Un mysté­rieux bien­fai­teur paye l’hô­tel à 70 sans-abri de Chicago pour les sauver du froid


Un bienfaiteur qui n’a pas chercher la gloire (il est resté anonyme) a aider plusieurs dizaines de sans-abris a survivre pendant le froid intense en leur payant des chambres d’hôtel a Chicago.
Nuage

 

Un mysté­rieux bien­fai­teur paye l’hô­tel à 70 sans-abri de Chicago pour les sauver du froid

 

par  Ulyces

Alors que les tempé­ra­tures ont chuté jusqu’à –21°C à Chicago, un bien­fai­teur anonyme a sauvé 70 sans-abri du froid, en leur payant des chambres d’hô­tel.

Le mysté­rieux dona­teur a réagi suite à la ferme­ture d’un refuge qui abri­tait des dizaines de personnes sans domi­cile fixe, rapporte The Inde­pendent. Mercredi 30 janvier 2019, l’un des réser­voirs à gaz, qui servait à chauf­fer les instal­la­tions, a en effet explosé, forçant les auto­ri­tés à fermer le campe­ment.

Entre 150 et 200 personnes étaient logées là, certains ayant été recueillis par l’Ar­mée du Salut, jusqu’à ce que le bien­fai­teur fasse un don permet­tant de mettre à l’abri 70 personnes.

« C’est merveilleux qu’il existe ici une personne qui a décidé d’of­frir une place au chaud à ces gens. Nous sommes ravis qu’ils soient en sécu­rité au moins pour quelques jours », a déclaré Jacque­line Rachev, la porte-parole de l’ONG.

Cet anonyme a déboursé plusieurs milliers de dollars pour s’as­su­rer que les sans-abris soient héber­gés au chaud, dans un établis­se­ment du sud de la ville. La vague de froid qui touche le Midwest depuis mi-janvier 2019 a déjà fait 21 victimes, dont neuf à Chicago. Les méde­cins ont égale­ment soigné de nombreux patients souf­frant d’en­ge­lures, certains n’ayant d’autre option que l’am­pu­ta­tion.

Sources : The Inde­pendent

https://www.ulyces.co

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?


On a fini l’année et commencé la nouvelle année par des froids extrême d’une part, et des chaleur extrême à d’autres endroits dans le monde. Neige au Sahara, froid aux États-Unis, tempête en Europe, chaleur extrême en Australie avec des incendies incontrôlables. Au Québec, nous avons connu des froids polaires et un redoux avec des averses de pluies et on prévoit un froid extrême par la suite. Si ce n’est pas les changements climatiques qui cause ces désordres météorologiques, alors ce serait quoi ?
Nuage

 

Neige au Sahara, grand froid aux États-Unis : la météo devient-elle folle ?

 

 

 

Xavier Demeersman
Journaliste

2018 vient à peine de commencer et l’année est déjà marquée par plusieurs épisodes météorologiques extrêmes dans divers endroits du monde.

Que ce soit dans l’hémisphère nord, où l’hiver qui vient de commencer sévit durement en Amérique du Nord ; ou dans l’hémisphère sud, particulièrement en Australie où l’été commence sous une chaleur écrasante (47,3 °C près de Sydney). Caprices de la météo ou conséquences du dérèglement climatique ?

La France a essuyé une redoutable tempête les premiers jours de 2018. Eleanor a fait au moins sept victimes et laissé dans son sillage des inondations et d’importants dégâts matériels causés par des rafales de vent à plus de 100 km/h. Plusieurs de nos voisins européens ont aussi été frappés.

Ces derniers jours, il est tombé dans les Alpes jusqu’à 1,90 mètre de neige fraîche en quelques heures près de la frontière italienne. En Savoie, la neige arrivait jusqu’aux épaules, avec une couche atteignant 1,60 mètre. Les photos et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux sont impressionnantes.

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige est tombée dans la région de Aïn Sefra, dans le Sahara algérien, à 1.500 mètres d’altitude. © Météo-France

La neige du Sahara

De la neige, il en est tombé dans un endroit où l’on n’a pas l’habitude d’en voir…, un environnement connu pour son aridité : le Sahara. Bien sûr, il n’a pas neigé partout dans le plus grand désert de sable du monde, ce weekend, mais en particulier dans le Sahara algérien. C’est toujours avec étonnement et un certain émerveillement que l’on découvre ces images de dunes de sable rouge orangé qui ondulent à perte de vue, et recouvertes, une fois n’est pas coutume, d’un léger manteau blanc.

Quoique ce ne serait pas si exceptionnel dans cette région située au pied de l’Atlas. La neige n’y aurait tenu qu’une journée. La dernière fois que les habitants de la région ont vu de la neige, c’était il y a un peu plus d’un an, en décembre 2016. Faut-il s’attendre à davantage de précipitations et de neige dans le Sahara avec le changement climatique ? Ce ne serait pas impossible selon une étude de 2016. Le désert pourrait reverdir.

