Pendant que l’Europe grelotte, l’Arctique a trop chaud


Si vous avez des contacts avec des gens de l’Europe, comme les Français, ceux-ci parlent de grand froid ces jours-ci. Étrangement, il fait plus chaud dans mon coin de pays, c’est plus chaud qu’en France. Mais pire encore, l’Arctique elle, c’est plus chaud qu’en Europe. Les changements climatiques font un monde à l’envers
Nuage

 

Pendant que l’Europe grelotte, l’Arctique a trop chaud

 

«Des températures positives près du pôle Nord en... (Photo Brian Battaile archives USGS via AP)

«Des températures positives près du pôle Nord en hiver ont été relevées quatre fois entre 1980 et 2010 (…) Elles ont à présent été relevées au cours de quatre des cinq derniers hivers», explique à l’AFP Robert Graham, climatologue à l’Institut polaire norvégien.

PHOTO BRIAN BATTAILE ARCHIVES USGS VIA AP

 

MARLOWE HOOD, LAURE FILLON
Agence France-Presse
Paris

Alors que l’Europe grelotte sous une vague de froid tardive, le pôle Nord a connu un pic de chaleur avec des températures 30 degrés au-dessus des normales saisonnières, un phénomène exceptionnel qui s’inscrit sur fond de réchauffement de l’Arctique.

Le thermomètre a affiché jusqu’à -35 °C dans certaines régions du centre de la Russie dimanche, -12 °C en Pologne ou encore -10 °C dans l’est de la France. Pendant ce temps, le pôle Nord, plongé dans l’obscurité permanente de la nuit polaire, enregistrait des températures positives grâce à des vagues d’air doux.

Il s’est produit «une situation de blocage anticyclonique sur le nord de la Scandinavie (…) avec une remontée d’air doux de l’Islande vers le pôle Nord d’un côté et de l’autre côté de l’anticyclone, des descentes d’air froid de l’Oural et de la Russie occidentale vers l’Europe de l’Ouest», a expliqué mardi à l’AFP Etienne Kapikian, prévisionniste chez Météo-France. «Le pic de douceur sur le pôle Nord et la vague de froid sur l’Europe sont directement liés», poursuit-il.

Résultat, «on estime qu’il a fait à peu près zéro degré Celsius au niveau du pôle Nord», a indiqué M. Kapikian, selon les estimations obtenues par modélisation, car aucune station météorologique n’est implantée dans cette zone.

Pour avoir une mesure plus précise, il faut aller à l’extrême nord du Groenland, où «on a relevé dimanche 6,2 °C», ajoute Etienne Kapikian. «C’est une valeur exceptionnelle, à peu près 30 °C au-dessus des normales de saison, voire 35 °C pour cette mesure très précise», poursuit-il.

Réduction de la banquise

S’agit-il d’un épisode exceptionnel ? Oui, mais pas tant que ça, répondent les scientifiques.

«Des températures positives près du pôle Nord en hiver ont été relevées quatre fois entre 1980 et 2010 (…) Elles ont à présent été relevées au cours de quatre des cinq derniers hivers», explique à l’AFP Robert Graham, climatologue à l’Institut polaire norvégien.

«On a un hiver exceptionnel sur l’Arctique, l’hiver précédent l’avait déjà été et on ne prend pas trop de risque en disant que le suivant le sera. (…) La tendance de fond est très claire (…) c’est le réchauffement de l’Arctique», renchérit Etienne Kapikian.

Ce phénomène est-il pour autant attribuable au dérèglement global du climat ? «Il est difficile de dire qu’un événement est lié au réchauffement climatique. Mais cette tendance que nous voyons, un Arctique chaud, un continent froid, peut être liée au changement climatique», répond Marlene Kretschmer, climatologue à l’Institut de Potsdam pour la recherche sur le changement climatique.

Ces épisodes de hausse des températures ne sont pas une bonne nouvelle pour la banquise, dont la surface n’a jamais été aussi réduite pour la saison depuis le début des mesures il y a plus de 50 ans.

