Le Saviez-Vous ► Les piqueurs de sorcières


Au temps de la chasse aux sorcières, c’est surtout des femmes qui ont été accusées de sorcelleries. N’importe qui pouvaient accuser, que ce soit un simple d’esprit, un enfant ou tout autre personne. Quand un mari voulait se débarrasser d’une femme, quand une femme était trop indépendante, c’était facile de l’accuser d’être une sorcière. Sans compter que tous les maux comme la maladie, les épidémies, les morts d’enfants, la sécheresse pouvait être une preuve. Et il y avait la torture pour faire avouer de leur soi-disant crime.
Nuage

 

Les piqueurs de sorcières

 

 

RACONTÉ  PAR MARINE GASC

On le sait, la sorcellerie peut prendre différentes formes, mais le plus souvent la sorcière n’est qu’une femme.

 

Aux XVI et XVIIème siècles, à l’heure de la chasse aux sorcières, une femme qui rit parfois un peu fort, qui refuse le mariage ou qui a une sexualité qualifiée comme hors norme est une sorcière. Une épouse volage ou une maîtresse enceinte peut aussi être qualifiée de sorcière pour s’en débarrasser rapidement et surtout : durablement. Mais alors, comment ça se passe lorsqu’une femme est suspectée de sorcellerie ?

QU’EST-CE QU’UNE SORCIÈRE ?

Sans parler de sortilège, de baguette magique et de philtre d’amour, une sorcière est une femme qui ne répond généralement ni à un mari, ni à un prêtre, ni à la médecine traditionnelle. Elle profite de cette liberté illégitime pour causer du tort aux autres, faute d’avoir des enfants à élever et un mari à nourrir et combler, elles volent, elles « guérissent » et on soupçonne certaines de tuer et dévorer des enfants (les leurs ou non), lors du sabbat. Rare sont les femmes accusées de sorcellerie qui sont mariées, ou alors, ce sont les pires. Elles s’échappent la nuit, à l’insu des époux endormis, à l’aide d’un balais coincé entre les jambes (tu le vois le symbole phallique? Et le rejet des tâches domestiques qui leurs incombent ?) ! Pour quoi faire ? Peu importe, elles ne répondent pas aux normes, elles subsistent sans époux, c’est forcément la volonté du diable et il faut s’en débarrasser au plus vite. (je vous recommande ce livre)

LE SIMULACRE DE PROCÈS

La première femme en France à avoir été condamnée pour sorcellerie est Jeanne de Brigue, une parisienne avec des dons de voyance et de guérison, elle est brulée vive en aout 1391 sur Saint-Honoré.

Pour condamner une femme, il suffit d’affirmer être le témoin de divers dommages causés par la sorcière… Une mauvaise récolte, un enfant mort en bas âge, la maladie… Peu importe. S’il y a plusieurs témoins, c’est encore mieux et les enfants sont nombreux à participer aux procès. C’est d’autant plus facile de leur faire dire ce que les juges souhaitent entendre. Même les fous et les simples d’esprit peuvent témoigner. Ensuite, l’accusée est entendue, elle raconte sa version des faits. Mais difficile de convaincre un auditoire qui vous considère coupable et font tout pour recevoir des aveux…

TORTURE PSYCHOLOGIQUE ET ÉPREUVE DE L’EAU

Entre 1645 et 1647, un chasseur de sorcières mandaté par le Parlement Anglais, nommé Hopkins donne quelques recommandations pour pousser les sorcières à avouer : il les prive de sommeil. Longtemps. Impossible de retrouver une trace de sang ou de contrainte physique. Les femmes deviennent juste folles. Ensuite, il les plonge dans l’eau pour voir si elles coulent (elles sont alors innocentes) ou si elles flottent. Lorsque l’eau rejette les femmes, c’est qu’elles ont renoncé au baptême, ce sont donc d’affreuses sorcières… Par gain de temps et vengeance populaire, les habitants organisent d’eux même, sans avoir recours à la justice, l’épreuve de l’eau pour les accusées de sorcellerie. Après lui avoir attaché les pieds et les mains, paf, dans un baquet d’eau ou une rivière. Si elle coule, elle est innocente mais c’est trop tard, elle est morte. Si elle flotte, on la laisse dans l’eau jusqu’à ce qu’elle finisse par mourir. Les autorités finissent par interdire cette pratique qui échappe au contrôle de la justice…

Pour les accusées encore vivantes, il reste maintenant à trouver le recoin du corps dans lequel le diable s’est faufilé…

LES PIQUEURS DE SORCIÈRE

Un grain de beauté un peu foncé ? Une cicatrice ? Une mèche de cheveux blancs ? Une zone insensible sur le corps ? Il n’y a aucun doute, c’est le chemin qu’à emprunter le diable pour prendre possession du corps de la sorcière, le stigma diaboli ! Il est d’autant plus facile de trouver des zones du corps abîmées sur une vieille dame que sur une jouvencelle et ça tombe bien car il est plus facile de mettre sur le droit chemin du mariage une jeune fille qu’une vieille dame. Si un homme se bonifie avec le temps, les tempes grisonnantes lui vont à ravir, au contraire, une femme devient une vilaine sorcière. En 1460, une sorcière nommée Yolande est brûlée vive. Le piqueur de sorcière, lui ayant rasé la tête, découvre qu’une partie de son crane est dépigmenté, le diable s’y est faufilé !

