La Terre était instable avant l’extinction des dinosaures


En Antarctique, l’étude des fossiles trouvés a pu aider à mieux comprendre l’extinction des dinosaures. Il semble en effet que l’éruption des trapps du Deccan ait fragilisé la Terre avant l’astéroïde qui a changé le court de l’histoire des dinosaures.
Nuage


La Terre était instable avant l’extinction des dinosaures

Illustration montrant un dinosaure à la suite de la chute d'un astéroïde.

Les dinosaures n’ont pas survécu à la chute d’un important astéroïde il y a 66 millions d’années.

PHOTO : ISTOCK / SERPEBLU

L’activité volcanique a rejeté d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère, ce qui a mené à une acidification des océans de la planète.

Alain Labelle


L’analyse de coquillages mis au jour en Antarctique confirme que l’écosystème terrestre ne se portait pas très bien avant l’impact de l’astéroïde qui a mené à la disparition à grande échelle d’espèces animales et végétales.

Les chercheurs américains Benjamin Linzmeier et Andrew D. Jacobson de l’Université Northwestern de Chicago ont analysé pour la première fois la composition isotopique du calcium des coquilles de palourdes et d’escargots fossilisés remontant à l’extinction massive du Crétacé-Paléogène.

Un chercheur tient une coquille fossilisée de palourde.

Un chercheur tient une coquille fossilisée de palourde, prélevée à l’île Seymour, en Antarctique.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Leurs analyses montrent que, dans la période précédant l’extinction, la chimie des coquillages s’est modifiée en réponse à une importante poussée de carbone dans les océans.

Selon les géoscientifiques, cet afflux de carbone est fort probablement lié aux éruptions qui se sont déroulées pendant des milliers d’années dans les trapps du Deccan, une région volcanique correspondant en gros à l’actuel territoire de l’Inde.

Nos données suggèrent que l’environnement changeait avant l’impact de l’astéroïde, et que ces changements étaient liés à l’éruption des trapps du Deccan. Benjamin Linzmeier

Ainsi, au cours des années qui ont précédé l’impact de l’astéroïde, ces trapps ont rejeté d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, ce qui a mené à une acidification des océans de la planète qui a grandement affecté les organismes qui y vivent.

Une coquille fossilisée d'escargot.

Une coquille fossilisée d’escargot.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Une planète stressée

Il est clair que la Terre était sous pression avant l’extinction massive majeure, estime Andrew D. Jacobson.

L’impact de l’astéroïde coïncide avec une instabilité préexistante du cycle du carbone. Andrew D. Jacobson

De précédentes études avaient déjà exploré les effets potentiels des éruptions volcaniques, dont celles des trapps du Deccan, sur l’extinction massive des espèces qui a eu lieu à ce moment, en analysant différents sédiments à l’aide de traceurs chimiques.

Les présents travaux sont les premiers à se concentrer sur des organismes spécifiques, ce qui, selon les chercheurs, permet d’obtenir un portrait plus précis de la chimie océanique de l’époque.

Les coquilles se développent rapidement et leur croissance est fortement liée à la chimie de l’eau, explique Benjamin Linzmeier.

Et comme la vie de ces animaux est habituellement de courte durée, chaque coquille représente une photo instantanée de la chimie de l’océan à ce moment. Benjamin Linzmeier

Les coquilles d’animaux marins sont principalement composées de carbonate de calcium, le même minéral qui se trouve dans la craie et le marbre.

Il faut savoir que le CO2 qui se trouve dans l’eau dissout le carbonate de calcium, et qu’il affecte fort probablement la composition de la coquille sans la dissoudre.

Des empreintes du passé

L’équipe de recherche a analysé des coquillages prélevés dans la formation de Lopez de Bertodano, une région bien préservée et riche en fossiles de l’île Seymour, en Antarctique, à l’aide d’une technique qu’elle a elle-même créée, qui lui permet de séparer le calcium des autres éléments des coquillages, pour ensuite l’analyser avec un spectromètre de masse.

