Parole d’enfant ► Je suis malade


Un petit garçon bien malade mais intelligent. Les mots pour lui on une seule définition …
Nuage

 

Je suis malade

 

« Maman, je suis pas malade j’ai juste le tousse pis la pépérature, pis mon nez marche plus. Je lui réponds que son nez est bouché, il me regarde et dit: Non, non maman regarde… je peux mettre mon doigt dedans!!!! »

William-Alex, 4 ans  /New Richmond

La recette du café au lait: tout est dans la décoration. Les incroyables sculptures de Kazuki Yamamoto


Un bon café au lait qui en plus avec un dessin fait avec la mousse, ca rend plus agréable la dégustation. Mais un serveur Japonais arrive a faire des oeuvres en 3D …
Nuage

 

La recette du café au lait: tout est dans la décoration. Les incroyables sculptures de Kazuki Yamamoto

 

L’art est partout, même dans nos tasses. C’est ainsi qu’on pourrait résumer les créations de Kazuki Yamamoto, jeune serveur japonais, dont la passion est de sculpter… la mousse du café.

Devenu célèbre grâce à son compte Twitter, sur lequel il poste ses créations caféinées, Yamamoto ne se contente pas de faire des petits dessins mignons de coeur ou de chats, comme on peut le voir dans certains restaurants. Il arrive littéralement à sculpter la mousse pour que ses réalisations soient en 3D.

Voici une petite sélection de ses plus belles oeuvres d’art éphémères.

cafés 3D de Kazuki Yamamoto

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

Crédits photo: Twitter/@george_10g

http://www.huffingtonpost.fr/

Le Saviez-vous ► Einstein épouse sa double cousine en secondes noces après avoir abandonné sa première épouse.


 Albert Einstein bien connu partout dans le monde pour sa théorie de la relativité. Sa grande popularité a suivi des années après sa mort autant des vieux comme des jeunes. Cependant dans sa vie privée, il n’est pas tout à fait l’homme qu’on l’on peut s’imaginé a son époque
Nuage

 

Einstein épouse sa double cousine en secondes noces après avoir abandonné sa première épouse.

 

On a beau admirer Albert, c’est un épouvantable machiste, qui largue Mileva et ses deux fils.

 

FRÉDÉRIC LEWINO ET GWENDOLINE DOS SANTOS

Concernant Einstein, tout est relatif. D’un côté, c’est un génie admiré par la Terre entière, de l’autre ce n’est qu’un minable mâle qui saute les minettes, abandonne sa femme et ses gosses. Super DSK…

On comprend mieux maintenant pourquoi il nous tire la langue sur son célèbre portrait photographique : il se fiche de notre gueule… Le 2 juin 1919, il abandonne Mileva pour se remarier avec Elsa Löwenthal, sa double cousine avec qui il testait, probablement, déjà les lois de l’attraction universelle quand ils étaient gamins à Munich. En effet, leurs deux mères, Pauline et Fanny, sont soeurs, tandis que leurs deux pères sont cousins germains.

En grandissant, Elsa et Albert se trouvent séparés. Albert rencontre Mileva Maric à l’École polytechnique de Zurich où elle étudie les mathématiques et la physique. Ils se marient en 1903 après que Mileva a accouché d’une fillette handicapée mentale, morte probablement de la scarlatine. Et dont on n’entend plus jamais parler. Fabuleusement douée pour la physique, Mileva file un coup de main à son époux pour élaborer ses théories, tout en accouchant de deux fils. Il faut bien le dire, Einstein est un mauvais mari et un mauvais père. Il préfère bercer ses équations que son épouse ou ses gosses. On lui prête même quelques maîtresses.