LES DERNIERS TOURMENTS DES SORCIÈRES

Lorsque les piqueurs parviennent à trouver une marque, par la suite les juges ordonnent généralement la torture, ce qui réussit fréquemment à leur faire avouer n’importe quoi.

Et les juges mettent les moyens… Torture par le feu, classique. Estrapade, un peu plus complexe, le bourreau encorde les bras de la victime et les hissent jusqu’à ce que la malheureuse sorcière soit à plusieurs mètres du sol. Puis on lâche la corde jusqu’à ce que le corps retombe à quelques centimètres du sol, sans jamais toucher terre, et on remonte. Et on recommence. Au bout de plusieurs fois, les épaules se disloquent, provoquant des douleurs insupportables. Lorsque les juges sont zélés, il arrive qu’ils décident d’installer un bûcher au pied de la poulie… Face à ce comportement qualifié « d’excessif », le pouvoir public est intervenu plusieurs fois pour modérer la torture, l’idée ce n’est quand même pas de mourir avant le bûcher final ! Parce que c’est bien ce qu’on attend, la mort par le feu ! En réalité, de nombreuses sorcières étaient étranglées quelques secondes avant le bûcher… On n’est pas des monstres hein…

LE PRIX D’UN PROCÈS

Si les raisons pour incriminer les femmes sont nombreuses, il existe bien un seul moyen de calmer les bourreaux. Le pognon. Lorsqu’on accuse quelqu’un de sorcellerie, il faut payer. Cher. Et le reste de la ville doit aussi payer une contribution financière supplémentaire. Dès le début du procès, les biens de la sorcières sont confisqués pour couvrir les frais du procès mais rares sont les femmes indépendantes qui roulent sur l’or alors ce sont les habitants et le seigneur local qui déboursent… C’est ainsi que de nombreuses femmes ont pu être épargnées… Le mouvement de chasse aux sorcières ralentit vers la fin des années 1680, avec l’avancée des connaissances, les malades meurent moins, les enfants aussi et on  croit de moins en moins aux esprits démoniaques qui propagent le mal autour d’eux. Même l’Eglise prend du recul et le pouvoir central met en place l’obligation de faire appel lorsque la sentence est la peine de mort. Mais en ce qui concerne les procès clandestins, c’est autre chose. Les dernières victimes, accusées de sorcellerie, ont été brûlées au XIXème siècle en France. Notamment à Bournel en 1826 et à Vic en Bigorre en 1856

Aujourd’hui, on a trouvé d’autres sanctions pour punir les femmes…

http://www.racontemoilhistoire.com/

Comment interpréter les émojis lors d’un procès?


Qui aurait cru que des emoji pourraient servir de preuves lors d’un procès. Surtout, que ces symboles peuvent avoir plusieurs significations dépendant de l’auteur. Cela risque de compliquer les choses qu’on en tienne compte ou non.
Nuage

 

Comment interpréter les émojis lors d’un procès?

 

Une image montrant divers émojis, dont un coeur blanc, une personne en fauteuil roulant de profil et une boîte de jus rouge.

Le sens des émojis peut varier selon le contexte. Photo: Emojipedia

Que signifie réellement un émoji? C’est la question que de plus en plus de juges se posent, alors que ces petits symboles colorés font leur apparition dans les procès.

Le professeur de droit américain Eric Goldman suit l’évolution de l’utilisation des émojis dans le contexte de procès aux États-Unis depuis quelques années. Selon lui, le nombre de cas dans lesquels des émojis sont présentés à titre de preuves explose actuellement.

M. Goldman affirme que le premier procès à mentionner les émojis (le terme utilisé était alors « émoticônes ») aux États-Unis a eu lieu en 2004. Depuis lors, au moins 171 autres litiges ont fait mention des émojis ou des émoticônes, dont 30 % en 2018. Un graphique présenté sur son blogue montre que l’utilisation des émojis en cour suit une croissance exponentielle.

Le professeur souligne toutefois que ses données ne sont pas exhaustives étant donné qu’il est difficile de répertorier automatiquement tous les cas. Les chiffres officiels sont donc probablement supérieurs.

