Comment avoir des amis


On lit souvent dans les réflexions, les citations ce qu’est un vrai ami, ou encore ce que nous recherchons dans un ami … Des fois, je trouve qu’on idéalise beaucoup l’amitié alors qu’avant toute chose il faut savoir être nous-même un ami pour l’autre
Nuage

 

Comment avoir des amis

 

 

« La seule façon d’avoir un ami est d’en être un.  »

 

Ralph Waldo Emerson

VIDÉO : LE MYSTÈRE DE LA STATUE QUI BOUGE TOUTE SEULE


Une statue du temps des pharaons bouge toute seule le jour mais pas la nuit. Certains y verront peut-être les esprits du passé hantent la statue, mais étant assez rationnelle, je penche plus pour la thèse des vibrations. Il serait quand même intéressant que ce mystère soit éclairci
Nuage

 

VIDÉO : LE MYSTÈRE DE LA STATUE QUI BOUGE TOUTE SEULE

 

A ce jour, le mystère de la statue qui tourne reste entier

[Capture écran Youtube]

Au musée de Manchester, une relique égyptienne provoque l’interrogation du personnel. Une vidéo accélérée montre la statue pivoter sur elle-même pendant la journée.

Les reliques égyptiennes du temps des Pharaons n’ont peut-être pas encore livré tous leurs secrets. Dernièrement, c’est une statue vieille de 4.000 ans qui cause des maux de tête aux responsables dumusée de Manchester, en Angleterre.

Cette statue haute de quelques dizaines de centimètres, représentant Neb-Senu et offerte originellement au Dieu des morts Osiris, est présente dans le musée depuis 80 ans, rapporte le Huffington Post britannique.

« J’ai remarqué un jour qu’elle avait tourné », a expliqué le conservateur du musée Campbell Price à NDTV. « J’ai trouvé ça étrange, dans la mesure où je suis le seul à avoir la clé. Je l’ai remise à sa place, mais le lendemain elle avait encore bougé. »

En version accélérée, la vidéo de surveillance du musée montre la relique tourner sur elle-même la journée, et rester immobile la nuit. La rotation effectuée par la statue est invisible à l’œil nu.

« La cause pourrait être les vibrations dues aux piétinements de visiteurs, ou le trafic dehors, tente d’expliquer l’égyptologue. Mais la statue se trouve à cet endroit depuis des décennies, et n’a jamais bougé avant – et aucun des autres objets derrière la vitrine ne bouge de toute façon. »

Pour l’explication non-rationnelle, Campbell Price explique que « dans l’Egypte ancienne, ils croyaient que si la momie était détruite, la statuette pouvait agir comme un récipient alternatif pour l’esprit. C’est peut-être ce qui cause ces mouvements. »

http://www.directmatin.fr

Le Saviez-vous ► Les amphibiens brisent la glace pour se trouver un partenaire dans les Alpes


Des grenouilles qui se sont très bien adaptées a des conditions difficiles et plutôt froides … Mais je plains les femelles qui doivent supporter sur leur dos les mâles pour qu’ils puissent ensemencer les oeufs qu’elles pondront
Nuage

 

Les amphibiens brisent la glace pour se trouver un partenaire dans les Alpes

 

© Cyril Ruoso

© Cyril Ruoso

Dans les Alpes françaises, les grenouilles, ces amphibiens à sang froid, n’ont pas le temps de badiner. La saison des amours y est aussi fugace que l’été.

Émergeant d’un étang à moitié gelé, à presque 2 000 m d’altitude, des grenouilles rousses cherchent un partenaire sexuel. Cette espèce a su s’adapter à diverses conditions climatiques, de sorte que sa population s’est largement répandue en Europe. En Savoie, dans le massif du Beaufortain, le dégel peut ne survenir qu’en juin.

Cela ne laisse qu’une courte période de chaleur aux femelles pour pondre et aux têtards pour se métamorphoser en jeunes grenouilles. Résistante au froid, Rana temporaria grandit plus lentement que les espèces des régions tempérées mais vit plus longtemps (douze ans, au lieu de cinq). Et, au contraire de ses cousines, elle se montre active durant les heures chaudes et ensoleillées de la journée.

La position d’accouplement des grenouilles se nomme amplexus : le mâle, plus petit, s’accroche au dos de la femelle, parfois pendant deux jours ou plus. Quand la femelle pond, le mâle répand son sperme sur les œufs pour les féconder.

Bien que la ponte ait lieu au printemps, les couples de grenouilles des lacs de montagne peuvent hiberner en adoptant cette position pour plusieurs mois. Cela leur permet de s’accoupler dès l’arrivée des beaux jours.

