Ce n’est pas ma faute !


Sommes nous responsables de nos actes ou on accuse a qui mieux, mieux pour incomber la faute sur les autres pour se donner une excuse, de notre erreur de notre échec, ?
Nuage

 

 

Ce n’est pas ma faute !

 

 

 

Un habitant du New Jersey aux Etats-Unis vient d’intenter
un procès à l’hopital qui l’a soigné. Obèse, il avait désiré
se faire poser un anneau stomacal, censé l’empêcher de grossir.
 
Quelques jours après son opération, il furetait déjà dans
les couloirs de l’hôpital à la recherche des cuisines. Quand
il les trouva, il se dirigea tout droit vers l’immense frigo
et mangea tout ce qui lui passait sous la main. Son anneau sauta
et déclencha une hémorragie interne.
 
Le patient s’en est miraculeusement tiré. Mais il s’est
retourné contre ses sauveurs : « ce n’est pas ma faute » a-t-il
dit,
« mais celle des docteurs qui auraient dû cadenacer le frigo ! »
 
Si cette histoire vraie nous fait bondir c’est parce que
nous y reconnaissons nos propres faiblesses : en admettant que
le premier péché fut de manger le fruit défendu, le second est
celui qui nous pousse à l’excuser abusivement…
Combien de fois
entendons nous cette phrase :
« ce n’est pas ma faute, c’est LUI ou c’est ELLE qui m’y a poussé  » ?


Or, pour vivre heureux, il faut savoir endosser la
responsabilité de nos actes et de nos échecs éventuels
. Pourquoi ?
 Parce que cette méthode courageuse est aussi la garantie que nos
réussites seront vraiment NOS réussites.
 
De merveilleuses choses vous arriveront si vous décidez enfin
d’être responsables de ce qui entre dans votre esprit et dans votre
corps.
 
> Remplissez votre ventre avec une nourriture saine.
> Faites fonctionner votre esprit en apprenant sans cesse.
> Imposez vous des attitudes positives et optimistes
> Apaisez votre coeur en vous forçant à croire que rien n’est
jamais désespéré, en le remplissant de courage et de confiance

Club positif

Le saviez-vous ► Expression : Treize à la douzaine


Il fut un temps que les commerçants aimaient faire plaisir a leur clients et surement qu’ils ne perdaient pas au retour ..  Chez nous on a une annonce pas très originale à la télé qui d’un magasin de construction, rénovation, avec Normand Brathwaite qui offre 13 la douzaine ,.. mais ils ne vendent sûrement a perte
Nuage

Treize à la douzaine 

 

Un grand nombre, beaucoup.

 
Maintenant souvent employée avec un sens péjoratif signifiant « beaucoup trop » ou même « à ne pas savoir qu’en faire ».

Cette expression, attestée en 1750, vient d’une époque révolue où les commerçants, à la fois peu regardants et qui avaient le sourire et le sens du commerce, n’hésitaient pas à rajouter, sans vous la faire payer, une treizième merguez quand vous en demandiez seulement douze (vous pouvez librement remplacer les merguez par des tomates, des soutiens-gorge ou des enclumes).

Maintenant, pour la même quantité demandée, ils ont plutôt tendance à vous en mettre quatorze et vous faire payer le prix de seize [1].

Aujourd’hui, si après avoir été pris en flagrant délit, vous risquez douze ans de prison et qu’on vous en colle treize, vous pourrez dire que le magistrat vous en a mis treize à la douzaine.

[1] Il ne faut pas généraliser, bien sûr ! Il existe encore des commerçants sympathiques, honnêtes et qui donnent envie de retourner chez eux. C’est vrai, j’en ai rencontré un. Il y a à peine six ans.

http://www.expressio.fr

Faux testicules et masques de beauté pour chiens


La folie tout simplement ! Pourquoi les animaux devraient subir l’idiotie humaine. Non mais c’est toute une industrie qui s’apparente étrangement a la chirurgie esthétique chez les humains .. Au fait a qui cela va faire plaisir .. a l’être humain ou a l’animal … ?
Nuage

 

Faux testicules et masques de beauté pour chiens

 

Au Downtown Doghouse Spa de Manhattan, Hops, un petit terrier maltais, a notamment droit à un masque à la myrtille.

PHOTO: AFP

Sebastian SMITH
Agence France-Presse
NEW YORK

Propriétaires et animaux de compagnie finissent parfois par se ressembler, mais certains Américains poussent à l’extrême cette recherche d’esthétique, offrant à leurs amis à quatre pattes des masques de beauté et même l’implantation de faux testicules.