Nous pouvons mesurer les variations des isotopes du calcium avec une grande précision. Des variations isotopiques qui sont en quelque sorte des empreintes digitales qui nous aident à comprendre ce qui s’est passé. Benjamin Linzmeier

Le résultat de ce travail a permis de découvrir des informations pour le moins surprenantes.

Nous nous attendions à trouver des changements dans la composition des coquilles, mais avons nous toutefois été surpris par la rapidité avec laquelle ces changements se sont produits, poursuit M. Linzmeier.

Nous avons aussi été surpris de ne pas observer plus de changements associés au moment même de l’extinction. Benjamin Linzmeier

Un fossile sur une table.

Un fossile, prélevé en Antarctique, dans un laboratoire de l’Université Northwestern.

PHOTO : UNIVERSITÉ NORTHWESTERN

Le passé dans le futur

Le fait de comprendre comment la Terre a réagi par le passé au réchauffement extrême et à l’augmentation du CO2 peut, selon les chercheurs, nous aider à nous préparer à la façon dont la planète réagira aux changements climatiques actuels causés par l’humain.

Dans une certaine mesure, nous pensons que les anciens phénomènes d’acidification des océans sont indicateurs de ce qui se passe actuellement avec les émissions anthropiques de CO2. Andrew D. Jacobson

Peut-être pouvons-nous utiliser ce travail comme un outil pour mieux prédire ce qui pourrait se passer à l’avenir. Le système terrestre est sensible aux ajouts importants et rapides de CO2, et les émissions actuelles auront des conséquences environnementales, conclut M. Jacobson.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Geology (en anglais).

https://ici.radio-canada.ca/

Ce dinosaure perdait ses dents tous les deux mois !


Heureusement qu’on n’avait pas inventé la fée des dents, il y a 70 millions d’années, elle serait ruinée. Un dinosaure carnivore avait de bonnes dents pour déchiqueter un autre animal, mais les os, ca usent vite les dents.
Nuage


Ce dinosaure perdait ses dents tous les deux mois !

Les chercheurs ont comparé la dentition de plusieurs espèces de dinosaures, dont l’allosaure (à gauche) et Majungasaurus (à droite), au taux de renouvellement élevé. © Sae Bom Ra

Les chercheurs ont comparé la dentition de plusieurs espèces de dinosaures, dont l’allosaure (à gauche) et Majungasaurus (à droite), au taux de renouvellement élevé. © Sae Bom Ra


Céline Deluzarche
Journaliste

Majungasaurus, un dinosaure carnivore qui vivait à Madagascar il y a 70 millions d’années, renouvelait ses dents tous les deux mois, révèle une étude parue le 27 novembre dans la revue Plos One.

Les chercheurs ont analysé les anneaux de croissance des dents de plusieurs espèces de dinosaures, ainsi qu’une tomographie des mâchoires. Ils ont calculé que les dents de Majungasaurus étaient renouvelées tous les 56 jours en moyenne, un rythme deux à treize fois plus rapide que pour les autres dinosaures carnivores, et semblable à celui des dinosaures herbivores ou des requins actuels.

« Leurs dents devaient probablement s’user plus rapidement, sans doute parce qu’ils rongeaient les os, suggère Michael D’Emic, auteur principal de l’étude et professeur adjoint de biologie à l’université Adelphi à New York. Nous avons trouvé des stries sur les dents correspondant à la taille d’os d’animaux pouvant avoir été leurs proies. » 

Long de 6,5 mètres environ, Majungasaurus était un redoutable prédateur avec des dents pointues, capables de lacérer la chair, et une corne au sommet du museau. Mais ses crocs étaient mal adaptés pour mâcher les os, ce qui nécessitait un remplacement fréquent, estime-t-il.

https://www.futura-sciences.com

Des plumes de dinosaure de 118 millions d’années parfaitement conservées


Des plumes quasi-intacts malgré 118 millions d’années. Pour des plumes, c’est un âge très honorable. Ils ont été découverts en Australie, mais il y a 118 millions d’années, ce pays était au pôle Sud. Donc, les dinosaures avaient des plumes pour garder leur chaleur avec le froid qu’il devait faire à cette époque.
Nuage


Des plumes de dinosaure de 118 millions d’années parfaitement conservées

Une des plumes de dinosaure retrouvée en Australie. © Kundràt et al.

