Une attaque informatique de portée mondiale suscite l’inquiétude


Un rançongiciel monstre attaque plusieurs pays dont des hôpitaux, qui mettent des patients en danger. Il semble que c’est la NASA qui aurait découvert cette cyberattque, mais n’aurait pas prévenu au moment voulu et cela aurait peut-être pu éviter qu’environs 100 pays soient affectés
Nuage

 

Une attaque informatique de portée mondiale suscite l’inquiétude

 

Les autorités américaines et britanniques ont mis en garde vendredi contre une vague de cyberattaques simultanées qui a touché des dizaines de pays dans le monde, à l’aide d’un logiciel de rançon, et conseillé de ne pas payer les pirates informatiques.

Ceux-ci ont apparemment exploité une faille dans les systèmes Windows, divulguée dans des documents piratés de l’agence de sécurité américaine NSA.

«Aujourd’hui nous avons assisté à une série de cyberattaques contre des milliers d’organisations et d’individus dans des dizaines de pays», a indiqué dans un communiqué l’agence britannique de cybersécurité (NCSC) qui recommande de mettre à jour ses logiciels de sécurité et ses antivirus.

«Nous avons reçu de multiples rapports d’infection par un logiciel de rançon», a écrit le ministère américain de la Sécurité intérieure dans un communiqué. «Particuliers et organisations sont encouragés à ne pas payer la rançon, car cela ne garantit pas que l’accès aux données sera restauré».

Cette vague d’attaques informatiques de «portée mondiale» suscite l’inquiétude des experts en sécurité. Le logiciel verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d’argent sous forme de bitcoins pour en recouvrer l’usage: on l’appelle le «rançongiciel».

«Nous avons relevé plus de 75 000 attaques dans 99 pays», a noté vers 20H00 GMT Jakub Kroustek, de la firme de sécurité informatique Avast, sur un blogue.

Forcepoint Security Labs, autre entreprise de sécurité informatique, évoque de son côté «une campagne majeure de diffusion de courriels infectés», avec quelque 5 millions de courriels envoyés chaque heure répandant le logiciel malveillant appelé WCry, WannaCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt ou Wana Decrypt0r.

Des organisations en Espagne, en Australie, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et au Mexique ont également été touchées selon des analystes. Aux États-Unis, le géant de livraison de colis FedEx a reconnu avoir lui aussi été infecté.

Le ministère russe de l’Intérieur a également annoncé avoir été touché par un virus informatique vendredi, même s’il n’a pas été précisé s’il s’agit bien de la même attaque.

Ces attaques informatiques ont notamment touché le service public de santé britannique (NHS), bloquant les ordinateurs de nombreux hôpitaux du pays.

«À ce stade, nous n’avons pas d’élément permettant de penser qu’il y a eu accès à des données de patients», a voulu rassurer la direction du service public de santé britannique.

L’attaque a toutefois sérieusement désorganisé des dizaines d’hôpitaux, contraints d’annuler certains actes médicaux et de renvoyer des ambulances vers d’autres établissements.

«Nous sommes conscients que ces attaques sur des services d’urgence ont un lourd impact sur les patients et leurs familles et nous mettons tout en oeuvre pour remettre en route ces services vitaux», a indiqué le NCSC.

Des images ont été partagées sur les réseaux sociaux avec des écrans d’ordinateurs du NHS demandant le paiement de 300 dollars en bitcoins avec la mention: «Oups, vos dossiers ont été cryptés».

Le paiement doit intervenir dans les trois jours, ou le prix double, et si l’argent n’est pas versé dans les sept jours les fichiers piratés seront effacés, précise le message.

Microsoft a publié un correctif de sécurité il y a quelques mois pour réparer cette faille, mais de nombreux systèmes n’ont pas encore été mis à jour.

Selon la société Kaspersky, le logiciel malveillant a été publié en avril par le groupe de pirates «Shadow Brokers», qui affirme avoir découvert la faille informatique par la NSA.

«Contrairement à des virus normaux, ce virus se répand directement d’ordinateur à ordinateur sur des serveurs locaux, plutôt que par courriel», a précisé Lance Cottrell, directeur scientifique du groupe technologique américain Ntrepid. «Ce logiciel de rançon peut se répandre sans que qui que ce soit ouvre un courriel ou clique sur un lien».

