Un lapin qui prend son bain


À voir ce lapin, c’est le summum de la détente. Rare sont les animaux qui se laissent manipuler de la sorte pour le bain. En tout cas, juste à le voir, ça donne envie de relaxer
Nuage

 

Un lapin qui prend son bain

 

ANIMAUX – YouTube regorge de petites pépites dont il serait parfois dommage de se priver.

Un lapin auquel son propriétaire donne le bain… dans un lavabo. Le léporidé, tout à son aise, semble particulièrement apprécier ce moment humide peu banal. La vidéo est en tout cas rapidement devenue virale sur la toile.

http://actualite.portail.free.fr/

Le Saviez-vous ► Centralia est une ville qui brûle depuis plus de 50 ans ?


Souvent par manque de travail et de ressources, les gens quittent une ville pour se refaire ailleurs, qu’il arrive qu’une ville devient une ville fantôme .. Ou encore suite a une catastrophe environnementale .. Ici c’est a cause d’une mine de charbon qui ne cesse de bruler depuis plusieurs années, et elle n’est pas prête de s’arrêter
Nuage

 

Centralia est une ville qui brûle depuis plus de 50 ans ?

Centralia, en Pennsylvanie (Etats-Unis d’Amérique) est une ville abandonnée. Non pas parce qu’elle est hantée (réf. Silent Hill) mais parce que la ville brûle depuis plus de 50 ans.

Centralia est une ville minière dans l’Est des États-Unis. Cette ville creusa auparavant de grandes galeries en dessous de la ville pour exploiter le charbon. La ville ne brûle pas à proprement parler, c’est la mine de charbon qui brûle depuis 1962. L’origine exacte de cet incendie reste incertaine, il existe plusieurs versions des faits :

  • Des pompiers, qui étaient affectés pour nettoyer un dépotoir, auraient accidentellement mis le feu au réseau souterrain,
  • Qu’une personne aurait vidé des cendres fumantes dans un puit de mine abandonnée mettant le feu à la mine,
  • Un prêtre aurait maudit la ville de Centralia en déclarant : « Un jour cette ville sera effacée de la surface de la Terre »

Plusieurs opérations ont été réalisées afin d’éteindre le feu. Mais ce fut un échec, l’incendie s’est propagé sur tout le réseau des anciennes mines de charbon.

Centralia Pensylvanie noir blanc Centralia est une ville qui brûle depuis plus de 50 ans ?

Les habitants de Centralia ont aperçus des dangers de l’incendie que progressivement : le taux de monoxyde de carbone dans l’air a augmenté, les routes sont craquelées, un petit garçon a failli tombé dans une crevasse qui serait apparue sous ses pieds soudainement.

En 1980, le Congrès américain débloque la somme de 42 millions de dollars afin de racheter les terrains et habitations des habitants. Cette action leur a entrainé à changer de ville.

Dix ans plus tard, les autorités de Pennsylvanie utilisaient leur droit de préemption sur toutes les propriétés. Les habitants restants sont mis à la porte. Cependant, une poignée de personnes reste à Centralia malgré les dangers que cette ville représente.

En 2002, le code postal de la ville a été supprimé officialisant en même temps Centralia comme ville fantôme. Il ne reste qu’une église, quatre cimetières, six maisons et un local municipal abritant un camion de pompier.

Selon les experts, le sous-sol de Centralia devrait encore brûler pendant encore environ deux siècles.

http://www.savezvousque.fr

Des milliers d’évacuations en Allemagne


Alors qu’on s’est plaint chez-nous de la mauvaise température, des pluies a ne plus finir, l’Europe a eu son lot d’intempéries qui a occasionnés des inondations historiques. Ces inondations seront un fardeau pour les habitants et pour l’économie des régions atteintes
Nuage

 

Des milliers d’évacuations en Allemagne

 

innondations historiques en Allemagne le 9 juin 2013.

inondations historiques en Allemagne le 9 juin 2013. WOLFRAM ZUMMACH/AP/SIPA

INTEMPERIES – Les autorités allemandes ont demandé dimanche l’évacuation de 15.000 habitants à Magdebourg (est) en raison d’inondations historiques…

 

Les autorités allemandes ont demandé dimanche l’évacuation de 15.000 habitants àMagdebourg (est), où l’inquiétude était forte, face à des inondations historiques qui ont touché plusieurs pays d’Europe centrale et menacent désormais la Hongrie.

