Le dernier jour des dinosaures sur Terre


Il y a 66 millions d’années, ce fut l’extinction des dinosaures, qui comprend aussi 75 % de toutes formes de vie sur Terre. Les scientifiques ont pu retracer les événements de l’astéroïde de 11 à 81 kilomètres qui a percuter la Terre au Mexique. L’impact de cet astéroïde équivalait à 10 milliards de bombes atomiques. Il s’en est suivi a des gigantesques incendies, de la suie, la noirceur ne laissant aucune chance aux dinosaures.
Nuage


Le dernier jour des dinosaures sur Terre


Soixante-six millions d’années avant Homo sapiens, un astéroïde titanesque a provoqué la disparition de quelque 75 % des formes de vie sur Terre. Ce corps céleste a laissé un immense cratère derrière lui, Chicxulub, dont les traces résiduelles ont permis à des chercheurs de retracer les derniers instants des dinosaures qui régnaient alors sur la planète.

Si l’on remontait le temps d’un peu plus de 66 millions d’années, on pourrait assister à l’impact d’un astéroïde gigantesque sur Terre… Mais on ne vous le conseille pas. Mesurant entre 11 et 81 kilomètres de diamètre, il a causé une suite d’événements mortifères pour environ 75 % des formes de vie. Aujourd’hui, on retrouve encore des traces du cataclysme au sein du cratère de Chicxulub, dans la péninsule du Yucatan au Mexique, notamment des roches. Cachées sous le fond marin, ce sont elles qui ont permis à des chercheurs de l’IODP (International Ocean Discovery Program) de reconstituer les 24 jours qui ont suivi la chute du corps céleste.

H-0 : l’impacteur s’écrase sur Terre avec la puissance de 10 milliards de bombes atomiques. L’explosion embrase la végétation sur des milliers de kilomètres et déclenche un tsunami colossal de 1.500 mètres de haut. Quelques minutes plus tard, des roches fondues et des brèches s’entassent autour du cratère. Ils forment un anneau d’environ 40 mètres d’altitude. Ce cercle est épaissi dans la journée par 90 autres mètres de débris, dont du charbon issu des végétaux brûlés et un biomarqueur de champignons du sol. En les étudiant, des géologues ont pu confirmer l’hypothèse d’incendies gigantesques. Et surtout, ils ont réussi à expliquer le refroidissement rapide de l’atmosphère et l’absence de lumière qui sont à l’origine de l’extinction massive de la vie.

Le corps céleste qui a percuté la Terre il y a 66 millions d'années a causé la disparition de 75 % des formes de vie, dont la plupart des dinosaures non aviaires. © Mary Gutfleisch

Le corps céleste qui a percuté la Terre il y a 66 millions d’années a causé la disparition de 75 % des formes de vie, dont la plupart des dinosaures non aviaires. © Mary Gutfleisch

    L’absence de sulfure, une source de savoirs

    Autour de Chicxulub, un tiers des roches sont des évaporites, c’est-à-dire des minéraux riches en sulfure. Pourtant, on n’en trouve aucune dans le cratère. Rien. Les scientifiques en ont tiré une hypothèse : l’astéroïde a littéralement vaporisé ces roches, libérant 325 gigatonnes de sulfure dans l’air. Cela représente environ quatre fois la quantité relâchée lors de l’éruption du Krakatoa, en 1883, qui avait fait perdre 16.5 °C à la Terre pendant cinq ans. Pour aggraver le problème, le refroidissement aurait été accentué par les suies produites par les incendies, faisant perdre au thermomètre entre 10 et 28 °C, selon une simulation informatique.

    Les composés soufrés des évaporites seraient à l’origine de deux autres phénomènes funestes : des pluies acides et le plongeon dans les ténèbres. Les premières ont causé une acidification brutale des océans, tragique pour la vie marine, qui est à la base de plusieurs chaînes alimentaires. Tandis qu’une brume d’acide sulfurique s’attelait à bloquer les rayons du soleil. Cette brume, combinée aux suies des incendies, auraient rendu la nuit omniprésente pendant des années. De là, la photosynthèse aurait été impossible, conduisant à un effondrement général de toutes les chaînes alimentaires.

    Devant les découvertes entourant la vaporisation des évaporites, Sean Gulick, le chercheur qui a guidé cette expédition de l’IODP, a déclaré : « le vrai tueur devait être atmosphérique. La seule façon d’obtenir une extinction globale comme celle-ci est un effet atmosphérique ».