«Des logiciels de rançon sont particulièrement vicieux quand ils infectent des institutions comme des hôpitaux, où la vie de patients est mise en danger», a repris M. Kroustek, analyste d’Avast.

«Si la NSA avait discuté en privé de cette faille utilisée pour attaquer des hôpitaux quand ils l’ont « découverte », plutôt que quand elle leur a été volée, ça aurait pu être évité», a regretté sur Twitter Edward Snowden, l’ancien consultant de l’agence de sécurité américaine qui avait dévoilé l’ampleur de la surveillance de la NSA en 2013.

http://www.tvanouvelles.ca/

Les secrets des mains de la Préhistoire en Europe


Les mains peintes sur des parois des grottes intriguent encore les scientifiques. Certaines hypothèses sont émises, mais encore le doute existe. Il y aura en Europe 36 grottes qui ont été découvertes soit en France, en Espagne et l’Italie, du travail qui ne sera probablement jamais résolu
Nuage

 

Les secrets des mains de la Préhistoire en Europe

 

Selon l'archéologue espagnol Hipolito Collado, ces mains peintes... (HANDPAS PROJECT via AFP)

Selon l’archéologue espagnol Hipolito Collado, ces mains peintes ont été découvertes dans 36 grottes d’Europe réparties entre la France, l’Espagne et l’Italie. Certaines comprennent aussi des dessins d’animaux et des fossiles, mais le projet Handpas se concentre sur les mains, la connexion la plus humaine avec notre passé reculé.

HANDPAS PROJECT VIA AFP

 

MARIANNE BARRIAUX
Agence France-Presse
Caceres

Une grotte de l’ouest de l’Espagne, comme d’autres en Italie ou en France, abrite notre lien le plus intime avec la Préhistoire : des silhouettes de mains datant d’il y a plusieurs dizaines de milliers d’années.

Il fait noir et étonnamment chaud dans cette petite grotte sinueuse de Maltravieso, à Caceres en Estrémadure. L’archéologue espagnol Hipolito Collado et son équipe n’y étaient pas entrés depuis près d’un an, pour éviter d’endommager les 57 mains décolorées ornant les murs.

Pourquoi ces mains furent-elles peintes, dans cette grotte comme dans d’autres ? Était-ce un simple moyen de laisser une empreinte ou un rituel de communion avec les esprits ?

Que peuvent-elles révéler sur le rôle de la femme au Paléolithique, l’époque de l’usage de la pierre taillée, achevée il y a environ 10 000 ans ?

Pour aider à percer ces mystères qui passionnent les chercheurs du monde entier, M. Collado a entrepris de cataloguer toutes les empreintes de main préhistoriques d’Europe.

Prêts à descendre en rappel le long de parois escarpées ou à se glisser sous des rochers, lui et d’autres archéologues sont allés de grotte en grotte, scanner et photographier en haute résolution toutes les mains qu’ils pouvaient trouver.

« J’étais là »

Objectif : constituer une base de données en accès libre en ligne, dans le cadre du projet Handpas financé par l’Union européenne, pour que ces images détaillées en 3D puissent être examinées par n’importe quel chercheur, comme s’il avait lui-même exploré les grottes.

« Il s’agit de rendre accessible un art inaccessible », dit M. Collado.

Dans la grotte où l’on tient à peine debout par endroits, il contrôle des capteurs, pour vérifier si le niveau de CO2, de température ou d’humidité, ont changé depuis sa dernière visite.

Selon lui, ces mains peintes ont été découvertes dans 36 grottes d’Europe réparties entre la France, l’Espagne et l’Italie. Certaines comprennent aussi des dessins d’animaux et des fossiles, mais le projet Handpas se concentre sur les mains, la connexion la plus humaine avec notre passé reculé.

Des mains peintes ont aussi été découvertes en Amérique du sud, en Australie et encore en Indonésie, où de récentes recherches ont révélé qu’une silhouette cachée dans une grotte de l’île des Célèbes, datait d’il y a 40 000 ans, devenant la trace de main la plus vieille du monde.

Soit à peu près l’époque où les Homos Sapiens – premiers « hommes modernes » – arrivèrent en Europe après être apparus en Afrique et avoir vécu dans certaines parties de l’Asie.

Les théories et conjectures abondent sur la signification de ces mains et sur le fait que des doigts manquent parfois.

Était-ce un rituel ? Les peintres ont-ils perdu ces doigts à cause du gel par froid intense ? Ou – ce qui est le plus souvent avancé – pliaient-ils un doigt quand ils peignaient ?

