Écoutez le champ magnétique de la Terre secoué par une tempête solaire


Les tempêtes solaires qui frappent la Terre, on le sait peut avoir des conséquences sur la technologie, mais en la Terre chante lors de ces événements.
Nuage


Écoutez le champ magnétique de la Terre secoué par une tempête solaire


Nathalie Mayer
Journaliste

Des astronomes de l’Agence spatiale européenne (ESA) ont compilé des données d’archive de la mission Cluster. Ils en ont tiré un enregistrement du chant magnétique de la Terre lorsqu’elle est frappée par une tempête solaire. 

L’objectif de la mission Cluster, lancée par l’Agence spatiale européenne (ESA) en 2000, est d’étudier les interactions entre le vent solaire et la magnétosphère terrestre. Et aujourd’hui, des chercheurs dévoilent un incroyable enregistrement réalisé par les quatre satellites en orbite autour de notre planète. Celui d’un étrange chant issu d’ondes générées dans le champ magnétique de la Terre lorsque celui-ci subit l’attaque d’une tempête solaire.

« Les tempêtes solaires modifient profondément les régions touchées. Ces collisions avec des particules chargées libèrent des ondes magnétiques beaucoup plus complexes que nous le pensions », raconte Lucile Turc, astronome à l’ESA.

Par « temps calme » en effet, les enregistrements s’arrêtent sur des fréquences uniques. Mais lorsque des tempêtes éclatent, les fréquences de ce champ magnétique apparaissent non seulement deux fois plus élevées mais aussi plus variées.

Des ondes plus complexes que prévu

Poussées par la tempête solaire, les ondes poursuivent leur route vers notre planète. Jusqu’à atteindre une région dans laquelle les particules solaires sont ralenties. La région dite du bow shock. 

« Les ondes magnétiques modifient le comportement du bow shock et ainsi possiblement la manière dont l’énergie de la tempête est contrôlée. Après cela, les champs magnétiques de la Terre entrent en résonance avec les fréquences des ondes, de quoi propager la perturbation magnétique jusqu’au sol », explique Lucile Turc.

Reste maintenant à comprendre le mécanisme de formation de ces ondes complexes. Parce que c’est par leur intermédiaire que les tempêtes solaires impactent nos technologies. Mais aussi parce que les champs magnétiques sont omniprésents dans l’espace et que comprendre ce qui se joue aux abords de la Terre pourrait éclairer les interactions qui se produisent

Le champ magnétique de la Terre au cours d’une tempête solaire, plus varié et haut. © Martin Archer, Queen Mary University of London, CC by-SA 3.0 IGO

https://www.futura-sciences.com/

Le Canada vulnérable aux tempêtes solaires


Le Canada serait le plus vulnérable aux humeurs du soleil, Quand une grosse tempête solaire se déclare, 3 jours plus tard nous pouvons ressentir les conséquences. Non pas nécessairement pour nous, mais pour notre quotidien. Avec toutes les technologies existantes, nous serions paralysés autant dans la vie de tous les jours, comme au travail, politique, et même pointe de vue défense du pays. Je me souviens de 1989, pendant 9 heures le Québec en entier et du nord des États-Unis
Nuage

 

Le Canada vulnérable aux tempêtes solaires

 

BAPTISTE RICARD-CHÂTELAIN

Le Soleil

Les drones ne savent plus où aller, Internet flanche, la télévision et les téléphones aussi; la moitié des avions doivent être détournés des gros aéroports; il faut redémarrer les satellites militaires; les foreuses des mines perdent la boule… Nous n’en sommes pas conscients, mais un épisode de météo «orageuse» dans l’espace peut avoir des conséquences considérables sur Terre. Préoccupée, l’Agence spatiale canadienne se prépare.

Le Canada est un des pays les plus vulnérables, sinon le plus vulnérable, face aux sautes d’humeur du Soleil qui engendrent des tempêtes spatiales au-dessus de nos têtes. Pourtant, jusqu’à ce jour, les risques n’ont jamais été évalués exhaustivement, ce qui permettrait de faire face.

C’est écrit dans un document produit par l’Agence spatiale canadienne (ASC) qui recrute justement des scientifiques pour réaliser une telle étude. Dans le même document, on ajoute que les multiples impacts des aléas de la météo spatiale sur nos vies n’ont pas plus été quantifiés.

Mais y a-t-il vraiment lieu de s’inquiéter?

