Les réseaux sociaux sont-ils en train de pousser les ados au suicide?


À l’adolescence, on a besoin de trouver sa place, son appartenance, un sens sa vie, une période souvent difficile. Mais voilà avec Internet, les réseaux sociaux, n’aide en rien et les tentatives de suicide augmentent surtout chez les adolescentes d’après des études aux études
Nuage

 

Les réseaux sociaux sont-ils en train de pousser les ados au suicide?

 

Jeune femme à l'iPhone | efradera via Flickr CC License by

Jeune femme à l’iPhone | efradera via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Repéré sur Clinical Psychological Science

Aux États-Unis, l’inversion de la courbe du suicide chez les jeunes inquiète de plus en plus les chercheurs. Un phénomène particulièrement saillant chez les filles.

Après des décennies de baisse constante, les suicides et les symptômes dépressifs chez les jeunes âgés de 13 à 18 ans sont repartis à la hausse aux États-Unis depuis 2010. Et pas qu’un peu. Une tendance d’autant plus préoccupante chez les adolescentes. Chez les jeunes filles, le taux de suicide a augmenté de 65% entre 2010 et 2015 et a été multiplié par deux depuis la fin des années 1990.

Tels sont les résultats d’une grande étude menée par une équipe de psychologues affiliés aux universités de San Diego et de Floride, sur la base de deux enquêtes rassemblant 506.820 individus. Un travail montrant que la prévalence des symptômes dépressifs est indépendante de la classe sociale et que le Nord-Est des États-Unis semble relativement épargné par cette nouvelle vague suicidaire.

Comment expliquer ce phénomène? Jean M. Twenge, Thomas E. Joiner, Megan L. Rogers et Gabrielle N. Martin n’établissent aucun lien de causalité directe, mais pointent du doigt de probables coupables: l’usage des écrans en général et des réseaux sociaux en particulier. Ainsi, selon leurs calculs, les adolescents branchés sur leurs smartphones plus de cinq heures par jour ont 66% de risque supplémentaire de souffrir de symptômes suicidaires que ceux qui ne consacrent qu’une heure quotidienne aux écrans.

En outre, la hausse spectaculaire du taux de suicide et des symptômes dépressifs chez les adolescents coïncide avec le boom des appareils connectés et de la fréquentation des réseaux sociaux. En 2015, 92% des adolescents américains possédaient un smartphone.

Manque d’appartenance et pesanteur

Des données cohérentes avec la théorie interpersonnelle du suicide, selon laquelle les envies et le passage à l’acte suicidaires relèvent de deux facteurs de risque combinés: le manque d’appartenance (le fait de se sentir exclu, isolé, coupé du monde) et la perception de pesanteur (l’impression d’être un poids pour son entourage). Ce que la consommation excessive de réseaux sociaux pourrait favoriser.

Une consommation qui semble particulièrement délétère à la santé mentale des adolescentes, qui voient sur la période une hausse significative des symptômes et des passages à l’acte suicidaires. Les auteurs soulignent que les garçons américains se sont aussi davantage suicidés entre 2010 et 2015, sans que leurs symptômes dépressifs aient connu une évolution correspondante. Ce qui atteste de facteurs de risque suicidaire sexos pécifiques, comme l’observent des études antérieures. Par exemple, si les pensées suicidaires et les tentatives de suicide sont à peu près quatre fois plus nombreuses chez les femmes, les hommes «réussissent» quatre fois plus souvent leur suicide que les femmes.

http://www.slate.fr/

Publicités

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux


Je pense que la plupart ne seront pas surpris surtout cette année que la désinformation est assez forte sur les réseaux sociaux à des fins politiques
Nuage

 

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux

Selon une étude sur la liberté de l'internet... (ARCHIVES AFP)

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

ARCHIVES AFP

Agence France-Presse

De plus en plus de pays suivent l’exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie, s’est inquiétée mardi l’organisation Freedom House.

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

Ces manipulations incluent l’usage de commentateurs payés, de trolls, de «bots» – des comptes automatisés – ou de faux sites d’information selon ce rapport intitulé «Freedom on the Net» (Liberté sur internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d’au moins 18 pays au cours de l’année écoulée, y compris aux États-Unis.