Et si les chercheurs concluaient que toutes les mains, à un certain endroit, avaient été peintes par des femmes ?

« On penserait à une société matriarcale », répond un des collègues de M. Collado, Jose Ramon Bello Rodrigo.

Autre question en suspens : est-il possible que les Homo sapiens – ou les Néandertaliens avant eux – aient simplement vagabondé dans les grottes et laissé leurs marques en passant, comme pour dire « j’étais là » ?

Escalade dans l’obscurité

Paul Pettitt, professeur d’archéologie du Paléolithique à l’université anglaise de Durham, ne le pense pas.

Au fil de ses recherches, qui portent sur les endroits où ces mains peintes ont été trouvées, il a découvert que les doigts étaient parfois placés au-dessus d’une bosse dans la paroi, comme s’il s’agissait d’une prise.

De nombreuses mains apparaissent aussi dans les renfoncements les plus profonds.

« Cela devait être très effrayant, (et requérir) un important effort, beaucoup d’escalade dans l’obscurité », commente M. Pettitt. « Vous ne faites pas ça pour vous amuser ».

Pourquoi alors en faire autant pour peindre des mains – « négatives » quand elles sont dessinées selon le principe du pochoir avec des pigments tout autour, ou « positives » quand elles sont enduites directement de colorant ?

Le préhistorien français Jean Clottes, spécialiste de l’art pariétal, estime qu’il pourrait s’agir d’une forme de chamanisme.

« Le fait de mettre de la peinture – qu’on pourrait appeler peinture sacrée – contre la paroi, cela crée un lien entre la personne qui le fait et la paroi, et par conséquent avec les puissances qu’il peut y avoir dans cette paroi », dit-il.

M. Collado estime que certaines mains ont valeur de mise en garde :

« Dans la grotte de la Garma (Cantabrie, nord de l’Espagne), il y a un panneau avec des mains à côté d’un grand trou qui peut être mortel (si l’on y tombe). Elles voulaient certainement dire : « Stop » »

Le projet se heurte à un obstacle : l’équipe n’a pas reçu l’autorisation d’accéder aux grottes en France, 18 mois après avoir envoyé une première demande au ministère français de la Culture.

« Nous sommes en stand-by », dit M. Collado, impatient.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► 7 chefs barbares célèbres


Guerres, conflits, pouvoir, 7 personnages de l’Histoire qu’on qualifie de barbare sauf le dernier qui a réussi à garder la paix pendant 33 ans. Si eux étaient des barbares alors que pensée des dirigeants, des chefs de groupes qui pour le pouvoir son prêt à tout aujourd’hui. Il faut croire qu’en fin du compte, l’histoire se répète siècle après siècle. L’être humain ne retient rien de l’histoire du passé
Nuage

 

7 chefs barbares célèbres

Alors que l’Empire romain d’Occident se désintégrait, ces féroces chefs guerriers ont mis à l’épreuve leur courage dans de violents conflits avec les Romains et même entre eux.

ARMINIUS

Né dans une noble famille de la tribu germanique des Chérusques vers l’an 18 av. J.-C., Arminius (connu en Allemagne sous le nom de Hermann) a été évincé de sa maison par les Romains lorsqu’il était enfant et est entré au service de l’armée romaine. En l’an 9 de notre ère, lui et les forces armées de sa tribu chérusque ont embusqué et massacré trois légions romaines alors sous les ordres du gouverneurs de Germanie, Publius Quinctilius Varus. À la suite de cette défaite humiliante – après laquelle Varus est tombé sur sa propre épée – les Romains se sont retirés du Rhin, et n’ont pas tenté de nouvelles invasions. La postérité d’Arminus a toutefois été entachée après la 2ème guerre mondiale, car ses exploits ont été utilisés par les Nazis comme exemple de nationalisme allemand.

