Parole d’enfant ► Flaque d’eau


 

Mlle adore la pluie et tant qu’il n’y a pas d’orage, elle veut mettre ses bottes de pluies pour sauter dans les flaques d’eau
Nuage


 

Flaque d’eau

 

 

Mlle était déçue qu’après une pluie matinale, il n’y avait déjà plus de flaques d’eau dans la cour

– Grand-maman, j’ai sauté dans les flaques d’eau
– Tu n’as pas été dans la rue ?
– Non, j’ai pris l’eau de la piscine et j’ai sauté dans la flaque d’eau

Ana-Jézabelle 4 ans/ juillet 2016

Le Saviez-Vous ► 8 différences entre les passionnés de chiens et de chats


Ça vaut ce que ça vaut ! Une enquête fait parmi plusieurs milliers d’internautes propriétaires de chien ou de chat et le style de vie qui serait différent selon l’animal que l’on préfère.
Nuage

 

8 différences entre les passionnés de chiens et de chats

Dites-moi quel animal vous préférez, et je vous dirai qui vous êtes!

Crédits photo: iStock

Vous pensez que tous les amoureux d’animaux se ressemblent? Vous seriez surpris d’apprendre que les amoureux des chats et ceux des chiens sont très différents. Voici les résultats d’une enquête pour le moins surprenante et menée auprès de 200 000 internautes.

Dites-moi quel animal vous préférez, et je vous dirai qui vous êtes!

Le site Internet Hunch.com a sondé plus de 200 000 propriétaires d’animaux pour savoir s’ils étaient plutôt du genre chien ou chat. Les réponses obtenues ont été croisées avec celles d’enquêtes sur le style de vie. Voici ses principales conclusions:

Les amoureux des chiens sont plus extravertis

Les amoureux des chiens : 15 % plus susceptibles d’être extravertis.

Les amoureux des chats : 11 % plus susceptibles d’être introvertis.

Les amoureux des chats sont plus affectueux avec leurs amis lors d’une fête

Les amoureux des chiens : 36 % plus susceptibles d’utiliser une chanson populaire comme sonnerie de cellulaire.

Les amoureux des chats : 14 % plus susceptibles d’enlacer des amis lors d’une fête.

Les amoureux des chats sont plus susceptibles de sauver les chatons errants

Les amoureux des chiens : 67 % plus susceptibles d’appeler la société protectrice des animaux s’ils trouvent des chatons errants.

Les amoureux des chats : 21 % plus susceptibles de tenter de sauver les chatons errants.

Les amoureux des chats sont plus susceptibles d’avoir complété un diplôme d’études supérieures.

Les amoureux des chiens : 11 % plus susceptibles de dire qu’ils sont en faveur du clonage, mais seulement pour les animaux ou les animaux domestiques.

Les amoureux des chats : 17 % plus susceptibles d’avoir complété une maîtrise ou un doctorat.

Les amoureux des chiens préfèrent Paul McCartney !

Les amoureux des chiens : 18 % plus susceptibles d’admettre que Paul McCartney est leur Beatle favori.

Les amoureux des chats : 25 % plus susceptibles d’admettre que George Harrison est leur Beatle favori.

Les amoureux des chiens aiment davantage les zoos

Les amoureux des chiens : 9 % plus susceptibles de trouver que les zoos sont des endroits agréables.

Les amoureux des chats : 10 % plus susceptibles d’envoyer des messages sur Twitter.

Les amoureux des chats préfèrent l'ironie

Crédits photo: iStock

Les amoureux des chats préfèrent l’ironie

Les amoureux des chiens : 30 % plus susceptibles de préférer l’humour burlesque et les imitations.

Les amoureux des chats : 21 % plus susceptibles de préférer l’humour ironique et les calembours.

