Le Saviez-Vous ► 10 Des plus grandes inventions des 20 dernières années


Depuis quelques années, notre mode de vie pour le bien et pour le pire a changé du tout au tout. Je pense qu’internet et les téléphones intelligents ont changer vraiment les choses dans l’ouverture du monde virtuel, mais il y a eu aussi d’autres découvertes qui a permis de grandes choses
Nuage

 

10 Des plus grandes inventions des 20 dernières années

Imprimante 3d

par Vanessa Hauguel

L’humanité ne cesse jamais d’accroître ses connaissances, d’inventer et d’innover. Au courant du siècle dernier seulement, l’homme a posé les pieds sur la Lune et maîtrisé l’atome en plus de créer les antibiotiques. Aujourd’hui, nos avancées technologiques et scientifiques se multiplient à un rythme parfois effarant. Depuis 1995, nous avons pu voir d’innombrables découvertes changer notre quotidien à jamais. Voici dix des plus grandes inventions et découvertes des 20 dernières années.

Les téléphones intelligents

Si les téléphones portables nous ont permis d’être facilement joignables, les téléphones intelligents, eux, nous permettent d’être connectés en permanence, au monde tout entier. Plus ordinateurs que téléphones, les smartphones nous donnent accès à un monde d’applications, de logiciels et données ainsi qu’à presque l’entièreté de nos modes de télécommunications; et tout ça dans le creux d’une main.

L’utilisation des cellules souches

Bien que nous connaissions leur existence depuis longtemps, ce n’est qu’à partir de la fin des années 90 que le plein potentiel de ces cellules a réellement été contemplé. Aujourd’hui, de nombreuses recherches et traitements les mettent à profit pour tenter d’aider des patients souffrant du diabète, de cancers, d’Alzheimer, de paralysie, de la maladie de Crohn et bien d’autres.

Le tournant électrique de l’automobile

Si la voiture électrique existe depuis maintenant plus de 100 ans, ce n’est malheureusement que depuis les années 2000 qu’elle prend réellement place sur le marché mondial de l’automobile. Aujourd’hui, de plus en plus de nouveaux modèles hybrides et électriques font leur apparition chaque année tandis que Google lance sa voiture “sans conducteur” et que les routes électrifiées voient le jour.

Le Wi-Fi

Même si l’invention de l’Internet existe depuis plus de vingt ans, son accessibilité sans fil est plutôt récente. En fait, ce n’est qu’en 2003 que le Wi-Fi est apparu tel qu’on le connait aujourd’hui. Maintenant universellement distribué sur les mêmes fréquences et compatible à tous nos appareils électroniques, il est difficile de penser qu’il n’est accessible que depuis 12 ans.

Les imprimantes 3D personnelles

De plus en plus abordables, ces machines ont un potentiel inouï. D’ici peu, les imprimantes 3D changeront notre façon de créer, mais aussi d’acheter. Plus besoin de faire le tour des boutiques quand on peut simplement l’imprimer chez soi…

Le GPS

La technologie derrière le GPS ou Global Positioning System existe puis les années 70, mais sa capacité opérationnelle telle qu’on la connait ne date que de 1995. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir de 2000 qu’elle devient accessible au grand public. Ce mode de repérage par satellites est une commodité que l’on prend parfois pour acquis, mais son utilité est incomparable.

L’accélérateur de particules

Mis en fonction en 2008, le grand collisionneur d’hadrons du CERN est le plus grand et puissant des accélérateurs de particules. Grâce à ce gigantesque outil, chercheurs et physiciens en physique subatomique et cosmologie tentent de trouver réponses aux mystères de la création. Récemment, des expériences ont récemment mené à l’identification du Boson de Higgs, une particule qui nous éclaire un peu plus sur la composition de l’univers.

You tube

Parmi les sites Web les plus visités au monde, You tube arrive au premier rang. Créé en 2005, par trois anciens employés de PayPal, ce géant de l’Internet n’est peut-être pas la plus grande avancée technologique des dernières années, mais elle a définitivement changé la façon dont on partage et accédons à l’information.