«L’usage de commentateurs rémunérés et de «bots» politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d’abord été développé par la Chine et la Russie, mais c’est maintenant un phénomène mondial», a expliqué Michael Abramowitz, le président de Freedom House.

Pour Sanja Kelly, directrice du projet «Freedom on the Net», ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, «et plus difficiles à combattre que d’autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web».

L’année 2017 marque selon l’organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur internet.

Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent internet, en raison d’un renforcement de la censure et de la lutte contre l’anonymat en ligne et de l’emprisonnement de dissidents s’exprimant sur le web.

Le rapport mentionne aux Philippines une «armée de claviers» dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l’impression d’un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l’utilisation par la Turquie de quelque 6000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux.

Accusée d’avoir cherché à influencer les élections aux États-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l’internet dans le pays.

Les blogueurs qui attirent plus de 3000 visiteurs par jour doivent désormais s’enregistrer auprès du gouvernement russe et se conformer à la loi sur les médias de masse. Les moteurs de recherche ont interdiction de prendre en compte les pages internet provenant de sites non enregistrés.

Freedom House exprime également son inquiétude face aux restrictions croissantes sur les VPN – des réseaux privés virtuels qui permettent de contourner la censure – désormais en place dans 14 pays.

Les États-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport.

«Si l’environnement en ligne aux États-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif», indique le rapport, ajoutant que «les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante».

http://www.lapresse.ca/t

Il boit de l’eau de Javel par défi et se retrouve à l’hôpital


Les vidéos du défi de boire de l’eau de javel « The Bleach Challenge » sont souvent truquées. Des gens font croire qu’ils boivent de l’eau de Javel, sauf qu’il arrive que certains le font pour vraiment. Je ne sais pas comment des gens peuvent être aussi idiots. Le logo mortel est facile à comprendre, même des enfants de moins de 5 ans savent que c’est poisson
Nuage

 

Il boit de l’eau de Javel par défi et se retrouve à l’hôpital

 

Ce jeune américain boit de l’eau de Javel par défi. La photo n’est pas celle de l’adolescent belge actuellement hospitalisé. © Capture d’écran YouTube.

Par: Deborah Laurent

Un jeune Belge de 17 ans a été emmené d’urgence à l’hôpital cette semaine après avoir bu de l’eau de Javel. The Bleach Challenge est un challenge à la mode sur les réseaux sociaux. Il fait rage aux Etats-Unis. L’adolescent de Leeuw-Saint-Pierre en a fait les frais.

Il souffre de brûlures à l’oesophage. Selon VTM Nieuws, il a eu de la chance, les conséquences auraient pu être bien plus graves.

L’hôpital Don Bosco à Halle a expliqué que la victime avait bu de la Javel « plusieurs fois ». « Apparemment, c’était un pari reçu par SMS. Il devait le faire et en retour, il recevait 10 euros. »

Les vidéos qui inondent YouTube sont souvent fausses: les protagonistes font croire qu’ils boivent de l’eau de Javel alors qu’il ne s’agit que d’eau.

En Belgique, il s’agit de la première victime du Bleach Challenge.

« Généralement, quand on parle de gens ayant ingéré de l’eau de javel, ce sont des accidents. »

En cas d’ingestion d’eau de Javel, buvez de l’eau et rendez-vous à l’hôpital dès que possible.

http://www.7sur7.be/

Un lionceau retrouvé dans un appartement en banlieue de Paris


Louer un animal pour faire un égoportrait puis l’abandonner à son sort dans un appartement d’une grande ville est  vraiment ignoble.  Ce jeune veut épater la galerie dans les réseaux sociaux. C’est irresponsable autant la personne qui offre une location d’un animal sauvage que celui qui loue pour le plaisir de faire parler de lui et l’abandonne
Nuage

 

Un lionceau retrouvé dans un appartement en banlieue de Paris

 

 

TWITTER / POMPIERS DE PARIS

Agence France-Presse

Un lionceau, « loué » par un jeune homme qui a été placé en garde à vue, a été retrouvé mardi en train de dépérir dans un appartement inoccupé en banlieue nord de Paris, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Les policiers avaient repéré le jeune homme de 24 ans, qui se prenait en photo avec un lionceau et diffusait les images sur les réseaux sociaux.

