Un extrait de l’Odyssée découvert gravé sur une tablette antique


Une tablette qui raconte l’Odyssée dont Ulysse est le personnage principal pourrait avoir été écrite par Homère au 3e siècle apr. J.-C., a été découverte en Grèce.
Nuage

 

Un extrait de l’Odyssée découvert gravé sur une tablette antique

 

« Si cette datation est confirmée, la tablette pourrait... (Greek Culture Ministry via REUTERS)

« Si cette datation est confirmée, la tablette pourrait être la plus ancienne trace écrite de l’oeuvre d’Homère découverte » en Grèce, selon le ministère.

GREEK CULTURE MINISTRY VIA REUTERS

Agence France-Presse
Athènes

 

Une tablette antique gravée de 13 vers d’une rhapsodie de l’Odyssée -qui pourrait être l’une des plus anciennes traces écrites du récit homérique- a été découverte à Olympie, dans le Péloponnèse, a annoncé mardi le ministère grec de la Culture.

 

La plaquette a été découverte lors de fouilles de surface autour des vestiges du temple de Zeus sur le site du berceau des jeux Olympiques.

GREEK CULTURE MINISTRY VIA REUTERS

Selon les premières estimations des archéologues, la tablette, en terre cuite, date du 3e siècle apr. J.-C., pendant l’époque romaine, a précisé le ministère dans un communiqué.

« Si cette datation est confirmée, la tablette pourrait être la plus ancienne trace écrite de l’oeuvre d’Homère découverte » en Grèce, selon le ministère.

L’extrait est tiré du chant 14, qui décrit le retour d’Ulysse sur son île d’Ithaque et sa rencontre avec son porcher, Eumaios, qui le croit mort.

La plaquette a été découverte lors de fouilles de surface menées par les services archéologiques grecs en coopération avec l’Institut allemand d’archéologie autour des vestiges du temple de Zeus sur le site du berceau des jeux Olympiques, dans l’ouest du Péloponnèse, a précisé le ministère.

D’abord transmise oralement, l’épopée attribuée à Homère, qui aurait composé l’Iliade et l’Odyssée vers la fin du 8e siècle av. J.-C., a ensuite été transcrite avant l’ère chrétienne sur des rouleaux dont seuls quelques fragments ont jusque-là été découverts en Égypte.

http://www.lapresse.ca/

Ce garçon atteint du syndrome d’Asperger décrit sa vie dans un touchant poème


Ceux qui croient que les enfants autismes ne peuvent pas ressentir le jugement des autres, le mal-être d’être différent, voilà un enfant atteint du syndrome d’Asperger qui prouvent qu’ils se sentent différents des autres et qu’ils cherchent leur place dans cette société
Nuage

 

Ce garçon atteint du syndrome d’Asperger décrit sa vie dans un touchant poème

 

SYNDROME ASPERGER

Compassionate Eye Foundation/Steven Errico via Getty Images

Il s’appelle Benjamin, il a 10 ans, et en quelques vers, il nous plonge dans son quotidien, celui d’un enfant atteint du syndrome d’Asperger.

Pour l’école, il a dû écrire un poème intitulé «I am» (Je suis). Sa mère a souhaité partager celui-ci avec la National Autism Association, une association de parents d’enfants autistes américaine, qui a publié le poème sur Facebook le 10 avril.

Le texte extrêmement touchant de ce garçon qui se sent «étrange», «pas à sa place», «dans l’espace» a été partagé près de 15 000 fois sur le réseau social.

Voici la traduction (en anglais les vers riment) :

«Je suis étrange, je suis original
Je me demande si tu l’es aussi
J’entends des voix dans l’air
Je constate que ce n’est pas ton cas, ce n’est pas juste
Je ne veux pas avoir le cafard
Je suis étrange, je suis original
Je fais comme si tu l’étais aussi
J’ai l’impression d’être un garçon dans l’espace
Je touche les étoiles et ne me sens pas à ma place
Je m’inquiète de ce que pensent les autres
Je pleure quand les gens rient, je me sens tout petit
Je suis étrange, je suis original
Je comprends maintenant que toi aussi
Je dis que ‘je me sens comme un naufragé’
Je rêve d’un jour où ce ne sera pas grave
J’essaye de trouver ma place
J’espère y arriver un jour
Je suis étrange, je suis original.»

