Le Saviez-Vous ► Quel fut le bruit le plus fort jamais produit sur Terre ?


Le bruit le plus jamais enregistré est un bruit causé par une catastrophe naturelle. Un volcan a explosé, il y a près de 136 ans en Indonésie. L’explosion a été tellement fort que plusieurs habitants a des kilomètres à la ronde sont devenu sourd. Alors qu’a de 3 000 kilomètres le son était comme un coup de feu. Tandis que l’onde sonore a fait 3 ou 4 fois le tour de la terre.
Nuage

 

Quel fut le bruit le plus fort jamais produit sur Terre ?

 

Vous pensez peut-être à une explosion nucléaire, ou autre évènement produit par l’homme. Et bien non. Le bruit le plus fort jamais entendu (ou plutôt enregistré) sur notre planète est un bruit parfaitement naturel. Il s’agit d’une éruption volcanique.

Cela se passe très précisément le 27 août 1883, en Indonésie. Plus exactement entre les îles de Sumatra et de Java. Le volcan Krakatoa est en activité depuis plusieurs semaines quand à 10 heures du matin, il explose. Une explosion extraordinaire qui donne lieu à un bruit au volume jamais égalé depuis !

On est parvenu à quantifier le nombre décibels produits grâce à la mesure de la hausse de pression sur un baromètre présent sur les lieux. A 160 kilomètres le bruit aurait atteint 180 décibels. De quoi faire très mal aux oreilles puisque nous commençons à ressentir une douleur dès 120 décibels. 180 décibels cela peut paraitre assez bas mais il faut savoir qu’au dela de 120 décibels, toute augmentation de 3 décibels est perçue par l’oreille humaine comme un son 2 fois plus fort !

Aussi, sur plusieurs kilomètres autour du volcan, les habitants devinrent tous sourds. A plus de 3000 kilomètres de là, en Nouvelle Guinée, des bruits comme des coups de feu furent entendus. Un bruit encore audible à 4000 km (la même distance qui sépare la Bretagne de la cote Est des Etats Unis !).

Un bruit porté par une onde sonore si puissante qu’elle fit plusieurs fois le tour de la Terre (3 ou 4 fois). Ainsi des variations de pression, dues cette onde, ont été enregistrées partout sur la planète pendant 5 jours, toutes les 34 heures, le temps pour l’onde d’en faire le tour.

A noter enfin que le tsunami créé par cette éruption engendra un tsunami qui engloutit 165 villages et tuera 40.000 personnes. Le peintre Munch reproduira sur son célèbre tableau Le Cri, le ciel rouge observé au dessus du volcan.

https://www.chosesasavoir.com/

Un homme tué par l’explosion de sa cigarette électronique


    Les cigarettes électroniques ne sont peut-être pas la meilleure solution pour arrêter ou de diminuer de fumer. On commence à soupçonner des problèmes de santé relier à la fumée, mais aussi plusieurs de ces cigarettes sont défectueuses et peuvent entrainer des blessures graves voir même la mort.
    Nuage

 

Un homme tué par l’explosion de sa cigarette électronique

 

Photo d’illustration © getty.

Un jeune homme de 24 ans a été tué la semaine dernière à Dallas au Texas par l’explosion de sa cigarette électronique. La carotide gauche de la victime a été sectionnée lors de l’incident, selon les conclusions du médecin légiste de cet état du sud des Etats-Unis.

La victime était garée devant un magasin de cigarettes électroniques lorsque l’explosion s’est produite, a expliqué sa grand-mère à la chaîne NB. Les médecins ont essayé en vain d’extraire un fragment métallique long de 7 centimètres du cou du jeune homme.

Plusieurs incidents aux États-Unis

Les cigarettes électroniques ont déjà été à l’origine de nombreux incidents aux Etats-Unis et au moins l’un d’entre eux a connu une issue tragique lorsqu’un homme de 38 ans a été touché par des éclats provenant de l’explosion d’une vapoteuse en Floride.

