Le Saviez-Vous ► 6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield


Il y a des mythes partout, même dans le domaine de l’espace. L’astronaute Canadien Chris Hadfield à voulu répondre à 6 mythes les plus répandus
Nuage

 

6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield

 

Chris Hadfield © Capture d’écran.

Dans une vidéo publiée en ce début du mois de mai, l’astronaute canadien Chris Hadfield, qui a passé en tout 166 jours dans l’espace, donne des réponses à certains des mythes les plus répandus sur l’espace. De la cryogénisation à l’odeur de steak grillé qui émane du vide spatial, certaines réponses peuvent surprendre. En voici quelques unes!

Un astronaute qui sort sans sa combinaison sera brûlé instantanément

Un des mythes évoqués par Chris Hadfield est celui du corps d’un astronaute qui, aspiré brutalement hors du sas, brûle sous l’effet des radiations solaires. En réalité, la vérité est bien pire! 

La partie de la personne orientée vers le soleil cuirait sous une température de +120°C tandis que la partie à l’ombre gèlerait sous une température de -120°C. Chris Hadfield compare cette situation à un corps allongé sur une poêle brûlante tout en ayant de la glace carbonique étalée sur le dos. De plus, l’air de vos poumons serait instantanément aspiré et votre sang se mettrait à bouillir sous l’effet de la dépressurisation. Donc une personne dans l’espace sans combinaison va à la fois, bruler, geler, ne plus savoir respirer et bouillir.

Voyager à la vitesse de la lumière empêche de vieillir

Certaines personnes pensent également que voyager à la vitesse de la lumière, même durant des milliers d’années, éviterait de vieillir. Ce n’est pas tout à fait exact. En fait, nous vieillirions toujours mais à une vitesse différente des personnes restées sur Terre. C’est ce qu’Einstein appelait la relativité. 

Hadfield compare cette question à s’éloigner à la vitesse de la lumière d’une horloge qui indique 12h. Pour vous, il sera toujours la même heure parce que la lumière qui atteint vos yeux s’éloigne de l’horloge exactement en même temps que vous, alors qu’une personne restée à côté de l’horloge verrait l’heure avancer normalement.

Est-ce que le son d’une explosion est audible dans l’espace?

Si on prend comme exemple le soleil, qui est en fait une explosion thermonucléaire continue, on peut facilement répondre à cette question. Sur terre, l’air autour de nous transporte une onde qui va faire vibrer nos tympans, vibration que notre cerveau va transformer en son. Dans l’espace, il n’y a pas d’air, et donc pas de possibilité de transporter le bruit. En ce qui concerne le soleil et ses explosions, c’est plutôt une bonne chose pour nous!

La seule manière de survivre à un voyage interstellaire est de cryogéniser son corps

Pour le moment, il n’existe pas de technologie permettant de réussir pareille expérience. Hadfield explique que lorsque nous gelons de l’eau, celle-ci se transforme en cristaux de glace. Comme notre corps est composé en majeure partie d’eau, il serait détruit comme le sont par exemple les orteils des alpinistes qui ont été exposés à un froid trop intense. En fait, nous ne savons pas encore comment geler un corps de manière permanente tout en le préservant.

Si vous allez dans l’espace, votre corps deviendra plus grand et c’est irréversible

Il y a une part de vérité dans cette affirmation. Sur Terre, la gravité exerce une force sur l’ensemble de notre corps l’attirant vers le sol, et celle-ci s’exerce notamment sur nos os. Dans le cas de nos vertèbres par exemple, il existe un petit espace entre chacune d’elles grâce à l’insertion de cartilages. Dans l’espace, la gravité ne s’applique plus sur nos os et ces espaces peuvent devenir un tout petit peu plus grands. Le corps ne grandit pas réellement, il s’étire. Nous ne sommes pas plus grands mais plus longs.

En rentrant sur Terre, le retour de la gravité implique que tout revient à son état normal. Cette contrainte est cependant intégrée dans les combinaisons des astronautes et leurs sièges d’atterrissage. Ceux-ci sont un peu plus grand que la taille réelle de la personne pour prendre en compte ce léger allongement du corps des astronautes.