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Lors de la chute d’un corps céleste au Yucatan il y a 66 millions d’années, l’énergie libérée a enflammé les forêts de l’époque, produisant d’importantes quantités de suies.

  • Ces suies seraient montées dans l’atmosphère, chauffées par le Soleil, jusqu’à produire une couche qui a plongé la Terre dans l’obscurité pendant au moins un an et demi, causant l’effondrement de la chaîne alimentaire.

  • La couche se serait dissipée en quelques mois sous l’effet de réactions chimiques imprévues mais révélées par une vaste simulation numérique de l’effet des suies sur la climat de la Terre à cette époque.

https://www.futura-sciences.com/

Si un astéroïde se dirige vers la Terre, quelles sont les options?


Si un astéroïde venait trop près de la terre, s’il est vu à temps, il pourrait avoir une évacuation dans une zone donnée, à la condition que l’astéroïde ne soit pas trop gros. Si par contre il est très gros, comment protéger la terre ? Faire comme le film Armageddon ? Il semble, que c’est une très mauvaise idée.
Nuage

 

Si un astéroïde se dirige vers la Terre, quelles sont les options?

 

HANDOUT . / REUTERS

C’est le scénario potentiellement catastrophique, et entièrement imaginaire, sur lequel des experts planchent cette semaine.

  • Ivan Couronne

Exercice: un télescope vient de détecter un astéroïde de 100 à 300 mètres de diamètre filant à 14 kilomètres par seconde, à 57 millions de km de la Terre. Les astronomes estiment à 1% le risque qu’il se fracasse sur la Terre le 29 avril 2027. Que faire?

C’est le scénario potentiellement catastrophique, et entièrement imaginaire, sur lequel près de 300 astronomes, scientifiques, ingénieurs et experts des situations d’urgence planchent cette semaine dans la banlieue de Washington, lors du quatrième exercice international du genre depuis 2013.

« Ce n’est pas Hollywood », a dit Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, en ouvrant les travaux de la sixième Conférence internationale de défense planétaire, sur le campus de l’université du Maryland à College Park.

Les pays représentés: Italie, Allemagne, France, Russie, Israël, Chine…

L’idée que la Terre doive se défendre contre un astéroïde se heurtait autrefois à ce que les experts appellent le « facteur gloussement ». Mais, le 15 février 2013, un météore a contribué à mettre fin aux ricanements.

Ce jour-là, un astéroïde de 20 mètres est apparu de nulle part et a explosé en entrant dans l’atmosphère, 23 kilomètres au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk. Les habitants ont ressenti la chaleur de l’explosion à 60 km à la ronde. Les vitres de milliers de bâtiments ont explosé. Un millier de personnes ont été blessées par des éclats.

La météorite avait laissé sa trace après son passage dans le ciel de

ULLSTEIN BILD DTL. VIA GETTY IMAGESLa météorite avait laissé sa trace après son passage dans le ciel de Tcheliabinsk.

« L’aspect positif de Tcheliabinsk est qu’il a déclenché une prise de conscience du grand public et des décideurs publics », dit à l’AFP Detlef Koschny, co-directeur du bureau de défense planétaire de l’Agence spatiale européenne (ESA), représentée par une dizaine de personnes à la conférence.

Combien?

Seuls les astéroïdes dont l’orbite les rapprochera à moins de 50 millions de kilomètres de la Terre nous intéressent. Les astronomes en découvrent tous les jours: plus de 700 déjà cette année, avec un total catalogué de 20 001, a annoncé Lindley Johnson, du bureau de coordination de la défense planétaire à la NASA, créé en 2016.

Parmi les plus risqués, on trouve par exemple un rocher baptisé 2000SG344: 50 mètres environ de diamètre, avec une chance sur 2096 qu’il s’écrase sur Terre d’ici 100 ans, selon l’ESA.

La plupart sont plus petits, mais 942 font plus d’un kilomètre, estime l’astronome Alan Harris, qui a informé l’auditoire que quelques gros astéroïdes se cachaient encore probablement dans le ciel: « La plupart sont garés derrière le Soleil ».

Ce sont principalement des télescopes américains, dans l’Arizona et à Hawaï, qui les détectent.

L’ESA a installé un télescope en Espagne et en prévoit d’autres au Chili et en Sicile. De nombreux astronomes réclament un télescope dans l’espace puisque, depuis la Terre, on ne peut pas voir les objets se trouvant de l’autre côté du Soleil.