Interpellé mardi matin, il a reconnu avoir « loué » le félin sans préciser l’identité du propriétaire, a dit à l’AFP une source proche du dossier.

Le jeune homme, connu pour s’être exhibé au printemps dernier sur un cheval, casque de moto sur la tête, dans une ville de proche banlieue parisienne, « aime faire parler de lui, l’ego fait faire des choses imprudentes », a commenté cette source.

L’animal n’était pas à son domicile et a fini par être retrouvé dans un appartement inoccupé. Alertés par la police, les pompiers ont capturé le lionceau, « un peu apeuré », à l’aide d’une perche munie d’un lasso et l’ont mis en cage.

L’animal, qui était « en phase de dépérissement », a été confié à une association de protection des animaux.

En 2016, un tigreau avait déjà été découvert en Seine-Saint-Denis, où des dealeurs monnayaient des selfies en sa compagnie contre quelques euros. L’animal avait été abandonné lorsque la police s’était mise à sa recherche.

quebec.huffingtonpost.ca/

Four Loko: une boisson «inquiétante», selon des médecins


Je ne vois pas pourquoi on fait des boissons aromatisées qui contiennent 4 verres d’alcool chaque. Four Loko est une boisson que des jeunes risquent leur vie. D’ailleurs, des cas d’intoxications sévères ont été soignés sur des jeunes adolescents. En plus, ils ont fait des promotions dans des agendas dans les université 2 pour 3 canettes, c’est un manque selon moi, de responsabilité, Ils sont présent aussi sur les réseaux sociaux pour faire la promotion envers les jeunes ainsi les inciter à boire plus que de raison
Nuage

 

Four Loko: une boisson «inquiétante», selon des médecins

 

 

Une canette de Four Loko, boisson qui a... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Une canette de Four Loko, boisson qui a une teneur en alcool de 11,9%, contient l’équivalent de 13 cuillerées à thé de sucre.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

 

CAROLINE TOUZIN
La Presse

Le chef des urgences du CHU Sainte-Justine, le Dr Antonio D’Angelo, a récemment traité un adolescent de 14 ans qui avait perdu connaissance après avoir bu le contenu de deux canettes de Four Loko – soit l’équivalent de huit verres de vin – en moins de 30 minutes.

L’ado a été conduit aux urgences pédiatriques montréalaises par un ami chez qui il devait passer la nuit. Cet ami ne voulait surtout pas alerter ses parents.

«Le patient était plongé dans un coma éthylique, décrit le pédiatre qui a reçu les deux garçons aux urgences le mois dernier. Son ami nous l’a amené parce qu’il n’arrivait pas à le réveiller.»

Cette boisson au malt offerte en différents parfums sucrés, dont limonade, cerise et punch aux fruits, a une teneur élevée en alcool, soit 11,9%, en plus de contenir l’équivalent de 13 cuillerées à thé de sucre. En boire une équivaut à consommer quatre verres d’alcool standard.

L’ado a été envoyé directement en salle de réanimation, où il a fait l’objet d’une surveillance constante toute la nuit.

«Le danger, lorsqu’on a un patient en état d’intoxication grave à l’alcool, c’est qu’il n’arrive plus à protéger ses voies respiratoires, explique le Dr D’Angelo. On doit alors l’intuber pour éviter qu’il se retrouve en arrêt respiratoire. Heureusement, on n’a pas eu à le faire dans ce cas-ci.»

Le jeune patient s’est réveillé en douleurs durant la nuit. Il était complètement déshydraté. Il en a été quitte pour une bonne frousse. En matinée, considéré comme «hors de danger», il a pu rentrer à la maison.

Un goût sucré qui masque celui de l’alcool

Ce cas n’est pas unique. Les urgences du CHU Sainte-Justine ont reçu leurs premiers cas d’adolescents intoxiqués au Four Loko au début de l’été. Une collègue du Dr D’Angelo a même traité un jeune patient qui a développé une dépendance au Four Loko.

