Le Saviez-Vous ► Que mangeaient les Hommes préhistoriques ?


Les hommes préhistoriques n’étaient pas végétariens, ils mangeaient beaucoup de viande, par contre, ils se nourrissaient aussi de pollen, et autres végétaux.
Nuage

Que mangeaient les Hommes préhistoriques ?

Mammouth

Les mammouths constituaient une part importante de l’alimentation des hommes préhistoriques de la culture du Gravettien.

VHB / SCIENCE PHOTO LIBRARY

Les chercheurs ont reconstitué le régime alimentaire des hommes préhistoriques grâce à l’analyse de restes trouvés près des foyers.

« Les hommes du Paléolithique étaient plus carnivores que nous, explique le paléoanthropologue Antoine Balzeau. Cependant, on a trouvé des pollens, des restes de végétaux et des pierres chauffées indiquant qu’ils mangeaient des plantes, et pas seulement crues. Pour les faire cuire à l’eau, comme ils n’avaient pas de récipients allant au feu, ils plongeaient des pierres brûlantes dans le liquide pour le réchauffer. »

https://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Aux Etats-Unis, des archéologues exhument le passé d’Angela, l’une des premières esclaves africaines


Angela serait une des premières esclaves venu d’Afrique vers les États-Unis. Un voyage pénible pour un sort inhumain. Plus de 1 million Africain sont devenus esclaves pendant 250 ans suivi de ségrégation qui malgré l’évolution de ce pays, continu de subir le racisme. Les amércains ne doivent pas oublier que c’est eux qui sont aller les chercher et qu’ils ont participer a la construction du pays. Le racisme n’a pas sa place !
Nuage


Aux Etats-Unis, des archéologues exhument le passé d’Angela, l’une des premières esclaves africaines


Par AFP

Angela fait partie des premiers esclaves africains amenés sur le territoire des futurs Etats-Unis. Quatre cents ans plus tard, les USA se souviennent de leurs origines et des débuts de l’esclavage, ainsi que des inégalités qui persistent aujourd’hui.

Grattant la terre dans une chaleur suffocante, Chardé Reid, jeune archéologue noire américaine, tente de remonter le temps jusqu’aux vestiges de la vie d’Angela, débarquée, après une atroce traversée, il y a 400 ans parmi les premiers esclaves africains arrivés sur le territoire des futurs Etats-Unis.

« Je ressens beaucoup de liens entre mon histoire familiale et ce qui a commencé ici, en 1619 », explique la jeune femme de 32 ans à l’AFP, se disant elle-même descendante d’une servante blanche et d’un esclave africain.

Ces premiers Africains « sont nos aïeux. Non seulement les ancêtres de la culture afro-américaine mais aussi plus largement de toute la culture américaine », confie-t-elle.

Archéologie de l’esclavage

Sous sa truelle, des briques apparaissent : les restes de constructions édifiées sur le site de la riche demeure où vivait, esclave, Angela à Jamestown, première colonie anglaise permanente établie en Amérique, dans ce qui est devenu par la suite l’Etat de Virginie.

Ce terrain verdoyant coulant en pente douce vers la rivière James n’est pas si différent aujourd’hui de ce qu’ont vu les premiers Africains arrivés sur cette même rive en août 1619. A l’époque, Portugais et Espagnols arrachaient des Africains à leurs terres depuis près d’un siècle pour les envoyer vers les Amériques.

Originaire du royaume de Ndongo, dans ce qui est aujourd’hui l’Angola, Angela avait d’ailleurs au départ été embarquée dans un navire portugais parti de Luanda à destination de Veracruz.

Voyageant dans des conditions effroyables, environ un tiers des 350 esclaves à bord périrent durant la traversée. Et avant qu’ils n’arrivent à destination, deux bateaux pirates attaquèrent le navire et séquestrèrent une soixantaine d’Africains, explique l’historien James Horn, président de l’association Jamestown Rediscovery en charge des fouilles.

Où l’on reparle de Pocahontas

Le navire White Lion arriva le premier « vers la fin août », rapporta à l’époque John Rolfe, riche colon anglais célèbre pour avoir été l’époux de Pocahontas, fille du chef des Powhatan, une tribu des environs de Jamestown.

Arrivés à Point Comfort, aujourd’hui Fort Monroe, les pirates échangèrent « vingt et quelque » Africains contre des victuailles.

Quelques jours plus tard, le Treasurer accostait à son tour, livrant un autre petit groupe. Parmi eux figurait Angela, « la première femme africaine dont on ait jamais recensé le nom en Virginie », souligne Bly Straube, commissaire au musée de Jamestown Settlement. « Son histoire, c’est un peu celle d »Eve’, aux origines de tout », avance-t-elle.

