Une nouvelle espèce de fourmi découverte dans le vomi d’une grenouille


Comment faire de nouvelles découvertes comme une nouvelle espèce de fourmis ? En attrapant une grenouille pour qu’elle régurgite ce qu’elle a dans l’estomac. Sauf qu’on ne sait pas grand chose sur cette fourmi
Nuage

 

Une nouvelle espèce de fourmi découverte dans le vomi d’une grenouille

 

Une

Une nouvelle espèce de fourmi découverte dans le vomi d’une grenouillePhoto Gentsid

Les chercheurs de l’Université de Rochester à New York sont allés chercher loin, très loin et ont finalement découvert une nouvelle espèce de fourmi. Dans le vomi d’une grenouille vénéneuse présente en Equateur.

L’équipe de recherche menée par le professeur Christian Rabeling, ont capturé la grenouille et lui ont vidé l’estomac. Ils ont ensuite cherché dans le vomi quel trésor s’y cachait. Bien évidemment, ils n’ont pas été déçus de découvrir l’insecte mort.

UN SEUL SPÉCIMEN DE L’ESPÈCE A ÉTÉ TROUVÉ

La fourmi a été nommée Lenomyrmex hoelldobleri en l’honneur du 80e anniversaire du collègue et ami des chercheurs Bert Hölldobler.

«En raison de la passion de Bert pour les fourmis, ses contributions pionnières et de grandes qualités à l’entomologie et à  l’écologie comportementale, ainsi que son dévouement au mentorat de la prochaine génération de myrmécologues, myrmécologie [l’étude des fourmis] est devenue sa propre discipline en entomologie, et continue d’attirer des étudiants enthousiastes qui partagent l’amour de Bert pour les fourmis» expliquent les chercheurs dans leur étude publiée dans le journal ZooKeys.

Il existe à présent sept espèces appartenant au genre Lenomyrmex puisque les scientifiques affirment que ce spécimen a des caractéristiques semblables aux autres espèces du genre.

Elle mesure environ un demi-centimètre et a une longue bouche qui peut-être utile pour attraper de tout petits animaux cachés.

Comme il n’existe qu’un seul spécimen de cette espèce et que le spécimen en question est mort dans l’estomac de la grenouille, il y a très peu d’information sur cette fourmi.

LES GRENOUILLES, UTILES À LA RECHERCHE SUR LES INSECTES

La grenouille qui transportait l’insecte fait partie de l’espèce Oophaga sylvatica, mais elle est appelée «Little devil frog» en anglais (grenouille petit diable) ou «Rana Diablito» en espagnol.

Les grenouilles sauvages sont souvent utilisées pour découvrir de nouvelles espèces d’insectes parce qu’elles s’en nourrissent et qu’elles peuvent atteindre des lieux auxquels les humains n’ont pas accès.

D’autre part, la toxicité de grenouilles vénéneuses comme celle-ci provient de composés organiques trouvés dans les fourmis qu’elles mangent. Elles sont donc douées pour attraper des insectes et sont tout aussi utiles pour les chercheurs chasseurs de fourmis.

Le professeur Rabeling explique au National Geographic:

«Parfois, les gens pensent que notre monde est déjà  très bien exploré, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité».

http://fr.canoe.ca/

Un cas de Zika peut-être transmis par la sueur ou les larmes


Le virus zika a de quoi à devenir inquiétant, surtout s’il serait aussi transmissible par les larmes ou la sueur
Nuage

 

Un cas de Zika peut-être transmis par la sueur ou les larmes

 

Pour les chercheurs, des «niveaux infectieux du Zika... (PHOTO Andre Penner, archives AP)

Pour les chercheurs, des «niveaux infectieux du Zika pouvaient se trouver dans la sueur ou le liquide lacrymal des yeux du père que son fils a touché avec ses mains nues».

PHOTO ANDRE PENNER, ARCHIVES AP

 

Agence France-Presse
WASHINGTON

Un septuagénaire américain décédé en juin après avoir été infecté par le virus Zika lors d’un voyage au Mexique pourrait avoir contaminé son fils par ses larmes ou sa sueur, avancent des chercheurs, ce qui serait sans précédent connu.

Ce cas mystérieux de transmission avait été signalé en juillet par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Toutes les voies de transmission connues dont la plus commune, la piqûre de moustique infecté, ont été écartées, selon des infectiologues qui présentent les résultats de leur investigation dans l’édition du New England Journal of Medicine publiée mercredi soir.