Les inhibiteurs de protéases

Servant à combattre le VIH, cette classe d’agents antirétroviraux est arrivée sur le marché pharmaceutique en 1995. Bien que la guerre contre le virus du SIDA ne soit pas encore gagnée, l’apparition de ces inhibiteurs a permis d’aider d’innombrables victimes de cette maladie.

Le projet génome humain

Rien n’en dit plus sur les bases de l’homme que le génome humain; celui-ci est en fait l’ensemble de l’information génétique que l’on retrouve dans l’ADN. C’est en 2004 qu’on complète finalement la séquence complète;  un travail de longue haleine qui aura duré près de 15 ans. Grâce à cette précieuse feuille de route de notre génétique, des scientifiques ont déjà découverts des gènes responsables de certains cancers.

Évidemment, l’homme continue entre-temps à progresser dans le monde de l’infiniment petit et de l’infiniment grand, les yeux rivés sur l’espace, mais aussi sur les robots humanoïdes et l’intelligence artificielle, qui soulève pour l’instant bien des questions…

http://www.canald.com/

La tablette tactile entièrement en braille «Blitab» pourrait sortir en 2016


Je leur souhaite la réussite dans leur projet. Ce serait une très belle avancée technologique pour les non-voyants et pourrait enfin avoir l’accessibilité a toutes l’information disponible sur le Web
Nuage

 

La tablette tactile entièrement en braille «Blitab» pourrait sortir en 2016

 

TABLETTE

Par Martin d’Aspe

Elle s’appelle Blitab, elle est belle et révolutionnaire: voici la première tablette tactile entièrement dédiée à la lecture sur Internet en braille. Selon Le Monde, qui présente cette innovation majeure pour les malvoyants, cet outil est issu des recherches d’ingénieurs bulgares.

Associée au sein du groupe Blitab Technology, installé en Autriche, l’équipe a conçu « un matériau intelligent  », dont la surface affiche de petites bulles physiques qui montent et descendent sur demande, permettant l’affichage d’une page entièrement écrite en braille sur l’écran de la tablette.

Le but de la start-up : ouvrir l’ère numérique aux personnes malvoyantes, jusqu’ici trop largement écartées de ce secteur en raison des obstacles techniques.

« Nous créons la première tablette tactile pour les personnes aveugles et malvoyantes », affirme fièrement Slavi Slavev , co-fondateur de Blitab Technology. « 

Contemplez la première tablette au monde, destinée aux personnes aveugles

Certes, d’autres tablettes ont des fonctionnalités qui permettent aux personnes aveugles d’utiliser les outils technologiques. Mais selon le site britannique Ibtimes, ces appareils, basés sur une technologie datant de 40 ans, affichent une seule ligne de braille à la fois et coûtent presque 3500$. Pour l’heure, on ignore le prix de vente de la Blitab, mais gageons que la start-up va tout faire pour rendre l’appareil accessible.

Il existe aussi un problème de traduction destinée aux supports informatiques:

 » Seulement 1% des livres du monde entier sont disponibles en braille, car c’est très coûteux à fabriquer. Certaines personnes disent même que le braille est en baisse chez les personnes aveugles« , explique-t-on du côté de la start-up. Avec la Blitab, la traduction en braille se fait de manière instantanée.

Pour l’heure, Blitab est encore au stade du prototype, mais si tout se passe comme prévu pour l’entreprise, la tablette pourrait faire son apparition en magasin vers le mois de septembre 2016.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

D’étonnantes impressions 3D en couleur


Un groupe de scientifique allemand viennent de faire un grand bon avec l’imprimante 3D en ajoutant des couleurs qui peuvent être difficiles de distinguer entre le vrai et le faux.
Nuage

 

D’étonnantes impressions 3D en couleur

 

Sur cette image, trois pommes sont de vrais fruits, la quatrième a été imprimée en 3D mais il est très difficile de la reconnaître… © Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research

Sur cette image, trois pommes sont de vrais fruits, la quatrième a été imprimée en 3D mais il est très difficile de la reconnaître… © Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research