«Ça nous inquiète beaucoup, lance le Dr D’Angelo. Les enfants ont tendance à créer des jeux autour de l’alcool. Souvent, ils vont tester les limites de leurs corps.»

«Le danger de la boisson Four Loko, c’est que le goût sucré masque celui de l’alcool. [Les enfants] vont en boire une trop grande quantité, trop vite, pour se rendre compte trop tard qu’ils ont dépassé leurs limites.»

Au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), l’urgentologue Sophie Gosselin a traité ses premiers patients intoxiqués au Four Loko lorsque la boisson a été mise en marché aux États-Unis au début des années 2000. Ce sont des patients qui en rapportaient ici après un séjour chez nos voisins du Sud.

La boisson Four Loko tire son nom des quatre principaux ingrédients qu’elle contenait lors de sa mise en marché aux États-Unis en 2005, soit l’alcool, la caféine, la taurine et le guarana. Elle a alors hérité de différents surnoms dont «liquid crack» (crack liquide) et «blackout in a can» (perte de connaissance en canette).

Jugée dangereuse, Four Loko a été retirée des tablettes avant de réapparaître dans une version sans additifs «stimulants», mais avec une teneur en alcool toujours aussi élevée.

«C’est une boisson complètement débile, lâche la Dre Gosselin. Il y a tellement d’alcool là-dedans, tellement de sucre. Les jeunes boivent ça comme si c’était un shooter. Ils banalisent complètement la teneur en alcool du produit.»

Des patients intoxiqués au Four Loko débarquent aux urgences convaincus que quelqu’un a mis du GHB (drogue du viol) dans leur verre tellement ils sont assommés, décrit la médecin experte en toxicologie médicale.

Four Loko et boissons énergisantes: combinaison «potentiellement létale»

Analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l’usage des substances, Catherine Paradis décrit Four Loko comme une «catastrophe de santé publique».

En pleine tournée des campus universitaires canadiens ces jours-ci, Mme Paradis met en garde les étudiants contre les dangers de cette boisson alcoolisée au goût sucré.

«L’entreprise qui fabrique le Four Loko ne veut pas juste faire de vous des alcooliques, elle veut faire de vous des alcooliques diabétiques et obèses», dit Mme Paradis.

L’Organisation mondiale de la santé recommande de limiter sa consommation de sucres libres à 10 % de l’apport calorique quotidien. Pour une femme ayant besoin de 2000 calories et un homme ayant besoin de 2500 calories, cela correspond respectivement à 50 g et 63 g de sucre, soit environ 12 et 15 c. thé par jour. Or, une seule canette en contient 13 c. à thé.

Après avoir bu une seule canette de Four Loko, le consommateur atteint son seuil d’intoxication (fixé à quatre verres pour un homme). Une consommatrice, elle, le dépasse (trois verres pour une femme), explique pour sa part la porte-parole de l’Association pour la santé publique du Québec Émilie Dansereau-Trahan.

Pour se garder éveillés durant les fêtes, les jeunes ont tendance à mélanger le Four Loko à des boissons énergisantes, a remarqué le Dr D’Angelo.

«La combinaison est potentiellement létale», souligne le chef des urgences du CHU Sainte-Justine.

Four Loko réplique

Phusion Projects – entreprise établie à Chicago qui produit Four Loko – a refusé de nous accorder une entrevue. La Presse a aussi demandé une entrevue au distributeur de Four Loko au Québec, les Breuvages Blue Spike, qui a transmis notre demande à Phusion Projects.

«En tant que membre responsable de l’industrie de la boisson alcoolisée et parents nous-mêmes, notre entreprise prend très au sérieux son obligation de faire la promotion de Four Loko et de ses autres produits uniquement auprès d’une clientèle adulte qui a l’âge légal de consommer de l’alcool», a répondu à La Presse par courriel un représentant de l’entreprise américaine.

