Préhistoire: Les Albertains chassaient le chameau il y a des milliers d’années


L’Amérique du Nord a aussi beaucoup de vestiges qui se rapporte à la préhistoire, des chameaux ont vécu au Canada il y a des milliers d’années et étaient une des proies que l’homme chassaient pour se nourrir
Nuage

 

Préhistoire: Les Albertains chassaient le chameau il y a des milliers d’années

 

CHAMEAU

Les hommes préhistoriques vivant dans la plaine albertaine chassaient le cheval et le chameau selon les récentes découvertes de Shayne Tolman qui enseigne l’archéologie à l’école Westwind Alternate de Cardston, en Alberta.

Le professeur a trouvé des ossements de camélidés sur le site historique de la plage Wally’s, au sud de Lethbridge. Selon lui, les artefacts constituent une découverte unique et la preuve évidente de la chasse au cheval et au chameau en Amérique du Nord.

«Nous avons trouvé des outils de pierre, des marques de découpage sur des os de chameaux et de chevaux et de petits ramassis d’os. Il semble qu’ils les ont découpés en rôtis», explique Brian Kooyman, un archéologue de l’Université de Calgary qui a aidé aux recherches.

Grâce à une nouvelle technologie de datation au carbone 14, il s’avère que le site découvert serait encore plus particulier. Les analyses démontrent une des seules preuves jamais découvertes sur la vie des Nord-Américains qui ont vécu avant la culture Clovis.

La culture Clovis a émergé il y a environ 13 000 ans. Elle est bien connue des archéologues et est caractérisée par un style de pointes de harpon particulier retrouvé un peu partout en Amérique du Nord.

Shayne Tolman explore la région du réservoir Sainte-Marie et de la plage Wally’s depuis plus de deux ans. Il a amassé près de 3000 artefacts et ossements. Des traces de divers animaux ont également été retrouvées sur ce territoire, dont celles de chevaux, de chameaux, de bœuf musqué, de caribou, de mammouth et de bisons.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Fumée secondaire: risque de maladie cardiaque chez les enfants


Tout le monde le sait, la cigarette fait grand tord au fumeur, mais la fumée qu’elle dégagent à aussi des conséquences pour l’entourage dont les enfants.
Nuage

 

Fumée secondaire: risque de maladie cardiaque chez les enfants

 

Fumée secondaire: risque de maladie cardiaque chez les enfants

Photo Fotolia

SANDY BAY, Australie – Fumer en présence de ses enfants accroît leurs risques de développer une maladie cardiovasculaire plus tard dans leur vie, selon une nouvelle étude australienne.

Les chercheurs de l’Université de Tasmanie, en Australie, ont constaté que les enfants dont au moins l’un des deux parents fume ont 1,7 fois plus de risques de développer de l’athérosclérose durant leur existence.

Ce risque varie aussi suivant que les parents fumeurs tentent ou non de limiter l’exposition de leur enfant à la fumée secondaire. Ainsi, il est 1,6 fois plus élevé lorsqu’ils tentent de la limiter, mais le risque devient quatre fois plus élevé en l’absence totale de contrôle et de limitation.

«Bien qu’il soit préférable de ne pas consommer de tabac du tout, les parents fumeurs, mais qui tentent tout de même de limiter l’exposition de leurs jeunes à la fumée secondaire, diminuent les risques pour leur progéniture de souffrir d’une maladie cardiovasculaire plus tard dans leur vie», a indiqué l’auteur principal de l’étude, Costan Magnussen.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifiqueCirculation.

http://fr.canoe.ca/

Expérience de vie


Il y a des gens que l’on aimerait changer, mais pourtant leur nature est différente et quoique l’on fasse, cela ne changera pas grand chose, car leur vie est bien différente de la nôtre. On perd du temps et de l’énergie a ne pas accepter les autres tels qu’ils sont
Nuage

 

Expérience de vie

 

« Une partie importante de la sagesse et de la connaissance consiste à ne plus vouloir transformer les gens en ce qu’ils ne sont pas, mais à accepter ce qu’ils sont, à comprendre leur expérience de vie. »

Fun-Chang

Le Saviez-Vous ► Les origines du mythe arthurien


Le roi Arthur a-t-il vraiment existé ? Ce roi qui mania la fameuse épée Excalibur n’est-il pas plus tôt une légende. Ou comme tout bon conteur, on utilisa la vie d’un roi pour en créer un autre
Nuage

 

Les origines du mythe arthurien.