Les œufs des grenouilles femelles d’altitude peuvent être d’un tiers plus gros que ceux des espèces des plaines – ce qui est tout à l’avantage des têtards. Avec le temps, ces œufs et ces têtards sont devenus plus résistants aux dommages génétiques provoqués par les rayons ultraviolets du soleil, dont la nocivité est plus forte en haute montagne à cause de l’atmosphère raréfiée.

Mel White

http://www.nationalgeographic.fr

Nelson Mandela "cliniquement mort" ? Seul le "pronostic vital" est engagé


Depuis quelques heures beaucoup de nouvelles sont affichées sur l’état de santé de Nelson Mandela. Une des raisons que je ne vais plus sur Twitter est justement que les nouvelles sont plus souvent erronées et qu’il est mieux de vérifier vers des sources plus surs quoiqu’il est déjà arrivé des fausses nouvelles a leurs insu. Cependant, il semble évident que l’ancien président de l’Afrique du Sud, est bel est bien engager vers un non-retour
Nuage

 

Nelson Mandela « cliniquement mort » ? Seul le « pronostic vital » est engagé

 

Depuis 21 heures ce lundi 24 juin, de nombreux messages contradictoires émergent des médias et de Twitter. Pour certains, Mandela serait « cliniquement mort », mais il semblerait que « seul » le « pronostic vital » soit engagé.

Publié le 24 juin 2013, 21h50

« Etat critique », « pronostic vital engagé », « mort clinique »… La nébuleuse de termes entourant l’état de santé de Nelson Mandela plonge la situation réelle de l’ancien chef d’Etat africain dans un épais brouillard.

Alors que le pourfendeur de l’apartheid serait paisiblement « endormi » selon l’agence de presse américaine AP, et que sa famille s’est réunie à son chevet, des informations contradictoires émergent des médias et du Web, en particulier de Twitter, à l’heure décrire ces lignes.

Seule confirmation officielle : Nelson Mandela est toujours « dans un état critique », selon le président sud-africain Jacob Zuma qui répète cette sentence à l’envi, refusant d’en dire plus sur l’Etat de « Madiba ».

 « Les médecins font tout leur possible pour s’assurer de son bien-être et de son confort », se contente parfois d’ajouter le successeur de Mandela qui rabroue les questions plus détaillées, affirmant qu‘il « n’est pas en mesure de donner d’autres détails » n’étant « pas médecin ».

Selon l’AFP, Nelson Mandela, qui doit fêter ses 95 ans le 18 juillet, aurait vu son « pronostic vital engagé » dans l’après-midi, ce qui signifie que son état se situe bel et bien « entre la vie et la mort », comme le répètent ceux qui sont entrés dans l’hôpital et ont pu avoir quelques nouvelles du patient. Le pronostic vital correspond à un « risque de décès dû à la maladie », ce qui veut dire que la mort est désormais clairement envisagée par les médecins comme une échéance possible à court ou moyen terme. 

Le terme de « mort clinique », utilisé sur Twitter, n’a en revanche jamais été repris par des sources officielles. L’état de « mort clinique » signifie qu’un médecin a constaté que le patient ne respire plus, n’a plus de réflexe ou d’activité musculaire spontanée. Ce dernier est généralement placé en réanimation.

La mort de Mandela, jugée imminente, préoccupe le Web depuis plusieurs jours, notamment depuis que les autorités sud-africaines ont annoncé une aggravation de son état dimanche. Hospitalisé à plusieurs reprises pour des infections respiratoires à répétition ces dernières années, Nelson Mandela n’est plus sorti de l’hôpital depuis maintenant 17 jours.

http://www.linternaute.com/

Scotti, un chien de thérapie qui est aussi chien de police


Je trouve que c’est une belle initiative. Déjà que des chiens policiers ont prouvé maintes fois leur capacité a aider leurs maitres a les mettre sous la bonne piste mais sans pour autant interagir avec les gens .. que ce chien permet un beau lien entre la communauté et la police
Nuage

 

Scotti, un chien de thérapie qui est aussi chien de police

En Californie, le service de police de la ville de Hawthorne est l’un des deux seuls des Etats-Unis à avoir développé un concept très particulier avec des chiens de thérapie, tel que le Golden retriever Scott.

Sa particularité ? Il contribue à réconforter les résidents de sa communauté et à renforcer la confiance de celle-ci. Avec son propriétaire, Lemeka Bell, Scotti visite les personnes malades ou âgées, et se rend même parfois sur les lieux de scènes de crime.

Un lien entre la communauté et la police

Pour le Sergent Cognac du service de police de Hawthorne, utiliser des chiens de thérapie était un moyen idéal d’entrer en contact avec les gens.

« Le chien ouvre les canaux de communication entre la communauté et le service de police. Scotti est là pour aider à calmer les gens et à leur donner le courage dont ils ont besoin pour aller de l’avant » explique-t-il.