«La plus grande tempête jamais enregistrée a frappé en 1859 et a perturbé le réseau télégraphique, la seule technologie de communication “moderne” de l’époque», écrit l’ASC. «Si ce type d’événement devait se produire de nos jours, nous pourrions nous attendre à de graves perturbations […]. Redresser la situation pourrait demander des années.»

Nous sommes au téléphone avec Pierre Langlois. Chef du programme Soleil-Terre à l’Agence spatiale, c’est l’expert en la matière.

Il corrobore. «Depuis une centaine d’années, on développe beaucoup les technologies», remarque-t-il.

Télécommunications, GPS, réseaux électriques, machineries de pointe, Web… Tout ceci réagit (mal) aux soubresauts de la météo spatiale.

«Il y a beaucoup d’industries qui sont sensibles, même à de petites variations.»

Et nous inventons d’autres joujoux encore plus connectés : drones, véhicules autonomes…

«Une autre façon de nous rendre de plus en plus vulnérables.»

Mais vulnérable à quoi, au juste? Pierre Langlois nous a parlé de la ionosphère et des particules ionisées, de protons, de la magnéto-sphère, de radiations, de rayons cosmiques. Tentons la vulgarisation : le Soleil est une boule de gaz fluide qui suit des cycles de 11 ans. Durant ceux-ci, il passe de peu actif à très actif. Quand il est actif, il est plein de taches qui peuvent exploser. Et quand elles explosent en notre direction, le vent solaire chargé de particules chargées est plus puissant.

À la suite de l’explosion, il faut huit minutes pour que nous puissions la voir. Et en huit minutes, elle peut déjà avoir des effets sur Terre! Le gros des détraquements commence cependant après un à trois jours.


La plus grande tempête jamais enregistrée a frappé en 1859 et a perturbé le réseau télégraphique, la seule technologie de communication “moderne” de l’époque, Si ce type d’événement devait se produire de nos jours, nous pourrions nous attendre à de graves perturbations […]. Redresser la situation pourrait demander des années.

— Extrait d’un document de l’Agence spatiale canadienne


Si la tempête est petite, il y a plein d’aurores boréales pour le plaisir des yeux. Surtout vers le pôle Nord magnétique, donc vers le Canada, là où la météo spatiale a le plus d’influence.

Mais si la tempête est grosse, les dérèglements sur Terre sont plus dérangeants. Les pipelines chargés de l’électricité venue du ciel vieillissent prématurément, les boussoles perdent le Nord, les ondes radio sont brouillées, des équipements coûteux d’Hydro-Québec sont détruits, les nombreux vols par-dessus l’Arctique deviennent périlleux…

Pas de panique!

Pas de panique, toutefois, prévient Pierre Langlois. Ces événements intenses sont rares et peu dangereux «pour les humains au sol».

(Il en va autrement pour les astronautes de la Station spatiale et les pilotes de vols long-courriers qui sont bombardés par les radiations).

Les contrecoups sur notre environnement technologique sont, par contre, plus étendus. Jusqu’au laser inscrivant la date de fabrication sur les sacs de croustilles qui est dévoyé.

Sans compter le volet géopolitique du dossier, fait remarquer Pierre Langlois. Quand les transformateurs géants de plusieurs réseaux électriques brisent à la suite d’une tempête spatiale, qui aura droit aux rares et dispendieuses pièces de rechange en premier? Les Québécois qui gèlent? Les voisins du Sud qui ont chaud? Le pays le plus riche?

Sans compter aussi le volet militaire. Lorsque les satellites de la Défense nationale boguent et qu’ils doivent être redémarrés, les hauts gradés veulent savoir rapidement s’ils sont victimes d’une attaque informatique ou si leur bijou de haute technologie a «seulement» été troublé par une tempête spatiale.

Voilà pourquoi il est écrit dans les documents de l’Agence spatiale canadienne :

«Il est de plus en plus reconnu dans le monde entier que la surveillance et les prévisions liées à la météorologie spatiale sont nécessaires pour protéger les actifs spatiaux et terrestres et, en fin de compte, les vies humaines contre les risques liés à l’espace.»