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

La vague de froid descendant de l’Arctique sur l’Amérique du Nord. Des études suggèrent que le changement climatique affaiblit le jet-stream ce qui fait plonger l’air arctique vers le sud. © NOAA

Un froid extrême dans l’est de l’Amérique du Nord

Ce début d’hiver 2017-2018 se montre féroce et même meurtrier dans la moitié est de l’Amérique du Nord où une vague de grand froid sévit depuis le 28 décembre dernier. Le Canada a plusieurs fois lancé des alertes au froid extrême. Aux États-Unis, le Minnesota a enregistré des -45 °C ! Le 2 janvier, à Sioux City dans l’Iowa, la température est descendue jusqu’à -33 °C. New York a battu des records : -15 °C ; Chicago aussi pour le Nouvel An : -17 °C. Heureusement, un redoux est annoncé dans les prochains jours.

Le froid a touché aussi la Floride où il a neigé pour la première fois depuis 30 ans. Des iguanes sont tombés des arbres, gelés. D’autres animaux ont souffert, comme des requins retrouvés sur des plages de Cape Cod, dans le Massachusetts, saisis par le froid. Des scientifiques ont pu sauver des tortues marines, également surprises par les basses températures dans cette région. Une vidéo devenue virale montre comment des alligators survivent dans les eaux gelées d’un étang en Caroline du Nord. Ils ne sont pas morts mais dans un état de « brumation ».

Les équipes du Shallotte River Swamp Park craignaient que les alligators soient morts. Mais non, ils respirent à travers la glace et se sont mis en mode hibernation. © Swamp Park, Youtube

Une énorme tempête hivernale surnommée bomb cyclone par les Américains s’est abattue sur l’est des États-Unis le 4 janvier. Sur le littoral, des vagues géantes ont provoqué des inondations historiques dans la région de Boston où le froid n’a rien arrangé à la situation. Le froid fut ressenti jusque dans les Caraïbes. Certes pas avec la même intensité qu’au Québec.

Pendant ce temps, l’Arizona, au contraire, connaissait son plus doux début d’année. La Californie, qui a fait face en décembre 2017 au plus terrible incendie de son histoire, vient d’être frappée par des coulées de boue dévastatrices qui ont fait 17 morts et détruit des centaines de maisons.

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

Plusieurs centaines de chauve-souris sont tombées du ciel, mourantes, en Australie le 7 janvier alors que les températures à l’ombre étaient supérieures à 44 °C. © Help Save the Wildlife and Bushlands

    Une chaleur extrême en Australie

    Dans l’hémisphère sud, c’est plutôt l’été qui fait parler de lui et fait des victimes. En particulier en Australie où le 7 janvier, des records historiques ont été enregistrés près de Sidney : 47,3 °C. Une vague de chaleur brutale qui a déjà provoqué la mort par hyperthermie de centaines de chauves-souris. 

    « Leur cerveau frit et elles deviennent incohérentes » a déclaré Cate Ryan, présente sur place dans le parc de Saint Helens et interrogée par la presse locale.

    De nombreux volontaires ont avec elle essayé d’en sauver en les hydratant. 90 % des victimes recensées étaient de jeunes sujets.

    Une catastrophe écologique à laquelle s’ajoutent des incendies. Malheureusement, ce n’est pas la première fois qu’une canicule frappe l’Australie. Le 10 janvier, on apprenait que 2017 fut sa troisième année la plus chaude jamais recensée. Et ce n’est pas près de s’arrêter car les températures continuent d’augmenter. Les animaux et aussi les plantes sont en première ligne du dérèglement climatique en cours.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Plusieurs évènements météorologiques extrêmes se sont produits entre décembre 2017 et début janvier 2018.

  • Ils concernent les deux hémisphères, avec des niveaux exceptionnels de chaleur, de froid et de précipitations.

 

https://www.futura-sciences.com

Un jeune garçon tué par une balle tombée du ciel


Je déteste les armes, alors qu’un jeune est mort parce qu’un autre, un inconnu a tiré en l’air probablement pour s’amuser. Une balle tirée dans les airs est assez rapide quand il retombe
Nuage

 

Un jeune garçon tué par une balle tombée du ciel

© thinkstock.

Une horrible tragédie…

Les faits remontent au 1er juillet, à Hammond, près de Chicago. Noah Inman, jeune espoir du baseball américain, s’écroule vers 21.30 sur le terrain de basket de son quartier, sans raison apparente.

Les témoins pensent d’abord à une crise d’épilepsie mais il n’en est rien: le jeune garçon a en réalité été frappé d’une balle de revolver en pleine tête, une cartouche tombée du ciel, « probablement tirée au hasard dans les airs« .