Autour de l’archipel norvégien de Svalbard, à l’est du Groenland, la surface de glace mesurée lundi était de 205 727 km2, soit moins de la moitié de la superficie moyenne sur la période 1981-2010, selon des données norvégiennes.

De façon plus globale, les climatologues estiment probable de voir l’océan Arctique libre de glace d’ici à 2050 pendant l’été.

http://www.lapresse.ca

Publicités

Les phénomènes climatiques seront encore plus violents


Avec la météo extrême dans différents coins du monde, il est clair que nous sommes vraiment dans l’ère des changements climatiques. Chaleurs extrêmes à l’autre bout du monde, froid extrême dans mon coin du ciel, feux de forêts, tornades, pluies abondantes, un peu partout, des changements drastiques de températures en peu de temps, nous allons en voir de toutes les couleurs
Nuage

 

Les phénomènes climatiques seront encore plus violents

 

THE CANADIAN PRESS/ADRIAN WYLD

Mia Rabson

La Presse canadienne

Pourtant, 2017 n’a pas été un jardin de roses.

  • Prédire exactement où et quand des conditions climatiques extrêmes s’abattront est une tâche difficile, voire impossible. Toutefois, comme le rappelle le directeur général de l’organisme Environmental Defence Canada, Tim Gray, une chose est sûre: de tels phénomènes météorologiques vont continuer de se produire.

    M. Gray prévoit que ces phénomènes seront, cette année, encore plus nombreux et plus violents qu’en 2017.

    Pourtant, 2017 n’a pas été un jardin de roses. Des températures records et le temps sec dans l’Ouest canadien ont alimenté la pire période de feux de forêt de l’histoire de la Colombie-Britannique. Pendant ce temps, le soleil brillait par son absence dans le centre du pays.

    Les États-Unis ont été frappés par de puissants ouragans. L’Europe a souffert de vagues de chaleur qui ont provoqué des feux de forêt et causé l’annulation de la saison de ski d’été en Italie et en Autriche, une première en 90 ans. L’Australie a subi sa troisième année la plus chaude de son histoire en 2017.

    La Swiss Reinsurance Company dit que le coût des dégâts provoqués par les désastres naturels en 2017 atteindra 130 milliards $ US, plus du double de la moyenne des 10 années précédentes (58 milliards $ US).

    Les gaz à effet de serre comme le carbone et le méthane se retrouvent dans l’atmosphère terrestre où ils emprisonnent une certaine quantité d’énergie thermique, laquelle influence les conditions climatiques, explique M. Gray. La formule est simple: plus l’atmosphère renferme de l’énergie thermique, plus graves seront les conditions météorologiques. Et comme la quantité de carbone dans l’atmosphère croît d’année en année…

    M. Gray souligne que la récente vague de froid qui a frappé l’Amérique du Nord est un signe de l’existence du réchauffement climatique.

    Les changements climatiques ne signifient pas que les Canadiens pourront faire des barbecues dans leurs cours en février, ajoute-t-il. Les phénomènes climatiques du passé sont chamboulés. Les courants-jets se déplacent plus rapidement, laissant les climats plus propices aux changements soudains et aux conditions extrêmes.

    http://quebec.huffingtonpost.ca/
  •  

Peut-on se fier aux prévisions saisonnières?


À chaque fin de saison, des prévisions météorologiques sont données pour la saison suivante. Sont-elles vraiment fiables ? Une chose qu’il important de comprendre, ce sont des prévisions donc, ils ne sont pas sans failles. Cependant, la technologie qui à évoluer dans ce domaine donne beaucoup plus de précision
Nuage

 

Peut-on se fier aux prévisions saisonnières?

 

Ramassage de la neige à Montréal

Ramassage de la neige à Montréal Photo : La Presse canadienne/Graham Hughes

Quelques semaines avant l’arrivée d’une nouvelle saison, les présentateurs météo font leurs prévisions, qui alimentent aussitôt toutes les conversations. Mais jusqu’à quel point sont-elles exactes? Comment peut-on prévoir autant à l’avance le temps qu’il fera?

