Un archipel arctique sonne l’alarme face à l’«invasion» d’ours polaires


Il fallait s’y attendre ! Avec le réchauffement climatique et l’Arctique qui fond vite, les ours polaires ont faim. Par instinct, ils vont ou ils peuvent trouver de la nourriture. Certains ours polaires se sont donc tourné vers les zones habitées. Les moyens actuels n’ont pas réussit à faire fuir les bêtes.
Nuage

 

Un archipel arctique sonne l’alarme face à l’«invasion» d’ours polaires

 

Une femelle et ses deux oursons sur l'île... (Photo fournie par le Fonds international pour le bien-être animal via REUTERS)

Une femelle et ses deux oursons sur l’île Wrangel, dans l’océan Arctique

PHOTO FOURNIE PAR LE FONDS INTERNATIONAL POUR LE BIEN-ÊTRE ANIMAL VIA REUTERS
Moscou

Ils attaquent les gens dans la rue et font intrusion dans les immeubles d’habitation : un archipel arctique russe a décrété samedi l’état d’urgence face à l’« invasion » de dizaines d’ours polaires agressifs, des animaux affectés par le réchauffement climatique et la fonte des glaces.

L’archipel de Nouvelle-Zemble (nord-est de la Russie) dont la population est estimée à environ 3000 habitants – est confronté à ce phénomène depuis décembre, expliquent les autorités régionales dans un communiqué.

« Je suis sur la Nouvelle-Zemble depuis 1983, mais je n’ai jamais vu une invasion si massive des ours polaires », assure le chef de l’administration de l’archipel, Jigancha Moussine.

Une cinquantaine d’ours polaires rendent régulièrement visite à Belouchia Gouba, le plus grand village de l’archipel où est basée une garnison militaire russe, certains animaux faisant preuve d’un « comportement agressif », lui fait écho son adjoint, Alexandre Minaïev.

« Ils attaquent les gens et pénètrent dans des immeubles d’habitation et de service », précise-t-il. « Entre six et dix ours polaires se trouvent en permanence sur le territoire du village », selon M. Minaïev.

« Les gens sont effrayés, ils ont peur de sortir de la maison […], les parents ont peur de laisser leurs enfants aller à l’école », a-t-il souligné.

Les ours polaires sont victimes du réchauffement global, et la fonte des glaces dans l’Arctique les force à passer plus de temps à la recherche de nourriture.

Ils sont reconnus comme espèce en danger et la chasse des ours polaires est interdite en Russie.

Pour l’heure, les autorités cherchent à chasser les ours polaires des immeubles d’habitation à l’aide de véhicules de patrouille et de chiens.

« Mais ces mesures ne font pas l’effet recherché », constate le communiqué.

Si le recours aux signaux lumineux et sonores n’aide pas à régler le problème, « l’abattage des animaux pourrait être la seule mesure qui s’imposera pour assurer la sécurité » des habitants, avertit-il.

Pour le moment, l’agence fédérale russe chargée de la surveillance de l’environnement refuse d’autoriser l’abattage des « animaux les plus agressifs », précise le communiqué.

Mais elle a décidé d’envoyer sur l’archipel une commission pour faire une évaluation de la situation.

https://www.lapresse.ca/

États-Unis: six espèces pourraient être sacrifiées au profit de l’industrie du gaz et du pétrole


Avec la technologie actuelle, nous serions sûrement capables de nous passer du pétrole. Bien sûr que point de vue économie, cela fera un grand trou, cependant, les animaux eux ont besoin d’être protégé ainsi que leur habitat. Donald Trump a fait des choix de protéger l’industrie pétrolière, et celle des gaz.
Nuage

 

États-Unis: six espèces pourraient être sacrifiées au profit de l’industrie du gaz et du pétrole

 

Le loup gris sauvage  | Michael LaRosa via Unsplash CC License by

Le loup gris sauvage | Michael LaRosa via Unsplash CC License by

Repéré par Nina Pareja

Et par Donald Trump.

 

Repéré sur The Guardian

Depuis que Donald Trump est au pouvoir, les Républicains ont en tête de fragiliser l’Endangered Species Act (ESA), la loi fédérale pour la protection des espèces en danger, mise en place en 1973. De nouvelles propositions ont été soumises pour limiter la protection des «espèces menacées», grade situé juste en-dessous de «en danger». Elles visent à privilégier l’économie plutôt que la protection animale en diminuant les budgets aloués à la protection et en favorisant systématiquement l’industrie.

