Patient bizarre : opéré à cœur ouvert pour du pop-corn coincé dans une dent


    A moins d’être prédisposer, une endocardite est assez rare. Il y a au moins un gars qui ne mangera plus jamais de maïs soufflé de sa vie. En fait ce n’est pas le pop-corn qui a causé son endocardite, mais la façon dont il a essayé le déloger.

    Nuage


    Patient bizarre : opéré à cœur ouvert pour du pop-corn coincé dans une dent


    Céline Deluzarche


    Journaliste

    Un pompier britannique a développé une infection qui a failli lui coûter la vie pour un simple morceau de pop-corn coincé dans une dent qu’il a vainement essayé de déloger. Une expérience qu’il n’est pas prêt d’oublier.

    De l’abcès dentaire à l’endocardite

    Fin septembre 2019, Adam Martin regarde tranquillement un film en compagnie de sa femme, les deux amoureux se partageant un cornet de pop-corn. Il sent alors un morceau de maïs qui reste coincé au fond de sa bouche. Durant plusieurs jours, il tente désespérément de déloger l’intrus, à coups de cure-dents et de différents objets qui lui tombent sous la main, allant du capuchon de stylo au clou métallique en passant par un morceau de fil de fer.

    Une semaine plus tard, Adam Martin ne se sent pas bien et pense avoir contracté un vilain rhume. Il se rend chez son médecin généraliste, qui lui diagnostique « un léger souffle au cœur » et lui prescrit des analyses de sang et une radiographie. Ces dernières ne montrant que de légers signes d’inflammation, il est renvoyé chez lui avec des médicaments.

    Mais quelques jours après, les symptômes grippaux empirent, et Adam Martin constate l’apparition d’une ampoule remplie de sang sur son orteil. Il ne le sait pas encore, mais cette lésion érythémateuse nommée lésion de Janeway est l’un des symptômes typiques de l’endocardite infectieuse qu’il est en train de développer.

    « J’aurais pu mourir en trois jours »

    En essayant vainement d’enlever le morceau de pop-corn de sa dent, le pompier a en effet endommagé sa gencive, favorisant la pénétration des bactéries qui se sont propagés au cœur, détruisant les valvules cardiaques. Le 18 octobre, Adam Martin se résout à se rendre à l’hôpital.

    « Je sentais que quelque chose n’allait pas bien du tout », témoigne-t-il au site Cornwall Live. « Je n’arrêtais pas de dormir, j’avais d’intenses douleurs dans les jambes. J’étais à ce moment-là très inquiet. »

    L’endocardite infectieuse aboutit à la destruction des valvules cardiaques. © abhijith3747, Adobe Stock

    L’endocardite infectieuse aboutit à la destruction des valvules cardiaques. © abhijith3747, Adobe Stock

    Il y a de quoi : la douleur dans sa jambe est en réalité un caillot de sang infecté, coincé dans son artère fémorale. Un traitement lui est immédiatement prescrit pour combattre l’infection, mais entre temps son cœur a été irrémédiablement endommagé. Il doit subir en urgence une opération à cœur ouvert de sept heures pour remplacer sa valve aortique et sa valve atrio-ventriculaire gauche.

    « Les médecins m’ont dit que si je n’étais pas allé chez le généraliste, j’aurais pu mourir en trois jours », frissonne-il encore.

    Pensez d’abord à consulter votre dentiste !

    L’endocardite infectieuse est heureusement relativement rare : d’ordinaire, les bactéries et champignons n’adhèrent pas facilement à l’endocarde et le flux sanguin constant évite la formation de colonies sur l’enveloppe cardiaque. En l’absence d’une anomalie prédisposante, il faut donc une quantité massive de micro-organismes pour provoquer une infection.

    Adam Martin reconnaît lui-même sa négligence :

    « Si j’étais allé chez le dentiste en premier lieu, rien de tout cela ne serait arrivé ».

    Une bonne occasion de rappeler qu’une gencive qui saigne ou qu’un abcès dentaire doit être examiné, insiste l’assistante du médecin qui l’a suivi.

    « Il est également important de noter la date des premiers symptômes. Si l’infection d’Adam avait été détectée plus tôt, elle aurait pu être traitée avec des antibiotiques normaux ».

    Ces symptômes ressemblent à ceux de la grippe, avec sueurs nocturnes, grande fatigue, pâleur, sensation de malaise et parfois un souffle au cœur.

    Le pompier s’est heureusement vite remis de son opération.

    Mais c’est certain, « je ne mangerai plus jamais de pop-corn », assure-t-il.

    https://www.futura-sciences.com/

Il est scientifiquement prouvé que les pattes de chien sentent le popcorn !


Je n’ai pas de chien, donc, je n’ai pas vérifié ! Mais, je n’irais pas non plus mettre mon nez sous des pattes de chien pour vérifier si effectivement, il sent le pop-corn
Nuage

 

Il est scientifiquement prouvé que les pattes de chien sentent le popcorn !

 

Par Caroline BouvyCrédits photo : Flickr – Cloudtail

Dans un monde où les chiens sont abandonnés et parfois même mangés, il n’est pas mauvais pour le moral de s’intéresser parfois à des faits plus légers.