A Magdebourg (Saxe-Anhalt), pompiers, militaires et volontaires luttaient par milliers contre la montée inexorable des eaux de l’Elbe, dont le niveau a dépassé celui de la dernière inondation record de 2002, avec 7,46 mètres dimanche, contre 2 mètres environ en temps normal.

 Néanmoins, «le niveau de l’eau a commencé à baisser légèrement» dans l’après-midi, a déclaré à l’AFP une porte-parole de la cellule de crise locale. Il atteignait 7,41 mètres à 14H00 GMT.

A l’entrée de cette ville de 230.000 habitants, en état d’alerte, les troncs des arbres ont disparu sous l’eau, a constaté une journaliste de l’AFP. Sur les bords de l’Elbe se pressaient de nombreux curieux à vélo ou à pied, venus photographier les pompiers et les volontaires en train d’empiler les sacs de sable.

23.500 personnes priées de quitter leur domicile

Alors que de nombreuses rues menant au nord de la ville étaient bloquées à la circulation ou fermées en raison de l’arrivée de l’eau, le centre ville restait calme. En tout, 23.500 habitants de Magdebourg et ses environs ont été priés de quitter leur domicile durant le weekend, selon la cellule de crise.

Des évacuations avaient également eu lieu ces derniers jours à Halle, Bitterfeld-Wolfen et Dresde, trois villes situées en amont (sur l’Elbe ou ses affluents) et où la situation s’est détendue. Elles se déplaçaient désormais vers le nord avec la crue.

«Nous espérons que les digues vont résister à la pression ces prochains jours, mais on ne peut pas en être certains à 100%», a indiqué Andreas Hamann, porte-parole des pompiers de Hanovre et responsable des opérations dans le sud et l’est de Magdebourg.

Le quartier de Rothensee mobilisait particulièrement les militaires, qui tentaient de sauver la station de transformation qui alimente en électricité des dizaines de milliers de foyers ainsi qu’une partie des pompes utilisées pour évacuer l’eau.

Depuis une semaine, les intempéries et les inondations qui ont suivi en Allemagne, Autriche, Slovaquie, République tchèque et Suisse ont fait au moins 18 morts, dont 10 en République tchèque, occasionnant également des dommages matériels évalués à plusieurs milliards d’euros.

«Nous avons affaire à une catastrophe nationale», a dit au quotidien Leipziger Volkszeitung Gerda Hasselfeldt, députée du parti conservateur CSU de Bavière, une autre région durement touchée par les inondations, en particulier à Passau sur le Danube

.

http://www.20minutes.fr/

Verrues : comment les éviter ?


Avoir des verrues, c’est dérangeant, surtout quand ils sont apparents. Certaines personnes sont plus sensibles a ces infections a certaines périodes de leur vie .. Il y a des moyens pour tenter d’être contaminés
Nuage

 

Verrues : comment les éviter ?

 

Verrues : comment les éviter ?

© iStockphoto

Les verrues situées sur la peau sont de petites infections virales bénignes et sans gravité mais assez contagieuses. Elles se transmettent généralement de façon indirecte (sol, linge…). Quelques règles d’hygiène toutes simples permettent donc de limiter les risques d’en attraper.

Pour les prévenir

Etre reposé et détendu réduit les risques d’attraper des verrues. Lorsque vous êtes fatigué ou stressé, les défenses naturelles de votre organisme sont moins efficaces.

– Si quelqu’un chez vous a des verrues, utilisez une serviette différente de la sienne en sortant de la douche ou du bain.