La chercheuse Robin Kundis Craig de l’Université de l’Utah, a expliqué au Guardian que «l’accent aurait dû être mis sur les habitats en danger depuis le début. À partir du moment où des espèces sont dites “en danger”, c’est le signe que quelque chose ne va pas dans le système.»

1.600 espèces sont ainsi classées comme «en danger» ou «menacées». Six sont particulièrement concernées par les nouvelles réformes.

L’ours polaire

Victor Bernard via Unsplash

Déjà victime du réchauffement climatique, le territoire des ours polaires est menacé par l’extraction de pétrole. En 2017, la sénatrice de l’Alaska Lisa Murkowski a glissé un amendement autorisant les forages dans le projet de loi fiscale voté par le Parti républicain.

Le tétras des armoises

Bob Wick, Bureau Of Land Management via wikimedia commons

Rob Bishop, élu républicain de l’Utah a introduit une proposition de loi pour tenter d’empêcher d’inscrire l’oiseau sur la liste de l’ESA pendant dix ans car les trois-quarts des parcelles de terrains publics à louer pour mener des activités industrielles de forage de pétrole et de gaz sont situés sur l’habitat naturel de l’oiseau. Parallèlement, des règles sont mises en place pour qu’au débat sur sa protection soient inclus les effets potentiels sur l’industrie.

Le loup gris

Seney Natural History Association via wikimedia commons

Depuis leur réintroduction en 1995 les loups se sont propagés dans le nord des États-Unis, de Washington au Michigan. Mais l’État du Wyoming a déjà réussi à le faire retirer de la liste des espèces menacées. De nouvelles discussions budgétaires pourraient aboutir au retrait de toutes les protections dont bénéficie cet animal. Il est déjà possible dans certains États de tirer à vue sur les loups et le nombre de loups à préservé n’est pas bien défini.

L’éperlan du delta

Peterson, B. Moose via Good Free Photos

En Californie, l’écosystème de l’éperlan est en danger à cause de l’utilisation d’eau des fermes et des digues. L’éperlan et les terrains humides dans lesquels il évolue ont presque disparu. Sa qualification d’espèce menacée, et non en danger, ne sera sûrement pas suffisante pour le protéger de l’extinction. Il risque de souffrir des nouvelles propositions de loi qui favoriseront l’utilisation de son milieu naturel pour alimenter le réseau d’eau des fermes et des villes.

Le saumon argenté

Bureau of Land Management via Flickr

Le réchauffement des eaux, la destruction de son habitat et l’irrigation des fermes sont responsables de la forte diminution du nombre de saumons argentés. La nouvelle propositions de loi du Républicain Ken Calvert ne laisse aucune chance à une réparation puisqu’elle permettra de réduire drastiquement le budget alloué à la protection des saumons, accentuant la priorisation de production d’énergie hydrolique à la conservation animale.

Le grizzly

Marco Secchi via Unsplash

Environ 700 grizzlys vivent dans la région de Yellostone et 1.100 dans le parc national de Glacier. Mais ce sont ceux de Washington qui sont en danger. Même si un habitat de 200 ours devrait être créé, aucun fonds n’a été débloqué pour financer la démarche. Plus la population d’ours grandie, moins elle sera protégée, faisant entrer dans la balance des négociations les coûts économiques de la réintroduction de l’espèce dans la liste des «menacées».

http://www.slate.fr/

Arctique: le transport accru, risqué pour les mammifères marins


Le passage du Nord-Ouest au Détroit de Lancaster n’a pas vraiment de problème avec le transport maritime pour le moment, mais les choses pourraient changer avec les changements climatiques. Ce qui serait néfaste pour les animaux marins comme l’ours polaire, la baleine, le narval, et bien d’autres. Comme l’espace est étroit, il risquerait d’avoir des collisions et les victimes seront les animaux surtout pendant les migrations. Malheureusement pour eux, c’est la politique qui vont prendre les décisions pour eux.
Nuage

 

Arctique: le transport accru, risqué pour les mammifères marins

 

Les ours polaires et les phoques courent peu... (photo National Oceanic and Atmospheric Administration, Kristin Laidre, via PC et AP)

Les ours polaires et les phoques courent peu de risques, selon l’étude, mais les baleines – particulièrement les narvals – seraient les plus vulnérables.

PHOTO NATIONAL OCEANIC AND ATMOSPHERIC ADMINISTRATION, KRISTIN LAIDRE, VIA PC ET AP

 

BOB WEBER
La Presse Canadienne

Une accentuation du transport de marchandises pourrait ranger certaines portions du passage du Nord-Ouest parmi les endroits plus dangereux dans l’Arctique pour les baleines et d’autres mammifères qui y vivent, laisse croire une nouvelle étude.

