La platitude comme art de vivre


La tendance beige semble prendre plus d’ampleur. Le but est que ce soit plate, que rien ne se passe. Que ce soit dans des activités, dans des films .. Peu importe. C’est comme déconnecter de tout pour se remettre à zéro. Bon, un jour ou 2 cela peut aller, mais plus ouf non !!
Nuage

 

La platitude comme art de vivre

 

Voyager «plate». Manger «plate». Se divertir «plate». Après... (Photo Getty Images)

 

Voyager «plate». Manger «plate». Se divertir «plate». Après avoir carburé aux expériences trépidantes, on voit se profiler un nouveau contre-courant.

PHOTO GETTY IMAGES

 

JULIE CHAMPAGNE

Collaboration spéciale

La Presse

Voyager «plate». Manger «plate». Se divertir «plate». Après avoir carburé aux expériences trépidantes, on voit se profiler un nouveau contre-courant. Décryptage de la tendance beige.

Besoin d’une pause de séries haletantes sur Netflix? En Australie, la chaîne SBS propose un nouveau genre télévisuel où il ne se passe… strictement rien! Des images d’un voyage en train, une sortie de pêche, une croisière le long de la côte norvégienne… Pas de dialogue ni de personnage, pas de trame sonore ni de chute spectaculaire. Un vrai divertissement sous sédatif, pendant de nombreuses heures.

Surnommée l’émission la plus ennuyeuse de la télévision, cette série documentaire a pourtant fasciné bon nombre de téléspectateurs – le plus grand succès de la chaîne en 2018! SBS récidive d’ailleurs ce mois-ci avec quatre marathons de platitude, diffusés durant les périodes de grande écoute.

La tendance beige inspire aussi les voyageurs en surdose de stimulation. Dans un véritable contrepied aux destinations exotiques, l’industrie du tourisme agite maintenant la promesse du vide, du calme plat.

Vous sortez en amoureux ou entre amis? Certains restaurants organisent des soirées en silence ou offrent des rabais si vous laissez vos téléphones à l’entrée. On est loin des nids grouillants où les influenceurs grimpent sur leur chaise pour immortaliser leur plat!

Même le milieu du dating tomberait sous le charme de la platitude.

Le printemps dernier, Tinder a dévoilé ses 30 profils les plus populaires du Royaume-Uni. Avaient-ils des bios hilarantes, des accroches hallucinantes? Tout le contraire. Même si ces candidats étaient tous d’apparence agréable (pas de surprise ici), leur présentation et leurs interactions étaient qualifiées de très… ordinaires. L’explication? Alors que les mauvaises surprises sont courantes sur le web, la banalité devient un gage de sécurité.

Beige is the new black

La platitude serait-elle un bon argument de vente? Possible…

«Les tendances entraînent souvent des courses où toutes les marques se précipitent, explique Stéphane Mailhiot, vice-président stratégie chez Havas, agence de publicité, marketing et communication intégrée. Ce qui mène souvent à un ras-le-bol et un contre-courant. Dans le cas de la tendance du refus de stimulation, c’est plus que ça… On observe une véritable fatigue, un rejet de la sursollicitation, du always on.»

Dans cette quête du «toujours plus», les marques se distinguent en offrant «moins». «Pour l’instant, c’est un bon différenciateur, indique Stéphane Mailhiot. Ça fonctionnera un certain temps, puis il y aura surenchère… On peut anticiper une certaine exagération des expériences de déconnexion et de consommation sans artifice.»

Question de génération?

Les études indiquent que les milléniaux boivent moins que leurs parents au même âge et qu’ils attendent plus longtemps avant leur première relation sexuelle. La génération montante serait-elle le porte-étendard de la tendance beige?

«On observe beaucoup les contre-tendances chez les jeunes, confirme Stéphane Mailhiot. Ce sont les nouvelles générations qui changent le cadre de préférences, qui remettent en cause les diktats.»

«Dans le cas de la tendance beige, je dirais même que ce sont les jeunes milléniaux qui en sont le moteur.»

Préoccupation grandissante pour l’environnement, contexte d’insécurité économique, penchant pour l’épargne… De nombreux facteurs expliquent la naissance de ce contre-courant aux antipodes de la quête de sensations.

«La nouvelle génération a cimenté sa relation à la consommation dans la foulée de la dernière crise financière, ce qui explique son penchant pour les biens sans artifice et les expériences ennuyeuses», rappelle Stéphane Mailhiot.

