Le Saviez-Vous ► Erwin, la ville qui a pendu un éléphant le 13 septembre 1916


J’avais déjà vu cette photo, mais je ne savais pas la triste histoire de cet éléphant. Elle a été malmenée par un dresseur d’un cirque aux États-Unis qui n’avait aucune patience avec les animaux. La mort de son dresseur en plein spectacle a fait à d’elle une meurtrière qu’il fallait tuer à tout prix. Le seul moyen était de prendre une grue d’un chemin de fer. En plus, il fallait payer pour assister au spectacle de sa pendaison.
Nuage


Erwin, la ville qui a pendu un éléphant le 13 septembre 1916


Par Cyril Guinet

C’est une petite bourgade du Tennessee, nichée dans la forêt nationale de Cherokee aux pieds de la montagne de Buffalo. Elle est tristement célèbre pour avoir, le 13 septembre 1916, exécuté Mary, l’éléphant vedette d’un cirque, dans des circonstances effroyables.

En cette fin d’été 1916, des affiches annonçant l’arrivée du Sparks Brother’s Circus ont fleuri un peu partout sur les murs de Saint-Paul, en Virginie (Etats-Unis). Ces publicités promettent un spectacle « divertissant, instructif et moral » : des hommes statues, des lions de mer dressés, mais surtout ce qui doit être l’attraction principale : une troupe d’éléphants.

Un homme, en arrêt devant l’image des pachydermes, semble fasciné. Walter Eldridge, un vagabond surnommé « Red » (Rouge) en raison de ses cheveux roux, cherche du travail et il vient d’avoir une idée. Quelques instants plus tard, il tente sa chance auprès de Charlie Sparks, le directeur du cirque. Coup de chance – ou de malchance comme nous le verrons plus tard – Sparks a justement besoin de quelqu’un pour s’occuper des éléphants.

Walter Eldridge apprend vite les ficelles du métier auprès des autres soigneurs. Ses collègues, cependant, remarquent que le nouveau venu manque de patience avec les animaux. S’il s’entête à terroriser les bêtes avec la baguette cinglante qu’il a toujours à la main, il finira par avoir des problèmes. Cela ne fait un pli.

Deux jours après son embauche seulement, le 12 septembre, un premier incident éclate alors que les éléphants, qui ont besoin de se rafraîchir, sont conduits jusqu’à une réserve d’eau où ils pourront s’asperger. Les événements tragiques de cette journée peuvent être reconstitués grâce à des témoignages enregistrés sur bandes audio et conservées aux Archives de l’East Tennessee State University. Eldridge conduit le leader du troupeau, une femelle d’une trentaine d’années baptisée Mary, le plus grand animal vivant sur Terre, selon la publicité du cirque Sparks. Soudain, celle-ci aperçoit un melon sur le bord du chemin. Elle s’arrête et allonge la trompe pour attraper le fruit, sans doute tombé d’un camion. Aussitôt, Eldridge tente de la faire repartir en lui tapant sur la tête avec sa trique. Mary lance un barrissement de douleur, saisit Eldridge avec sa trompe, le soulève dans les airs et le balance au loin.

Le dresseur se relève furieux et les autres soigneurs doivent s’interposer.

L’après-midi, un spectacle est donné. L’arrivée de la troupe des éléphants est saluée par un tonnerre d’applaudissements. Eldridge, qui rumine toujours sa rancœur, mène Mary durement. Les animaux font le tour de la piste, dansent d’un pied sur l’autre, s’alignent comme à la parade, avec toujours Mary en tête de file. Au moindre écart de cette dernière, Eldridge en profite pour lui donner un coup de trique rageur.

Tant et si bien que l’éléphante s’énerve et montre des signes d’agitation. Eldridge frappe de plus belle. Jusqu’au moment où Mary, une nouvelle fois, saisit son dresseur et pour le projeter dans la sciure de la piste. Cette fois, avant que les autres cornacs n’aient le temps d’esquisser le moindre geste, et avant même qu’Eldridge ne puisse se relever, l’éléphant fonce droit sur lui. Sous les yeux du public, Mary pose son énorme patte sur la tête de son dresseur et appuie de tout son poids. Eldridge meurt écrasé sous la pression de cinq tonnes de muscles.