 

 

Nous savons finalement que très peu de choses sur le roi Arthur car il nous reste peu de récits sur sa vie. De plus, un des manuscrits les plus complets sur lui a été écrit par un homme au passé pour le moins trouble. A ce jour il est donc relativement difficile de savoir si ce roi a réellement existé ou pas.

Arthur aurait été un de ces héros que l’on ne peut oublier, un homme au caractère trempé qui n’hésitait pas à se soulever contre autrui s’il le fallait. Il aurait également été entouré de nobles chevaliers donc Lancelot aurait évidemment fait partie. Mais entre les deux, tout aurait très vite dégénéré à cause d’une femme bien sur puisqu’il s’agissait selon la légende de la femme du roi lui-même, Guenièvre. Puis Arthur aurait été trahis peu de temps après par son propre neveux avec qui il se serait battu, à mort. Voilà en quelques lignes ce qu’aurait été la vie de ce roi légendaire. Mais qu’en est-il réellement ? La légende est-elle fondée ?

Dans un premier temps et selon les écrits, Arthur aurait vécu au XVe siècle, hors les historiens pensent que cela ne peut pas être le cas. Il aurait vécu au château de Camelote, château dont les murs étaient épais et protecteurs. Mais il est probable qu’il s’agisse en réalité de Cadbury. D’ailleurs, le site a été fouillé de long en large et il semble que de nombreuses poteries aient été retrouvées.

Qu’en est-il alors du reste de la légende, soit de la fameuse épée du roi, Excalibur ? Elle aurait été capable de trancher net les roches les plus dures sans aucun problème et ne quittait jamais le roi, toujours selon les écrits antiques. Cette lame aurait été faite par un artisan expert dans le domaine et aurait été faite selon une technique bien précise qui l’aurait rendu magique. Ainsi, le roi aurait gagné de nombreuses batailles grâce à elle.

Selon certains historiens, il y a de grandes similitudes avec la légende arthurienne et la vie de Riothamus. Il était roi également et il est fort probable que ceux qui aient écrits les ‘’mémoires’’ d’Arthur se soient inspirés de la vie de cet homme-là. Il semble que lui aussi ait été trahis par des proches, tout comme Arthur l’aurait été. Les deux noms ainsi que les deux vies auraient aisément pu être mélangés de façon à créer une histoire tout à fait passionnante, cela s’est déjà vu et notamment après les batailles des pharaons. Les fresques décrivaient en effet souvent des victoires fracassantes alors qu’il n’en était rien.

Arthur aurait fini ses jours sur l’île d’Avalon selon la légende et il y reposerait encore. Cet endroit existe bel et bien et se trouve en Bourgogne. Riothamus également selon les écrits qui restent concernant sa vie. Encore une coïncidence ?

Les historiens pensent que la légende arthurienne ne repose pas que sur du vent mais qu’un amalgame aurait pu être fait avec un autre personnage pour le moins important de cette période-là. C’est de cette façon que cette merveilleuse légende aurait été construite.

http://www.mystere-tv.com/

Vol 4U9525: pourquoi entraîner dans la mort des dizaines d’inconnus?


Des questions se posent sur la cause de l’décrassement d’avion qui semble que le co-pilote aurait lui-même fait le geste de non-retour en détruisant l’avion avec ses passagers. Le terrorisme ? Il ne semble pas d’indice dans ce sens, dans d’autres médias, on parle qu’il était suivi en psychiatrie et que le médecin l’aurait déclaré et qu’il aurait même été en arrêt de travail, alors comment se fait-il qu’il était aux commandes d’un Airbus ? Serait-ce des troubles de personnalité, de psychose ? Pour le moment en tout cas, ce ne sont que des hypothèses
Nuage

 

Vol 4U9525: pourquoi entraîner dans la mort des dizaines d’inconnus?

 

Qu'est-ce qui a bien pu pousser un pilote... (PHOTO EMMANUEL FOUDROT, REUTERS)

Qu’est-ce qui a bien pu pousser un pilote en début de carrière à entraîner 149 personnes dans la mort?

PHOTO EMMANUEL FOUDROT, REUTERS

MARIE-CLAUDE MALBOEUF
La Presse

Qu’est-ce qui a bien pu pousser un pilote en début de carrière à entraîner 149 personnes dans la mort? Vengeance, dépression, psychose? À ce stade, aucune hypothèse n’est totalement écartée, mais une chose est certaine: le geste d’Andreas Lubitz trahit un «dysfonctionnement majeur» et «contient énormément de rage», disent les experts en santé mentale. Voici leurs pistes.