Dans une étude publiée lundi, Donna Hauser, de l’Université de l’Alaska, prévient que le détroit de Lancaster, à la frontière est du passage, pourrait devenir un goulot d’étranglement pour les navires et les mammifères marins.

Mme Hauser a souligné le potentiel élevé de « conflit » étant donné qu’il s’agit d’un passage obligé tant pour les navires entrant et sortant de la voie du Nord-Ouest que pour les mammifères marins en migration.

Mme Hauser et les coauteurs de l’étude se sont penchés sur 80 diverses populations de narvals, de bélugas, de baleines boréales, de phoques, de morses et d’ours polaires dans le Nord et ont tenté d’évaluer leur vulnérabilité face aux grands navires.

Les traversées du passage du Nord-Ouest, de même que de la route maritime du Nord russe, sont appelées à augmenter en raison de la fonte des glaces attribuée aux changements climatiques.

L’étude examine les croisements des habitats des animaux avec les routes maritimes probables au mois de septembre, lorsque la glace est à son plus bas niveau et que le transport serait le plus courant. Elle évalue ensuite quels seraient les répercussions d’une accentuation du transport sur les mammifères.

L’étude a conclu qu’un peu plus de la moitié des populations seraient exposées au transport par bateau. Elle a aussi déterminé que les animaux dans le détroit de Lancaster, de même que dans une portion de la côte centrale arctique de la Russie, étaient les plus vulnérables.

Des espèces plus vulnérables

Les ours polaires et les phoques courent peu de risques, selon l’étude, mais les baleines – particulièrement les narvals – seraient les plus vulnérables.

Mme Hauser a souligné que le trafic de bateaux pourrait perturber le comportement de baleines et nuire à leurs communications. Il pourrait aussi y avoir des collisions avec des navires.

« Il y a eu beaucoup de recherches suggérant que les navires pourraient avoir des répercussions sur les mammifères marins », a-t-elle affirmé.

Des dizaines de milliers de baleines boréales, de bélugas et de narvals migrent dans le secteur et y trouvent leurs sources d’alimentation. Toutes les espèces étudiées représentent également des sources importantes de nourriture pour les Inuits qui chassent régulièrement dans la région.

Le transport dans le passage du Nord-Ouest est encore relativement rare. Mais, étant donné que l’étendue des glaces de la mer diminue d’environ 13 % chaque 10 ans, le portrait devrait changer.

Selon Mme Hauser, l’étude laisse croire que le temps est venu de réfléchir sérieusement à ces enjeux.

« Il y aura beaucoup de travail politique pour déterminer quels sont les risques et les avantages de certains itinéraires », a-t-elle souligné.

Des techniques développées dans les eaux du Sud pour minimiser les conflits pourraient être adaptées dans le Nord, soutient l’étude. Le tracé avec soin de voies de transport, le contrôle du bruit provenant des navires et le choix de périodes de transport pour éviter les pointes de migration pourraient contribuer à réduire les risques pour plusieurs espèces.

http://www.lapresse.ca/

Les ours polaires ont déjà amorcé leur migration vers le Grand Nord


Les ours polaires sont en avance sur leur migration du printemps pour se diriger vers le Grand Nord. Ils peuvent croiser des humains, et donc il faut éviter toute approche de ce bel animal qui est une espèce vulnérable
Nuage

 

Les ours polaires ont déjà amorcé leur migration vers le Grand Nord

 

Les ours polaires sont considérés comme une espèce... (PHOTO Jonathan Hayward, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Les ours polaires sont considérés comme une espèce vulnérable. Les mâles adultes peuvent peser jusqu’à 700 kilos et mesurer trois mètres de long.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

 

La Presse Canadienne
ST. ANTHONY, T.-N.-L.

Les ours polaires de la côte est ont amorcé plus tôt que prévu leur lente migration annuelle vers le Grand Nord, et malgré de nombreux signalements inquiets à la police, cette marche vers le pôle s’est déroulée jusqu’ici sans trop de dommages – mis à part une motoneige et un spa quelque peu malmenés.

Les ours polaires avaient suivi pour l’hiver les glaces et les phoques vers le sud.

Les habitants du sud du Labrador et de la Grande Péninsule du nord de l’île de Terre-Neuve doivent demeurer prudents face à cette migration annuelle relativement précoce cette année. La migration printanière survient habituellement en avril et même en mai, soutient le caporal Shane Clarke, du détachement de la Gendarmerie royale du Canada à St. Anthony, dans le nord de la péninsule.