Un sens ambigu

Les tribunaux ne sont toutefois pas toujours bien outillés pour interpréter ces symboles, dont le sens peut varier considérablement selon le contexte dans lequel ils sont utilisés.

Un tribunal israélien a notamment été confronté à ce problème en 2017, alors qu’un propriétaire immobilier poursuivait un couple qui l’avait approché pour louer son logement. Le couple avait envoyé un message disant que la maison l’intéressait et qu’il voulait négocier les détails.

Ce dernier était accompagné d’une série d’émojis : une danseuse, deux femmes déguisées en lapin, une main avec deux doigts levés, une comète, un écureuil et une bouteille de champagne. Les locataires potentiels ont toutefois cessé de répondre au propriétaire après ce message.

La poursuite a alors tenté de convaincre le juge que les émojis démontraient bel et bien l’intérêt et le sérieux du couple et que l’absence de réponse subséquente constituait une forme de rupture de contrat. Le juge a retenu l’argument, indiquant dans son jugement que les « icônes transmettaient un grand optimisme » et le couple a été condamné à payer 2900 $ en dommages au propriétaire de l’immeuble.

Les émojis sont souvent ignorés

De tels cas sont toutefois très rares, selon Eric Goldman. Ce spécialiste explique que dans la majorité des cas, les juges préfèrent ignorer les émojis, comme si ceux-ci ne faisaient pas partie du message. Cela constitue un problème, selon M. Goldman.

« On lirait une phrase de façon très différente si elle était suivie d’un émoji de clin d’œil que sans ce symbole », a-t-il expliqué à The Verge.

Le fait que de nombreux symboles diffèrent d’un appareil à un autre risque aussi de causer de nombreux maux de tête aux juges au cours des prochaines années, explique-t-il.

Avec les informations de The Verge

https://ici.radio-canada.ca/

La victoire juridique contre Monsanto pourrait créer un précédent


Monsanto risque de faire de gros cauchemars avec les futurs poursuites judiciaires avec ce procès perdu contre un jardinier qui ne reste plus longtemps à vivre à cause d’un cancer de la peau. Bien que la compagnie veut aller en appel, on peut enfin voir une justice contre leurs produits qui nuisent à l’environnement, mais aussi a l’humain.
Nuage

 

 

La victoire juridique contre Monsanto pourrait créer un précédent

 

Dewayne Johnson, le plaignant dans le procès qui... (Photo Josh Edelson, Associated Press)

Dewayne Johnson, le plaignant dans le procès qui obligera Monsanto à lui verser 289 millions de dollars.

PHOTO JOSH EDELSON, ASSOCIATED PRESS

PAUL ELIAS
Associated Press
San Francisco

 

La victoire juridique d’un jardinier face au géant de l’agrochimie Monsanto pourrait faire prendre du galon à des milliers de causes pendantes, se réjouissent ses avocats.

Dewayne Johnson, à qui un jury a consenti une compensation financière de 289 millions de dollars US, vendredi, avance que l’herbicide Roundup a provoqué le cancer auquel il succombera sous peu.

La Cour supérieure de la Californie a statué que le Roundup avait effectivement contribué à la naissance du lymphome non hodgkinien chez le plaignant de 46 ans et que Monsanto aurait dû signaler la possible dangerosité de son produit sur son étiquette.

La cause de M. Johnson a été la première procédure intentée contre Monsanto par une personne atteinte d’un cancer à se rendre en procès. Le traitement de son dossier a été accéléré puisqu’il est mourant et son gain de cause pourrait créer un important précédent.

« Je suis heureux d’être ici pour pouvoir aider une cause beaucoup plus grande que moi », a-t-il déclaré en conférence de presse après l’annonce du verdict.

« Un jury unanime de San Francisco vient de dire à Monsanto: « Assez. Vous avez fait quelque chose de mal et maintenant vous devez payer »», a déclaré Brent Wisner, l’avocat principal de M. Johnson.

« Il y a 4000 autres actions intentées à travers les États-Unis et d’innombrables autres personnes qui souffrent d’un cancer parce que Monsanto ne leur a pas donné le choix … Nous avons maintenant un moyen d’avancer. »

Monsanto nie tout lien entre l’ingrédient actif du Roundup et le cancer, affirmant que des centaines d’études ont établi que le glyphosate est sans danger.

Un porte-parole de Monsanto a indiqué que la société porterait la cause en appel. Scott Partridge a souligné que deux agences gouvernementales ont déjà conclu que Roundup ne cause pas le cancer.