Pour prévenir les verrues plantaires

Evitez de marcher pieds nus dans les lieux publiques (gymnase, piscine, plage…). Enfilez par exemple une paire de tongs ou de sandales dès que vous sortez de la piscine, ou quand vous vous baladez sur la plage. Rincez-vous après le bain, au bord de la mer ou en piscine, puis séchez-vous soigneusement les pieds.

Pour prévenir les verrues sur les mains et les doigts

Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour.

– Evitez de vous mordiller les petites peaux qui entourent vos ongles. Les microtraumatismes de la peau permettent au virus de pénétrer dans l’organisme, et les doigts sont des terrains particulièrement sensibles

http://www.topsante.com

La sextorsion, l’arnaque de l’heure


Je ne sais pas quelle idée stupide que des gens vont accepter de se déshabiller devant un écran d’ordinateur pour une personne qui souvent ne connait même pas. Le sexetorsion semble choisir les victimes chez les hommes pour ensuite les faire chanter en demandant de l’argent tout en menaçant de faire diffuser une vidéo d’eux dans une situation humiliante, et pouvant même les accuser a tord de pédophile s’ils ne paient pas. Et comme il est facile d’accuser un homme de pédophile et détruire la vie d’une personne a tord, le piège est bien rôdé
Nuage

 

La sextorsion, l’arnaque de l’heure

 

Des dizaines de victimes de sextorsion - toutes... (PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE)

Des dizaines de victimes de sextorsion – toutes des hommes – ont été recensées ces derniers mois dans la grande région montréalaise, selon les policiers de plusieurs territoires interrogés.

PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE

HUGO MEUNIER
La Presse

Utiliser le sexe pour faire chanter une victime constitue une des arnaques de l’heure en matière d’hameçonnage informatique. Plusieurs corps policiers s’inquiètent d’une récente recrudescence des cas.

Des dizaines de victimes de sextorsion – tous des hommes – ont été recensées ces derniers mois dans la grande région montréalaise, selon les policiers de plusieurs territoires interrogés. Il s’agirait selon eux d’une infime fraction des fraudes commises.

L’escroquerie est simple: vous rencontrez une jeune et jolie femme sur des sites de rencontre, notamment le site populaire Badoo et même Facebook. Elle vous invite alors à poursuivre la conversation dans l’intimité, devant des webcams sur des plates-formes comme MSN ou Skype. Les échanges virtuels dévient rapidement vers le sexe. La jeune femme commence alors un striptease ou entreprend de se caresser en vous encourageant à en faire autant. Après quelques minutes, surprise! La jeune femme vous apprend que vous venez d’être filmé à votre insu. On vous ordonne d’aller sur le champ verser de l’argent via des entreprises de transfert de fonds comme Western Union ou Moneygram, faute de quoi on menace de partager la vidéo compromettante sur des sites comme YouTube, de même qu’à vos contacts de divers réseaux sociaux comme Facebook.

La piste des responsables de cette arnaque informatique remonte à la Côte d’Ivoire (dans la ville d’Abidjan), là où les victimes doivent envoyer l’argent extorqué. Ils sont pratiquement impossibles à épingler et les policiers doivent se résigner à un rôle préventif.

Quelques adresses IP d’ordinateurs utilisés par des jeunes femmes ont pour leur part été découvertes en France et en Belgique.

Les échanges avec les victimes québécoises se font au clavier seulement et en français.

Les policiers sont par ailleurs unanimes: les filles utilisées pour appâter les victimes ne sont qu’un maillon d’un réseau plus vaste, structuré et surtout lucratif. Seulement sur le territoire de Laval, où 13 dossiers ont été répertoriés depuis décembre, les montants extorqués varient de 150 $ à 3800 $. Les sommes sont d’abord exigées en euros, avant d’être révisées en devises canadiennes.

Pour toucher de l’argent, les escrocs semblent même prêts à négocier, constate le sergent Franco Di Genova, de la police de Laval.