Les vertus de la monotonie

Dans notre société hyperactive, la monotonie devient donc un luxe aux bienfaits parfois insoupçonnés… même sur le plan neurologique!

«Lors d’une activité forte en stimulation, le cerveau est en alerte, il doit sans cesse s’adapter pour être efficace, explique le Dr Dave Ellemberg, neuropsychologue et professeur à l’Université de Montréal. Les régions frontales multiplient les décisions rapides.»

Le circuit de la récompense, qui est notamment impliqué lors des jeux vidéo et des sports de compétition, est également activé.

«On ressent un sentiment euphorisant, on en veut toujours plus», poursuit le Dr Ellemberg.

Le tableau est totalement différent lors d’une expérience dont le niveau de stimulation oscille entre mince et nul.

 «La réactivité n’est plus nécessaire, explique le professeur Ellemberg. Alors que les régions sous-corticales prennent le dessus, on entre en mode automatique, comme les tricoteuses qui font des mailles complexes sans même y réfléchir.»

Verdict: les activités ennuyeuses nous rendent zen, même sur le plan cérébral. Un petit tricot pour entreprendre le week-end?

 

POUR APAISER VOTRE ESPRIT

Escapade

Aux États-Unis, le promoteur Getaway se vante d’offrir des cabines ennuyeuses à mourir. Situés en marge de New York, Boston, Washington et Los Angeles, ces refuges ultraprisés ont pour mission de nous faire redécouvrir les joies de la langueur. La localisation exacte de notre cabine nous est transmise quelques jours avant notre séjour – pas question d’organiser des activités ! – et notre kit d’accueil contient un coffret de sécurité pour appareils électroniques et un guide nous invitant… à l’ennui!

Cinéma: Nothing Happens

Il fait un froid mordant dans les faubourgs de la ville, et pourtant des gens se regroupent. Nous attendons que quelque chose se passe, mais rien ne vient… Plusieurs oeuvres de réalité virtuelle prennent le pari d’en mettre plein la vue. Pas Nothing Happens, de Michelle et Uri Kranot. Maintes fois primé et toujours en tournée dans les festivals, ce court métrage d’animation VR est magnifique de calme et de poésie.

https://www.lapresse.ca/

Ado de 15 ans sévèrement brûlé suite à la nouvelle « tendance Internet »


Franchement, les défis entre jeunes sont de plus en plus stupides et comme si cela n’était pas suffisant, ils impliqueraient des amis ou famille à leur insu. Le défi de l’eau chaude sur YouTube est un exemple idiot. Qu’elle soit bu ou verser sur une personne peut entrainer des conséquences graves pouvant aller jusqu’à la mort.
Nuage

 

Ado de 15 ans sévèrement brûlé suite à la nouvelle « tendance Internet »

 

Image Source: Youtube

Être jeune consiste à explorer de nouvelles choses, à être créatif et à s’engager dans de nouvelles expériences. Grâce à la croissance incroyable d’internet, il est maintenant possible non seulement d’apprendre des choses en cliquant sur un bouton, mais aussi de partager ces choses avec d’autres personnes comme jamais auparavant.

Malheureusement, il y a aussi des conséquences : les farces et les tendances dangereuses se répandent rapidement. Il peut s’agir de choses inoffensives – celles qui visent à générer des rires ou à sensibiliser les gens à une cause ou à une autre – mais il existe aussi celles qui ont des conséquences plus sinistres.

Quand j’étais plus jeune, nous organisions souvent des « soirées pyjama », où vous séjourniez chez un ami avec d’autres enfants. Ce n’est pas un phénomène nouveau, et il reste populaire parmi les jeunes d’aujourd’hui.

Cependant, des rapports alarmants nous viennent des États-Unis au sujet d’une nouvelle tendance Internet – une tendance qui a souvent lieu pendant les soirées pyjama – qui semble aussi dangereuse qu’insensée.

« Le défi de l’eau chaude »

Nous en avons parlé récemment, mais il semblerait que le’jeu’ est toujours aussi populaire. Il s’appelle « Le défi de l’eau chaude » et peut souvent impliquer un groupe qui surprend un de leurs amis en versant de l’eau bouillante sur eux. Il va sans dire que cela peut causer des brûlures graves, parfois même mortelles.

