Le Saviez-Vous ► Les 8 maladies les plus dangereuses révélées par vos yeux


Une visite pour l’examen de la vue est beaucoup plus que détecter des troubles de visions. Ces examens peuvent détecter des maladies à un stade précoce, tel que certains cancers, diabète, leucémie et autres.
Nuage

 

Les 8 maladies les plus dangereuses révélées par vos yeux

 

Des ophtalmologistes et des optométristes nous parlent des 8 maladies dangereuses qu’ils peuvent détecter en examinant les yeux de leurs patients.

Vos yeux peuvent permettre de détecter un cancer

Un examen des yeux pourrait vous sauver la vie. Nous pouvons tout dépister, de la tumeur au cerveau au cancer du sein et des poumons, nous confie Joseph Pizzimenti, optométriste et professeur agrégé au Nova Southeastern University College of Optometry Eye Care Institute de Fort Lauderdale, Floride. Certains types de saignements de la rétine peuvent aussi indiquer une leucémie. Les médecins des yeux  peuvent diagnostiquer une tumeur au cerveau grâce aux changements dans le champ de vision du patient. Les mélanomes malins peuvent apparaître à l’arrière de l’œil et le patient n’en aura pas la moindre idée jusqu’à ce que la tumeur atteigne le centre de la vision, précise le Dr Pizzimenti.

Voyez-vous votre ophtalmo régulièrement ?

Ne vous étonnez pas si on vous pose cette question lors de votre bilan de santé annuel. La rétine, ou l’arrière de l’œil, est en effet le seul endroit de votre corps qui offre aux médecins une vue très rapprochée des vaisseaux et des nerfs sans avoir besoin d’ouvrir. L’examen oculaire de routine est donc très utile pour détecter des problèmes de santé à un stade très précoce. Des spécialistes des yeux nous en apprennent davantage sur les maladies qu’ils peuvent aider à diagnostiquer lors d’un examen. Découvrez au cours des prochaines pages les maladies les plus dangereuses que peuvent révéler vos yeux.

Détecter le diabète par les yeux

Un des premiers symptômes du diabète de type 2 se manifeste parfois par un petit saignement de la rétine, signe d’une rétinopathie diabétique.

«Je vois chaque jour des patients qui affichent ce symptôme et chez lesquels le diabète n’a pas encore été diagnostiqué», raconte le Dr Pizzimenti.

Si elle n’est pas traitée, cette affection peut conduire à la cécité, mais prendre les devants peut réduire ce risque de moitié. Lorsque la rétinopathie diabétique est détectée à un stade précoce, des changements dans le style de vie tels qu’une alimentation plus saine et une perte de poids peuvent prévenir de plus graves conséquences. Surveillez ces signes silencieux du diabète.

L’hypertension détectée par les yeux

Les dommages subis par les vaisseaux sanguins, y compris l’affaiblissement et le rétrécissement  des artères, peut signaler un problème d’hypertension, avertit la Dre Jessica Ciralsky, professeur adjoint d’ophtalmologie au Collège médical Weill Cornell, à New York.

De nombreuses études à grande échelle ont établi des liens entre les maladies du cœur et le rétrécissement des petits vaisseaux de la rétine, selon un article paru dans le American Journal of Medicine. Cette relation est particulièrement forte chez les gens montrant d’autres facteurs de risque de maladies cardiaques.

Un examen des yeux peut révéler une sclérose en plaques

La névrite optique – inflammation du nerf optique – peut être un signe avant-coureur de la sclérose en plaques, une maladie dégénérative du système nerveux, affirme Mitchell Munson, président de l’Association américaine des optométristes. La névrite optique apparaît chez 75 pour 100 des patients atteints de sclérose en plaques, et elle en est le premier signe dans 25 pour 100 des cas. (Attention : une névrite optique n’indique pas automatiquement que l’on est atteint de sclérose en plaques ; elle peut résulter d’une infection ou d’autres causes.)

«Les patients souffrant d’une névrite optique ont souvent la vision brouillée, mais j’ai déjà diagnostiqué ça chez des patients qui n’avaient pas le moindre symptôme», indique le Dr Munson.

Arthrite rhumatoïde

Environ 25 pour 100 des patients souffrant d’arthrite rhumatoïde ont des problèmes de vision ; la sécheresse de l’œil étant la plus commune. Autre piste : si un patient fait des attaques d’iritis – inflammation douloureuse de l’iris ou de la partie colorée de l’œil – durant la même année, ou trois attaques en 18 mois, on peut suspecter une arthrite rhumatoïde  explique le Dr Munson. Les gens souffrant d’arthrite rhumatoïde qui affecte les articulations de la main et des pieds ont un niveau de substances inflammatoires dans le sang cinq fois plus élevé que la normale. Il arrive que ces substances migrent dans l’œil aussi bien que dans les articulations, dit le Dr Munson.

Détecter un AVC grâce à un examen de la vue

L’AVC est un dysfonctionnement cérébral soudain causé par une interruption de l’irrigation sanguine, elle-même provoquée par le blocage (ischémie) ou la rupture (hémorragie) d’un vaisseau. L’AVC de Liz Rodovich était de type ischémique et avait altéré la vision de l’œil gauche. Un accident ischémique transitoire (AIT) est un mini-AVC causé par un caillot qui se loge temporairement dans l’œil ou dans la partie du cerveau qui est le siège de la vision.

