Le Saviez-Vous ► 3000 squelettes exhumés en plein coeur de Londres


En 2013 à Londres, un cimetière vieux de 450 ans fait remonter à la surface son histoire, d’un asile psychiatrique. Des gens ont été enterrés qui dans la réalité était une fosse commune pour les patients et certaines personnes qu’on voulait faire disparaitre
Nuage

 

3000 squelettes exhumés en plein coeur de Londres


(Source)

En août 2013, alors que des travaux étaient entrepris à Londres à la station ferroviaire de Liverpool Street, un ancien cimetière, vieux de 450 ans, a refait surface. Il s’agissait d’un cimetière pour les patients du premier asile psychiatrique de l’Histoire, celui de Bedlam. Les travaux d’exhumation des squelettes, dont des témoins de la peste du 17e siècle, viennent enfin de commencer…

Un asile à la triste réputation


Photo: William Hogarth, A Rake’s Progress, 1735
(Source)

Dans l’histoire anglaise, Bedlam est resté synonyme de folie. Connu officiellement sous le nom de Bethlem Royal Hospital, cet asile a été fondé en 1247 sous le règne d’Henry III, et était dès le départ destiné à loger ceux qu’on considérait comme des « fous » à l’époque. En opération pendant 600 ans, son nom a changé pour Bedlam (cafouillage, folie) et plusieurs histoires de traitements sordides y ont été associées. L’institution pouvait même être visitée par les curieux, en échange de quelques pièces de monnaie.

Un cimetière des 16e-18e siècles


(Source)

Le cimetière découvert en plein cœur du quartier des affaires de Londres en 2013 a été utilisé par l’institution entre les années 1569 et 1738. Il s’agit davantage d’une fosse commune (environ 3000 squelettes s’y trouvent) que d’un véritable cimetière, puisqu’on y inhumait sans cérémonie les gens sans famille, ceux dont la famille ne pouvait se permettre un enterrement religieux ou occasionnellement des opposants politiques qu’on souhaitait faire oublier.

Des squelettes témoins de la peste du 17e siècle


(Source)

C’est aussi dans ce cimetière qu’ont été inhumées plusieurs victimes d’un épisode meurtrier de peste bubonique en Angleterre en 1665-1666, dont on commémorera le 350e anniversaire cette année. Un épisode historique qui a effectivement marqué l’histoire anglaise, puisque près de 100 000 personnes seraient mortes de la funeste maladie à Londres seulement pendant l’épidémie. L’étude des squelettes permettra d’en apprendre davantage sur cette peste et ses impacts sur le corps humain.

D’autres découvertes sur le site


Photo: Pièce de monnaie de l’empereur romain Hadrien
(Source)

Les fouilles dans ce secteur ont également permis la découverte de milliers d’artéfacts, dont certains du Moyen Âge et de l’époque romaine, notamment plusieurs pièces de monnaie encore en très bon état.

Les travaux d’exhumation des prochains mois risquent de nous en apprendre encore davantage sur l’histoire de ce site situé en plein cœur de Londres!
À suivre!


 

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com

Pas de mégots de cigarettes dans les pots de fleurs et les plates-bandes, rappelle les pompiers


L’été, une attention particulière pour les fumeurs de porter attention ou ils éteignent leur mégot de cigarette. Les pots de fleurs et plate bande ne sont pas des cendriers et peuvent causer des incendies
Nuage

 

 

Pas de mégots de cigarettes dans les pots de fleurs et les plates-bandes, rappelle les pompiers

 

 

Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) lance samedi sa campagne «Pas... (PHOTO JACQUES DEMARTHON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

PHOTO JACQUES DEMARTHON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

 

La Presse Canadienne

Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) lance samedi sa campagne «Pas de mégots dans les pots» qui vise à sensibiliser les citoyens aux dangers d’éteindre des articles de fumeur dans les pots de fleurs et les plates-bandes.

Selon le SIM, cette mauvaise habitude est à l’origine d’incendies ayant fait plus de 8,4 millions de dommages en 2016.

Le terreau utilisé pour le jardinage contient des matières végétales et des engrais chimiques qui sont inflammables lorsqu’exposés à une source de chaleur. Un mégot de cigarette écrasé dans ce mélange peut continuer de se consumer pendant quatre à cinq heures avant de s’enflammer.