Il y a plusieurs clips sur YouTube de personnes jouant au jeu. Des adolescents se défient les uns les autres pour savoir qui peut supporter de l’eau bouillante sur leur peau, ou même la boire. Tragiquement, il semblerait que l’engouement soit particulièrement marqué chez les plus jeunes.

Décès et blessures graves

En août 2017, une fillette de 8 ans est morte en Floride après avoir bu de l’eau bouillante. Un garçon de 11 ans a également été transporté à l’hôpital après que ses amis aient versé un pichet d’eau bouillante sur lui pendant qu’il dormait. Un autre adolescent a souffert de brûlures hideuses sur le dos après s’être engagé dans la même tendance.

Malheureusement, ces cas sont loin d’être isolés. Un garçon de 15 ans, Nicholas Conrad, a publié une vidéo sur YouTube où il montre les brûlures qu’il a subies après que ses amis aient jeté de l’eau bouillante sur lui pendant qu’il dormait lui aussi.

Nicholas explique dans la vidéo que ses amis ne savaient pas à quel point l’eau était chaude. Heureusement, il a pu s’en sortir avec « seulement  » de mauvaises brûlures. Cependant, cela aurait pu être pire. Nicholas a révélé que les garçons responsables ne sont plus ses amis.

https://fr.newsner.com/nouvelle

Congelez votre graisse: la nouvelle mode pour perdre du poids


Même en chirurgie esthétique, il y a des tendances, des modes qui font fureur. Une en autre est de faire congeler la graisse en trop et hop, on perd du poids. Ou encore réinjecté notre propre graisse enlevée par liposuccion pour la mettre ailleurs, du recyclage en somme. Des millions dépensés à faire une autre image de nous-même
Nuage

 

Congelez votre graisse: la nouvelle mode pour perdre du poids

 

Congelez votre graisse: la nouvelle mode pour perdre du poids

Plus besoin d’aiguilles, d’incision ou d’anesthésie.Photo Fotolia

Détruire la graisse en la réfrigérant, la réinjecter à d’autres endroits du corps ou privilégier les petites interventions rapides, telles sont quelques-unes des nouvelles tendances décrites par les chirurgiens et médecins esthétiques, réunis en Congrès à Paris à partir de jeudi.

«CONGELER» LA GRAISSE… 

Plus besoin d’aiguilles, d’incision ou d’anesthésie. Avec la cryolipolyse, ou «coolsculpting», on peut perdre sa graisse tout en feuilletant un magazine, affirment les médecins esthétiques promoteurs de cette technique.

La procédure, homologuée aux États-Unis depuis 2010, consiste à placer une partie du corps – par exemple les poignées d’amour – dans un appareil breveté, qui refroidit la zone à seulement quelques degrés au-dessus de zéro.

Le traitement réfrigérant entraîne la destruction des cellules graisseuses, qui sont ensuite éliminées naturellement par l’organisme. Les autres cellules, notamment musculaires, moins sensibles au froid, ne sont pas affectées.

«20 % à 23 % des cellules graisseuses de la zone exposée au froid pendant une heure vont disparaître», a affirmé à l’AFP Renato Saltz, chirurgien esthétique près de Salt Lake City (États-Unis) et président de la Société internationale de chirurgie esthétique (ISAPS).

Cette technique est rapide et indolore:

«On vous installe dans la machine et vous ressortez une heure après, prêt à retourner au travail», a-t-il assuré.

Après une première phase de gonflement, les résultats sont visibles au bout de deux à trois semaines, a ajouté le chirurgien.

La liposuccion restait en 2015 la deuxième chirurgie esthétique la plus pratiquée dans le monde, avec 1,39 million d’interventions, selon les dernières données disponibles de l’ISAPS.

Mais les techniques non chirurgicales, dont celle utilisant le froid, pour se débarrasser de la graisse superflue connaissent une croissance rapide, avec déjà plus de 425 000 procédures en 2015 – dont 120 000 rien qu’aux États-Unis.

«C’est l’une des procédures les plus populaires à l’heure actuelle», a souligné Renato Saltz.

Y compris auprès de la gent masculine: parmi la clientèle du Dr Saltz, plus du tiers des clients du «coolsculpting» sont des hommes, alors qu’ils ne représentent globalement que 15 % du marché de la chirurgie esthétique.