«Excellent travail, Benjamin! Tu es exactement à ta place car nous sommes étranges aussi», a répondu l’association.

Dans les commentaires, les internautes se sont émus de ce poème.

«Ça me brise le cœur de voir qu’un garçon de cet âge se sent déjà au mauvais endroit», écrit l’un d’entre eux. «Benjamin, tu es tout ce que nous aimerions être», a commenté quelqu’un d’autre.

Un nouveau-né sur 100 serait atteint de troubles du spectre de l’autisme (TSA). Le syndrome d’Asperger en fait partie, il se caractérise par des difficultés dans les interactions sociales.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

L’infirmière


Un poème que ma fille m’avait demandé … je crois pour un travail quand elle a fait son bacc .. Ce n’est pas facile d’écrire sur un sujet qu’on ne sait pas trop ce qu’il faut souligné mais j’avais opté de souligné certains stéréotypes ainsi que la réalité du métier d’infirmière ,… P.S Excusé messieurs si c’est surtout la profession au féminin que j’ai plutôt décrite
Nuage

 

L’infirmière

 


 
Profession infirmière est-ce une science, un art
Ou bien encore une astuce de l’ultime séduction
Simple vision de formes arrondies chassant les gros cafards
Aux lèvres pulpeuses exorcisant toutes malédictions
 
Non, une mégère qui prend son plaisir à la souffrance
Bien équipée de sondes, seringues et potions sensées guérir
Claquant de ses talons dans les noirs couloirs des doléances
Elle se moque de la mort qui ne cesse de s’aguerrir
 
Serait-elle la servante du médecin, le saint des saints
En se dédoublant entre ses ordres, ses prescriptions divines
Et ses pieuses colères devant le patient qui se plaint
Endurant toutes les petites impostures bien taquines
 
Elle doit jongler entre le malade, famille et médecin
Puis les traitements, l’enseignement aussi l’impatience
Les contraintes des heures accumulées n’ayant plus de fin
Être une super femme avec aisance sous ordonnance
 
Sa connaissance médicale trop souvent contestée
Devant les intouchables qui diagnostiquent et prescrivent
Demande une soumission qui ne peut être frelatée
Du moins le pense t-on vraiment car des révoltes s’activent
 
L’infirmière, une fille, une soeur, ainsi qu’une femme
Affrontant la souffrance morale et physique d’un être
Dans l’espoir de faire ressusciter dans ses yeux, la flamme
Qui espérons-le pourra bien cicatriser son mal-être
 
Sous payé pour ses fonctions car elle n’est que l’infirmière
Malgré le temps qui passe entre sa vie et la maladie
Malgré le grand danger des épidémies saisonnières
Elle, toujours au front envers et contre tous sans perfidie
 
Rachel Hubert
Novembre 2009

J’ai perdu mes mots


Chercher des mots pour raconter une vie ou du moins en partie … raconter sa vie ou celle des autres, des moments souvent difficile … que les mots ne suffisent plus
Nuage

 

J’ai perdu mes mots

 


 
J’ai perdu tous mes mots
Douleur de mon enfance
Déployant certains maux
Me laissant dans l’errance
 
Ma plume s’est noircie
Traçant des lignes sombres
Cachant mon cœur durci
Où rodent toutes mes ombres
 
J’aimerais censurer
Des souvenirs latents
Des rêves pressurés
Pour qu’ils ne soient troublants
 
J’ai transféré ma plume
Sur une page blanche
Mais les pensées s’enfument
Mes neurones se débranchent
 
Puis, j’ai pris l’alphabet
Harmonisé les sons
Mis dans un grand coffret
Et voilà l’unisson
 
Les mots éclosent enfin
Ma plume batifole
Consignant mon destin 
Comme une parabole