***

Météo spatiale

Longtemps, l’humain a cru que l’espace était vide, totalement vide. En fait, il y a là-haut, entre autres, des vents propulsés depuis le Soleil. Lors d’explosions sur l’astre, ces vents sont plus forts et transportent beaucoup de particules, d’énergie, explique Pierre Langlois, le responsable du programme Soleil-Terre de l’Agence spatiale canadienne. La météo spatiale s’intéresse aux événements violents qui surviennent sur le Soleil et qui créent des remous jusque chez nous. Les spécialistes ne peuvent pas prévoir les tempêtes solaires. Ils les détectent et tentent ensuite de déterminer leur intensité et leurs possibles effets. Si l’explosion solaire est forte, dans l’heure qui suit les communications sont perturbées sur terre du côté où il fait jour. Les météorologues de l’espace disposent cependant d’un délai d’un à trois jours pour travailler avant que le souffle de particules qui suit, plus dommageable, atteigne la Terre. Au Canada, il y a un centre de prévision : meteospatiale.gc.ca

***

Tempêtes célèbres

– 1859

La mère des tempêtes spatiales connues. Le seul réseau «technologique» de l’époque, le télégraphe, est grandement perturbé : des appareils se mettent en marche seuls, des stations prennent feu. L’espace autour de la Terre est si chargé d’énergie que des aurores boréales sont visibles jusque dans les Caraïbes.

—–

– 1989

Panne généralisée du réseau d’Hydro-Québec. La cause : une tempête géomagnétique créée par le Soleil ayant duré seulement 90 secondes. Six millions d’abonnés du Québec et du nord des États-Unis ont été privés d’électricité durant neuf heures. Des millions et des millions de dollars de dommages, notamment en pertes de production dans les grandes industries. Plusieurs autres compagnies d’électricité d’Amérique du Nord ont été touchées.

—–

– 1994

Les deux principaux satellites de télécommunications du Canada tombent en panne. Il n’y a plus de télé par câble, plus de transmission entre les médias, plus de service téléphonique dans le nord du pays.

—–

– 2004

En novembre, des réseaux électriques d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et de la Chine enregistrent des courants élevés causés par les cieux. La tension dans les pipelines dépasse les normes pendant de longues périodes. Les feux des voies ferrées russes s’allument sans raison.

—–

– 2012

La NASA observe une «salve extrêmement puissante» du Soleil qui ratera la Terre.

«Si cette salve […] s’était produite juste une semaine plus tôt, la Terre aurait été probablement frappée de plein fouet, ce qui aurait perturbé les réseaux électriques, les communications et la navigation GPS à travers le monde, causant des dommages se chiffrant en milliards de dollars», écrit l’Agence spatiale canadienne.

Sources : Ressources naturelles Canada et Agence spatiale canadienne

https://www.lesoleil.com

En 744 et 993, la Terre a été attaquée par deux énormes éruptions solaires


Même si le soleil est très, très loin, il demeure qu’une tempête solaire de forte intensité provoquerais des pannes de courant à grande échelle et toute notre belle technologie serait au point mort, jusqu’à temps que le tout soit réparé
Nuage

 

En 744 et 993, la Terre a été attaquée par deux énormes éruptions solaires

 

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Repéré par Grégor Brandy

Si ces éruptions solaires se reproduisaient aujourd’hui, nous aurions de gros problèmes.

En 774 et 993, la Terre a vu arriver dans son atmosphère «d’énormes vagues de particules subatomiques».

Si cette découverte n’est pas tout à fait nouvelle, Slate.com nous apprend qu’on sait désormais d’où elles venaient: du Soleil.

«Les astronomes auteurs de ces recherches estiment que [la tempête solaire] de 774 (la plus puissante des deux) était cinq fois plus puissante que n’importe quelle tempête solaire observée entre 1956 et 2005.»

Au vu de ces nouvelles informations, Phil Plait est plutôt inquiet, car, si un tel événement se reproduisait, il faudrait des mois pour remplacer les différents transformateurs de courant, ce qui serait synonyme –entre autres– de mois sans électricité.

Échappé au pire

Il donne ainsi l’exemple du Québec en 1989 quand une «surtension a fait sauter d’énormes transformateurs électriques en Amérique du Nord, ce qui peut prendre des mois à remplacer».

Plus proche de nous, en 2012, nous avons là encore échappé au pire:

«En 2012, le Soleil en a laissé échapper une autre énorme tempête, […] mais heureusement pour nous, elle a été envoyée dans une autre direction et a manqué la Terre. Si elle nous avait touchés, l’énorme flux chargé en particules aurait surchargé les satellites. Pire, les courants induits géomagnétiquementauraient causé des pannes de courant généralisées et des blackouts.»

Alors, comme il le prévient, «une tempête solaire monstrueuse pourrait être la menace la plus immédiate en provenance de l’espace, mais nous sommes en mesure d’y faire face si nous nous y préparons».

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Orages de l’espace


Le soleil a beau être très loin de la terre, quelque chose comme 149 600 000 km, quand une tempête solaire se déchaîne cela peut avoir des conséquences sur la planète bleue
Nuage

 

Orages de l’espace

 

Les tempêtes qui se produisent à la surface du Soleil peuvent avoir de lourdes conséquences sur la Terre.

