Les films d’horreur activent notre cerveau primitif


J’aime bien les films d’horreurs en autant que cela ne soit pas des démembrements et du sang pendant presque tout le film. J’aime les films qui peuvent faire sursauter avec un bon suspens. D’abord, parce que l’on sait que cela n’est pas réel, que notre vie n’est pas en danger, on peut bien sentir l’adrénaline, la peur, l’inquiétude le temps d’un film.
Nuage


Les films d’horreur activent notre cerveau primitif


(Montréal) Dans la franchise Saw (Décadence), le tueur au Puzzle contraint ses victimes à poser des gestes inimaginables pour tenter de survivre.

JEAN-BENOIT LEGAULT
LA PRESSE CANADIENNE

On ne veut surtout pas entrer dans les détails, mais les scènes d’horreur, de torture et d’automutilation qu’on y présente n’auront rien de divertissantes aux yeux de millions de personnes.

Des millions d’autres, en revanche, en redemandent et la franchise fait courir les foules. Elle compte maintenant huit titres et un neuvième est prévu pour 2020. Leurs recettes mondiales au guichet frisent le milliard de dollars américains depuis que le premier film est apparu sur les écrans en 2004.

Et on ne parle ici que d’une seule franchise. On ne parle même pas des légendaires Jason Voorhees, Freddy Krueger, Chucky et Michael Myers, pour ne nommer que ceux-là, qui ont à leur actif des dizaines de films, d’innombrables victimes… et évidemment, des centaines de millions de dollars en revenus.

Force est donc de conclure que pour certains, peur et plaisir sont intimement reliés.

« Dans un film d’horreur, c’est vraiment rare que les gens vont faire autre chose en même temps, a expliqué la professeure Marie-France Marin, du département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal. On est complètement absorbés par l’action. Jusqu’à un certain point, tu perds un peu la notion de je suis où, quelle heure il est, quel jour nous sommes, et ça ça fait du bien de temps en temps au cerveau. »

Au fil du temps, et surtout de l’évolution, notre cerveau a appris à consacrer toute son attention au danger auquel il fait face s’il veut survivre. À une certaine époque, c’était le tigre aux dents de sabre qui venait d’apparaître à quelques mètres de là ; aujourd’hui, ce sont Jason et sa machette dégoulinante de sang.

« Les émotions comme la peur et les réponses physiologiques comme le stress nous ont toujours servis, a dit Mme Marin. Dans le fond, ça a permis à nos ancêtres de survivre assez longtemps aux menaces pour avoir la chance de passer leurs gènes à la génération suivante. Puisque ces caractéristiques-là ont si bien servi la survie de l’espèce, ça a été conservé de génération en génération. »

Hypervigilance

Il est donc impossible de regarder un film d’horreur de manière distraite, a ajouté Mme Marin. Notre cerveau ne nous laissera pas divaguer, aller ailleurs, réfléchir à cette rencontre avec notre patron demain ou planifier l’épicerie du week-end.

Cet état d’hypervigilance permet à plusieurs de décrocher complètement, d’éviter la rumination des derniers jours ou l’anticipation des prochains, d’où l’intérêt qu’ils y trouvent.

« En étant dans cet état-là, on est 100 % dedans, a dit la chercheure. On est vraiment complètement centrés sur ce qui est en train de se passer. Donc ça peut être bien aussi, les gens qui ont tendance à toujours avoir le hamster qui roule, ben c’est un moment où on donne une pause au cerveau, on est 100 % dans l’émotion, dans le moment. »

Et il y a plus : dans cet état d’hypervigilance, l’adrénaline coule à flots, le cœur bat à tout rompre et tous nos sens sont augmentés pour assurer notre survie. Tout cet « éveil physiologique » peut être très plaisant à explorer en toute sécurité.

« Il y a aussi des endorphines parce qu’une fois que c’est terminé […], on se sent mieux, des endorphines sont libérées et les endorphines on le sait, on les appelle les hormones du plaisir, donc ça peut devenir “addictive”, a expliqué Mme Marin. On peut avoir le goût de retourner et de vivre cette émotion-là. »

Mais ultimement, le cerveau n’est pas dupe. Il sait très bien que le danger n’est pas réel et qu’il peut s’extraire de la situation à tout moment, si cela devient insupportable.