Vers 1912, le physicien reprend contact avec sa cousine Elsa, habitant Berlin. Elle était mariée à un certain Max Löwenthal. Que se passe-t-il entre les deux cousins ? Il serait plus facile d’expliquer la théorie de la relativité que leur relation dont on ne sait même pas si elle fait appel au théorème des corps horizontaux. En décembre 1913, il écrit à Elsa :

« Chère Elsa, ce n’est pas facile d’obtenir le divorce si on ne dispose pas de preuves de la culpabilité de l’autre partie. Aussi, je traite ma femme comme une employée que je ne peux pas virer. J’ai ma propre chambre, et évite d’être seul avec elle. Mais qu’il serait merveilleux qu’un de ces jours nous puissions partager un petit foyer modeste. »

« Lamentables créatures dépendantes »

En 1914, l’Europe entre en guerre. Albert, lui, abandonne le champ de bataille familial de Zurich pour gagner Berlin et sa cousine. Il l’adore. Enfin, il adore ses petits plats et la vénération qu’elle a pour lui. Alors, pourquoi reviendrait-il au domicile conjugal ? Mais Einstein est un homme, et un homme est lâche, alors il accepte de revenir auprès de Mileva, mais à condition que celle-ci accepte de ne plus être qu’une gouvernante, renonçant à toute relation intime.

Une proposition que Mileva ne peut que repousser avec horreur. C’était le but recherché. La voilà définitivement seule avec deux gosses à charge. Pour obtenir le divorce, Einstein lui remet une partie de l’argent du prix Nobel. Libre, le voilà libre. Ce qui lui permet de convoler en justes noces le 2 juin 1919 avec sa double cousine. Elle le dorlote, le gave de bons petits plats appris avec Top Chef. Elle lui sert de secrétaire, de femme de ménage, de souffre-douleur, de tout, sauf peut-être d’hétaïre. Il préfère prendre son pied avec des petites poulettes fascinées par le grand savant. Une méchante rumeur insinue qu’il aurait même séduit Isle, la fille d’Elsa…

Durant cinq ans, Einstein ne revoit pas son plus jeune fils, Édouard, surdoué et schizophrène depuis l’âge de 20 ans. Par la suite, il lui rendra visite dans l’établissement où il est interné. Sa dernière visite est en 1933 à la veille de partir s’installer aux États-Unis. Après la guerre, il n’ira jamais le voir, rompant tout contact avec lui. Immense savant, minuscule père ! En Amérique, Einstein poursuit une vie familiale idyllique avec Elsa aux petits soins pour lui. Elle le soigne, le protège des importuns. Lui est heureux, continue de cueillir quelques coeurs par-ci, par-là. Pas sûr, en revanche, que la vie soit belle pour elle. Elle le possède, son génie de cousin, mais à quel prix. Elsa meurt en 1936 d’une maladie du coeur et des reins. Laissons le dernier mot à cet immense génie d’Einstein :

« Nous, les hommes, sommes de lamentables créatures dépendantes. Je l’admets avec joie. Mais en comparaison de ces femmes, chacun d’entre nous est un roi. »

http://www.lepoint.fr/

Maladie de Lyme: un quart des Québécois atteints l’ont contractée au Québec


La tique infectée par une bactérie causant la maladie de Lymne continue a progressé au Québec faisant de plus en plus de victimes au Québec. 
Nuage

 

Maladie de Lyme: un quart des Québécois atteints l’ont contractée au Québec

 

La maladie de Lyme est transmise par des... (PHOTO ARCHIVES AP)

 

La maladie de Lyme est transmise par des tiques infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi. Les symptômes en sont nombreux et complexes, allant d’une rougeur accompagnée de fièvre à la paralysie, dans les cas les plus sévères.

PHOTO ARCHIVES AP

MARIE-MICHÈLE SIOUI
La Presse

Près du quart des Québécois qui ont contracté la maladie de Lyme l’ont fait dans leur propre province, et majoritairement en Montérégie, révèle un nouveau bilan publié par le ministère de la Santé.

Entre janvier 2004 et décembre 2012, 138 cas ont été enregistrés dans la province, et 31 d’entre eux (22 %) ont été considérés comme «indigènes», car contractés au Québec.

Du nombre, 86 % ont été acquis en Montérégie, tandis que 7% ont été attrapés en Estrie et 7% en Mauricie et dans le Centre-du-Québec.

« Les lieux d’acquisition sont situés dans la vallée du Saint-Laurent au sud du fleuve avec une concentration autour du lac Champlain. En effet, ce sont les municipalités de la Montérégie longeant la frontière américaine qui recensent le plus grand nombre de cas », lit-on dans le Bulletin de vigie, de surveillance et d’intervention en protection de la santé publique, un document publié tous les mois par le ministère de la Santé.