Au Downtown Doghouse Spa de Manhattan, Hops, un petit terrier maltais, vient ce jour-là d’avoir droit à un brushing, un masque à la myrtille, et un brossage de dents au dentifrice parfumé au poulet.

La toiletteuse Ani Corless juge ça tout à fait normal. «Ce sont des races faites par l’homme, et elles ont besoin de soins», explique-t-elle.

Pendant la pose de son masque, Hops vomit un peu, mais semble apprécier l’attention dont il fait l’objet.

D’autres pratiques, plus extrêmes et douloureuses, ont cependant fait l’objet de critiques à New York.

Selon une élue de l’État, Nicole Malliotakis, certains animaux sont tatoués, se voient mettre des boucles d’oreille ou des anneaux dans les narines, tandis que d’autres subissent des opérations de chirurgie esthétique, lifting ou liposuccion.

Propriétaire de deux chihuahuas appelés Peanut et Olympia, Nicole Malliotakis a proposé une loi pour interdire les opérations de chirurgie esthétique sur les animaux dans l’État de New York, dénonçant «une forme de cruauté».

«Je n’imaginerais pas imposer à mes chiens de telles opérations», explique-t-elle à l’AFP.

Mais Gregg Miller, fondateur d’une société appelée «Neuticles», estime que l’élue en fait trop.

Son entreprise de Kansas City s’est en effet spécialisée dans les faux testicules en silicone, pour les animaux castrés.

«Neuticles aide votre animal à garder son apparence naturelle et sa confiance en soi», commente son site internet.

«Nous avons traité plus de 500 000 animaux aux États-Unis et partout dans le monde –chiens, chats, taureaux, singes, rats, buffles d’eau», énumère Gregg Miller.

Les prix varient de 119 dollars pour une paire Xsmall, à 599 dollars, pour les plus imposantes.

M. Miller a eu l’idée de ce commerce en 1993 quand il a cherché à aider son chien à dépasser le «blues» de la castration.

En général, les faux testicules sont implantés dès que les vrais sont enlevés.

Implants pour les oreilles

«Je l’ai fait à mes chiens, et je pense que c’est merveilleux», explique à l’AFP la vétérinaire du Maryland (est) Flavia DelMastro.

Elle ne pense pas qu’un chien ou un chat castré y attache la moindre importance, mais elle estime que c’est bon pour leur santé.

Mais pour Tazi Phillips, de GlobalAnimal.org, «Neuticles» est «ridicule» et fait partie d’un anthropomorphisme ayant perdu la tête.

Elle cite par exemple des implants pour que les oreilles restent droites, des dents arrachées pour éviter que l’animal mordille, des griffes enlevées pour éviter les rayures sur les meubles.

Des propriétaires de chiens, notamment de Dobermans, taillent également les oreilles et la queue de leurs animaux pour qu’ils soient conformes à un certain idéal de beauté.

D’autres optent pour les tatouages, les piercings, la liposuccion, la rhinoplastie.

«Tout cela vient du fait que les animaux sont considérés moins comme un bien, et plus comme un membre de la famille», souligne-t-elle.

Les défenseurs de ces traitements jugent à l’inverse qu’ils témoignent de l’amour des maîtres envers leurs compagnons à pattes.

Au total, selon l’American Pet Products Association (Association américaine des produits pour les animaux), le budget consacré aux «services» destinés aux animaux, dont le toilettage, pèse 4,1 milliards de dollars et continue à augmenter.

http://www.lapresse.ca

Éviter la propagation des punaises de lit à Gatineau


C’est la belle saison, on en profite, mais il y a aussi les puce de lits qui sont tout content de profiter des ventes de garages ou des grands ménage qu’on se débarrasse des choses qu’on utilise plus et on envoie dans les magasins de seconde mains Ils vont avoir une nouvelle maisons avec repas garanti de sang, hummmmm Ce n’est pas juste a Gatineau, mais partout, il faut faire attention pour ne pas entrer des intrus dans la maison et ce n’est pas une questions de malpropreté .. les puces de lit ne font pas la différence, ils aiment tout le monde ..
Nuage

 

Éviter la propagation des punaises de lit à Gatineau

 

L’Agence de la santé et des services sociaux de l’Outaouais demande à la population d’être vigilante pour éviter la propagation des punaises de lit dans la région. L’insecte indésirable a fait son apparition à Gatineau et les autorités espèrent freiner sa progression.

Le tiers des foyers étaient infestés en Amérique du Nord avant la Deuxième Guerre mondiale, mais les punaises de lit ont pratiquement disparu dans les années 50 avec l’invention du DDT. Seules certaines espèces ont résisté au puissant insecticide.