Le danger d’incendie est encore plus grand si les bacs et les jardinières sont exposés au soleil et aux vents par temps très chaud.

http://www.lapresse.ca/

Top 5 des bons gestes pour une meilleure qualité de l’air dans notre intérieur


La pollution intérieure doit être prise au sérieux, surtout avec tous les produits chimiques qui y circule, la poussière, les allergènes … Mieux vaut entretenir au jour le jour qu’une fois de temps en temps et aérer été comme hiver
Nuage

 

Top 5 des bons gestes pour une meilleure qualité de l’air dans notre intérieur

 

Si la pollution de l’air extérieur est un problème bien pris en compte au quotidien, celle de l’air intérieur nous semble moins préoccupante. Pourtant, notre maison regorge de polluants, dont on peut réduire la quantité grâce à quelques gestes simples.

Poussières, produits chimiques des peintures, meubles ou produits de décoration… notre environnement domestique nous expose à bien des produits toxiques et des allergènes. Les enfants, dont l’organisme est encore immature, y sont particulièrement sensibles.

Pour aider les consommateurs à se protéger au mieux, des spécialistes de la santé et de l’environnement ont établi une liste de gestes pratiques que nous pouvons tous mettre en œuvre. Un choix durable… et économique.

1 – Ménage : faites mordre la poussière… à la poussière

Prenez soin de passer l’aspirateur, la serpillère et d’épousseter le plus souvent possible. Cette précaution vous paraît relever de la manie ? Pas du tout ! Elle protège au contraire les enfants de la poussière et… du plomb. En effet, les Canadiens ont détecté la présence de plomb dans les sacs d’aspirateurs de toutes les habitations qu’ils avaient analysées. Ils y voient naturellement la preuve que ce métal lourd et toxique est présent dans les poussières d’intérieur.

Or, « l’organisme d’un enfant absorbe 50 % du plomb (auquel il est exposé), contre seulement 10 % pour un adulte. Sachant que les petits mettent souvent leurs mains à la bouche, le risque d’intoxication au plomb est d’autant plus accru », souligne le professeur Bruce Lamphear, de la Simon Frazer University de Vancouver, en Colombie britannique (côte ouest du Canada).

La poussière, par ailleurs, peut exacerber un asthme ou une allergie.

Pour le ménage, mieux vaut utiliser des produits naturels et des gants. © DR

Pour le ménage, mieux vaut utiliser des produits naturels et des gants. © DR

2 – Misez sur l’aération

Faire la chasse à la poussière, c’est bien. Aérer votre maison en plus, c’est encore mieux. Ainsi, Atmosf’Air Bourgogne préconise d’ouvrir ses fenêtres environ 30 minutes par jour, en été comme en hiver, en choisissant les moments où le trafic est le plus faible et l’atmosphère la plus fraîche.

Il est par ailleurs conseillé d’aérer une pièce après usage de certains produits comme les nettoyants ménagers, les colles, les vernis ou autres insecticides et, bien sûr, d’aérer généreusement après avoir fumé dans une pièce. Le mieux, pour préserver ses proches des méfaits du tabagisme passif, reste de sortir à l’extérieur pour s’adonner à ce fâcheux penchant.

3 – Privilégiez les produits naturels

S’il est évidemment recommandé de nettoyer votre maison régulièrement, choisissez de le faire avec des produits simples et non toxiques. Un peu de vinaigre dilué dans de l’eau suffit pour laver les vitres, les surfaces de la plupart des meubles ainsi que les sols. Le bicarbonate de soude ou encore le savon noir peuvent aussi être de bons alliés lorsqu’il s’agit de préserver la qualité de votre air intérieur.

Choisissez aussi une lessive sans parfum.

« Certains éléments chimiques utilisés pour mettre au point ces fragrances sont liés à des troubles hormonaux », souligne un groupement d’associations canadien.

De manière générale, recommande Atmosf’Air Bourgogne, évitez les parfums d’intérieur, bâtons d’encens, bougies parfumées ou autres sprays qui contiennent également des substances chimiques nocives.