Ce que constate le spécialiste de la vue : il ne verra pas le caillot à l’origine de l’AIT parce que celui-ci se dissout rapidement. Quand le patient se présente, tout est à nouveau normal. Le diagnostic est donc basé sur les symptômes et les antécédents médicaux.

Ce qu’éprouve le patient : une perte indolore, totale ou partielle, de la vue d’un œil, qui dure de quelques minutes à plusieurs heures.

Ce qui arrive ensuite : le patient est dirigé vers une clinique spécialisée pour un examen complet.

« Le risque d’AVC est beaucoup plus grand chez les victimes d’un AIT parce qu’elles ont déjà fait un mini-AVC, dit Setareh Ziai. Nous recommandons un examen général afin de prévenir un accident plus grave. »

Déceler des troubles hormonaux avec un examen de la vue

« Les hormones jouent un rôle capital dans la préservation du film lacrymal et de la surface oculaire », déclare M. Ziai.

Ce que constate le spécialiste de la vue : des rougeurs, une inflammation et un assèchement de la surface de l’œil avec sécrétion de mucus.

Ce qu’éprouve le patient : vision brouillée, brûlure et irritation, sensation de sable dans les yeux, difficulté à fixer un écran d’ordinateur (les battements des paupières diminuent alors de 66 %).

Ce qui arrive ensuite : un ophtalmologue peut prescrire divers traitements pour atténuer l’inconfort. Par exemple, des gouttes lubrifiantes, un onguent, des compresses tièdes, un nettoyage des paupières ou des suppléments d’acides oméga 3.

Autres symptômes à surveiller:

1. Des yeux exorbités sont parfois le signe d’une ophtalmopathie disthyroïdienne, trouble lié à une maladie auto-immune de la thyroïde et caractérisé par un gonflement des muscles et des tissus de l’œil et de l’orbite.

2. Les anomalies pupillaires (différence de taille ou réaction anormale à la lumière, par exemple) peuvent être dues à une maladie.

3. Des yeux jaunes sont parfois une manifestation d’une atteinte au foie. L’hépatite et la cirrhose jaunissent le blanc des yeux.

4. Rougeur, douleur et inflammation des enveloppes oculaires caractérisent la sclérite, affection symptomatique de plusieurs maladies auto-immunes comme le lupus et la polyarthrite rhumatoïde.

5. Les spasmes oculaires, ces agaçants clignements des paupières, sont causés par une irritation des fibres musculaires. Leur cause profonde est presque toujours bénigne ; ils sont souvent déclenchés par le stress, la fatigue ou la caféine.

http://selection.readersdigest.ca

Publicités

Des mammifères diurnes après la disparition des dinosaures


Avant l’extinction des dinosaures, beaucoup d’animaux étaient nocturne, puis une partie des mammifères on évoluer pour devenir diurne,il a fallut que leur vision puisse aussi s’adapter à ce nouveau mode de vie, qui s’est fait en des millions d’années
Nuage

 

Des mammifères diurnes après la disparition des dinosaures

 

Représentation artistique de la vie d’un Kayentatherium, un mammifère semi-aquatique qui vivait à au Jurassique. À l’arrière apparaissent des Dilophosaurus, un prédateur redoutable de l’époque.

Représentation artistique de la vie d’un Kayentatherium, un mammifère semi-aquatique qui vivait à au Jurassique. À l’arrière apparaissent des Dilophosaurus, un prédateur redoutable de l’époque.   Photo : Mark Witton

Les mammifères ont commencé à profiter de la lumière du jour après l’extinction des dinosaures, il y a 66 millions d’années.

Un texte d’Alain Labelle


Pour en arriver à cette conclusion, des chercheurs israéliens et britanniques ont reconstitué l’histoire évolutive de 2415 espèces de mammifères actuels. Ils ont ainsi pu estimer la nature du mode de vie de leurs ancêtres qui vivaient il y a des millions d’années.

La théorie largement acceptée par la communauté scientifique veut que l’ancêtre commun à tous les mammifères était une créature nocturne. Les présents travaux révèlent le moment à partir duquel des mammifères ont commencé à vivre le jour. Et ce moment correspond à la disparition des dinosaures non aviaires.

Ces travaux permettent également de savoir quelles espèces ont changé de comportement les premières.

Deux scénarios

Deux arbres généalogiques représentant les évolutions possibles des mammifères ont été créés par les chercheurs de l’Université de Tel Aviv et de l’University College London.

Les scénarios montrent que les mammifères sont passés à l’activité diurne peu après la disparition des dinosaures, un changement qui s’est déroulé sur plusieurs millions d’années nécessitant une étape intermédiaire d’activité mixte de jour et de nuit.

Nous avons été très surpris de constater une corrélation aussi évidente entre la disparition des dinosaures et le début de l’activité diurne chez les mammifères, mais nous arrivons à la même conclusion en utilisant plusieurs techniques différentes d’analyse.

Roi Maor, Université de Tel Aviv

Il est important de rappeler que ce changement ne concerne qu’une partie des mammifères puisque la plupart des mammifères sont toujours nocturnes de nos jours.

L’une des découvertes des scientifiques montre que les ancêtres des primates simiformes (qui incluent les gorilles, les gibbons, les tamarins, vous et moi) ont été parmi les premiers à laisser tomber le mode de vie nocturne.

Le moment de ce changement varie selon les modèles, mais serait intervenu il y a entre 52 et 33 millions d’années.

Cette hypothèse cadre bien, selon les chercheurs, avec le fait que l’acuité visuelle et la perception des couleurs de ces mammifères sont comparables à celles des reptiles diurnes et des oiseaux, des groupes qui ont toujours été diurnes.