Tandis que le personnel du cirque évacue les éléphants dans la panique, la foule hurle : « A mort l’éléphant tueur ! »

Dans le public, un forgeron dégaine son revolver et fait feu à cinq reprises sans blesser l’animal. Charlie Sparks, le directeur, alors que d’autres spectateurs braquent également leurs armes en direction de Mary.

« Sa peau est si épaisse que vous n’arriverez qu’à la blesser », prévient-il.

Les vengeurs, cependant, ne renoncent pas et réclament, à corps et à cris, la mort de l’animal. Le directeur du cirque, comme il l’expliquera plus tard, commence à craindre qu’on lui retire l’autorisation de produire des éléphants, ce qui compromettrait l’avenir de son cirque. Il comprend qu’il n’a pas d’autre solution que de livrer Mary et suggère qu’on la pende, comme un bandit de grand chemin. Cette dernière idée fait finalement l’unanimité.

Pendre un animal aussi imposant semble impossible, mais quelqu’un a une idée : Erwin, une ville voisine du Tennessee possède une grue qui sert à décharger les trains de charbon. L’engin, d’une centaine de tonnes, est capable de soulever Mary…

Une pendaison hors du commun

Le lendemain du drame, 13 septembre 1916, le cirque Sparks se met donc en route pour Erwin. Pour rentabiliser le voyage, une représentation – dont Mary est dispensée – a lieu en début d’après-midi.

A 16 heures, sous une pluie fine, Mary et quatre autres éléphants sont conduits du côté de la gare. Mary ne se laisserait mener nulle part seule. Arrivée sur les lieux de son supplice, les dresseurs attirent leurs pachydermes en leur donnant de la nourriture tandis qu’on entraîne Mary jusqu’au au pied de la grue. Tous les spectateurs ayant payé leur entrée au spectacle, ont été invités gracieusement à la pendaison de l’éléphant. 3000 personnes, dont une majorité d’enfants, sont venues assister à la mise à mort de « Mary la meurtrière », comme on la surnomme.

On entrave les pattes arrière de l’animal pour l’empêcher de s’enfuir. C’est un pompier de la ville, Sam Harvey, surnommé Harvey-N’a-qu’un-œil, qui a été désigné pour faire office de bourreau. Avec l’aide d’un dresseur, il passe une autre chaîne autour du cou de Mary dont l’autre extrémité est reliée à l’énorme crochet de la grue.

The Anarchist Coloring Book

Dans un silence de cathédrale, Harvey-N’a-qu’un-œil met le treuil en marche. La chaîne se tend puis l’éléphante est soulevée du sol… Quelques secondes plus tard, dans un sinistre bruit de craquement, la chaîne cède et Mary s’effondre sur le sol. Voyant l’éléphant tueur libre de ses chaînes, les spectateurs s’affolent et courent se mettre à l’abri. Mary, cependant, la hanche brisée, est incapable de faire le moindre mouvement. Sonnée, elle reste assise sur son postérieur. Un employé du cirque se précipite et grimpe sur son pour lui passer une chaîne plus solide autour du cou. Le treuil est remis en action et Mary est soulevée une nouvelle fois. L’animal se débat désespérément, étranglé, suffoquant, au bout de la chaîne sous les vivats de la foule.

Trente minutes plus tard, la grue redescend le corps qui s’affaisse sur le sol. Mary ne bouge plus. Elle est morte.