BOADICÉE (BOUDICA)

Comme d’autres femmes de clans celtiques, Boadicée a pu profiter d’une grande liberté contrairement à de nombreuses femmes de l’Antiquité et a même été entraînée au combat et aux maniement des armes avec les hommes de sa tribu. Lorsque son mari, le roi Prasutagos du peuple des Iceni (habitant le Norfolk dans l’Angleterre d’aujourd’hui) est décédé sans héritier mâle en l’an 60, les Romains ont saisi l’opportunité d’annexer son royaume à l’Empire, fouettant Boadicée publiquement et violant deux de ses filles. Alors que le gouverneur Gaius Suetonius Paulinus était absent de la région, la reine se rebella et mena ses troupes et celles d’autres tribus à la victoire contre la 9ème légion romaine. Si on en croit l’historien romain Tacite, les forces de Boadicée ont massacré plus de 70 000 Romains et pro-Romains. Au retour de Paulinus toutefois, les forces romaines gagnèrent une victoire décisive qui força, selon toute vraisemblance, Boadicée à se suicider par empoisonnement.

GENSÉRIC

Dès qu’il prit la tête du pouvoir chez les Vandales en 428, Genséric mena plus de 80 000 hommes de son peuple en Afrique du Nord, où il fonda un royaume qui allait contrôler la Mer Méditerranée pour au moins un siècle. Après l’assassinat de l’empereur Valentinien III, annulant un traité qui promettait en mariage la fille de l’empereur, Eudocia, au fils de Genséric, les Vandales marchèrent sur Rome en 455. Prenant conscience de l’insuffisance de leurs défenses, les Romains envoyèrent le pape Léon 1er plaider leur faveur auprès de Genséric. Grâce aux efforts diplomatiques du Pape, les Vandales acceptèrent de ne pas brûler la ville, ni de massacrer ses habitants en échange d’un droit d’entrée libre dans la ville. Genséric retourna quant à lui en Afrique du Nord, où il parvint à neutraliser deux attaques romaines (en 461 et 468) et poursuivit l’expansion de son royaume vers l’Égypte et l’Anatolie. Il est décédé en 478 de causes naturelles, jamais vaincu sur le champ de bataille.

ODOACRE

La plupart des historiens considèrent qu’Odoacre, le premier roi barbare d’Italie, était le fils d’un proche conseiller d’Attila le Hun. En 476, après avoir été un soldat dans l’armée romaine en Italie, Odoacre mena une rébellion contre Oreste, un général romain qui avait détrôné l’empereur de l’Empire romain d’Occident, Julius Nepos et son fils adolescent Romulus Augustule, se déclarant lui-même empereur. Les troupes d’Odoacre capturèrent et exécutèrent Oreste et envoyèrent le jeune Romulus Augustule, le dernier empereur de l’Empire romain d’Occident, en exil. Bien qu’il ait reconnu l’autorité de l’empereur romain d’Orient, il ne restitua pas d’empereur en Occident, se couronnant plutôt roi. Il semble avoir été un monarque tolérant, permettant la pratique du catholicisme, malgré sa propre foi arienne. Son règne se termina lorsque le chef des Ostrogoths, Théodoric, parvint à envahir l’Italie en 489, forçant éventuellement Odoacre à signer un accord de cogestion de la ville de Ravenne, avant d’être tué par Théodoric avec les membres de sa famille et ses partisans. 

CLOVIS

Clovis 1er a été le premier souverain de la dynastie des Mérovingiens, qui dirigea la Gaule et la Germanie entre 500 et 750 de notre ère. Il est considéré comme le fondateur de la France. Fils d’un roi païen de Germanie, dont la tribu est connue sous le nom des Francs Saliens, Clovis prit le trône en 481, alors qu’il n’avait que 15 ans. Après la défaite du dernier gouverneur romain de la Gaule à la baille de Soissons en 486, Clovis mit en place un royaume unifié de plusieurs populations liées aux Francs, habitant la rive ouest du Rhin jusqu’à l’océan atlantique. Clovis est reconnu comme un souverain s’étant converti au catholicisme et son royaume a mélangé les traditions romaines et germaniques. Son règne fut aussi marqué par une rivalité constante avec le jeune roi des Wisigoths, Alaric II, mais Clovis parvint à le vaincre en 507 près de Poitiers. Du siège central de son royaume à Paris, Clovis essaya d’agrandir les frontières le plus loin possible, mais vit ses efforts anéantis par le puissant roi des Ostrogoths, Théodoric. Il est mort vers 511 et ses descendants mérovingiens comme Charlemagne régnèrent sur la France pendant plus de 200 ans.