Des ours se sont déjà fait les dents sur des sièges de motoneige, et un bain à remous a été lourdement visité, mais les habitants en ont été quittes pour une prudence extrême – il suffit de ne pas s’insérer dans leur univers et surtout, ne jamais se trouver entre une mère et son ourson, rappellent les autorités.

Les omnivores suivront tout naturellement leur instinct et se dirigeront lentement mais sûrement vers leur habitat estival, indique la GRC.

Les ours polaires sont considérés comme une espèce vulnérable. Les mâles adultes peuvent peser jusqu’à 700 kilos et mesurer trois mètres de long.

http://www.lapresse.ca/

L’ours polaire ne trouve plus assez de phoques pour se rassasier


Une mauvaise surprise pour les scientifiques des conséquences sur les ours polaires face aux changements climatiques. Ils ont besoin de beaucoup plus de chasse et de se nourrir de leurs proies pour satisfaire leur métabolisme. Avec la fonte des glaces en Arctique, cela n’augure rien de bon pour ces ours majestueux qui règnent sur la banquise de l’Arctique
Nuage

 

L’ours polaire ne trouve plus assez de phoques pour se rassasier

 

L'Arctique se réchauffe deux fois plus rapidement que... (PHOTO REUTERS)

L’Arctique se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète et la fonte des glaces contraint les ours à parcourir de plus grandes distances pour trouver les jeunes phoques qui sont leur nourriture de prédilection.

Agence France-Presse
Miami

Les ours polaires ne trouvent plus assez de phoques pour se rassasier et le problème va aller en s’empirant avec le changement climatique d’après une étude jeudi montrant que le métabolisme du roi de la banquise est plus élevé qu’estimé.

«Nous avons découvert que les ours polaires ont en réalité des besoins énergétiques beaucoup plus élevés que prévu», a expliqué Anthony Pagano, le principal auteur de cette étude publiée dans la revue Science.

«Ils ont besoin d’attraper beaucoup de phoques» pour satisfaire un métabolisme 1,6 fois plus important que celui avancé par de précédentes estimations, selon ce scientifique de l’université de Santa Cruz en Californie.

Les biologistes ont suivi neuf femelles en Arctique dans la mer de Beaufort, équipant les plantigrades de caméras-colliers et comparant leur urine et prise de sang à plusieurs jours d’intervalle.

L’étude s’est déroulée «au début de la période allant d’avril à juillet lorsque les ours polaires chassent le plus activement et emmagasinent la graisse dont ils ont besoin pour subsister toute l’année», a expliqué M. Pagano qui travaille également pour l’Institut d’études géologiques des États-Unis (USGS).

Et malgré cela, cinq spécimens ont perdu de la masse corporelle en l’espace de 8 à 11 jours.

«Quatre ours ont perdu 10% ou plus de leur masse corporelle», précise le rapport.

De précédentes hypothèses avaient induit les scientifiques en erreur sur le métabolisme de ces énormes mammifères.

Des chercheurs pensaient ainsi que leur technique de chasse, qui consiste essentiellement à attendre la proie, les conduisait à dépenser peu d’énergie pour se nourrir. Ou encore qu’ils pouvaient ralentir leur métabolisme lorsqu’ils n’attrapaient pas assez de phoques.

L’Arctique se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète et la fonte des glaces contraint les ours à parcourir de plus grandes distances pour trouver les jeunes phoques qui sont leur nourriture de prédilection.

«La glace à travers l’Arctique diminue de 14% par décennie, ce qui va probablement réduire l’accès des ours à leurs proies», détaille l’étude.

La population d’ours polaires a diminué d’environ 40% au cours de la décennie écoulée, selon l’USGS.

Mais «nous disposons désormais de la technologie pour étudier leurs déplacements sur la glace, leurs activités et leurs besoins énergétiques, et nous pouvons ainsi mieux comprendre les implications des changements que nous observons sur la glace», rassure Anthony Pagano.

http://www.lapresse.ca/

15 photos de petits à l’intérieur du ventre de la mère


Le National Geographic a pris des photos très détaillées possibles dans le ventre de la mère dans le règne animal. Ils ont utilisé des caméras connectées à des scanners à ultrasons 4D et le résultat est très bien réussi
Nuage

 

15 photos de petits à l’intérieur du ventre de la mère

1. Un éléphant

2. Un requin

3. Une vache

4. Un pingouin

5. Un chien

6. Un poulain

7. Un dauphin

8. Une chauve-souris

9. Un chat

10. Un serpent

11. Un lion

12. Un requin

12. Un guépard

14. Ours polaires

15. Bébé chihuahua

via: channel.nationalgeographic.com

http://www.regardecettevideo.fr