Aussi légère qu’un maïs soufflé, découvrez l’étude qui prouve que les pattes de chien ont une odeur de pop-corn !

Si vous êtes adepte des gros câlins avec votre animal, vous avez peut-être déjà remarqué que ses coussinets ont une odeur bien particulière, notamment après un moment de repos. Grands mangeurs de popcorn, les Américains ont fait le rapprochement entre cette gourmandise et nos bêtes à poils !

Une envie de croquer la patte de votre chien ?

Si cette agréable odeur vous donne envie de lui faire un petit bisou sucré, vous allez vite déchanter en connaissant les raisons de cette effluve. 

En effet, d’après Dr Robert J. Silver, vétérinaire au Colorado, les chiens hébergent plusieurs milliards de bactéries sur leur corps.  Mais au contact de l’humidité (lèche, herbe, sol…), les touffes de pelage entre les coussinets deviennent de vrais nids à bactéries et celles-ci se développent bien plus rapidement dans un milieu qui n’est pas sec. Etrangement, cet élevage de saleté diffuse un parfum gourmand…

L’explication donnée par l’étude est que la bactérie Proteus ou la bactérie Pseudomonas serait à l’origine de cette odeur similaire à celle du maïs soufflé.

Il n’y a pourtant aucun remède, au contraire. Les bactéries sont présentes même avec une hygiène irréprochable et sont, pour la plupart, nécessaires. 

En revanche, soyez vigilants. Si l’odeur devient trop forte, cela peut être est synonyme d’infection. 

http://wamiz.com/

Les bienfaits du maïs soufflé pour la santé


Le maïs soufflé est très bon pour la santé a la condition bien sur qu’on évite le gras et le sel donc surtout pas le pop corn vendu au théâtre.  Personnellement, je le préfère nature ou bien avec des épices mélangés tel qui cumin, paprika, curcuma, cari etc …
Nuage

 

Les bienfaits du maïs soufflé pour la santé

 

© Shutterstock

Des chercheurs américains ont démontré que le maïs soufflé déborde de bienfaits pour la santé, notamment d’antioxydants et de fibres.

Selon des scientifiques de l’Université de Scranton, en Pennsylvanie, le maïs soufflé serait «la collation parfaite» en terme nutritionnel.

«C’est le seul aliment qui renferme 100 % de grains entiers non transformés», a expliqué l’auteur principal de l’étude, Joe Vinson.

 Tous les autres grains seraient en partie transformés et mélangés à d’autres ingrédients.

«Une portion de maïs soufflé fournit plus de 70% de l’apport quotidien en grains entiers. Or, la plupart des gens ne consomment que la moitié de la quantité recommandée par jour», a-t-il ajouté.

De plus, le maïs soufflé serait très riche en antioxydants, notamment en polyphénols. Une portion en renferme environ 300 mg, comparativement à 160 mg pour les fruits.

Toutefois, tous les maïs soufflés ne sont pas égaux.

« Le maïs soufflé à l’air est bien meilleur pour la santé que celui préparé au four à micro-ondes qui contient deux fois plus de calories. Le maïs que l’on prépare soi-même dans de l’huile, en contient également deux fois plus que le maïs soufflé à l’air chaud », a détaillé Joe Vinson. Et bien sûr, lorsqu’on rajoute du beurre et du sel, le maïs soufflé peut devenir un véritable cauchemar nutritionnel débordant de gras et de calories.

Les résultats de ces travaux ont été présentés dans le cadre du National Meeting & Exposition de l’American Chemical Society.

http://sante.canoe.com

Archéologie – Du pop-corn préhistorique!


Le pop corn ne date pas d’hier, je m’imagine un peu la scène quand ils ont mit pour la première fois des grains qui ont éclaté sous la source de chaleur. Bref, le monde moderne n’a donc rien inventé sur ce sujet
Nuage

 

Archéologie – Du pop-corn préhistorique!

 

Les anciens Péruviens qui peuplaient le nord de la côte mangeaient du pop corn 1000 ans plus tôt que les scientifiques ne l’avaient estimé à ce jour.

La Pre Dolores Piperno du Washington’s Natural History Museum et ses collègues en viennent à cette conclusion après avoir découvert des épis de maïs sur les sites archéologiques de Paredones et Huaca Prieta. Selon les chercheurs, ces épis auraient servis à préparer de la farine et du maïs soufflé.

La Pre Piperno rappelle que le plus vieil épi de maïs découvert en Amérique du sud date de 4700 ans av. J.-C.

Le maïs a toutefois été domestiqué bien plus tôt au Mexique, il y a près de 9000 ans, à partir d’une herbe sauvage.

Les chercheurs estiment que le maïs est arrivé en Amérique du Sud quelques milliers d’années plus tard, où il a évolué en différentes variétés désormais courantes dans les régions andines.

Le saviez-vous?

C’est aux 16e et 17e siècles que les colons anglais ont commencé à cultiver le maïs, qui est ensuite devenu très populaire aux États-Unis, particulièrement à partir de la grande dépression.

Radio-Canada.ca avec BBC