Cela dit, les amoureux des chats et des chiens partagent certaines similarités

Tant les amoureux des chiens que les amoureux des chats:

– Aiment parler aux animaux

– Ont autant de chance de compléter un baccalauréat

– N’aiment pas particulièrement porter des vêtements avec des imprimés animaux.

http://selection.readersdigest.ca/

Réchauffement : des milliards d’arbres menacés


Imaginez si les forêts disparaissaient cela serait un désastre pour l’écosystème et la biodiversité. Bref, cela ferait un tort considérable autant aux animaux, qu’aux être humain
Nuage

Réchauffement : des milliards d’arbres menacés

 

PAR CLAUDE-MARIE VADROT

Mort de 66 millions d’arbres en Californie, menaces en Europe, les forêts du monde menacées de disparition

D’après une récente étude, aérienne et de terrain, les spécialistes du Service forestier de Californie ont enregistré la mort de 26 millions d’arbres dans le Sud-Ouest de l’État entre le mois d’octobre 2015 et le mois d’avril 2016. Ils s’ajoutent, toujours selon les forestiers américains, à la mort de 66 millions d’arbres de toutes essences depuis l’année 2010. Une hécatombe sans précédent historique connu, essentiellement liée au réchauffement climatique et à l’irrégularité des précipitations. En Arizona, dans l’Utah et le Colorado, les responsables des forêts estiment qu’en quelques années, 90 % des pins ont disparu, littéralement asséchés sur pied quels que soient leurs stades de développement.

Qu’il s’agisse des États-Unis, de l’Europe, de la Russie et des pays du Sud, notamment l’Inde ou la Chine, les spécialistes des forêts tentent en vain de sonner l’alarme sur l’avenir menacé des forêts mondiales. De Klaus Katzenstein de l’Université de Vienne à Tim Newhold de l’University College de Londres en passant par Jôrg Prietzel dans Nature Geoscience ou le journal Ecosphere, les explications se ressemblent. Sous l’effet de la montée des températures ou des périodes de chaleur extrême, les arbres, surtout assez vieux, ne parviennent plus à installer de nouvelles racines en direction de l’humidité profonde. Ils commencent par produire moins de graines et la régénération naturelle se fait de plus en plus difficilement. D’autant plus que l’humus et les terres sur lesquels ils se nourrissent ou dans lesquels s’alimentent les pousses s’appauvrissent rapidement. D’autre part, les hivers étant de plus en plus doux, les larves d’insectes sont de plus en plus nombreuses à résister à une saison qui n’est plus assez froide, attaquant toutes les espèces dès l’éclosion des prédateurs. Les douceurs anormales facilitent également les ravages des maladies. Des phénomènes et aléas que connaissent bien les arboriculteurs dans les vergers, en France et dans toute l’Europe.

Klaus Katzenstein, forestier de l’Université de Vienne, explique que tous ces facteurs mettent également en danger toutes les forêts alpines. La mort lente des arbres a également été signalée dans les forêts du sud de l’Allemagne par les scientifiques de la forêt de l’Université technologique de Munich. Une constatation partagée par l’organisation Global Change dont l’étude publiée au mois de juillet explique que tous les bouleaux de l’Europe sont touchés depuis des années et que beaucoup d’entre eux ont désormais atteint un état critique.

Ces observations sur le dépérissement quasiment mondial des forêts rejoignent l’étude publiée en juillet par la revue Sciences et qui explique que « les sociétés humaines sont très menacées par la perte de biodiversité de tous les écosystèmes de la planète » et que « la récession écologique en cours est bien pire et bien plus dangereuse que les récessions économiques ».

Avertissement qui rejoint la déclaration d’un auteur, Tim Newhold, d’une étude sur l’avenir des arbres pour l’University College de Londres :

« désormais, nous jouons à la roulette écologique ».

http://www.politis.fr/

Un étrange halo bleu sème l’émoi sur internet


Sur internet, on voit souvent des vidéos qui reviennent de temps à autre, comme cet halo vue au lever du jour à Miami qui date de septembre dernier et qui a fait aussi la une à l’époque. Beaucoup spéculent encore que cela pourrait être un phénomène extraterrestre alors que la réalité est simple et bien terrienne
Nuage

 

Un étrange halo bleu sème l’émoi sur internet

 

Récemment, une vidéo sensationnelle a refait surface sur Internet. Relayée sur plusieurs comptes Facebook, la séquence présente un étrange halo lumineux et bleuté traversant le ciel du petit matin. 