Dévier l’astéroïde

L’exercice de cette semaine vise à simuler comment le monde répondrait à la menace. Il faudrait d’abord pointer des télescopes vers l’objet pour calculer précisément sa vitesse et sa trajectoire, les observations initiales étant grossières.

Ensuite, le choix est binaire: dévier l’objet, ou évacuer.

S’il fait moins de 50 mètres, le consensus international est d’évacuer la région susceptible d’être frappée.

Selon Detlef Koschny, deux semaines avant l’impact, on peut prédire le pays touché. Quelques jours avant, la précision est de quelques centaines de kilomètres.

Pour les plus gros objets, l’idée n’est pas d’envoyer une bombe atomique comme dans le film « Armageddon » car cela pourrait créer des morceaux tout aussi dangereux. L’idée consisterait à lancer un appareil vers l’astéroïde pour le dévier… comme une autotamponneuse cosmique.

La NASA testera l’idée sur un vrai astéroïde de 150 mètres, en 2022, avec la mission DART.

Reste le problème politique, dit Romana Kofler, du bureau des affaires spatiales de l’ONU: « Quelle serait l’autorité décisionnaire? »

« Le consensus a été jusqu’à présent de ne pas répondre à cette question », a-t-elle expliqué.

En tout état de cause, le Conseil de sécurité de l’ONU serait saisi mais cela laisse entière la question de savoir si les pays riches financeraient une mission s’ils n’étaient pas eux-mêmes dans la ligne de mire de 2000SG344, ou d’un autre caillou céleste.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Japon vient de bombar­der un asté­roïde à plus de 320 millions de km de la Terre


Le Japon aurait réussit a partir d’une de ses sondes de bombarder un astéroïde dans le but de former un cratère pour faire des analyses plus tard.
Nuage

 

Le Japon vient de bombar­der un asté­roïde à plus de 320 millions de km de la Terre

 

Crédits : JAXA/Ulyces

Par par  Laura Boudoux

C’est la première fois dans l’his­toire de l’hu­ma­nité qu’un pays bombarde un asté­roïde.

Vendredi 5 avril, l’Agence d’ex­plo­ra­tion aéro­spa­tiale japo­naise (JAXA) a annoncé qu’elle venait de frap­per un asté­roïde avec un missile.

La sonde spatiale Haya­bu­sa2, lancée en 2014, a ainsi achevé la dernière phase de sa mission : toucher l’as­té­roïde Ryugu, situé à plus de 320 millions de kilo­mètres de la Terre, avec un petit explo­sif, dans l’es­poir d’y faire un cratère.

« Haya­bu­sa2 fonc­tionne norma­le­ment. Nous four­ni­rons plus d’in­for­ma­tions quand nous aurons confirmé qu’un cratère a bien été formé sur Ryugu », fait savoir la JAXA.

L’im­pact a été immor­ta­lisé par un appa­reil photo déployé par la sonde, et l’image montre bien la pous­sière cosmique soule­vée par la déto­na­tion, indique Mother­board.

Le but du bombar­de­ment de Ryugu était de créer un cratère arti­fi­ciel à la surface de l’as­té­roïde. Haya­bu­sa2 en prélè­vera plus tard un échan­tillon, afin que le sol soit analysé par des scien­ti­fiques sur Terre.

Les recherches pour­raient aider à « clari­fier l’ori­gine de la vie » dans l’uni­vers, selon la JAXA, puisque Ryugu est un asté­roïde extrê­me­ment ancien.

Sources : JAXA / Mother­board

https://www.ulyces.co

Des petits poissons morts le jour où les dinosaures ont disparu ont été retrouvés


Un jour, il y a 66 millions d’années l’astéroïde, une roche de 10 kilomètres de large est tombé sur la Terre et a été responsable de la chute des dinosaures.. Les premiers témoins des poissons qui nageaient tranquillement dans l’océan. Ils ont été retrouvés en Dakota du Nord aux États-Unis.
Nuage
 

 

Des petits poissons morts le jour où les dinosaures ont disparu ont été retrouvés

 

fossile dinosaure

Du verre fondu encore présent dans ce fossile de poissons mort il y a 66 millions d’années environ. Quelques minutes après l’impact de l’astéroïde. Crédits : Robert DePalma

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Une équipe de paléontologues annonce une découverte incroyable. Il s’agit de petits fossiles de poissons, morts quelques minutes après que l’astéroïde ayant entraîné la chute des dinosaures ait frappé la Terre il y a 66 millions d’années.