… OU LA RÉINJECTER 

Autre technique qui a le vent en poupe: le remodelage corporel, ou «body contouring», où la graisse retirée par liposuccion est ensuite réinjectée ailleurs, remplaçant ainsi les substances synthétiques utilisés jusqu’ici.

«Avant la graisse partait à la poubelle, maintenant, on l’utilise dans (…) beaucoup d’opérations», a observé Nolan Karp, chirurgien à New York et membre du conseil d’administration de l’American Society for Aesthetic Plastic Surgery (ASAPS).

«On l’enlève des endroits ou on n’en veut pas» tels que le ventre et les cuisses, «et on l’injecte dans les endroits où on en veut», comme les fesses, la poitrine ou certains endroits du visage, a-t-il expliqué à l’AFP.

La technique n’est pas nouvelle, mais son amélioration récente a entraîné une explosion de la demande.

Auparavant, une bonne partie de la graisse injectée était réabsorbée par le corps et il fallait répéter la procédure plusieurs fois.

«On sait désormais comment préparer la graisse. On la centrifuge, on la nettoie, on en retire le sang et l’eau, puis on la réinjecte avec de très très petites seringues», a souligné le Dr Saltz.

De cette façon, l’effet des injections est plus durable et il n’y a pas le risque de rejet qu’il peut y avoir avec d’autres substances, puisqu’il s’agit de la propre graisse du patient.

TECHNIQUES NON-INVASIVES 

De façon générale, la tendance se déplace des interventions chirurgicales vers des procédures dites «non-invasives», qui n’exigent pas d’anesthésie, présentent moins de risques et permettent de récupérer plus vite.

Plus de 12 millions d’interventions esthétiques non chirurgicales ont ainsi eu lieu dans le monde en 2015, contre 9,6 millions d’opérations chirurgicales.

La demande bondit notamment pour les traitements laser de «rajeunissement» de la peau et les injections de toxines comme le Botox, qui paralysent les muscles pour «améliorer l’expression de votre visage»,

détaille Renato Saltz.

http://fr.canoe.ca/

Les tendances culinaires de 2016 selon Google


L’alimentation aussi suit une mode, probablement avec la diversité des gens dans un pays et les voyages. On aime ce que l’on goûte et on cherche à le refaire à la maison, sans compter les diverses tendances qu’on nous dit exceptionnel pour le corps
Nuage

 

Les tendances culinaires de 2016 selon Google

 

Les tendances culinaires de 2016 selon Google

Le curcuma est en vogue.Photo Fotolia

Le curcuma est tendance. Le bagel arc-en-ciel ne l’est plus. Et si le succès des ramens ne se dément pas, on ne peut pas en dire autant des cupcakes sans gluten. Telles sont les conclusions du rapport Food Trends 2016 publié par Google.

Le géant informatique a analysé deux ans de données relatives aux recherches des Américains via son moteur pour identifier ce que les consommateurs américains avaient cuisiné et dégusté dans ce laps de temps.

Les aliments capables de doper la santé (en améliorant l’état de la peau, de la libido ou en permettant de combattre l’insomnie ou encore la douleur) sont très en vogue.

L’ingrédient star n’est autre que le curcuma, épice aux nombreuses vertus notamment dans la lutte contre le cancer ou la dépression. Les recherches relatives à cette poudre de couleur ocre ont augmenté de 300 % en 5 ans. Très utilisé dans la préparation des différents currys, le curcuma est au coeur de tendances émergentes: les recherches liées à l’épice sont associées à des mots comme «smoothie», «boisson» ou «jus».

Le vinaigre de cidre, le fruit du jacquier, le miel de manuka, le kéfir et le lait de coco comptent aussi parmi les aliments bénéfiques très recherchés en ce moment.

L’engouement pour le ramen fait l’objet d’une croissance constante. Mais selon le rapport, la soupe vietnamienne phô représente tout de même la principale tendance culinaire.

Depuis 2013, les recherches concernant ce plat font l’objet d’une croissance de 11 % d’une année sur l’autre. Cette soupe entre aussi dans la catégorie des tendances dites saisonnières puisque les recherches la concernant sont à leur apogée au mois de janvier.

Les consommateurs utilisent Google pour dénicher des recettes de phô mais aussi pour repérer les meilleurs restaurants qui en servent dans leur quartier.

Autres éléments tendance: le bibimbap coréen, les taquitos, les empanadas, les queso frescos et le mochi glacé.