L’enregistrement a été vu plus de 2 millions de fois et a fait l’objet de nombreuses discussions et spéculations quant à  l’origine d’un tel phénomène. Il suffit cependant de remonter le temps à septembre 2015 pour trouver tout simplement la vraie explication.

UN LANCEUR AMÉRICAIN

En explorant les archives du web, on se rend rapidement compte que ce n’est pas la première fois que la vidéo intrigue les internautes. Cette séquence a en réalité été filmée le 22 septembre, à l’aéroport de Miami, en Floride. La zone se situe non loin de la base de lancement de Cap Canaveral, d’où partent les fusées américaines.

Ainsi, l’auréole de lumière bleue que l’on peut observer n’est autre que le lanceur américain Atlas V, filant à  travers la voûte céleste au lever du soleil. Étant donné l’ampleur de la combustion nécessaire au décollage, la trainée laissée dernière la fusée est particulièrement impressionnante. Toutefois, elle n’a rien d’anormal.

L’ENVOI D’UN SATELLITE DE COMMUNICATION MILITAIRE

Encore une fois, les amateurs d’OVNI et d’extraterrestres devront se faire une raison. Le phénomène n’a en effet rien de surnaturel. Il est tout simplement le résultat du kérosène et de l’oxygène liquide brulé dans l’atmosphère terrestre. Le spectacle n’en reste pour autant pas moins impressionnant.

Selon les astronomes, Atlas V aurait été lancé ce jour-là pour envoyer un des cinq satellites de communication MUOS (Mobile User Objective System) dans l’espace. Les dispositifs de la Marine de guerre américaine placés en orbite autour de la Terre sont destinés à améliorer de manière significative les communications au sol pour l’armée américaine. 

http://fr.canoe.ca/

«Graham», l’homme qui serait capable de survivre aux accidents de la route


En Australie, pour la campagne de sécurité routière, une artiste avec l’aide de plusieurs professionnels a crée une sculpture humaine qui seraient capable de survivre aux accidents de la route.
Nuage

 

«Graham», l’homme qui serait capable de survivre aux accidents de la route

Graham est exposé dans la bibliothèque de l'État de Victoria en Australie. Photo/TAC Victoria

Créée par une artiste Australienne, cette sculpture représente un être humain qui aurait évolué pour devenir résistant aux accidents de la route. Depuis jeudi, «Graham» est l’effigie d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière de l’État de Victoria, en Australie.

À première vue, ce pourrait être le monstre d’un futur film fantastique. Une tête sans cou, des côtes renforcées, un nez à peine apparent. En réalité, «Graham» est une sculpture censée représenter, selon des scientifiques, l’évolution de l’homme si celui-ci s’était transformé pour survivre aux accidents de la route.

Cette oeuvre a été créée par l’artiste Australienne Patricia Piccinini, en collaboration avec un chirurgien en traumatologie et un expert des accidents de la route. Selon ses créateurs, «Graham» serait «la seule personne capable de survivre sur nos routes» en cas d’accident, explique le Guardian.

«Les voitures ont évolué beaucoup plus vite que les humains et Graham nous aide à comprendre pourquoi nous devons améliorer chaque aspect de notre réseau routier pour nous protéger de nos erreurs», note de son côté le chef de la commission des accidents de la route auprès de la BBC.

Fabriqué à base de silicone, de fibre de verre, de résine et de cheveux humains, Graham a une tête beaucoup plus grosse qu’un homme normal. Elle a l’usage d’un casque. Il n’a également ni cou ni colonne vertébrale, qui ne peuvent ainsi pas se briser lors d’un choc violent. De plus, il a des «airbags» entre chaque côte qui le protège en cas de collision.

Depuis jeudi, il est l’effigie d’une campagne de sensibilisation à la sécurité routière de l’État de Victoria en Australie. Il est possible également de l’observer à 360 degrés sur le site internet meetgraham.

http://www.lefigaro.fr/

Les traitements anti-puces toxiques pour nos animaux ?


Les traitements contre les parasites chez nos animaux sous forme de pipettes, sprays, colliers anti puce… ne sont pas sans risques. Beaucoup de chats et de chiens sont morts suite à l’utilisation de ce genre de traitement et qu’en plus, cela peut-être dangereux pour les enfants
Nuage

 

Les traitements anti-puces toxiques pour nos animaux ?

