Cette société exporte l’air pur des montagnes du Canada !


Je trouve que pour une blague, ils ont fait un commerce florissant pour vendre a des villes les plus polluées à l’étranger. Tout peut se vendre .. Cependant, je trouve que ce n’est pas très sérieux.
Nuage


Cette société exporte l’air pur des montagnes du Canada !

En Chine où l’air de nombreuses villes est très pollué, l’air pur du Canada fait déjà un tabac !
Crédits : Wikipédia


Dans certains pays, les grandes villes sont ultra-polluées. Or, une société canadienne vend depuis quelques années de l’air pur capté dans les montagnes Rocheuses ! Retour sur l’histoire de ce commerce né à l’origine d’une simple blague.

Un produit à succès

Le 7 avril 2019, le quotidien ICI Radio Canada rappelait l’existence de la société Vitality Air, dont l’activité ne semble pas s’essouffler. Au contraire, les deux créateurs Moses Lam et Troy Paquette réalisent même environ 300 000 dollars par an de chiffre d’affaires en captant l’air pur des montagnes ! Celui-ci est aspiré dans d’énormes tubes et passe dans un compresseur avant sa mise en bouteille.

Le produit final baptisé Banff Air se trouve sous la forme d’une bouteille d’air frais comprimé équipée d’un masque. Selon Vitality Air, chaque bombe permet 160 respirations d’une seconde. Vendu sur Internet, le produit coûte 30 dollars l’unité.

Cibler les zones polluées

En 2016, nous évoquions le commerce de canettes renfermant de l’air pollué de Pékin à 15 dollars l’unité ! Baptisé Beijing Air, le produit affichait la mention “2,5” en référence aux particules fines PM 2,5. Sa composition était également présente, à savoir “du nitrogène (77 %), de l’oxygène (20 %) et d’autres trucs (3 %)”. Évidemment, il s’agit d’une sorte de cadeau souvenir un peu loufoque.

Concernant l’air pur canadien, il existe bel et bien un marché mondial. La société Vitality Air désire s’adresser davantage à ces zones du globe où la pollution atmosphérique est très forte. Justement en Chine, certains patrons sont déjà très friands des Banff Air selon Moses Lam. Outre la Chine où le produit est déjà devenu un phénomène social, l’Inde figure parmi les pays ciblés.


Tout est parti d’une blague

En 2014, Moses Lam enferme dans un sac de l’air de la ville de Jasper (Alberta) et place ce dernier en vente aux enchères sur eBay. Le prix de départ était au minimum (0,99 dollar), mais les enchères ont grimpé ! Quelques jours plus tard, un deuxième sac similaire se vendait pour 168 dollars. C’est donc à partir de cette blague que Moses Lam a pris conscience qu’il existait une demande mondiale d’air pur. Seulement quatre mois plus tard, sa société fut créée.

L’histoire de la naissance de Vitality Air avait été racontée en 2016 par Export Development Canada (EDC), une société d’État. Celle-ci a entre autres pour mission de soutenir et de développer le commerce entre le Canada et l’étranger.

Sources : EDCICI Radio Canada

https://sciencepost.fr/

Rocheuses : le couvert neigeux s’amincit et menace l’approvisionnement en eau


Malgré le printemps plus capricieux, cette année, il en demeure pas moins que le réchauffement climatique a un impact sérieux sur l’avenir de l’eau potable, sur l’énergie électrique, feux de forêt, l’agriculture … si la neige des Rocheuses se met a fondre de plus en plus vite. Preuve que même dans les hauteurs, les neiges éternelles sont éphémères
Nuage

 

Rocheuses : le couvert neigeux s’amincit et menace l’approvisionnement en eau

 

Les Rocheuses

Les Rocheuses  Photo :  Rébecca Salomon/Radio-Canada

Les températures printanières plus douces depuis les années 1980 provoquent une baisse d’environ 20 % de la couverture de neige dans les montagnes Rocheuses nord-américaines, selon une étude du U.S. Geological Survey (USGS) publiée en ligne à la mi-mai dans Geophysical Research Letters.

La diminution de la couche de neige est particulièrement rapide dans la portion nord de la chaîne de montagnes.

Or, la fonte du couvert de neige hivernal des Rocheuses compte pour entre 60 % et 80 % de l’approvisionnement en eau annuel pour plus de 70 millions de personnes vivant dans l’Ouest des États-Unis.

« Peu importe les causes ultimes, la poursuite de la tendance pour la couverture de neige pourrait poser des défis importants pour la gestion de l’eau dans l’Ouest américain » — Julio Betancourt, coauteur de l’étude

La nouvelle étude se base sur une enquête précédente du USGS qui montrait que, jusqu’aux années 1980, le nord des Rocheuses voyait s’accumuler d’importante quantité de neige lorsque le centre et le sud en recevaient moins et vice-versa, d’après un communiqué.

Toutefois, depuis cette décennie, la couverture de neige a diminué le long de la chaîne de montagnes et encore davantage plus au nord.

« Tous les ans, nous avons étudié les variations de températures et de précipitations et la quantité d’eau contenue dans la couverture neigeuse en avril », a soutenu Greg Pederson, l’auteur principal de l’étude.

« Depuis 1980 les températures printanières chaudes ont fait fondre le couvert de neige tôt à travers les Rocheuses, peu importe la quantité de précipitations hivernales. Notre modèle montre que la température est le facteur le plus important dans le déclin au cours des 30 dernières années », a-t-il ajouté.

« La variation des températures et le réchauffement causé par l’homme ont contribué au déclin. Départager leur influence reste difficile », a quant à lui déclaré le coauteur de l’étude Julio Betancourt.

La Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan pourraient aussi être touchées selon le chercheur.

Le moment et la vitesse de la fonte ont un large éventail d’effets sur la population allant de la production hydroélectrique, en passant par les récoltes ou la gestion des feux de forêt.

En 2011, des scientifiques avaient tiré des conclusions similaires dans la revue Science.

http://www.radio-canada.ca