Leur arrivée marque le début d’un funeste pan de l’histoire des Etats-Unis : 250 années d’esclavage, la traite de millions d’Africains, suivies d’une longue période de ségrégation dont les séquelles marquent encore la société américaine.

« Paradoxe » historique, selon James Horn, les premiers Africains sont arrivés à Jamestown peu après la tenue, dans la petite église du village, de la première assemblée législative du Nouveau Monde le 30 juillet 1619.

Etrange confluence entre la « première expression de notre expérience démocratique » et de nouveaux arrivants « privés de leurs droits, de leurs identités », souligne James Horn.

« Dans leurs pas »

L’histoire de l’esclavage aux Etats-Unis, c’est « en fait la plus puissante histoire de survie jamais contée », juge Terry Brown, premier responsable noir américain du monument national de Fort Monroe.

Avec son équipe, il prépare un grand week-end de cérémonies, du 23 au 25 août, pour célébrer notamment la « contribution » des Africains à la société américaine.

« Plus nous parlons tous ensemble, plus il est aisé de lutter contre le poison du racisme », poursuit-il sous son chapeau de ranger.

Terry Brown lui-même est parti en quête de son passé disparu, découvrant, à travers un test ADN, ses racines camerounaises.

« C’est très émouvant parce que tous les jours, je franchis le pont menant au Fort et qu’à chaque fois je pense au fait qu’ils sont arrivés ici. Il y a 400 ans, qui aurait imaginé que je serais un jour ici, marchant dans leurs pas ? »

Alors que les autres premières Africaines – « 17 femmes et 15 hommes originaires de Ndongo ou Kongo vivaient en Virginie début 1620 » selon James Horn – sont restées anonymes à jamais, Angela apparaît sur deux rares documents recensant la population de la petite colonie en 1624 et 1625, sous le nom d' »Angelo ».

Angela ou Angelo : les historiens débattent sur ce qui était vraiment son prénom, probablement donné par les Portugais. Mais tous s’accordent à dire qu’elle était esclave de la riche famille Pierce. Elle devait travailler aux tâches domestiques et dans le verger.

Esclavage « héréditaire »

Angela était probablement logée avec les servants blancs, selon les historiens. Ce n’est en effet qu’une quarantaine d’années plus tard, autour de 1660, que plusieurs colonies britanniques en Amérique décrétèrent que le statut d’esclave serait désormais transmis par la mère, apportant une nouvelle dimension héréditaire, et foncièrement raciale, à l’esclavage.

Elles interdirent à la même époque les mariages mixtes. Une prohibition qui perdurera dans certains Etats américains jusqu’au XXe siècle.

Après 1625, Angela disparaît des registres. Mais son nom est aujourd’hui plus que jamais à l’honneur à Jamestown.

Les recherches sur les premiers Africains « permettent de refléter un histoire plus complète du passé des Etats-Unis, avec laquelle nous sommes encore aux prises », estime Chardé Reid, en se disant toutefois « optimiste ». « Nous assistons à un changement profond. Et c’est vraiment incroyable d’y participer. »

https://www.geo.fr/

La forme de l’oreille interne, révélatrice du sexe ?


Une découverte qui sera d’une grande utilité en archéologie ou même en médecine légale. Dans l’oreille, nous avons ce qui s’appelle la cochlée. C’est formation osseuse qui ressemble à un escargot et qui peut aider a savoir le sexe de la personne. Une aubaine, car c’est un os qui est le plus commun en archéologie.

Nuage


La forme de l’oreille interne, révélatrice du sexe ?

La forme de l’oreille interne, révélatrice du sexe

PM IMAGES VIA GETTY IMAGES

Une équipe franco-sud-africaine a fait des découvertes très intéressantes!

Une équipe franco-sud-africaine a découvert que la forme de la cochlée permet de déterminer le sexe d’un individu dès la naissance.

Les scientifiques expliquent avoir observé, sur un large échantillon de squelettes de diverses origines, une différence sexuée dans la torsion de la spirale cochléaire, ce qui offrirait une première méthode fiable de détermination du sexe d’un squelette, même en l’absence de tissus osseux sexuellement déterminés, comme la forme du bassin, ou de traces d’ADN.

La cochlée, une petite formation osseuse de l’oreille interne, est rattachée à l’os temporal qui est l’un des os les plus solides du squelette.