On a raconté que le corps de Mary avait été enterré à l’endroit où se trouve aujourd’hui le tribunal d’Erwin. C’est faux. Il aurait fallu pour cela la transporter de plus d’un kilomètre et demi du lieu de son exécution. Ce qui n’était pas envisageable. On s’est donc contenté de creuser, à l’aide d’une pelle mécanique, une fosse « grande comme une grange » selon un témoin de l’époque, tout à côté de la voie de chemin de fer, d’y faire rouler la dépouille de Mary avant de la recouvrir de terre. Aucune marque, aucune stèle, rien n’indique cependant l’endroit exact de la tombe de la condamnée à mort qui pesait cinq tonnes.

https://www.geo.fr/

Un détenu choisit de mourir sur la chaise électrique


Être pour ou contre la peine de mort, cela ne changera pas grand chose pour cet accusé qui a choisi la chaise électrique pour éviter le plus possible la douleur avant de passer à trépas
Nuage

 

Un détenu choisit de mourir sur la chaise électrique

 

© afp.

Un condamné à mort doit être exécuté sur la chaise électrique jeudi soir dans le Tennessee, après avoir choisi cette méthode d’exécution jugée « cruelle » par une majorité d’Américains et très rarement usitée.

Edmund Zagorski, 63 ans, avait été condamné à la peine capitale en 1984 dans cet Etat du sud, pour avoir tué et égorgé deux hommes qu’il avait attirés en promettant de leur vendre de la drogue.

Après 34 ans dans le couloir de la mort, il devait être exécuté en octobre par injection létale, mais à la dernière minute, il avait demandé de passer plutôt sur la chaise électrique.

En cas d’injection, « les 10 à 18 dernières minutes de sa vie seront une horreur absolue », alors que s’il est électrocuté, il ressentira « une douleur insoutenable, probablement pendant 15 à 30 secondes », écrivaient ses avocats dans leur requête.

La chaise n’a pas servi depuis 2007

Le gouverneur de l’Etat avait alors accepté de repousser l’exécution pour laisser aux services pénitenciers le temps de préparer la chaise électrique, qui n’a pas servi depuis 2007 dans le Tennessee.

« La chaise a été testée le 12 octobre et l’exécution va pouvoir avoir lieu selon le protocole« , a précisé jeudi une porte-parole des services pénitenciers du Tennessee, Neysa Taylor.

Edmund Zagorski a donc été transféré dans une cellule adjacente à la chambre d’exécution et a commandé son dernier repas: des pieds et de la queue de cochons, selon les services pénitenciers.

Il lui reste toutefois un espoir de survie: ses défenseurs ont saisi en urgence la Cour suprême des Etats-Unis pour lui demander de suspendre l’exécution.

Ils estiment que la chaise électrique, même si elle est plus souhaitable qu’une injection létale, cause une « souffrance extrême et des mutilations » et est donc contraire au 8e amendement de la Constitution qui interdit les peines « cruelles et inhabituelles ».

L’un des neuf Etats qui continuent à autoriser la chaise électrique

Le Tennessee, qui autorise les personnes condamnées à la peine capitale avant 1999 à choisir leur méthode d’exécution, est l’un des neuf Etats américains qui continuent d’autoriser le recours à la chaise électrique.

Mais dans les faits, elle n’a été utilisée que pour 14 exécutions sur près de 900 dans tout le pays depuis 2000, et n’a pas servi depuis 2013 au niveau national.

Le Tennessee y a eu recours une seul fois depuis 1960: en 2007 pour exécuter un père de famille qui avait tué ses quatre enfants.

Les injections létales sont la méthode d’exécution la plus fréquente aux Etats-Unis. Mais elles sont vivement contestées depuis que certaines ont mal tourné, en raison de défaillances de la drogue utilisée pour anesthésier les condamnés. D’autres exécutions avec la chaise électrique ont également été accusées d’infliger une torture au condamné.

Le « choix » d’Edmund Zagorski n’en est pas vraiment un, relève Robert Dunham.

 Pour lui, « c’est une conséquence directe de l’exigence macabre de la Cour suprême qui impose aux condamnés à mort de proposer une alternative avant d’évaluer si une méthode d’exécution est cruelle au regard de la Constitution. »

En optant pour la chaise électrique, Edmund Zagorski a en effet précisé ne pas être favorable pour autant à l’électrocution.