«Montrer du doigt notre entreprise ou un type spécifique d’alcool ne résoudra pas le problème de la consommation irresponsable d’alcool, poursuit l’entreprise dans son message envoyé à La Presse. La réponse au problème réside dans l’augmentation des efforts d’éducation, l’application plus forte des lois existantes et la responsabilité personnelle et parentale.»

Un marketing légal, mais «irresponsable»

Le marketing entourant la boisson Four Loko est légal, mais complètement « irresponsable, immoral, dangereux, à la limite vicieux ».

C’est du moins ce qu’affirme Catherine Paradis, analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances.

Sur les réseaux sociaux, l’entreprise américaine propriétaire du Four Loko – Phusion Projects – encourage la consommation abusive d’alcool, dénonce Mme Paradis.

À titre d’exemple, on peut lire sur la page Facebook de Four Loko destinée aux Québécois (en français) des slogans comme « Réveille ton ami. On ne laisse personne derrière », ou encore « Four Loko un lundi parce que t’as besoin de pratique pour ton vendredi ».

Avec ce genre de slogans, mais aussi en s’associant à des événements populaires chez les jeunes comme le festival Jackalope au Parc olympique de Montréal, l’entreprise cible sans l’ombre d’un doute les jeunes, affirme pour sa part la porte-parole de l’Association pour la santé publique du Québec Émilie Dansereau-Trahan.

« Avec des slogans comme ceux-là, on dit aux jeunes de s’entraîner à boire la semaine en prévision des partys de la fin de semaine, ça n’a pas de sens. »

Ce n’est pas pour rien que l’entreprise est très active sur les réseaux sociaux, croit Mme Paradis.

« Le web, c’est le Far West, dénonce cette experte des dépendances. On y retrouve des publicités qui ne pourraient jamais passer à la télé et à la radio, qui sont, elles, régies par les règles du CRTC. »

Phusion Projects, l’entreprise qui produit Four Loko et qui est établie à Chicago, a refusé d’accorder une entrevue à La Presse. L’entreprise se défend de cibler les mineurs et affirme travailler très fort avec ses distributeurs et détaillants

« pour garantir que ses produits ne soient pas vendus par erreur aux mineurs », nous a-t-on répondu par courriel.

« Notre message est clair : si vous avez l’âge légal de boire et choisissez de boire, faites-le de façon responsable. Si vous n’avez pas l’âge légal de boire, respectez la loi et ne buvez pas d’alcool », indique l’entreprise américaine dans sa réponse écrite envoyée à La Presse.

L’entreprise ajoute que les boissons alcoolisées à saveur de fruits ne sont pas une nouveauté sur le marché. D’autres boissons alcoolisées à base de malt aux saveurs similaires à celles de Four Loko existent, tout comme des spiritueux à saveurs de fruits, ainsi que de la bière artisanale aux bleuets, aux abricots ou à la cerise, précise l’entreprise par courriel.

Des publicités controversées dans les universités

À la rentrée scolaire, une publicité de Four Loko s’est retrouvée dans l’agenda des étudiants de plusieurs universités québécoises, dont l’UQAM et l’Université de Sherbrooke. À l’achat de deux canettes de Four Loko dans certains dépanneurs, une troisième canette sera donnée sur présentation d’un coupon détachable dans l’agenda, annonce-t-on.

« Comme me l’a déjà dit un collègue médecin, la troisième canette, c’est ton billet pour l’urgence », indique Catherine Paradis.

À l’UQAM, la directrice du service des communications Jennifer Desrochers assure que cela ne se reproduira pas l’an prochain. Ce n’est pas l’établissement montréalais qui produit l’agenda, mais bien l’un de ses partenaires, la COOP-UQAM.

« Four Loko fait la promotion de la surconsommation d’alcool. Pour nous, c’est inacceptable, indique Mme Desrochers. Avant la rentrée, on a mis en garde toutes les associations étudiantes spécifiquement contre le Four Loko. »

À l’Université de Sherbrooke, ce sont les associations étudiantes qui sont responsables de l’agenda, y compris des placements publicitaires, précise la professeure Jocelyne Faucher, secrétaire générale et vice-rectrice à la vie étudiante. Des étudiants ont dénoncé la présence de ces bons de réduction, fait-elle valoir.