«Une de nos victimes s’est fait demander 500 $, il a plaidé n’avoir que 150 $, le montant finalement envoyé.»

Les victimes recensées à Laval se sont fait arnaquer entre le 19 décembre et le 21 mai derniers. Elles ont de 20 ans à 73 ans, mais la plupart sont dans la vingtaine. Deux d’entre elles ont envoyé paître les fraudeurs. La police ignore si les extorqueurs ont mis leur menace à exécution.

À l’échelle mondiale, le fléau est tel que même le FBI a récemment lancé un message de prévention sur son site.

«Les victimes se font aussi pirater leur ordinateur, puisque les escrocs énumèrent les noms de leurs proches, à qui on menace d’envoyer la vidéo embarrassante, explique le sergent. Nos enquêteurs disent que ce n’est que la pointe de l’iceberg. Que les victimes peuvent être trop gênées pour porter plainte à la police».

Les plaintes augmentent

Autre signe que la sextorsion est en vogue, la Sûreté du Québec (SQ) avait justement médiatisé en octobre dernier une stratégie de prévention.

«On avait alors une vingtaine de victimes au Québec», mentionne la sergente Joyce Kemp.

La SQ invite les internautes à s’assurer de l’identité de leur interlocuteur sur les réseaux sociaux et à ne jamais tenir pour acquis le caractère privé d’une conversation sur l’internet.

Les Montréalais tombent également dans le piège. Leur service de police observe une hausse marquée des plaintes, soit une cinquantaine entre janvier 2012 et le 3 juin dernier et plusieurs dossiers s’accumulent depuis avril dernier. «Avant cette date, nous n’avions qu’environ une ou deux plaintes par mois», rapporte-t-on au Service de police de la Ville de Montréal(SPVM).

Même phénomène du côté de Longueuil, où la police a enregistré une dizaine de plaintes depuis le début de l’année.

«Faute de moyens, nos enquêtes n’aboutissent pas jusqu’en Côte d’Ivoire. Mais 10 cas, c’est quand même pas mal pour notre territoire», reconnaît l’agent Jean-Pierre Voutsinos.

La sextorsion est à prendre très au sérieux, ajoute le sergent Di Genova. «Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de drame, mais on sait que cette arnaque a déjà causé un suicide en Europe», note le policier.

Après vérification, un jeune Breton de 18 ans s’est en effet enlevé la vie il y a quelques mois à Brest, victime de sextorsion.

«J’ai une vidéo de toi. Si tu ne me donnes pas 200 euros, je vais détruire ta vie», lui avait écrit la maître chanteuse, dont l’adresse IP avait été localisée à Abidjan.

***

«Sur le coup, j’ai paniqué!»

Victime de sextorsion, un Lavallois de 24 ans raconte l’avoir échappé belle, après avoir été hameçonné par une belle jeune femme, en mars dernier, sur le site de rencontre Badoo.

«Elle m’a proposé d’aller discuter sur MSN et d’ouvrir nos webcams. Elle m’a demandé de faire des choses», explique le jeune homme, sous le couvert de l’anonymat. «Elle a dit: « Tu me montres quelque chose et ensuite, je te montre quelque chose. » Elle insistait. J’ai dit: « Toi d’abord. »»

La jeune femme a alors commencé à se dévêtir et se caresser, imitée par le Lavallois. Le piège s’est vite refermé.

«Ils ont menacé d’envoyer la vidéo à ma famille et sur YouTube. Ils avaient les noms de mes contacts Facebook.»

Les escrocs avaient bel et bien l’intention de diffuser la vidéo sur YouTube, puisque le Lavallois a reçu le lien en privé.

Le titre qui coiffait la vidéo:

«Regardez ce pédophile se branler devant une fillette de 12 ans.»

Par chance, le Lavallois est parvenu in extremis à faire retirer la vidéo avant sa diffusion, en la signalant à YouTube comme contenu explicite.