De ce fait, il s’agit de « l’un des os les plus communs dans les vestiges archéologiques », expliquent les auteurs de l’étude parue dans Science Reports. « La forme sexuée de la cochlée dès la naissance est vraisemblablement associée à un processus d’évolution complexe chez les humains modernes dont nous ignorons les raisons », ajoutent les scientifiques qui soulignent le « dimorphisme sexuel unique » des humains en matière auditive.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi le Sphinx de Gizeh a-t-il le nez cassé ?


Le Sphinx de Gizeh est probablement une sorte de gardien, mais sa particularité fut le vandalisme fait à son nez et ses oreilles qui aurait été fait au XIVe siècle par un seul homme.
Nuage

 

Pourquoi le Sphinx de Gizeh a-t-il le nez cassé ?

 

par Mathilde Secci, rédactrice web

 

Tout le monde connaît le célèbre Sphinx de Gizeh, cette immense statue située en Égypte et dépourvue de nez. Cette perte a inspiré de nombreuses théories, même humoristiques : l’auteur des BD Astérix, René Goscinny, a rejeté la faute sur son personnage Obélix ! En réalité, pourquoi le Sphinx de Gizeh a-t-il le nez cassé ? Était-ce un acte volontaire ou s’agissait-il d’un simple accident ? Vous en saurez davantage en lisant les lignes qui suivent !

L’histoire et le rôle du Sphinx de Gizeh

Cette statue est un témoignage de l’Égypte antique, puisqu’elle a été construite vers 2 500 av. J.-C.. Elle repose sur l’immense plateau de Gizeh, non loin de la pyramide de Képhren.

Le Sphinx est un thérianthrope, c’est-à-dire une créature mi-humaine, mi-animale. En effet, cette gigantesque statue haute de vingt mètres dispose d’un corps de lion et d’une tête d’homme. On pense d’ailleurs que son visage a été inspiré de celui de Képhren, le roi égyptien qui régnait au moment de sa construction.

Les sphinx sont souvent associés à des gardiens. On les retrouve de manière générale devant des entrées de bâtiments, ou barrant des points de passage. Cette prédisposition est décrite dans l’histoire d’Œdipe, qui doit répondre à l’énigme posée par un sphinx pour rentrer dans la ville de Thèbes. Les spécialistes de l’Égypte antique supposent alors que le grand Sphinx est le protecteur de la nécropole de Gizeh où l’on retrouve les pyramides.

C’est une figure courante que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations, notamment en Mésopotamie et en Asie.

sphinx nez casse

Le Sphinx gardant les pyramides égyptiennes. Crédits : Pixabay/Cezzare

Pourquoi n’a-t-il plus de nez ?

Si le Sphinx de Gizeh est si célèbre, c’est surtout grâce à son nez manquant. Les historiens ont tout d’abord pensé que le nez du Sphinx avait été détruit par un boulet de canon. Entre 1798 et 1801, Napoléon Bonaparte a mené une campagne en Égypte. Les soldats de l’empereur s’entraînaient à tirer au canon : un boulet aurait alors involontairement heurté son nez. Cependant, l’admiration que possédait Napoléon pour l’art égyptien a vite écarté cette théorie.

Durant les années 1980, la vérité a finalement éclaté grâce à des écrits historiques du XVe siècle. C’est au XIVe siècle que le Sphinx aurait eu le nez cassé. En effet, un soufiste opposé à la représentation d’idoles païennes aurait délibérément cherché à abîmer le visage et les oreilles du Sphinx. Il aurait été pendu par des paysans suite à ce vandalisme, puis brûlé au pied de la statue.

https://lesavaistu.fr/

 

Le Saviez-Vous ► Un papy­rus antique qui vous apprend à jeter des sorts


On sait que dans les temps anciens, on avait recours à des formules magiques, des sortilèges (quoique cela existe encore aujourd’hui) Il n’est donc pas surprenant que dans l’Égypte ancienne avait des papyrus de ce genre.
Nuage

 

Un papy­rus antique qui vous apprend à jeter des sorts

 

Egyptian-papyrus Crédits : Univer­sité d’Ox­ford/Fonda­tion pour l’ex­plo­ra­tion de l’Égypte

par  Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer

 

Formules magiques et sorti­lèges antiques… Ce papy­rus égyp­tien est un véri­table mode d’em­ploi pour apprenti sorcier. 

Datant du IIIe siècle avant J.-C., ce papy­rus décrit deux sorts, traduits du grec ancien (une langue très utili­sée à l’époque en Égypte) par Franco Malto­mini, cher­cheur à l’uni­ver­sité d’Udine en Italie.