L’Université de Sherbrooke recommande à ses associations étudiantes « de faire preuve de plus de vigilance quant à ses annonceurs et commanditaires, en déterminant des balises qui vont dans le même sens que tous les efforts de sensibilisation déployés pour encourager une consommation responsable d’alcool », poursuit la vice-rectrice à la vie étudiante.

Toujours à la rentrée, en plus des bons de réduction dans les agendas, des affiches ont fait leur apparition « par erreur » sur certains campus, notamment à l’Université de Montréal (UdeM) et à Concordia. Elles ont été retirées depuis.

« La direction du CEPSUM – le centre sportif de l’UdeM – doit approuver les publicités, et dans ce cas-ci, le fournisseur l’a affichée par erreur sans approbation préalable, explique la porte-parole de l’UdeM, Geneviève O’Meara. Le CEPSUM n’approuve aucune publicité pour des boissons énergisantes ou de produits alcoolisés. C’est pourquoi cette publicité n’aurait pas dû être affichée. »

Favorable à un «prix plancher»

La canette de 568 ml de Four Loko se vend environ 4 $ dans les dépanneurs et les épiceries.

Médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la Dre Nicole April est favorable à un « prix plancher » pour les boissons alcoolisées comme il en existe déjà un pour la bière vendue en magasin. Il s’agit d’un prix de base au-dessous duquel la vente d’alcool aux consommateurs est interdite.

« Les personnes qui ont une consommation excessive ont tendance à boire les boissons alcoolisées les moins coûteuses, souligne la Dre April. Idéalement, le prix minimum est établi en fonction de la teneur en alcool, c’est-à-dire que plus la concentration en alcool d’un produit est élevée, plus le prix minimum est élevé. Cette mesure vise à diminuer les sources d’alcool bon marché généralement bu par les jeunes et les gros buveurs. »

Selon les estimations des effets de ce type de mesure menées par des chercheurs, un « prix plancher » réduirait la consommation et ses conséquences néfastes chez les personnes qui ont une consommation d’alcool à risque, précise la médecin-conseil à l’INSPQ.

Conseil aux jeunes

« Portez attention à la quantité d’alcool contenue dans un Four Loko. Ne buvez pas trop vite. Il faut laisser le temps à l’estomac d’absorber l’alcool avant de décider de boire une autre canette », lance la Dre Sophie Gosselin, urgentologue à l’hôpital Royal Victoria et experte en toxicologie médicale.

Conseil aux parents

« Si votre ado fait un party à la maison et que vous voyez des canettes de Four Loko traîner, ce ne sont pas des Snapple aux pêches. Une seule canette équivaut à quatre verres d’alcool standard », dit Catherine Paradis, analyste principale, recherche et politiques au Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances.

http://www.lapresse.ca/

Des annonces trop alléchantes pour être vraies dans les réseaux sociaux


Virus, piratage, avec les fausses annonces À tous ceux qui cliquent sur des liens et partager sans vérifier si cela est vrai, dans les annonces bidons de billets d’avion, de pizza gratuits, d’un coupon avec un montant d’argent d’Ikea par exemple, sachez que souvent, ce sont souvent des annonces bidons et pire cela peut laisser une porte d’entrer à virus, un ver, un piratage de votre ordinateur … Est-ce que cela vaut la peine de risquer d’entre infecté pour au cas que ce soit vrai ? Allez voir le vrai site d’une compagnie s’ils parlent de ces beaux cadeaux …
Nuage

 

Des annonces trop alléchantes pour être vraies dans les réseaux sociaux

 

Les fausses offres dans les médias sociaux peuvent avoir pour but de propager des virus ou des vers informatiques.

Les fausses offres dans les médias sociaux peuvent avoir pour but de propager des virus ou des vers informatiques. Photo : Associated Press/Paul Sakuma

Si vous utilisez Facebook fréquemment, vous avez sûrement remarqué des annonces qui vous promettent des articles, des voyages ou des repas gratuits si vous les aimez ou les partagez. Sachez que la plupart de ces propositions sont fausses.

