Soigner ses plaies avec… de la bave de grenouille!


Non, ce n’est pas pour une potion digne des sorcières des contes de fées. Il s’agit vraiment une recherche qui semble prometteuse pour une meilleure cicatrisation de plaies, des brûlures et autres … Sauf que la bave récoltée est pendant un moment très particulier de la grenouille femelle et que le mieux est d’avoir les mêmes composantes en laboratoire
Nuage

 

Soigner ses plaies avec… de la bave de grenouille!

 

L'écume de la grenouille  Tungara peut aider une plaie à cicatriser

L’écume de la grenouille  Tungara peut aider une plaie à cicatriser

Photo : SIPA

ANTIBIOTIQUE – Brûlures, furoncles, panaris… des chercheurs ont montré que la sécrétion de la grenouille Tungara pouvait aider à cicatriser les plaies.

Ne vous fiez pas à ses airs de crapaud, cette grenouille pourrait bientôt vous soulager. Des chercheurs de l’Université de Strathclyde (Ecosse) ont découvert que les sécrétions des femelles lors de l’accouplement peuvent cicatriser des plaies comme les brûlures, les furoncles ou les panaris.

Les scientifiques viennent de présenter le résultat de leur recherche, lors de la conférence annuelle de microbiologie à Liverpool. Selon eux, cette trouvaille pourrait être une alternative aux antibiotiques.

Des cellules humaines viables après exposition

Les chercheurs ont analysé les sécrétions des femelles lors de l’accouplement des grenouilles Tungara. Sécrétions que les mâles battent ensuite avec leurs pattes postérieures pour réaliser un nid d’écume flottant. Ils ont notamment été intrigués par l’aspect répulsif du nid vis-à-vis des prédateurs et son rôle protecteur face aux maladies et aux contraintes environnementales.

En laboratoire, ils ont mis en contact l’écume de grenouille avec des cellules constituant la couche superficielle de la peau (kératinocytes) et la bactérie pathogène Staphylococus aureus, responsable de l’infection des plaies. Après 24 heures d’exposition, surprise! Les cellules étaient encore viables. Preuve que la bave de grenouille n’est pas toxique pour les cellules. Elle est également parvenue à empêcher la croissance de la bactérie pathogène.

« La bave de cette petite grenouille nous offre une nouvelle approche sur la façon de prévenir les infections des plaies et l’augmentation de la résistance aux antibiotiques », s’est réjoui Sarah Brozio, co-auteure des travaux.

L’alternative est intéressante pour soigner les brûlures graves qui s’infectent facilement. La prochaine étape est de récréer la substance de ces grenouilles en laboratoire. En effet, on imagine mal les médecins parcourir les étangs d’Amérique centrale pour collecter ce nouvel antibiotique.

http://www.metronews.fr/

COLOMBIE. Découverte d’une grenouille "aux sourcils jaunes"


Une nouvelle grenouille vient grossir la famille. Elle est assez particulière par sa couleur et donne l’impression qu’elle a des beaux sourcils
Nuage

 

COLOMBIE. Découverte d’une grenouille « aux sourcils jaunes »

Pristimantis macrummendozai est une grenouille terrestre dotée de "sourcils jaunes" qui vit dans la lande humide de la Cordillère des Andes, en Colombie. ©HO / INSTITUTO HUMBOLDT / AFP

Pristimantis macrummendozai est une grenouille terrestre dotée de « sourcils jaunes » qui vit dans la lande humide de la Cordillère des Andes, en Colombie. ©HO / INSTITUTO HUMBOLDT / AFP

Des chercheurs colombiens ont découvert une nouvelle espèce de grenouille dans les Andes. Sa peau est si particulière qu’elle forme des plis marron et lui dessine des sourcils en jaune.

DÉCOUVERTE. Une nouvelle espèce de grenouille terrestre, aux sourcils jaunes, a été découverte dans la cordillère andine orientale de Colombie, a annoncé mardi 8 mars 2016 l’Institut Humboldt, qui travaille en collaboration avec le ministère de l’Environnement. 

« Une nouvelle grenouille terrestre, la Pristimantis macrummendozai, vit dans les paramos du complexe Iguaque Merchán, au nord de la municipalité d’Arcabuco (département de Boyaca, centre) », a précisé l’institut dans un communiqué.