Les bactéries se multiplient dix fois plus vite dans l’espace que sur Terre

L’espace est un milieu différent de celui de la Terre. Hadfield et ses collègues se promènent dans la navette en trimbalant avec eux des produits nettoyants afin de garder leur environnement le plus propre possible. Ils gardent également sur eux en permanence des échantillons afin d’analyser des microbes, des virus ou toute minuscule forme de vie. Si aucune maladie ne se développe de manière inhabituelle, ils ont par contre remarqué que certaines formes primitives mutaient de manière différente dans un environnement sans apesanteur et exposé à des radiations élevées.

https://www.7sur7.be/

Publicités

Le Saviez-Vous ► 6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield


Il y a des mythes partout, même dans le domaine de l’espace. L’astronaute Canadien Chris Hadfield à voulu répondre à 6 mythes les plus répandus
Nuage

 

6 mythes sur l’espace décryptés par l’astronaute Chris Hadfield

 

Chris Hadfield © Capture d’écran.

Dans une vidéo publiée en ce début du mois de mai, l’astronaute canadien Chris Hadfield, qui a passé en tout 166 jours dans l’espace, donne des réponses à certains des mythes les plus répandus sur l’espace. De la cryogénisation à l’odeur de steak grillé qui émane du vide spatial, certaines réponses peuvent surprendre. En voici quelques unes!

Un astronaute qui sort sans sa combinaison sera brûlé instantanément

Un des mythes évoqués par Chris Hadfield est celui du corps d’un astronaute qui, aspiré brutalement hors du sas, brûle sous l’effet des radiations solaires. En réalité, la vérité est bien pire! 

La partie de la personne orientée vers le soleil cuirait sous une température de +120°C tandis que la partie à l’ombre gèlerait sous une température de -120°C. Chris Hadfield compare cette situation à un corps allongé sur une poêle brûlante tout en ayant de la glace carbonique étalée sur le dos. De plus, l’air de vos poumons serait instantanément aspiré et votre sang se mettrait à bouillir sous l’effet de la dépressurisation. Donc une personne dans l’espace sans combinaison va à la fois, bruler, geler, ne plus savoir respirer et bouillir.

Voyager à la vitesse de la lumière empêche de vieillir

Certaines personnes pensent également que voyager à la vitesse de la lumière, même durant des milliers d’années, éviterait de vieillir. Ce n’est pas tout à fait exact. En fait, nous vieillirions toujours mais à une vitesse différente des personnes restées sur Terre. C’est ce qu’Einstein appelait la relativité. 

Hadfield compare cette question à s’éloigner à la vitesse de la lumière d’une horloge qui indique 12h. Pour vous, il sera toujours la même heure parce que la lumière qui atteint vos yeux s’éloigne de l’horloge exactement en même temps que vous, alors qu’une personne restée à côté de l’horloge verrait l’heure avancer normalement.

Est-ce que le son d’une explosion est audible dans l’espace?

Si on prend comme exemple le soleil, qui est en fait une explosion thermonucléaire continue, on peut facilement répondre à cette question. Sur terre, l’air autour de nous transporte une onde qui va faire vibrer nos tympans, vibration que notre cerveau va transformer en son. Dans l’espace, il n’y a pas d’air, et donc pas de possibilité de transporter le bruit. En ce qui concerne le soleil et ses explosions, c’est plutôt une bonne chose pour nous!

La seule manière de survivre à un voyage interstellaire est de cryogéniser son corps

Pour le moment, il n’existe pas de technologie permettant de réussir pareille expérience. Hadfield explique que lorsque nous gelons de l’eau, celle-ci se transforme en cristaux de glace. Comme notre corps est composé en majeure partie d’eau, il serait détruit comme le sont par exemple les orteils des alpinistes qui ont été exposés à un froid trop intense. En fait, nous ne savons pas encore comment geler un corps de manière permanente tout en le préservant.