THÉODORIC

Enfant, Théodoric a été envoyé à Constantinople comme otage du l’Empire romain d’Occident, dans le but d’assurer la collaboration de son père, le chef ostrogoth Thiudimir, avec un traité de paix romano-gothique. Même s’il n’a jamais appris à lire ou écrire, il a adopté plusieurs aspects de la culture romaine. En 488, il parvint à envahir l’Italie, conquérant presque la totalité de la péninsule et de la Sicile en 493, après avoir manipulé et assassiné son rival, Odoacre. Il souhaita voir la paix régner en Italie et  parvint pendant près de 33 ans au pouvoir. Il publia de nombreux édits pour s’assurer d’une justice égale entre Romains et Goths et insista pour que les deux peuples vivent en harmonie. En ce sens, il s’éloigne de l’image stéréotypée du roi barbare, lui qui portait le pourpre des empereurs romains et cherchait à vivre leur idéal de vie dite civilisée. Après sa mort en 526, on se souvint de lui comme étant Théodoric le Grand, pour sa gestion pacifique de l’Italie après la chute de l’Empire romain d’Occident.

PAR EVELYNE FERRON

http://www.historiatv.com

Le Saviez-Vous ► Attila le Hun : Barbare célèbre


Autrefois, barbare n’avait pas tout à fait la même signification qu’aujourd’hui. C’était des gens différents, ayant d’autres coutumes et vivaient autrement et sans vraiment d’éducation. Mais, les mots évoluent et les définitions aussi. Attila fut un des pires barbares que la terre à portée.
Nuage

 

Attila le Hun : Barbare célèbre

Attila, imaginé par Eugène Delacroix

vers 1847

(Source)

D’où vient le mot barbare?

Le Galate mourant

IIIème siècle av. J.-C.(Source)

Si aujourd’hui le mot barbare a une connotation péjorative, ce n’était pas nécessairement le cas dans l’Antiquité, surtout pour les Grecs. En effet, le mot grec « barbaros » signifiait simplement quelqu’un qui n’était pas Grec, donc qui ne parlait pas leur langue, ne vénérait pas les mêmes dieux et n’avait pas les mêmes coutumes. En ce sens, tant les Égyptiens que les Perses et les Romains étaient considérés comme des barbares de leur point de vue.

Possible monnaie de Vercingétorix

48 av. J.-C.(Source)

Les Romains utilisèrent le terme comme une attaque, considérant comme barbare non seulement des gens qui n’étaient pas Romains ou du moins favorables à la culture romaine, mais aussi toute population qui n’était pas à leurs yeux civilisée. Pour être civilisés, les Romains considéraient que vous deviez avoir des centres urbains avec des services comme des marchés et bâtiments publics, que vous deviez tenir des formes d’élections et apprécier entre autres l’art, notamment la sculpture gréco-romaine. Parce qu’ils vivaient en clans, avec des chefs, ne se battaient pas de la même façon que les Grecs et les Romains, vivaient dans des villages, portaient la barbe longue et parfois des vêtements faits de peaux animales, des peuples comme les Gaulois, les Germains, les Thraces, les Goths ou les Huns furent considérés comme des barbares.

Attila, le « fléau de Dieu »:

Représentation de 1493

(Source)

Parmi les barbares les plus célèbres de l’Histoire, le roi des Huns, Attila, arrive souvent en tête de liste! Nous croyons qu’il est né vers l’an 395 et d’après un témoignage citant une possible source de l’époque de ce roi,  nous croyons qu’il était de type mongol, de petite taille et assez austère. Il a succédé à son oncle vers 434 et fut déjà à la tête d’un grand empire. De leur lieu d’origine près de la Volga, l’Empire des Huns en vint à couvrir un territoire qui partait de la mer Caspienne et allait jusqu’aux Alpes!

Un aperçu de la Volga

(Source)

Attila a marqué l’imaginaire en envahissant deux fois les territoires de l’Empire romain d’Orient, qui avait pour capitale Constantinople et qui fut atteinte par ses troupes en 443, sans qu’il ne parvienne à la conquérir toutefois. Un choc néanmoins pour l’empereur! Il parvint ensuite à s’emparer d’une partie des Balkans et même d’une partie de la Grèce! Ses tactiques militaires considérées comme violentes et ses traités de paix très onéreux lui ont rapidement valu une réputation de « fléau de Dieu ».

