Le chemin


Nous ne pouvons aller a notre but en ligne directe, car nous avons des indices, des signes a observer le long de la route … et des échanges entre d’autres personnes pour arriver a l’objectif
Nuage

 

Le chemin

 

 

« Quand on voyage vers un objectif, il est très important de prêter attention au chemin. C’est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d’y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons. »

Paulo Coelho

Descente au coeur du mont Erebus, un volcan actif en Antarctique


Il faut vraiment aimer son travail pour aller dans des endroits le plus froid de la Terre. Bah il y a toujours le volcan qui avec des pierres chaudes ont pourrait se faire un sauna mais bon … Espérons qu’ils découvriront des choses intéressantes
Nuage

 

Descente au coeur du mont Erebus, un volcan actif en Antarctique

 

Trois scientifiques se sont donnés rendez-vous dans les entrailles de la Terre.

Durant des jours, ils ont fouillés les grottes cachées au coeur du mont Erebus, un volcan actif situé dans l’océan Antarctique. Leur mission : dénicher des traces de vie dans les sols chauds du volcan… Pourtant au coeur de l’un des lieux les plus froids du globe.

Photographies de Carsten Peter

Dôme d’une grotte de glace

Un paysage de glace et de lave

Warren Cave, la grotte du labyrinthe

Cratère principal du mont Erebus

Tour de glace

Grotte de glace

Prélevage d’échantillons

Les fractales

http://photo.nationalgeographic.fr

Le Saviez-vous ► L’araignée cyclosa fait des répliques d’elle-même


On dirait que cette araignée savait bien avant la science de l’homme comment faire un clone. Elle est rusé pour tromper ceux qui veulent l’engloutir
Nuage

 

L’araignée cyclosa fait des répliques d’elle-même

 

 

Pour tromper ses prédateurs, une araignée péruvienne du genre cyclosa a une technique très efficace : elle fabrique une réplique d’elle-même, en plus grande, en utilisant des brindilles, des restes de ses repas ou des cadavres d’autres insectes.

Les prédateurs se ruent alors sur le leurre ce qui lui laisse le temps de s’éclipser discrètement.

http://secouchermoinsbete.fr

Des habitants d’Ottawa expulsent leurs écureuils vers le Québec


Un des quartiers riche d’Ottawa a du front tout le tour de la tête. Il y a des gens qui se foutent pas mal de l’environnement, des conséquences de leurs gestes. Ils se croient vraiment tout permis
Nuage

 

Des habitants d’Ottawa expulsent leurs écureuils vers le Québec

Deux écureuils jouent dans un parc en Californie

AFP/Archives

Des habitants d’un quartier résidentiel d’Ottawa se débarrassent d’écureuils jugés indésirables en leur faisant traverser la rivière qui sépare leur province de l’Ontario de celle du Québec, pour s’assurer qu’ils ne retournent pas dans leur habitat d’origine.

Une telle pratique est illégale, mais un reporter du quotidien local Ottawa Citizen a découvert qu’elle était pourtant commune depuis des années dans le quartier cossu de Westboro.

Un habitant lui a ainsi confié qu’un de ses voisins prenait les écureuils dans des pièges puis les relâchait à Gatineau, au Québec, sur l’autre bord de la rivière des Outaouais, grand affluent du Saint-Laurent.

Il a surpris ce trappeur urbain en train d’installer un piège et cru que ce dernier était destiné aux ratons laveurs. Mais l’homme a reconnu qu’il cherchait à attraper autant d’écureuils que possible:

« Je les transporte au Québec car ils ne peuvent pas retraverser le pont ».

Selon la tradition populaire, un écureuil retourne toujours à son habitat d’origine, à moins qu’il n’en soit séparé par un lac ou une rivière.

Déplacer un animal de plus d’un kilomètre est interdit par la loi provinciale de l’Ontario, conçue pour empêcher la propagation de maladies.

http://actualites.ca.msn.com

En Italie: la gastronomie au service des démunis


Alors que certains restaurateurs et épiceries jettent du javel dans les bennes a ordures pour éviter que des gens viennent ramasser les denrées encore consommables, en Italie, une très belle initiative pour aider aux plus démunies .. Des clubs, des restaurateurs réputés prêtent main forte et en plus diminue le gaspillage .. Chapeau !!
Nuage

 

En Italie: la gastronomie au service des démunis

 

En 2013, les Italiens ont dû réduire leurs... (PHOTO ANDREAS SOLARO, AFP)

En 2013, les Italiens ont dû réduire leurs dépenses alimentaires de 3%. Et chaque année, 6 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées à la poubelle.

PHOTO ANDREAS SOLARO, AFP

FRANCESCA CARUSO
Agence France-Presse
ROME

Tomate, ail, thym…. De délicieux effluves accueillent le visiteur: bienvenue au «Bon repas», une cantine pour les plus démunis, promue par des restaurants et épiceries fines à Rome, pour lutter à la fois contre la crise et le gaspillage alimentaire.