Si vous allez dans l’espace, votre corps deviendra plus grand et c’est irréversible

Il y a une part de vérité dans cette affirmation. Sur Terre, la gravité exerce une force sur l’ensemble de notre corps l’attirant vers le sol, et celle-ci s’exerce notamment sur nos os. Dans le cas de nos vertèbres par exemple, il existe un petit espace entre chacune d’elles grâce à l’insertion de cartilages. Dans l’espace, la gravité ne s’applique plus sur nos os et ces espaces peuvent devenir un tout petit peu plus grands. Le corps ne grandit pas réellement, il s’étire. Nous ne sommes pas plus grands mais plus longs.

En rentrant sur Terre, le retour de la gravité implique que tout revient à son état normal. Cette contrainte est cependant intégrée dans les combinaisons des astronautes et leurs sièges d’atterrissage. Ceux-ci sont un peu plus grand que la taille réelle de la personne pour prendre en compte ce léger allongement du corps des astronautes.

Les bactéries se multiplient dix fois plus vite dans l’espace que sur Terre

L’espace est un milieu différent de celui de la Terre. Hadfield et ses collègues se promènent dans la navette en trimbalant avec eux des produits nettoyants afin de garder leur environnement le plus propre possible. Ils gardent également sur eux en permanence des échantillons afin d’analyser des microbes, des virus ou toute minuscule forme de vie. Si aucune maladie ne se développe de manière inhabituelle, ils ont par contre remarqué que certaines formes primitives mutaient de manière différente dans un environnement sans apesanteur et exposé à des radiations élevées.

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Que se passerait-il si un trou noir supermassif passait près de la Terre ?


Si nous rencontrions un trou noir super massif, nous n’survirons pas. Il semble peu probable que cela arrive, au pire peut-être quand notre Voie lactée fusionnera avec la galaxie Andromède et la, il pourrait avoir au passage un trou noir, sauf qu’il n’y aura plus de vie à ce moment-là sur Terre. Mais qu’arriverait-il si cela était possible avec la Terre habitée ?
Nuage

 

Que se passerait-il si un trou noir supermassif passait près de la Terre ?

 

Crédits : ESO / M. Kornmessers

par Brice Louvet

L’Univers est gigantesque, étrange, et beaucoup de choses échappent encore aux scientifiques. Mais s’il vous arrive parfois de vous poser des questions sur son fonctionnement, sachez qu’il existe sur le Web une plateforme sur laquelle vous pourrez sûrement trouver des réponses à toutes vos interrogations : Ask an Astronomer. Des scientifiques volontaires de l’Université Cornell (États-Unis) sont ici disposés à vous répondre.

Parmi toutes les questions proposées : que se passerait-il si un trou noir supermassif passait près de la Terre ? Peut-être vous êtes-vous déjà posé cette question. Nous mourrions tous, évidemment, mais cela pourrait-il arriver ? Et si oui, à quoi ressemblerait le processus ? L’astronome Christopher Springob a récemment répondu à cette énigme. Il explique notamment que bien que ce soit très improbable, il n’est pas impossible qu’un trou noir supermassif – habituellement situé dans les centres galactiques – puisse passer près de la Terre si la Voie lactée fusionnait avec une autre galaxie.

En se basant sur un trou noir supermassif pesant un million de soleils, Springob a calculé que nous commencerions à remarquer quelque chose d’étrange dans l’orbite du système solaire autour de la galaxie, à une distance d’environ 1000 années-lumière.

 «Une fois que le trou noir serait à quelques centaines d’UA (1 UA = distance entre la Terre et le Soleil, soit environ 150 millions de km), il commencerait à perturber sérieusement les orbites des planètes dans notre système solaire, y compris la Terre, dit-il. Nous pourrions alors soit bouillir, soit geler, car nous serions soit trop près ou trop loin du Soleil».

L’astronome poursuit en expliquant que notre planète pourrait alors soit tomber dans le Soleil, soit être expulsée du système solaire, se retrouvant sur une orbite elliptique autour du trou noir supermassif. Si nous finissions par tomber dans le trou noir – de toute façon ne ne serions plus là depuis longtemps – les forces de marée gravitationnelles intenses déchireraient notre planète en lambeaux.