4 – Bricolez écolo… en solo

Lorsque vous décidez de repeindre une pièce ou de rénover un meuble, éloignez les enfants et les femmes enceintes. Ils sont particulièrement sensibles aux poussières et aux toxiques des peintures, des colles et autres produits de bricolage. Pour vous, prévoyez de porter des protections adaptées (masque, lunettes, etc.) et de faire des pauses régulières en dehors de la pièce. Une fois les travaux achevés, n’oubliez pas de bien fermer les récipients pour éviter tout évaporation toxique. Bien sûr, rangez-les hors de portée des plus jeunes.

Même si de nombreuses peintures sont écologiques, éloignez les femmes enceintes et les enfants de la pièce en travaux. © DR

Même si de nombreuses peintures sont écologiques, éloignez les femmes enceintes et les enfants de la pièce en travaux. © DR

5 – Évitez le plastique

Le plastique est un matériau faisant partie intégrante de nos maisons… et de notre quotidien au sens le plus large du terme. Toutefois, soyez prudent quant à son utilisation. Évitez par exemple de placer des récipients en plastique au four à micro-ondes, même si le fabricant précise que vous pouvez le faire. Vous réduirez ainsi le risque de migration de certains éléments chimiques, du récipient vers les aliments.

Par ailleurs, côté alimentation, afin de réduire votre exposition au mercure et autres métaux lourds contenus dans la chair des poissons, optez pour les plus petits d’entre eux. En effet, les poissons situés en bas de la chaîne alimentaire naturelle concentrent moins ces substances néfastes pour la santé. Les prédateurs, les poissons de haute mer et les poissons pélagiques tels que le thon, l’espadon mais aussi le maquereau, en revanche, sont susceptibles d’en contenir de plus grandes quantités. N’en abusez donc pas.

En 2002, d’ailleurs, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (l’Afssa devenue depuis l’Anses), recommandait aux femmes enceintes et allaitantes, mais aussi aux jeunes enfants, « de favoriser une consommation diversifiée des différentes espèces de poissons sans privilégier, à titre de précaution, la consommation de poissons susceptibles de présenter des niveaux plus élevés de méthyl-mercure tels que la daurade, l’espadon, le marlin, le requin et le thon ».

http://www.futura-sciences.com

Des singes indonésiens volent vos affaires et les échangent contre un biscuit


Demander une rançon est très connu chez l’être humain, mais pas chez les animaux, enfin presque. En effet, des macaques crabiers en Indonésie, ont appris que prendre objets de valeur des touristes peuvent être troqué contre des aliments.
Nuage

 

Des singes indonésiens volent vos affaires et les échangent contre un biscuit

 

 

Macaca fascicularis at Ngarai Sianok, Bukittinggi, West Sumatra | Sakurai Midori via Wikimédia CC License by

Macaca fascicularis at Ngarai Sianok, Bukittinggi, West Sumatra | Sakurai Midori via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur New Scientist

Ils ont parfaitement compris le principe de la rançon.

Si vous visitez un jour le temple d’Uluwatu à Bali en Indonésie, faites très attention à vos affaires, il se peut que des petits malfrats d’un nouveau genre s’en prennent à vous. 

Le New Scientist explique en effet sur son site que certains singes (des macaques crabiers) «attrapent des choses de valeur, telles que des lunettes, des chapeaux, des appareils photos ou, une liasse de billets dans une caisse comme c’est arrivé une fois, puis attendent que l’équipe du temple leur offre de la nourriture pour qu’ils relâchent leurs gains et s’enfuient avec leur récompense goûteuse».

La vidéo ci-dessous illustre parfaitement ce genre de comportement.

 

Seulement voilà, le phénomène n’avait jamais été vraiment étudié jusque-là. C’est ce qui rend l’étude de Fany Brotcorne, primatologue de l’université de Liège, si intéressante.

«Brotcorne voulait savoir si c’était en effet culturel, ce qui pourrait nous aider à comprendre les capacités cognitives du singe, et même l’évolution de l’homme», écrit New Scientist.

Après des mois passés à observer ces singes, elle et son équipe ont découvert que les petits délinquants étaient surtout de jeunes mâles, plus à même de prendre des risques, et qu’ils s’observaient beaucoup entre eux pour apprendre les techniques de vol. Au fil du temps, ils ont remarqué que certains groupes évoluant dans la zone ont progressivement compris ce qu’ils pouvaient tirer de l’affluence touristique.