Ces deux caractéristiques de la vision dépendent des propriétés photoréceptrices de la rétine. Or, la vision diurne est possible grâce aux cellules rétiniennes appelées cônes et celle de la vision nocturne grâce aux cellules appelées bâtonnets. Il y en a entre 5 et 7 millions cônes dans un oeil humain. Alors que les espèces nocturnes en compte beaucoup moins.

Les mammifères diurnes ont donc dû évoluer pour s’épanouir dans leur nouveau mode vie. Et si les primates semblent être ceux dont la vision s’est le mieux adaptée à ce nouvel environnement, c’est « peut-être dû au fait que leurs ancêtres ont été parmi les premiers mammifères à adopter un mode de vie diurne », affirment les auteurs dont les travaux sont publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution.

http://ici.radio-canada.ca

Le Saviez-Vous ► 10 trucs au sujet des chiens qui vont vous épater !


Comme les chats, les chiens aussi ont des particularités intéressantes comme ceux capable de détecter des maladies ..
Nuage

 

10 trucs au sujet des chiens qui vont vous épater !

 

chien tire langue

Vous saviez par exemple que votre toutou était un bien meilleur docteur que vous ?

Comme nous, les chiens peuvent rêver, et ça a l’air plutôt chouette !

Pendant le sommeil REM, le chien peut rêver et produire des mouvements involontaires. Tous les chiens ne rêvent pas de la même façon et il semblerait que les chiens rêvent de trucs de chiens !

    Les chiens peuvent flairer certaines maladies

    Avec 220 millions de récepteurs olfactifs, les chiens ont un odorat très développé. Selon une récente étude, ils peuvent détecter pas moins de 6 maladies, dont les migraines, l’hypoglycémie, certains cancers…

    Le chien a une moins bonne vision que nous, mais voit mieux dans le noir

    Contrairement à ce qui est souvent dit, le chien ne voit pas en noir et blanc. Par contre, sa vision est bien meilleure que la nôtre dans le noir grâce à une structure de l’oeil différente.

    Le Labrador est la race la plus populaire aux Etats-Unis

    Et cela depuis 26 ans.

    L’empreinte de la truffe du chien est unique, comme celle de nos doigts

      truffe de chien

      Aucun chien n’a la même truffe contrairement à ce que l’on pourrait croire !

      Si le chien ADORE se rouler dans des saletés (ou pire), c’est que pour lui ça sent divinement bon

      Le chien a donc un odorat plus développé que nous, et qui fonctionne sans doute un peu différemment !

      Si le chien dort en boule, c’est à cause de son instinct

        chien en boule

        Cela leur permet de protéger leurs organes les plus fragiles en cas d’attaque. Et ça protège aussi du froid.

        La race Saluki serait la plus ancienne encore en vie

          race saluki chien

          Certains historiens identifient le Saluki comme existant en tant que race dès 329 avant notre ère en Egypte.

          Les chiens peuvent distinguer les émotions dans la voix

          Tout comme les Hommes, les chiens peuvent comprendre grâce aux variations d’intonation si l’on est content, en colère…

          Si vous avez plus de 30 ans, vous étiez vivant avant chaque chien actuellement sur terre

          Evident si l’on sait que le chien le plus vieux a vécu 29 ans.

        Par Elise Petter

        Crédits photo : Shutterstock

        https://wamiz.com

        Le Saviez-Vous ► 3 choses fausses que vous pensez savoir sur eux


        La croyance populaire sur les chiens est souvent augmentée par les vidéos qu’on voit un peu partout sur le Web et du fait que nous avons tendance à leur donner des émotions humaines Les chiens ont un langage par leur comportement qu’on l’on peut mal interpréter.
        Nuage

         

        3 choses fausses que vous pensez savoir sur eux

         

        Chien

        3 idées reçues sur les chiens totalement fausses.

        © CATERS/SIPA

        Par Anne-Sophie Tassart

        Bien que les chiens soient nos compagnons depuis des milliers d’années, nous conservons certaines idées fausses à leur sujet. Voici 3 croyances  qui ont été contredites par les chercheurs.

        Fidèle compagnon de l’Homme depuis des milliers d’années, le chien (Canis lupus familiaris) est un animal encore mal compris : certaines idées reçues ont la vie dure. L’anthropomorphisme, ou la tendance à attribuer à un animal (ou à autres choses) des sentiments humains, n’y est pas pour rien dans ces erreurs. Certaines vidéos virales qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux contribuent à propager ces interprétations inexactes du comportement canin.

        Non, les chiens n’aiment pas forcément les câlins

        Si entre humains, une étreinte peut avoir un effet apaisant, ce n’est pas forcément le cas pour nos compagnons à quatre pattes. En effet, dans un papier paru sur le site Psychology Today, Stanley Coren, un neuropsychologue américain et spécialiste canin affirme que 4 chiens sur 5 montrent des signes de stress lorsqu’ils sont câlinés par une personne, familière ou inconnue. C’est en observant plus de 250 photos de chiens enlacés que le chercheur a constaté que 81,6 % de ces animaux s’en trouvent stressés, contre seulement 7,6% appréciant l’étreinte amicale dont ils sont l’objet. Suivant son caractère, l’animal peut ressentir de l’anxiété et de l’inconfort, détournant le regard, abaissant ses oreilles et se léchant de manière compulsive, pendant l’étreinte. D’autres peuvent vivre cet acte comme une agression. Enfin, certains chiens peuvent apprécier les étreintes : ouf.