« Le film, jusqu’à un certain point, oui on a peur, mais on sait qu’on peut quitter à n’importe quel moment, donc il y a un contrôle par rapport à ça, a conclu Mme Marin. Dans le fond, on est au courant que l’émotion qui est vécue n’est pas dommageable parce qu’on sait qu’il va y avoir une fin, on sait que c’est contrôlé, on sait que ce n’est pas vrai, on sait que c’est de l’imaginaire, donc le cerveau se permet un peu ce luxe-là. »

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Qu’est-ce que la phagophobie ?


Souffrir de phagophobie cause bien des problèmes alimentaires pour celui ou celle qui en souffre. Cette phobie peut devenir tellement handicapante que la personne a tendance à s’isoler.

Nuage


Qu’est-ce que la phagophobie ?

La phagophobie est un trouble alimentaire très particulier. Il consiste à avoir peur de s’étouffer en avalant un aliment; avoir peur de la fausse route.

Les personnes atteintes craignent plus que tout les souffrances que pourraient provoquer l’étouffement, mais aussi ce qui s’en suivrait, c’est à dire la mort.

Ainsi les phagophobes évitent de manger certains aliments, notamment ceux qui sont solides. Ils se contentent de n’avaler que de la nourriture molle, voire liquide. Dans les cas les moins sévères la personne mangera du solide mais passera un temps considérable à mâcher afin de faire de minuscules morceaux avant d’avaler.

Ce trouble a généralement de graves conséquences sur la vie sociale puisque par peur de se ridiculiser auprès de leur entourage les phagophobes déclinent systématiquement toute invitation au restaurant ou chez des amis.

Ainsi, progressivement, la honte et l’isolement peuvent gagner la personne atteinte.

Pour soigner ce trouble la méthode la plus efficace est une thérapie cognitivo- comportementale.


https://www.chosesasavoir.com/

Le Saviez-Vous ► Souffrez-vous d’anuptaphobie ? Les signes qui ne trompent pas


Bien cette phobie, n’est vraiment pas mon cas. j’apprécie vraiment le célibat. Cependant, d’autres ne le tolère pas et en font même une phobie. Ils ont tellement peur de rester seul, qu’ils arrivent qu’ils s’entourent de personnes toxiques.
Nuage


Souffrez-vous d’anuptaphobie ? Les signes qui ne trompent pas

par Julie Legendart

On a presque toutes dans notre entourage quelqu’un qui éprouve une peur panique à l’idée d’être célibataire. Il se peut que vous-même souffriez de ce qu’on appelle « l’anuptaphobie » dans le jargon scientifique. Voici quelques signes qui ne trompent pas.

Il est tout à fait naturel de vouloir partager les moments importants de notre vie avec quelqu’un, que ce soit un ami, un membre de note famille ou un amoureux. Mais chez certaines personnes, ce besoin d’être deux, et plus précisément en couple, frise le désir compulsif. Désir qui en réalité correspond souvent à la peur d’être seul. Cette crainte porte un même un nom : « l’anuptaphobie ». Voici 5 symptômes typiques.

Au début d’une relation vous vous emballez très (voire trop) vite

Vous avez tendance à vous jeter au cou du premier mec qui vous tape dans l’oeil et à vivre vos premières semaines d’idylle avec une passion intense. « J’ai peut-être trouvé le bon », vous dites-vous souvent. Sauf que presque toujours, une fois que l’euphorie du début s’estompe, vous vous rendez compte, qu’en réalité vous n’avez pas grand-chose en commun, ni grand-chose à vous dire. Ce que vous auriez probablement remarqué un peu plus tôt si vous n’étiez pas tétanisée à l’idée de rester seule.

Vous n’avez jamais rompu avec quelqu’un

De votre point de vue, « mieux vaut être mal accompagnée, que seule ». Du coup, vous n’avez jamais mis fin à l’une de vos relations amoureuses, même quand vous saviez qu’il était préférable d’en arriver là. Rassurez-vous : si vous avez toujours été la larguée de l’histoire, cela ne signifie pas nécessairement que vous le méritiez ou que vous n’êtes pas digne d’être aimée, mais simplement que cette relation n’était pas la bonne.

Vous planifiez toujours tout

L’imprévu ne vous fait pas peur, à condition qu’il rende votre existence plus intéressante. Une rencontre fortuite mais heureuse lors d’une soirée un peu ennuyeuse décuplera par exemple votre soif d’aventure. Ce qui vous effraie en revanche, c’est le fait d’être inoccupée. Du coup, vous programmez mille sorties le week-end, avec le plus de gens possible, pour toujours avoir quelque chose à faire et surtout toujours quelqu’un à voir. Sinon, c’est la panique à bord.