Notons que la Voie lactée va probablement fusionner avec la galaxie d’Andromède – située à deux millions d’années-lumière – dans environ 4 milliards d’années. Un trou noir pourrait intervenir dans ce processus, mais une fois encore, nous aurons déjà disparu depuis longtemps. La date d’expiration de l’Humanité – si elle n’est pas détruite avant – est d’environ un milliard d’années. Notre étoile va en effet grossir et la Terre deviendra alors trop chaude pour garantir toute habitabilité

Comme le dit l’astronome, «c’est tellement improbable que cela ne vaut pas la peine d’être considéré, mais c’est toujours amusant de penser à ça».

Vous pouvez lire sa réponse complète ici.

Source

http://sciencepost.fr/2

Le Saviez-Vous ► Top 5 des plus grosses météorites qui ont frappé la Terre


    La Terre reçoit environs des tonnes de météorites extraterrestres à tous les jours. Heureusement, c’est majoritairement sous forme de poussières. Par contre, il arrive que certaines météorites soient plus grosses et font parfois de gros dégâts. Celle qui a changer le cours de l’histoire de la Terre a été la météorite qui a fait disparaitre 75 % des espèces animales sur Terre
    Nuage

     

    Top 5 des plus grosses météorites qui ont frappé la Terre

    Nathalie Mayer

    Journaliste

    Nos ancêtres les Gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête. Une crainte peut-être pas si folle que cela au regard de l’inventaire des météorites qui ont frappé notre Terre au fil des millénaires.

    Rappelons avant tout que le terme de météorite désigne un corps rocheux d’origine extraterrestre ayant survécu — peu ou prou — à sa traversée de l’atmosphère et qui se retrouve au sol. Les scientifiques estiment ainsi à des dizaines de tonnes la quantité de matière extraterrestre qui tombe chaque jour ! La plupart du temps, ces météorites nous parviennent sous forme de poussières. Mais parfois, il en tombe des morceaux plus impressionnants.

    Ce fragment de la météorite Hoba est le plus gros jamais trouvé sur Terre. © PeterJupke, Pixabay, CC0 Public Domain

    Ce fragment de la météorite Hoba est le plus gros jamais trouvé sur Terre. © PeterJupke, Pixabay, CC0 Public Domain

    Hoba, le plus gros fragment de météorite retrouvé sur Terre

    Le plus gros fragment de météorite retrouvé sur Terre à ce jour est celui issu d’un corps de 10 km de diamètre nommé Hoba. Ce morceau a été retrouvé en Namibie, en 1920 et ne pèse pas moins de 66 tonnes.

    El Chaco est réputé être le deuxième plus gros fragment de météorite retrouvé sur Terre à ce jour. Carlos Zito, Wikimedia Commons, CC by-SA 3.0 Unported

    El Chaco est réputé être le deuxième plus gros fragment de météorite retrouvé sur Terre à ce jour. Carlos Zito, Wikimedia Commons, CC by-SA 3.0 Unported

    Deux fragments de météorite classés sur l’incroyable site de Campo Del Cielo

    Campo Del Cielo, c’est le nom qui a été donné à une zone d’impact située en Argentine. On y trouve une vingtaine de cratères, résultant des impacts d’une seule et même météorite fragmentée. Celle-ci aurait frappé la Terre il y a 5.000 ans et la somme de ses fragments pèserait plus de 100 tonnes. Le plus imposant des morceaux, El Chaco, ne pèse pas moins de 37 tonnes. Il a été découvert tardivement, en 1969, enterré sous cinq mètres de terre. Mais elle pourrait être détrônée par un autre fragment du site, baptisé Gandeco et déterré fin 2016. En attendant confirmation, son poids est estimé à 30 tonnes.