 Les explications du météorologue Pascal Yiacouvakis.

Un texte d’Alain Labelle

Un hiver doux et neigeux. Un printemps hâtif et ensoleillé. À Radio-Canada depuis 23 ans, Pascal Yiacouvakis en a fait et entendu des prévisions saisonnières.

Celles diffusées à la fin novembre prévoyaient un mois de décembre rigoureux pour la région de Montréal, une prévision qui s’est avérée. Mais ce n’est pas le cas de toutes les prévisions.

Ces prévisions ne sont pas parfaites. Elles ont un taux de succès moyen de 60 %. Il reste ainsi une probabilité élevée d’erreur. Pascal Yiacouvakis

Photo : Environnement Canada

Des modèles toujours plus précis

Depuis 2011 toutefois, le Service météorologique d’Environnement Canada produit ses prévisions saisonnières de températures et de précipitations à partir de deux modèles couplés, « ce qui permet plus de précision », explique-t-il.

Il y a un modèle qui simule le comportement de l’atmosphère et un autre qui simule le comportement de l’océan en trois dimensions. Et entre les deux, les interactions sont aussi simulées. C’est une percée majeure. Pascal Yiacouvakis

Ainsi, les prévisions saisonnières pour une région sont obtenues à partir d’un ensemble de 20 prévisions, 10 pour chacun des 2 modèles.

« Quand j’ai commencé ma carrière, il n’y avait pas de modèles couplés. C’était le modèle atmosphérique qui utilisait une température de l’eau constante, et qui simulait les interactions entre l’atmosphère et les océans. C’était moins précis qu’aujourd’hui », explique Pascal Yiacouvakis.

Des modèles qui évoluent

Les modèles climatiques ne sont pas coulés dans le béton. Les prévisionnistes introduisent régulièrement de nouvelles données, et la recherche se peaufine. De plus, l’informatique permet de repousser les limites des calculs.

Carte de prévisions saisonnières d'Environnement Canada

Carte de prévisions saisonnières d’Environnement Canada   Photo : Environnement Canada

Mais si ces modèles sont basés sur des équations précises, des approximations menant à des erreurs peuvent s’y faufiler.

Pour cette raison, le météorologue rappelle qu’une prévision demeure une prévision et que, plus elle concerne une période éloignée dans le temps, moins elle sera précise.

« Pour pouvoir prévoir, il faut que tu bases ta prévision sur une prévision », affirme-t-il en riant.

Ainsi, s’il y a une erreur qui se glisse au début, elle va devenir encore plus grosse dans le temps. Petite erreur deviendra grande! Pascal Yiacouvakis

« À court terme cependant, quand l’atmosphère est assez prévisible et que les systèmes sont bien définis, il est possible de prévoir jusqu’à 5, 6, 7 jours et être certain de son coup. Ce n’est pas le cas pour les prévisions saisonnières ».

Trois questions saisonnières

La vague de froid qui a marqué le début de l’hiver est-elle un événement rare?

Il n’est pas rare d’observer des vagues de froid dès la mi-décembre. Ce qui est particulier dans ce cas-ci, c’est que des grands froids ont frappé le pays au complet, des Maritimes jusqu’à Vancouver pratiquement. Lorsque cela arrive, il est clair que ça va être long avant que le phénomène décolle. Souvent, il y a un coup de froid dans l’est et de la douceur dans l’ouest, ou le contraire; mais là, wow, c’est rare en sapristi! C’était massif, énorme.

Pascal Yiacouvakis

L’hiver 2017-2018 est arrivé très tôt en décembre. Est-ce vrai qu’un hiver qui commence en lion finit en mouton?

Statistiquement ce n’est pas faux, mais ce n’est jamais une certitude. Pascal Yiacouvakis

Est-ce vrai qu’il y aura un important redoux en janvier?