Il mourra une semaine plus tard, relate Slate, relayant un article du Chicago Tribune

Colère et incrédulité

Dans la communauté, c’est la consternation. Une émotion partagée entre l’incrédulité face à une tragédie d’une probabilité infime et la colère devant cet acte criminel dont on ne connaît pas l’auteur.

« Ceux qui s’amusent à tirer des balles en l’air pensent-ils aux conséquences potentielles? », s’indigne le maire de la ville Tom McDermott Jr.

Les victimes de tirs « festifs »

Si le fait divers peut sembler extrêmement isolé, c’est loin d’être le cas. Selon le site Forensic Outreach, plusieurs dizaines d’Américains auraient ainsi succombé à leurs blessures dans des circonstances similaires. En effet, si le tir « festif » n’est pas propulsé à la verticale, la vitesse de la balle demeure suffisamment rapide pour s’avérer fatale à l’atterrissage. Un jeune garçon a payé le prix de ce rituel insensé.

http://www.7sur7.be/

Viol collectif sur Facebook Live : 40 témoins, 0 appel à la police


40 personnes ont vue sur Facebook Live un viol collectif d’une jeune fille de 15 ans, et personnes n’a dénoncé ces faits à Facebook et pire personne n’a appeler la police et ce n’est pas la première fois que cela se produit. C’est quoi le problème ? Est-ce acceptable ?
Je suis sidérée et je trouve cela inquiétant si même sur les réseaux sociaux, les gens restent des spectateurs qui se croisent les bras Et si c’était leur fille, leur soeur aurait-il réagi ?
C’est pitoyable. Pour moi, ils sont coupable de non assistance d’une personne en danger et ce même si cela a été vue sur Facebook
Nuage

 

Viol collectif sur Facebook Live : 40 témoins, 0 appel à la police

 

Viol collectif sur Facebook Live : 40 témoins, 0 appel à la police

Voiture du service de police de Chicago (une Ford du Chicago Police Department) en 2010 (vxla/Wikimedia Commons/CC)

 

Le viol collectif présumé d’une jeune fille de 15 ans, à Chicago, a été filmé en direct sur Facebook sans qu’aucun des spectateurs n’alerte la police ou le réseau social.

 

Thierry Noisette

Une jeune fille de 15 ans a apparemment été violée par plusieurs hommes, acte filmé sur Facebook Live, a rapporté la police, sans que personne parmi la quarantaine d’internautes qui regardaient la vidéo en direct ne signale l’agression. C’est ce que rapporte Associated Press, qui cite le porte-parole de la police de Chicago, Anthony Guglielmi.

Il a déclaré que la police n’a appris l’affaire que lorsque la mère de la victime a parlé au superintendant de police Eddie Johnson, lundi après-midi, alors qu’il quittait un bâtiment de la police. Elle lui a dit que sa fille avait disparu la veille, et lui a montré des photos du présumé viol. Johnson a immédiatement ordonné à ses agents de mener l’enquête, et la police a demandé à Facebook de retirer la vidéo, ce qu’a fait le réseau social, a indiqué le porte-parole.

Controverse sur la diffusion du nom de la victime

Le 21 mars, Anthony Guglielmi a tweeté que les policiers ont retrouvé la jeune fille, rendue à sa mère ; plusieurs twittos critiquent le fait qu’il donne le prénom et le nom de la victime, à quoi il répond que la mère les a communiqués plusieurs fois auparavant dans les médias – et ses interlocuteurs lui rétorquent que c’était quand elle était portée disparue.

Mardi après-midi, le porte-parole a donné des nouvelles de l’enquête :

« Mise à jour : le service de police de Chicago avance bien dans l’identification de personnes concernées dans l’attaque du 10e district. Des auditions en cours, mais pas de suspects formellement identifiés pour l’instant. »

Le « Chicago Tribune » rapporte que la victime était allée dimanche matin à la messe avec son oncle, Reginald King, qui l’a déposée chez elle ensuite. Elle a marché pour faire des courses. King a ensuite découvert sa nièce dans la vidéo, « très, très explicite », dit-il, de son viol, avec six agresseurs.

Pour Reginald King, les auteurs font partie d’une bande de voyous qui terrorisent le quartier. C’est un adolescent du voisinage qui lui a signalé la vidéo du viol :

« C’est une des choses les plus courageuses que j’ai jamais vu un enfant faire. Il y avait des adultes qui ont vu ça, et aucun d’eux n’a trouvé moyen de dire ‘Hé, je dois appeler quelqu’un’. »

Chicago : le meurtre d’un bébé de 2 ans diffusé sur Facebook LiveLa mère avait signalé à la police la disparition de sa fille, et on lui a montré des captures d’écran de la vidéo qui lui ont permis de l’identifier.

Elle a ensuite foncé interpeller le chef de la police, qui a immédiatement lancé l’enquête.