      Le fragment Ahnighito de la météorite de Cape York est exposé au Museum américain d’histoire naturelle. © Mike Cassano, Wikimedia Commons, CC 2.0

      Le fragment Ahnighito de la météorite de Cape York est exposé au Museum américain d’histoire naturelle. © Mike Cassano, Wikimedia Commons, CC 2.0

      La météorite fragmentée de Cape York

      C’est au Groenland que les restes de la météorite de Cape York — déjà connue des Inuits — ont été redécouverts à la fin du XIXe siècle. Le plus gros des morceaux, baptisé Ahnighito, pèse, à lui seul, plus de 30 tonnes. Mais au total, la masse des fragments de cette météorite dépasserait les 58 tonnes. De fer et de nickel, essentiellement. Elle serait entrée en collision avec la Terre il y a quelque 10.000 ans.

      Le fragment de la météorite Armanty a été découvert en Chine en 1898. © Woreczko Jan & wadi, Encyclopedia of Meteorites

      Le fragment de la météorite Armanty a été découvert en Chine en 1898. © Woreczko Jan & wadi, Encyclopedia of Meteorites

      Armanty, une météorite tombée sur la Chine

      En 2011, une équipe de chercheurs chinois a découvert, au nord-ouest du pays, un fragment de météorite pesant au moins 25 tonnes. Mais déjà en 1898, un morceau baptisé Armanty, avait été débusqué dans la même région. Sa masse avait été estimée à pas moins de 28 tonnes.

      Aux États-Unis, Meteor crater est un site accessible au public. Dans les années 1960, il a servi à l’entraînement aux astronautes de la Nasa. © D. Roddy, US Geological Survey, domaine public

      Aux États-Unis, Meteor crater est un site accessible au public. Dans les années 1960, il a servi à l’entraînement aux astronautes de la Nasa. © D. Roddy, US Geological Survey, domaine public

      Des cratères témoins d’impacts hors normes

      Le cratère de Chicxulub, dans la péninsule du Yucatan, mesure entre 170 et 300 km. Il serait le résultat d’un impact d’astéroïde de 10 km de diamètre, vieux de 65 millions d’années. Il aurait contribué à l’extinction de 75 % des espèces animales vivant sur Terre à cette époque, y compris les dinosaures.

      Mais il pourrait ne pas être le plus grand cratère d’impact identifié sur Terre. En Australie, des chercheurs affirment avoir trouvé une structure de 400 kilomètres de diamètre… formée toutefois de deux cratères de quelque 200 km chacun. L’impact en question a dû se produire entre -300 et -420 millions d’années, mais aucune crise biologique majeure n’a pu lui être associée.

      https://www.futura-sciences.com

      Le Saviez-Vous ► Qu’est-ce que ça mange un astronaute?


      L’alimentation des astronautes a bien changé avec les années. Aujourd’hui, ils mangent à peu près comme tout le monde, ce qui diffère est l’emballage et la cuisson ainsi que la façon de manger. Tout ce qu’il faut, c’est qu’il n’y a pas de miette, ni de gouttes de liquides flottantes. L’alimentation est fournie par la NASA et l’agence russe Roscosmos, mais d’autres agences spatiales comme celle du Canada peut proposer des repas pour l’espace.
      Nuage

       

      Qu’est-ce que ça mange un astronaute?

       

       

      Par Mathias Marchal

      En décembre, l’astronaute québécois David Saint-Jacques s’envolera pour un séjour de six mois dans la Station spatiale internationale. Métro a été convié à goûter à une partie de ce qu’il y mangera.

      Divulgâcheur : Il y a du bon… et du pas mal moins bon stock!

      1-Critique culinaire

      Comment ça fonctionne la bouffe dans l’espace? En gros, la NASA et l’agence russe Roscosmos, fournissent la majeure partie des repas. Mais plusieurs agences spatiales (Union européenne, Japon, Canada) peuvent bonifier l’offre. Bref, ça donne une sorte de supermarché réservé aux hommes et aux femmes de l’espace, où chaque pays à son rayon, mais où finalement, la plus grande partie du magasin est réservée à la NASA! D’ailleurs si la bouffe proposée par la NASA est à l’image de leur lasagne, alors iiiicch, on a un (petit) problème Houston!