Vous déprimez sec quand vous êtes toute seule

Si les trous blancs dans votre emploi du temps vous effraient, c’est précisément parce que vous n’aimez pas vous retrouver toute seule. Vous n’êtes en effet pas de ces personnes qui apprécient (y compris lorsqu’elles sont en couple) de se retrouver seules avec elles-mêmes de temps à autre pour faire le point. Quoiqu’il advienne, vous recherchez désespérément la compagnie de quelqu’un. Sans quoi, vous risquez sérieusement de déprimer.

Vous êtes facilement parano

Contrairement à ce qu’on peut parfois entendre, la sensibilité n’a rien d’une marque de faiblesse. Vous ne devriez donc jamais avoir peur ou honte d’exprimer à voix haute ce que vous ressentez. Après tout, nous éprouvons tous des sentiments et le fait d’être sensible prouve votre capacité à accepter et montrer vos émotions, ce qui est une bonne chose. Mais chez les personnes atteintes d’anuptaphobie, la moindre remarque ou le moindre petit geste de la part de votre partenaire peut déclencher des émotions aux proportions démesurées. S’il vous « avoue » par exemple qu’il trouve une actrice attirante ou qu’il ne vous répond pas dans la seconde parce qu’il est occupé à faire quelque chose d’autre, vous vous dites illico qu’il fait cela parce qu’il n’est pas heureux avec vous et qu’il risque de vous quitter d’un instant à l’autre. Ce que vous souhaitez empêcher à tout prix, bien sûr, puisqu’il s’agit de votre plus grande peur.

Comment gérer cette peur de rester seul.e ?

Comme toutes les phobies, la peur pathologique de rester seule est profondément ancrée en vous. Il sera donc difficile d’y trouver une explication rationnelle, puisqu’elle se rattache rarement à un événement précis de votre vie, mais plutôt à des enchaînements de situations et de rencontres qui ont façonné votre existence et vos rapports aux autres. D’ailleurs, il est souvent difficile de surmonter sa peur. Mais rassurez-vous : il existe des solutions pour la gérer, et mieux vivre avec au quotidien.

La première des choses à faire consiste à s’enlever de la tête que le bonheur passe automatiquement par une vie de couple. D’ailleurs certains couples ne sont pas heureux, même s’ils font tout pour apparaître comme le couple parfait en société. Une fois que vous avez bien intégré cette notion, recentrez-vous sur vous-même. Évaluez-vous à votre juste valeur, effectuez des activités qui vous plaît, avancez dans votre carrière, concrétisez vos rêves… Dites-vous bien que vous pouvez atteindre ses objectifs par vous-même, car vous êtes suffisamment forte pour y arriver. Vous n’en ressortirez que plus sereine et épanouie. Et, qui sait, c’est peut-être à cet instant précis que l’amour pointera le bout de son nez. Et le bon, cette fois.

https://www.terrafemina.com

Arrête d’avoir peur


C’est tout à fait moi, qui a cette fâcheuse tendance à m’imaginer toute sorte de scénario même pour des futilités et en bout de ligne, j’ai perdu du temps à me stresser.
Nuage


Arrête d’avoir peur


Arrête d’avoir peur de tout ce qui pourrait aller mal. Commence à excité de tout ce qui pourrait aller bien


Inconnu

La réalité virtuelle utilisée pour soulager les enfants


Quoi de plus traumatisant pour un enfant qui doit subir des traitements à l’hôpital. L’hôpital Sainte-Justine à Montréal utilise la réalité virtuelle pour aider à diriger l’attention de l’enfant ailleurs que sur les traitements. Il semble que cela est très positif. Cela doit sûrement fonctionner pour les adultes, j’aimerais bien essayer chez le dentiste.
Nuage


La réalité virtuelle utilisée pour soulager les enfants


La réalité virtuelle utilisée pour soulager les

SYLVIE LE MAY/CHU SAINTE-JUSTINE VIA PC

Le CHU Sainte-Justine utilise deux formes de réalité virtuelle.

  • La Presse Canadienne

MONTRÉAL — La réalité virtuelle permet de soulager les enfants qui doivent subir des procédures déplaisantes ou stressantes, démontrent des projets-pilotes menés au CHU Sainte-Justine.