Une découverte exceptionnelle

Les dinosaures ne sont pas morts en un jour. Mais tout de même, tomber sur des fossiles témoignant de l’un des jours les plus dramatiques de l’histoire de la Terre est une affaire incroyable. Il y a 66 millions d’années, une roche de 10 kilomètres de large percutait la Terre. Des milliards de tonnes de débris projetés en l’air se sont alors, sous l’effet de la chaleur, transformées en roche et en verre fondus, retombant dans l’océan. Certains poissons ont intégré ces matériaux incandescents, avant de se retrouver projetés sur la rive, enfouis sous les sédiments. Ils viennent d’être retrouvés, 66 millions d’années plus tard.

Une équipe de paléontologues annonce en effet avoir déterré les corps de ces victimes dans l’actuel Dakota du Nord (États-Unis). À en juger par la matière contenue dans leur ventre, les chercheurs suggèrent que ces petits poissons sont morts dans les premières heures, voire les premières minutes qui ont suivi l’effondrement de l’astéroïde

« Vous revenez au jour de la mort des dinosaures, explique Timothy Bralower, de la Pennsylvania State University. C’est ce que c’est. C’est le jour où les dinosaures sont morts ».

Le jour de l’impact

Le site fossilifère de Hell Creek est l’un des plus importants de la planète. C’est également l’un des plus étudiés, mais il nous réserve encore quelques surprises. Depuis 2013, des dizaines d’esturgeons et de polyodons fossilisés sont retrouvés, régulièrement, encore recouverts de verre. Hell Creek se trouve peut-être à plus de 3 000 km du cratère Chicxulub, où fut “déposé” l’astéroïde, mais l’impact fut tel que les pluies incandescentes ont eu le loisir de s’abattre bien au-delà. Et ce dans les 15 minutes qui suivirent la catastrophe, suggèrent les chercheurs.

À cette époque, le site de Hell Creek était une vallée fluviale, qui alimentait une mer intérieure reliant l’océan Arctique au golfe préhistorique du Mexique. Selon les chercheurs, des ondes sismiques d’un événement de magnitude 10 à 11 auraient traversé cette mer. On imagine alors ces poissons, nageant tranquillement, ingérer malgré eux (probablement par leurs branchies) la matière incandescente. Mortes, les victimes auraient ensuite été lavées sur les rives par les vagues puis, au rythme des vagues suivantes, se seraient retrouvées peu à peu enterrées dans le limon.

Par chance, ces poissons ont été remarquablement conservés. Ils témoignent aujourd’hui de l’un des événements les plus violents et déterminants de toute l’histoire.

Source

https://sciencepost.fr

Hayabusa 2 a atteint la surface de l’astéroïde Ryugu


Les Japonais, on réussit un coup de maitre. Ils ont réussit à poser une sonde sur une astéroïde quelques secondes pour prélever des échantillons et redécollé pour finir sa mission avant de retourner sur terre dans quelques mois
Nuage

 

Hayabusa 2 a atteint la surface de l’astéroïde Ryugu

 

L'astéroïde Ryugu.

L’astéroïde Ryugu Photo: JAXA

Radio-Canada

Hayabusa 2 a réussi à se poser brièvement sur Ryugu, annonce l’agence spatiale japonaise (JAXA). La sonde devait recueillir un échantillon de quelques milligrammes de matière à la surface de l’astéroïde dans l’objectif de le ramener sur Terre pour l’analyser.

« Nous sommes vraiment soulagés. Nous avons vraiment trouvé le temps long avant l’atterrissage. Cela s’est bien passé, nous sommes très contents », a déclaré un responsable de la mission en conférence de presse, peu après la réception du signal positif de la sonde.

La sonde de 600 kg se trouve à 342 millions de kilomètres de la Terre, ce qui explique les délais et les analyses nécessaires avant de confirmer le succès de ses manoeuvres. Elle est arrivée en juin dernier dans le voisinage de Ryugu, un astéroïde d’un diamètre d’un peu moins d’un kilomètre, après un voyage de trois ans et demi.

« Nous avons confirmé que la sonde s’est bien posée sur Ryugu et nous pensons que nous avons fait un travail parfait », a ajouté un autre membre de la JAXA. « [Hayabusa] est revenue comme programmée à sa position orbitale autour de Ryugu et a envoyé de premières indications qui montrent que le contact avec l’astéroïde a bien eu lieu. »

Représentation artistique de la sonde Hayabusa 2 qui recueille un échantillon de matière sur l’astéroïde Ruygu.