Voici un panorama des aliments en vogue ou en déclin chez les Américains:

En progression constante (croissance constante d’une année sur l’autre): Ramen, Rigatoni, Bibimbap

En progression saisonnière (tendances saisonnières qui gagnent en puissance chaque année): soupe Phô, avoine sans cuisson, concombre amer, bouchées de fromage

Les stars montantes (succès soudain dans les derniers mois, probablement éphémère) : curcuma, fruit du jaquier, riz de chou-fleur

En déclin constant: cupcakes sans gluten, jus de canne à sucre évaporé, pain sans farine de blé

En déclin saisonnier: quinoa, gâteau de mariage, chips de Kale, gâteau aux fruits rouges «red velvet», nectar d’agave

Les stars déchues: la bagel arc-en-ciel, pâte de vanille, mini-pancake, Mulligan Stew

http://fr.canoe.ca/

La nouvelle tendance beauté: se raser les jambes avec du beurre d’arachides


Qu’est-ce qu’il ne faut pas inventer encore !!! Sans parler du gaspillage de beurre d’arachide. Si une personne de notre entourage est allergique aux arachides, il faut être certain qu’il en reste nul part, car cela peut-être mortel. Il y a des gens qui ne savent vraiment pas quoi faire de leur temps.
Nuage

 

La nouvelle tendance beauté: se raser les jambes avec du beurre d’arachides

 

PEANUT BUTTER JAR

Close-up of peanut butter | Glow Cuisine via Getty Images

The Huffington Post UK  |  Par Rachel Moss

Le soleil est finalement sorti, on a laissé tomber nos collants et avec tout ce bonheur vient un petit désagrément : on doit se raser les jambes.

Selon le fabuleux monde de l’Internet, il existe une façon facile de garder les poils incarnés loin et de s’assurer de jambes toutes douces : le beurre d’arachide.

La tendance a été mise à jour par Maxine Builder, qui a décidé, pour une expérience pour le magazine Bustle, d’échanger sa crème à raser pour du beurre d’arachide.

«L’application sur les jambes était vraiment dégueulasse. C’était très épais et difficile à étaler, qu’il aurait fallu tout un pot pour en mettre seulement sur une de mes jambes», a écrit la journaliste.

«C’était toutefois surprenant de voir à quel point mes jambes étaient douces. Plus douces même que toutes les fois où j’ai mis de la lotion sur mes jambes!»

Ce ne sont pas seulement les femmes qui utilisent du beurre d’arachide pour se raser. Sur Instagram, les hommes s’y sont mis.

Ce n’est pas tout le monde qui est impressionné par la tendance.

Selon Annabel Cole, de Femail, le rasage au beurre d’arachide était difficile à appliquer.

« Se raser était un cauchemar. Les lames du rasoir sont devenues pleines de beurre d’arachide, après un seul coup. Le lavage a pris plusieurs minutes et le bain était plein de beurre d’arachide », a-t-elle indiqué.

Même si la tendance nous intrigue, on va garder notre beurre d’arachides pour nos rôties…

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ►Tout ce que vous devez savoir sur les tendances santé les plus farfelues de 2015


Des tendances santés, dont certains sont connus depuis plusieurs années, mais il y a quelqu’une qui sont à mon avis, douteuses.
Nuage

 

 

Tout ce que vous devez savoir sur les tendances santé les plus farfelues de 2015

 

 

Il y a quelques années, si vous aviez dit à quelqu’un que vous buviez du charbon de bois, que vous alliez dans un «rave» à 7 heures du matin ou que vous vous nourrissiez de bouillon d’os, on vous aurait probablement pris pour un fou.

Et pourtant, aujourd’hui, ces activités sont considérées comme étant tout à fait «santé» par certains individus.

Nous ne pouvons garantir que les tendances qui suivent sont là pour rester. Mais pour le moment, elles semblent avoir la cote!

Le café au beurre

coffee

L’entrepreneur Dave Asprey a inventé le «Bulletproof Coffee», le «café pare-balles», en 2009. La recette officielle comprend des grains de café légèrement moulus, 2 cuillers à soupe de beurre non salé et 1-2 cuillers à soupe d’huile TCM.

Le «Bulletproof Coffee» fournirait apparemment de l’énergie pour une journée entière, et ce, aussi bien au corps qu’à l’esprit.