Il parvint ensuite en Gaule en 451 et atteignit même Paris, soumise dès lors à un siège, mais qui fut finalement épargnée. C’est en retournant en Champagne qu’Attila fut vaincu, lors d’une bataille appelée celle des champs Catalauniques. Il profita de cette défaite pour partir alors à la conquête de l’Italie du Nord en 452 où il se vengea en saccageant des villes comme Aquilée, Milan et même Padoue. Cette arrivée en Italie mit un nouvel ennemi sur son chemin, le Pape Léon 1er.

Léon 1er et Attila par Raphael

(Source)

C’est alors qu’il planifiait une nouvelle attaque contre l’Orient après son retour d’Italie qu’Attila mourut, vers l’an 453, de ce que l’on croit être une hémorragie.  Il serait mort lors du banquet donné pour ses noces.

La légende veut qu’il ait été enterré en secret, afin qu’on ne retrouve jamais sa sépulture, dont le lieu demeure toujours un mystère aujourd’hui. Même les esclaves ayant creusé la tombe auraient été… égorgés.

Evelyne Ferron, Spécialiste en histoire ancienne

http://www.historiatv.com

La dernière personne née au XIXe siècle est morte samedi


 

Il semblerait qu’il n’y a plus personne du soit né au XIXe siècle, la dernière, une Italienne est décédée samedi à l’âge de 117 ans et 137 jours. Sa vie s’est étalée sur 3 siècles. c’est quand même incroyable. Emma Morano n’a pas battu le record mondial de longévité détenu de Jeanne Calman, une française décédée à l’âge de 122 ans et 164 jours en 1997
Nuage

 

La dernière personne née au XIXe siècle est morte samedi

 

L’Italienne Emma Morano, doyenne présumée de l’humanité née en 1899, est décédée à l’âge de 117 ans.

Elle était née le 29 novembre 1899. L’Italienne Emma Morano, dernière survivante connue du XIXe siècle et doyenne présumée de l’humanité, est morte samedi à son domicile de Verbania, dans le nord de l’Italie, à l’âge donc de 117 ans et 137 jours, ont annoncé les médias italiens.

«Elle a eu une vie extraordinaire et nous nous souviendrons toujours de sa force pour aller de l’avant», a déclaré le maire de Verbania, cité par ces médias.

Emma Moreno était une ancienne ouvrière dans une fabrique de toile de jute, où elle a travaillé 47 ans. L’Italienne vivait seule dans la petite ville de Verbania, dans le Piémont. Une région qu’elle n’a pratiquement jamais quittée. À titre d’exemple, Emma Moreno, dont la vie court sur trois siècles, a connu onze papes, de Léon XIII à François, l’actuel souverain pontife, qui lui a accordé une bénédiction en 2016. Celle que les Italiens surnommaient «nonetta» (grand-mère, NDLR) n’a jamais voyagé à Rome mais se souvenait dans une interview au journal espagnol ABC «avoir vu la mer une fois».

Si elle a perdu un fils à l’âge de six mois, l’Italienne n’a jamais renoncé à «son optimisme», la clé de sa longévité, selon elle. Au-delà d’une joie de vivre à toute épreuve, elle s’attachait à manger «trois œufs par jour». Un régime alimentaire prescrit par un médecin quand elle avait… 20 ans. Elle souffrait alors d’anémie. Mais son alimentation n’explique qu’en partie une telle longévité. Selon elle, il y avait «sans nul doute» des facteurs génétiques: une de ses sœurs est morte à l’âge de 102 ans, et une autre à 100 ans.

Après la mort de son enfant, Emma Moreno a pris de la décision de quitter son mari, un geste inhabituel à l’époque, et de vivre seule jusqu’à la fin de sa vie.

«Mon mari me maltraitait. Après une énième humiliation, j’ai décidé de partir», confiait-elle à La Stampa.

Ce choix de vie lui aurait permis, selon elle, de gagner plusieurs années d’existence.

«Je ne voulais surtout pas être de nouveau sous l’emprise d’un homme».

En 2011, elle avait été faite chevalier de l’ordre du mérite de la République italienne par l’ancien président Giorgio Napolitano.

Le record mondial de longévité est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans et 164 jours.

