L’extinction d’une espèce peut en entraîner d’autres…


Vouloir détruire une espèce que ce soit un animal, un insecte, une plante, il y a de grand risque qu’un effet domino se produise et un déséquilibre de tout l’écosystème du plus petit ou plus grand, car une disparition risque fortement à faire disparaitre d’autres espèces
Nuage

 

L’extinction d’une espèce peut en entraîner d’autres…

 

Marie-Céline Ray
Journaliste

Par un effet domino, l’extinction d’une espèce peut en entraîner d’autres. Des chercheurs montrent qu’il y a plus de risque d’extinctions en cascade lorsqu’aucune espèce ne vient boucher le trou laissé par la disparition d’une autre.

Les activités humaines continuent de causer la disparition d’espèces, au point de provoquer la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète. Or, cette perte de biodiversité pourrait avoir des conséquences dramatiques. Des chercheurs de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) ont réalisé des prédictions en travaillant sur des communautés de plantes et d’insectes, notamment la guêpe parasitoïde Aphidius megourae. S’ils retiraient une espèce de guêpes de l’écosystème, d’autres espèces indirectement liées pouvaient disparaître.

Pour Dirk Sanders, de l’université d’Exeter, « les interactions entre les espèces sont importantes pour la stabilité de l’écosystème ». Il ajoute : « Et parce que les espèces sont interconnectées par de multiples interactions, un impact sur une espèce peut également affecter les autres ».

Tout dépend de l’importance du réseau de la chaîne alimentaire dans laquelle se trouve l’espèce qui disparaît.

La perte de biodiversité accroît la vulnérabilité de l’écosystème

Quand un réseau alimentaire est complexe, avec une biodiversité importante, une espèce peut plus facilement en remplacer une autre : il y a moins de risque d’extinctions en cascade. En revanche, si des espèces disparaissent et que l’écosystème devient plus simple, les espèces restantes sont plus vulnérables et le risque de nouvelles extinctions est plus grand.

Le communiqué de l’université prend aussi l’exemple des prédateurs : si le loup disparaît dans un massif montagneux, les grands herbivores comme les cerfs seront plus nombreux et mangeront ainsi plus de plantes. La végétation va alors manquer pour nourrir d’autres espèces, comme des lapins ou des insectes, qui seront alors menacés.

https://www.futura-sciences.com/

Publicités

Les serpents plantent des fleurs en avalant des souris


Il existe 3 500 serpents connu dans le monde, et les serpents sont carnivores et à leur manière des jardiniers. Ceux qui doutent que le serpent ne soit pas important dans l’écosystème, voilà une des grandes utilités de cette bête si détestée. Quand ils mangent des rongeurs, souvent des graines se retrouvent sur ou dans leurs proies. Avec les excréments, les graines ont tout pour germer et dans des endroits plus loin que leur point d’origine
Nuage

 

Les serpents plantent des fleurs en avalant des souris

 

 

Marie-Céline Ray
Journaliste

Les serpents sont un peu jardinier… Ils participeraient à la dissémination des graines dans la nature. En effet, ces carnivores se nourrissent de rongeurs qui parfois transportent des graines dans des poches, les abajoues. Les graines peuvent être libérées dans les excréments et germer.

Les animaux transportent souvent des graines qui s’accrochent à leurs poils ou leurs plumes. Certains les avalent et les relâchent dans leurs excréments. Ce processus permet aux plantes de coloniser de nouveaux milieux. Les rongeurs, granivores, participent à ce phénomène car certains transportent des graines dans leurs abajoues, des poches situées autour de la cavité buccale. C’est le cas par exemple des géomys ou « gaufres » (gopher en anglais) ou de la souris à abajoues. Mais parfois les rongeurs se font dévorer par des prédateurs, comme des serpents.

Dans un article paru dans Proceedings of the royal society B, des chercheurs américains ont étudié 50 serpents à sonnette d’un muséum. Ils appartenaient à trois espèces différentes vivant dans des déserts et qui consommaient des rongeurs de la famille des Hétéromidés, des animaux qui transportent des graines. 45 serpents avaient des restes de rongeurs et 971 graines ont été récupérées dans leurs tubes digestifs.

Les graines survivent dans le tube digestif des serpents à sonnette

Comme les serpents sont des carnivores stricts, ils ne digèrent pas la cellulose et d’autres molécules végétales. Les graines sont donc moins abîmées que si elles étaient passées dans le tube digestif d’un omnivore. Et comme les serpents avalent leur nourriture sans la mâcher, les graines ne sont pas broyées. Certaines pouvaient même germer dans le côlon ! Le milieu nutritif riche présent dans les excréments favorise aussi la germination de la graine, dans ou en dehors de l’animal.