« Nous sympathisons avec M. Johnson et sa famille, a-t-il déclaré. Nous interjetterons appel de cette décision et continuerons à défendre vigoureusement ce produit, qui est utilisé depuis 40 ans en toute sécurité et qui continue d’être un outil vital, efficace et sûr pour les agriculteurs et autres. »

Dewayne Johnson utilisait le Roundup et un produit similaire, le Ranger Pro, pour lutter contre les ravageurs dans un district scolaire de la baie de San Francisco. Il en aspergeait de grandes quantités à partir d’un réservoir de 50 gallons attaché à un camion et le vent soufflait parfois le produit dans sa direction, enduisant son visage, a rapporté Me Wisner.

Une fois, lors d’un bris de tuyau, l’herbicide a recouvert tout son corps.

M. Johnson avait lu l’étiquette et même contacté l’entreprise après avoir développé une éruption cutanée, mais il n’a jamais été mis en garde contre le caractère potentiellement cancérigène du produit, a souligné son avocat. On lui a finalement diagnostiqué un lymphome non hodgkinien en 2014.

« C’est un fait: il va mourir. C’est juste une question de temps », a déclaré Me Wisner dans sa déclaration liminaire devant le jury.

Mais selon George Lombardi, un avocat de Monsanto, le lymphome non hodgkinien met des années à se développer et le cancer de M. Johnson aurait donc pris naissance bien avant qu’il ne travaille pour le district scolaire.

L’agence de protection de l’environnement des États-Unis affirme que l’ingrédient actif de Roundup est sans danger pour les personnes qui l’utilisent conformément au mode d’emploi figurant sur l’étiquette.

Or, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé, le catégorise depuis 2015 comme un « cancérigène probable » pour les humains. L’État de la Californie a pour sa part ajouté de glyphosate à sa liste de produits chimiques causant le cancer.

Les avocats de M. Johnson ont demandé et obtenu 39 millions US en dommages-intérêts compensatoires, en plus de 250 millions US sur les 373 millions US demandés en dommages-intérêts punitifs.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► 8 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les sorcières


Il aurait eu 110.000 sorciers, sorcières (surtout des femmes) qui ont été exécutés juste en Europe. On accusait de sorcellerie d’après des stéréotype, de vengeance, et autres. Au fil du temps, les femmes étaient considérées comme des sorcières celles qui contestaient le système patriarcal. Aujourd’hui, être une sorcière est une mode qui n’about pas au bûcher ou à la torture comme au Moyen-Âge
Nuage

 

8 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les sorcières

Supplice de Anneken Hendriks, brûlée à Amsterdam en 1571 (Cl Roger-Viollet/CC)

On a voulu vous parler de ces femmes et de ces hommes qui ont été persécutés.

Par Emilie Brouze, Alice Marunani et Renée Greusard

 Il y en aurait eu 110.000 en Europe (voir plus bas) et ils furent persécutés. On avait envie de vous parler d’eux et plutôt d’elles, car c’est surtout une histoire de femmes et de la haine qu’elles ont inspirée.

1 On disait qu’elles embrassaient le cul du diable

Que reprochait-on aux prétendues sorcières ?

« Beaucoup de choses », répond Michel Porret, professeur d’histoire à l’université de Genève et auteur de « l’Ombre du diable » (éd. Georg, 2010).

L’argument du sabbat est abondamment cité. Un argument théorique, car « jamais les femmes n’ont été arrêtées en flagrant délit. »

Maxime Gelly – Perbellini, historien spécialiste de la représentation des sorcières au Moyen Age, détaille :

« Il y a cette idée que des hommes et des femmes se réunissent la nuit sous l’ordre du diable et du démon afin de l’adorer et de commettre des crimes abominables. On dit qu’elles concoctent des recettes ignobles à base de graisse d’enfants, de cadavres ou qu’elles embrassaient le diable sur son derrière. »

Satan serait adoré dans ces assemblées nocturnes : le sabbat est l’église du mal, l’école de la débauche. La sorcière s’y rendrait de nuit, par voie aérienne, chevauchant parfois un balai, un animal noir voire le diable.

Lors des procès, on impute aux « sorcières » tous les malheurs biologiques : empoisonnements, stérilité, bétail tué, etc.

2 Des mecs aussi ont été accusés

« La sorcellerie n’était pas spécifique au sexe mais elle était liée au sexe », écrit Alison Rowlands, spécialiste de la chasse aux sorcières – qui culminera entre 1560-1570 et 1620-1630.

Durant la première période de cette chasse, à partir de 1420, les sorcières étaient surtout… des sorciers, explique Maxime Gelly – Perbellini.

« Les procès étaient peu nombreux et touchaient tous les milieux. »

La bascule du genre se fait en 1550. Là, le nombre de procès augmente significativement, les accusations de sorcellerie se démocratisent et surtout, se féminisent.

L’accusation devient une arme sexiste contre les femmes qui « remettaient en cause la vision patriarcale de la femme idéale », écrit Alison Rowlands.

