Dis moi


C’est lors d’une photo que j’ai vue d’une femme violée pendant la guerre qui m’a incité d’écrire sur ce sujet .. quand je l’ai montré a 3 amis a cette époque ils ont tous arrêter sur un paragraphe en particulier …
Nuage


 

 

Dis moi

 

Dis moi qu’est ce que j’ai fait
Pour mériter ta haine
Pour goûter tes méfaits
Jusqu’au fond de mes veines

Ton regard ombrageux
Ne cherche qu’à me faire peur
Ton désir orageux
Me fige dans ma torpeur

Laisse moi ma dignité
Ne touche pas à mon corps
N’use pas d’énormité
Je mourrais de remords

Suis-je donc une simple proie
Qui prouves que tu es fort
Quand tu me violes
Quand tu me bats
Quand tu me tues
A un, deux ou à trois
Riant de mon sort

Je pleure dans tes souillures
Tu as laissé ta trace
Avec tes mains
Avec ton sperme
Avec tes lèvres
Au cœur de ma froidure
Laissant saletés tenaces

Nulle envie de survivre
A l’ombre de tes pensées
Comment oublier et vivre
De tes actes insensés

Et si j’étais ta sœur
Et si j’étais ta fille
Et si j’étais ta femme
M’aurais-tu violé
M’aurais-tu battu
M’aurais-tu tué

N’as-tu pas oublié
D’une femme tu es issu
Ses bras tu t’es confié
L’amour tu as reçu

Moi étrangère et femme
Je n’ai que ton dédain
Jusqu’au profond de l’âme
D’un avenir sans refrain

Rachel Hubert (Nuage)
21 Janvier 2004

Truc express Éloigner ► les chats des plantes


Un bon petit truc qui en plus de savourer un bon fruit, sa pelure est biodégradable donc un répulsif  pour les chats tout a fait naturel pour des plantes de maison… Est-ce que cela fonctionne ? … j’attends vos commentaires !!
Nuage

 

Éloigner les chats des plantes 

 


 
 
Pour éloigner les chats des belles plantes, surtout des plantes araignées qu’ils semblent aimer particulièrement, mettez quelques pelures d’oranges fraîches sur la terre.

Cela les éloignera.
 
http://www.trucsmaison.com

Le cheval reconnaît la voix et le visage


Les chevaux sont des animaux extraordinaire, mais tout aussi extraordinaire le sociabilité et leur faculté de reconnaître des êtres humains … Plus les études avancent chez les animaux plus l’homme doit comprendre que dans le règne animale beaucoup possèdent les mêmes atouts
Nuage

 

Le cheval reconnaît la voix et le visage

 

En entendant la voix de son dresseur, le cheval peut se retourner rapidement vers lui et s’attarder à le regarder. Crédits photo : Photo 12

Une étude anglaise montre que les animaux peuvent identifier rapidement une personne à partir de l’enregistrement de sa voix et de son apparence physique.

Les humains ne sont pas les seuls à pouvoir reconnaître rapidement des individus de leur propre espèce en les regardant et/ou en les entendant.

«La reconnaissance des visages et des voix est à la base de tous les comportements sociaux. Si les animaux ne se reconnaissaient pas individuellement, ils ne pourraient pas interagir»,souligne Sylvia Wirth, de l’Institut des sciences cognitives de Lyon.

Les personnes partageant la vie d’animaux domestiques le savent depuis longtemps. Mais observer n’est pas démontrer. Les expériences cognitives avec les animaux se multiplient et rivalisent maintenant avec l’éthologie (l’étude du comportement animal).

Depuis le début des années 2000, toute une série d’expériences ont montré que les hamsters, les chiens, les singes, les corneilles, les moutons, les chevaux s’identifient couramment entre eux grâce aux sons et à la physionomie.

Plus récemment, d’autres tests ont montré que les singes sont tout à fait capables de différencier des humains à partir du son de leur voix et de leur visage – il s’agissait en l’occurrence de leurs maîtres, leurs dresseurs ou de simples expérimentateurs.

Cette semaine, des chercheurs britanniques publient une étude montrant que les chevaux sont capables eux aussi d’opérer ce type de traitement (Prodeedings of the Royal Society B, en ligne le 16 mai 2012). Chez les animaux, le système de reconnaissance peut donc associer plusieurs éléments distinctifs (physionomie et son) et s’appliquer à d’autres espèces.