D’après les auteurs, un serpent à sonnette peut manger une vingtaine de rongeurs pendant la saison active qui dure 25 à 30 semaines ; les serpents peuvent parcourir deux kilomètres en quelques jours, une distance bien plus importante que celle que parcourent des rongeurs. Comme la digestion du serpent est longue, les graines ont plus de chances d’être relâchées loin dans la nature. Chez les 3.500 espèces de serpents connues, de nombreuses pourraient consommer des proies qui transportent des graines, signale un communiqué de l’université Cornell.

https://www.futura-sciences.com/

Il sera bientôt possible de lire à la lumière des plantes


Une lumière autonome, sans électricité, ni batterie, c’est ce que les chercheurs essaient de créer avec certaines plantes et voir même pour des arbres qui pourraient devenir des lampadaires. Pour les plantes, il semble que cela ne les affecte pas. Mais les arbres, je suis un peu septique étant donné qu’il y a des animaux tel que les oiseaux, insectes et petits animaux qui vivent dans leurs branches ou dans leurs troncs. Sachant que la lumière peut nuire au sommeil, peut-être que cela pourra nuire aussi pour ces animaux
Nuage

 

Il sera bientôt possible de lire à la lumière des plantes

 

© thinkstock.

Jeanne Poma

Une étude scientifique vient de dévoiler que des nanoparticules noyées dans des feuilles de cresson étaient capable de créer une lumière tamisée pouvant durer jusqu’à quatre heures. Les producteurs de lampes de chevet ont-ils du souci à se faire?

Une expérience porteuse d’avenir

Les ingénieurs du Massachusetts Institute of Technology ont apporté les preuves qu’il était possible de lire un livre à la lumière d’une plante incandescente. Les résultats des analyses sont incroyables. La luminosité est brève mais cette source de lumière naturelle pourrait peut-être un jour remplacer l’électricité.

L’expérience consiste à utiliser de la luciférase. Cette enzyme active le processus de bioluminescence. C’est elle qui fait briller les lucioles et qui agit sur une molécule appelée luciférine. Celle-ci émet de la lumière, tandis qu’une autre molécule, la coenzyme A, aide le processus à éliminer les éléments susceptibles d’inhiber l’activité de la luciférase.

« Cette lumière n’a pas besoin de batterie »

Le mécanisme doit encore être perfectionné car une plante de cresson de 10 centimètres n’émet pour l’instant qu’une lumière équivalente à un millième de celle nécessaire à la lecture. Mais, un jour, les plantes pourraient bien éclairer tout un espace de travail.

Pour Michael Strano, ingénieur en chimie au MIT et acteur du projet, l’objectif est de créer une lumière autonome. C’est comme une lampe qui n’aurait pas besoin d’être branchée à une prise.

« La lumière est alimentée par le métabolisme énergétique de la centrale, autrement dit la plante », ajoute-t-il.

Bientôt des arbres qui fonctionneraient comme des lampadaires

Les scientifiques espèrent améliorer l’intensité de la lumière tirée des plantes, ainsi que sa durée. Cela permettra d’offrir des éclairages de faible intensité pour les intérieurs mais aussi de transformer les arbres en de véritables réverbères auto-alimentés.

Ce cresson amélioré ne reçoit aucune impulsion électrique. Cette découverte pourrait donc nous assurer de grandes économies d’énergie si elle était utilisée à grande échelle. Les plantes comme le cresson représentent un domaine d’étude nouveau et porteur. Les chercheurs s’engagent à pousser l’expérience plus loin en incorporant d’autres types de nanoparticules à l’intérieur de la plante. Cela reste une expérience inoffensive pour les plantes. L’objectif de l’équipe est de permettre aux plantes du futur de remplacer un bon nombre des fonctions actuellement remplies par les appareils électriques.

http://www.7sur7.be

Climat: agir sur les rayons du Soleil, une menace pour la vie sauvage


Je ne suis pas une experte en climat, mais je redoute les expériences pour manipuler le rayonnement solaire pour atténuer le réchauffement climatique. Il y a du pour et contre, le pour c’est cela pourrait aider a baisser les hausses de température de la terre, en effectuant cette manipulation pendant plus années. Mais après. qu’arrivera-t-il quand ce genre de traitement s’arrêtera ? Certains croient a une disparition des amphibiens, plante et coraux. De toute manière, quand l’humain essaie de contrôler la nature, il arrive des effets secondaires que nous pourrions nous passer
Nuage

 

Climat: agir sur les rayons du Soleil, une menace pour la vie sauvage

 

Les techniques visant à manipuler le rayonnement solaire... (PHOTO PHILIPPE DESMAZES, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Les techniques visant à manipuler le rayonnement solaire pour atténuer le réchauffement climatique – qui n’ont encore jamais été testées – consistent à injecter dans les hautes strates de l’atmosphère des milliards de particules destinées à renvoyer une part du rayonnement solaire dans l’espace.