Ainsi le fils, âgé de 38 ans, qui s’est remis de son infection, n’avait pas voyagé dans un pays où la transmission du Zika est active ni eu de relations sexuelles avec une personne infectée.

Enfin il n’y a pas de moustiques Aedes aegypti, le principal vecteur du virus, dans l’Utah, un État de l’ouest des États-Unis.

La seule possibilité, selon ces chercheurs, est donc une contamination par son père avec lequel il avait des contacts physiques quand il allait le voir à l’hôpital à Salt Lake City.

Le septuagénaire y était entré avec des douleurs abdominales, une tension artérielle basse, une pharyngite et de la fièvre. Il a ensuite eu une conjonctivite, de la diarrhée et des douleurs musculaires.

Les tests ont montré une très forte concentration du Zika dans le sang du père, plus de 100 000 fois supérieure à celle constatée chez d’autres personnes infectées, selon les CDC. Son état s’est rapidement détérioré. Il est décédé quatre jours après son admission alors qu’il était en assez bonne santé auparavant.

C’est le premier décès par le Zika signalé aux États-Unis.

Le septuagénaire avait dit avoir été piqué par des moustiques quand il se trouvait au Mexique près d’un mois auparavant.

Environ une semaine après, son fils avait à son tour eu de la fièvre, une conjonctivite et une éruption cutanée. Le virus Zika a été détecté dans ses urines, mais pas dans son sang.

Il a aidé plusieurs fois une infirmière à déplacer son père dans son lit sans porter de gants. Il lui a aussi essuyé les yeux. Il n’a en revanche jamais été en contact avec le sang du malade.

Pour les chercheurs, des «niveaux infectieux du Zika pouvaient se trouver dans la sueur ou le liquide lacrymal des yeux du père que son fils a touché avec ses mains nues».

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si un contact avec des fluides corporels provenant de malades avec une forte infection par le Zika présentent un risque accru de transmission, précisent les chercheurs.

http://www.lapresse.ca/

Devenir


Dès l’enfance, on apprend en recommençant. Il n’y a aucune honte de toucher le fond, ce qui est important, c’est de se relever
Nuage

 

Devenir

 

Détruis-toi pour te connaitre
Construis-toi pour te surprendre.
L’important n’est pas d’être.
Mais de devenir.

Franz Kafka

Truc Express ► Le petit truc pour protéger sa brosse à dents des bactéries


En voyage, il ne faut pas oublier sa brosse à dents et une pince à linge, ensemble, ils peuvent éviter une contamination de la brosse à dents, même si la salle de bain dans un hôtel parait très propre
Nuage

 

Le petit truc pour protéger sa brosse à dents des bactéries

À la maison, pas de soucis pour déposer sa brosse à dents sur le rebord de l’évier. On est (à priori) certain que tout est propre.

Mais en voyage, pas toujours évident de protéger sa brosse à dents des microbes et bactéries. Surtout lorsque l’on apprend que les rebords d’éviers sont les endroits les moins propres d’un hôtel, avec la télécommande et les draps (une info de CBC News).

Sans tomber dans la parano (certains hôtels sont effectivement très clean), on a pourtant quelques doutes à laisser traîner notre précieuse brosse à dents sur le rebord de l’évier.

Repéré sur le blog de Francesco Mugnai, cette petite astuce consiste à prévoir une pince à linge dans ses bagages. Il suffit alors de positionner sa brosse à dents dessus afin que la tête ne touche aucune surface.

http://www.7sur7.be/

Se comparant à Hitler, le président philippin voudrait «massacrer» 3 millions de toxicos


Ce qui me perturbe le plus dans cette histoire, c’est qu’avec un tel discours, les citoyens  deviennent des justiciers en tuant des drogués aux Philippines. Cependant, ce n’est pas  juste les petits trafiquants et les consommateurs qu’il faut mettre derrières les barreaux mais bien ceux à la tête des narcotrafiquants
Nuage

 

Se comparant à Hitler, le président philippin voudrait «massacrer» 3 millions de toxicos

Des policiers cherchent des indices sur la scène... (photo TED ALJIBE, AFP)

Des policiers cherchent des indices sur la scène du meurtre d’un présumé revendeur de drogue à Caloocan, en banlieue de Manille, le 30 septembre. Depuis l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte en juin, plus de 3300 personnes ont perdu la vie, l’immense majorité tuée par des civils encouragés par la rhétorique incendiaire du président les appelant à faire justice eux-mêmes.