Il y a un redoux en janvier trois fois sur quatre. Alors, la probabilité est assez élevée. En météo, il faut rayer deux mots de son vocabulaire : jamais et toujours. Pascal Yiacouvakis

Le saviez-vous?

Pascal Yiacouvakis est titulaire d’un baccalauréat spécialisé en météo (1985) et d’une maîtrise en sciences de l’atmosphère (1993) de l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux de recherche ont été effectués au Centre de recherche de Toulouse (France) et portent sur le diagnostic des systèmes frontaux. Pascal a travaillé pendant plusieurs années, soit de 1985 à 1994, comme prévisionniste pour Environnement Canada. Il a ensuite été embauché comme annonceur à la radio de la Société de Radio-Canada (SRC). Depuis 1994, il est présentateur météo à la télévision de Radio-Canada ainsi qu’au Réseau de l’information (RDI). Il a reçu récemment le prix Alcide-Ouellet 2002, décerné par l’Association professionnelle des météorologistes du Québec.

http://ici.radio-canada.ca/

De la neige en Floride, du jamais vu depuis 29 ans


Cela fait près de 30 qu’il n’a pas neigé en Floride, qui est un choix de bien des Québécois en hiver l’hiver la-bas. Pour nous, ce ne serait vraiment pas très impressionnant surtout avec mince. 0.25 cm. Ils ont même décrété l’état d’urgence au nord de l’État pour une accumulation de neige, glace et giboulée
Nuage
 

 

De la neige en Floride, du jamais vu depuis 29 ans

 

Tallahassee, la capitale de la Floride, s'est réveillée... (Photo AP)

Tallahassee, la capitale de la Floride, s’est réveillée mercredi avec une fine couche de 0,25 cm de neige, la première quantité mesurable depuis 1989, selon le Weather Channel.

PHOTO AP

Agence France-Presse
Miami

 

Les habitants du nord de la Floride n’avaient pas vu de neige depuis près de trois décennies, jusqu’à ce que la vague de froid qui frappe la côte Est des États-Unis les atteigne mercredi à leur tour.

Le Service météorologique nationale américain a mis en garde contre une sévère tempête hivernale qui doit entraîner de fortes chutes de neige mercredi et jeudi, de la Floride au sud, jusqu’à la région de la Nouvelle-Angleterre dans le nord-est du pays.

Un avis de tempête a été déclenché pour la ville de New York où 8 à 15 centimètres de neige sont attendus entre mercredi soir et jeudi.

Tallahassee, la capitale de la Floride dans le nord du «Sunshine State», s’est réveillée mercredi avec une fine couche de 0,25 cm de neige, la première quantité mesurable depuis 1989, selon le Weather Channel.

Les habitants de Floride, plus habitués aux ouragans qu’à la neige, se sont empressés de publier sur les réseaux sociaux leurs photos de neige couvrant leurs sandales et leurs piscines.

La tempête a déjà conduit à la fermeture de routes dans le nord de la Floride et le sud-est de la Géorgie, où le gouverneur Nathan Deal a déclaré l’état d’urgence dans la zone côtière.

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a de son côté exhorté les habitants du nord de l’État à «se préparer à des conditions météorologiques extrêmement froides, y compris des accumulations potentielles de neige, de giboulée ou de glace».

Selon les prévisions, la température nocturne tombera en dessous de zéro à Tallahassee cette semaine, un froid exceptionnel en Floride.

http://www.lapresse.ca/

La chaîne météo américaine a donné une bonne leçon à Trump sur la différence entre météo et climat


Donald Trump a ironisé sur la vague de froid qui sévit en Amérique du Nord, car une partie des États-Unis comme aussi une partie du Canada, la vague de froid dure encore. En étant un climato-sceptique reconnu, s’est faire remettre à sa place par une chaîne météo américaine
Nuage

 

La chaîne météo américaine a donné une bonne leçon à Trump sur la différence entre météo et climat

 

BRENDAN SMIALOWSKI VIA GETTY IMAGES

The Weather Channel 1- Donald Trump 0.