«On vise vraiment à détourner l’enfant de la source de douleur, à dévier son attention de la source de stress et de peur aussi, a expliqué la chercheure Sylvie Le May, du Centre de recherche du centre hospitalier pédiatrique montréalais. Souvent, ce sont des procédures qui ne sont pas nécessairement très douloureuses, mais qui créent beaucoup d’appréhension, de peur et d’anxiété chez les enfants.»

Pour le moment, la réalité virtuelle est principalement utilisée pour soulager ce que Mme Le May appelle «la douleur aiguë procédurale», comme celle qui accompagne une ponction veineuse, la pose d’un cathéter intraveineux, le changement de pansements chez les brûlés ou les injections à l’urgence — toutes des choses, dit-elle, «qui vont générer beaucoup de peur et d’anxiété, et qui vont faire augmenter la douleur».

Des chercheurs de Toronto et de Los Angeles ont quant à eux commencé à l’utiliser auprès d’une clientèle qui souffre de douleur chronique.

«Dans tous les projets qu’on a faits à date, la réalité virtuelle a facilité la procédure de soins, a ajouté Mme Le May. Ça a été dans le fond une procédure plus humanisante pour les enfants et les parents qui voyaient leur enfant qui était distrait, qui avait moins de douleur.»

Les trois projets pilotes menés jusqu’à présent se sont révélés si prometteurs au niveau de la faisabilité, de l’acceptabilité, de la satisfaction et des effets sur les enfants que des essais cliniques seront maintenant effectués pour recueillir plus de données sur l’efficacité de l’intervention de réalité virtuelle.

Cela permettra notamment de mesurer si le recours à la réalité virtuelle permet de réduire la quantité de médication requise pour contrer la douleur.

Deux formes de réalité virtuelle

Si la réalité virtuelle existe depuis 25 ans, ses applications auprès des enfants sont relativement récentes. En plus des projets menés au CHU Sainte-Justine, des initiatives ont également cours à l’Hôpital pour enfants malades de Toronto et au BC Children’s Hospital.

Le CHU Sainte-Justine utilise deux formes de réalité virtuelle: la forme immersive pour les plus vieux (entre sept et 17 ans) et la forme hybride pour les plus jeunes. La forme immersive est celle avec laquelle la population sera la plus familière, celle qui requiert l’utilisation de lunettes que l’enfant porte sur la tête; la forme hybride utilise plutôt un écran incurvé qui donne une impression d’être «dans» l’écran.

 On utilise la forme hybride auprès des plus petits pour des raisons de sécurité et parce que leur cortex visuel n’est pas encore complètement développé, a expliqué Sylvie Le May.

«Pour les enfants plus petits, avec l’écran, le jeu vidéo qu’on a travaillé permet de générer des bulles, puis les bulles touchent un champignon et il y a un chat qui sort, a-t-elle ajouté. L’interaction peut se faire par elle-même ou elle peut être générée par l’enfant.»

Dans le cas de la version immersive, l’enfant est équipé d’une petite manette qui lui permet de lancer des balles, de crever des ballons et de se balader dans un univers avec lequel il peut interagir.

«Ça dévie complètement l’attention de l’enfant de la source de douleur», a réitéré Mme Le May.

Le jeu utilisé pour les plus petits a été trouvé sur internet, puis modifié pour stimuler davantage leurs cerveaux. Le jeu destiné aux plus vieux, Dreamland, a été développé spécifiquement pour le CHU Sainte-Justine par la firme Oniric Interactive.

» Cliquez ici pour un aperçu du jeu immersif développé par Oniric Interactive et le CHU Sainte-Justine.

«On a contrôlé vraiment l’intérieur du jeu, la vitesse, les éléments du jeu, les niveaux, l’expérience immersive, dit la chercheure. Ça ne veut pas dire qu’on ne pourrait pas utiliser un jeu qui serait disponible pour le grand public, mais souvent ces jeux-là sont soit violents, soit trop rapides, soit ils entraînent rapidement des nausées, des vomissements et des étourdissements. Puisque nous sommes dans un contexte hospitalier, où les enfants sont parfois un peu perturbés par leur condition, il fallait tout de même travailler sur certains de ces facteurs-là pour minimiser les cybermalaises. Le but n’est pas de les rendre encore plus malades.»