Les paramos sont une sorte de lande humide de montagnes que l’on trouve dans la Cordillère des Andes, à la limite des forêts et des neiges éternelles.

Un maquillage parfait

Selon les chercheurs qui l’ont découvert, ce batracien présente une peau à plis qui retiennent l’humidité et une couleur foncée qui lui permet de se confondre avec le sol rocheux de cette zone montagneuse.

« À la différence d’autres espèces, laPristimantis macrummendozai profite de l’humidité des paramos pour déposer ses œufs dans la terre et ainsi se reproduire », ajoute le communiqué.

Il précise que les pattes avant de cette grenouille sont en outre munies de coussins similaires à du velcro qui permettent au mâle de retenir la femelle au moment de l’accouplement. L’Institut Humboldt précise qu’avec cette découverte, il y a désormais 10 espèces de grenouilles répertoriées dans les zones de haute montagne de la cordillère orientale, qui compte 16 complexes de paramos tels que Chingaza, Santurban, Almorzadero, Cundinamarca, Guantiva–La Rusia, Tota–Bijagual–Mapamacha, Pisba, Cruz Verde–Sumapaz, entre autres.

« Au niveau mondial, ce type de découverte situe la Colombie parmi les cinq pays les plus bio-diversifiés« , a déclaré Andrés Acosta, curateur des Collections biologiques de l’Intitut Humboldt, cité dans le communiqué.

Cette grenouille aux sourcils jaunes présente une peau foncée qui lui permet de se confondre avec le sol rocheux de son habitat montagneux. ©HO / INSTITUTO HUMBOLDT / AFP

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Les plus belles espèces animales découvertes en 2015


Encore en 2015, des découvertes de nouvelles espèces animales sont venus s’ajouter à ceux que l’on connait déjà
Nuage

 

Les plus belles espèces animales découvertes en 2015

 

Cette nouvelle espèce d'araignée-paon a été baptisée "Sparklemuffin". ©Jürgen C. Otto

Cette nouvelle espèce d’araignée-paon a été baptisée « Sparklemuffin ». ©Jürgen C. Otto

RÉTROSPECTIVE. L’année 2015 a été riche en nouvelles espèces animales. Des reptiles colorés,tels les dragons nains d’Amérique du Sud, des poissons surprenants, comme ce poisson qui marche de l’Himalaya, des crustacés originaux, à l’image des crabes vampires de Java, des batraciens translucides ou encore métamorphes,telle cette grenouille dont la peau du dos se hérisse de pics, des araignées « costumées », parmi lesquelles deux araignées-paons, mais aussi quelques mammifères, et non des moindres puisqu’il s’agit principalement de singes, dont deux Titi.

L’année s’est même terminée sur une jolie trouvaille : une nouvelle espèce de requin des profondeurs bioluminescent, surnommé « requin ninja ». Et quelques semaines auparavant, les scientifiques s’interrogeaient sur la possible émergence naturelle d’une nouvelle espèce de canidé sauvage : mi-coyote, mi-loup, un hybride baptisé « coywolf ». Pour le plaisir des yeux,Sciences et Avenir vous propose de (re)découvrir en images certaines de ces richesses de la biodiversité terrestre et aquatique. Couleurs magnifiques, forme étrange, propriétés hors du commun, la Nature nous offre une fois de plus un spectacle époustouflant.

Hyalinobatrachium dianae est une « grenouille de verre » puisque son ventre est transparent. Elle mesure environ 3 cm et habite les forêts humides du Costa-Rica, entre 400 et 800 m d’altitude.

©Brian Kubicki, Costa Rican Amphibian Research Center

Découverte l’été 2015, cette nouvelle espèce de « pieuvre Dumbo » a fait fondre les scientifiques… qui ont proposé de l’appeler « Adorabilis ».

(Capture d’écran YouTube/Science Friday)

Cette nouvelle espèce d’araignée-paon a été baptisé Maratus jactatus. Elle mesure à peine 4 mm et vit dans le nord-est de l’Australie.

©Jürgen C. Otto

Skeletorus (Maratus sceletus) est aussi une araignée-paon. Elle a été découverte en même temps et dans la même région que Maratus jactatus.