PHOTO TED ALJIBE, AFP

 

Agence France-Presse
DAVAO

La président philippin Rodrigo Duterte a fait vendredi un parallèle entre sa sanglante guerre contre la criminalité et l’extermination des Juifs par Adolf Hitler, en disant qu’il serait « heureux de massacrer » des millions de drogués.

Le président des Phlipinnes Rodrigo Duterte.... (photo Ted Aljibe, archives afp) - image 1.0

Le président des Phlipinnes Rodrigo Duterte.

PHOTO TED ALJIBE, ARCHIVES AFP

L’avocat populiste de 71 ans, connu pour son langage ordurier, a également taxé d’« hypocrites » les États-Unis et l’Union européenne qui ont critiqué sa violente campagne contre le trafic de drogue.

« Hitler a massacré 3 millions de Juifs. Bon, il y a 3 millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer », a-t-il dit lors d’un discours vendredi matin, avançant un chiffre faux sur le nombre de Juifs assassinés par les nazis, qui s’élève à 6 millions.

Des propos «révoltants» et «inacceptables»

Le parallèle tracé par le président philippin entre Hitler et l’extermination des Juifs et la campagne anticriminalité aux Philippines a suscité des réactions indignées.

« Toute comparaison des atrocités uniques de l’Holocauste avec quoi que ce soit d’autre est totalement inacceptable », a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères Martin Schaefer.

Le président du Congrès juif mondial Ronald Lauder a jugé « révoltants » les propos de M. Duterte et demandé qu’il s’excuse.

« Ce qu’a dit le président Duterte est non seulement profondément inhumain, mais (ses propos) révèlent une terrible absence de respect pour la vie humaine », a déclaré M. Lauder dans un communiqué.

«Hitler a massacré 3 millions de Juifs. Bon, il y a 3 millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer.» Rodrigo Duterte,
président des Philipinnes

M. Duterte a remporté la présidentielle en mai sur un programme ultrasécuritaire qui l’a vu promettre de tuer des milliers de criminels pour en finir avec le trafic de drogue, un des grands fléaux de son archipel.

Depuis son investiture le 30 juin, plus de 3300 personnes ont perdu la vie, l’immense majorité tuée par des civils encouragés par la rhétorique incendiaire du président les appelant à faire justice eux-mêmes.

De nombreuses organisations des droits de l’homme et des gouvernements occidentaux sont montés au créneau pour la dénoncer.

En réaction aux critiques, M. Duterte a multiplié les diatribes insultantes contre l’ONU et l’Union européenne. Il a également traité le président américain Barack Obama de « fils de pute ».

Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de M. Duterte, les Philippines, ancienne colonie américaine, étaient l’un des alliés les plus fidèles de Washington en Asie. Les deux pays sont liés par un traité de défense mutuelle.

Vendredi, le président philippin s’en est pris à l’UE et aux États-Unis, en dénonçant leur inaction dans la crise des migrants fuyant le Proche-Orient.

« Vous les É.-U. et l’UE, vous pouvez me qualifier comme vous le voulez, mais je n’ai jamais versé comme vous dans l’hypocrisie », a-t-il dit.

« Les migrants fuient le Proche-Orient. Vous les laissez pourrir et vous vous inquiétez de la mort de 1000, 2000, 3000 personnes ? »

En réponse aux critiques américaines, M. Duterte a annoncé cette semaine sa volonté de mettre fin aux exercices militaires conjoints avec les États-Unis. Vendredi, il a affirmé que les exercices militaires qui doivent se dérouler du 4 au 12 octobre aux Philippines avec la participation de 1000 soldats seraient les derniers de son mandat de six ans.

« Ne prétendez pas être la conscience morale du monde », a-t-il dit à l’adresse de Washington.

http://www.lapresse.ca/

L’odyssée spatiale de Rosetta est terminée


Comme un conte de fées, la sonde Rosette va rejoindre Philaé pour l’éternité. C’est une très belle aventure que l’Agence spatiale européenne a fait vivre à ceux qui l’ont suivi pendant toutes ces années
Nuage

 

L’odyssée spatiale de Rosetta est terminée

 

La dernière photo de Tchouri prise par Rosetta avant de se fracasser sur la comète.