Sociabilité entre les espèces

Lean Proops et Karen McComb, de l’université d’Essex, ont fait deux expériences différentes. Dans la première, deux personnes se tiennent debout de chaque côté devant un cheval: d’un côté un inconnu, de l’autre le dresseur. Au bout de quelque temps, la voix enregistrée de l’inconnu ou du dresseur est diffusée dans la pièce où l’expérience a lieu. En entendant la voix de la personne qu’il connaît, l’animal se tourne rapidement vers lui et s’attarde à la regarder. Il a reconnu la voix et l’associe au visage qu’il reconnaît aussi. Quand c’est la voix de l’inconnu qui est diffusée, le cheval hésite avant de tourner sa tête vers lui et il s’en détourne rapidement. Les chercheurs se sont aperçus que les chevaux réagissent plus vite quand les personnes ciblées sont placées à droite.

Le dispositif est identique pour la deuxième expérience mais elle implique deux personnes que le cheval connaît. Manière de s’assurer que l’animal est capable de reconnaître deux personnes qui lui sont familières et qu’il n’y a pas de biais familier-inconnu.

Le système cognitif de reconnaissance des visages et des voix n’est donc pas réservé aux humains ou aux primates. Il existe aussi chez d’autres mammifères et il a une extension plus grande qu’on pouvait l’imaginer, la sociabilité entre les espèces n’ayant pas forcément de frontières infranchissables.

«Ce système cognitif a sans doute émergé très tôt. Et il se caractérise par une très grande flexibilité», souligne Olivier Pascalis, du laboratoire de psychologie et neurocognition de Grenoble.

«Mais on peut se demander s’il n’y a pas un biais avec les animaux domestiques», ajoute-t-il. Des chevaux sauvages ont-ils les mêmes aptitudes? On peut se le demander.

Des études menées chez des nourrissons vivant entourés d’animaux ont montré qu’ils peuvent apprendre très tôt à reconnaître les individus non humains à partir des seuls traits et des sons qu’ils émettent. Le système de reconnaissance se restreindrait donc dans un milieu uniforme.

«Certaines personnes peuvent toutefois développer de véritables expertises. Les ornithologues savent discriminer des espèces d’oiseaux qui se ressemblent et ils peuvent même reconnaître certains individus», indique Olivier Pascalis.

Pour lui, le problème n’est pas de savoir quelles espèces ont le système cognitif le plus performant.

«Il faut savoir quand il a émergé et pourquoi.»

http://www.lefigaro.fr

Une Américaine aveugle qui enseigne la peinture


C’est un magnifique exemple de ténacité, de volonté et de persévérance. La maladie a effacer ces projets d’avenir pour en construire d’autres tout aussi beau et encore plus profond
Nuage

 

Une Américaine aveugle qui enseigne la peinture

 

Bojana Coklyat dans sa classe de peinture à Jersey City.

PHOTO TIMOTHY A. CLARY, AFP

Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
Jersey City

Elle ne voit plus que des ombres et des formes, mais Bojana, artiste peintre de 33 ans, a fait de son handicap une passion: elle enseigne l’art à des enfants, comme elle aveugles ou mal voyants, à Jersey City, près de New York.

Diabétique, la jeune femme a brutalement perdu la vue il y a quatre ans, faute d’avoir pris soin de sa santé. Elle doit alors quitter son travail dans une galerie d’art et arrête la peinture, désespérée.

Aujourd’hui, Bojana Coklyat accueille ses visiteurs avec un grand sourire et une énergie débordante, dans sa salle de classe de l’école pour aveugles St Joseph, entourée d’enfants ravis.

Au départ, elle était venue proposer ses services à titre bénévole.

«Il y avait une salle magnifique pour les arts, dit-elle, mais pas de professeur».

Si sa démarche a alors surpris, depuis deux ans, elle est devenue indispensable. Un petit budget a même été trouvé pour la payer.

Lors d’un cours récent, elle enseignait à deux adolescents aveugles et neuf enfants de maternelle.

Certains jeunes discernent un peu les couleurs. Les plus grands ont intériorisé les notions de bleu, jaune, rouge ou blanc, mais ne les voient pas.

Ils sont arrivés avec leur canne blanche téléscopique, l’ont repliée et accrochée à leur jean en arrivant.

Bojana se déplace d’un groupe à l’autre, à pas glissants. À Kevin, 17 ans, elle explique qu’il doit continuer à peindre sa composition de bois entamée la semaine précédente.

«Quelle couleur veux-tu ?» Elle prend sa main, lui fait toucher la partie peinte, puis celle encore brute, lui apporte peinture et pinceau.

À Omar, 15 ans, elle rappelle qu’il a commencé à illustrer les mots «espoir, peur et gentillesse». Là encore, elle met sa main sur la sienne, pour lui faire suivre le bord de la feuille avant de lui confier un pinceau.

Du blanc pour l’espoir

Omar demande du blanc pour illustrer le mot espoir, «car l’espoir, c’est comme la clarté». À l’autre bout de la salle, les petits s’impatientent. «Est-ce que je peux commencer ? Je veux du rose», demande une petite fille.