« Avec un taux plausible de 48% des condamnations à mort sur 110.000 procès recensés en Europe (hors lynchages), les juges laïques font exécuter environ 60.000 à 70.000 sorcières et sorciers – 7 à 8 femmes sur 10 condamnés (Levack, 2001) », lit-on dans « Présumées coupables » (éd. Iconoclaste, 2017).

Maxime Gelly – Perbellini ajoute :

« La question de la sorcière embrasse celle des stéréotypes que l’on véhicule sur les femmes et plus globalement sur les personnes à la marge. Ces stéréotypes peuvent se rapprocher de ce qu’on dit sur les juifs ou les errants, par exemple. »

3 C’était vraiment hardcore

Contrairement à un voleur ou à un assassin, la sorcière n’a pas d’autre issue que la mort. La plupart des femmes accusées avouent sous la torture.

« Les procès de sorcellerie suivent la procédure inquisitoire validée par le quatrième concile du Latran (1215), qui abolit aussi l’ordalie : écriture, instruction secrète, recherche médico-légale de la marque satanique, torture pour l’aveu, exécution publique », lit-on dans « Présumées coupables ».

La seule preuve qu’on essaie de trouver dans les procès en sorcellerie est la griffe de Satan. Une marque invisible, dont on dit qu’elle a fait mourir l’endroit où la sorcière a été marquée.

« La marque a la particularité de ne pas être naturelle », explique Michel Porret.

On lit ainsi dans les interrogatoires la référence au sperme glacé de Satan, preuve de non-naturalité.

Une fois que le juge est convaincu de la culpabilité de la sorcière, celle-ci est dénudée et « rasée de tout poil ». Le corps de l’accusée subit ensuite une inspection avec une aiguille chirurgicale, à la recherche du point d’insensibilité. Très souvent on la trouve sous la forme d’un abcès, pustule, tache de vin, tumeur ou verrue.

Une fois les sorcières condamnées, la plupart sont brûlées, comme une neutralisation symbolique.

« Brûlée vive ou étranglée au préalable », précise Michel Porret.

4 Mais parfois, ça ne se finit pas si mal

De temps en temps, les femmes accusées de sorcellerie obtiennent une lettre de rémission. Maxime Gelly – Perbellini évoque, par exemple, le cas de l’empoisonneuse de La Rochelle en 1382.

Jehanne Gaigne, âgée de 18 ans, est l’épouse de Guillaume Cusse, charpentier et bourgeois de La Rochelle.

« Sous l’influence d’une autre femme réputée sorcière, appelée Arzene, elle aurait utilisé des envoûtements, des philtres et enfin du poison, du sulfure d’arsenic mêlé de verre pillé, sur son époux, sans pour autant réussir à le faire mourir.

Elle est accusée par le prévôt de La Rochelle pour sorcellerie et est condamnée à la prison, elle demande elle-même sa rémission au roi de France. »

Et l’historien de commenter :

« Derrière les images cocasses, cette lettre doit nous rappeler que le regard de l’historien ne doit pas s’arrêter à une vision stéréotypée d’un phénomène. Toutes les ‘sorcières’ ne sont pas menées au bûcher et que, plus que d’autres, cette accusation est au cœur de discours politiques, juridiques, idéologiques en constante tension. Le prévôt condamne pour affirmer sa justice ; la condamnée tente de minimiser sa responsabilité en se faisant elle-même victime du diable ; le roi, engagé à la fin du Moyen Age dans la structuration de l’ordre judiciaire, se montre timide à confirmer une condamnation qui ne repose sur aucun fondement criminel (pas de meurtre, pas de sang versé) et préfère laver Jehanne de ses accusations. »

5 Des figures féministes

« Après l’émergence des sciences humaines, post-soixante huitarde, on assiste à toute une reconstruction de la figure de la sorcière. On en fait une femme révoltée », confirme Michel Porret.

La figure autrefois maudite et crainte devient un symbole d’un rapport de domination et le symbole subversif de la révolte féminine.

En Italie, des féministes scandent :

« Tremblez, tremblez, les sorcières sont de retour » [‘Tremate, tremate, le streghe son tornate’]. »

La revue littéraire « Sorcières », fondée par Xavière Gauthier et à laquelle contribua Marguerite Duras ou Nancy Huston, est l’emblème de cette reconstruction.

La revue féministe, publiée de 1975 à 1981, est née dans le but de donner la parole aux femmes pour qu’elles puissent exprimer leur créativité et ainsi accompagner voire susciter l’émergence d’un mouvement de femmes créatrices. Une femme juchée sur un balai orne la couverture du premier numéro.

Pourquoi « sorcières » ? Dans un éditorial, Xavière Gauthier écrit :

« Parce qu’elles dansent. Elles dansent à la pleine lune. Femmes lunaires, lunatiques, atteintes – disent-ils – de folie périodique. Gonflées de révolte fulgurante, de colère bouillonnante, gonflées de désir, elles dansent sur la lande sauvage des danses sauvages.