La dernière photo de Tchouri prise par Rosetta avant de se fracasser sur la comète.  PHOTO : AP/AGENCE SPATIALE EUROPÉENNE

La sonde européenne Rosetta s’est écrasée, comme prévu, sur la comète Tchouri, mettant un terme à une mission spatiale historique de plus de 12 ans.

RADIO-CANADA AVEC AGENCE FRANCE-PRESSE ET REUTERS

« Merci, Rosetta », a tweeté le directeur général de l’Agence spatiale européenne, Jan Woerner.

L’odyssée de Rosetta, qui avait pour objectif d’étudier la comète Tchourioumov-Guérassimenko (alias Tchouri), prend donc fin après un parcours de près de 8 milliards de kilomètres. Lancée en mars 2004,la sonde escorte la comète depuis août 2014.

Mais Rosetta et Tchouri s’éloignaient de plus en plus du Soleil, qui est la seule source d’énergie de la sonde.

L’Agence spatiale européenne a donc choisi de mettre fin à la mission pendant qu’elle contrôlait encore la sonde et que celle-ci avait encore assez de puissance pour travailler.

Rosetta avait été programmée pour s’éteindre dès qu’elle entrerait en contact avec la surface du noyau cométaire.

La mission de la sonde Rosetta visait à mieux comprendre l’évolution du système solaire depuis sa naissance, les comètes étant considérées comme des vestiges de la matière primitive permettant d’expliquer la vie sur Terre.

Les dernières heures de Rosetta

Durant sa descente contrôlée vers la comète, une approche commencée jeudi et qui a duré plus de 14 heures, la sonde a pris des photos rapprochées du corps céleste et a recueilli des données sur les gaz près de la surface.

« Nous ne sommes pas allés avec Rosetta dans les deux derniers kilomètres [avant la surface de la comète] et nous pensons qu’ils sont essentiels à la compréhension de la façon dont les gaz et la poussière s’échappent de la surface pour gagner l’atmosphère extérieure », avait affirmé, plus tôt, Matt Taylor, scientifique attaché à la mission Rosetta, au centre opérationnel de l’Agence spatiale européenne à Darmstadt, en Allemagne.

Nous sommes excités [mais aussi] un peu tristes. En même temps, nous savons qu’il y a encore beaucoup de recherches scientifiques à faire [avec les données recueillies]. Matt Taylor, responsable scientifique de la mission Rosetta

Ceux qui ont travaillé à la mission Rosetta s’accordent à dire que la sonde a dépassé de loin les attentes des scientifiques, en tenant bon aussi longtemps.

La contribution de Philae

Le 12 novembre 2014, après avoir été largué de la sonde, le robot Philae s’est posé sur Tchouri, une première historique. Philae a notamment découvert des molécules organiques sur la comète. Il s’est endormi 60 heures après s’être posé, s’est réveillé en juin 2015, puis n’a plus donné signe de vie depuis le 9 juillet dernier. Rosetta a coupé ses communications avec Philae fin juillet 2016.

Un dessin d'artiste du robot Philae sur la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko

Un dessin d’artiste du robot Philae sur la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko   PHOTO : ESA

La mission Rosetta en dix chiffres

  • 7,9 milliards de kilomètres : la distance totale parcourue par Rosetta depuis son lancement.
  • 12 ans, 6 mois et 28 jours : le temps qui s’est écoulé depuis le lancement de Rosetta, le 2 mars 2004.
  • 786 jours : le temps passé par la sonde à escorter la comète Tchouri.
  • 720 millions de kilomètres : la distance à laquelle se trouvait Rosetta par rapport à la Terre jeudi soir.
  • 19 kilomètres : l’altitude de Rosetta avant d’entamer sa descente vers Tchouri.
  • 14 heures : la durée de la descente de la sonde jusqu’à la collision volontaire sur la comète.
  • 40 minutes : le temps que met un signal envoyé par Rosetta pour parvenir à la Terre.
  • 100 kilogrammes : le poids de Philae. Rosetta, elle, pèse environ 3 tonnes.
  • 2 milliards de dollars : le coût de la mission Rosetta.
  • 500 : le nombre de scientifiques et d’ingénieurs participant au projet.

Source : Agence spatiale européenne

 

http://ici.radio-canada.ca/