D’autres applications possibles

«Si on prend les projets de réalité virtuelle immersive, on a vraiment vu une différence entre les groupes qui avaient la réalité virtuelle et les groupes qui ne l’avaient pas, sur la détresse, la mémoire, la procédure était plus facile à faire, et il y avait très peu d’effets secondaires, a expliqué Mme Le May. Un groupe a eu un peu de nausées et d’étourdissements, mais en général très peu d’effets secondaires. C’était très apprécié des parents, des professionnels de la santé qui font la procédure, parce que souvent ça facilite la procédure, ils n’ont pas à recommencer deux ou trois fois parce que l’enfant est trop agité ou qu’il a peur.»

La réalité virtuelle est une intervention peu coûteuse qui a fait ses preuves, poursuit-elle, et elle pourrait maintenant s’étendre à d’autres secteurs de soins, après avoir été utilisée à l’urgence, avec les brûlés et en orthopédie.

Mme Le May entrevoit notamment des applications possibles dans le traitement des phobies ou des troubles alimentaires, ou encore en réadaptation.

«Souvent en réadaptation il y a une appréhension de la douleur ou de bouger les membres, alors en ayant la réalité virtuelle l’ergothérapeute ou le physiothérapeute peut prévenir l’enfant qu’il va bouger son bras ou sa jambe, et ça détourne l’attention de l’enfant du membre qui va bouger ou qui est douloureux, et ça facilite la procédure de soins, a-t-elle précisé.

«On est de plus en plus sollicités à l’hôpital dans différents secteurs pour l’utilisation de la réalité virtuelle, on commence vraiment à prendre de l’essor.»

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Qu’est-ce que la nomophobie ?


Avec les smartphone, une nouvelle phobie a fait son apparition et à été nommé en 2018 nomophobie. Cette peur de se retrouver sans téléphone à une époque ultra-connecté. On ne veut rien manqué, on partage tout sur l’Internet. Partout, on voit des gens rivés sur leur téléphone portable que ce soit en autobus, en marchant, en famille, au restaurant, c’est tellement partout qu’on doit interdire le téléphone au volant ou à vélo.
Nuage


Qu’est-ce que la nomophobie ?

Symptôme d’une époque ultra-connectée, la nomophobie serait le reflet de nos multiples dépendances numériques. Entre peurs fantasmées et réalités hétéroclites, décryptage d’un phénomène de société difficilement appréhendé.

“Votre temps d’écran était inférieur de 25% la semaine dernière, pour une moyenne de 4h et 12 minutes par jour.”

Comme chaque dimanche, avec une assiduité qui frise la provocation, mon téléphone estime utile de réduire à néant toute mon estime de moi en me rappelant à mon piètre statut de junkie numérique, chiffres et statistiques à l’appui. Le pire, c’est que je ne lui ai rien demandé.

D’autres modèles de smartphones proposent aussi de bloquer l’usage de certaines applis au bout d’un certain temps écoulé ou de passer en mode noir et blanc pour nous inciter à lâcher notre précieux téléphone. L’origine de ces innovations technologiques aux allures de garde-fous électroniques ? La nomophobie ou la peur irraisonnée de se retrouver sans son téléphone portable.

Le “mal du siècle” 

Couronné “mot de l’année” en 2018 par le Cambridge Dictionnary, ce terme résulte de l’ingénieuse contraction de “no mobile phone phobia”, une expression anglo-saxonne découlant du phénomène d’hyper-connectivité ambiant dicté par l’omniprésence d’Internet et des réseaux sociaux. Et pour cause, la nomophobie renvoie à l’ensemble des angoisses plus ou moins envahissantes qui peuvent nous envahir à l’idée d’être privée de notre smartphone adoré, dont 73% des français sont aujourd’hui équipés (source : Baromètre du numérique 2017/ CRÉDOC). Un week-end en rase campagne sans réseau, une soirée avec une batterie à 3% ou pire, une journée entière au bureau avec le portable tombé dans le creux du canapé : autant de situations qui plonge le nomophobe, novice ou avéré, dans un désarroi auréolé de crainte et d’ anxiété.

“Je déteste quand j’oublie mon téléphone chez moi. Je me sens vraiment toute nue quand je ne l’ai pas ! Avec toujours cette sensation désagréable que je vais rater le coup de fil du siècle. Du coup, quand je m’en rend compte dans le métro, dès que j’arrive au bureau, je mets un statut sur Facebook pour prévenir mes contacts. C’est ridicule, je sais, mais je peux pas m’en empêcher”, avoue Sandra, 30 ans.