Selon le Gerontology Research Group, on compte aujourd’hui 44 supercentenaires dans le monde. La France, elle, en compte trois. Le doyen de l’humanité est pour l’heure une Jamaïcaine, Violet Brown, âgée de 117 ans et 36 jours en ce samedi 15 avril 2017 à 19h30…

Emma Moreno, le jour de son 117e anniversaire.

http://www.lefigaro.fr

Le Saviez-Vous ► Les bébés pleurent plus dans certains pays


D’après une étude, sur 7 pays, c’est au Canada que les bébés pleurent le plus avec un 3 heures de larmes inexpliquées. Alors qu’au Danemark que les bébés pleurent moins. Comprendre les pleurs inexpliqués aidera sûrement les parents qui ne savent plus quoi faire
Nuage

 

Les bébés pleurent plus dans certains pays

 

Les bébés pleurent plus dans certains pays

L’étude est très sérieuse bien que le sujet puisse faire sourire : les chercheurs se sont posé une question que personne ne s’était probablement posée avant.

« Est-ce que les bébés italiens et allemands pleurent plus que les Britanniques ? »

Ils ont mené l’enquête et ont étudié les pleurs de plus de 8 700 bébés dans 7 pays différents. Ils ont ensuite analysé les résultats, parus dans la revue The Journal of Pediatrics.

Qui sont les bébés qui pleurent le plus ?

Les chercheurs ont découvert de véritables différences entre les pays, alors même qu’il aurait été assez naturel de penser que les bébés pleuraient tous à peu près de la même façon. Sur les sept pays étudiés, ce sont les bébés canadiens qui sont les plus gros pleureurs : 34 % ont des périodes de pleurs inexpliqués de plus de 3 heures par jour. Suivent les petits Britanniques (28%) et les petits Italiens (21%). Inversement, c’est au Danemark que les bébés ont ces crises le moins souvent avec seulement 5 % des enfants étudiés.

Si ça peut paraître normal qu’un bébé de trois mois, comme ceux étudiés par les chercheurs, pleure, en réalité à cet âge-là, la moyenne n’est que de 1 heure 10 de pleurs par jours alors qu’ils commencent, dans les deux premières semaines de leur vie, avec 2 heures de pleurs par jour. Pleurer 3 heures par jour à trois mois n’est donc pas normal, bien que les chercheurs ne sachent pas dire d’où vient le problème.

Quelques pistes à étudier pour les chercheurs en pédiatrie

La recherche menée par le Professeur Dieter Wolke a mis en évidence un problème jusqu’alors très peu traité dans la littérature scientifique. Les chercheurs lancent plusieurs hypothèses sur l’origine de ces périodes de pleurs inexpliqués et sur leur fréquence.

S’il est possible que ce soit lié aux parents et à la parentalité en général, et que donc les pleurs soient d’origine culturelle, il se pourrait également qu’ils soient liés à des habitudes alimentaires qui peuvent donner, ou non, des coliques plus fréquentes.

Si les pédiatres réussissaient à identifier les causes de ces pleurs et la raison de leur fréquence différente selon les pays, les futurs parents les remercieront sans aucun doute.

Paolo Garoscio

http://www.passeportsante.net

Le Saviez-Vous ► Ces superbes illustrations d’un livre ancien sont entièrement faites de plumes


Dans le domaine de bizarrerie, un jardinier au début des années 1600, un jardinier est l’auteur d’un livre fait à partir de plumes d’oiseau, il a aussi utilisé diverses parties du corps des oiseaux pour ses illustrations qui parait-il, intéresse les scientifiques point de vue biologique
Nuage

 

Ces superbes illustrations d’un livre ancien sont entièrement faites de plumes

 

En 1618, Dionisio Minagio qui était jardinier en chef de l’État de Milan a illustré un livre avec 113 images d’oiseaux de Lombardie comme sujet principal, sur 156 images en tout. Mais il n’a pas employé une technique commune : ces images ont été réalisées entièrement avec des plumes. Diverses parties d’oiseaux comme des becs, des pattes ou de la peau ont aussi été utilisées comme accents.

Ces éléments biologiques d’oiseaux, notamment la peau, pourraient être les plus anciens aussi bien préservés, et donner de précieuses informations aux scientifiques.

L’ouvrage s’appelle « Le livre des plumes », ou « le bestiaire baroque ».

Parmi les images qui ne parlent pas d’oiseaux, il y a des scènes amusantes de la vie quotidienne comme ce patient qui souffre sous les outils d’un dentiste de l’époque, ou un homme qui attend pensivement que son chien finisse de faire ses besoins.
Le livre présente également des scènes avec des chasseurs, musiciens et acteurs de la Commedia Dell’Arte.


http://www.laboiteverte.fr