        Non, les chiens ne voient pas en noir et blanc

        La croyance commune veut que les chiens ne soient capables de percevoir le monde qu’en noir et blanc : erreur ! Ces animaux ont une vision bien plus complexe que cela. Même si leur spectre de vision est plus étroit que le nôtre, ils sont néanmoins sensibles au marron, au bleu et au jaune tout comme les chats. Cependant, les chiens ont une meilleure perception du mouvement que nous. Conséquence : lorsque nous voyons une image continue sur notre télévision, ces animaux voient une série d’images qui clignotent très rapidement à cause du rafraichissement de l’écran qui se produit 60 fois par seconde. Mais ce phénomène ne les empêchent pas d’avoir un réel intérêt pour le petit écran et plus particulièrement pour les sons qu’il diffuse surtout s’il s’agit de jappements et d’aboiements.

        Non, ce chien ne se sent pas coupable

        Le chien a fait une bêtise et sous les réprimandes de son maître (muni de son smartphone), il s’éloigne et semble se cacher. Ce genre de vidéos fait régulièrement le buzz sur les réseaux sociaux : un animal penaud qui semble s’excuser, ça plaît. Sauf que la réalité est tout autre : selon une étude parue en 2015 dans la revue Behavioural Processes, ces animaux ne ressentent pas de culpabilité. Et d’après une autre étude, l’attitude fuyante du chien serait en réalité une réponse au comportement négatif de son maître, qu’il ait fait une bêtise ou non. Il ne s’agit donc pas ici de culpabilité mais bien de crainte.

        https://www.sciencesetavenir.fr

        Le Saviez-Vous ► 7 maladies des yeux que vous devriez connaître


        Il est important de faire vérifier nos yeux pour prévenir des problèmes de visions, des infections ou quand on est atteint du diabète
        Nuage

         

        7 maladies des yeux que vous devriez connaître

         

        Cataracte

        La cataracte consiste en une opacité du cristallin, lentille située à l’intérieur du globe oculaire, ou de sa capsule. Sans douleur, cette maladie n’en progresse pas moins, conduisant à une vision floue, un changement dans la perception des couleurs et à la myopie.

        Une fois apparue, la cataracte est permanente. Cependant, il est possible de rétablir la vision en enlevant le contenu opaque de la cristalloïde, ou capsule du cristallin, qui redevient transparente. Si la cataracte n’est pas traitée, elle risque, au bout de plusieurs années, de causer la rupture de la capsule, entraînant le glaucome, ou inflammation de l’œil interne. Autrefois commun, ce problème est aujourd’hui rare grâce aux avancées dans le traitement de la cataracte.

        Crédit photo: Thinkstockphotos.ca/iStockphoto

        Conjonctivite

        La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive. Elle peut provoquer des démangeaisons, des douleurs, une gêne et des picotements. De plus, les rougeurs et la présence de pus dans l’œil ne sont pas vraiment esthétiques. Cette inflammation des muqueuses qui bordent les paupières est généralement bénigne, mais elle peut avoir des conséquences sur la vue ou se propager si une bactérie ou un virus sont responsables. Il est important de consulter un médecin, qui vous prescrira des gouttes oculaires antibiotiques si vous souffrez d’une infection bactérienne. En attendant, vous pouvez prendre des mesures pour soulager les démangeaisons et contrôler la formation des croûtes.

        L’hygiène est capitale. Nettoyez les écoulements dus à l’inflammation plusieurs fois par jour à l’aide d’un coton ou d’une compresse imbibés de sérum physiologique.

        Décollement rétinien

        La rétine est la couche intérieure de l’arrière du globe oculaire. Elle transforme la lumière en signaux que le cerveau utilise pour former les images. Le décollement rétinien se produit lorsque la rétine se décolle du mur arrière de l’œil. Le docteur David Maberley, professeur en ophtalmologie à l’Université de Colombie-Britannique, explique qu’avec le vieillissement, le vitré gélatineux qui couvre l’arrière de l’œil peut se contracter.

        «Les recherches démontrent que les changements hormonaux peuvent provoquer l’affaissement du vitré.»

         Si l’affaissement se produit brusquement, la rétine peut se déchirer. Du liquide provenant du vitré gélatineux peut passer par le trou ou la déchirure, soulever la rétine et la décoller de la surface arrière de l’œil.

        Chaque année, une personne sur 10 000 souffre de décollement rétinien, plutôt chez les hommes que les femmes et généralement après 40 ans. Le risque est plus élevé si vous êtes myope ou si vous avez été opéré pour des cataractes. Un coup sur un œil peut aussi faire décoller la rétine.

        Glaucome

        Le glaucome survient lorsque, en raison d’une pression intraoculaire (pression des liquides dans le globe oculaire) élevée, le sang n’alimente plus le nerf optique, qui se détériore. Des taches aveugles, une vision floue, une mauvaise vision périphérique et, parfois, des céphalées apparaissent à mesure que les lésions progressent.

        L’œil possède deux chambres remplies de liquide. Le nerf optique est situé dans la rétine, derrière la chambre postérieure, qui est remplie d’un liquide gélatineux portant le nom de «humeur vitreuse». La chambre antérieure est remplie d’un autre liquide, l’humeur aqueuse. Normalement, l’œil produit continuellement de l’humeur aqueuse et l’évacue par une issue (ou angle) située entre l’iris et la cornée. En cas de glaucome, l’humeur aqueuse s’accumule dans la chambre antérieure, exerçant une pression sur la chambre postérieure et le nerf optique. L’accumulation est causée par une surproduction de liquide ou par une évacuation déficiente.