On reconnaît également le nomophobe à sa capacité à consulter compulsivement son téléphone toutes les 2 minutes ou à scroller inlassablement son écran quand il a le malheur de l’avoir à portée de main.

“Je crois que je suis arrivé à un stade où je ne me rends même plus compte que je suis en train de “checker” mon téléphone. C’est devenu un tic : je regarde l’heure, je vérifie que je n’ai pas de notifications ou j’ouvre compulsivement Instagram, sans même vraiment savoir pourquoi”, confie Tomas, 28 ans.

En 2016, le très en-vue créateur Simon Porte Jacquemus, alors âgé de 26 ans, confiait même dans les colonnes de Stylist avoir frôlé la tendinite du pouce tant il passait du temps sur son smartphone.

Génération nomophobe

Au-delà de l’anecdote, cette confession un brin honteuse du presque trentenaire est symptomatique de ce terrible mal qui ronge sa génération et la suivante, tous sexes et genres confondus. En 2018, une étude OpinonWay/Smerep révélait ainsi que 20% des étudiants passaient plus de 6h par jour sur leur téléphone.

“Bien sûr, les plus vulnérables sont les adolescents et les jeunes adultes chez lesquels se retrouver sans portable signifie risquer de vivre un isolement insupportable.” explique le Dr Anne Marie Lazartigues*, psychiatre et psychothérapeute basée à Paris.

« Quand mon portable a dû partir en réparation, ce qui m’a réellement manqué a été de ne pas pouvoir communiquer avec le monde extérieur. Je voulais prévenir de mon retard ? Pas de téléphone ! Je voulais raconter une anecdote de ma journée ? Pas de téléphone ! Un joli coucher de soleil que j’aurai aimé immortaliser ? Pas de téléphone !” se souvient Katia, 31 ans. “On dit souvent que l’on se coupe du monde lorsque l’on est accro à son téléphone mais, étrangement, je ne m’étais jamais sentie si seule qu’en étant sans. »

Une angoisse de performance qui pousse à vouloir sans cesse être joignable

La nomophobie, un “mal du siècle” qui répondrait à des problématiques sociales, relationnelles mais également professionnelles, 60% des Français consultant leurs mails via leurs smartphones.

“Ayant une angoisse de performance qui les pousse à vouloir sans cesse être joignables, les trentenaires ne peuvent pas non plus se passer d’avoir leur portable en permanence à portée de main”, ajoute la spécialiste.

“J’aimerai bien passer moins de temps sur mon téléphone mais en réalité, je n’ai pas vraiment le choix avec mon travail, je dois vraiment être toujours connecté”, confirme ce responsable en communication politique qui a préféré rester anonyme.

Problème ?

“Cette utilisation compulsive du portable finit par avoir des conséquences néfastes sur la vie sociale, professionnelle ou familiale, ne serait-ce que du fait de son caractère chronophage”, prévient le Dr Lazartigues.

En effet, qui n’a jamais remarqué ses couples qui, en plein dîner en tête-à-tête, bloquent sur leur portable respectif pendant de longues minutes ? Ces réunions d’équipe improductives où tous les participants ont les yeux rivés sur leur écran ? Ces apéros entre amis qui virent aux concours de like et de selfies ?

“Malgré sa dénomination, la nomophobie nous semble entrer davantage dans la catégorie des addictions que dans celle des phobies. D’ailleurs, elle n’est pas reconnue dans les nomenclatures psychiatriques.” précise l’experte.

D’autres spécialistes incitent par ailleurs à la prudence face à ses termes un brin galvaudés qui témoignent des habituelles craintes générées par l’arrivée de nouvelles technologies. Certains soulignent également comment la nomophobie est devenu le parfait alibi d’une foire marketing aux digital detox des plus lucratives.

Dans quels moments utilisez-vous votre téléphone ? Quelle utilité en tirez-vous ? Que se passe-t-il si vous êtes dans l’incapacité de l’utiliser ?

Etre attentif aux difficultés, aux manquements ou encore aux erreurs qui résultent directement de notre usage excessif de téléphone : telle semble être la première façon de désamorcer toute potentielle dérive.

“Il a fallu que je frôle l’accident de voiture parce que je conduisais tout en consultant mon téléphone pour que je commence à me poser des questions. C’est vraiment idiot”, poursuit Tomas.