Sauvages, comme l’homme blanc le dit des autres ethnies ; sauvages comme l’Etat et le syndicat le disent de certaines grèves, de certaines crèches. Elles dansent, sauvages et irrécupérables, comme le désir. »

6 La dernière sorcière d’Europe

Elle s’appelait Anna Göldi, elle était suisse et fut, en Europe, la dernière femme à être condamnée à mort pour sorcellerie. C’était en 1782. On lui a coupé la tête et puis on a enfoui son corps au pied de l’échafaud. 

Servante dans la famille d’un médecin, Anna a été accusée d’avoir empoisonné la fille de son patron à l’aide d’aiguilles magiques. Un article du « Monde » consacré à Anna Göldi raconte :

« Selon le récit fait plus tard au procès, des aiguilles sont à plusieurs reprises trouvées dans le bol de lait d’Annemiggeli, la seconde fille de la famille, âgée de 8 ans. Anna Göldi, qui fait office de gouvernante, est soupçonnée, puis finalement renvoyée. »

« Quelque temps après, la fillette tombe gravement malade, prise de violentes convulsions, d’une fièvre inexpliquée, d’accès de délire et de toux. La jeune Annemiggeli se met à vomir, presque chaque jour, des aiguilles dans des glaires mêlées de sang. Une centaine en tout. Certaines crises la laissent sourde et muette. »

Sous la torture, la servante finit par avouer ce crime. Pourquoi a-t-elle été accusée ? L’article du « Monde » dit, et cette résonance à l’actualité est troublante :

« Walter Hauser [un journaliste qui a enquêté sur l’affaire, NDLR] a retrouvé la trace – mais non le contenu – d’une plainte pour harcèlement sexuel déposée en décembre 1781 par Anna Göldi contre son employeur. Voilà qui aurait pu ruiner la réputation du bon docteur Tschudi qui, vraisemblablement, s’empressa d’allumer un contre-feu. »

7 La démonologie fut une science à la mode

La démonologie est l’étude des démons et des mauvais esprits. Il en existe dans toutes les religions, notamment dans la religion chrétienne. Le premier traité de démonologie imprimé est daté de la fin du XVe.

« Il va devenir un best-seller », raconte Michel Porret. « La matrice de toute une série d’autres traités de démonologie. »

Les démonologues sont un peu les théoriciens de la chasse aux sorcières.

8 Les sorcières sont de retour (pour combattre l’ordre établi)

La sorcellerie revient en force dans les milieux féministes et queer, comme le racontent Vice et Cheek Magazine. Quel meilleur symbole de liberté et de danger pour l’ordre établi ? La publication en 2012 du livre d’Anna Colin « Sorcières : pourchassées, assumées, puissantes, queer », signe l’arrivée de cette mode américaine en France.

Un cortège de « sorcières », des féministes anarchistes de l’université Paris-VII s’est ainsi formé dans la manifestation contre la réforme du travail le 12 septembre dernier sous le nom de Witch Bloc, avec des slogans comme « Macron au chaudron ».

Des soirées queer et sorcellerie se lancent de partout, comme les événements Bitchcraft. La dernière Queerweek, grand événement queer parisien, proposait un atelier de confection de sortilèges.

Le mouvement est aussi porté par la mode du développement personnel et des thérapies alternatives. Jack Parker par exemple, blogueuse féministe, a lancé sa newsletter Witch, please ! où elle explique comment pratiquer la sorcellerie au quotidien (par exemple, en accrochant une branche d’eucalyptus dans sa douche ou en tirant le tarot). 

https://tempsreel.nouvelobs.com

Trump a détourné 258.000 dollars de dons à sa fondation et acheté deux portraits de lui-même


Détournement d’argent de sa propre fondation, c’est vraiment bas pour un gars qui veut prendre le siège de Président des États-Unis. Les gens donnent des dons pour diverses causes les hôpitaux, les recherches médicales et autres alors que grosses sommes avaient servi à son égocentrisme et de payer des frais judiciaires dont il est responsable Et il accuse Mme Clinton pour ses courriels … Mais bon, faut dire que des politiciens honnête c’est plutôt rare
Nuage

 

Trump a détourné 258.000 dollars de dons à sa fondation et acheté deux portraits de lui-même

 

Donald Trump à Kenansville en Caroline du Nord, le 20 septembre 2016 | MANDEL NGAN / AFP

Donald Trump à Kenansville en Caroline du Nord, le 20 septembre 2016 | MANDEL NGAN / AFP

Une enquête du Washington Post révèle que Trump a utilisé 258.000 dollars de dons pour financer des procès et cadeaux personnels.

