L’amour au temps de la course aux armements


La vie sexuelle pour certains animaux, et insectes n’est pas sans mal, voir même traumatisante. Une espèce de coléoptère a évolué dans une sorte de course à l’armement dont la femelle subie des conséquences malheureuses en vivant moins longtemps après sa progéniture
Nuage

 

L’amour au temps de la course aux armements

 

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d'épines.

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d’épines.   Photo : Université d’Uppsala

Pas facile de s’accoupler pour une certaine espèce de coléoptères (qui englobe les scarabées, les coccinelles, les hannetons…) dont le pénis des mâles se barde d’épines de plus en plus longues et pointues et dont la paroi des parties génitales de la femelle s’épaissit pour réussir l’exercice de fécondation. Voici l’histoire d’une sexualité extrême.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Un texte d’Alain Labelle

L’espèce en question : la bruche du niébé ou Callosobruchus maculatus. Des chercheurs australiens l’ont étudiée pendant dix ans et ont réussi à mettre en évidence une véritable « course aux armements » sexuelle au sein de l’espèce.

Le phallus du mâle ressemble étrangement aux fléaux d’armes, ces boules en acier aux pointes acérées utilisées au Moyen Âge pour terrasser l’adversaire.

Quant aux femelles, elles n’en sortent pas indemnes : en effet, la paroi de leurs parties génitales s’est épaissie pour y faire face.

« L’accouplement traumatique est observé chez plusieurs autres espèces », explique Liam Dougherty de l’Université d’Australie-Occidentale à Crawley.

D’autres exemples

Un autre exemple, plus connu, est celui des punaises de lit. Le mâle perfore l’abdomen de la femelle avec son pénis en forme d’aiguille hypodermique pour directement déverser ses spermatozoïdes au bon endroit. Des piquants ornent également les pénis de nos cousins les chimpanzés, des chats ou des limaces de mer.

Pourquoi un animal développe-t-il de telles armes? La théorie dominante veut que les mâles équipés de pénis avec de longues épines aient une plus grande réussite en matière de fertilisation.

Ainsi, pour augmenter son succès reproductif, au cours des générations, la bruche du niébé a acquis des épines de plus en plus longues, comme le veut la sélection sexuelle décrite par Darwin.

Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, ces accouplements dévastateurs ne sont pas immédiatement meurtriers. Cela ne serait pas à l’avantage du mâle, puisque la femelle doit pouvoir élever sa descendance. Mais, à terme, ils réduisent la durée de vie des femelles.

Ces dernières ne sont pas restées sans réaction face à cette évolution :

  • l’épaisseur moyenne de l’appareil génital de la femelle a augmenté pour éviter la perforation;
  • les femelles ont développé leur système immunitaire, les plaies sont moins nocives et peuvent être réparées plus rapidement.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont étudié 13 groupes de bruches du niébé élevées en laboratoire pendant plus de 10 ans. Les chercheurs ont ainsi pu voir défiler environ 100 générations.

La coévolution observée chez cette espèce aboutit à une course aux armements sexuelle, mais également à une baisse de la fertilité des femelles. Liam Dougherty, chercheur

Le chercheur rappelle que chez de nombreuses espèces, les intérêts évolutifs des mâles et des femelles peuvent être différents, un concept que les scientifiques appellent le conflit sexuel.

http://ici.radio-canada.ca/

«Ronronthérapie»: des chats contre le stress au bureau à Tokyo


Je suis d’avis que des animaux domestiques au travail changent la dynamique des employés. Les chats sont à mon avis, les mieux placés par leur indépendance et leur quête de câlins. D’autres animaux aussi seraient douées pour faire diminuer le stress au travail. Il s’agit de trouver l’animal qui correspond le mieux aux groupes
Nuage

 

«Ronronthérapie»: des chats contre le stress au bureau à Tokyo

 

Plusieurs sociétés misent sur les animaux pour contribuer à... (Photo YOKO AKIYOSHI, Agence France-Presse)

Agrandir

Plusieurs sociétés misent sur les animaux pour contribuer à réduire stress et anxiété.

PHOTO YOKO AKIYOSHI, AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Agence France-Presse
Tokyo

Les entreprises japonaises sont connues pour leurs horaires interminables et des relations hiérarchiques souvent stressantes. L’une d’elles a trouvé une thérapie, un trait d’union entre collègues: les chats.

Dans le petit bureau de Tokyo de l’entreprise informatique Ferray, neuf félins ronronnants sautent sur les genoux des employés, pianotent de leurs délicats coussinets sur les claviers d’ordinateurs, dorment et mangent en toute liberté.