 

Par Johanne-Eva Desvages

En Angleterre, la triste vidéo d’un chaton admis à l’hôpital vétérinaire du Connecticut dans un état grave a fait le tour du web en 2013. L’animal, âgé de moins d’un mois, avait mal supporté son collier anti-puce. Il souffrait d’une augmentation de l’activité électrique dans le cerveau, créant des convulsions incessantes. La clinique avait alors lancé un message pour inciter les propriétaires d’animaux à recourir à des produits naturels.

En Amérique du Nord, plus de 2000 chiens et chats sont morts intoxiqués aux insecticides présents dans les produits anti-puces entre 2008 et 2014. Les organophosphorés (agents neurotoxiques) contenus dans les traitements contre les parasites, sous forme de pipettes, sprays, colliers anti puce… peuvent notamment être mortels pour les chats et petits chiens. D’après l’émission Marketplace de CBS News, 4.726 chats et chiens ont été intoxiqués au Canada entre 2009 et 2013. Au total, 1188 chats et 872 chiens sont morts sur le territoire nord-américain d’une mauvaise réaction à un traitement anti-puces ou tiques. Les pipettes seraient notamment responsables de 80% des incidents.

Plusieurs chercheurs, interrogés par CBS News, soutiennent la dangerosité de ces produits, qui peuvent provoquer de graves effets secondaires chez les animaux, mais qui seraient également dangereux pour les humains.

« Il y a des preuves que les pesticides peuvent être très dangereux pour les enfants en bas âge », a notamment réagi Miriam Rotkin-Ellman, une scientifique spécialisée dans la santé.

Pour d’autres chercheurs, ces traitements, bien que contenant des insecticides, sont pour l’heure les plus efficaces pour éliminer les parasites pouvant causer d’autres problèmes de santé, comme la maladie de Lyme.

Mais « dans la réalité, le danger représenté par les maladies transmises par des parasites externes est minime », indiquait à 30 millions d’amis le vétérinaire Thierry Bedossa, particulièrement opposé à l’utilisation de produits anti-puces et tiques.

Les produits anti-puces pour chiens responsables de nombreux décès chez le chat

Souvent, les chats adultes intoxiqués ont été traités contre les parasites avec des produits pour chiens, particulièrement inadaptés puisqu’ils contiennent pour la plupart de la permétrhine. Un pesticide particulièrement toxique pour les chats et pouvant provoquer leur mort. Les chats intoxiqués peuvent alors être pris de convulsions, perte d’équilibre, souffrir d’hyperthermie ou d’hypersalivation. Mais certains pesticides présents dans les produits pour chats peuvent également causer ces réactions, même chez le chat adulte. En janvier 2016, Teresa Crandall a lancé un appel sur les réseaux sociaux après avoir perdu le sien, intoxiqué avec un collier pour chat Sergeant’s contenant du propoxur. La jeune femme a demandé aux propriétaires de chats de rester prudent :

« Il n’y a aucun moyen de savoir si votre animal est susceptible de faire une réaction au produit jusqu’à ce qu’il soit trop tard », avait-elle déclaré.

En 2012, l’Agence nationale du médicament vétérinaire a suspendu en France la commercialisation de nombreux colliers antiparasitaires dont les principes actifs sont le dimpylate, le propoxur et le tétrachlorvinphos.

Une décision intervenant après l’étude de l’ANSE révélant « des risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l’utilisateur et plus particulièrement chez l’enfant », et jugeant que « le rapport bénéfices/risques de ces colliers était défavorable ».

Aux Etats-Unis, le Conseil de défense des ressources naturelles a constaté quedes niveaux dangereusement élevés de résidus de pesticides peuvent rester collés dans les poils de chien ou chat plusieurs semaines après avoir mis un collier anti-puces à l’animal. En France, le Centre de pharmacovigilance vétérinaire de Lyon a recensé en 2007 488 déclarations d’intoxications à la permétrhine chez le chat, et une cinquantaine de décès. Des chiffres encore loin de la réalité, selon 60 millions de consommateurs, qui, dès 2012, s’inquiétait du danger de la permétrhine.

http://www.sciencesetavenir.fr/