« Je ne veux pas être soumis à la torture de l’injection », a-t-il écrit aux autorités, mais « je considère que l’injection létale et l’électrocution violent toutes les deux mes droits ».

https://www.7sur7.be/

«Katie», la nouvelle et terrifiante «drogue zombie»


Comme s’il n’y en avait pas assez de drogue sur le marché noir. Pour faire un trip, plus long, les trafiquants ne se gênent pas pour faire des mélanges avec n’importe quoi. Katie est un mélange de marijuana, Spice, tabac, feuilles de bananier, produits chimiques contenus dans les insecticides en aérosol. Les médecins doivent essayer de prévoir quelle drogue sera à la mode pour mieux répondre aux overdoses.
Nuage

 

«Katie», la nouvelle et terrifiante «drogue zombie»

 

/

C’est ce qu’on appelle voir rouge. | Ben Mortimer via Flickr License by

Repéré par Aurélie Rodrigues

À Indianapolis, une nouvelle drogue fait des ravages: elle s’appelle «Katie», et elle est loin d’être friendly…

«Katie» n’est pas une drogue ordinaire. Sa composition est particulière: un mélange de plusieurs substances –marijuana, Spice, tabac et même des feuilles de bananier– et de produits chimiques contenus dans les insecticides en aérosol.

Un cocktail qui garantit «quarante-cinq minutes de trip qui vous laisse catatonique» comme l’indique Scott Lebherz, pompier à Indianapolis, dans une interview pour l’hebdomadaire local The Indianapolis Star.

USA Today explique qu’après avoir pris «Katie», certains toximanes se tordent de douleur sur le sol, les yeux écarquillés, luttant pour respirer… Ils transpirent et convulsent. D’autres tiennent à peine debout et peinent à se déplacer, à l’image des zombies des films et séries télé.

Mélanger des drogues avec des produits chimiques: une pratique commune chez les trafiquants

Les nouvelles drogues comme «Katie» représentent toujours un défi pour les médecins: soigner les drogués est bien plus difficile quand on ne sait pas quelles substances ont été ingérées. D’autant plus que les compositions des drogues changent continuellement… Pour le personnel médical, il est presque impossible de prédire le nouveau produit à la mode, et la meilleure manière de réagir en cas de problème.

«On essaie de rester à jour à propos des nouvelles tendances en matière de drogue pour mieux être préparés», précise tout de même Dan O’Donnell, le directeur médical de la caserne de pompier.

Au mois de janvier dernier, les services d’urgences à Indianapolis ont dû faire face à dix-sept cas d’overdoses provoquées par «Katie»… Sans toutefois déplorer de décès.

Suite à ces overdoses, le département de police d’Indianapolis a cherché à remonter la filière de «Katie». Leur investigation les ont conduits à plusieurs planques de drogues situées à l’est de la ville:

«Ce n’est pas inhabituel de voir des drogues coupées avec des produits chimiques. Les dealers sont prêts à tout pour faire du profit», explique Daniel Rusyniak, directeur médical de l’Indiana Poison Center.

Pour Dan O’Donnell, l’argent n’est pas la seule ambition des trafiquants:

«Souvent, l’ajout d’une nouvelle substance vise à améliorer et prolonger le trip.»

Very bad trip

Au Tennessee, l’année dernière, un homme en plein trip est entré par effraction et a tenté de se trancher la gorge devant une famille assise à table. Après son arrestation, il a confié avoir fumé un mélange de méthamphétamine et de spray insecticide.

Les pyréthrinoïdes –les composés actifs dans les insecticides– provoquent une détresse respiratoire et des convulsions. Dans certains cas, ils peuvent entraîner un coma.

«C’est pour ça que nous les utilisons sur les insectes. Ils sont hyperstimulés et meurent suite à ces spasmes», déplore Daniel Rusyniak.