©Jürgen C. Otto

Le coywolf, fruit des amours entre le coyote de l’ouest (Canis latrans), le loup de l’est du territoire américain (Canis lycaon) et le chien (Canis lupus familiaris).

©L. David Mech et al.

Ce crabe vampire Geosesarma dennerle, originaire de l’île de Java, tient son nom de ses yeux jaunes. Mais le plus impressionnant reste ses belles pinces mauves.

© Chris Lukhaup

La peau de cette grenouille (Pristimantis mutabilis) passe de lisse à recouverte de pics en quelques minutes. Elle vit dans les Andes, en Equateur.

© nationalgeographic.

Cette nouvelle espèce de requin des profondeurs bioluminescent a été surnommée « requin ninja ». Quant à son non nom scientifique, Etmopterus benchleyi, il s’agit d’un hommage à Peter Benchley, l’auteur du livre Jaws.

©Dave Ebert

Enyalioides altotambo est un dragon nain trouvé non loin du village d’Alto Tambo, en Equateur.

© Luis A. Coloma / Zookeys

Le poisson-chat Peckoltia greedoi, découvert au Brésil, a été nommé ainsi en l’honneur de Greedo, un personnage de Star Wars. La ressemblance est frappante !

© Capture d’écran Youtube

Cherax pulcher est une écrevisse d’eau douce Indonésienne, aux couleurs chatoyantes.

© Christian Lukhaup

Les Titis de Milton (Callicebus miltoni) vivent en petits groupes familiaux dans les forêts du sud du Brésil.

© Adriano Gambarini

Phyllopteryx dewysea, alias le dragon de mer rubis, évolue au large des côtes australiennes. Sa découverte a porté au nombre de 3 les espèces de dragons de mer existant

©Western Australian Museum

L’araignée mâle de l’espèce Eresus hermani ressemble à une coccinelle tandis que la femelle est brune. Les spécimens ont été découverts en Hongrie.

© Gábor Kovács

http://www.sciencesetavenir.fr/

15 animaux très étranges


 

Il y a des animaux tant d’animaux sur terre, dans les airs et les mers qu’il est difficile de tous les connaître et voici un échantillons dont certains nous en avons eu connaissance par les médias à cause de leur étrangeté
Nuage

 

15 animaux très étranges

 

Le poisson pacu

FiFMolT

Le colibri Hawk-Moth

t8EucV8

Atretochoana

cz36zVE

Le poisson-perroquet

SF33EeN

Le Requin Goblin

0DsvZTI

Le poisson-chauve souris Galapagos

kP2qK2n

Umbonia Spinosa

oMcRA3A

Un curieux animal

Td9LqcM

Un mantis

tn8ACe9

Une mite vénézuélienne

naScd3M

Un isopod géant

spgqNcx

xFnmFIq

Une vipère des buissons

gx4PzAW

Une drôle de grenouille

zuoVedI

Un Okapia

2bBo2XQ

Un cochon des eaux

KNKdxYE

ElxnqbI

http://www.insoliteqc.com/

DECOUVERTE. Une nouvelle espèce de grenouille, sosie de Kermit le Muppet


Kermit la grenouille existe-t-il vraiment ? Une grenouille longtemps passée inaperçu, mais qui est très particulière a été découverte et qui vue de face, on pourrait croire qu’elle aurait été le modèle de la célèbre marionnette des Muppets
Nuage

 

DECOUVERTE. Une nouvelle espèce de grenouille, sosie de Kermit le Muppet

La grenouille découverte ressemble terriblement à Kermit. ©Kubicki et al. / ©Hutchins/NEWSCOM/SIPA

La grenouille découverte ressemble terriblement à Kermit. ©Kubicki et al. / ©Hutchins/NEWSCOM/SIPA

Par Morgane Kergoat

La petite grenouille qui vient d’être découverte au Costa Rica vaut le coup d’œil. Non seulement elle ressemble à un personnage du Muppet Show, mais son ventre est aussi surprenant.