«Bien sûr que c’est bon! C’est une cantine «VIP»: on mange entrée, plat et dessert. C’est comme une trattoria», raconte Alessandro, un sans-abri moldave en achevant son sorbet.

Depuis la naissance de «Bon repas», la petite cantine de San Benedetto, une église du sud de la capitale, propose des menus exquis: tous les matins, son petit fourgon blanc livre des colis provenant de Volpetti, l’une des épiceries les plus célèbres de Rome.

Tous les produits qui n’ont pas été vendus la veille — pizza, pain, pâtes, viande, poisson — sont là. Et, «selon ce que l’on reçoit, les cuisinières décident le menu du jour», raconte Patrizia, la secrétaire de Don Fabio Bartoli, prêtre de l’église.

Dans la grande cuisine, s’affairent trois femmes, bénévoles, qui coupent, réchauffent et remplissent les plats pour 35 personnes démunies.

Née à Gênes en 2007 et arrivée à Rome depuis quelques mois, l’association «Bon repas» veut répondre à un paradoxe de plus en plus criant: le nombre de personnes qui ne parviennent pas à se nourrir augmente, alors que le gaspillage alimentaire ne cesse de croître.

En 2013, les Italiens ont dû réduire leurs dépenses alimentaires de 3%. Et chaque année, 6 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées à la poubelle.

L’association commence par contacter un restaurant et lui signaler une paroisse ou une cantine de rue des alentours. Le commerçant se met ensuite d’accord avec la communauté pour lui livrer les «denrées alimentaires saines invendues», une ou plusieurs fois par semaine.

Pour l’heure à Rome, une trentaine de restaurants, bars, épiceries, crèmeries, et cercles sportifs ont adhéré au projet. Parmi eux, des lieux connus de tous les Romains: la pâtisserie Pompi, reine du tiramisu, le restaurant du Tiro al Volo, un club sportif né à la fin du XIX siècle, ainsi que Gargani et Volpetti, deux épiceries fines de Rome.

«Cette initiative est très importante: elle canalise la générosité des commerçants et les besoins des plus pauvres», explique Don Fabio, dans le jardin dépouillé de l’église.

Chacun donne selon ses possibilités et ses souhaits: Strabbioni, un restaurant à la mode du centre-ville prépare trois fois par semaine six repas pour les sans-abris de la gare Termini. Le restaurant du Tiro al Volo, donne tous les lundis matins, à la cantine de l’église de San Bellarmino, les restes des buffets du dimanche soir.

«Mais parfois ce n’est pas assez, alors j’ai demandé de préparer exprès deux plateaux de biscuits», raconte le président du club, Michele Anastasio Pugliese.

Volpetti a décidé de le faire tous les jours: le soir, avant de baisser les rideaux, les employés mettent dans des paquets tout ce qui n’a pas été vendu.

«Ça ne nous coûte rien, seulement un peu de temps. Mais aujourd’hui c’est nécessaire: les pauvres sont de plus en plus nombreux», explique Donato Sarzarulo, employé de l’épicerie.

De fait,  comme le constate le président du Bon repas, Gregorio Fogliano, «aujourd’hui, dans les cantines de rue, la moitié sont des clochards, les autres des  »nouveaux pauvres »».

Son objectif est de distribuer 110 000 repas par an à Rome.

Dans la petite cantine de Saint Benoît, Donato, 58 ans, est l’un de ces «nouveaux pauvres italiens».

«J’étais bijoutier, mais, couvert de dettes, maintenant j’ai tout perdu. Depuis deux ans, je dors dans ma voiture. Le jour je mange ici et le soir je vais dans les supermarchés et, sans me faire voir, je vole du pain».

http://www.lapresse.ca

Un atlas 3D du cerveau


Un outil de recherche en ligne sur le cerveau pourrait être utilisé gratuitement pour les chercheurs. Grâce à la cartographie du cerveau, des possibilités de mieux comprendre certaines maladies
Nuage

 

Un atlas 3D du cerveau

 

Quelques couches de cerveau utilisées pour produire BigBrain

Quelques couches de cerveau utilisées pour produire BigBrain Photo :  K. Amunts et al.

Ceux qui étudient le cerveau humain pourront dorénavant avoir recours à une image presque aussi vraie que nature. Après 10 ans de recherche, des scientifiques allemands et canadiens ont dévoilé BigBrain, une cartographie cérébrale qui contient 100 000 fois plus de données qu’une imagerie par résonnance magnétique (IRM).

« BigBrain est le premier modèle du cerveau humain en 3D qui est une représentation réaliste de cet organe avec les cellules et toutes les structures cérébrales. »— Pr Karl Zilles, Julich Aachen Research Alliance en Allemagne

L’expert en imagerie du cerveau du National Institutes of Health, Dr Joseph Masdeu, compare les anciens modèles à une bibliothèque où plusieurs livres manqueraient. BigBrain, « l’atlas du cerveau », vient compléter les données manquantes en étant 50 fois plus précis que toute autre reproduction du cerveau humain.