Les consommateurs sont souvent conscients des dangers et des risques associés à la prise de produits chimiques. Malgré tout, ces drogues répondent à un besoin de trip immédiat: l’addiction passe souvent avant la raison.

http://www.slate.fr/

Ils regardent leur chien jouer avec leur fils, puis il fait un mouvement qui les terrifie


Cela se passe en 2016 quelque part dans le Tennessee aux États-Unis. Les parents installés sur la balançoire en observant leur fils de 18 mois jouer avec son inséparable ami Shiloh, leur chien. Puis tout à coup, Shiloh se jette sur le bambin pour le jeter parterre. Les parents accourent l’enfant n’est pas blessé, mais le chien a plutôt protéger leur fils d’un serpent très dangereux. Malheureusement, le chien courageux a été mordu. Ils ont vite été chez le vétérinaire qui a pu soigner et Shiloh s’en est remis. Il va très bien maintenant
Nuage

 

Ils regardent leur chien jouer avec leur fils, puis il fait un mouvement qui les terrifie

 

États-Unis: un garçon harcelé à l’école devient le meilleur ami des célébrités


Ça prend des malheureusement des situations de ce genre sur le Web pour réveiller les gens du problème d’intimidation à l’école. Ce jeune garçon dans son état désespéré a recu un grand soutient par des gens connus dans le cinéma, le sport etc .. Cela l’aidera probablement à garder la tête haute. Quand ces enfants pourront ne plus avoir peur de leur apparence, de leur différence ?
Nuage

 

États-Unis: un garçon harcelé à l’école devient le meilleur ami des célébrités

 

Keaton Jones... (Image tirée d'une vidéo)

Keaton Jones

ICYRIL JULIEN
Agence France-Presse
Washington

La vidéo d’un écolier américain en larmes après avoir été victime de harcèlement à l’école est devenue virale, suscitant sur les réseaux sociaux une vague de sympathie des célébrités du cinéma, du sport, ou du rap.

La mère de Keaton Jones a posté vendredi cette vidéo sur Facebook, expliquant que c’était à la demande de son fils. Ce dernier l’avait implorée de venir le chercher à son collège de Maynardville dans le Tennessee, car il avait peur d’être persécuté à la cantine.

«Ils se moquent de mon nez, ils disent que je suis moche, ils disent que je n’ai pas d’amis», explique Keaton dans cette vidéo, vue 22 millions de fois et partagée à plus de 430 000 reprises.

«Ils me versent du lait dessus et mettent du jambon sur mes habits, ils me jettent du pain (…) Je n’aime pas ce qu’ils me font et bien sûr je n’aime pas qu’ils le fassent à d’autres», ajoute-t-il en pleurant.

«Les gens qui sont différents n’ont pas besoin d’être critiqués pour ça, ce n’est pas leur faute, poursuit-il. Si on se moque de vous, ne vous laissez pas embêter par ça – restez forts, simplement».

Son témoignage, qu’il conclut par «ça ira mieux un jour», a rapidement entraîné une vague de solidarité de célébrités du spectacle, du sport et de la politique, rassemblées sur Twitter autour du mot-clic #AvecKeaton (#StandWithKeaton).

«Reste fort, Keaton», a écrit l’acteur américain Chris Evans, qui incarne le superhéros Captain America au cinéma. «Pendant que ces minables à ton école décident du genre de personnes qu’ils veulent devenir dans ce monde, ça te dirait de venir avec ta maman à la première des Avengers l’an prochain à Los Angeles ?».

 

«Je veux être ton amie (sérieux!) tu es super beau», a assuré l’actrice Millie Bobby Brown, qui interprète Eleven dans la série à succès Stranger Things, où le thème du harcèlement scolaire est abordé.

L’acteur Mark Hamill, qui joue Luke Skywalker dans la saga Star Wars, a dénoncé «des personnes pitoyables qui pensent que faire du mal aux autres les fera se sentir mieux, car en fait ils ne s’aiment pas eux-mêmes»

«Nouveau meilleur pote»

Le grand nom du rap américain Snoop Dogg a encouragé le collégien à lui parler directement en message privé, lui assurant sur Instagram: «mon p’tit gars, t’as un ami avec moi pour la vie (…) l’amour est la seule manière de combattre la haine».