Radio-Canada avec CBC

Ces offres, partagées un nombre incalculable de fois dans les médias sociaux, utilisent illégalement le nom et le logo d’entreprises bien connues.

Une résidente de Calgary, Arthene Riggs, a remarqué dans son fil Facebook une offre de billets gratuits d’Air Canada.

« Ma sœur avait partagé cette publication et je me disais que je n’avais rien à perdre. J’ai essayé, mais ensuite, ça s’est transformé en cauchemar », dit-elle.

Facebook a suspendu son compte, lui disant qu’elle avait propagé du pollupostage dans les réseaux sociaux. Après de nombreuses et longues démarches, elle a pu faire rétablir son compte.

Dangers potentiels

 

Des annonces du genre sont monnaie courante. De nombreux internautes ont transmis récemment un coupon de 100 $ de la chaîne Ikea, une autre escroquerie. La publication est particulièrement populaire dans les Maritimes, à quelques semaines de l’ouverture du magasin Ikea de Dartmouth.

« Soyez informés qu’il ne s’agit pas d’un site web d’Ikea, que l’entreprise n’est pas associée à ce site et qu’elle n’a jamais autorisé cette offre », affirme une porte-parole de la société.

Au-delà de la suspension de son compte Facebook, les dangers d’aimer une publication, de la diffuser et de répondre à des sondages sont réels.

Un expert en marketing au Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse, Ed McHugh, précise que certaines de ces fausses offres ont comme objectif d’infecter votre ordinateur ou votre appareil en y introduisant un virus ou un ver. Dans d’autres cas, des pirates informatiques veulent simplement s’amuser aux dépens d’internautes crédules.

« Vous ne savez pas à quel genre de parasite vous vous exposez. Ça pourrait détruire votre appareil et même potentiellement ceux de vos amis » , dit Ed McHugh.

Air Canada et Pizza Hut

 

La fausse offre d’une paire de billets d’Air Canada circule dans les médias sociaux depuis près de deux ans.

Une fausse offre de billets gratuits d'Air Canada

Une fausse offre de billets gratuits d’Air Canada   Photo : Facebook

Le 23 septembre 2015, la société aérienne a publié un avertissement dans sa page Facebook et en a publié un autre récemment sur son site web. Une porte-parole, Isabelle Arthur, précise d’ailleurs qu’Air Canada a contacté Facebook et a demandé au fournisseur de services de fermer le site web à la source de ces fausses offres.

La chaîne de restauration rapide Pizza Hut a aussi été victime de telles annonces. L’an dernier, elle a publié un avertissement dans sa page Facebook, précisant qu’un faux coupon circulait dans les médias sociaux, promettant une pizza gratuite de Pizza Hut. L’entreprise qualifie cette offre d’escroquerie.

Facebook explique à ses membres qu’en aimant ou faisant circuler du pollupostage, ils peuvent sans le vouloir installer des programmes malveillants sur leur appareil ou donner accès à des comptes aux pirates, qui peuvent ensuite envoyer encore plus de pourriels. La société enjoint d’ailleurs à ses clients de lui rapporter tous les cas de fausses publications.

Comment distinguer le vrai du faux?

  • Réfléchissez avant de cliquer sur un lien. Est-il raisonnable qu’Air Canada offre deux billets gratuits à tous?
  • Vérifiez les sources en appelant l’entreprise à l’origine de l’offre.
  • L’entreprise a-t-elle un site web? Sinon, posez-vous des questions.
  • Si la page Facebook associée à l’annonce ne fournit aucune information sur l’entreprise derrière l’offre, ayez des doutes sur sa validité.
  • Et si c’est trop beau pour être vrai, c’est probablement faux.

http://ici.radio-canada.ca/

Les fausses nouvelles ciblent les parents d’autistes


J’aime partager mes lectures sur le web, j’essaie de me fier aux sites fiables, mais il arrivent que parfois même les sites Web les plus fiables se font avoir par des pseudo-sciences. Il est important de les corriger pour éviter qu’ils se propagent sur les réseaux sociaux. L’autisme, fait parti malheureusement, des traitement miracles qui sont tout à fait inutiles. D’ou l’importance d’en parler avec des spécialistes pour avoir l’heure juste
Nuage

 

Les fausses nouvelles ciblent les parents d’autistes

 

Des parents en quête d’information mal dirigés…

La capacité des réseaux sociaux à enfermer les gens dans des « bulles de filtres » et des « chambres d’échos » — où ils n’entendent plus que ceux qui pensent comme eux — ne concerne pas seulement la politique. Les parents d’enfants autistes commencent eux aussi à être ciblés.