En 2007, Donald Trump s’est offert un portrait de lui-même mesurant 1,82 mètres de haut pour 20.000 dollars, et en 2012, un autre portrait de son visage pour 10.000 dollars, le tout financé non pas par la fortune personnelle du milliardaire, mais par des dons faits à la fondation Trump.

Les personnes qui faisaient ces dons pensaient que l’argent financerait diverses causes soutenues par Trump, comme les hôpitaux, la recherche médicale, des associations caritatives liées au sport ainsi que d’autres fondations, dont la fondation Clinton. Mais un reporter du Washington Post a trouvé que 258.000 dollars en dons avaient été utilisés pour financer des cadeaux et des procédures judiciaires.

L’un de ces procès, qui concerne un drapeau américain géant dans le jardin de la villa de Trump à Palm Beach en Floride, résume à merveille l’essence de l’esprit Trump, entre patriotisme grandiloquent et deals douteux.

En 2007, la ville de Palm Beach avait ordonné à Trump de payer 120.000 dollars en amendes parce que la hauteur du mât du drapeau américain sur sa propriété était en violation des limites municipales légales. La hauteur maximale autorisée par la ville est de treize mètres, mais le drapeau de l’actuel candidat républicain mesurait vingt-quatre mètres. Dans son procès fait à la ville, il soutenait que la hauteur du mât«n’exprimait pas adéquatement l’ampleur du patriotisme de Donald J. Trump».

Selon l’accord juridique entre les deux partis, Trump devait faire un don de 100.000 dollars à une association d’anciens soldats. Or pour financer ce don, Trump a utilisé l’argent des donateurs de sa fondation au lieu de son propre argent.

Ce genre de détournement est illégal car, aux États-Unis, un dirigeant d’organisation à but non lucratif n’a pas le droit d’utiliser les fonds de l’association pour ses dépenses personnelles. Avant ces dernières révélations du Washington Post, le procureur de l’État de New York avait déjà lancé une enquête sur les pratiques douteuses de la fondation, notamment le versement en 2013 de 25.000 dollars pour la campagne du procureur général de Floride, Pam Bondi, qui a ensuite suspendu son enquête concernant des accusations de fraude à la Trump University.

http://www.slate.fr/

Des scènes de crime virtuelles au tribunal


Cela peut être intéressant, voir très utile pour avoir une meilleur idée en temps que juré lors d’un procès.
Nuage

 

Des scènes de crime virtuelles au tribunal

 

Test d'un casque HTC Vive à la Staffordshire University. Jon Thorne Photography/Staffordshire University

Test d’un casque HTC Vive à la Staffordshire University. Jon Thorne Photography/Staffordshire University

L’université anglaise du Staffordshire travaille à des reconstitutions en 3D virtuelle utilisables lors de procès, à destination des jurés.

SCHÉMA. Dans les films, on voit ce genre de scènes de procès : un avocat distribue aux jurés des photos des lieux du crime, d’un détail sur une pièce à conviction trouvés sur le terrain ou sollicite un expert pour expliquer un schéma sur les circonstances du drame. La Staffordshire University compte bien mettre fin à ce genre de pratique artisanale pour, à la place, faire entrer dans les tribunaux les procédés de réalité virtuelle. L’idée ? Littéralement immerger les jurés dans une scène de crime modélisée en 3D, en vision à 360° et photo-réaliste. Le projet associe le centre d’archéologie et le département de forensique et de criminologie de l’université et la société Advanced Laser Imaging, spécialiste du scan laser de scènes de crime.

MILLIMÈTRE.

« L’établissement bénéficie également d’un partenariat sur la forensique avec la police du Staffordshire si bien que nous pourrons collaborer avec eux pour tester nos méthodes sur des scènes de crime correspondants à des affaires réelles », explique Caroline Sturdy Colls, enseignante chercheuse en archéologie forensique (l’archéologie au service des enquêtes criminelles) qui mènera ces travaux avec le chercheur italien Dante Abate, expert en imagerie laser.

Observer une scène de crime sous tous les angles en préservant son intégrité

Les développements vont convoquer tout un éventail de techniques : drone, scan laser, photogrammétrie et méthodes issues de l’archéologie comme du jeu vidéo, le tout pour un rendu en haute définition dont la précision se situerait en deçà du millimètre.

« En tant qu’archéologue  forensique de formation, je suis très intéressée par la manière dont ces techniques peuvent permettre de détecter et enregistrer des sites d’inhumation ou des lieux cachés, continue Caroline Sturdy Colls. Le projet ne compte pas modéliser des corps mais enregistrer les preuves in situ et les restituer dans un environnement 3D. »

Dans ce cadre, les visiocasques de type Oculus Rift ou HTC Vive, qui ne s’appliquent qu’à une seule personne à la fois, ne sont que l’un des dispositifs d’immersion possibles (voir ici une démonstration vidéo succincte par la BBC).