      Heureusement, David Saint-Jacques pourra apporter une touche plus gastronomique au voyage. Il a fait son choix parmi 50 items qui lui ont été proposés par l’Agence spatiale canadienne, basée à Saint-Hubert. On y trouve notamment quatre types différents de saumon fumé au bois et un bon pad thaï bien épicé!

      «C’est important les épices, car à cause de la microgravité, les fluides remontent vers la tête et les astronautes ont le nez congestionné comme s’ils avaient un rhume, surtout au début de leur mission. Le manque d’odorat les empêche alors d’apprécier la nourriture, d’où l’intérêt d’épicer les plats», confie la responsable de la nutrition et de l’exercice physique des astronautes à l’Agence spatiale canadienne, Nathalie Hirsch.

      Pour se rafraîchir le palais, les astronautes ont notamment droit à du thé glacé sucré ou café instantané, mais pas à de l’alcool. Il n’y aura pas non plus de muffins au pot, même quand ce sera légalisé, pour des raisons évidentes. De toute façon, aucune zone de la station spatiale n’est exclusivement en territoire canadien!

      Par contre, on a découvert lors de la dégustation le poivron et la poire déshydratés et de succulents gâteaux à l’érable. Tous les produits proposés par le Canada sont par ailleurs accessibles en magasin ou sur le web. Toutefois, l’Agence spatiale canadienne ne peut pas, en tant qu’organisme fédéral, promouvoir des marques ou des enseignes. Donc, quiconque souhaite acheter de la bouffe de l’espace pour un repas entre amis demeurera dans le flou. Désolé.

      2-Bon à savoir

      La station spatiale, c’est comme une colocation à six. Donc, les astronautes doivent se ramasser et ne pas laisser des miettes pour ne pas abîmer l’équipement. Voilà pourquoi les tortillas, thermisés et mis sous vide (pour qu’ils durent 18 mois) supplantent le pain. Et si un astronaute veut quand même manger un de ces bons biscuits à l’érable, il est conseiller de le faire près de l’aspirateur!

      Dans l’espace, on mange pas mal la même chose que sur Terre. En fait, c’est essentiellement la méthode d’emballage qui change (beaucoup de sous vide), de même que la cuisson et la façon de manger (on a découvert la paille comprenant un cadenas, qui empêche le liquide de s’envoler). Dans la station, les astronautes manquent d’exposition à la lumière qui permet d’habitude au corps humain de synthétiser de la vitamine D. Ils doivent donc prendre des suppléments.

      Là-haut, on craint aussi le sodium. En apesanteur, la masse du squelette diminue en effet de 1% à 2% par mois, car les os ne sont pas autant sollicités. Mais le sodium (utilisé comme agent de conservation) contribuerait aussi à cette décalcification des os. On cherche donc à le limiter. Par contre, le sel passe mieux, mais il est présenté sous forme liquide, là encore question de propreté.

      Cinq minutes

      «Vodka, Heineken, pas le temps de «niaiser» dit le (presque) dicton. Dans l’espace, seule la deuxième moitié de cette citation est valide. Dans la station, on mange plutôt rapidement le midi. En effet, la vie y est réglée par tranches de cinq minutes. Mais le soir, il est conseillé de prendre le temps de déguster, car un bon repas pris entre membres de l’équipage influe sur l’humeur et sur la productivité de l’équipe.

      Big Brother

      Les capacités nutritionnelles des différents aliments apportés sont évaluées à l’avance et chaque coloc de l’espace doit consigner ce qu’il mange dans une tablette connectée au sol. Si, au bout d’un moment, un astronaute a un peu trop abusé de la lasagne et pas assez goûté aux épinards deshydratés, les nutritionnistes de l’Agence spatiale canadienne le rappelleront à l’ordre.

       

      http://journalmetro.com/

      Le Saviez-Vous ► Et si la Terre s’était mise à tourner dans l’autre sens ?