«Partons du thème du printemps et des fleurs», glisse Bojana aux aide-maternelles. Et déjà elle est repartie féliciter Omar: «Tu as fait un cercle quasi-parfait, bravo!»

Les oeuvres sont extrêmement maladroites, mais qu’importe.

«Ce qui compte dit Bojana, ce n’est pas le résultat, mais le processus de création. Ils sont très impliqués, ils ont le sentiment d’accomplir quelque chose, c’est très important».

Aux petits, elle fait toucher la peinture fraîchement étalée.

«Qu’est ce que tu sens ? C’est de la peinture, c’est mouillé».

«Et le pinceau» ? «Ça chatouille», répond un petit.

Omar réclame du rouge, pour peindre la peur. Il dit adorer ces cours.

«La peinture est une façon différente d’exprimer ses sentiments», explique-t-il, ajoutant qu’il «essaie toujours de visualiser dans (sa) tête ce qu’il veut peindre».

Dans la salle sont exposés des nichoirs peints, des sculptures malhabiles en glaise ou pâte à sel, des compositions en papier-mâché.

Quand elle n’enseigne pas, Bojana peint chez elle, le nez collé sur ses toiles: de grandes oeuvres aux couleurs vives et dont les personnages sont surlignés d’un trait noir. Car elle a dû adapter sa peinture.

«Avant, dit-elle, j’étais beaucoup plus dans le détail. Aujourd’hui, je m’attache plus aux sentiments. Ce qui est extraordinaire, c’est que les gens se relient à ce que je peins, ils me le disent».

La peinture a été sa thérapie. En novembre, elle a subi une double greffe d’un rein et du pancréas. Elle n’a plus d’injections d’insuline, plus de dialyse. Et avec sa santé, les projets sont revenus.

Elle prépare désormais plusieurs expositions, et a décidé de reprendre les études pour devenir «art-thérapeute».

http://www.lapresse.ca/

Colombie-Britannique Des zombies au service d’un site internet gouvernemental


Une bien drôle de façon d’attirer l’attention des gens en cas de catastrophe naturelle. Je pense que c’est une manière d’attirer les jeunes .. alors pourquoi pas, une attaque de zombies bien que fictive permet d’apprendre des gestes qui peut nous sauver la vie
Nuage

 

Colombie-Britannique

Des zombies au service d’un site internet gouvernemental

 

Colombie-Britannique - Des zombies au service d'un site internet gouvernemental

© Courtoisie Emergency Info BC

MONTREAL – Le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, au Canada, a lancé cette semaine une fausse campagne de préparation aux attaques de zombies pour promouvoir son site d’information en ligne sur les risques de catastrophes naturelles dans la région.

«Même si nous pensons que les chances pour qu’un zombie frappe à votre porte sont plutôt minces, nous estimons que si vous êtes prêt pour les zombies, vous êtes prêt pour n’importe quelle catastrophe», indique le site d’Emergency Info BC.

Cette campagne sur internet est présentée comme un «blogue de survie après une attaque de zombies» et se veut uniquement «fictionnelle».

Elle comprend notamment des directives en cas d’éclatement d’une épidémie transformant les gens en zombies, une carte des zones à risques de la Colombie-Britannique ou encore des instructions sur le matériel à emporter dans son kit de survie. Le site en profite pour glisser des liens vers les ressources réelles mises en place en cas de catastrophe naturelle.

Selon Emergency Info, «à part une attaque de zombies, (la Colombie-Britannique) peut être touchée par des inondations, des tremblements de terre ou des tsunamis».

http://fr.canoe.ca

Ontario Avaler un diamant de 20 000$


Quelle idée stupide d’avaler un pierre précieuse, tel qu’un diamant .. il faut vraiment vouloir ce bijou. Pour risquer des dommages dans le corps sans oublier que monsieur sera puni pour son méfait de toute façon
Nuage

 

Ontario

Avaler un diamant de 20 000$

 

Avaler un diamant de 20 000$

Crédit photo : archives, AFP

Par Eric Clément | Agence QMI

Une radiographie a révélé qu’un homme qui avait avalé un diamant d’une valeur de 20 000 $, il y a environ cinq jours, avait toujours la pierre précieuse dans son corps, a fait savoir la police.

Richard Mackenzie Matthews, âgé de 52 ans, a fait irruption le 10 mai dernier chez le bijoutier Precision Jewellers à Windsor, en Ontario, et aurait avalé le diamant.

L’homme est détenu dans une cellule sans toilette depuis qu’il a prétendument avalé la pierre précieuse de 1,7 carat.

Matthews a été accusé de vol et de violation des conditions de la cour. Si la police récupère le diamant, il sera probablement aussi accusé de possession d’un bien volé.

La police attend toujours que l’accusé évacue la pierre précieuse.

http://tvanouvelles.ca