Plus de 2.000 explosions et brûlures entre 2015 et 2017

Près de 200 explosions et incendies mettant en cause des cigarettes électroniques ont été recensés au pays de l’Oncle Sam entre 2009 et 2016, selon un rapport de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), faisant 130 blessés. Une récente enquête menée en Virginie ainsi qu’au Texas a démontré que de tels incidents étaient nettement plus nombreux en réalité. Le rapport ayant recensé plus de 2.000 explosions et brûlures entre 2015 et 2017.

https://www.7sur7.be/

Plancton décimé, poissons sonnés: les effets du vacarme sous-marin créé par l’homme


La pollution sonore dans les fonds marins fait beaucoup plus de dégâts chez les poissons, zooplanctons … Qui sont pour la majeur partie est causée par des canons à air qu’utilisent les pétrolières. Donc diminuer l’utilisation semble logique, alors que les États-Unis font totalement le contraire. Il y a  aussi d’autres bruits dont nous sommes responsables qui est tout aussi important à diminuer
Nuage

 

Plancton décimé, poissons sonnés: les effets du vacarme sous-marin créé par l’homme

 

Les poissons peuvent souffrir de lésions internes et... (Photo Todd Heisler, archives The New York Times)

Les poissons peuvent souffrir de lésions internes et changer de comportement, comme déboussolés par le bruit, conduisant certains à l’immobilisme, d’autres à fuir.

PHOTO TODD HEISLER, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

 

IVAN COURONNE
Agence France-Presse
Washington

Les nuisances acoustiques sous-marines créées par les activités humaines sont à l’ordre du jour d’une réunion internationale sous l’égide des Nations unies cette semaine à New York, une victoire pour les ONG qui militent pour la reconnaissance mondiale de ce problème encore mal quantifié.

Quelles sont les origines du bruit?

Le bruit humain est principalement créé par les navires de transport maritime, les porte-conteneurs et les pétroliers, avec leurs moteurs et leurs hélices.

Les explosions déclenchées pour démonter des plateformes pétrolières en mer produisent les sons les plus forts, mais sont plus rares.

Les ONG se concentrent sur les canons à air utilisés par les compagnies pétrolières pour détecter des réserves sous-marines. Un bateau remorque un tel canon qui envoie des ondes vers les fonds marins; en rebondissant plus ou moins profondément selon les sédiments et les roches, les ondes dessinent une carte en 3D d’éventuelles réserves pétrolières. Ces décharges de canons à air peuvent se succéder à quinze secondes d’intervalles, sur d’immenses zones, pendant des semaines, à un très fort volume.

Exemple: le zooplancton

L’ONG OceanCare, basée à Bern en Suisse, a compilé en mai 115 études réalisées principalement depuis les années 1990 et 2000, montrant des effets plus ou moins graves sur 66 espèces de poissons et 36 espèces d’invertébrés.

Le zooplancton apparaît comme très vulnérable aux canons à air. Une étude de 2007 a montré qu’une seule décharge de puissance inférieure aux canons habituellement utilisés par les bateaux de prospection pétrolière pouvait décimer la moitié du plancton dans la zone traversée. Certaines espèces de zooplancton ont été tuées à 95%. Or ces planctons sont à la base de la chaîne alimentaire, notamment pour les baleines et de nombreux invertébrés comme les huîtres et les crevettes.

Exemple: les réserves de cabillauds

Les poissons peuvent souffrir de lésions internes et changer de comportement, comme déboussolés par le bruit, conduisant certains à l’immobilisme, d’autres à fuir.

Dans des études de 1996 et 2012, les tirs de canons à air ont provoqué la fuite de bancs de haddocks (aiglefins) et de cabillauds, jusqu’à faire baisser le taux de prise de 20 à 70% selon les zones. Certains poissons sont descendus plus bas, où ils étaient plus vulnérables; d’autres ont été pêchés le ventre vide, ayant apparemment cessé de s’alimenter.

Quelles solutions?

La solution la plus directe consisterait à limiter le nombre et l’intensité des prospections acoustiques. Mais, du moins aux États-Unis, c’est la direction inverse qui est prise: l’administration de Donald Trump a annoncé l’ouverture prochaine du plateau continental de la côte atlantique à de telles «études sismiques» en vue, in fine, de forages.

L’industrie pétrolière, elle, argue que les preuves scientifiques ne sont pas probantes et que les compagnies prennent des précautions.

«En outre, les études sismiques sont fréquemment utilisées par le service géologique américain, la fondation nationale des sciences et le secteur de l’éolien en mer», dit à l’AFP Michael Tadeo, porte-parole de l’Institut américain du pétrole, une fédération professionnelle.

Concernant les navires, un ralentissement de la vitesse réduirait le volume du bruit. Le port de Vancouver mène des expériences dans ce but depuis l’an dernier, dans le cadre d’un projet nommé «ECHO».