Le premier permet de faire « brûler le cœur » d’une femme jusqu’à ce qu’elle tombe amou­reuse de vous. Le second sert, lui, à subju­guer un homme pour pouvoir le mani­pu­ler à loisir. Pour parve­nir au résul­tat escompté, la procé­dure était toute­fois assez contrai­gnante. Il faillait, pour le premier, brûler des offrandes et inscrire le sorti­lège sur les murs des bains publics.

« Je vous implore, la terre et l’eau, par le démon qui vit en votre sein et j’im­plore l’ave­nir qui sommeille dans ce bain pour que, comme vous qui embra­sez et brûlez et enflam­mez, brûle celle (la femme visée par le sort), que (le nom de la mère de la victime) a porté, jusqu’à ce qu’elle vienne à moi… »

Pour réali­ser le second sort, en revanche, il fallait plus simple­ment graver sur une petite plaque de cuivre une série de mots magiques. Le précieux docu­ment fait partie des centaines de milliers de papy­rus décou­verts par les archéo­logues Bernard Gren­fell et Arthur Hunt en 1896, et sur la traduc­tion desquels les scien­ti­fiques travaillent depuis plus d’un siècle. Son auteur demeure inconnu, mais le texte fait réfé­rence à des dieux gnos­tiques (une ancienne reli­gion qui emprunte certains éléments à la chré­tienté), ce qui nous renseigne sur ses croyances. Au verso du papy­rus, on découvre égale­ment une longue liste d’in­gré­dients utili­sés contre les migraines, la lèpre, mais aussi pour « augmen­ter le plai­sir ».

Source : Live Science Au XVe siècle av. J.-C., les Égyp­tiens bravaient la mer Rouge en quête de la terre des dieux.

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Des chercheurs ont déterminé la pire année de l’histoire de l’humanité


Quelle fut la pire époque depuis le début de l’humanité. On penserait à la peste noire, les guerres mondiales, la grippe espagnole ? En fait, d’après des carottes glaciaires, il y aurait eu bien pire et qui a commencé avant notre ère pour se poursuivre après JC.
Nuage

 

Des chercheurs ont déterminé la pire année de l’histoire de l’humanité

Crédits : PxHere

par Brice Louvet

Partager sur FacebookPartager sur Twitter

Quelle fut la pire année de toute l’histoire de l’humanité ? Une équipe de chercheurs s’est récemment penchée sur la question. Et ce n’est sans doute pas celle à laquelle vous auriez pensé.

On pourrait facilement penser à l’année de la grippe espagnole, en 1918, qui eut raison de 100 millions de personnes. Ou encore à 1347. Cette année-là, la peste noire envahit l’Europe et tue 25 millions de personnes. Sans oublier bien sûr les années de l’holocauste, qui firent plus de 5 millions de victimes. Si ces années ont effectivement été absolument terribles pour l’humanité, sont-elles pour autant “les pires” ?

« C’était le début de l’une des pires périodes de la vie, sinon la pire année »

Il s’avère que non, estime une équipe de chercheurs. En se penchant sur la question, l’archéologue et historien Michael McCormick et son équipe, de l’Université de Harvard (États-Unis), se sont récemment penchés sur la question. Après analyses, il en ressort que la pire année jamais vécue par l’humanité reste l’année 536 de notre ère. Mais alors, que s’est-il passé ?

« C’était le début de l’une des pires périodes de la vie, sinon la pire année », explique à Science Magazine Michael McCormick.

L’année 536 était la dixième année du règne de l’empereur byzantin Justinien le Grand. Il n’est pas ici question de guerres ou de maladies, mais d’un phénomène plus insidieux encore : un brouillard de poussière plongeant l’Europe, le Moyen-Orient et certaines parties de l’Asie dans l’obscurité pendant 18 mois. Sans lumière et sans chaleur, un véritable chaos global s’est alors installé, et ce pendant plusieurs années.

Éruptions volcaniques

« Et il est apparu au cours de cette année qu’un événement très inquiétant a eu lieu, écrivit à l’époque l’historien byzantin Procope de Césarée. Car le Soleil a donné sa lumière sans éclat, comme la Lune, pendant toute cette année, et il a semblé extrêmement semblable au Soleil durant l’éclipse, car les faisceaux qu’il répandait n’étaient ni clairs, ni tels qu’il était habitué à le faire ».