 

La chaîne météo américaine a donné une bonne leçon à Trump sur la différence entre météo et climat.

Une correction en 280 caractères. Donald Trump, connu pour ses positions climato-sceptiques, s’est fait reprendre par The Weather Channel, la chaîne météo américaine, après un tweet ironique sur le réchauffement climatique et la vague de froid qui frappe actuellement l’Amérique du Nord.

« Dans l’est, cela pourrait être la veille du jour de l’an LA PLUS FROIDE jamais enregistrée. Peut-être qu’on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique que notre pays, mais aucun autre pays, s’apprêtait à payer DES TRILLIONS DE DOLLARS pour s’en protéger. Couvrez-vous! », a tweeté le président américain.

Mais il aurait mieux fait de s’abstenir. Car en plus des réactions des internautes, ce tweet a valu à Donald Trump une leçon en trois points de The Weather Channel.

Voir l'image sur Twitter

« 1. Il y a une différence entre la météo et le climat.

2. Des vagues de froid continueront à se produire même avec le réchauffement climatique.

3. 2017 fera partie des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. »

La chaîne américaine a ensuite publié un article, dans lequel elle étrille l’administration Trump « qui a prouvé à maintes et maintes reprises qu’elle ignore les constatations scientifiques ». Elle rappelle également plusieurs définitions de la météo et du climat, et précise -en passant- que « les épisodes de froid dans l’Est sont liés au réchauffement climatique ». Boom.

Voir l'image sur Twitter

 

« Permettez-nous de clarifier la différence entre la météo et le climat. »

L’Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême


La neige est tombée, et le froid est arrivé. Même si le thermomètre indique une température acceptable en autant qu’on soit bien habillée, le facteur éolien indique tout autre chose. Comme cette nuit dans ma région, ils annoncent – 28C, mais avec les vents, un temps ressentis de – 40 et ailleurs dans le nord, cela peut être encore plus froid.Une chose qu’on espère par temps froid est bien que l’électricité tient le coup surtout ceux qui chauffe avec cette énergie
Nuage

 

L’Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême

 

Archives. © reuters.

Des chutes de neige record et des vagues de froid polaire prolongées glaçaient l’Amérique du Nord mercredi. Des conditions météorologiques extrêmes qui inquiètent les autorités américaines et canadiennes, au moins à court terme.

La ville américaine d’Erié, non loin des chutes du Niagara et dont le lac sert de frontière naturelle avec le Canada, a ainsi connu un Noël sous un épais manteau d’1,5 mètre de neige, tombé en seulement 48 heures.

Les autorités locales ont dû instaurer un état d’urgence qui va permettre de réquisitionner le matériel lourd nécessaire pour éviter les accidents potentiels. Les 147 centimètres de neige, expliquent les météorologues, ont été accentués par les vents glacés soufflant depuis le lac dans cette ville de la pointe nord de la Pennsylvanie. Entre 2 et 5cm de neige supplémentaires devraient tomber dans les prochaines heures, mais d’ores et déjà les voitures étaient ensevelies sous la neige à Erié, dont les habitants sont exhortés à rester cloitrés chez eux avec des produits de première nécessité.

Le gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolf, a annoncé que la garde nationale allait fournir des véhicules de déblaiement militaires pour prêter main forte aux autorités locales et aux services médicaux d’urgence. Selon les données des services météo américains, les 86 cm de neige tombés pour le seul jour de Noël sont un record absolu pour la ville, loin devant les 51 cm du 22 novembre 1956.

Sur les deux jours, du lundi au mardi à 17H00 locales, les 1,5 mètre de neige ont également pulvérisé un record de 1958. Sur l’ensemble du mois, les 245 cm de neige cumulée ont là aussi battu un record, faisant de de décembre le mois le plus neigeux de l’historie d’Erié.

-50°C

« Les équipes sont dehors, mais n’arrivent tout simplement pas à tenir le rythme de la neige qui tombe », a expliqué en live sur Facebook Matt Exley, un secouriste local.