Les ONG militent de leur côté pour que la notion de pollution sonore créée par l’homme soit incluse dans une résolution de l’ONU sur les océans, plus tard cette année.

Alors qu’initialement, c’était principalement l’effet sur les dauphins et les baleines qui était mis en avant, l’ONG agite le spectre d’une perturbation générale de la faune sous-marine, avec une réduction possible des stocks de poissons.

«C’est vraiment un problème de chaîne alimentaire», dit à l’AFP Nicolas Entrup, de l’ONG OceanCare. Mais il se félicite: «Le problème du bruit dans les océans est en train de monter vite à l’ordre du jour, en tant que menace environnementale».

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► 6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield


Il y a des mythes partout, même dans le domaine de l’espace. L’astronaute Canadien Chris Hadfield à voulu répondre à 6 mythes les plus répandus
Nuage

 

6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield

 

Chris Hadfield © Capture d’écran.

Dans une vidéo publiée en ce début du mois de mai, l’astronaute canadien Chris Hadfield, qui a passé en tout 166 jours dans l’espace, donne des réponses à certains des mythes les plus répandus sur l’espace. De la cryogénisation à l’odeur de steak grillé qui émane du vide spatial, certaines réponses peuvent surprendre. En voici quelques unes!

Un astronaute qui sort sans sa combinaison sera brûlé instantanément

Un des mythes évoqués par Chris Hadfield est celui du corps d’un astronaute qui, aspiré brutalement hors du sas, brûle sous l’effet des radiations solaires. En réalité, la vérité est bien pire! 

La partie de la personne orientée vers le soleil cuirait sous une température de +120°C tandis que la partie à l’ombre gèlerait sous une température de -120°C. Chris Hadfield compare cette situation à un corps allongé sur une poêle brûlante tout en ayant de la glace carbonique étalée sur le dos. De plus, l’air de vos poumons serait instantanément aspiré et votre sang se mettrait à bouillir sous l’effet de la dépressurisation. Donc une personne dans l’espace sans combinaison va à la fois, bruler, geler, ne plus savoir respirer et bouillir.

Voyager à la vitesse de la lumière empêche de vieillir

Certaines personnes pensent également que voyager à la vitesse de la lumière, même durant des milliers d’années, éviterait de vieillir. Ce n’est pas tout à fait exact. En fait, nous vieillirions toujours mais à une vitesse différente des personnes restées sur Terre. C’est ce qu’Einstein appelait la relativité. 

Hadfield compare cette question à s’éloigner à la vitesse de la lumière d’une horloge qui indique 12h. Pour vous, il sera toujours la même heure parce que la lumière qui atteint vos yeux s’éloigne de l’horloge exactement en même temps que vous, alors qu’une personne restée à côté de l’horloge verrait l’heure avancer normalement.

Est-ce que le son d’une explosion est audible dans l’espace?

Si on prend comme exemple le soleil, qui est en fait une explosion thermonucléaire continue, on peut facilement répondre à cette question. Sur terre, l’air autour de nous transporte une onde qui va faire vibrer nos tympans, vibration que notre cerveau va transformer en son. Dans l’espace, il n’y a pas d’air, et donc pas de possibilité de transporter le bruit. En ce qui concerne le soleil et ses explosions, c’est plutôt une bonne chose pour nous!

La seule manière de survivre à un voyage interstellaire est de cryogéniser son corps

Pour le moment, il n’existe pas de technologie permettant de réussir pareille expérience. Hadfield explique que lorsque nous gelons de l’eau, celle-ci se transforme en cristaux de glace. Comme notre corps est composé en majeure partie d’eau, il serait détruit comme le sont par exemple les orteils des alpinistes qui ont été exposés à un froid trop intense. En fait, nous ne savons pas encore comment geler un corps de manière permanente tout en le préservant.

Si vous allez dans l’espace, votre corps deviendra plus grand et c’est irréversible

Il y a une part de vérité dans cette affirmation. Sur Terre, la gravité exerce une force sur l’ensemble de notre corps l’attirant vers le sol, et celle-ci s’exerce notamment sur nos os. Dans le cas de nos vertèbres par exemple, il existe un petit espace entre chacune d’elles grâce à l’insertion de cartilages. Dans l’espace, la gravité ne s’applique plus sur nos os et ces espaces peuvent devenir un tout petit peu plus grands. Le corps ne grandit pas réellement, il s’étire. Nous ne sommes pas plus grands mais plus longs.