Représentation artistique de la sonde Hayabusa 2 qui recueille un échantillon de matière sur l’astéroïde Ruygu (avec le robot MASCOT). Photo : JAXA

Un prélèvement délicat

La sonde a effectué sa descente, décrite comme délicate et périlleuse, à partir de sa position initiale à 20 km au-dessus de la surface de l’astéroïde. Elle a suivi une petite cible réfléchissante qu’elle avait préalablement lancée à sa surface et qui lui a servi de guide pendant la manoeuvre.

Photographie prise depuis la sonde Hayabusa 2, le 3 octobre, au moment du largage du robot MASCOT sur l’astéroïde Ryugu.

Photographie prise depuis la sonde Hayabusa 2, le 3 octobre, au moment du largage du robot MASCOT sur l’astéroïde Ryugu. Photo : JAXA

Une fois ses roues au sol, un projectile de cinq grammes en tantale métallique a été tiré vers la surface rocheuse à 300 m/s.

Un système de collecte en forme de corne devait ensuite recueillir la matière soulevée. Il reste à confirmer que le tout s’est déroulé comme prévu, ce qui prendra quelques jours.

La sonde n’a touché le sol de l’astéroïde que cinq secondes, pendant lesquelles elle devait prélever quelques centaines de microgrammes de matière. Elle a ensuite redécollé pour se replacer en orbite.

Hayabusa 2 terminera sa mission cet automne et reprendra la direction de la Terre en décembre. Une capsule d’échantillons sera larguée en décembre 2020 et effectuera sa rentrée atmosphérique à une vitesse de 11,6 km/s pour finir sa course en Australie.

Plus accidenté que prévu

Au départ, la JAXA avait prévu recueillir l’échantillon en octobre dernier, mais la surface de l’astéroïde s’est révélée beaucoup plus accidentée que prévu, avec de grosses roches, ce qui rendait difficile de trouver un endroit suffisamment grand et plat pour permettre l’opération.

La surface de l'astéroïde Ryugu.La surface de l’astéroïde Ryugu Photo : JAXA

Les ingénieurs espéraient travailler à partir d’une zone d’environ 100 mètres de diamètre, mais ils ont dû la réduire à six mètres, ce qui demande une grande précision.

Le système de collecte en forme de corne qui s’étend à partir du fond du vaisseau a une longueur de 1 mètre. Il est donc essentiel qu’il n’y ait pas de roches de plus de 50 cm de haut près du site d’atterrissage, afin de réduire les risques d’endommager le vaisseau.

Le saviez-vous?

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Apocalypse : huit scénarios possibles de fin du monde


Un jour ou l’autre, la terre, l’univers n’existerait plus. En attendant, notre bonne vieille terre n’est pas exempté de la fin du monde. Plusieurs scénarios sont possibles. D’ailleurs depuis des siècles, on croit que la fin du monde est proche. Beaucoup ont prophétisé des dates d’expiration de notre monde. Avec les siècles, d’autres possibilités se sont ajoutées, car il n’est pas certain que la fin viendra d’abord de l’espace, mais le facteur humain pourrait en être une des causes.
Nuage

 

Apocalypse : huit scénarios possibles de fin du monde

 

Céline Deluzarche

Journaliste

 

Dans plusieurs milliards d’années, la Terre finira inexorablement absorbée par le Soleil transformé en géante rouge. D’ici là, l’humanité aura certainement disparu depuis bien longtemps. Reste à savoir comment…

Elle devait se produire en 1999. Puis, en 2008 ou en 2012. Peut-être bien, finalement, pour 2060 ? Depuis plusieurs siècles, prophètes et autres gourous prédisent régulièrement la fin du monde. Déluge biblique, invasion d’extraterrestres ou Armageddon, chacun y va de sa théorie fumeuse. Un peu plus élaborés, les films hollywoodiens se montrent aussi très imaginatifs pour détruire l’Humanité, d’Interstellar à La Planète des singes en passant par Le Jour d’après. Il existe pourtant de réelles probabilités de voir l’espèce humaine disparaître précocement. Voici les hypothèses scientifiques les plus sérieuses.

Une superéruption volcanique provoque un hiver permanent

Tous les 100.000 ans environ, se produit une superéruption capable d’annihiler pendant plusieurs années le rayonnement solaire. Des centaines de kilomètres cubes de cendres et de roches sont projetés dans l’atmosphère, plongeant la planète dans un hiver permanent, empêchant toute plante de croître, provoquant des famines et des épidémies. Une trentaine de supervolcans dans le monde seraient susceptibles de provoquer une telle catastrophe. En 2017, des chercheurs de l’Arizona State University ont ainsi averti d’un possible réveil du Yellowstone, aux États-Unis. Toutefois, il est peu probable que le phénomène soit suffisamment massif pour causer l’extinction entière de l’humanité.