Pour Serge Wich, primatologue de l’université John Moore de Liverpool, cela donne un nouvel exemple «assez spectaculaire de flexibilité dans le comportement des primates en réponse aux changements d’environnement. Cela indique qu’il peut effectivement y avoir une nouvelle tradition comportementale chez les primates et que les nouvelles traditions peuvent impliquer le vol et l’échange avec d’autres espèces.»

Il reste à déterminer comment ces singes communiquent entre eux, s’ils arrivent à s’organiser, s’ils partagent les bénéfices, et, surtout, s’ils comprennent leurs propres actions. Ce qui est fascinant aussi, c’est de constater que le vol et l’extorsion ne sont pas courants chez les animaux, c’est même plutôt rare. Il n’y a que chez l’homme qu’il est répandu. Observer ces singes peut donc aider, du moins en partie, à comprendre comment ce genre de comportement est apparu chez les êtres humains. 

http://www.slate.fr/

Comment une vieille religion nordique inspire le suprématisme blanc


Le terrorisme peut-être sous diverses couvertures au nom d’une religion. Il semblerait que la suprématie blanche aurait une base de la religion l’odinisme pour éviter le mélange des races.
Nuage

Comment une vieille religion nordique inspire le suprématisme blanc

The Seven Deadly Sins | Soffie Hicks via Wikimédia CC License by

The Seven Deadly Sins | Soffie Hicks via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Ils sont nombreux à déclarer s’inspirer de l’odinisme, la seule religion «pure» selon eux.

Connaissez-vous l’odinisme? Cette vieille religion nordique consiste à vénérer des dieux comme Thor ou Odin, à porter parfois un pendentif en forme de marteau, et à se retrouver entre croyants dans les bois pour boire de l’hydromel, lire de la poésie, voire sacrifier des animaux pour plaire à leurs divinités.

Seulement voilà, cette religion ancienne a inspiré le mouvement suprématiste ces dernières années, notamment aux États-Unis. Le site Reveal du Center for Investigative Reportingexplique que, depuis 2001, au moins six odinistes racistes ont été accusés d’avoir mené ou tenté de mener des attaques terroristes sur le sol américain. Rappelons également qu’Anders Breivik, l’homme responsable d’une tuerie de masse dans un camp d’été à Utoya au sud d’Oslo en 2011, a fait parler de lui en expliquant un jour avoir longtemps été odiniste.

«Les odinistes racistes d’aujourd’hui disent qu’il s’agit de la seule religion pure pour le peuple blanc, elle n’a pas été “mélangée” par le prophète juif Jésus, écrit le site. Ils se voient comme des guerriers, prêts à réclamer l’Amérique au nom du peuple blanc et à se battre contre un génocide des blancs, mené par les Juifs, ce qui a laissé le plus grand pays du monde en lambeaux.»

Et l’époque actuelle, de par les tensions qu’elle traverse, forme un terreau parfait pour ces suprématistes vantant une sorte de grandeur du peuple blanc face à une supposée menace.

«Les terroristes racistes d’extrême-droite ont compté pour une partie significative des attaques terroristes à travers l’Amérique ces dernières décennies, et les experts disent que ces groupes sont en pleine explosion dans l’Amérique divisée de 2017.»

Brandon Lashbrook, originaire de l’Illinois, est l’un de ces odinistes qui n’a pas peur d’afficher des croix gammées chez lui ou de parler ouvertement de sa détestation pour le mélange des «races».

«Nous devons être prêts à nous battre, explique celui qui organise régulièrement des réunions d’odinistes via des événements Facebook. Nous devons étudier les arts martiaux, faire de la musculation. Nous devons être prêts et unis, et prêts à nous défendre, et continuer à dire la vérité à la société, et aider encore plus d’âmes à trouver la voie pour sortir de l’Enfer et retourner à Midgard [terme ancien désignant la Terre]. De cette façon, ils vont se réunir et réaliser quelle menace pèse sur nous. Ce sera toujours honorable de mourir durant une bataille.»

Pour lire la suite de cette enquête, rendez-vous sur le site de Reveal.

http://www.slate.fr