L’insecte a recommencé à se propager au début des années 2000, alors que les voyages internationaux se sont multipliés. D’abord visible dans les grands hôtels, la punaise de lit a fait son chemin jusque dans les plus petits établissements hôteliers.

La situation est particulièrement problématique à New York et dans les grandes villes comme Toronto et Montréal, mais l’on trouve de plus en plus souvent les punaises dans les plus petites villes comme Gatineau.

L’Agence de santé et des services sociaux de l’Outaouais recommande à la population d’inspecter les meubles dans les ventes de garage avant de les acheter.

Les petits objets comme les oursons doivent aussi être lavés à l’eau très chaude ou séchés à l’air chaud pendant une heure, si l’on y détecte des punaises. La vapeur d’eau peut également être vaporisée sur les meubles.

Louis-Marie Poissant affirme que seul un exterminateur peut venir à bout de ces indésirables lorsqu’une maison ou un logement sont infestés. Il souligne aussi que si les punaises de lit envahissent une habitation multifamiliale, il est essentiel d’avertir le propriétaire de l’édifice.

Prudence en voyage

Les voyageurs devraient aussi porter attention aux punaises de lit lors de leurs séjours à l’hôtel. On suggère de garder les bagages dans le bain et d’inspecter les meubles et le lit lors de l’arrivée dans la chambre. Au retour, il faut laisser les valises à l’extérieur le plus longtemps possible et prendre une douche ainsi que laver les vêtements.

http://actualites.ca.msn.com

Un séisme détruit pour 325 millions $ de meules de parmesan


Le tremblement de terre qui a eu lieu en Italie dans la nuit de Samedi a Dimanche a fait quelques victimes et beaucoup de dégats .. un exemple ici montre que c’est quand même de lourdes pertes a cause de ce séisme
Nuage

 

Un séisme détruit pour 325 millions $ de meules de parmesan

 

Au total, le préjudice s’élève à 250 millions d’euros, selon une première estimation «très prudente».

PHOTO: AP

Agence France-Presse
Rome

Plus de 300 000 meules de parmesan et «grana padano», un fromage similaire, ainsi que des entrepôts, pour une valeur totale de plus de 325 millions de dollars (250 millions d’euros), ont été détruits par le séisme qui s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche dans le nord-est de l’Italie, a indiqué un responsable du secteur.

«La secousse, très forte, a gravement endommagé les structures de nombreux entrepôts ainsi que des milliers de tonnes de Grana Padano et Parmigiano Reggiano», a indiqué Stefano Berni, directeur général du Consortium pour la protection du Grana Padano, fromage au goût moins âpre que le parmesan.

«Il s’agit d’un préjudice très lourd, mais nous ne déplorons aucune victime. C’est le plus grand soulagement dans ce moment d’inquiétude», a-t-il souligné.

Au total, le préjudice s’élève à 250 millions d’euros, selon une première estimation «très prudente», a affirmé M. Berni formulant le souhait qu’il n’y ait pas «d’autres secousses, qui pourraient aggraver encore l’état des structures déjà très endommagées et fragiles».

Contrairement au parmesan produit uniquement en Emilie-Romagne (nord-est), surtout près de Parme, le «grana padano» est fabriqué dans toute la vallée du Pô, en Lombardie, dans le Piémont (nord-est) jusqu’en Vénétie.

Le parmesan est une appellation d’origine contrôlée depuis 1996 et le grana padano une appellation d’origine protégée depuis la même année.

Chaque meule pèse de 25 à 40 kg.

http://www.lapresse.ca

SAMEDI SOIR « Proche de l’émeute »


A qui la faute ???????? On sent vraiment la tension et ce même a l’extérieur de Montréal, partout au Québec, la colère gronde qu’on soit pour ou contre  ! C’est le sujet de l’heure, bien avant la santé, les injustices sociaux, la famine, l’environnement .. et a cause de ces manifestations des gens ont perdus leur commerces. ils sont obligés de faire faillite dans une situations économique précaire .. car cette manifestations recommence a tout les jours et de plus en plus violent … On attends quoi ? Un drame peut-être ? Un mort ?
ET a qui sera accusé.. Le gouvernement du Québec, car tiens sont bout ? Aux étudiants qui tiennent leur bout ? Aux partis politiques, a la population, aux médias sociaux, aux journalistes ? Personne ne fait un pas pour trouver une entente tout le monde tire la couverte d’un bord ou de l’autre .. Ah oui les policiers c’est abuseurs de pouvoir .. on les mets tous dans le même panier … Il en a quelque uns qui ont peut-être été un peu trop fort .. mais la majorités ne font qu’obéir aux ordres .. Et eux font t’ils des vidéos, vont t’ils sur la sellettes pour se plaindre des mauvais traitements et des insultes qu’ils reçoivent des étudiants …  S’ils n’étaient pas la .. comment pensez vous que ces manifestations finirait … Pire qu’hier .. ca j’en suis sur .. car malheureusement ce ne sont pas tous des pacifiques qui font parti des manifestations …
Nuage