Une des plumes de dinosaure retrouvée en Australie. © Kundràt et al.


Julie Kern
Rédactrice scientifique

Un paléontologue australien a fait une découverte rare dans un lac asséché de la réserve géologique de Koonwarra, située à 145 kilomètres de Melbourne. Parfaitement conservé dans des sédiments, il a exhumé un échantillon de dix plumes de dinosaure datant de l’ère Mésozoïque. Ce genre de trouvaille est particulièrement rare dans l’hémisphère Sud. Après des analyses, dont les résultats ont été publiés dans la revue Gondwana Research, les plumes ont révélé leurs secrets.

Certaines d’entre elles, fines et duveteuses, sont plus proches des poils que des plumes des oiseaux actuels. Selon l’équipe du professeur Benjamin Kear de l’université d’Uppsala (Suède), elles recouvraient entièrement le corps de petits dinosaures et les protégeaient du froid. En effet, il y a 118 millions d’années, l’actuelle Australie se trouvait au pôle Sud. À cette époque, le climat y était beaucoup plus rude avec des nuits polaires pouvant durer plusieurs mois.

Ils ont pu aussi déterminer la couleur de ce duvet chaud grâce à l’analyse de mélanosomes encore intacts. C’est une structure cellulaire qui porte la mélanine, le pigment responsable de la couleur de votre peau ou de vos cheveux. Selon les analyses, les plumes seraient plutôt de couleur sombre, avec quelques motifs caractéristiques. Cela a aussi son importance ! Selon le professeur Kear, le duvet foncé permettait aux dinosaures de mieux emmagasiner la chaleur, mais aussi de se camoufler dans leur environnement.

https://www.futura-sciences.com/

On sait à peu près quel goût avait la viande de dinosaure


Tu parles d’une drôle de question qui n’est pas du tout existentielle. Quel goût a la viande de dinosaure, comme si on pouvait le savoir en 2019. Cependant, le moyen pour y répondre me semble assez glauque et me rappelle subitement les films de Jurassic Park ou Le Parc jurassique au Québec et au Nouveau-Brunswick. Ils n’ont pas créer un vélociraptor,mais en modifiant des embryons de poulet pour remplacer le bec par un museau de vélociraptor pour créer ainsi un crâne hybride du raptor-poulet. Pour le goût, il y a d’autres facteurs qu’il faut tenir compte comme son alimentation par exemple. En tout cas, pour la méthode scientifique, ne soyons pas surpris, si un jour, des dinosaures bien vivant se promènent dans des laboratoires ou …  des parcs
Nuage

 

On sait à peu près quel goût avait la viande de dinosaure

 

Les scientifiques ont réussi à créer un dinosaure en laboratoire. | Adam Muise via Unsplash

Les scientifiques ont réussi à créer un dinosaure en laboratoire. | Adam Muise via Unsplash

Repéré par Mathilda Hautbois

Repéré sur CNN

Et ce n’est pas vraiment celui du poulet.

 

Les êtres humains n’ont jamais eu l’opportunité de savoir si les dinosaures étaient délicieux ou peu ragoûtants, mais des travaux de recherche ont permis de se faire une idée de la saveur qu’ils avaient grâce à une manipulation scientifique d’oiseaux.

Les oiseaux de notre époque sont des descendants des dinosaures. Ils ont évolué depuis des millions d’années et ont perdu leurs dents, qui se sont transformées en bec. Des scientifiques de Yale et de Harvard ont réussi, dans le cadre d’une étude, à modifier des embryons de poulet afin d’y faire pousser un museau de vélociraptor plutôt qu’un bec.

«Jusqu’à très tard dans le développement, le corps d’un oiseau ne ressemble pas à un corps d’oiseau, mais plutôt à celui d’un dinosaure. Il s’avère que bien que cela explique la petite taille du visage, cela n’explique pas la poussée démesurée du bec», a déclaré Bhart-Anjan Bhullar, professeur adjoint de paléontologie et de zoologie vertébrée à Yale et auteur principal de l’étude.