Et le patron de l’UFC, Dana White, l’a invité au siège de l’organisation à Las Vegas.

Le célèbre chef Arthur Smith a rappelé avoir été lui-même «harcelé si méchamment enfant, chez moi et dans une cuisine».

Le collégien a aussi reçu le soutien de plusieurs joueurs de l’équipe de football de l’Université du Tennessee, située à Knoxville.

Le quart-arrière Jarret Guarantano a publié dimanche une photo en compagnie de son «nouveau meilleur pote», alors que l’équipe a promis de passer à son collège mardi pour «montrer notre soutien au petit gars».

Donald Trump Jr., le fils du président américain, a même proposé d’héberger le garçon et sa famille dans l’hôtel Trump de Las Vegas s’il acceptait l’offre de Dana White.

La chanteuse Katy Perry, les acteurs Tom Payne The Walking Dead ou Mark Ruffalo Hulk ou le chroniqueur de Fox News Sean Hannity ont également marqué leur solidarité.

Kimberly Jones a plus tard remercié tous ceux qui avaient répondu à son fils.

«Mes amis, submergée est l’euphémisme du jour. J’aime chacun d’entre vous pour ce que vous faites», a-t-elle écrit.

Malgré des campagnes de lutte contre le harcèlement scolaire, le phénomène reste un problème pour 48 % des élèves américains, selon une étude publiée en juin 2017 dans le magazine Pediatrics.

Melania Trump, mère du plus jeune des enfants du président américain – Barron, 11 ans -, avait demandé en octobre aux enfants de choisir «la gentillesse et la compassion». Depuis son entrée à la Maison-Blanche, Donald Trump a toutefois été régulièrement accusé de se servir de son statut présidentiel pour intimider des personnes, notamment en les attaquant nommément sur Twitter.

http://www.lapresse.ca

Un enfant de 2 ans tue une fillette par balle à Nashville


Encore un enfant qui a eu accès a une arme et tue accidentellement un autre enfant, tout cela parce qu’un adulte l’a laissé trainer. Quel impact que cela pourrait avoir sur un enfant de 2 ans dans l’avenir ? Cela prend quoi pour comprendre que s’armer pour sois-disant se protéger se retourne contre nous ou contre ceux qu’on aime ?
Nuage

 

Un enfant de 2 ans tue une fillette par balle à Nashville

 

Les autorités américaines ont annoncé jeudi l'inculpation d'un homme qui avait... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

ARCHIVES AFP

 

Agence France-Presse
Washington

Les autorités américaines ont annoncé jeudi l’inculpation d’un homme qui avait laissé traîner dans un appartement une arme de poing, dont s’est saisi un bambin de 2 ans qui a mortellement blessé sa cousine âgée de 7 ans.

Les faits, qui remontent au 6 juin, se sont produits à Nashville, dans l’État du Tennessee.

Anthony Sanders, un repris de justice de 27 ans, devait se voir signifier jeudi par un juge son chef d’inculpation – possession d’arme en dépit d’un passé criminel -, cette infraction lui faisant encourir dix ans de prison.

Les policiers qui l’ont arrêté mercredi lui reprochent d’avoir apporté son arme de poing dans l’appartement où s’est produit le drame. Au moins cinq enfants s’y trouvaient et, après avoir dormi sur place, Anthony Sanders est sorti en laissant traîner son arme.

Un garçonnet âgé de deux ans l’a prise et a fait feu, touchant en pleine tête sa cousine Harmony Warfield, 7 ans.

De tels accidents absurdes, qui illustrent le péril de la prolifération des armes à feu, ne sont pas rares en Amérique.

En 2014, un enfant de deux ans avait accidentellement tué sa mère dans un supermarché de l’Idaho, en agrippant le pistolet qu’elle transportait dans son sac.