Pour ne rien arranger, les température attendues descendront à -10°C dans la nuit de mardi à mercredi, accompagnées de vents glaciaux.

Supportable, toutefois, comparé à la vague de froid extrême que connaît le voisin canadien, où le nord de l’Ontario devrait lui aussi connaître un record avec des températures à -50°C.

« Des froids qui s’installent aussi longtemps et sur une étendue aussi grande, de mémoire, je n’en ai jamais connu », a affirmé à l’AFP Alexandre Parent, météorologue de l’agence fédérale Environnement Canada.

Selon lui, bien plus que le thermomètre, c’est l’étendue de la vague de froid et sa durée dans le temps qui rendent cet épisode exceptionnel. L’agence fédérale a publié des avertissements de froid extrême lié à une poussée de l’air arctique pour les provinces du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta.

« Un avertissement de froid extrême est émis lorsque le refroidissement éolien ou les températures très froides présentent un danger élevé pour la santé (engelure, hypothermie, etc.) », précise Environnement Canada sur son site. « Nous sommes en deçà de 10 à 20 degrés Celsius des normales de saison », a abondé M. Parent.

Par ailleurs, des vents violents pouvant atteindre jusqu’à 120 km/h associés aux basses températures ont privé d’électricité près de 160.000 foyers en Nouvelle-Écosse (est), soit près d’un tiers des clients de la province.

http://www.7sur7.be

Les vagues de chaleur ont augmenté dans les zones urbaines


On s’installe dans les grandes villes pour plusieurs raisons, mais côté climat en période de canicules entraine des journées très chaudes qui sont difficiles à supporter
Nuage

 

Les vagues de chaleur ont augmenté dans les zones urbaines

 

L'étude a porté sur 217 zones urbaines de... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

L’étude a porté sur 217 zones urbaines de plus de 250 000 habitants réparties sur tous les continents, qui hébergeaient des stations permettant de fournir des données complètes sur 40 ans, de 1973 à 2012.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
PARIS

Les zones urbaines ont à l’échelle mondiale connu une multiplication des vagues de chaleur au cours des 40 dernières années, indique une étude publiée vendredi.

Entre 1973 et 2012, près de la moitié (48%) des 217 agglomérations étudiées ont connu une augmentation des jours très chauds, et deux tiers d’entre elles une augmentation des nuits de forte chaleur.

Cette aggravation des vagues de chaleur s’est de plus accélérée ces dernières années, selon cette étude publiée dans le journal britannique Environmental Research Letters:

«sur les cinq années qui comptent le plus grand nombre de vagues de chaleur enregistrées, on trouve les années 2009, 2010, 2011 et 2012».

Dans cette étude, une vague de chaleur est définie comme une période d’au moins six jours durant laquelle la température maximale dépasse 99% des températures enregistrées sur toute la période.

Dans le même temps, toujours dans les zones urbaines, l’étude montre un déclin des vagues de froid (les plus importantes datant de 1973, 1974, 1976, 1981 et 1983), et pour 60% de ces zones, les jours de vents violents ont également reculé.

Par contre, seulement 17% des zones urbaines ont connu une augmentation des jours de fortes précipitations et 10% des pluies torrentielles.

«Plus de la moitié de la population mondiale habite aujourd’hui en ville, il est donc particulièrement important de comprendre comment le climat, et en particulier les épisodes climatiques extrêmes, change dans ces zones», explique l’un des auteurs de cette étude, le professeur Vimal Mishra de l’Institut de technologie de Gandhinagar en Inde.

M. Mishra, et ses collègues des universités américaines de Californie (Los Angeles), de Washington et de Boston (Northeastern university) ont utilisé les observations météorologiques du NCDC (National climatic data center).

L’étude a porté sur 217 zones urbaines de plus de 250 000 habitants réparties sur tous les continents, qui hébergeaient des stations permettant de fournir des données complètes sur 40 ans, de 1973 à 2012.

http://www.lapresse.ca/