Une petite révolution se prépare dans l’impression 3D. En s’appuyant sur de nouveaux algorithmes, une équipe du Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research(Allemagne) a mis au point une technique qui reproduit fidèlement les couleurs. Les résultats sont impressionnants et prometteurs

Si l’impression 3D sait reproduire la plupart des formes avec une grande précision, la restitution de la couleur reste l’un des obstacles techniques majeurs pour lequel aucune solution convaincante n’a encore été trouvée. Mais les choses vont peut-être bientôt changer… Des ingénieurs du Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research ont trouvé le moyen de reproduire les couleurs avec un niveau de détail et une fidélité inédits jusqu’à présent. Leur procédé s’appuie sur une technique d’impression 3D récente ainsi que sur des algorithmes capables de calculer la couleur en se basant sur la diffusion de la lumière à travers plusieurs couches de matière. Il est alors possible de contrôler la couleur au niveau de chaque voxel (volumetric pixel, pixel en trois dimensions), exactement comme cela se fait avec l’impression 2D qui travaille pixel par pixel.

Pour mieux comprendre cette innovation, il faut commencer par parler des techniques d’impression 3D les plus répandues. Il y a d’abord le Fuse Deposition Modeling (FDM) ou modelage par dépôt de matière en fusion : un filament plastique (ABS ou PLA) passe à travers une buse chauffée pour être déposé couche par couche pour recréer l’objet en 3D. Deuxième technique, la stéréolithographie (SLA) : une résine liquide est solidifiée à l’aide d’une lampe UV. Citons enfin le Selective LaserSintering (SLS) ou frittage sélectif par laser qui est identique à la SLA sauf que le matériau de base est une poudre qui va être agglomérée par le laser. Ce procédé est utilisé notamment pour la fabrication des pièces métalliques.

Depuis peu, une nouvelle technique a fait son apparition : le modelage à jets multiples (MJM). Elle s’inspire de l’impression à jet d’encre avec une tête d’impression pourvue d’un grand nombre de buses (une centaine environ) qui déposent des gouttelettes de résine ou de cire qui sont solidifiées par une lumière ultraviolette. L’intérêt de cette solution est qu’elle offre une résolution très fine qui reconstitue l’objet, voxel par voxel, chaque gouttelette mesurant seulement quelques microns.

Voici d’autres exemples d’impressions 3D couleur réalisées avec la technique du Fraunhofer Institute. Le rendu des textures atteint un niveau de détail sans précédent et les chercheurs pensent qu’ils peuvent encore l’améliorer à mesure que les imprimantes 3D et les matériaux vont progresser. © Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research
Voici d’autres exemples d’impressions 3D couleur réalisées avec la technique du Fraunhofer Institute. Le rendu des textures atteint un niveau de détail sans précédent et les chercheurs pensent qu’ils peuvent encore l’améliorer à mesure que les imprimantes 3D et les matériaux vont progresser. © Fraunhofer Institute for Computer Graphics Research

Une technique qui s’appuie sur le modelage à jets multiples

Dans leur article scientifique publié via arXiv, l’équipe du Fraunhofer Institute explique comment elle s’est appuyée sur la technique MJM pour travailler sur la restitution des couleurs. Il a d’abord fallu résoudre le principal inconvénient de ce type d’impression. En effet, pour pouvoir réagir auxultraviolets, les gouttelettes de résine ou de cire doivent être translucides. Ceci a donc un impact important sur leur apparence et le rendu de la couleur. Pour y remédier, le système de contrôle repose sur des algorithmes qui combinent des procédés issus de l’impression 2D et de l’imagerie couleur.

Le premier procédé est un équivalent en 3D de l’impression en demi-ton (en anglais half-toning) qui consiste à rendre les nuances d’une couleur en jouant sur la taille et l’espacement des points d’encre. Le second procédé est une méthode pour calculer la couleur d’une surface en tenant compte de la manière dont la lumière se diffuse sur plusieurs couches de voxels. Au final, l’impression parvient à restituer une large gamme de couleurs qui donnent des résultats bluffant, comme en témoignent les exemples d’impression. Des pommes imprimées en 3D avec cette technique sont placées à côté de vrais fruits et l’on ne distingue aucune différence ! Et ce n’est qu’un début…