KERMIT. C’est une grenouille peu ordinaire qu’a découvert l’herpétologiste Brian Kubicki dans les forêts humides pré-montagneuses (entre 400 et 800 mètres d’altitude) de Talamanca, au Nord-Est du Costa Rica. D’abord parce que sa ressemblance avec la marionnette Kermit, la grenouille du Muppet Show, est frappante, en particulier au niveau de ses yeux.

« Ses iris sont très blancs avec des taches ou réticulations fines et sombres« , décrivent B.Kubicki et ses collègues dans leur étude.

Sa peau est d’un même vert-pomme, sauf vue de dessous. Hyalinobatrachium dianae, comme elle a été baptisée, appartient à la famille des Centrolenidae, dont les espèces sont appelées « grenouilles de verre ». Et pour cause : son ventre et son cou sont entièrement transparents. De sorte que l’on voit tous ses organes (photo ci-dessous).

Hyalinobatrachium dianae a le ventre transparent comme du verre ©Kubicki et al.

Enfin, cette petite grenouille – le mâle adulte mesure un peu moins de 30 mm de long – a une signature vocale bien particulière. Son cri est un long sifflet métallique qui ressemble, plus que celui de toute autre grenouille, au bruit d’un insecte. Ce qui explique peut-être pourquoi elle est passée inaperçue jusqu’alors.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une grenouille «transformer» découverte en Équateur


Une grenouille qui arrive à changer son apparence en quelques secondes probablement pour se soustraire de ses prédateurs
Nuage

 

Une grenouille «transformer» découverte en Équateur

 

En seulement 330 secondes, cette grenouille de moins... (PHOTO LUCAS BUSTAMANTE, AFP)

En seulement 330 secondes, cette grenouille de moins de 2,5 centimètres de long peut changer d’apparence, probablement pour échapper à ses prédateurs.

PHOTO LUCAS BUSTAMANTE, AFP

Agence France-Presse
QUITO

Une petite grenouille capable de modifier totalement son apparence en quelques minutes a été découverte dans les hautes forêts andines en Équateur, un des pays comptant la plus importante biodiversité au monde, a indiqué un chercheur à l’AFP.


 

La peau de cette grenouille change d’aspect © Zoological Journal of the Linnean Society

De couleur verdâtre, l’étrange amphibien baptisé Pristimantis mutabilis est l’unique espèce de vertébré répertoriée à ce jour au monde capable de faire disparaître les protubérances et rugosités de sa peau pour la rendre lisse et glissante.

«C’est une rareté. On a déjà noté que des reptiles pouvaient changer de couleur de peau, comme les caméléons, mais nous n’avions jamais observé des changements si notables de texture», a expliqué à l’AFP le biologiste Juan Manuel Guayasamin, à la tête d’une équipe de chercheurs.

En seulement 330 secondes, cette grenouille de moins de 2,5 centimètres de long peut changer d’apparence, probablement pour échapper à ses prédateurs, a ajouté ce directeur du Centre de recherches sur la biodiversité et le changement climatique de l’Université technologique indo-américaine d’Équateur.


«Le plus extraordinaire est que ce changement de texture apparaisse chez un vertébré», a souligné M. Guayasamin, rappelant que les invertébrés disposent eux d’une pulpe qui peut changer de couleur et d’aspect.

L’habitat de cette grenouille est constitué de mousse, avec laquelle elle se mimétise totalement.

Également caractérisée par un large répertoire de chants,Pristimantis mutabilis «est assez commune», bien qu’elle vive «dans un environnement difficile d’accès». À ce jour, on en a recensé seulement sept exemplaires.

Si son existence vient d’être rendue publique par la revueZoological Journal de la Linnean Society de Londres, sa découverte remonte à 2009, par les scientifiques américains Tim et Katherine Krynak, dans la réserve Las Gralarias, à environ 35 kilomètres à l’ouest de Quito.

«C’est surprenant de pouvoir encore découvrir des animaux totalement nouveaux», s’est réjoui M. Guayasamin, qui cherche notamment à comprendre comment cette grenouille peut modifier sa texture en si peu de temps et pourquoi sa peau est si flexible.

Avec 557 espèces d’amphibiens, l’Équateur est le troisième pays au monde avec la plus importante biodiversité de ces animaux après le Brésil et la Colombie.

http://www.lapresse.ca/