Ses recherches ont révélé que la forme éventuelle du bec serait causée par un ensemble de gènes au milieu du visage des oiseaux, indiquant à leur corps de se former vers l’extérieur. Bhart-Anjan Bhullar et son équipe ont retiré cette zone spécifique aux oiseaux du visage des poulets, pour reproduire l’activité moléculaire de leurs premiers ancêtres. Les scientifiques ont ensuite laissé les embryons grandir, ce qui a donné naissance à un crâne hybride de raptor-poulet.

«Lorsque j’ai affecté les gènes antérieurs, les gènes postérieurs ont été détournés vers un gène plus semblable à celui d’un reptile. Ce que nous avions fait, c’était un retour en arrière expérimental de l’évolution pour ressusciter cette forme qui n’avait pas vraiment été vue sur Terre depuis des millions d’années», a expliqué Bhart-Anjan Bhullar, qui a donc créé une sorte de dinosaure en laboratoire.

Saveur variable

D’après le professeur Bhullar, les dinosaures étaient des animaux forts et redoutables ayant plutôt un goût d’oiseaux de proie, comme les faucons ou les aigles. La viande de faucon aurait un goût semblable à de la dinde.

Alors, le dinosaure aurait-il un goût de poulet? Eh bien pas vraiment, car la saveur de n’importe quelle viande est affectée par la composition musculaire de l’animal et par ce qu’il mange. Un rapace qui se déplace à grande vitesse a besoin de fibres musculaires rapides, qui sont associées à la viande blanche, mais tous les dinosaures n’étaient pas semblables aux rapaces.

«Les choses qui ont survécu à la grande extinction étaient celles qui pouvaient survivre sur presque n’importe quoi. Les oiseaux qui ont survécu étaient donc ces petites créatures ternes, probablement pas si brillantes –comme un poulet», a précisé Bhullar.

Selon une étude publiée en 2007 dans Science, certaines séquences de protéines d’un fossile de tyrannosaure ressemblaient beaucoup à celles observables chez un poulet.

http://www.slate.fr/

Une tortue du Jurassique écrasée par un dinosaure découverte en Suisse


Le triste sort d’une tortue écrasée par un dinosaure herbivore,il y a 150 millions d’années à la marée basse. C’est d’être là au mauvais moment.
Nuage


Une tortue du Jurassique écrasée par un dinosaure découverte en Suisse


Un dinosaure aurait écrasé une carapace de tortue marine durant le Jurassique supérieur, il y a environ 150 millions d'années, d'après des fouilles réalisées dans le Jura suisse, autrefois un milieu côtier. © Christian Püntener et al., 2019, Swiss Journal of Geosciences

Un dinosaure aurait écrasé une carapace de tortue marine durant le Jurassique supérieur, il y a environ 150 millions d’années, d’après des fouilles réalisées dans le Jura suisse, autrefois un milieu côtier. © Christian Püntener et al., 2019, Swiss Journal of Geosciences

« Paléontologie A16 » est le nom donné à un site de fouilles paléontologiques, où l’on a pu trouver des centaines d’empreintes de dinosaures et de nombreux fossiles de tortues. Originellement destiné à devenir « l’autoroute A16 », ce lieu est situé dans la partie suisse du Jura. Pourtant, durant l’époque du Jurassique supérieur, il abritait un environnement côtier.

C’est ce qui a permis de découvrir une carapace de Plesiochelys bigleri quasiment complète. Son état de préservation suggère que la tortue est morte à marée basse et rapidement enterrée, d’après une étude publiée sur PaleorXiv. Elle n’a donc rien senti lorsqu’un dinosaure sauropode l’a écrasée, enfonçant son corps d’environ 7,5 cm. Cette découverte est la première preuve de l’existence de tortues sur ces côtes, et laisse penser qu’elles cohabitaient avec des sauropodes et des théropodes, dont les empreintes couvrent le site.