       

      Une bonne question ? Si la Terre tournerait de l’autre sens, la face du monde serait tout autre. L’Amérique du Nord serait probablement un pays en voie développement avec ses déserts arides et l’Afrique une végétation luxuriante ..
      Nuage

       

      Et si la Terre s’était mise à tourner dans l’autre sens ?

       

      Crédits : iStock

      par Brice Louvet

      La Terre tourne dans la même direction que le Soleil depuis sa formation il y a environ 4,5 milliards d’années.

      Mais que ce serait-il passé si elle s’était mise à tourner dans l’autre sens ?

      Selon une simulation informatique présentée plus tôt ce mois-ci à l’European Geosciences Union qui se déroulait en Autriche, les déserts couvriraient l’Amérique du Nord, des dunes arides remplaceraient les étendues de la forêt amazonienne d’Amérique du Sud, et des paysages luxuriants et verdoyants s’épanouiraient de l’Afrique centrale au Moyen-Orient.

      Au cours de l’orbite d’une année de la Terre autour du Soleil, celle-ci effectue une rotation complète sur son axe – du Pôle Nord au Pôle Sud – toutes les 24 heures, tournant à une vitesse d’environ 1 670 km/h (qui est mesurée à équateur). Sa direction de rotation est dite « prograde », c’est-à-dire d’Ouest en Est, commune à toutes les planètes de notre système solaire – exceptées Vénus et Uranus.

      Au fur et à mesure que la Terre tourne, la poussée et la traction de son impulsion façonnent les courants océaniques qui, avec les vents atmosphériques, produisent une gamme de modèles climatiques autour du globe. Ces modèles entraînent des précipitations abondantes dans les jungles humides ou détournent l’humidité des zones desséchés, par exemple.

      Pour étudier comment le système climatique de la Terre est affecté par sa rotation, les scientifiques ont récemment modélisé une version numérique de la rotation de la Terre, mais en sens inverse.

      La rotation semble ici conserver toutes les caractéristiques majeures de la topographie, comme les tailles, les formes et les positions des continents et des océans. Cette nouvelle configuration permet en revanche au courants océaniques et aux vents d’interagir différemment avec les continents, générant dans le monde entier des conditions climatiques entièrement nouvelles.

      Dans l’ensemble, les chercheurs ont découvert qu’une Terre en rotation d’Est en Ouest était une Terre plus « verte ». Pour preuve, la couverture mondiale du désert passe d’environ 42 millions de kilomètres carrés à environ 31 millions de kilomètres carrés. Les herbes ont germé sur la moitié des anciennes zones désertiques, et les plantes ligneuses ont émergé pour couvrir l’autre moitié. Cependant, les déserts sont apparus là où ils n’ont jamais été vus auparavant : dans le sud-est des États-Unis, dans le sud du Brésil et en Argentine ainsi qu’au nord de la Chine.

      L’inversion de la rotation a également permuté les tendances du vent global, apportant des changements de température aux régions subtropicales et aux latitudes moyennes. Les zones occidentales des continents se sont refroidies, lorsque les frontières orientales se sont réchauffées, et les hivers sont devenus nettement plus froids dans le nord-ouest de l’Europe.

      Les courants océaniques ont également changé de direction, réchauffant les frontières orientales des mers et refroidissant les frontières occidentales, rapportent les chercheurs pendant la conférence. La circulation méridienne atlantique (AMOC), un important courant océanique régulant le climat dans l’Atlantique, s’est éteint pour finalement refaire surface dans le nord de l’océan Pacifique, transportant de la chaleur vers l’est de la Russie. Dans ce cas de figure, la modification des courants marins dans l’océan Indien a également permis aux cyanobactéries de dominer la région, ce qu’elles n’ont jamais réussi à accomplir avec la rotation actuelle.