En conclusion de son exposé, l’équipe du Fraunhofer Institute explique en effet que les résultats iront en s’améliorant à mesure que la matière première et la résolution des imprimantes 3D progresseront. Les chercheurs misent notamment sur l’arrivée de matériaux plus opaques qui pourront être associés à des résines ou cires translucides afin de reproduire des nuances de couleur encore plus fines. Il sera envisageable de reproduire avec fidélité des matières biologiques semi-translucides, comme par exemple la peau humaine.

http://www.futura-sciences.com/

Un malvoyant court 26 km en sentier grâce à un GPS


Le bon côté de la technologie et des téléphones intelligents permettent à des personnes comme les non-voyants a être beaucoup plus autonomes tout en pratiquant des activités qu’il n’aurait pas été possible de faire seul
Nuage

 

Un malvoyant court 26 km en sentier grâce à un GPS

 

Un

Le GPS de Clément Gass a été victime de l’humidité pendant la course.Photo AFP

Un jeune athlète quasi-aveugle a été le premier au monde à courir ce week-end en France un trail (course sur sentier) de 26 km, en toute autonomie, grâce à sa canne blanche et à un système GPS innovant.

Clément Gass, 27 ans, a couru samedi soir le «trail du Kochersberg» en Alsace parmi 219 participants voyants, sans l’assistance d’un autre athlète comme cela se pratique d’habitude.

«La marche fait partie de mon mode de vie. Je perçois des paysages sonores, j’entends les bruits des oiseaux ou le vent dans les arbres, je sens les odeurs, c’est très agréable», a raconté le sportif, habitué des randonnées.

Il a été guidé par son téléphone intelligent utilisé comme GPS, glissé dans une petite sacoche sur sa poitrine, qui lui indiquait les virages et bifurcations.

Pour être plus précis, ce guidage ne se contente pas d’indiquer «droite» ou «gauche», mais utilise la «direction horaire», un système issu de l’aéronautique: «Point 2, tourner à 11h. Dans 87 mètres, chemin à 3h», égrène la voix.

L’application dédiée, développée par des chercheurs du CNRS et de l’Université de Strasbourg, s’installe sur n’importe quel téléphone haut de gamme équipé d’un GPS, d’une boussole et d’un gyroscope. L’itinéraire doit avoir été numérisé au préalable, et l’utilisateur formé.

Une poignée de précurseurs utilisent déjà ce système sur des chemins de randonnée, voire au quotidien, en milieu urbain. Mais c’est la première fois qu’il était utilisé lors d’une course en pleine nature.

Lâché par la boussole de son téléphone, déréglé sans doute à cause de l’humidité due à la transpiration, l’athlète mal-voyant a finalement bouclé le parcours en 3 h 43, loin du temps qu’il s’était fixé.

Clément Gass ne compte pas en rester là: le 22 juin, il prendra le départ d’une randonnée de 80 km en six étapes à travers les Vosges du Nord, en compagnie d’une poignée d’autres marcheurs aveugles ou mal-voyants.

http://fr.canoe.ca/

Selon le futurologue Ray Kurzweil, nos cerveaux seront connectés à Internet d’ici 2030


Ah bien là, j’espère que non ! L’homme aime bien dépasser les limites, mais cela ne veut pas dire plonger dans la folie. Non, mais imaginez que tout se pirate aujourd’hui, tout ce qui est connecté, auto, frigo, pompe à perfusion, stimulateur cardiaque, ordinateur et la liste est longue, peu représenter un danger d’être hacker, alors pourquoi pas le cerveau ? En plus quand un réseau plante, comment le cerveau va réagir ? Ce ne serait probablement pas un bien pour l’humanité
Nuage

 

Selon le futurologue Ray Kurzweil, nos cerveaux seront connectés à Internet d’ici 2030

 

<a href="https://www.flickr.com/photos/circasassy/8204342398/">A treatise on anatomy, physiology, and hygiene .. (1849)</a> | CircaSassy via Flickr CC <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/">License By</a>

A treatise on anatomy, physiology, and hygiene .. (1849) | CircaSassy via Flickr CC License By

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Dans un futur pas si lointain, le cerveau humain pourrait bien se prolonger dans le cloud.

