements extrêmes, sur Terre et dans d’autres mondes », selon son profil LinkedIn. « J’espère apprendre beaucoup de choses ».

Le Français Cyprien Verseux, 25 ans, prépare quant à lui un doctorat à l’université de Rome. Son domaine de compétences va le pousser à explorer les moyens de rendre un avant-poste sur Mars le plus indépendant possible de la Terre, en utilisant des organismes vivants pour transformer les matières premières trouvées sur Mars en des produits pouvant être consommés par des hommes.

Les astronautes qui voudront tenter d’aller sur Mars devront passer beaucoup plus de temps dans l’espace que les habituelles missions de six mois dans la Station spatiale internationale (ISS). La technologie actuelle permet à la Nasa d’envoyer des missions robotisées sur Mars en huit mois, mais une mission avec des hommes durerait au total entre un et trois ans.

Vivre une si longue période dans un espace confiné, sans accès à l’air libre ou à un minimum d’intimité sont le meilleur moyen de déclencher des conflits.

L’Agence spatiale américaine veut tenter d’apprendre un maximum de choses sur la cohésion et l’évolution psychologique des membres de telles missions isolées avant de tenter d’envoyer des astronautes vers la Planète Rouge, ce qu’elle espère faire dans les années 2030.

Conflits personnels

Deux missions de quatre et huit mois ont déjà été menées. La Nasa a dépensé 1,2 million de dollars sur ces simulations et elle vient de recevoir un financement d’un million supplémentaire pour trois nouvelles expériences dans les années à venir, selon la principale scientifique de ce programme, Kim Binsted.

« C’est vraiment peu cher pour de la recherche spatiale », a-t-elle expliqué à l’AFP par téléphone depuis Hawaï. « C’est dérisoire par rapport au coût d’une mission spatiale qui tournerait mal ».

Durant la mission de huit mois, des conflits ont éclaté mais les membres de l’équipage ont pu régler leurs problèmes.

« L’une des leçons que nous avons apprises est que vous ne pouvez pas éviter certains conflits personnels. Cela va forcément arriver durant ces missions de longue durée, même avec les gens les plus gentils », a repris Kim Binsted.

Les premiers résultats scientifiques de ces missions devraient être rendus publics d’ici un an.

Jocelyn Dunn, qui a fait partie de la mission d’isolement de huit mois, a expliqué de son côté qu’elle appréciait les blagues internes entre les membres de l’équipage ou les séances collectives de sport chaque jour. Elle a aussi appris à cuisiner des plats, comme des bagels et des pizzas, avec les ingrédients qu’elle avait sous la main.

A la fin de la mission début juin, elle a décrit sa joie de revenir « sur Terre », de pouvoir manger des légumes frais, d’utiliser un couteau pour couper sa viande, de nager, de boire du soda ou du champagne:

« Je ne pouvais pas croire combien les saveurs et la texture d’un steak saignant me manquaient ».

http://quebec.huffingtonpost.ca/

De la matière fécale dans presque tous les hamburgers


La viande industrialisée n’est guère appétissante quand on sait ce qu’il y a vraiment de dent. Je me demande si c’est le même constats dans tous les pays pour la viande industrialisée
Nuage

 

De la matière fécale dans presque tous les hamburgers

 

 

De la matière fécale dans presque tous les hamburgers

© Fotolia

par Emilie Cailleau

Vous ne mangerez plus votre burger de la même façon en lisant la conclusion d’une enquête d’un magazine américain. Celle-ci révèle que la viande présente dans un des repas les plus consommés au monde contiendrait des traces d’excréments.

Si vous aviez prévu de vous faire une soirée fast-food au sein d’une grande enseigne américaine, il se peut que la lecture de cette information ravale votre envie.

Une enquête du magazine américain Consumer Reports révèle que quasiment tous les hamburgers contiennent de la matière fécale, disséminée (et heureusement invisible à l’œil nu), dans le steak haché.

Pour arriver à ces résultats, les auteurs de l’enquête ont acheté 300 boîtes de steaks hachés industriels, soit près de 200 kilos de viande commercialisée dans une centaine de magasins de plusieurs villes des États-Unis, rapporte le site Metro qui relaie l’information. 181 échantillons de viande hachée issue de « l’élevage conventionnel » ont également été décortiqués.

Les résultats de cet examen carné sont peu ragoûtants. L’ensemble de la viande hachée présentait des entérocoques. Ces bactéries ne causent pas d’infections chez les gens en bonne santé mais elles peuvent favoriser des infections urinaires ou des infections du sang.

Pire, un cinquième du bœuf haché industriel analysé contenait des bactéries résistantes à au moins trois classes d’antibiotiques. Soit trois fois plus que la viande élevée en plein air, compare Métro.

…..

http://www.topsante.com/