https://www.futura-sciences.com/

Le dernier jour des dinosaures sur Terre


Il y a 66 millions d’années, ce fut l’extinction des dinosaures, qui comprend aussi 75 % de toutes formes de vie sur Terre. Les scientifiques ont pu retracer les événements de l’astéroïde de 11 à 81 kilomètres qui a percuter la Terre au Mexique. L’impact de cet astéroïde équivalait à 10 milliards de bombes atomiques. Il s’en est suivi a des gigantesques incendies, de la suie, la noirceur ne laissant aucune chance aux dinosaures.
Nuage


Le dernier jour des dinosaures sur Terre


Soixante-six millions d’années avant Homo sapiens, un astéroïde titanesque a provoqué la disparition de quelque 75 % des formes de vie sur Terre. Ce corps céleste a laissé un immense cratère derrière lui, Chicxulub, dont les traces résiduelles ont permis à des chercheurs de retracer les derniers instants des dinosaures qui régnaient alors sur la planète.

Si l’on remontait le temps d’un peu plus de 66 millions d’années, on pourrait assister à l’impact d’un astéroïde gigantesque sur Terre… Mais on ne vous le conseille pas. Mesurant entre 11 et 81 kilomètres de diamètre, il a causé une suite d’événements mortifères pour environ 75 % des formes de vie. Aujourd’hui, on retrouve encore des traces du cataclysme au sein du cratère de Chicxulub, dans la péninsule du Yucatan au Mexique, notamment des roches. Cachées sous le fond marin, ce sont elles qui ont permis à des chercheurs de l’IODP (International Ocean Discovery Program) de reconstituer les 24 jours qui ont suivi la chute du corps céleste.

H-0 : l’impacteur s’écrase sur Terre avec la puissance de 10 milliards de bombes atomiques. L’explosion embrase la végétation sur des milliers de kilomètres et déclenche un tsunami colossal de 1.500 mètres de haut. Quelques minutes plus tard, des roches fondues et des brèches s’entassent autour du cratère. Ils forment un anneau d’environ 40 mètres d’altitude. Ce cercle est épaissi dans la journée par 90 autres mètres de débris, dont du charbon issu des végétaux brûlés et un biomarqueur de champignons du sol. En les étudiant, des géologues ont pu confirmer l’hypothèse d’incendies gigantesques. Et surtout, ils ont réussi à expliquer le refroidissement rapide de l’atmosphère et l’absence de lumière qui sont à l’origine de l’extinction massive de la vie.

Le corps céleste qui a percuté la Terre il y a 66 millions d'années a causé la disparition de 75 % des formes de vie, dont la plupart des dinosaures non aviaires. © Mary Gutfleisch

Le corps céleste qui a percuté la Terre il y a 66 millions d’années a causé la disparition de 75 % des formes de vie, dont la plupart des dinosaures non aviaires. © Mary Gutfleisch

    L’absence de sulfure, une source de savoirs

    Autour de Chicxulub, un tiers des roches sont des évaporites, c’est-à-dire des minéraux riches en sulfure. Pourtant, on n’en trouve aucune dans le cratère. Rien. Les scientifiques en ont tiré une hypothèse : l’astéroïde a littéralement vaporisé ces roches, libérant 325 gigatonnes de sulfure dans l’air. Cela représente environ quatre fois la quantité relâchée lors de l’éruption du Krakatoa, en 1883, qui avait fait perdre 16.5 °C à la Terre pendant cinq ans. Pour aggraver le problème, le refroidissement aurait été accentué par les suies produites par les incendies, faisant perdre au thermomètre entre 10 et 28 °C, selon une simulation informatique.

    Les composés soufrés des évaporites seraient à l’origine de deux autres phénomènes funestes : des pluies acides et le plongeon dans les ténèbres. Les premières ont causé une acidification brutale des océans, tragique pour la vie marine, qui est à la base de plusieurs chaînes alimentaires. Tandis qu’une brume d’acide sulfurique s’attelait à bloquer les rayons du soleil. Cette brume, combinée aux suies des incendies, auraient rendu la nuit omniprésente pendant des années. De là, la photosynthèse aurait été impossible, conduisant à un effondrement général de toutes les chaînes alimentaires.

    Devant les découvertes entourant la vaporisation des évaporites, Sean Gulick, le chercheur qui a guidé cette expédition de l’IODP, a déclaré : « le vrai tueur devait être atmosphérique. La seule façon d’obtenir une extinction globale comme celle-ci est un effet atmosphérique ».