        Apprenez-en plus sur le glaucome.

        Dégénérescence maculaire

        La macule, qui a en gros la taille d’une gomme de crayon, occupe le centre de la rétine de l’œil. Malgré sa petite taille, elle joue un rôle de premier plan dans la vision centrale; c’est à elle qu’on doit la netteté et la haute définition qui permettent de lire, de conduire, de reconnaître les visages et de distinguer les fins détails. En cas de dégénérescence maculaire, on assiste à une détérioration irréversible de la macule. La vue est alors trouble. Une tache aveugle peut se développer au centre du champ visuel rendant difficile, voire impossible, des activités telles que la lecture et l’écriture. Par contre, la vision périphérique n’est pas touchée.

        On ne sait pas ce qui cause la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMA), mais certains estiment qu’environ le quart des personnes âgées de plus de 65 ans et le tiers de celles qui ont plus de 80 ans en souffrent. Dans près de 90% des cas, il s’agit de la forme sèche (non exsudative ou atrophique): les cellules de la macule sensibles à la lumière se dégradent lentement et des drusen, petites excroissances jaunes composées d’un dépôt graisseux, apparaissent. La DMA sèche est la moins grave des deux formes, évoluant lentement et se stabilisant parfois pendant un certain temps. Vous pourriez même ne pas vous rendre compte que votre vue a baissé, particulièrement si un seul de vos yeux est atteint, l’autre compensant la perte.

        Poches sous les yeuxPhoto prise par: lipoptoses

        Vous vous demandez ce qui provoque les cernes et les poches sous vos yeux? Voici une énumération des causes de ce phénomène.

        Eh oui, ce n’est pas votre nuit agitée qui vous fait ce matin des yeux de panda. C’est un héritage que vous ont transmis vos parents et vos grands-parents.

        La peau des paupières est quatre fois plus fine que celle du reste de notre corps. Or l’eau a tendance à s’accumuler dans les zones les plus délicates. Qu’est-ce qui occasionne la rétention d’eau? Parmi les coupables, dénonçons: les drogues, les problèmes rénaux ou hépatiques, la surconsommation de sel et, très souvent, les allergies. Ce sont les produits cosmétiques – surtout le mascara et le ligneur – qui fournissent le plus de travail aux dermatologues et aux allergologues.

        Diabète et perte de vision

        Le diabète peut provoquer une obstruction ou une croissance anormale des vaisseaux sanguins de la rétine. Ces perturbations peuvent provoquer des problèmes de vision et même la cécité. Les diabétiques sont plus à risque de contracter des maladies graves aux yeux, comme des cataractes et du glaucome.

        Pour diminuer les risques: passez un examen annuel de la vue. Lorsque c’est le cas, mentionnez à votre médecin que des taches bizarres ou des points troubles sont apparus. Et, vous le saviez déjà, maintenez votre taux de glucide sanguin à un niveau normal.

        http://selection.readersdigest.ca/

        Le Saviez-Vous ► Lunettes : 9 choses que votre optométriste ne vous dira pas


        Les yeux sont importants à préserver ! Juste pour lire, des lunettes vendues en pharmacies sont t’elles fiables ? Si notre vue baisse, peut-on changer juste les verres et garder la même monture ? Les éraflures sur les verres peuvent-elles avoir des conséquences sur la vision ? Doit-on acheter des nouvelles lunettes juste chez l’optométriste ?
        Nuage

         

        Lunettes : 9 choses que votre optométriste ne vous dira pas

        Vous n’avez qu’une paire d’yeux, alors mieux vaut bien vous en occuper. Ne le perdez pas du vue la prochaine fois que vous achèterez des montures et des verres.

        PAR LAURA RICHARDS

        Les lunettes vendues en pharmacies sont tout à fait convenables

        En dépit de tout ce que vous avez entendu, les lunettes de pharmacie ne sont pas forcément mauvaises.

        «Beaucoup de patients m’arrivent catastrophés, rapporte Inna Ozerov, ophtalmologiste et directrice de l’Institut de l’œil de Miami. On leur a dit que les lunettes vendues sans ordonnance sont mauvaises pour leurs yeux et pourraient les abîmer. C’est totalement faux ! Si vous avez la chance d’avoir une bonne vision mais que vous éprouvez quelques problèmes pour lire, ces lunettes-loupes constituent un choix tout à fait acceptable et pratique. La force de ces lunettes varie en fonction de l’âge.

        Vous allez avoir besoin de lunettes à un certain point

        Même si vous avez une vision parfaite pendant la première moitié de votre vie, à un moment, vous allez commencer à plisser les yeux devant votre écran de téléphone et à demander à vos enfants de vous lire le menu au restaurant. Il y a même un nom pour cette perte de vision synonyme de vieillissement: la presbytie, dont l’Association canadienne des optométristes nous dit

        qu’elle nous empêche de «focaliser sur les objets proches». «Quand vous commencez à éprouver le besoin d’étirer le bras pour arriver à voir les petits caractères – vers l’âge de 40 ans –, il est temps d’acheter une paire de lunettes de lecture», dit la Dre Ozerov.

        Cela peut sembler un peu illogique, mais plus le pouvoir grossissant de la lunette est élevé, et plus vous devez tenir votre livre prêt.»