Une enquête de BuzzFeed révèle en effet que ces parents sont la cible d’un flot de fausses nouvelles — ou plus exactement, de nouvelles sur de faux traitements. Selon cette analyse, plus de la moitié (28 sur 50) des nouvelles soi-disant scientifiques les plus partagées sur l’autisme dans les cinq dernières années, faisaient la promotion de traitements bidon ou de prétendues causes.

« Le ciblage des parents dont des enfants ont été récemment diagnostiqués est très insistant », explique au magazine une mère et militante des droits des autistes, Sarah-Jayne Garner. « La première chose que n’importe qui va vous dire, c’est « mettez-les sur un régime sans gluten ». Ce n’est appuyé sur aucune sorte de science sérieuse, mais les parents qui sont novices devant l’autisme n’ont pas les outils et les connaissances pour évaluer ce qui leur est présenté. »

Qu’il existe des centaines de sites affirmant que les vaccins causent l’autisme n’étonnera pas quiconque a déjà fait une recherche Google sur le sujet. Mais que parmi les nouvelles les plus partagées se trouvent autant d’informations fausses ou trompeuses a de quoi décourager le meilleur des vulgarisateurs. En tête de liste (et en anglais) :

« Les tribunaux confirment que le vaccin RRO cause l’autisme » (c’est faux)

« Des chercheurs du MIT déclarent que l’herbicide glyphosate rendra la moitié des enfants autistes d’ici 2025 » (c’est faux)

En tout, sur le « Top 50 » de ces cinq années (d’août 2012 à août 2017), les « nouvelles » qui n’étaient appuyées sur aucune donnée probante ont été partagées 6,3 millions de fois, contre 4,5 millions pour les autres. À elle seule, celle sur les tribunaux a décroché la première place… et la cinquième, puisqu’elle a été abondamment partagée après sa publication sur un second site.

Le fait qu’elles soient aussi souvent partagées n’est pas uniquement le résultat de l’addition de milliers de petites mains devant leurs claviers. Des groupes Facebook bien organisés, dont certains font la promotion de livres ou de « traitements » contribuent à rendre virales ces « informations » — suivant les mêmes mécanismes qui ont permis de rendre virales des nouvelles pro-Trump l’an dernier.

Au moins un site web y contribue généreusement, Natural News, fourre-tout de nouvelles pseudo-scientifiques en santé.

Et en bout de ligne, souligne le journaliste de BuzzFeed, Tom Chivers, ceci nous ramène toujours aux algorithmes.

Les discussions autour de l’autisme peuvent être vues comme un exemple de la bulle de filtres en ligne, où les algorithmes et les contenus partagés par des gens bien intentionnés ont pour conséquence que beaucoup d’entre nous ne verront sans le savoir que des choses qui renforcent nos croyances, nous entraînant tous vers une vision polarisée du monde.

La croissance des réseaux sociaux a facilité la formation de ces bulles ces dernières années. Mais pour les parents d’enfants autistes, tout cela a commencé beaucoup plus tôt… Des parents partageaient des informations par courriel et par des babillards, spécialement une série de sites sur les groupes Yahoo Health qui s’étaient multipliés à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

Le vent tourne toutefois dans l’autre direction : après des décennies passées à traiter l’autisme comme une maladie mentale, la prise de conscience qu’un autiste peut être fonctionnel gagne du terrain, et de plus en plus de parents refusent qu’on attribue à l’autisme le statut d’une « maladie », ce qui complique la tâche des mouvements anti-vaccins qui prétendent posséder un traitement-miracle.

http://quebec.huffingtonpost.ca