La plus grosse connue, baptisée « événement de Carrington », du nom de l’astronome qui observa le phénomène, se produisit le 1er septembre 1859. En frappant la Terre, l’orage géomagnétique engendra des aurores boréales visibles jusqu’aux Caraïbes et incendia des télégraphes. De nombreux employés furent tués par des décharges électriques.

Dans l’univers technologique actuel, pareil événement aurait des effets considérables. Selon un rapport publié aux États-Unis en 2009, une tempête solaire de grande ampleur pourrait notamment mettre à genoux l’économie nord-américaine pendant dix ans et coûter au pays 6 000 milliards de dollars.

http://www.nationalgeographic.fr/

Le Saviez-Vous ► La Terre a échappé de justesse à une gigantesque tempête solaire en 2012


En mars 1989 une autre tempête beaucoup moins forte,à fait disjoncter l’alimentation électrique au Québec, des millions de personnes étaient sans électricité pendant neuf heures… alors celle de 2012 aurait pu faire beaucoup plus de dégâts et toutes les télécommunications auraient été touchées, plus d’internet, de télévision, de retrait au guichet, cela monterait comment nous sommes dépendant de la technologie
Nuage

 

La Terre a échappé de justesse à une gigantesque tempête solaire en 2012

Schéma décrivant la trajectoire potentielle d'une tempête solaire.

Schéma décrivant la trajectoire potentielle d’une tempête solaire. | Wikimédia

En 2012, une tempête solaire d’une puissance jamais vue depuis 1859 est passée tout près de la Terre, sans la frapper. C’est une chance :

elle aurait pu perturber tous les circuits électriques de la planète et « renvoyer la civilisation contemporaine au XVIIIe siècle », selon un communiqué de la NASA diffusé le 23 juillet.

Dans le détail, les tempêtes solaires naissent à la surface du Soleil : des explosions (ou éjections de masse coronale) projettent du plasma ionisé dans l’espace à de grandes vitesses. Les vents solaires chargés de puissantes radiations qui en résultent peuvent provoquer des orages géomagnétiques lors de leur entrée en contact avec le champ magnétique terrestre.

Résultat : les tempêtes solaires ont la capacité de perturber tous les réseaux électriques terrestres, et interrompre les télécommunications, les transports aériens ou tout autre système reposant sur l’électricité. Internet compris.

À UNE SEMAINE PRÈS

La tempête solaire évoquée par la NASA s’est produite le 23 juillet 2012.

« Un nuage de plasma s’est échappé du soleil à la vitesse de 3 000 km/s, quatre fois supérieure à celle observée pour des éruptions solaires classiques. La tempête s’est dirigée vers l’orbite terrestre. Heureusement, la Terre n’était pas sur son passage [lorsqu’elle l’a traversée]. »

« Si l’éruption avait eu lieu une semaine plus tôt, la Terre aurait été en première ligne », souligne Daniel Baker de l’université du Colorado.

Ceci alors qu’en 2012, plusieurs tempêtes solaires importantes avaient touché notre planète, notamment en mars.

Le satellite de la NASA Stereo-A, qui surveille ce type d’événements, a en revanche pu enregistrer le passage de la tempête de juillet 2012 de manière précise. Selon les informations recueillies, il s’agissait de la plus puissante tempête solaire observée depuis 1859.

Aux Etats-Unis, l’académie nationale des Sciences a estimé que l’impact d’une tempête de l’ampleur de celle de 1859, si elle frappait la Terre aujourd’hui, causerait des dégâts d’une ampleur inédite et coûterait à l’économie mondiale 2 000 milliards de dollars.

http://www.lemonde.fr/

Non, la terre ne sera pas plongée dans l’obscurité pendant 3 jours en décembre


J’ai vu ce matin sur Facebook cette nouvelle que nous serons 3 jours en décembre dans le noir à cause d’une tempête solaire semble-t-il d’après la Nasa. OUF !! Je me doutais que ce fût un hoax, d’abord parce que j’étais très septique, et que le lien n’était pas un site réputé pour ses véracités. Et a vrai dire une nouvelle comme cela, aurait fait les manchettes à la télé, sur les médias reconnus sans parler des journaux. Ce n’est pas parce qu’il est écrit NASA, qu’une nouvelle d’un tel site est fiable.
Nuage

Non, la terre ne sera pas plongée dans l’obscurité pendant 3 jours en décembre

Non, il n’y aura pas d’obscurité sur terre en décembre trois jours durant (image d’illustration). Photo : PUNIT PARANJPE / AFP

HOAX – La rumeur circule sur la toile depuis plusieurs jours, relayée sur les réseaux sociaux et par des sites peu fiables. Metronews vous explique pourquoi çe n’arrivera pas.