Selon ce dernier, les premiers cas de personnes infectées par la maladie de Lyme, transmise par des tiques infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi, ont été déclarés en  2008.

« Par la suite, 4, 2, 6 et 16 cas annuels ont été respectivement déclarés entre 2009 et 2012 », indique le document, qui confirme une progression de la maladie depuis 2011. « L’augmentation du risque associé à l’établissement de la tique dans le sud du Québec ainsi qu’une meilleure sensibilisation des médecins et de la population contribuent probablement à la hausse du nombre de cas déclarés », explique le rapport. 

La situation québécoise est comparée à celle observée au Vermont, mais considérée comme moins risquée de ce côté-ci de la frontière. Dans cet État américain, les cas sont passés de 12 à 267 entre 2000 et 2012.

À propos de la Montérégie, le docteur François Milord avait indiqué en mai que les cas rapportés étaient passés de 10, de 2004 à 2011, à 13 en 2012 seulement. Les symptômes de la maladie de Lyme sont nombreux et complexes, allant d’une rougeur accompagnée de fièvre à la paralysie, dans les cas les plus sévères.

Pour prévenir l’infection, mieux vaut inspecter son corps après un passage en forêt (promenade, coupe de bois, chasse) et retirer les tiques de la manière appropriée, à l’aide de pinces et en ciblant la base du corps de l’arachnidée.

http://www.lapresse.ca

Rocheuses : le couvert neigeux s’amincit et menace l’approvisionnement en eau


Malgré le printemps plus capricieux, cette année, il en demeure pas moins que le réchauffement climatique a un impact sérieux sur l’avenir de l’eau potable, sur l’énergie électrique, feux de forêt, l’agriculture … si la neige des Rocheuses se met a fondre de plus en plus vite. Preuve que même dans les hauteurs, les neiges éternelles sont éphémères
Nuage

 

Rocheuses : le couvert neigeux s’amincit et menace l’approvisionnement en eau

 

Les Rocheuses

Les Rocheuses  Photo :  Rébecca Salomon/Radio-Canada

Les températures printanières plus douces depuis les années 1980 provoquent une baisse d’environ 20 % de la couverture de neige dans les montagnes Rocheuses nord-américaines, selon une étude du U.S. Geological Survey (USGS) publiée en ligne à la mi-mai dans Geophysical Research Letters.

La diminution de la couche de neige est particulièrement rapide dans la portion nord de la chaîne de montagnes.

Or, la fonte du couvert de neige hivernal des Rocheuses compte pour entre 60 % et 80 % de l’approvisionnement en eau annuel pour plus de 70 millions de personnes vivant dans l’Ouest des États-Unis.

« Peu importe les causes ultimes, la poursuite de la tendance pour la couverture de neige pourrait poser des défis importants pour la gestion de l’eau dans l’Ouest américain » — Julio Betancourt, coauteur de l’étude

La nouvelle étude se base sur une enquête précédente du USGS qui montrait que, jusqu’aux années 1980, le nord des Rocheuses voyait s’accumuler d’importante quantité de neige lorsque le centre et le sud en recevaient moins et vice-versa, d’après un communiqué.

Toutefois, depuis cette décennie, la couverture de neige a diminué le long de la chaîne de montagnes et encore davantage plus au nord.

« Tous les ans, nous avons étudié les variations de températures et de précipitations et la quantité d’eau contenue dans la couverture neigeuse en avril », a soutenu Greg Pederson, l’auteur principal de l’étude.

« Depuis 1980 les températures printanières chaudes ont fait fondre le couvert de neige tôt à travers les Rocheuses, peu importe la quantité de précipitations hivernales. Notre modèle montre que la température est le facteur le plus important dans le déclin au cours des 30 dernières années », a-t-il ajouté.

« La variation des températures et le réchauffement causé par l’homme ont contribué au déclin. Départager leur influence reste difficile », a quant à lui déclaré le coauteur de l’étude Julio Betancourt.

La Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan pourraient aussi être touchées selon le chercheur.