Quatre crimes en direct depuis octobre

Le « Chicago Tribune » souligne que c’est au moins le quatrième crime dans la métropole filmé sur Facebook Live depuis fin octobre.

Dans un cas, où un jeune handicapé a été torturé par un groupe,  le réseau social a déclaré qu’il n’autorise pas des gens à « célébrer ou glorifier des crimes » par son intermédiaire.

Le quotidien précise :

« Facebook a une équipe qui répond 24 heures sur 24 aux signalements de vidéos en direct inappropriées dès qu’ils arrivent, dit l’entreprise. Un spectateur peut interrompre un flux en direct si une violation des normes de la communauté de Facebook a lieu, et il suffit d’un signalement pour que quelque chose soit vérifié. Cela signifie que si une seule personne parmi la quarantaine qui ont vu la vidéo de la fille attaquée [avait agi], la vidéo aurait pu être supprimée plus tôt. »

Vidéo de viol présumé sur Snapchat et Facebook : deux hommes arrêtésÀ un demi-siècle d’écart, le silence des 40 internautes qui ont assisté à ce viol sans alerter quiconque rappelle la terrible affaire Kitty Genovese en 1964 (une New-Yorkaise violée et assassinée de nuit, sans intervention des nombreux témoins),  qui a inspiré un livre de Didier Decoin et le film de Lucas Belvaux « 38 témoins ».

En janvier dernier en Suède, trois hommes avaient diffusé en direct sur Facebook et Snapchat leur viol d’une jeune femme, mais des membres du groupe Facebook privé dans lequel ils avaient passé leur vidéo les avaient dénoncés à la police.

Un an plus tôt, en janvier 2016, deux hommes ont été arrêtés à Perpignan après avoir diffusé sur Facebook la vidéo de leur agression d’une jeune femme. Ils avaient été dénoncés par plusieurs internautes, mais la police les avait déjà interpellés.

http://tempsreel.nouvelobs.com

Cette fillette tenait à fêter son anniversaire dans la rue avec les sans-abri


Préférer partager un repas de fête avec des sans-abris cela  peut arriver chez des adultes mais une petite fille, c’est impressionnant. Et pas des sandwichs ! Non, la même chose que si c’était un anniversaire entre amis et famille. Un vrai repas et gâteries
Nuage

 

Cette fillette tenait à fêter son anniversaire dans la rue avec les sans-abri

 

The Huffington Post  |  Par Lilly Workneh

    Certains demandent un clown et des bonbons. Pas Armani Crews. Pour ses six ans, cette petite habitante de Chicago a voulu passer sa journée d’anniversaire dans la rue pour aider les sans-abri. Quand elle a commencé à émettre cette envie, ses parents n’y croyaient pas. Mais ils ont cédé, quand ils ont compris que leur fille était très sérieuse sur le sujet.

    « Chaque fois que nous demandions ce qu’elle voulait pour son anniversaire, elle répondait qu’elle voulait offrir à manger aux sans-abri », explique sa mère au Huffington Post américain.

    Alors, toute la famille s’y est mise. Les parents ont commencé à faire des sandwichs pour les distribuer dans la rue. Mais ce n’était pas suffisant.

    « Elle disait, ‘non, je voudrais qu’on leur donne ce que je pourrais avoir pour ma fête d’anniversaire’, alors c’est ce que nous avons fait », raconte sa mère.

    anniversaire sans abri

    La famille a donc dépensé 400 $ pour acheter du poulet, du poisson, des spaghettis, du maïs, des haricots verts, de la purée de pommes de terre, des gâteaux, des biscuits, des fruits et de l’eau, rapporte ABC News.

    Des fidèles de l’Église voisine se sont associés à la mission de la petite Armani. Ils ont offert des articles de toilette, des collations et divers articles de nettoyage. Le jour J, date de l’anniversaire de la fillette, la famille s’est installée dans un parc de Chicago et a commencé sa distribution aux sans-abri.

    Depuis, la petite fille n’a qu’une idée en tête, organiser une autre action similaire.

    « Elle aime vraiment aider les gens », précise sa mère. « Elle dit souvent ‘c’est bien de faire le bien’. Nous, ses parents, nous sommes là pour la soutenir dans ses projets d’une quelconque manière ».

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

Si vous faites partie de ceux qui détestent marcher dans les aéroports – voici une solution


Kevin O’Donnell, un entrepreneur de Chicago, a eu une idée Il invente pour les voyageurs de se rendre d’un terminal à l’autre plus vite grâce Modobag, la première valise mobile à moteur. La valise est de taille cabine donc elle est acceptée comme bagage à main par la majorité des compagnies aériennes. Sa batterie au lithium ne pose pas non plus de problèmes pour embarquer.
Nuage

 

Si vous faites partie de ceux qui détestent marcher dans les aéroports – voici une solution