 
Rachel Hubert
14 août 2007

Je ne suis personne


Ce fut le dernier poème que j’avais écrit en cette période .. ensuite ca devient moins régulier  J’en ai encore 2 ou 3 je cois, que je vais ajouter bientot.. et j’espère reprendre la plume .. et écrire encore ..
Nuage

 

Je ne suis personne

 

 

Qui peut prétendre me connaître
Une inconnue errant sans but
Un visage qui n’est point maître
De fuir cet égoïsme brut

Mais toi, pourquoi cette froideur
Cette indifférence me tue
Car tu exploites ma candeur
Et mon silence se perpétue

Je suis cette petite goutte
Que tu déloges sans rien dire
Changeant mes grands espoirs en doutes
En me noyant au cœur de ton empire

Je suis une fleur sans pétales
Séchée par le manque de soin
Quand tu pars un jour en cavale
M’abandonnant dans mon recoin

Mais voilà, présente toujours 
Certes seule mais aussi tenace 
A tes intempéries du jour
Pour calmer toutes tes menaces

Je deviens ton ombre discrète
Qui en toi, cherche liberté
Effaçant tes erreurs secrètes
Délivrant ton humanité 

Alors
Je ne suis personne
Je suis tout le monde

Rachel Hubert
10 Août 2005

Écoute moi


Un rappel sur mes poèmes au moment ou ils sont écrit il n’est pas nécessairement quelque chose que j’ai vécu a ce moment précis, mais a partir de discussions avec d’autres personnes sur ce qu’ils vivaient ..d’ou ont germer ces mots
Nuage

 

Écoute moi

 

Malgré tout ce que j’ai fait, malgré les sacrifices
Tu m’as abandonnée, dans la rumeur des vents
Luttant contre l’abstrait, contre le maléfice
Je me sens condamnée, cloîtré dans mon couvent

Tout au long de ma route, tu m’as nourrie de peine
Sans jamais m’écouter, sans jamais t’inquiéter
Me laissant dans le doute, de l’unique rengaine
Ton chant d’absurdité, de ton acidité

Je vague entre l’amer et l’envie de sortir
De tes chaînes rouillées, qui attachent mon cœur
Dans ce désert d’hiver qui veut me pervertir
Dans mes couleurs souillées, de toute ma rancœur

Voilà que je renonce à vouloir te changer
Je prends un autre sabord vers un azur plus serein
Ma haine, je l’enfonce dans le sol ombragé
Puis, refais mes accords, pour trouver mon refrain

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
10 Juillet 2005

Lettres incurvées


Quelle tristesse de voir des familles qui enfants et parents s’émerveillaient et qu’avec les années de fausses vérités, des mensonges se sont installées pour brisé les liens
Nuage

Lettres incurvées

Isolé dans mon coin
Excédé de ma vie
Je mets enfin les points
Aux i de mes envies

Les majuscules tombent
Puis très vite faiblissent
Dans la noirceur des tombes
Avec tous leurs complices

Lettres trop incurvées
Telle l’ove des vieux
Qui après la corvée
Sont expulsé des lieux

Voyant les belles images
Mourir une après l’autre
Ou devenir mirages
Pour l’encens des apôtres

Ces mots sont-ils en cire ?
Liquéfiés goutte à goutte
Sur les flammes de mon ire
Embrasant tous les doutes

Où bois dans la fournaise
D’abus qui les crépitent
Futée cette foutaise
Pour laquelle on s’excite 

Ces outils d’atelier
Soufflés par les déluges
Rives sur les mortiers
Les dictons se transfugent

Les lettres qui jadis
Fleuraient une beauté
Des fleurs du paradis
En faisant sursauter

Au sein de ma cité
Les tisons de l’enfer
N’ont pu phagocyter
De ce qui est amer

Le A, un vieux tréteau
Que le temps a rouillé
Le T, tel un marteau
Que les mains ont souillé

Ces lettres ne sonnent plus
Au ciel de ma famille
Dans leur chut absolu
Las, mon âme vacille

Devenu plaie béante
Plus virulente au cœur
Pourtant chercher l’entente
Pour unifier en chœur

Mais ces liens trop rigides
Ont trituré les veines
De mes passions candides
Qui meurent sous les peines

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
7 Juillet 2005