 

SAMEDI SOIR « Proche de l’émeute »

 

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Plusieurs manifestants se sont réunis dans les rues de Montréal, pour une 27e manifestation nocturne pour protester contre l’application de la loi spéciale 78 et la hausse des frais de scolarité, le dimanche 20 mai 2012. JOEL LEMAY/AGENCE QM

 

VALÉRIE GONTHIER

 

Le service de police de Montréal (SPVM) s’est dit « préoccupé » par l’intensité de la manifestation qui a frôlé l’émeute samedi soir dans les rues du centre-ville.

« Sur la rue Saint-Denis, c’était particulier. Pour en avoir vu plusieurs (des manifestations), j’ai rarement vu une situation aussi proche de l’émeute », commente Ian Lafrenière, porte-parole au SPVM.

Policiers et pompiers pris à parti, feux dans les rues, vitres d’auto-patrouilles et d’un autobus fracassées. La fin de la manifestation de samedi soir a été marquée par plusieurs débordements.

C’est lorsque les policiers ont voulu disperser la foule que les esprits se sont échauffés. À l’intersection des rues St-Denis et Ontario, des manifestants ont mis le feu à des barricades de matériaux de construction.

« C’était décourageant de voir du monde mettre le feu. Je n’étais pas rassuré, mais pas du tout », lance Ian Lafrenière.

Il ajoute qu’un pompier s’est fait lancer une brique en voulant intervenir. Le commandant Lafrenière n’a pas caché son inquiétude face à de tels gestes de violence.

« Des gaz irritants ont été utilisés contre des policiers et un sac rempli de cocktail Molotov a été retrouvé dans la rue. C’est préoccupant », dit-il.

« Ce n’est pas sécuritaire pour ceux qui se présentent dans ces manifestations pour marcher pacifiquement », ajoute-t-il.

Terrasse

Plusieurs témoins, attablés à des terrasses ou qui déambulaient sur la rue St-Denis, ont assisté à ces débordements.

Une situation qui n’a aidé en rien l’intervention des policiers.

« Ça nous a compliqué la vie que la manifestation se rende sur St-Denis, lance Ian Lafrenière. On essaie d’éviter ce genre de secteur. Mais ça a fait ce que ça a fait. Et ce n’est pas très bon. »

D’ailleurs, les incendies criminels allumés dans la rue ont donné lieu à une intervention sur une terrasse du bar le Saint-Bock.

Des policiers ont notamment lancé du gaz irritant à travers la foule. La scène a été filmée par une caméra de surveillance de l’établissement.

« Un des suspects, qu’on essayait de cibler est allé se cacher sur la terrasse, explique-t-il. Mais des gens s’en sont pris aux policiers et ils ont retenu le suspect pour pas qu’on le prenne. C’est là que ç’a commencé à brasser. »

Selon lui, les policiers ont pris des décisions avec seulement quelques secondes devant eux.

Ian Lafrenière se dit d’ailleurs très fier du travail de ses collègues lors de cette manifestation.

Une équipe de la Sûreté du Québec était aussi présente pour prêter main-forte au SPVM samedi soir.

« Ce n’est pas parce qu’on anticipait la nuit, assure Ian Lafrenière. C’est parce que nos policiers sont fatigués. Ils sont brûlés. On a permis à certains de se reposer.»

Détention

Ce sont finalement 69 personnes qui ont été arrêtées lors de la 26e manifestation nocturne.

Hier, trois d’entre eux étaient toujours détenus par les policiers. Deux sont soupçonnés d’avoir lancé des cocktails Molotov tandis que l’autre aurait agressé un policier.

Les autres manifestants ont été relâchés au cours de la nuit de samedi à dimanche ou dans la matinée hier, sous promesse de comparaître.

Toutes les autres personnes relâchées auraient commis des voies de fait sur des policiers ou des méfaits en endommageant des auto-patrouilles et un autobus de la STM servant au transport des policiers.

Ils sont passibles d’une amende de 500 $ plus les frais, pour un total de 634 $, en vertu d’un nouveau règlement municipal. L’ancienne amende pour un tel méfait était de 100 $ plus les frais pour des méfaits semblables.


– Avec la collaboration

de Daniel Renaud

 

http://www.journaldemontreal.com