En rentrant sur Terre, le retour de la gravité implique que tout revient à son état normal. Cette contrainte est cependant intégrée dans les combinaisons des astronautes et leurs sièges d’atterrissage. Ceux-ci sont un peu plus grand que la taille réelle de la personne pour prendre en compte ce léger allongement du corps des astronautes.

Les bactéries se multiplient dix fois plus vite dans l’espace que sur Terre

L’espace est un milieu différent de celui de la Terre. Hadfield et ses collègues se promènent dans la navette en trimbalant avec eux des produits nettoyants afin de garder leur environnement le plus propre possible. Ils gardent également sur eux en permanence des échantillons afin d’analyser des microbes, des virus ou toute minuscule forme de vie. Si aucune maladie ne se développe de manière inhabituelle, ils ont par contre remarqué que certaines formes primitives mutaient de manière différente dans un environnement sans apesanteur et exposé à des radiations élevées.

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► 6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield


Il y a des mythes partout, même dans le domaine de l’espace. L’astronaute Canadien Chris Hadfield à voulu répondre à 6 mythes les plus répandus
Nuage

 

6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield

 

Chris Hadfield © Capture d’écran.

Dans une vidéo publiée en ce début du mois de mai, l’astronaute canadien Chris Hadfield, qui a passé en tout 166 jours dans l’espace, donne des réponses à certains des mythes les plus répandus sur l’espace. De la cryogénisation à l’odeur de steak grillé qui émane du vide spatial, certaines réponses peuvent surprendre. En voici quelques unes!

Un astronaute qui sort sans sa combinaison sera brûlé instantanément

Un des mythes évoqués par Chris Hadfield est celui du corps d’un astronaute qui, aspiré brutalement hors du sas, brûle sous l’effet des radiations solaires. En réalité, la vérité est bien pire! 

La partie de la personne orientée vers le soleil cuirait sous une température de +120°C tandis que la partie à l’ombre gèlerait sous une température de -120°C. Chris Hadfield compare cette situation à un corps allongé sur une poêle brûlante tout en ayant de la glace carbonique étalée sur le dos. De plus, l’air de vos poumons serait instantanément aspiré et votre sang se mettrait à bouillir sous l’effet de la dépressurisation. Donc une personne dans l’espace sans combinaison va à la fois, bruler, geler, ne plus savoir respirer et bouillir.

Voyager à la vitesse de la lumière empêche de vieillir

Certaines personnes pensent également que voyager à la vitesse de la lumière, même durant des milliers d’années, éviterait de vieillir. Ce n’est pas tout à fait exact. En fait, nous vieillirions toujours mais à une vitesse différente des personnes restées sur Terre. C’est ce qu’Einstein appelait la relativité. 

Hadfield compare cette question à s’éloigner à la vitesse de la lumière d’une horloge qui indique 12h. Pour vous, il sera toujours la même heure parce que la lumière qui atteint vos yeux s’éloigne de l’horloge exactement en même temps que vous, alors qu’une personne restée à côté de l’horloge verrait l’heure avancer normalement.

Est-ce que le son d’une explosion est audible dans l’espace?

Si on prend comme exemple le soleil, qui est en fait une explosion thermonucléaire continue, on peut facilement répondre à cette question. Sur terre, l’air autour de nous transporte une onde qui va faire vibrer nos tympans, vibration que notre cerveau va transformer en son. Dans l’espace, il n’y a pas d’air, et donc pas de possibilité de transporter le bruit. En ce qui concerne le soleil et ses explosions, c’est plutôt une bonne chose pour nous!

La seule manière de survivre à un voyage interstellaire est de cryogéniser son corps

Pour le moment, il n’existe pas de technologie permettant de réussir pareille expérience. Hadfield explique que lorsque nous gelons de l’eau, celle-ci se transforme en cristaux de glace. Comme notre corps est composé en majeure partie d’eau, il serait détruit comme le sont par exemple les orteils des alpinistes qui ont été exposés à un froid trop intense. En fait, nous ne savons pas encore comment geler un corps de manière permanente tout en le préservant.