PHOTO PHILIPPE DESMAZES, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

MARLOWE HOOD
Agence France-Presse

Les techniques visant à manipuler le rayonnement solaire pour atténuer le réchauffement climatique, pourraient, si elles s’interrompaient brutalement, faire disparaître des espèces entières, met en garde une étude publiée lundi.

« Un réchauffement rapide après l’arrêt de cette géo-ingénierie ferait peser une menace énorme sur l’environnement et la biodiversité », souligne Alan Robock, professeur à la Rutgers University (New Jersey).

Une telle rupture pourrait conduire à l’extinction, localement voire mondialement, de nombreux amphibiens, mammifères, coraux et plantes, selon ces travaux parus dans Nature Ecology & Evolution.

Cette technique, qui n’a encore jamais été testée, consiste à injecter dans les hautes strates de l’atmosphère des milliards de particules destinées à renvoyer une part du rayonnement solaire dans l’espace. Un peu comme certaines éruptions volcaniques l’ont fait naturellement dans le passé.

Pour ses défenseurs, il s’agit de contrer facilement le dérèglement climatique qui, avec +1 °C depuis l’ère préindustrielle, est déjà lourd d’impacts (vagues de chaleur, tempêtes intenses, etc.).

L’accord de Paris fin 2015 engage le monde à agir pour rester « bien en dessous » de 2 °C. Mais l’action pour réduire les émissions de gaz à effet de serre reste insuffisante, conduisant certains à reconsidérer ces techniques de géo-ingénierie controversées.

Pour l’étude publiée lundi, les chercheurs ont imaginé que des avions dispersent cinq millions de tonnes dioxyde de soufre dans la stratosphère au niveau de l’Équateur, chaque année pendant 50 ans, de 2020 à 2070. Et dans le même temps, les hommes continuent à réduire leurs émissions, mais pas assez vite.

Les modèles informatiques montrent que la température moyenne chuterait en effet de 1 ° C.

Mais comment faune et flore réagiraient-elles si ce « traitement » devait cesser d’un coup ?, se sont demandé les scientifiques.

« Mettre un terme à cette géo-ingénierie conduirait à un réchauffement rapide : 10 fois plus rapide que si elle n’avait pas été déployée, » dit M. Robock.

Expérimentation à l’automne

Plantes et animaux disposeraient-ils alors du temps nécessaire pour bouger et trouver un climat (température ET précipitations) leur permettant de survivre ?

De nombreuses créatures — en particulier les amphibiens, les mammifères terrestres, et les plantes — seraient incapables de migrer suffisamment vite, estime l’équipe : « dans de nombreux cas, il leur faudrait aller dans une direction pour trouver la même température, mais dans l’autre pour trouver le même régime de pluie ».

Partisan de ces techniques, David Keith, professeur à la Harvard Kennedy School, ne conteste pas ce risque. Mais il ne voit pas le monde cesser d’y recourir soudainement, comme l’envisage l’étude, a-t-il expliqué à l’AFP.

« La décision d’arrêter soudainement devrait être quasi unanime, » a-t-il dit à l’AFP. Et tout pays « pourrait unilatéralement continuer à faire de la géo-ingéniérie ».

En attendant, encore faut-il que la géo-ingénierie solaire soit au point.

Si cela ne marche pas, « il faut le savoir maintenant, » dit le climatologue Ben Kravitz (Pacific Northwest National Laboratory, État de Washington). Car « ce qui me terrifie est que nous allons commencer à nous reposer là-dessus, pour plus tard découvrir que ça ne marche pas ».

Ce qui ne signifie pas tourner le dos entièrement à ces méthodes, soulignent d’autres scientifiques. Parmi lesquels les auteurs de l’étude eux-mêmes :

« Vu les émissions de GES actuelles, il serait irresponsable de ne pas étudier les bénéfices et coûts potentiels de la géo-ingénierie climatique, » écrivent-ils.