Un travail de précision

Le cerveau à la base de ce projet d’imagerie tridimensionnelle est celui d’une femme de 65 ans, dont on sait seulement qu’elle ne présentait aucun signe de maladie ou de dommages cérébraux.

Après avoir enduit de cire et laissé reposer le cerveau dans une solution chimique durant quelques mois, les chercheurs ont utilisé un couteau appelé « microtome » afin d’en couper des tranches aussi minces qu’un cheveu, soit 20 microns ou millionièmes de mètre.

Chaque tranche – 7400 au total – devait ensuite être numérisée. Un travail de moine qui a pris 1000 heures de laboratoire.

Le professeur à l’Institut de neurologie de Montréal à l’Université McGill, Alan Evans, avait la mission de reconstruire le cerveau en un tout cohérent, corrigeant les erreurs de numérisation une à une.

« Pensez à quelque 7000 sections de [pellicule plastique] Saran Wrap qui ont été tordues et déchirées. »— Pr Evans

Même si des erreurs peuvent résulter de la méthode BigBrain, la sortie de l’atlas provoque un certain enthousiasme dans le monde de la recherche neurologique.

Le neuroscientifique John Mazziotta, de l’Université de la Californie, pense déjà aux résultats personnalisés qu’il pourra obtenir en combinant BigBrain avec des données issues d’images à plus faible résolution.

La prochaine étape est donc de rendre BigBrain, cet « échafaudage anatomique » des structures et circuits nerveux cérébraux, le plus accessible possible.

Bientôt mis en ligne sur le portail web CBRAIN, BigBrain pourra être utilisé gratuitement selon les besoins des chercheurs, notamment afin de mieux comprendre des maladies cérébrales comme l’alzheimer ou le parkinson.

http://www.radio-canada.ca

L’allaitement bientôt obligatoire au Venezuela


Je suis une pro allaitement, j’ai allaité, mais enfants, mais ce fut un choix personnel sans aucune obligation. Mais, il y a des femmes qui ne sont pas a l’aise avec l’idée d’allaiter et cela ne fait pas de mauvaise mère pour autant Promouvoir l’allaitement est nécessaire mais l’obligé, ce n’est pas vraiment une bonne idée. Le seul point positif, c’est que celle qui travaille et veut allaiter, cela sera pour elles plus accessible
Nuage

 

L’allaitement bientôt obligatoire au Venezuela

 

Les Vénézuéliennes qui ont le malheur de donner le biberon à leur bébé s’exposeront bientôt à des sanctions si le projet de loi du gouvernement rendant obligatoire l’allaitement est voté au Parlement le 25 juin.

Exit les biberons, tétines et laits en poudre. Au Venezuela seul l’allaitement au sein devrait être toléré. C’est la consigne que devront bientôt respecter les mères vénézuéliennes. Pourquoi une telle mesure ? Cette obligation d’allaiter est justifiée officiellement par le souci de « protéger l’amour filial ».

« Chaque nourrisson a le droit à l’allaitement. Le plus important est l’amour, la connexion entre la mère et l’enfant, qui est parfois perdue, car elles ne leur donnent pas la chaleur transmise par l’allaitement », martèle la vice-présidente de la commission de la famille de l’Assemblée nationale, Odalis Monzon, sur la télévision nationale VTV.

Officieusement, contraindre les mères à nourrir leur bébé naturellement est sous-tendu par des motifs économiques. Le lait en poudre infantile coûte trop cher pour l’Etat qui espère avec cette nouvelle juridiction en limiter drastiquement les importations.

Des banques de lait maternel

Concrètement, si ce projet de loi passe l’étape parlementaire, les nourrissons de moins de 6 moins ne pourront être alimentés avec une boisson autre que le lait maternel. Une dérogation sera possible uniquement sous prescription médicale, à condition que la mère prouve qu’elle n’est pas en mesure d’allaiter.

Les établissements de santé et les médecins qui se risqueront à enfreindre cette loi pourront se voir interdire d’exercer pendant quatre mois et écoperont d’une amende pouvant grimper jusqu’à 50 000 dollars. Cela fait cher le biberon.

Il sera également interdit de faire la pub pour du lait en poudre ou des biberons. Pour aider les Vénézuéliennes à allaiter, des « banques de lait maternel » pourraient voir le jour. Sur leur lieu de travail, les femmes devraient pouvoir trouver un lieu pour allaiter tranquillement leur enfant puisque le projet de loi prévoit également que les entreprises aménagent leurs locaux pour faciliter cette obligation maternelle.

Avec cette mesure qualifiée d’atteinte aux droits de la femme par les féministes, le gouvernement espère gonfler le taux d’allaitement de son pays : de 27 % aujourd’hui à 70 % d’ici 4 ans.

http://www.topsante.com