Le Dr. Donald Hensrud est toutefois sceptique, surtout que l’on recommande de prendre la boisson haute en calories et en gras saturés au lieu d’un déjeuner normalement constitué.

La farine de grillons

crickets

Des grillons pulvérisés en une poudre farineuse.

La farine de grillons est utilisée dans la concoction de barres nutritives, de desserts et plus encore.

Les grillons sont remplis de fer, de vitamine B12 et de protéines et contiendrait autant de calcium qu’un verre de lait.

S’il est préférable de continuer de prendre ses protéines d’animaux comme le saumon et le poulet, le Dr. Donald Hensrud confirme que la farine de grillons est effectivement riche en la matière, en plus d’être beaucoup plus écologique ainsi qu’une bonne initiative pour le développement durable.

Un facial pour le moins… unique

snails

Certaines personnes laissent des escargots se promener partout sur leur visage durant des séances de 45 minutes.

Le mucus de ces bestioles contiendrait des nutriments et des antioxydants qui contribueraient à conserver un visage d’apparence jeune.

Les dermatologues sont toutefois beaucoup moins emballés, avançant que les effets de ce facial pour le moins particulier – et assez dispendieux – seraient d’assez courte durée.

Les «raves» matinales

parties

Certains individus font désormais la fête à 7 heures du matin. Ils ont remplacé l’alcool et la drogue par du café et des jus d’herbe de blé.

L’expérience est vivifiante. Les gens font la fête, rencontrent de nouvelles personnes et font du cardio au rythme d’une musique d’enfer. Le tout sans la gueule de bois.

C’est une bonne façon de bouger et de décompresser pour les salariés qui travaillent de longues heures et ne peuvent se permettre trop d’écarts de conduite.

L’huile de noix de coco

coconut oil

Certaines personnes ont commencé à mettre de l’huile de noix de coco dans leur café, et ça ne s’arrête pas là. L’huile est aussi utilisée comme démaquillant, pour faire la cuisine et on la retrouve même dans certaines recettes de smoothies.

Pourquoi un tel engouement? L’huile de noix de coco est une bonne source de bon cholestérol, d’antimicrobiens et d’antioxydants.

Les experts précisent toutefois que des recherches plus approfondies devront être menées pour confirmer ou infirmer le statut d’«aliment miracle» que certains donnent déjà à l’huile de noix de coco.

Les vacances «crossfit»

crossfit

Si l’idée de sauter sur des boîtes et de soulever des poids massifs fait votre bonheur, les vacances «crossfit» sont faites pour vous.

Croisières, tourisme, retraites, qui n’aimerait pas revenir de vacances plus en forme et en santé?

Si vous êtes adeptes de «crossfit», vous serez comblé. Mais soyez toujours vigilent. Cette tendance est à l’origine de bien des blessures.

Le bouillon d’os

broth

Ce bouillon est fait d’os de volaille, de bœuf et de poisson bouillis jusqu’à l’éclatement. La préparation peut prendre jusqu’à 48 heures.

La consommation de bouillon d’os permettrait d’avoir des cheveux plus brillants, une meilleure digestion en plus de réduire les douleurs articulaires et les brûlures d’estomac.

Certains experts doutent que le bouillon d’os soit plus bénéfique qu’un bouillon ordinaire, mais il est certainement bon pour la santé. Le bouillon d’os est une bonne source de collagène, une protéine bénéfique autant pour les os que la peau et les articulations.

Le charbon actif

charcoal

Des individus boivent et prennent des capsules de charbon actif, une substance un peu différente de ce que vous mettez habituellement dans votre barbecue.

Les adeptes croient que le charbon actif est idéal pour désintoxiquer l’organisme, que vous ayez trop bu ou trop mangé ou pour simplement avoir un regain d’énergie.

Le Dr. Donald Hensrud n’est pas du tout enthousiaste face à cette tendance, car l’organisme a déjà la capacité de se purifier lui-même.

Renouer avec la nature

nature

L’idée est de renouer avec votre «homme des cavernes intérieur». C’est la chasse, la cueillette, passer beaucoup de temps au soleil et s’abreuver directement de sources naturelles.

Les gens se tournent vers ce concept pour échapper au rythme de vie auquel nous nous sommes accoutumés, nous obligeant à passer beaucoup trop d’heures devant un écran, sous un éclairage artificiel et à nous empiffrer de malbouffe.