Cette affaire avait choqué l’opinion publique américaine et suscité la consternation au-delà des frontières des États-Unis. Mais cela n’avait pas conduit à un durcissement des lois.

http://www.lapresse.ca

Une famille fait une stupéfiante découverte sous l’escalier de la maison…


Dans les vieilles demeures, cachent des moments de vie de ceux qui l’ont occupé parfois, des choses sont cachées Dans cette maison, c’est un vrai trésor digne de ce nom qui avaient été oubliés.
Nuage

 

Une famille fait une stupéfiante découverte sous l’escalier de la maison…

Evilenglish, un utilisateur de Reddit habitant dans le Tennessee, a fait une découverte dont la plupart d’entre nous ont toujours rêvé. En nettoyant la maison de ses grands-parents, à la campagne (où, ironiquement, de nombreux jours de son enfance ont été bercés par le livre « L’île au trésor »), il a déniché un coffre-fort enfoui dans le sol, sous un placard.

Le défi était alors de l’ouvrir. Evilenglish a essayé plusieurs combinaisons, allant des dates de naissance aux numéros de sécurité sociale, mais en vain. En fin de compte, il a décidé de faire appel à un serrurier.

Le placard. Ce n’est pas le premier endroit où l’on s’attendrait à trouver un « trésor ».

tresor cache 1

L’intérieur du meuble n’avait rien d’exceptionnel non plus. Mais le tapis qui s’y trouvait, très sale, a lui-même déclenché une véritable série d’événements.

tresor cache 2

Il recouvrait un étrange bouchon en forme de cercle.

tresor cache 3

Sous ce bouchon se trouvait l’ouverture d’un coffre-fort, dont l’existence semblait avoir été oubliée. La combinaison étant perdue à jamais, il fallait trouver un moyen d’ouvrir ce coffre.

tresor cache 4

Après de nombreuses tentatives infructueuses, Evilenglish a demandé l’aide de Tim, un serrurier. Dans un espace très étroit, Tim s’est mis à l’œuvre sans relâche.

tresor cache 5

Il est enfin parvenu à retirer la serrure et à ouvrir le coffre.

tresor cache 6

Une découverte extraordinaire.

tresor cache 7

Un tas d’objets ressemblant à des briques est apparu au premier regard ; il s’agissait en fait de boîtes.

tresor cache 8

Le coffre était rempli de paquets et de rouleaux de pièces de monnaie.

tresor cache 9

Evilenglish et Tim ont commencé à à sortir du coffre une quantité innombrable de pièces et de billets.

tresor cache 10

Il y en avait toujours plus !

tresor cache 11

Malgré son ouverture étroite, le coffre semblait avoir une grande contenance.

tresor cache 12

Malheureusement, une grande partie de cette somme d’argent avait été rongée par l’humidité, causée par un dégât des eaux quelques années auparavant.

tresor cache 13

Malgré leur emballage abîmé par l’humidité, les pièces de monnaie étaient intactes.

tresor cache 14

Il y avait des pièces en argent…

tresor cache 15

… mais aussi des plaques d’argent.

tresor cache 16

Sous les paquets de monnaie, ils ont trouvé une boîte à outils rouillée, remplie de montres et de bijoux.

tresor cache 17

En partageant son expérience sur Reddit, Evilenglish a reçu de nombreux conseils de la part des autres utilisateurs. Certains lui ont même donné une estimation sommaire de sa trouvaille, qui pourrait valoir plus d’un millier de dollars.

Comme si cela ne suffisait pas, Evilenglish et son frère ont trouvé par la suite un autre coffre, dissimulé dans une table basse. Le coffre contenait des pistolets, ainsi qu’une collection de billets d’un dollar à l’effigie de Joseph W.Barr, réputés rares dans la mesure où le Secrétaire d’Etat avait à l’époque occupé cette fonction pendant 29 jours seulement.

L’exploration de ce deuxième coffre est en cours ; Evilenglish promet aux lecteurs de Reddit qu’il publiera de nouvelles photos dès que les objets seront nettoyés. Nous avons hâte de les voir ! Après tout, c’est assez rare de voir d’aussi près la découverte d’un trésor.

http://bridoz.com