        Si la détérioration de votre vision à l’âge moyen va dans l’autre sens – vous pouvez encore lire, mais les panneaux de signalisation on l’air de hiéroglyphes –, vous êtes en train de devenir myope et les lunettes de pharmacie ne vous seront alors d’aucun secours. Filez chez votre optométriste et faites-vous prescrire des verres correcteurs.

        Certaines personnes peuvent temporairement cesser de porter des lunettes

        Il existe un phénomène étrange où la vision s’améliore.

        «Des patients d’un certain âge qui contractent une cataracte profitent parfois d’une “lune de miel” au cours de laquelle ils n’ont plus besoin de lunettes de lecture», explique la Dre Ozerov.

        Cela survient lorsque le cristallin épaissit, ce qui rend l’œil plus myope, phénomène qui permet à la personne de percevoir des caractères plus petits sans lunettes. Mais ça ne dure pas longtemps. À mesure que la cataracte s’aggrave, toutes les capacités visuelles connaissent une baisse et il faut au bout du compte passer par la chirurgie.»

        Les éraflures vous esquintent la vue

        Bien sûr que vous pouvez encore voir à travers ces lunettes tout égratignées, mais lutter pour percer ce brouillard risque de fatiguer vos yeux, note la Dre Ozerov. Vous pouvez effacer les traces de doigt, mais pas les éraflures; traitez donc votre nouvelle paire de lunettes avec tout le respect qui lui est dû.

        «Pour éviter les éraflures, ne les posez jamais verres vers le bas», conseille l’ophtalmologiste.

        Nouveaux verres, nouvelle monture

        Votre volonté de faire des économies – ou votre amour pour vos anciennes montures – pourrait vous amener à ne vouloir remplacer que les verres et ne pas acheter de nouvelle monture. Mauvaise idée !

        «Vous ne pouvez pas mettre de nouveaux verres dans de vieilles montures parce que vos nouveaux verres vont être coupés et montés sur la monture», dit la Dre Ozerov.

        Or, l’ancienne monture doit être chauffée pour enlever les anciens verres et chauffée de nouveau pour placer les nouveaux, ce qui exerce des tensions sur le plastique et augmente le risque pour celui-ci de casser, de se fendre ou de se fêler avec le temps. Mieux vaut opter pour une nouvelle paire.

        Les verres de lunettes ne sont pas en verre

        Les premiers verres étaient effectivement faits de verre, mais ils sont maintenant en plastique, le verre étant trop fragile pour un usage quotidien. Le verre pourrait également devenir dangereux en cas de bris – personne ne voudrait prendre un éclat de verre dans l’œil, n’est-ce pas. Pour tout savoir sur les lunettes.

        Vous pouvez économiser beaucoup en achetant en ligne

        Les vrais magasins de lunettes vendent plus cher parce que leurs coûts d’exploitation sont plus élevés, de sorte que vous pourriez être tenté d’acheter en ligne, surtout si les prix sont nettement meilleurs. Au-delà de la question de savoir si vous achetez un modèle de marque contrefait (vérifiez les commentaires positifs et négatifs avant de cliquer sur «acheter»), vous devez vous poser la question suivant : des lunettes bon marché correspondent-elles vraiment aux exigences de l’ordonnance de mon optométriste ?

        «Pour les ordonnances simples, pas de problème, vous pouvez acheter en ligne, admet la Dre Ozerov. Mais pour des lunettes plus complexes comme des lentilles bifocales, par exemple, je pense qu’il vaut mieux faire affaire avec un optométriste.»

        Soyez conscient que de nombreuses lunettes viennent automatiquement avec un traitement antireflet, lequel pourrait vous valoir un supplément appréciable. Prenez le temps de demander ce qu’il en est, que vous achetiez en ligne ou dans un magasin.

        Certains extras valent le coup

        Rayons UV, éblouissements, fatigue des yeux et lumières bleues nocives sont autant de sévices auxquels sont soumis vos yeux au quotidien. Heureusement, vous pouvez prendre des verres qui vous protègent de tout ça sans nécessairement passer par des lunettes de soleil. Les verres Transitions®, par exemple, s’adaptent continuellement aux variations de lumière et protègent vos yeux. Ces verres stoppent 100% des rayons UVA/UVB et atténuent les lumières éblouissantes. Ils filtrent aussi la lumière bleue nocive émanant des téléphones, des ordinateurs portables et des ampoules DEL ou fluorescentes. Tim Gunn, un des gourous du Projet haute couture, est totalement séduit par ces verres, qu’il fait poser sur toutes ces lunettes.

         «La transition se fait en douceur et je sais que je suis protégé», a-t-il confié à Reader’s Digest.

        Il aime particulièrement de ne pas avoir à changer pour des lunettes à verres fumés chaque fois qu’il sort. Transition dispose maintenant de différents types de verres, dont certains spécifiques à la conduite ou aux activités extérieures extrêmes.

        Votre vision peut changer en quelques mois

        Il se peut que vous passiez des examens pour vos yeux tous les deux ou trois ans, chaque fois le monde autour de vous perd un peu de sa netteté, mais votre vision pour changer de manière spectaculaire entre temps.

        «De nombreuses maladies peuvent changer grandement la pertinence de votre ordonnance, dit la Dre Ozerov. La cataracte, le diabète et le glaucome, par exemple, peuvent rendre nécessaires de nouveaux verres.»