De nombreux admirateurs

Parmi les « patients » de ce brave chien, Jasmine Faulk, une jeune fille atteinte d’un cancer, qui subit une chimiothérapie.

« Mon estomac me fait mal, et je me sens fatiguée, mais quand Scotti est venu, je ne me suis plus sentie comme ça », confie-t-elle.

Jasmine n’est pas la seule personne à qui Scotti fait du bien. Il y a aussi la famille d’un homme mort fusillé, ou encore un autre homme luttant contre un cancer de la prostate. Toutes ces personnes s’accordent pour dire que la présence du chien leur a apporté un immense réconfort, et les a aidés à soulager leur douleur, quelle qu’elle soit.

« Couché, la tête sur ma poitrine, mon copain prenait soin de moi, et je le savais » résume l’un d’entre eux.

« Améliorer la vie des autres »

Scotti a été formé par l’organisation Canine Companions for Independance à San Diego, en Californie. Comme tous les autres chiens participant à ce programme, il a appris les ordres de base, la socialisation, et a travaillé ses compétences. Le personnel a ensuite évalué son potentiel pour le placer dans un endroit adapté à ses qualifications.

Si Scotti aurait normalement dû avoir pour mission de s’occuper de personnes handicapées dans une structure dédiée, tel un chien de thérapie « classique », il a finalement été envoyé au service de police de Hawthorne, qui, selon Sarah Kosh,

« fait quelque chose pour améliorer la vie des autres ».

Une exception, donc, pour un chien justement assez exceptionnel.

Par Sophie Le Roux

http://wamiz.com

4 choses que vous devriez savoir sur votre langue


La langue est trop souvent négligée et ce même si on se brosse les dents a tous les jours Pourtant, cela fait partie des soins buccodentaires  qui devrait avoir autant d’attention que les dents
Nuage

 

4 choses que vous devriez savoir sur votre langue

La santé buccodentaire implique plus que vos dents et gencives. Votre langue aussi a besoin d’évaluations et de soins quotidiens. Voici ce que vous devez savoir pour la garder en santé.

La santé de votre langue

Vite! Sortez la langue et dites… beurk? Personne n’a jamais prétendu que la langue est jolie. Et c’est peut-être pourquoi on la néglige quand il s’agit de santé buccodentaire. Mais la langue est une partie importante de votre bouche et elle devrait toujours entrer dans votre routine d’hygiène. Voici quatre choses qu’il faut savoir pour garder une langue en santé.

1. La langue doit être nettoyée

Loin d’être lisse, la langue est couverte de minuscules bosses, appelées papilles.

 «La surface de la langue peut héberger un grand nombre de bactéries», explique le Dr Euan Swan, directeur des programmes de soins dentaires à l’Association dentaire canadienne à Ottawa.

En fait, une étude réalisée à l’école de médecine de l’University of Michigan a démontré que près d’un tiers des espèces de bactéries trouvées sur les langues des sujets ne se retrouvaient sur aucune autre surface de leurs bouches.

Les germes emprisonnés sur la langue peuvent causer la mauvaise haleine et altérer le goût. De plus, les bactéries peuvent se déplacer vers d’autres parties de votre bouche. La prolifération des bactéries peut rendre votre langue jaune, blanche ou noire avec un aspect velu.

Prenez l’habitude de nettoyer votre langue chaque fois que vous brossez vos dents. Vous pouvez aussi utiliser un nettoie langue, un petit outil destiné à racler la langue, disponible sous diverses formes et tailles. Votre brosse à dents peut également faire le boulot. Essayez d’atteindre directement l’arrière de la langue. Si cela déclenche un réflexe nauséeux, persistez. Avec le temps, votre réflexe se relâchera. Il est possible qu’un nettoie langue cause moins de réflexe que votre brosse à dents.

2. Certaines langues nécessitent plus de soins

Si la langue n’a jamais reçu beaucoup d’attention, elle pourrait être chargée et craquelée. Les gens qui ont des problèmes de dextérité physique, qui comptent sur les autres pour les soins buccodentaires, qui respirent par la bouche ou qui prennent des médicaments qui assèchent la bouche peuvent être plus susceptibles d’avoir une langue chargée.

Si votre langue est trop sèche et craquelée, vous risquez d’endommager le tissu musculaire lorsque vous la curez. Essayez de la gratter après le nettoyage des dents, alors que la bouche est encore humide. Vous pouvez également enduire votre langue d’un hydratant buccal en pulvérisateur ou en gel et attendre 10 à 15 minutes avant de la brosser.

3. La langue peut développer un cancer

Il y a environ 2400 Canadiens qui recevront cette année un diagnostic de cancer buccal, bien souvent quand il est avancé. Il y a peu de cancers de la bouche détectés à un stade précoce. Une inspection régulière de la langue, soit une fois par semaine, peut aider à dépister ce type de cancer.