«Sur le coup, j’ai paniqué. J’ai peut-être fait une niaiserie, mais de là à mériter quelque chose comme ça…»

Le Lavallois est convaincu que les vrais responsables de l’escroquerie utilisent des images préenregistrées de filles glanées sur des sites porno, puisqu’un de ses amis a failli se faire prendre par la même fille après sa mésaventure.

Le manège était identique, seul le nom de la fille était différent.

«Ne faites rien devant une webcam, même si c’est votre meilleure amie. On ne sait jamais qui est derrière ça», prévient le jeune homme.

«Ils m’ont demandé 15 000 $, j’ai dit ne pas avoir d’argent. Ils m’ont répondu: «Arrange-toi, on te donne 24heures!»

***

D’autres visages de l’extorsion

La ruse Justin Bieber

L’Américain Christopher Park Gunn a récemment été condamné à 35 ans de prison pour de la sextorsion sur des mineures. Pour arriver à ses fins, l’homme prétendait être le chanteur Justin Bieber et proposait à ses jeunes victimes des billets de concert en échange de photos suggestives. Par ailleurs, un Californien de 27 ans risque pour sa part une peine de 105 ans de prison pour avoir fait chanter pas moins de 350 femmes. Gary Kazaryan piratait les comptes Facebook de ses victimes en quête de photos compromettantes. L’escroc menaçait ensuite de rendre les clichés publics si les victimes ne se pliaient pas à ses caprices.

Côte d’Ivoire: terreau fertile de l’extorsion

Une riche héritière qui vous propose des sommes colossales provenant de l’industrie du diamant? Une jeune femme se déshabille devant vous et vous propose d’en faire autant? Plusieurs arnaques semblent remonter jusqu’à la Côte d’Ivoire, visiblement un terreau fertile pour l’extorsion informatique. Nous avons demandé pourquoi au spécialiste des nouvelles technologies et médias sociaux Carl Charest.

«En fait, c’est la mafia russe qui serait derrière ça et la Côte d’Ivoire serait un endroit facile pour encaisser l’argent», explique-t-il.

 Une grande portion de l’argent récoltée par la mafia russe proviendrait d’ailleurs de l’extorsion informatique tous azimuts.

«C’est plus simple et efficace que la drogue. Tu engages des hackers qui font tout le travail. La sextorsion n’est qu’une façon parmi tant d’autres», résume M. Charest.

L’affaire Lesiewicz

Le cas le plus célèbre de sextorsion au Québec est sans doute celui impliquant le cyberprédateur montréalais Daniel Lesiewicz, condamné en 2011 à 12 ans de prison pour avoir piégé quelque 200 adolescentes et jeunes femmes de 2006 à 2008. L’homme d’une trentaine d’années repérait ses victimes en s’introduisant par leur liste de contacts MSN. Sous de fausses identités, il les incitait ensuite à se déshabiller devant la caméra. Il exigeait par la suite un spectacle érotique en ligne, faute de quoi il menaçait de diffuser la vidéo sur le web. Lesiewicz a plaidé coupable à 91 chefs d’accusations liées à la pornographie et à l’extorsion.

***

Les conseils du FBI

1. Ne tenez pas pour acquis que votre disque antivirus vous protège contre les escroqueries.

2. Fermez votre ordinateur lorsque vous ne l’utilisez pas.

3. Fermez votre webcam lorsque vous ne l’utilisez pas.

4. N’ouvrez pas de pièce jointe sans d’abord vérifier la provenance de l’envoi.

5. Soyez suspicieux. Si vous recevez un message avec une pièce jointe de votre mère à 3 h du matin, il est possible que le message ne soit pas vraiment de votre mère.

6. Si votre ordinateur a été piraté et que vous avez des menaces d’extorsion, n’hésitez pas à en faire part à vos parents ou à la police.