 Prêtez également attention à votre comportement : dans quels moments utilisez-vous votre téléphone ? Quelle utilité en tirez-vous ? Que se passe-t-il si vous êtes dans l’incapacité de l’utiliser ?

On peut ensuite se fixer progressivement des limites et s’autodiscipliner en se forçant à laisser son doudou numérique dans une autre pièce que celle où l’on dort, à couper les notifications ou à le ranger dans son sac-à-main pendant une réunion de famille.

“C’est bête mais, désormais, j’essaie de faire en sorte que la dernière chose que je regarde avant de m’endormir soit le visage de mon copain à côté de moi et pas une énième story sur Instagram”, rajoute Sandra.

Autre piste de réflexion conseillée par les spécialistes : celle du modèle que l’on souhaite donner à nos charmantes têtes blondes sur les bienfaits d’un usage modéré des nouvelles technologies. Difficile en effet de réprimander votre pré-ado sur son addiction smartphonesque quand vous avez vous-même le nez toujours collé dessus !

À moins que vous ne comptiez sur ce fameux rapport hebdomadaire généré par son téléphone dernier cri qui le rappellera à l’ordre avant même que vous n’ayez eu le temps de le faire. 

*Le Dr Anne Marie Lazartigues, psychiatre, psychotherapeute et sexologue, spécialisée dans les thérapies, reçoit dans son cabinet du 4e arrondissement de Paris.
** Source : Baromètre du numérique 2017/ CRÉDOC

https://www.marieclaire.fr/,

La méditation n’est pas bénéfique pour tout le monde


Sans que les scientifiques ne savent pas vraiment pourquoi il semble que la méditation ne soit pas pour tout le monde. Il semble que pour certains, cela peut augmenter le stress, par la peur et des émotions négatives. Les hommes serait légèrement plus enclins que les femmes à ressentir un impact désagréable et étrangement l’écart est plus grand chez les athées que les croyants.
Nuage

La méditation n’est pas bénéfique pour tout le monde

Les scientifiques ne savent pas pour l'instant quels types de méditation impacteraient négativement les adeptes ni dans quelle mesure. | Erik Brolin via Unsplash

Repéré par Hakim Mokadem

Les scientifiques ne savent pas pour l’instant quels types de méditation impacteraient négativement les adeptes ni dans quelle mesure. | Erik Brolin via Unsplash

Repéré sur Cosmos Magazine

Cette pratique peut faire ressortir peur et anxiété.

Régulièrement vantée pour ses bienfaits sur l’humeur et la qualité de vie, la méditation apporterait aussi son lot de désagréments. Selon une étude publiée dans le journal PLOS ONE, plusieurs adeptes réguliers de cette pratique mentale l’ont vécue comme «désagréable» et ont éprouvé des sentiments de peur, d’anxiété ou encore des émotions déformées.

Dirigés par une équipe de recherche de l’University College de Londres au Royaume-Uni, ces travaux scientifiques s’appuient sur un sondage en ligne auquel 1.232 personnes ont répondu. Parmi les questions posées, l’appréciation de l’expérience de méditation et si elle était vécue comme «désagréable», à travers des sentiments d’anxiété, de peur, des émotions déformées, une altération du sens que les personnes avaient d’elles-mêmes ou du monde.

Un sentiment négatif chez 25% des adeptes

Au moins un quart des participant·es de l’enquête qui méditent régulièrement ont déclaré avoir connu une expérience psychologique «particulièrement désagréable»liée à la méditation, y compris des sentiments de peur et des émotions déformées. Les hommes distancent un peu plus les femmes: ils ont été 28,5% contre 23% d’entre elles à avoir exprimé un avis négatif sur leur expérience personnelle de la pratique.

L’écart se creuse encore un peu plus avec les personnes athées: 30,6% d’entre elles ont mal vécu la pratique, contre 22% pour les croyant·es.

«Ces résultats soulignent l’importance d’élargir la compréhension publique et scientifique de la méditation au-delà d’une technique de promotion de la santé», indique Marco Schlosser, psychiatre et chercheur à l’University College de Londres.

Les scientifiques indiquent toutefois que les données n’apportent aucune indication sur le type exact d’expériences, ni sur leur gravité ou leur impact.

«Nous savons très peu de choses sur pourquoi, quand et comment de telles difficultés liées à la méditation peuvent survenir: des recherches supplémentaires sont maintenant nécessaires pour comprendre la nature de ces expériences», prévient l’auteur principal de l’étude.

http://www.slate.fr/