David Keith prévoit de mener une première expérimentation dans le désert de l’Arizona cet automne, mais les conclusions ne seront pas disponibles avant plusieurs années.

« Il sera vraiment difficile de rester à 1,5 °C ou 2 °C sans (techniques de contrôle du) rayonnement solaire », estime pour sa part Ben Kravitz. « Pas impossible, mais très difficile. »

http://www.lapresse.ca/

115 nouvelles espèces découvertes en Asie, dont le crocodile lézard


115 nouvelles espèces d’amphibien, mammifère, poisson, reptile, plante ont été découvert en Asie. C’est toujours extraordinaire de découvrir des nouveautés. Cependant, la question à se poser : Ces animaux sont-ils maintenant en danger à cause de la perte de leur environnement ? Du braconnage … ?
Nuage

 

115 nouvelles espèces découvertes en Asie, dont le crocodile lézard

 

Le crocodile lézard du Vietnam avait été repéré... (Thomas Ziegler, WWF via AFP)

Le crocodile lézard du Vietnam avait été repéré dès 2003 dans la jungle du nord du pays, mais cela avait pris des années pour que les scientifiques réussissent à établir qu’il s’agit bien d’une nouvelle espèce. Il ne resterait plus que 200 spécimens de cette espèce, menacée par les trafiquants et le développement des mines de charbon.

THOMAS ZIEGLER, WWF VIA AFP

 

Agence France-Presse
BANGKOK

Un crocodile lézard au Vietnam et une tortue dite mangeuse d’escargot figurent parmi 115 nouvelles espèces découvertes en 2016 dans la région du Grand Mékong, un signe encourageant en ces temps de menaces sur la biodiversité, a annoncé mardi le WWF.

La nouvelle espèce de tortue, dite mangeuse d’escargot, a ainsi été repérée par hasard par un scientifique thaïlandais sur un marché du nord-est de la Thaïlande.

MONTRI SUMONTHA, WWF VIA AFP

« Alors que la tendance globale est inquiétante, et que les menaces sur les espèces et leur habitat dans la région du Grand Mékong sont importantes, la découverte de ces nouvelles espèces nous donne espoir », a commenté Lee Poston, du World Wildlife Fund (WWF), interrogé par l’AFP.

Le Mékong, qui prend naissance sur les hauteurs de l’Himalaya pour finir sa course au Vietnam, donne son nom à cette région tropicale, largement couverte de jungle, qui comprend aussi le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie et la province chinoise du Yunnan.

Chaque année, les scientifiques du Fonds mondial pour la nature (WWF) annoncent la découverte de nouvelles espèces après un long processus d’évaluation par leurs pairs. En 2015, 163 nouvelles espèces avaient été découvertes.

Souvent, les chercheurs craignent que les espèces ne disparaissent avant même d’avoir été répertoriées tant le développement de la région est rapide, avec la construction de routes et de barrages, mais aussi le trafic d’animaux sauvages.

C’est ainsi que sur les 115 nouvelles espèces découvertes cette année (dont 11 amphibiens, trois mammifères, deux poissons, 11 reptiles et 88 plantes), la nouvelle espèce de tortue, dite mangeuse d’escargot, a ainsi été repérée par hasard par un scientifique thaïlandais sur un marché du nord-est de la Thaïlande.

Le crocodile lézard du Vietnam avait été repéré dès 2003 dans la jungle du nord du pays, mais cela avait pris des années pour que les scientifiques réussissent à établir qu’il s’agit bien d’une nouvelle espèce. Il ne resterait plus que 200 spécimens de cette espèce, menacée par les trafiquants et le développement des mines de charbon.

Depuis 20 ans, plus de 2500 espèces ont été recensées dans la région, soit deux découvertes chaque semaine.

Un dixième de l’étendue des écosystèmes sauvages de la planète ont disparu ces vingt dernières années, selon un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) publié en septembre 2016.

Le WWF explique la longueur du délai entre la découverte d’une nouvelle espèce et son inscription à la liste du WWF par le fait qu’ils doivent passer plusieurs étapes, des tests d’identification génétique à la comparaison avec les bases de données mondiales pour s’assurer que l’espèce n’a pas déjà été répertoriée ailleurs.

http://www.lapresse.ca/

L’US Army développe des plantes génétiquement modifiées pour espionner l’ennemi


Que les plantes puisse servir d’agent de renseignements sur l’état d’un environnement, la présence de produits chimiques, de parasites ou pathogènes serait une très bonne chose, mais est-il vraiment nécessaire de modifier génétiquement les plantes
Nuage

 

L’US Army développe des plantes génétiquement modifiées pour espionner l’ennemi

Crédits : Benoit Paillé

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), chargée d’approvisionner l’US Army en solutions technologiques, a désormais trouvé un moyen de choix d’espionner l’ennemi.