Hidenobu Fukuda, qui dirige cette société, a introduit sa politique de «chats au bureau» en 2000 à la demande d’un de ses collaborateurs et autorisé les salariés à venir avec leur matou.

«Je donne aussi 5000 yens (40 euros) par mois à qui sauve un chat», ajoute-t-il.

D’autres sociétés ont également misé sur les animaux pour contribuer à réduire stress et anxiété.

Chez Oracle Japan, un bobtail nommé Candy s’est vu donner le titre d’«ambassadeur» chargé d’accueillir les hôtes et d’apaiser le personnel, peut-on lire sur le site internet. Le groupe américain a au Japon un chien de bureau depuis 1991 et Candy, le quatrième, a maintenant un compte Twitter et Instagram.

De son côté, la firme de ressources humaines et recrutement Pasona Group a «embauché» à plein temps deux chèvres en 2011 et deux alpagas en 2013, en partie à des fins thérapeutiques.

Tokyo a une soixantaine de cafés à chats officiellement reconnus où les félins naviguent parmi les clients.

Chez Ferray, Eri Ito est conquise: «des chats qui dorment juste à côté de nous, c’est apaisant».

http://www.lapresse.ca/

Douleur chez le chat : 23 signes à ne pas négliger


Les chats ont tendance à ne pas trop montré quand ils ont mal. Il y a quand même des signes qui peuvent guider leur maître pour comprendre qu’il faut consulté
Nuage

 

Douleur chez le chat : 23 signes à ne pas négliger

 

Un œoeil maintenu fermé est un signe "suffisant" pour emmener son chat consulter un vétérinaire.

Un œoeil maintenu fermé est un signe « suffisant » pour emmener son chat consulter un vétérinaire.

© GERARD LACZ / REX FEATU/REX/SIPA

Morgane Kergoat

Journaliste Sciences et Avenir

Les propriétaires de chats sont bien placés pour observer un changement de comportement chez leur animal. Mais il n’est pas toujours facile de savoir quand il faut s’inquiéter. Voici les 23 signes typiques de la douleur chez le chat.

DOULEUR. Sous leurs airs de dandys soucieux de leur corps, les chats sont des durs à cuire. On a parfois l’impression qu’ils cessent toute activité dès qu’ils ont un poils de travers, mais, en réalité, ils ne manifestent que très peu leur douleur. Au point que bien souvent seuls leurs propriétaires, qui les connaissent par cœur, savent repérer les premiers signes de mal-être dans de subtils changements du quotidien.

Apathie, perte d’appétit, isolement de l’animal ? C’est peut-être le moment d’aller consulter

 

Chacha passe sa journée affalé sur un coussin ? Pourtant, d’habitude il est très énergique et adore jouer. Joufflu ne s’intéresse pas à sa gamelle ? C’est étrange, lui qui mange plutôt deux fois qu’une. Minette n’a pas l’air commode aujourd’hui, elle s’isole et grogne quand on approche la main, alors qu’elle est connue dans toute la maison pour être un vrai pot de colle ? Faut-il vraiment s’inquiéter ? Sans blessure apparente, il n’est pas aisé pour le propriétaires de savoir quand il doit cesser la simple surveillance et emmener son chat chez le vétérinaire.

23 signes « suffisants » pour démontrer une souffrance

Deux chercheurs britanniques ont établi une liste de 23 signes « suffisants » pour affirmer qu’un chat souffre sur le plan physique. Leur étude, publiée dans Plos One le 24 février 2016 repose sur les réponses d’un groupe de vétérinaires. Ainsi, la perte d’appétit de Joufflu, l’apathie de Chacha, la fuite et le grognement inhabituels de Minette figurent parmi les signes suffisants de changement de comportement, dont voici la liste :

1 – Le chat boite
2 – Il éprouve des difficultés à sauter
3 – Sa démarche est anormale
4 – Il est réticent à bouger
5 – Il réagit quand on le palpe à un endroit en particulier
6 – Il fuit /se cache sans raison apparente
7 – Il ne fait pas sa toilette
8 – Il joue moins
9 – Il perd l’appétit
10 – Son activité physique a globalement diminué
11 – Il se frotte moins aux gens
12 – Son humeur générale a changé (il est par exemple irritable)
13 – Son tempérament a changé (il n’est plus dynamique par exemple)
14 – Il se tient recroquevillé
15 – Son poids a changé rapidement et sans raison apparente
16 – Il se lèche particulièrement un endroit du corps
17 – Il tient sa tête basse
18 – Ses paupières se contractent de façon répétée et involontaire (blépharospame)
19 – Il y a un changement au niveau du comportement alimentaire
20 – Le chat évite les endroits lumineux
21 – Il grogne
22 – Il gémit
23 – Il ferme anormalement ses yeux/son œil

Attention aux médicaments destinés à l’homme

Si l’un de ces comportements inhabituels est observé, le chat a mal quelque part. Il ne faut donc pas hésiter à consulter un vétérinaire si la situation ne revient pas rapidement à la normale. Évidemment si un chat semble avoir mal à un endroit précis, le propriétaire peut commencer par tenter de regarder lui-même s’il n’y a pas une blessure ou un corps extérieur inséré dans sa peau ou dans son œil.