À l’origine de cet épisode climatique ? Probablement des éruptions volcaniques, dont les marques sont encore présentes dans les carottes de glace du glacier Colle Gnifetti, à la frontière entre la Suisse et l’Italie. De récentes analyses montrent en effet que des cendres volcaniques ont été mélangées à la glace en l’an 536 apr. J.-C.. Les cernes de certains arbres du Groenland et les carottes glaciaires de l’Antarctique suggèrent par ailleurs deux autres épisodes volcaniques importants : en 540 et 547.

volcans

Des éruptions volcaniques à l’origine de la pire période de l’humanité ? Crédits : iStock

Peste de Justinien

S’en est suivi une décennie entière de manque de lumière et de chute des températures (les années les plus froides des 2300 dernières années) qui aurait alors entraîné un hiver prolongé, des mauvaises récoltes et, de facto, une famine généralisée. Mais ces années terribles pour l’humanité ne se sont pas arrêtées là. En 541, la peste de Justinien se déclara dans tout le bassin méditerranéen, entraînant parfois la mort de dizaines de milliers de personnes par semaine et, finalement, l’effondrement de l’Empire romain oriental.

Si la pandémie – selon les historiens – s’est propagée et prolongée jusqu’en 767 de notre ère, les chercheurs notent en revanche, toujours dans les carottes de glace, des signes de « renouveau » en l’année 640. On remarque en effet ces « capsules temporelles » une présence de plomb, signe que les Hommes recommençaient à l’époque à extraire et à fondre de l’argent à partir des minerais disponibles.

De nouvelles pièces ont ainsi été forgées à partir de cette époque, preuve que l’économie commençait à se redresser.

Source

https://sciencepost.fr/

Le Saviez-Vous ► Les licornes ont bel et bien existé… Mais quand ont-elles disparu ?


Si vos enfants, ou petits-enfants vous disent que les licornes existent, ils n’ont pas tout à fait tord. En effet, les licornes des Sibérie ont existé, il y a 29 000 ans. Sauf qu’ils étaient complètement différents de ce que les enfants ont en tête
Nuage

 

Les licornes ont bel et bien existé… Mais quand ont-elles disparu ?

 

licorne

Crédits : Tomais Ashdene/Flickr

par Julie

Ne vous blâmez pas d’avoir une furieuse envie de croire à l’existence des licornes, car ce n’est peut-être pas si ridicule qu’il n’y paraît. Eh oui, les licornes vivaient sur Terre il y a de cela 29 000 ans. Vous n’y croyez pas ? Et pourtant…

Une licorne aux allures de rhinocéros

Cela fait déjà un certain temps que les scientifiques ont découvert qu’un animal pour le moins inattendu avait peuplé la planète il y a de cela des milliers d’années. Cet animal n’est autre que la licorne de Sibérie, de son nom scientifique, Elasmotherium sibiricum.

Mais attention, on vous arrête tout de suite (oui oui on imagine bien toutes les images de contes de fées qui défilent dans votre tête), la licorne de Sibérie ne ressemble pas, mais alors pas du tout, à la licorne que l’on imagine.

Déjà son pelage n’est pas blanc, mais marron, elle mesure 4,5 mètres de long, 2 mètres de haut, pèse environ 5 tonnes et sa corne en kératine mesure 1 mètre de circonférence et 1,5 mètre de long. Bref, elle n’a rien à voir avec un cheval, mais ressemble sur beaucoup de points au rhinocéros que l’on connaît.

licorne

Share

Crédits : Heinrich Harder/Wikimedia Commons

Elle aurait vécu en même temps que l’Homme

Alors que les chercheurs pensaient que cette espèce avait disparu il y a plus de 350 000 ans, ils ont dû revenir sur leur théorie lors de la découverte d’un crâne de licorne de Sibérie au Kazakhstan. En effet, des paléontologues russes à l’origine de la découverte se sont aperçus que le crâne parfaitement conservé de ce mâle licorne n’était pas âgé de plus de 29 000 ans. Or, à cette époque, l’Homme existait déjà sous sa forme préhistorique.

Quant à savoir comment cette licorne sibérienne a pu survivre durant des milliers d’années face au refroidissement de la planète durant la période glaciaire, les scientifiques ont leur petite idée :

« L’ouest de la Sibérie était probablement un refuge où ce type de rhinocéros a survécu plus longtemps que ses semblables. Une autre possibilité serait que cette espèce pouvait migrer et s’installer dans des zones plus au Sud », explique Andrei Shpanski, paléontologue à l’Université de Tomsk, en Russie.

licorne

Share

Crédits : Apokryltaros/Wikimedia Commons

Les récentes découvertes tendent donc à montrer que la légende de la licorne ne s’est pas forgée par hasard. Elle était bel et bien basée sur des faits réels, mais a seulement été un peu… enjolivée.

Sources : American Journal of Applied Science, Forbes ; ScienceAlert

https://sciencepost.fr/