Comme le raconte The Independent, l’agence travaille actuellement sur des plantes génétiquement modifiées capables de faire office d’indicateurs de ce qu’il se passe autour d’elles.

Crédits : DARPA

Ce projet, nommé Advanced Plant Technologies (APT) part du constat que « les plantes sont très sensibles à leur environnement et manifestent naturellement des réponses physiologiques aux stimuli basiques tels que la lumière et la température, mais aussi, dans certains cas, au toucher, aux produits chimiques, aux parasites et aux pathogènes », explique le Dr Blake Bextine, en charge de l’initiative APT.

L’idée serait alors d’exploiter les capacités naturelles des végétaux pour les rendre capables de détecter l’usage de produits chimiques, les micro-organismes nocifs et les radiations environnantes.

« Les techniques émergentes de modélisation peuvent permettre de reprogrammer ces capacités de détection et de rapport pour un plus large éventail de stimuli. Cela ouvrirait la voie à de nouvelles sources de renseignement et réduirait les risques – et coûts – associés aux capteurs traditionnels », fait savoir le Dr Bextine.

Afin de mener à bien le projet APT, la DARPA va se baser sur une formule qu’elle utilise couramment : l’appel à projets. Les volontaires ont donc jusqu’au 12 décembre pour préparer une solution pertinente.

Source : The Independent

http://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi Libérer Un Poisson Rouge Dans La Nature Peut être Très Dangereux


N’importe quel animaux exotiques ainsi que les plantes venant d’ailleurs ne devraient jamais être relacher dans la nature. Les poissons rouges sont des poissons exotiques qui sont petits dans les aquarium mais lâcher dans la nature ils grossissent et sont une menace pour l’écosystème aquatique. Même s’ils sont morts, les jeter dans les toilettes risquent de contaminer les autres animaux marins par des bactéries qui leur son inconnues.
Nuage

 

Pourquoi Libérer Un Poisson Rouge Dans La Nature Peut être Très Dangereux

 

image: its-interesting

L’une des principales menaces qui pèsent sur l’équilibre fragile d’un écosystème est l’introduction d’espèces exotiques par les humains. Trop souvent, en effet, quand on veut se débarrasser d’un animal ou d’une plante, on les libère dans la nature sans tenir compte des conséquences possibles.

A cet égard, une étude inquiétante a été menée en Australie sur un animal qui nous concerne de très près: le poisson rouge(Carassius auratus) originaire d’Asie de l’Est. En effet, il a été noté que dans ces territoires, comme dans beaucoup d’autres parties du monde, ces animaux sont souvent relâchés dans les rivières ou les lacs lorsque leurs propriétaires en ont assez de les garder avec eux.

Parfois, ils sont même libérés pour « leur offrir une vie meilleure », sans avoir la moindre idée de la menace qu’ils peuvent représenter.

via: murdoch.edu

Si le pauvre petit poisson dans son aquarium boule nous semble inoffensif, dans la nature il se transforme complètement. Avec un régime alimentaire varié et beaucoup d’espace disponible, il peut être aussi grand qu’une truite ou une carpe (plus de 20 cm).

Puisqu’il appartient à une espèce non indigène, les autres habitants des lacs ne sont pas équipés pour l’affronter: les petits poissons affamés dévorent les oeufs de poissons, têtards, alevins et plantes, mettant en péril l’équilibre de la chaîne alimentaire de son habitat.

L’étude a en outre révélé que le poisson rouge dans la nature parcourt jusqu’à 200 km par an!

image: its-interesting

En plus de piller l’environnement, un poisson rouge peut aussi introduire des virus et des bactéries « étrangers » contre lesquels les poissons indigènes n’ont aucune défense immunitaire. Pour cette raison, même lorsqu’il est mort, il ne doit jamais être jeté dans les toilettes!

image: boston.com

En conclusion, si vous avez reçu un cadeau ou acheté un poisson rouge et que vous ne savez pas quoi faire, cherchez peut-être quelqu’un à qui le donner, passez une annonce sur Internet ou tout au plus essayez de demander si le magasin veut le récupérer. Le libérer dans la nature est la chose la moins indiquée!

image: washingtonpost.com

http://www.regardecettevideo.fr/