La rumeur court sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours, si ce n’est plusieurs années. Les 21, 22 et 23 décembre 2014, la terre entière risque d’être plongée dans l’obscurité la plus totale à cause de la plus grande éruption solaire de ces 50 dernières années. Une « information » prise très et sérieux sur de nombreux blogs – et sur les réseaux sociaux – et où les partisans s’appuient sur des soi-disant « aveux » de la NASA, l’agence spatiale américaine ; en réalité, des propos sortis de leur contexte. 

Une rumeur relativement facile à démonter :

1. Aucune trace sur le site de la Nasa


Nul doute que si l’agence spatiale américaine avait confirmé cette « information », elle figurerait en gros, en gras et en une de son site web. On parle quand même d’une hypothèse de trois jours de noir total pour la planète. Force est de constater qu’il n’y a pas une ligne sur le site.

2. Les tempêtes solaires sont imprévisibles


La rumeur évoque une « très puissante tempête solaire » dans deux mois. Or, comme l’assure le site du magazine de vulgarisation scientifique Sciences et avenir, qui appartient au même groupe que le Nouvel obs’, les tempêtes solaires ne peuvent être prévues qu’au maximum… 24 heures à l’avance. Le site tire son affirmation d’une étude publiée dans le magazine Nature.

3. De biens étranges relais


Nouvelordremondial.cc, tumeniaisestu.ca, les adresses url des sites relayant la rumeur n’ont rien de très sérieuses.

Enfin, la rumeur a été largement démentie vendredi par hoaxbuster.com, un site qui s’est fait pour spécialité de démonter les rumeurs qui circulent sur internet. Vous pouvez ranger les lampes de poche.

http://www.metronews.fr

Aurores boréales : Une intense éruption solaire affectera la Terre


Si le ciel est dégagé et que vous habitez à l’abri de la pollution lumineuse la nuit, au Canada, alors vous risqué de voir les rideaux du ciel s’ouvrir pour un magnifique spectacle des aurores boréales. !!
Nuage

 

Aurores boréales :  Une intense éruption solaire affectera la Terre

Photo Courtoisie

Des aurores boréales pourront être observées dès jeudi, au Canada.

Les particules générées par une gigantesque éruption solaire, survenue mercredi, sont en train de se diriger tout droit vers la Terre, rapportent plusieurs experts, et pourraient produire des aurores boréales spectaculaires, visibles au Canada.

«Cela fait plusieurs années que la Terre n’a pas vécu de tempête de cette ampleur (…) Il y a eu une explosion magnétique géante sur le Soleil», a expliqué Tom Berger, directeur du Centre de prévision météorologique spatiale, situé à Boulder au Colorado.

Lorsqu’une importante éruption solaire a lieu, elle est souvent accompagnée d’éjections de la masse coronale ; le Soleil éjecte des quantités gigantesques de plasma brûlant vers l’espace à des millions de km/h. Par chance, la plus grosse partie des particules passera à côté de la Terre.

Néanmoins, les réseaux électriques, les satellites, la navigation par GPS et les transmissions radio pourraient être affectés par les perturbations magnétiques, bien que ces conséquences soient évidemment temporaires.

L’importante éruption solaire survenue mercredi est singulière pour deux raisons : sa localisation sur l’astre (face à nous) et sa force. Elle est survenue après une autre éruption d’une intensité plus modérée, qui a eu lieu mardi. Les deux éruptions ont pris naissance dans la même tache solaire, connue sous le nom de «Active Region 2158».

«Nous allons au moins recevoir une partie du nuage de plasma très énergétique et magnétisé qui peut perturber la sphère magnétique de la Terre et conduire à des problèmes temporaires de réseau électrique», a ensuite expliqué Berger.

Alerte aux aurores

Malgré ces possibles perturbations plus «techniques», les particules chargées provenant de l’éruption solaire offriront un joli spectacle.

Elles provoqueront sans doute de mémorables aurores boréales dès jeudi, possiblement dès le début de la soirée, et jusqu’à vendredi et samedi, d’après l’Agence spatiale canadienne et Astronomy North.

Vous pourrez observer en direct les aurores sur le site AuroraMAX, qui précise que les aurores pourront être observées depuis le Canada.

http://www.journaldequebec.com