Attention, rappel : ne jamais donner de médicaments pour l’homme à un chat (sans l’avis d’un vétérinaire), en particulier des anti-douleurs contenant du paracétamol (type Doliprane®) qui sont mortels pour lui ! Dans tous les cas, repérer ce qui ne va pas et le signaler sans attendre au vétérinaire permet de poser un diagnostic rapide et d’augmenter ainsi les chances de guérison du chat.

https://www.sciencesetavenir.fr

Etonnant ! Votre chat peut être allergique à vous !


On peut être allergie aux chats, les chats peuvent être allergiques aux insectes, mais aussi à son maître … Et on le soigne comme un être humain, mais adapté pour la boule de poil
Nuage

 

Etonnant ! Votre chat peut être allergique à vous !

 

Saviez-vous que votre chat pouvait être allergique à vous ? Oui, oui. A vous !

Les chats sont responsables de 2/3 des allergies aux animaux de compagnie. Contrairement à ce que l’on croit trop souvent, ce ne sont pas le plus souvent les poils la cause de l’allergie, mais la salive, les urines et les sécrétions de leurs glandes sébacées. Mais ce que l’on sait moins, c’est que les chats aussi pourraient souffrir d’une allergie à leur humain ! Tout comme chez l’Homme, l’allergie du chat serait souvent causée par une sensibilisation à l’épithélium.

Des allergies de plus en plus fréquentes

Pour tester cette hypothèse selon laquelle les chats eux aussi pourraient souffrir d’allergies à leur maître, des vétérinaires ont mené une petite expérience : déposer des objets appartenant à leurs maîtres à côté des chats. Et comme on pouvait s’y attendre, des réactions allergiques ont été constatées. Selon Raelynn Farnsworth de la Washington State University’s College of Veterinary Medicine, ces allergies restent néanmoins assez rares.

Que faire alors en cas d’allergie avérée du chat pour son humain ? Le traitement est le même que celui de l’allergie chez l’Homme : essayer de se débarrasser de l’allergène quand c’est possible, ou soigner les symptômes avec des antihistaminiques. Souvent, les chats qui sont allergiques aux humains le sont aussi à d’autres facteurs environnementaux et un traitement reste la meilleure solution.

Par Elise PetterCrédits

photo :Shutterstock

https://wamiz.com/

Après un passage chez le toiletteur, ce chat est méconnaissable


J’espère que la prochaine fois, elle ira elle-même voir le toiletteur ou changer d’endroit. Pauvre chat, une chance que les poils repoussent
Nuage

 

Après un passage chez le toiletteur, ce chat est méconnaissable

 

La maîtresse de Jin Jin a voulu aider son fidèle compagnon à supporter les fortes chaleurs en allégeant son poil. Petit souci: le toiletteur a eu la main très lourde sur la tondeuse.

Il fait actuellement très chaud à Taiwan. En l’envoyant chez le toiletteur, Xie Qian Qian, la maîtresse de Jin Jin, a voulu aider son chat persan à supporter les températures élevées.

Un look particulier

Habituellement, Jin Jin a droit à une coupe de lion, avec des poils raccourcis sur tout le corps jusqu’au cou. Sa crinière doit, en théorie, rester intacte.

Prise par son travail, Xie Qian Qian a demandé à un ami de déposer son chat chez le toiletteur du coin. Mais visiblement, les consignes n’ont pas été respectées. Jin Jin était tout simplement méconnaissable. Tous ses poils avaient été tondus très courts, à l’exception de l’avant de sa tête. Le chat donne même l’impression de porter un masque.

Buzz

« J’ai été très surprise que le toiletteur le rase comme ça. Mais je ne peux pas le blâmer », a avoué Xie Qian Qian.

Les photos de Jin Jin font actuellement le buzz sur Facebook. Selon sa maîtresse, il a plutôt bien accepté son nouveau look.

« C’est un chat très doux et gentil », a conclu Xie Qian Qian au site The Dodo.

© Facebook.©

Facebook.

http://www.7sur7.be/