        Mieux vaut donc voir votre optométriste tous les ans afin de vous assurer que votre état de santé et votre vision sont sur la même longueur d’onde. Saviez-vous que votre optométriste pouvait détecter des maladies avant votre médecin ?

        election.readersdigest.ca/

        Le Saviez-Vous ► Les lunettes à travers les temps


        Heureusement, que les lunettes ont été inventées pour que ceux avec des problèmes de visions puissent lire et écrire. Les plus vieilles lentilles auraient existé, il y a plus de 4 mille ans. Ce n’était que des pierres transparentes qui pouvaient grossir ce que l’on voulait regarder. Ce n’est qu’a travers le temps que les lunettes ont enfin évolué jusqu’à aujourd’hui pour ceux qui souffrent de troubles visions
        Nuage

         

        Les lunettes à travers les temps

         

        Aristote évoqua les problèmes de vision, principalement la myopie et la presbytie, dans son livre Problemata, mais ce n’est que bien longtemps après qu’on put véritablement ‘inventer’ les lunettes. C’est cette longue histoire que nous allons évoquer brièvement, juste pour donner les grandes lignes de ce que tout le monde utilise de nos jours

        ____________________________

        A Ninive Sir Henry Layard trouva les plus anciennes lentilles en usage en 4000 ans avant JC. Quel usage ? On pense qu’on se servait de ces pierres transparentes convexes, du cristal de roche, pour faire converger la lumière du soleil sur des points et donc brûler la zone visée. Ces ‘pierres à brûler‘ ont été décrites par la suite par Aristophane (257-180 avant JC) pour faire des trous dans les parchemins ou effacer des tablettes. Aucune action réfractive n’est évoquée.

        C’est Pline qui rapporte que Néron regardait les combats de gladiateurs au travers d’une émeraude. Beaucoup de textes se demandent pourquoi; s’en servait-il comme protection, ou pour mieux voir…nul ne le sait.

        Sénèque décrit aussi l’utilisation de globes remplis d’eau qui permettaient de grossir l’image des textes.

        Euclide (280 avant JC) étudia le pouvoir optique de différents éléments, mais on attribue généralement au scientifique arabe Alhazen la première description scientifique du pouvoir grossissant des lentilles; il ne parle pas de leur utilisation possible pour favoriser la lecture. Dans son livre Opticae Thesaurus, il décrit les différentes formes de lentilles.

        Roger Bacon (1214-1294) reprit ces travaux et continua à étudier la réfraction à travers verre et cristal de roche. Cet aristocrate dévoua sa vie à la Science et à la Connaissance. Après un doctorat en théologie il étudia les langues, les mathématiques et la physique. Il étudia à Oxford et à l’Université de Paris, avant de devenir moine.Il demandait des réformes dans les sciences et l’Eglise, ce qui lui fallut la prison en 1257 à Paris, et entre 1278 et 1292. Il mourut peu après, mais avait oeuvré pour l’usage des sciences expérimentales.

        Quel fut l’inventeur des lunettes ? On ne le sait pas vraiment, mais on sait qu’elle apparurent d’abord en Italie, à la fin du XIIIème siècle. Avant cette période et pendant l’Antiquité, on conseillait juste l’application de pommades et de collyres pour éviter les troubles de la vision.

        Dans un traité nommé Traité de Conduite de la Famille, Sandro di Popozo écrit en 1299 :

        « Je suis si altéré par l’âge, que sans ces lentilles appelées lunettes, je ne serais plus capable de lire ou d’écrire. Elles ont été inventées récemment pour le bénéfice des pauvres gens âgés dont la vue est devenue mauvaise ».

        C’est Francesco Redi (1626-1694), professeur de médecine à Pise (Italie) qui rapporte ce document

        Un dominicain italien appelé Allesandro Spina, mort en 1313,a fabriqué des lunettes qu’il distribuait autour de lui. Un inconnu lui apprit ce qu’étaient les lunettes, et il diffusa son savoir de fabrication à tous ceux qui s’y intéressaient. Il est décrit comme quelqu’un au grand coeur, toujours prêt à aider les autres.

        Donc il semble que différents italiens inventèrent les lunettes…

        Des discussions se sont engagées pour savoir si la Chine avait utilisé les lunettes avant ces dates, mais aucun document ne l’évoque, pas même les récits de Marco Polo.

        Le français Bernard Gordon, professeur de chirurgie à Montpellier, parle des lunettes dans son livre en latin, écrit en juillet 1305 : Lilium Medicinae :

        Il conseillait un collyre

         « …qui rend la lecture des petites lettres de nouveau possible pour les gens âgés, sans qu’ils aient besoin d’utiliser des lunettes ».

        Guy de Chauliac (1298-1368), toujours à Montpellier, évoqua, dans son livre Chirurgia Magna de 1363, différents médicaments contre la mauvaise vision mais ajoute :

        « Si cela ne marche pas, il faudra que le patient utilise des lunettes ».

        Le français Pansier cite les poèmes français du XVème siècle, comme la balade de Charles d’Orléans (1391-1463) :

        « Et maintenant que je deviens vieux, j’utilise des lunettes pour lire. Elles grossissent les lettres… »

        On peut considérer qu’une des premières reproduction de lunettes dans une peinture, est due à Tommaso da Modena :

        Tommaso da Modena 1352

        En fait c’était surtout les moines qui utilisaient les lunettes pour recopier les manuscripts, jusqu’à ce que Gutemberg (?1397-1468) inventât l’imprimerie. L’explosion de la production des livres s’accompagna d’une demande importante de lunettes. Au début il n’y avait qu’un verre que l’on mettait devant un oeil, que les anglais appelait ‘spectacle’.