Source: Site du FBI, janvier 2013

***

La sextorsion par corps policiers

Montréal: 46 CAS entre janvier 2012 et le 3 juin 2013

Laval: 13 CAS depuis décembre 2012

Longueuil: 10 CAS environ depuis janvier 2013

SQ: 20 CAS depuis octobre 2012

http://www.lapresse.ca

Des médecins veulent contrer les frais accessoires en santé


Dans toute société, le droit a l’éducation, a la santé et l’aide a la famille ne devrait pas se marchander. Il semble que dans le domaine de la santé, par exemple, des frais sont demandés aux patients comme dans une clinique alors qu’à l’hôpital, c’est la RAMQ qui prend la charge.
Nuage

 

Des médecins veulent contrer les frais accessoires en santé

 

Alain Vadeboncoeur, président du MQRP... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Alain Vadeboncoeur, président du MQRP

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

MARIE-MICHÈLE SIOUI
La Presse

Les patients québécois se voient parfois imposer des frais médicaux exorbitants et illégaux, croit le regroupement Médecins québécois pour le régime public (MQRP), qui a lancé dimanche un outil d’information sur les coûts réels des soins de santé.

«Un de mes patients a dû payer 80 $ pour une anesthésie locale, faute de quoi on le menaçait de ne pas faire analyser sa biopsie», a déploré Camille Gérin, coauteure du rapport «Pas de frais pour les patients – Parce que payer de sa santé n’a rien d’accessoire».

Dans les faits, la xylocaïne, utilisée pour ce type d’anesthésie, ne coute qu’un dollar le millilitre, a-t-elle ajouté. Or des frais supérieurs au coût réel d’un médicament sont contraires à la Loi sur l’assurance maladie, a souligné MQRP. Une injection de cortisone ne devrait donc pas coûter davantage que quatre dollars, tandis que le prix d’un stérilet avec hormones ne devrait pas dépasser les 320 $. Les radiographies, endoscopies et autres tests de dépistage d’infections transmises sexuellement devraient quant à eux être gratuits.

Pour s’y retrouver, la population peut pour le moment consulter l’outil créé par MQRP. Ou éplucher le rapport de 68 pages qu’il a déposé.

«C’est difficile de démêler ce qui est légal et ce qui est illégal», a reconnu Alain Vadeboncoeur, président de MQRP. «Les patients sont en position de vulnérabilité. Ils ne le savent pas, tandis que la RAMQ [Régie de l’assurance maladie du Québec] n’est pas très stricte sur l’application de la loi.»

En réponse à l’initiative de MQRP, la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a défendu un mal nécessaire attribuable à l’État.

«Les frais accessoires irritent bien des gens, nous le comprenons», a indiqué le président de la FMSQ, Gaétan Barrette, dans un communiqué.

«MQRP représente un très petit nombre de médecins et ses positions nous apparaissent pour le moins dogmatiques. C’est son choix. Cependant, les frais accessoires ont toujours été et demeurent la résultante de l’indécision gouvernementale quant à la couverture publique et adéquate des coûts opérationnels encourus pour la dispensation des services médicaux par le régime public. C’est parce que l’État refuse de couvrir ces frais que ceux-ci existent. Pas parce que les médecins le désirent», a poursuivi Dr Barrette.

Dans son rapport, MQRP blâme plutôt le virage ambulatoire, ce projet de «déshospitalisation» parrainé par l’ex-ministre péquiste Jean Rochon, pour ce qu’il qualifie de marchandisation croissante des soins de santé.

«Le virage ambulatoire amorcé dans les années 90 n’a pas été accompagné d’un financement et d’un soutien suffisants pour les soins prodigués en dehors des hôpitaux et dans les services ambulatoires des établissements publics. Ces manques ont ensuite été exploités par divers groupes d’intérêts», note MQRP.

«Cette tendance affecte également la profession médicale qui, d’un côté, a vu sa capacité à offrir des soins compromise par le sous-financement du système et de l’autre, son pouvoir de négociation accru par la difficulté d’accès aux médecins. Certains médecins ressentent ainsi comme inévitable – et même justifié – le paiement de frais par les patients pour financer les soins.»

http://www.lapresse.ca