      Source

      http://sciencepost.fr/

      Le Saviez-Vous ► Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts


      Je me souviens dans mon enfance, mon petit frère et moi, nous parlions des Martiens, on disait que c’était des bonhommes verts. Ou nous avons pris ces faits, aucune idée. Nous n’étions pas les seuls de toute manière pour croire qu’ils étaient verts. Aujourd’hui, on sait qu’ils pourraient avoir d’autres formes qu’humaine, autres couleurs. C’est probablement pour cette raison que les films de science-fiction prennent de plus en plus des modèles dans la nature.
      Nuage

       

      Pourquoi nous imaginons les aliens comme des petits hommes verts

      /

      Capture d’écran de la bande-annonce du film Paul | via Youtube License by

      Repéré par Aurélie Rodrigues

      C’est la faute de la science-fiction

      Selon vous, à quoi ressemble un alien? Plutôt à un petit homme vert ou à une méchante créature aux dents acérées? En réalité, personne ne le sait. Alors pourquoi ces êtres nous semblent-ils si familiers?

      D’E.T, à Mars Attacks en passant par la saga Alien, la science-fiction a façonné notre imaginaire. La culture populaire a construit notre façon d’appréhender les formes de vies extraterrestres. En fait, quand nous pensons aux aliens, nous pensons à des produits sortis tout droit de l’imagination de quelqu’un d’autre.

      Le premier film avec des aliens, A Trip to the Moon de Georges Méliès sorti en 1902, montrait des extraterrestres avec une apparences humanoïde. Il en va de même pour les films de science-fiction de ces dernières décennies. Par exemple, dans la saga Alien, les Xénomorphe ont une tête, des bras et des jambes. Pourquoi? Selon Charley Henley, superviseur effets visuels et spéciaux –qui a notamment travaillé sur la saga alien, ce choix est dû à notre volonté de les faire à notre image. Ainsi, via l’anthropomorphisme nous pouvons nous identifier à eux. Même s’il est vrai que le contact humain/alien peut s’avérer plus difficile que prévu dans certains cas…

      Du côté des scientifiques, la question de l’apparence physique des extraterrestres n’appelle pas du tout la même réponse:

      «Notre apparence est le résultat de milliards d’années d’évolution sur Terre. Il n’y pas de raison de penser que le développement d’une autre forme de vie serait le même que le nôtre. Il faudrait faire partie de la même planète», a déclaré Andrew Siemion, directeur de l’institut SETI –pour la recherche d’une intelligence extraterrestre– dans un entretien à Vox.

      Quand la fiction s’inspire de la réalité

      La première mention d’extraterrestres dans une oeuvre de fiction remonte au Xe siècle. Au Japon, le Conte du coupeur de bambou ou Taketori monogatari raconte l’histoire de la princesse Kaguya-hime envoyée sur Terre depuis la Lune afin d’être protégée de la guerre.

      Cependant, il faudra attendre 1946 avec la sortie de The Green Man: A Visitor From Space écrit par Harold Sherman pour voir apparaître le premier extraterrestre vert.

      Par ailleurs, le mythe de l’alien vert n’a fait que s’intensifier après le récit du capitaine Edward J. Ruppelt. Le chef du Projet Blue Book de l’US Air Force racontait que l’armée américaine conservait des soucoupes volantes et des «petits hommes verts». Toujours aux États-Unis, un autre témoignage avait relancé la question alien. En 1955, la famille Sutton déclare avoir été attaquée par des petits hommes gris dans sa ferme du Kentucky.

      La science-fiction fait partie du paysage cinématographique hollywoodien depuis les années 1950. Ces dernières années, les avancées technologiques ont permi aux réalisateurs d’expérimenter avec le design des aliens. Cependant, il est difficile de se défaire d’années de culture populaire ancrée dans notre imaginaire.

      «Plus on s’éloigne de l’imaginaire collectif plus il est difficile d’arriver à faire croire que c’est réaliste», explique Charley Henley.

      De fait, les réalisateurs cherchent souvent de l’inspiration dans la nature. Par exemple, le Néomorphe dans Alien: Covenant s’inspire du requin-lutin. Parfois appelé requin golebin, ce squale vit en eaux profondes. Son long museau aplati et sa mâchoire recouverte de dents capable de se décrocher pour mordre ses proies en font un spécimen parfait pour la science-fiction.

      Toutefois, une question subsiste: sommes-nous vraiment seuls dans l’univers?

      http://www.slate.fr/