Le moment et la vitesse de la fonte ont un large éventail d’effets sur la population allant de la production hydroélectrique, en passant par les récoltes ou la gestion des feux de forêt.

En 2011, des scientifiques avaient tiré des conclusions similaires dans la revue Science.

http://www.radio-canada.ca

ALLER SUR MARS VAUT-IL UN CANCER ?


Je crois que même avec une technologie plus avancée, il serait difficile de minimiser les dangers d’un vol pour coloniser Mars. Ne sois que pour les radiations. Et même s’il atterrit sur la planète rouge, je vois mal l’être humain être confinée dans des habits de protection pendant des années le temps de faire des habitations viables et organisé un environnement viable .. a moins que ceux qui naitrons dans sur Mars, n’aurons jamais connu autre chose qu’une cage en verre et rêver le temps ou les ancêtres pouvaient courir sur de vert pâturage
Nuage

 

ALLER SUR MARS VAUT-IL UN CANCER ?

Entrainement d’astronautes dans le désert marocain; Photo Reuters

Par Michel Alberganti

Aller sur Mars représente environ neuf mois de voyage (253 jours) pour parcourir 560 millions de kilomètres. C’est le trajet effectué par la mission Mars Science Laboratory (MSL) de la Nasa qui a permis de poser le rover Curiosity sur la planète rouge. Outre l’ennui mortel de ces longs mois passé dans une capsule exigüe, une telle équipée présente, pour les hommes, un danger bien connu: les radiations.

En effet, dans l’espace, un objet, humain ou pas, est bombardé en permanence par les particules et les rayonnements émis essentiellement par le soleil. Ces radiations sont particulièrement importantes lors des orages solaires. Pourtant personne, malgré les nombreuses missions inhabitées déjà réalisées, n’avait eu l’idée de mesurer la dose de radiation reçue lors d’un tel voyage.

Et cet oubli a bien failli se reproduire avec la mission MSL alors même que Curiosity est équipé d’un système d’enregistrement des radiations (Radiation Assessment Detector ou RAD). Ce n’est qu’un an avant le lancement, le 26 novembre 2011, que les ingénieurs se sont rendu compte que l’instrument, prévu pour fonctionner sur Mars, pouvait également être utilisé pendant le vol.

Le vaisseau de MSL s’approchant de Mars – Vue d’artiste – Source: Nasa

Le résultat a été publié dans la revue Science le 31 mai 2013 par Cary Zeitlin, principal signataire, et 16 collègues.

Pas de chance, l’exposition aux doses de rayonnement cosmique enregistrées par le RAD de Curiosity «pourraient excéder la limite autorisée pour l’ensemble de la carrière de d’un astronaute», comme le reconnaît la Nasa. Tout en ajoutant: «avec les systèmes de propulsion actuels».

Les données recueillies par Curiosity montrent que le vaisseau a reçu une moyenne de 1,8 millisievert de rayonnement cosmique par jour. Au total, le voyage a représenté une dose totale de 660 millisieverts. Carl Zeitlin indique que cela représente la dose que recevrait un patient soumis à un examen par tomographie à rayons X tous les cinq à six jours. On considère en général que les cancers apparaissent à partir de 100 millisieverts, la dose maximale admise pour les liquidateurs de la centrale de Fukushima. Pour le grand public, elle est limitée à 1 millisievert par an au dessus du niveau de la radioactivité naturelle.

Les sources de rayonnements ionisants dans l’espace interplanétaire – Nasa/JPL – Caltech/SwRI

Ainsi, la lutte contre les radiations devient un composant déterminant pour les futures missions habitées vers Mars. Avec deux parades possibles: une meilleure protection des astronautes pendant le vol ou une réduction importante de la durée du voyage. Mais, pour l’instant, il n’existe pas de solutions, ni pour l’un, ni pour l’autre.