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Lors de la chute d’un corps céleste au Yucatan il y a 66 millions d’années, l’énergie libérée a enflammé les forêts de l’époque, produisant d’importantes quantités de suies.

  • Ces suies seraient montées dans l’atmosphère, chauffées par le Soleil, jusqu’à produire une couche qui a plongé la Terre dans l’obscurité pendant au moins un an et demi, causant l’effondrement de la chaîne alimentaire.

  • La couche se serait dissipée en quelques mois sous l’effet de réactions chimiques imprévues mais révélées par une vaste simulation numérique de l’effet des suies sur la climat de la Terre à cette époque.

https://www.futura-sciences.com/

Kamuysaurus japonicus : le plus grand dinosaure découvert au Japon


Un squelette vieux de 72 millions d’années a pu être reconstitué au Japon.  Il semble que ce soit une nouvelle espèce d’un dinosaure à bec de canard. Il était quand même assez grand avec ses 8 mètres , mais étant herbivore, il ne devait pas être une grand menace pour les plus petits dinosaures.
Nuage


Kamuysaurus japonicus : le plus grand dinosaure découvert au Japon



La reconstitution presqu’entière d’un squelette de dinosaure long de 8 mètres a permis à des chercheurs japonais d’identifier une nouvelle espèce. C’est le plus grand squelette de dinosaure jamais trouvé au Japon !

Des chercheurs japonais ont identifié une nouvelle espèce de dinosaure en reconstituant un squelette presque entier d’une longueur de huit mètres, le plus grand jamais trouvé dans l’archipel nippon. Après avoir analysé des centaines d’os vieux de 72 millions d’années, l’équipe menée par l’université de Hokkaido (nord du Japon) a conclu que ce squelette appartenait à une nouvelle espèce de la famille des hadrosauridés, dits « dinosaures à bec de canard », des herbivores de la fin de la période géologique du Crétacé.

Une partie de la queue du dinosaure avait été trouvée en 2013, puis des fouilles ultérieures avaient fait émerger l’ensemble du squelette. L’équipe lui a donné le nom de Kamuysaurus japonicus, qui signifie « dieu dragon japonais », selon un communiqué de l’université. Les auteurs estiment qu’il s’agissait d’un adulte âgé de neuf ans, qui aurait pesé 4 ou 5,3 tonnes selon qu’il marchait sur deux ou quatre pattes. La découverte a été publiée dans la revue spécialisée britannique Scientific Reports.

Reconstitution d'un squelette d'une nouvelle espèce de dinosaure, long de 8 mètres, le plus grand jamais trouvé dans l'archipel nippon. © Behrouz Mehri - AFP

Reconstitution d’un squelette d’une nouvelle espèce de dinosaure, long de 8 mètres, le plus grand jamais trouvé dans l’archipel nippon. © Behrouz Mehri – AFP

Un squelette de dinosaure exceptionnel en Asie de l’Est

« Le fait qu’un nouveau dinosaure ait été trouvé au Japon signifie qu’un monde indépendant de dinosaures a existé au Japon ou en Asie de l’Est, avec un processus d’évolution indépendant », a déclaré le chef de l’équipe, Yoshitsugu Kobayashi, cité dans le communiqué de l’université. 

Kamuysaurus japonicus a probablement vécu dans des zones côtières, un habitat inhabituel pour les dinosaures à cette époque. Les ossements donnent également des informations sur leur environnement.

« Il est rare qu’un [ndlr : squelette de] dinosaure aussi bien préservé soit retrouvé en Asie de l’Est, a précisé vendredi M. Kobayashi à l’AFP. Le Japon ayant beaucoup de sédiments marins, nous nous attendons à ce que plus de dinosaures soient déterrés à l’avenir. »

Cette découverte soulève l’hypothèse que certaines espèces de dinosaures « préféraient occuper des régions proches de l’océan et que l’environnement du littoral a joué un rôle important dans la diversification » des dinosaures au début de leur évolution, selon l’université de Hokkaido.

https://www.futura-sciences.com/