SUICIDE ÉLARGI

Lorsqu’une personne se suicide et tue ses proches pour leur épargner une vie qu’elle voit en noir – et la souffrance liée à sa disparition -, on parle parfois de «suicide altruiste». Elle peut aussi agir par colère, par exemple parce qu’elle refuse qu’un ex-conjoint lui survive et connaisse le bonheur, illustre le Dr Gilles Chamberland, directeur des services professionnels à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal.

«Mais amener avec soi autant d’étrangers avec qui on n’a aucun lien, il n’y a pas de raison logique de faire ça, affirme le psychiatre. Dans ce cas-ci, ça ressemble plus à l’homicide de 150 personnes.»

TROUBLE DE PERSONNALITÉ

«Il n’est pas impossible que le pilote ait eu des volontés de mort liées à des événements ou des gens de sa vie et soit centré sur lui, narcissique au point de faire fi des autres», estime toutefois Alain Mercier, psychologue au programme des troubles anxieux et de l’humeur de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal.

Il est quand même peu probable qu’il ait agi par pur sadisme.

«Les vrais psychopathes antisociaux peuvent prendre plaisir à voir les autres souffrir, à faire parler d’eux – un peu comme Magnotta -, mais ils ne sacrifieront pas leur vie pour ça», précise le Dr Chamberland.

TUERIE DE MASSE

À la manière des tueurs de masse, qui retournent leur arme contre eux après leur carnage, Andreas Lubitz a peut-être décidé de se venger de quelque chose, quitte à en mourir. Des écoles, des bureaux et des centres commerciaux ont été le théâtre de pareilles fusillades, sans que leurs auteurs invoquent de causes politiques.

«Ces personnes se voient comme des justicières, par un raisonnement qui semble cohérent à leurs yeux», expose Alain Mercier.

PSYCHOSE

Autre possibilité: un épisode psychotique.

«Le pilote pourrait avoir vécu une perte de contact avec la réalité et, dans un délire, s’être donné pour mission d’éliminer des gens en s’éliminant lui-même», avance le psychologue.

ATTENTAT-SUICIDE

Comme les pilotes qui ont percuté le World Trade Center en 2001 ou comme les kamikazes qui se font exploser en public, Lubitz pourrait avoir eu des motivations terroristes. Hier, les enquêteurs n’avaient toutefois recueilli aucun indice permettant de le croire.

http://www.lapresse.ca/

L’ili pika, un mammifère mignon des montagnes chinoises, pris en photo pour la 1ère fois en 20 ans


Un animal tout mignon, qu’il est difficile d’en voir aujourd’hui en Chine. Sa rareté fait craindre que cet espèce est en danger
Nuage

 

L’ili pika, un mammifère mignon des montagnes chinoises, pris en photo pour la 1ère fois en 20 ans

 

ili pika

 

Li Weidong, chercheur de l’Institut d’écologie et de géographie du Xinjiang, en Chine, a photographié un animal qui avait échappé aux scientifiques depuis 20 ans. Et cet animal, l’ili pika (Ochotona iliensis), est mignon comme tout.

Le National Geographic a les détails de cette anecdote qui implique un petit animal d’une vingtaine de centimètres de long qui peuple les montagnes Tian, dans le nord-ouest chinois.

Li Weidong avait justement été le premier à voir l’animal, en 1983. Il avait fait cette découverte par hasard alors qu’il était en mission pour étudier les ressources naturelles et les maladies infectieuses de la région, explique le National Geographic.

Peu de choses sont connues de l’ili pika, qui n’a été vu et répertorié que 29 fois depuis sa découverte, il y a plus de 30 ans. Les scientifiques s’entendent toutefois sur une chose : sa survie est menacée.

ili pika

« J’ai découvert cette espèce et je l’ai vue devenir une espèce en danger. Si j’assiste à son extinction, je me sentirai extrêmement coupable », a dit Li à CNN (propos rapportés par Le Monde).

 Selon les estimations de Li et d’Andrew Smith, de l’université Arizona State, il ne reste que 2 000 ili pikas, contre 2900 dans les années 1990.

Les photos prises par Li datent d’une nouvelle expédition de lui et d’une petite équipe. Elle a été réalisée à l’été 2014.

ili pika

http://quebec.huffingtonpost.ca/