Les résultats dépendent de votre niveau d’implication. Certaines personnes ont carrément quitté la ville pour vivre plus près de la nature.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

La vie est pourtant belle


J’ai la même impression que ceux qui pense que le bonheur n’est pas pour eux c’est qu’il le cherche dans le compliqué, dans la grandeur, la richesse etc …
Nuage

 

La vie  est pourtant belle

 

 

On a tendance à penser que la vie n’est pas belle, mais c’est parce qu’on a tendance à confondre belle et simple …

Proverbe Espagnol

Mettre du beurre dans son café


Oh la la !!! Qu’est qu’il ne faut pas inventé pour gaspiller le café du matin, qui est pour la plupart des gens doit être pris le plus tôt possible après le réveil Et même si c’était potable, comment peut-on croire que cela fait perdre du poids ?
Nuage

 

Mettre du beurre dans son café

 

Une nouvelle tendance bien étrange frappe certains amateurs de café en Angleterre, ce qui crée une vive réaction de certains nutritionnistes.

Les buveurs de café ajoutent maintenant du beurre dans leur boisson matinale.

Oui, du beurre. Jusqu’à 80 grammes de beurre, pour être précis, ce qui équivaudrait aux deux tiers d’une cuillère conventionnelle.

Pourquoi? On vante d’abord le rituel comme étant une bonne source d’énergie, mais ce qui étonne le plus, c’est que l’on croit que le stratagème permettrait de perdre du poids!

Vous aurez bien sûr compris qu’il s’agit, jusqu’à preuve du contraire, d’un mythe qui pourrait causer bien du tort aux personnes qui décident de tenter l’expérience quotidiennement. À moins que cela ne fonctionne vraiment?

Madelyn Fernstrom, du Today, s’insurge contre le concept. La nutritionniste, comme plusieurs de ses collègues, croit plutôt qu’il s’agit d’une recette parfaite pour la prise de poids (et non la perte), et que la sensation de gain d’énergie présumée ne serait en fait qu’un effet placebo.

http://fr.canoe.ca

Éloge de l’imperfection


Partout on nous montre la perfection, maquillage, cuisine, tenue vestimentaire, éducation, et tout le tralala … Certaines personnes prennent tout a lettre et se retrouve déboussolée, épuisées et vraiment déçue … En fait chercher la perfection est une chose mais vouloir être parfaite non c’est de s’entrainer a bien des maux de tête
Nuage

Éloge de l’imperfection

Éloge de l'imperfection

Photomontage: La Presse

Isabelle Ducas, collaboration spéciale
La Presse

La perfection n’est pas de ce monde. Pourtant, nous sommes bombardés de messages qui nous incitent à cuisiner des repas à la fois nutritifs et savoureux, avoir un intérieur digne de Martha Stewart, en faire plus pour stimuler nos enfants, réussir notre vie professionnelle, être mince et en forme… Ouf! Pas reposant! Heureusement, des voix s’élèvent pour nous inciter à accepter l’imperfection.

Sans surprise, les femmes semblent être plus sensibles aux messages de recherche de la perfection véhiculés dans la société, selon la sociologue Diane Pacom, de l’Université d’Ottawa.

«C’est troublant de voir la pression que se mettent certaines jeunes femmes pour tout réussir. Elles veulent être présentes pour leurs enfants, jolies, avoir des responsabilités professionnelles, bien nourrir leur famille, et faire du yoga en plus pour être calmes, lance-t-elle. C’est du perfectionnisme poussé à l’extrême!»

La sociologue croit que cette situation est une sorte d’effet secondaire du féminisme. Les premières femmes de carrières, de la génération du baby-boom, ont été accusées d’être responsables de l’augmentation des divorces, du décrochage scolaire, de la malbouffe et d’autres maux de la société.

«En réaction à ça, leurs filles disent: nous, on est capables de tout faire, dit Diane Pacom. Elles accumulent des responsabilités invraisemblables. Et vivent beaucoup de culpabilité, puisqu’elles ne peuvent évidemment pas tout faire à la perfection.»

C’est en accouchant de triplés, il y a huit ans, que Nancy Coulombe a définitivement dit non à la perfection.

«En lisant des livres sur la maternité, j’ai réalisé que les conseils des spécialistes étaient complètement déconnectés de la réalité. Y a-t-il vraiment des mères qui ont le temps de découper les légumes en formes amusantes pour que les enfants les mangent?», lance-t-elle.