        Par la suite on monta les verres sur le nez, ce qu’on appelait un ‘pince-nez’. L’inconfort fit naître le ‘face-à-main’, qui permettait de tenir avec une tige les deux verres devant les yeux.

        Une des belles anciennes représentations des lunettes est le tableau, daté de 1436, de Jan van Eyk :  » La Madonne du chanoine van der Paele ».

        Madonne du chanoine van der Paele

        Jan van Eyk 1436

        Musée des Beaux Arts de Brugge

        Au XIIIème et XIVème siècle les verres étaient fabriqués avec du béryl, une pierre transparente teintée, ou bien de quartz, et à partir des années 1300 on utilisa du verre de Venise.

        Par la suite, les travaux de l’italien Giambattista della Porta (1535-1615) décrivit diverses expériences d’optique. Johannes Kepler fut en 1611, avec son ouvrage Dioptrice le véritable fondateur de la dioptrique actuelle et le savant qui expliqua la marche des rayons lumineux au sein des matériaux, la réfraction et la réflexion de la lumière.

        Ce n’est que vers 1728 qu’on vit apparaître les montures, et seulement à la fin du XVIIIème siècle qu’on imagina de les faire tenir derrière les oreilles.

        Au XIIIème et XIVème siècle on ne proposait que des lentilles biconvexes, pour corriger la presbytie. Il fallut attendre le XVème siècle pour voir des lunettes corrigeant la myopie, donc avec des verres concaves. Le premier texte qui parle des verres concaves nécessaire pour corriger la myopie, en 1440, est la description du Cardinal Nicolas de Cuse (1401-1464) dans l’ouvrage De Beryllo.

        Raphael peignit le pape Léon X avec ses lunettes de myopie :

        Le pape Léon X et deux cardinaux (Raphael)

        1518

        Musée des Offices (Florence Italie)

        Le mot français bésicle a comme origine le mot béricle qui est une déviation de beryllus.

        On assista petit à petit à une diffusion encore plus importante des lunettes qu’on retrouve sur de nombreux tableaux.

        Chardin, autoportrait

        Pastel

        Musée du Louvre, Paris France

        En 1645 Jacques Bourgeois (?1618-1701), à Paris, améliora les verres de lunettes en imaginant des verres qui étaient concaves du côté de l’oeil et convexe de l’autre côté. Cela diminua les aberrations gênantes sur les verres habituels.

        Thomas Young compris ce qu’était l’astigmatisme et l’écrivit en 1807 dans son livre :Lecture on optical Instruments. Les lunettes corrigeant l’astigmatisme n’existèrent donc qu’à partir du XIXème siècle (verres cylindriques). L’astigmatisme fut mesuré par la suite par Louis Emile Javal (1839-1907) qui inventa l’appareil que l’on nomme encore de nos jours « le javal ».

        Helmholtz en 1855 expliqua l’accommodation par une contraction du muscle ciliaire et un relâchement de la zonule de Zinn, ce qui modifiait la courbure du cristallin.

        A partir de là on vit Frans Cornelis Donders expliquer l’ensemble de la dioptrique dans On the anomalies of accommodation and Refraction of the Eye (1864).

        Les auteurs ne sont pas d’accord sur l’invention des verres double foyer; on l’attribue souvent à Benjamin Fraklin, mais sans certitude. Ce n’est que récemment qu’on introduisit les verres progressifs que beaucoup de jeunes presbytes connaissent.

        Bibliographie:

        • Lettera intorno all’ Invenzione degli Occhiali, scritta da Francesco Redi a Paolo Falconied, Florence 1678.
        • L’occhiale al occhio, Carlo Manzini. Bologna, 1660
        • Degli occhiali da naso inventati da Salvino Armati, Gentiluomo Fiorentino. trattato istorico di Domenico Manni, Accademico Fiorentino. In Florence 1738 (84 pages).
        • Dioptrica nova. A Treasite of dioptricks, by W. Molyneux of Dublin Esq. London 1692. (Chapter VI, pages 254-259.)
        • Caesemaecker, Notice historique sur les lunettes et les verres optiques. (Translated from the Flemish by U. de Vroede.) Gent, 1845, 36 pages.
        • Histoire des lunettes, by Dr. P. Pansler of Avignon. Paris 1901. (137 pages.)
        • Barck. C. The history of spectacles. Science n.s. 1904;20:50.
        • Court TH, Rohr MV On the development of spectacles in London from the end of the seventeenth century. London: Optical Society Transactions, 1928-29.
        • James RR. Studies in the history of ophthalmology in England prior to the year 1800. Cambridge: Cambridge University Press, 1933.
        • Moore TH. Evolution of a pair of glasses. Opt J Rev Optom, 25 August 1921.
        • Rasmussen OD. Old Chinese spectacles. Tientsin, China: North China Press, 1915.
        • Rohr MV Contributions to the history of the spectacle trade from the earliest times to Thomas Younis appearance. London: Optical Society Transactions, 1923-24.
        • Rosen E. The invention of eyeglasses. j Hist Med Allied Sci January 1956.
        • Sichel, Jules. Lecons Cliniques sur les Lunettes et les Etats Pathologiques consécutifs à leur Usage irrationnel, Bruxelles et Paris 1848.
        • The history of ophthalmology Julius Hirschberg vol 2 pages 263-280.
        • Daniel M.Albert, Diane D. Edwards The history of ophthalmology, 1996.

        http://www.snof.org