Si vous allez dans l’espace, votre corps deviendra plus grand et c’est irréversible

Il y a une part de vérité dans cette affirmation. Sur Terre, la gravité exerce une force sur l’ensemble de notre corps l’attirant vers le sol, et celle-ci s’exerce notamment sur nos os. Dans le cas de nos vertèbres par exemple, il existe un petit espace entre chacune d’elles grâce à l’insertion de cartilages. Dans l’espace, la gravité ne s’applique plus sur nos os et ces espaces peuvent devenir un tout petit peu plus grands. Le corps ne grandit pas réellement, il s’étire. Nous ne sommes pas plus grands mais plus longs.

En rentrant sur Terre, le retour de la gravité implique que tout revient à son état normal. Cette contrainte est cependant intégrée dans les combinaisons des astronautes et leurs sièges d’atterrissage. Ceux-ci sont un peu plus grand que la taille réelle de la personne pour prendre en compte ce léger allongement du corps des astronautes.

Les bactéries se multiplient dix fois plus vite dans l’espace que sur Terre

L’espace est un milieu différent de celui de la Terre. Hadfield et ses collègues se promènent dans la navette en trimbalant avec eux des produits nettoyants afin de garder leur environnement le plus propre possible. Ils gardent également sur eux en permanence des échantillons afin d’analyser des microbes, des virus ou toute minuscule forme de vie. Si aucune maladie ne se développe de manière inhabituelle, ils ont par contre remarqué que certaines formes primitives mutaient de manière différente dans un environnement sans apesanteur et exposé à des radiations élevées.

https://www.7sur7.be/

Ciel de cendres sur l’île d’Hawaï après l’explosion du volcan Kilauea


Le volcan Kilauea a fini par exploser à son sommet, mais la pluie de cendres n’a pas duré quelques minutes et les accumulations de la cendre n’est pas grande. En plus, l’explosion ne semble pas avoir fait grand bruit très tôt le matin, car des résidents qui habitent près du volcan n’ont rien entendu. Cependant, l’activité de ce volcan peut encore exploser, et faire plus de dégâts.
Nuage

 

Ciel de cendres sur l’île d’Hawaï après l’explosion du volcan Kilauea

 

Une pluie de centres dans le ciel et sur un arbre après une explosion au sommet du volcan hawaïen Kilauea.

Cette photo de l’Institut géologique des États-Unis (USGS) prise le 17 mai montre un épais panache de fumée et de cendres provoqué par une explosion au sommet du volcan hawaïen Kilauea. Photo : Associated Press/United States Geological Survey/HVO

Une éruption explosive tôt jeudi matin au sommet du volcan Kilauea a craché des cendres à plus de 9000 mètres dans le ciel hawaïen. Les autorités ont incité les résidents de l’île à se trouver un abri sécuritaire.

RADIO-CANADA AVEC REUTERS, AFP ET USGS

Le volcan Kilauea est en activité depuis deux semaines.

Des douzaines de fissures ont fait leur apparition du côté est du cratère, ce qui a entraîné le déversement d’un flot de lave dans les communautés, selon le géophysicien Mike Poland, de l’Institut géologique des États-Unis (USGS).

Selon les autorités, le volcan situé sur l’île d’Hawaï a explosé vers 4 h 17 jeudi matin.

Des résidents qui habitent à proximité du volcan disent qu’une pluie de cendres a suivi l’éruption.

Celle-ci n’aurait probablement duré que quelques minutes, selon M. Poland. Il soutient par ailleurs que les accumulations de cendres sont minimes.

En réponse à la question d’un internaute sur Twitter qui se demandait si la quantité de cendres était assez importante pour avoir un impact sur le climat, le USGS a répondu par la négative.

« Le panache de cendres doit être beaucoup plus grand avant qu’il n’atteigne la circulation globale et commence à affecter le climat », a indiqué l’Institut.

Selon un porte-parole de la protection civile de l’État d’Hawaï, Kanani Aton, des résidents qui habitent dans la ville qui se trouve tout près du volcan (et qui porte le nom de « Volcano ») n’ont pas entendu l’explosion durant leur sommeil.

Kilauea

On compte cinq volcans dans l’archipel hawaïen.

Le volcan Kilauea, situé sur l’île d’Hawaï (aussi appelée la Grande Île) est l’un des plus actifs sur la planète.

Sa dernière éruption majeure remonte à 1924. Elle avait fait un mort, en plus de propulser des cendres, des roches et de la poussière dans les airs pendant une période de 17 jours.