Avec une copine, Nadine Descheneaux, mère de deux enfants, elle a lancé en 2008 le blogue des (Z) imparfaites.

On y propose de mettre fin à «l’obsession de la mère parfaite et ses diktats étouffants et culpabilisants! Place au joyeux désordre, à l’improvisation organisée et au véritable plaisir d’être soi-même», promettent les blogueuses.

Leurs chroniques rigolotes et impertinentes attirent 20 000 visiteurs par mois, et un livre publié en 2009 reprend leurs textes les plus marquants.

Les auteurs mettent de l’avant leurs «imperfections», sans crainte du qu’en-dira-t-on: elles donnent des beignes à leurs enfants, les installent devant la télé quand elles ont besoin de calme, détestent jouer à la poupée et faire des casse-tête, ne plient pas leurs serviettes de façon impeccable et n’inscrivent pas leur progéniture à toute une panoplie de cours. Et surtout, elles ont mis au recyclage les livres écrits par des spécialistes.

«À force d’être surinformées, on a l’impression que les femmes ont perdu leur instinct maternel et qu’elles n’ont plus de plaisir à être avec leurs enfants, dit Nancy Coulombe. Nous, on a rejeté le mythe de la superwoman et décidé de lâcher prise avant de se rendre au burn-out.»

Les blogueuses reçoivent régulièrement des commentaires de lectrices qui se déculpabilisent en les lisant: elles apprennent à accepter leurs imperfections.

Imparfaite, et alors? , un autre blogue, animé par Anik Routhier et Julie Beaupré, deux mères de trois enfants chacune, vise le même but.

«La liste des choses à faire pour être une meilleure mère est tellement longue, c’est impossible de tout faire. Il faut savoir se fixer des priorités et tourner les coins rond sans que ça paraisse, explique Anik Routhier. Mais ça prend du courage pour être imparfaite et ne pas se préoccuper de l’opinion des autres.»

Pour réduire la pression, la jeune femme ne regarde plus la télé, ne lit plus les journaux et fréquente les magasins le moins possible.

«J’ai coupé tout ce qui créait des besoins et de la pression. On est confrontés à tellement de choix que c’est épuisant», note-t-elle.

En effet, pour certaines personnes, le perfectionnisme peut devenir une maladie. Geneviève Goulet, psychologue au Centre d’études sur les troubles obsessifs compulsifs et les tics du Centre de recherche Fernand-Séguin, reçoit en thérapie des perfectionnistes qui n’en peuvent plus.

«Le perfectionnisme peut être bénéfique dans certaines situations, mais quand on n’est jamais satisfait de ce qu’on accomplit, quand on peaufine à l’extrême des tâches peu importantes, quand on se fixe des objectifs irréalistes, c’est exténuant et ça cause beaucoup d’anxiété», explique-t-elle.

Pour les perfectionnistes, les informations sur l’éducation des enfants, la cuisine, la décoration ou la forme physique sont reçues comme une incitation à «mettre la barre encore plus haut». «Ils se fixent des attentes trop élevées, et s’obligent à y répondre», souligne Geneviève Goulet. Certaines personnes, confrontées à des sentiments d’échec répétés, peuvent même en faire une dépression.»

Avant d’en venir là, dit Diane Pacom, «mieux vaut accepter l’imperfection, sans culpabilité!»

L’imperfection dans

… la mode

Selon le New York Times, la dernière tendance en matière de coiffure et de maquillage est l’imperfection: cheveux en bataille ou ramenés en chignon négligé, rouge à lèvres étalé avec les doigts, sourcils au naturel, absence de fond de teint, etc. Exit les peignes, les pinceaux et les looks léchés!

… la photographie

La même tendance gagne le monde de la photographie, révèle Le Monde: rejetant les appareils numériques hyper-performants, de jeunes photographes ne jurent que par les Lomo, des appareils argentiques bas de gamme nés en Union soviétique dans les années 60, qui donnent des clichés rétro, pleins de défauts techniques.

… la dentition

Au Japon, la mode est au sourire imparfait. Les cliniques dentaires reçoivent des jeunes femmes qui veulent faire «désaligner» leurs dents trop parfaites. Il semble que les hommes japonais craquent pour les dents de «vampire», des canines pointues, qui peuvent être obtenues au moyen d’implants.

http://www.cyberpresse.ca