C’est un classique de la science-fiction qui pourrait devenir réalité si l’on en croit Ray Kurzweil, pionnier de l’intelligence artificielle et chef de l’ingénierie chez Google. Lors d’une série de conférences début juin, le futurologue a affirmé que le cerveau se prolongerait dans le flux d’informations des objets connectés, ce qu’on appelle désormais le cloud (informatique en nuage, dans laquelle les serveurs fonctionnent en réseau sur internet). En d’autre terme que notre cerveau sera lui aussi connecté au réseau.

Selon Kurzweil, qui est célèbre pour avoir popularisé la notion de singularité, qui désigne un futur proche dans lequel l’humanité sera augmentée au point que le règne humain et les machines seront devenus un même ensemble dont les parties seront indiscernables, «notre pensée sera un hybride de pensées biologiques et non biologiques. Nous allons graduellement fusionner et nous améliorer. Selon [lui], c’est la nature de l’être humain –de transcender ses limites», relate l’International Business Times. Dans les années 2030, l’origine de nos pensées serait alors majoritairement non biologique, affirme-t-il.

Réalité augmentée

Nous construirons donc des passages entre le cerveau humain et l’extérieur connecté, le fameux cloud, en conséquence de quoi nous baignerons en permanence dans un univers de réalité augmentée. Et, comme dans les pires scénarios de fiction du genre, nous pourront effacer sélectivement des parties de notre mémoire et en retenir à l’inverse d’autres, précise le site Computer World.

Kurzweil a bien alerté par le passé sur l’ambivalence des inventions technologiques, qui recèlent des promesses de progrès mais aussi des dangers nouveaux. Mais on se demande combien il faudra payer pour disposer d’une cybersécurité suffisamment résistante pour ne pas être victime d’un hacker souhaitant implanter de faux souvenirs dans notre cerveau-cloud. Et on ne sait pas encore ce qu’il adviendra de notre cerveau lorsque les serveurs à distance planteront, ce qui, n’en doutons pas, continuera de se produire dans le futur…

http://www.slate.fr/

Hôpital : les pompes à perfusion aussi peuvent être piratées


La technologie a de très bons côtés, mais avec aussi des conséquences qui pourraient être désastreuses. Des pompes à perfusion informatisées peuvent être piratées. Imaginez un patient qui reçoit une quantité de morphine pour la douleur, mais qu’un hacker décide de lui mettre double dose où plus.
Nuage

 

Hôpital : les pompes à perfusion aussi peuvent être piratées

 

Les pompes à perfusion utilisées pour administrer de grandes quantités de solutions injectables (médicament ou nutriments) peuvent aussi être piratées. ©ASTIER / BSIP/AFP

Les pompes à perfusion utilisées pour administrer de grandes quantités de solutions injectables (médicament ou nutriments) peuvent aussi être piratées. ©ASTIER / BSIP/AFP

Par Arnaud Devillard

Un spécialiste américain de la cybersécurité a découvert que certaines pompes électroniques utilisées dans les hôpitaux pour délivrer des traitements peuvent être contrôlées à distance.

Billy Rios est un expert américain en sécurité informatique, fondateur de la société Laconicly. Et il ne doit pas avoir beaucoup d’amis chez Hospira, fournisseur américain de matériels médicaux racheté par Pfizer en février. Il a en effet découvert qu’un modèle de pompe à perfusion électronique, LifeCare PCA, souffrait d’une faille de sécurité au niveau du module de communication.

Résultat : n’importe qui, dans un hôpital, peut y accéder depuis le réseau interne et modifier les quantités limites d’un dosage de médicament sensées être délivrées à un patient. Sans qu’aucune alerte ne soit émise.