«Tirez-vous la langue devant le miroir et regardez-la bien», explique le Dr Swan.

Vérifiez le dessus, le dessous et les côtés. Cherchez une décoloration de la peau, des coupures ou des plaques blanches ou rouges qui ne seraient toujours pas guéries après une semaine ou deux.

Votre dentiste ou l’hygiéniste dentaire devrait examiner votre langue lors des rendez-vous réguliers, surtout si vous êtes âgés de plus de 40 ans. Au cours d’une étude menée en Inde auprès de dizaines de milliers de personnes examinées pour le cancer buccal, le taux de mortalité dû à cette maladie a chuté de plus d’un tiers. Si votre professionnel des soins dentaires n’y a pas déjà jeté un coup d’œil, demandez-lui de le faire la prochaine fois.

4. Les bijoux linguaux blessent votre bouche

Tous les perçages entraînent un risque d’infection. Mais selon l’Association dentaire canadienne, le risque d’infection d’un perçage lingual est plus élevé parce que la bouche est déjà pleine de bactéries. De plus, le métal des bijoux linguaux peut gravement abimer les dents et les gencives, en usant l’émail, en déchaussant les gencives et en fissurant les dents. Il a même été prouvé que le processus de perçage de la langue lui-même mutile les nerfs, provoquant un écoulement de bave constant ou modifiant le sens du goût.

En général, les dentistes n’encouragent pas le perçage lingual. Mais si vous souhaitez aller de l’avant, assurez-vous d’avoir recours à un professionnel et d’être bien informé des complications possibles et des mesures à prendre pour y remédier.

http://www.plaisirssante.ca

Des coquerelles alliées en zones contaminées


Alors que des gens gagnent leur vie a chassé et exterminer les coquerelles qui ont la mauvaise idée de s’inviter dans les maisons alors que d’autres, les chercheurs sont très intéressés par leurs capacités pour chercher certaines informations avec une technologie très miniaturisée
Nuage

 

Des coquerelles alliées en zones contaminées

 

Une Blaberus craniifer munie de l'un des transmetteurs créés par les chercheurs de l'Université Purdue.

Une Blaberus craniifer munie de l’un des transmetteurs créés par les chercheurs de l’Université Purdue. Photo :  Benjamin Epstein

Des coquerelles pourraient bien un jour permettre de connaître l’état de zones contaminées par des radiations nucléaires ou des déchets toxiques.

Des chercheurs américains de l’Université Purdue ont réussi à attacher des microémetteurs et des microphones à des coquerelles. Ils espèrent que ces insectes pourront éventuellement être l’une des composantes d’un vaste réseau capable de recueillir des informations importantes.

Les coquerelles, ces canevas d’innovations

La robustesse des coquerelles et leur capacité à s’infiltrer partout en font des interfaces biologiques particulièrement intéressantes pour les chercheurs.

L’équipe a choisi la Blaberus craniifer, ou « coquerelle à tête noire », pour sa rapidité et sa facilité à passer à travers les fentes. À l’âge adulte, ces coquerelles peuvent mesurer de 5 à 8 centimètres, mais ne peuvent pas transporter plus de 3 grammes. Un défi de taille pour les scientifiques qui doivent composer avec des pièces électroniques miniatures difficiles à trouver.

« Nous savions que la composante qui consomme le plus d’énergie et qui requiert le plus d’énergie est le transmetteur sans fil. Si nous optimisions le transmetteur, nous pourrions diminuer sa taille et son poids. »— Serkan Sayilir, candidat au doctorat et membre de l’équipe de recherche

Les chercheurs ont alors conçu leur propre transmetteur, composé d’un émetteur et d’un récepteur, qui leur a permis d’économiser de l’énergie et réduire le nombre de composantes électroniques requises.

M. Sayilir assure que la performance n’a pas été sacrifiée au profit de la petite taille.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques tentent de former des coquerelles au travail de secouristes. En 2012, des chercheurs britanniques avaient réussi à faire suivre à quelques-unes d’entre elles une trajectoire prédéterminée en installant sur leur dos une puce directement liée à leur système nerveux.

Diriger l’itinéraire des coquerelles est justement le prochain défi qui attend les chercheurs de l’Université Purdue. Pour le vice-président des projets spéciaux de la compagnie de distribution de systèmes en réseau OpCoast, Benjamin Epstein, il n’y a qu’une seule façon d’outrepasser cette limite : en relâchant des colonies d’insectes.

« Statistiquement, certaines vont aller où nous voulons qu’elles aillent. » Benjamin Epstein

Le saviez-vous?
Une étude publiée
en mai dernier montre que la coquerelle a développé en quelques années dans ses gènes une aversion au sucre pour survivre aux appâts empoisonnés.

http://www.radio-canada.ca