Kilauea est situé dans le Parc national des volcans d’Hawaï, qui est fermé de manière préventive depuis le 11 mai.

Nuage volcanique et alerte rouge

L’éruption du 3 mai dernier a provoqué l’évacuation d’environ 2000 personnes des zones résidentielles.

Des coulées de lave ont quant à elles détruit une quarantaine de maisons et d’autres structures.

Et ce n’est peut-être pas terminé.

Dans un communiqué, l’Observatoire hawaïen des volcans indique qu’à « tout moment, l’activité pourrait à nouveau devenir plus explosive, augmentant l’intensité de la production de cendres et générant des projectiles balistiques près de la cheminée » volcanique.

L’épais nuage volcanique se dirige vers le nord-est, selon l’Observatoire, qui avertit les résidents qui se trouvent sur cette trajectoire de trouver refuge.

Les autorités hawaïennes auraient d’ailleurs quitté leur poste près des quartiers qui sont touchés et doivent se déplacer en raison des niveaux élevés de dioxyde de soufre dans l’air.

L’alerte rouge qui avait été lancée mardi pour l’aviation est aussi maintenue, c’est-à-dire qu’aucun trafic aérien n’est permis dans cette zone.

https://ici.radio-canada.ca/

Et si on jetait nos déchets dans la lave ?


Je n’aurais jamais eu l’idée de jeter des déchets dans des cratères de volcan. Et il semble que l’idée ne soit pas très bonne. Même si les déchets brulent, des gaz toxiques peuvent s’échapper dans l’air, ce qui n’est vraiment pas une bonne idée, sans parler que même si la larve est très chaude, elle ne pourrait venir à bout des déchets nucléaires.
Nuage

 

Et si on jetait nos déchets dans la lave ?

 

Crédits : capture Youtube USA Today / Brandon Clement

par Yohan Demeure

Les récents séismes qui se sont produits à Hawaï ont réveillé le volcan Kilauea, qui est entré en éruption. Une vidéo tournée sur place et depuis devenue virale sur le Web montre une automobile engloutie par un torrent de lave. Et si jeter nos déchets dans la lave représentait réellement une solution ?

Depuis le jeudi 3 mai 2018, le volcan Kilauea culminant à 1247 m d’altitude est entré en éruption suite à une série de séismes, dont le plus puissant affichait une magnitude de 6,9 sur l’échelle de Richter. De nombreuses coulées de lave ont été générées, et ce sont plus de 2000 personnes qui ont été évacuées.

Selon CNN, un américain de 38 ans nommé Brandon Clement s’est rendu sur l’île afin d’assister à l’éruption. Alors que ce dernier conduit sa voiture, un tas de lave menace une maison et celui-ci s’arrête pour tenter de voir si quelqu’un est encore à l’intérieur. Après avoir constaté l’absence des résidents, l’intéressé retourne à son véhicule et remarque que le tas de lave en question s’apprête à traverser la route.

Ainsi, Brandon Clement décide d’allumer la caméra située à l’avant de son véhicule afin d’immortaliser la scène. La lente traversée de la lave aura fini par engloutir une autre automobile garée sur le bas-côté, tandis que la vidéo postée sur les réseaux sociaux un peu plus tard devient rapidement virale. Celle-ci relayée par USA Todayest d’ailleurs visible en fin d’article.

Lorsque l’on voit avec quelle facilité la lave avale la voiture, une question très tentante se pose : pourrait-il s’agir d’un incinérateur à déchets naturel ? En réalité, la réponse est non, et nous avons listé les raisons montrant que cela est peu probable – et surtout pas une bonne idée. Tout d’abord, il existe très peu de volcans ayant un cratère ouvert et rappelons que s’approcher d’un volcan est très dangereux.

Par ailleurs, les déchets seraient brûlés sur place, ce qui poserait des problèmes d’accumulation du fait que la lave est très dense malgré son apparence liquide, les détritus ne s’y enfonceraient que très peu profondément. Certains objets jetés dans la lave pourraient causer des explosions et d’autres ne seraient même pas détruits, en particulier les déchets nucléaires comme l’uranium, qui nécessite une température environ quatre fois plus élevée que celle de la lave d’un volcan. De plus, la combustion de ces déchets générerait le rejet de gaz toxiques dans l’atmosphère, et ces derniers représenteraient à la fois un danger pour l’environnement et la santé humaine.

http://sciencepost.fr/