Modifier les dosages eux-mêmes

Ayant conseillé en vain à Hospira de vérifier ses autres modèles, comme il le raconte sur son blog, Billy Rios a continué ses recherches. Et a trouvé mieux. Ou plutôt pire ! En fait, cinq modèles de pompes informatisées de la société sont fondées sur le même logiciel, utilisent les mêmes clefs de cryptage et souffrent de la même faille. Mais Billy Rios a aussi montré qu’un hacker (pirate) pouvait carrément modifier les dosages eux-mêmes et non plus seulement la quantité maximale ou minimale administrée. Ce qui semble inquiétant puisque pour l’un des modèles de pompes incriminées, le Plum A+, Hospira revendique pas moins de 325.000 exemplaires vendus dans le monde…

Les matériels de Hospira ont fait l’objet d’une alerte de la part du ministère américain de la sécurité intérieure (DHS) et de la Food and Drug Administration (FDA).

http://www.sciencesetavenir.fr/

La technologie va faire de l’homme du futur une créature divine et immortelle


Cela est présomptueux de qualifier l’être humain de divin quand on voit l’environnement, les animaux en péril à cause de ses actes. Serons-nous plus heureux si nous étions perfectionnés ? Et que ferons-nous avec cette supériorité ? Plus de pouvoir, plus de mal, plus d’écart entre pauvre et riche ?
Nuage

 

La technologie va faire de l’homme du futur une créature divine et immortelle

 

REUTERS/Larry Downing.

REUTERS/Larry Downing.

Repéré par Jean-Marie Pottier

La technologie et le génie génétique transformeront les humains en créatures divines d’ici 200 ans. Telle est la théorie développée par Yuval Noah Harari, un chercheur israélien dont les propos, tenus à l’occasion d’un évènement dont le Telegraph était partenaire, sont rapportés par le quotidien britannique:

«Je pense qu’il est probable que dans les 200 prochaines années environ, l’homo sapiens passera à un niveau supérieur de l’ordre de l’être divin, que ce soit à travers des manipulations biologiques, le génie génétique ou la création de cyborgs, en partie organiques et en partie non-organiques. […] Cela sera la plus grande évolution biologique depuis l’apparition de la vie. Rien n’a vraiment changé, biologiquement parlant, en quatre milliards d’années. Mais nous serons aussi différent des humains d’aujourd’hui que les chimpanzés le sont de nous.»

Le Guardian a essayé d’imaginer à quoi pourraient ressembler ces cyborgs:

«Eh bien, vous pourriez avoir des nanorobots intelligents injectés dans votre sang pour rajeunir vos cellules et réparer n’importe quel dommage. Vous pourriez implanter un ordinateur et plein d’outils dans votre corps, ce qui vous donnerait des pouvoirs surhumains. Ou vous pourriez simplement faire évoluer votre esprit en un ordinateur, ce qui pourrait vous permettre d’exister n’importe où et d’expérimenter n’importe quoi.»

Le chercheur a néanmoins alerté sur un effet pervers de cette évolution, qui sera le creusement des inégalités entre les pauvres et les riches. Comme l’écrit le Telegraph,«dans le futur, les riches pourraient vivre éternellement tandis que les pauvres mourront».

Yuval Noah Harari est l’auteur de Sapiens: A Brief History of Humankind, un ouvrage sorti en septembre dernier et non encore traduit en français où il part des origines de l’humanité pour arriver aux dernières révolutions que celle-ci a vécues, de la révolution scientifique à la révolution biotechnologique en passant par la révolution industrielle. Selon la chronique du livre par le Guardian,

«Harari suppose que la révolution biotechnologique marque la fin de l’homo sapiens: nous seront remplacés par des post-humains, des cyborgs « amortels », capables de vivre pour toujours».

Même s’il existe un scénario alternatif, que soulignait la chronique du Wall Street Journal: la destruction pure et simple de l’humanité par une catastrophe environnementale.

http://www.slate.fr/

Note : Amortel

L’amortalité est un état d’esprit qui concerne les personnes qui refusent de vieillir et fait référence à ce nouvel état d’esprit que l’âge n’a plus d’importance. l’  » amortel  » s’habille de plus en plus jeune, a ou adopte des enfants tardivement est toujours en forme physiquement et sexuellement, refusant de ralentir son rythme biologique.
Il n’existe plus de clivage entre les générations. tous ayant les mêmes centres d’intérêt ( musique, livres, voyages ).