M.A.

http://www.slate.fr

La mygale rose du Chili, nouvel animal de compagnie


Je ne vois pas l’intérêt d’avoir une araignée comme animal de compagnie … Ce n’est pas quelque chose que tu peux avoir une interaction comme on peut avoir avec un chien ou un chat. On devrait laissé ces araignées dans leur environnement pour leur utilité. Et cette exportation, ne risque pas de créer un envahissement d’une région d’adoption comme il est arrivé avec d’autres animaux comme en Floride, en Australie ?
Nuage

 

La mygale rose du Chili, nouvel animal de compagnie

 

Cette espèce d’araignée géante est docile, frugale, et n’a pas besoin de promenade. Même si elle est inoffensive, les arachnophobes vont hurler.

 

Cette araignée géante est devenue le dernier animal de compagnie exotique à la mode et s’exporte comme des petits pains dans le monde entier. Pour une vingtaine d’euros et une alimentation composée essentiellement de cafards et de vers de terre vivants à donner une fois par semaine, la mygale rose du Chili peut devenir un animal de compagnie à la portée de tous. Et pour longtemps, la femelle pouvant vivre jusqu’à 25 ans.

« Tout le monde ne peut pas s’occuper d’un chien ou d’un chat. Les mygales sont plus économiques et n’ont pas besoin d’attention constante. Aujourd’hui, le monde a changé et avec les nouvelles technologies et la télévision, les gens découvrent ce type d’animaux exotiques et veulent en avoir à la maison », explique le vétérinaire chilien Juan Gonzalez.

30 000 mygales exportées

Chaque année, Juan Pablo Orellana élève, dans sa ferme située au nord de Santiago, cette tarentule géante trapue et velue, mais inoffensive malgré sa quinzaine de centimètres de diamètre. Ce passionné exporte quelque 30 000 mygales, qui sont transportées en avion dans de petites boîtes spéciales et munies d’un certificat officiel.

« Le plus fascinant pour moi est de partir à la découverte de nouvelles espèces d’araignées », confie Orellana.

Il précise qu’au Chili seulement 11 espèces de mygales ont été répertoriées scientifiquement, bien que lui en ait capturé une vingtaine de variétés, dont certaines à abdomen rouge, d’autres rayées ou de couleur cuivrée ou rose, plus ou moins velues. Après des études d’agronomie, Orellana, dont la maison était déjà remplie d’araignées qu’il vendait avec succès sur Internet, a décidé d’en faire son métier et de créer la compagnie Andespiders, dans laquelle travaille presque toute sa famille.

Un personnel féminin, car plus doux

Le personnel de la ferme d’élevage d’araignées, désormais éloignée de la maison est essentiellement féminin.

« Nous avons besoin de beaucoup de main-d’oeuvre très spécialisée et je préfère travailler avec les femmes, car les araignées sont très fragiles et si on leur casse une patte ou les laisse tomber, elles peuvent mourir », indique Orellana.

Le processus d’élevage doit se dérouler avec précaution, compter avec une alimentation à base de grillons ou de vers et veiller à maintenir les araignées séparées.

« Pour parvenir à une taille commerciale, il faut de deux ans et demi à trois ans, donc, ce n’est pas rentable d’investir dans des espèces moins rares qui se vendent bon marché », explique-t-il.

« Les araignées doivent vivre seules, elles ont ça dans leur ADN, elles ne peuvent même pas vivre en couple. Quand elles sont jeunes, elles commencent à se disputer et il faut les séparer pour éviter tout cannibalisme », indique le vétérinaire González, qui conseille Orellana.

Cadeau de fiançailles

Le gros des exportations se fait vers les États-Unis, plus intéressés par le volume que la variété, les clients étant généralement des « grossistes ». Les clients européens sont plus spécialisés et demandent moins de quantité d’araignées, mais davantage de variétés. Récemment, Orellana a également fourni en araignées le département de technologie médicale de l’université d’Antofagasta (nord), qui fait des recherches sur les propriétés anticancéreuses et antibactériennes du venin d’araignée et de scorpion.

Vêtues de blouses blanches, portant masques et gants de latex, deux employées de la ferme s’activent à préparer un colis de 3 000 araignées en partance pour l’Allemagne et de nouveaux maîtres. Une araignée pourtant n’est pas à vendre : il s’agit de « Rufina », une énorme bête velue couleur café et grande comme la paume de la main, le précieux cadeau qu’Orellana a fait à son épouse lorsqu’ils se sont fiancés.

http://www.lepoint.fr