LOGISTIQUE. En tout cas, l’intérêt de ce genre de projet est multiple. D’abord, s’épargner la logistique du transport de tout un jury sur place. Ensuite, permettre d’observer une scène de crime sous tous les angles, au plus près des détails, tout en en préservant l’intégrité. Sans compter que la simulation peut être conservée indéfiniment, enregistrée quelque part sur un serveur avec possibilité pour la « revisiter » autant de fois que nécessaire, en première instance, en appel, en cas de réouverture d’une affaire déjà jugée.

Bien sûr, chaque reconstitution virtuelle devra être validée officiellement par les autorités judiciaires. En la matière, il y aura une procédure à définir, d’autant que les chercheurs veulent rapidement travailler avec diverses forces de police du pays, avant de vraiment démarrer les simulations en mars 2017.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Ce logiciel sait si vous mentez


Un logiciel dont ses sources proviennent de procès dont il n’y a pas eu d’erreur judiciaire. Ils ont enregistré tout ce que le corps fait lors d’un mensonge en plus des hésitations de la parole. Il reste encore d’autres options à ajouter. Peut-être que dans un avenir prochain, les criminels auront de plus en plus de difficultés à mentir pour essayer d’échapper à la justice
Nuage

 

Ce logiciel sait si vous mentez

Concours de faux procès de la Durham Nativity School au tribunal du comté en décembre 2015. Christine T. Nguyen/AP/SIPA

Concours de faux procès de la Durham Nativity School au tribunal du comté en décembre 2015. Christine T. Nguyen/AP/SIPA

Par Arnaud Devillard

Des chercheurs américains ont mis au point un logiciel capable de savoir si quelqu’un ment, simplement en l’observant. Le programme s’est entraîné sur des vidéos de vrais procès.

DOUTE. Imaginons que vous soyez soumis à un interrogatoire. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous avez tendance à regarder votre interlocuteur droit dans les yeux. Vous agitez aussi les deux mains en même temps. Et vous hochez pas mal la tête. Sans parler des grimaces qui, de temps en temps, défigurent votre visage. Sachez-le, si avec tout cela, vous n’êtes pas coupable de quelque chose, vous serez au moins suspect. Et pas besoin d’un détecteur de mensonge à l’ancienne branché sur votre pouls : il a suffi d’une caméra et d’un logiciel pour faire naître le doute.

Elocution, gestuelle et mouvements faciaux sont analysés

Quatre chercheurs de l’université du Michigan, aux Etats-Unis, ont en effet mis au point un prototype censé permettre, à terme, de déterminer si quelqu’un ment ou dit la vérité, simplement en scrutant son élocution, sa gestuelle et ses mouvements faciaux. Le programme relève de la technique du machine learning, à savoir qu’il apprend en analysant un jeu de données et améliore son efficacité au fur et à mesure qu’il analyse de nouvelles données.

MAUVAIS MENTEURS. En l’occurrence, ce logiciel a été entraîné avec 120 vidéos d’authentiques procès filmés dont on connaît le verdict (et qui ne sont pas des erreurs judiciaires !) et pour lesquels on sait qui a menti et qui a dit la vérité au cours de l’audience. L’intérêt du procédé ? Eviter d’avoir à recréer en laboratoire une fausse situation de procès où un interlocuteur ferait semblant de mentir.

Les chercheurs estiment que dans ce type de contexte, les « menteurs » jouent trop mal le mensonge car il manque la motivation inhérente au procès : sauver sa peau !

Les vidéos utilisées montrent à la fois des suspects et des témoins et, dans la moitié des cas choisis, les personnes mentaient. Les chercheurs ont intégralement retranscrit les audiences, en y incluant les hésitations et les onomatopées (les « euh » et « bah »), afin de déterminer comment s’exprime un menteur, quels sont ses tics. Idem pour les gestuelles, réparties en neuf catégories de mouvements de tête, d’yeux, de bouche, de mains et de sourcils, chacune correspondant à un niveau de mensonge.

Ce sont tous ces paramètres qui ont été intégrés au logiciel. Il en ressort que fixer son interlocuteur est un signe de mensonge probable (70 % des menteurs le faisaient, contre 60 % de ceux qui disaient la vérité). Agiter les mains également (40 % contre 25 %), comme se tordre les traits du visage (30 % contre 10 %) (voir le détail des critères ici).

IMAGERIE THERMIQUE. Les premiers résultats sont prometteurs puisque l’équipe assure avoir obtenu des taux d’efficacité du dispositif de 75 %. La recherche n’est cependant pas terminée puisqu’elle devrait prochainement intégrer d’autres paramètres comme le rythme cardiaque ou celui de la respiration, des données là aussi captées à distance, par imagerie thermique.

http://www.sciencesetavenir.fr/