Une superéruption se produit tous les 100.000 ans environ. © Marc Szeglat, Unspash

Une superéruption se produit tous les 100.000 ans environ. © Marc Szeglat, Unspash

Une météorite géante

Une météorite géante d’une dizaine de kilomètres de diamètre croise l’orbite terrestre tous les 100 millions d’années environ. Dégageant une énergie équivalente à cinq milliards de fois la bombe d’Hiroshima, une telle collision embrase l’atmosphère à plus de 1.000 °C et entraîne des tsunamisde plusieurs centaines de mètres de hauteur. C’est l’explication la plus communément avancée pour expliquer la fin des dinosaures, il y a 66 millions d’années.

Encore plus dangereux : la désintégration d’une comète géante entraînant une succession de méga-impacts. Rassurez-vous : des experts de la Nasa et de l’ESA planchent d’arrache-pied pour trouver un moyen de dévier les astéroïdes menaçant la planète.

Une météorite géante frappant la Terre embrase l’atmosphère à plus de 1.000 °C et entraîne de gigantesques tsunamis. © James Thew, Fotolia

Une météorite géante frappant la Terre embrase l’atmosphère à plus de 1.000 °C et entraîne de gigantesques tsunamis. © James Thew, Fotolia

Un déclin démographique inexorable ?

Au rythme actuel, il n’y aura plus aucun Japonais en l’an 3000, alertait en 2006 le National Institute of Population and Security Research, dépendant du ministère japonais de la Santé. En cause, un taux de fécondité d’à peine 1,41 enfant par femme. Ce n’est pas le seul pays menacé par l’extinction démographique : la Corée du Sud, dont le taux de fécondité ne dépasse pas 1,26, pourrait aussi disparaître d’ici l’an 2500. En Europe, la Roumanie, la Pologne ou l’Italie sont sur la même pente malgré les politiques natalistes lancées dans ces pays. En 2003, les Nations Unies ont réalisé une estimation de la population mondiale en l’an 2300 : selon la projection d’un taux de fécondité stabilisée, en fourchette basse, elle serait de 2,3 milliards ; en fourchette haute, de 36,4 milliards.

Dans une hypothèse où le taux de fécondité serait gelé au taux constant actuel pour les 3 prochains siècles, ce chiffre serait de… 134.000 milliards ! Mais comment pouvoir se projeter aussi loin, entre implosion et explosion démographique ? Car, c’est aussi faire peu de cas, outre les facteurs culturels, du déclin démographique provenant d’une chute de la fertilité humaine. Une étude de 2017 montrait ainsi que le nombre moyen de spermatozoïdes des hommes dans les pays les plus industrialisés du monde avait chuté de moitié en 40 ans.

Le Japon pourrait disparaître d'ici l'an 3000. © Chris B, Unsplash

Le Japon pourrait disparaître d’ici l’an 3000. © Chris B, Unsplash

Le réchauffement climatique rend la terre invivable

D’ici 2100, la plupart des pays du golfe persique pourraient devenir inhabitables sous l’effet du réchauffement climatique. Selon le MIT, la plaine du nord de la Chine, qui compte la plus grande concentration d’humains de la planète, pourrait, à son tour, devenir coutumière des vagues de chaleurs caniculaires d’ici 2070.

« Avec une température supérieure à 35 °C et un taux d’humidité de 100 % empêchant toute évaporation, les gens meurent en seulement six heures », avancent les chercheurs.

La chaleur atteinte au Pakistan, en Inde ou au Bangladesh pourrait là encore « excéder la capacité de l’organisme humain à survivre sans protection ».

Pourra-t-on loger tous ces futurs migrants en Sibérie ou au Canada ?

Les vagues de chaleur rendront de vastes parties du monde inhabitables. © Thomas Quaritsch, Unsplash

Les vagues de chaleur rendront de vastes parties du monde inhabitables. © Thomas Quaritsch, Unsplash

Une guerre nucléaire généralisée

On compte en 2018 plus de 14.000 armes nucléaires dans le monde, d’après l’organisation Ploughshares Fund. En 2014, une étude de l’Union géophysique américaine a démontré qu’un simple conflit nucléaire régional entre l’Inde et le Pakistan projetterait dans l’atmosphère cinq millions de tonnes de carbone, provoquant une chute généralisée des températures sur la planète et une importante dégradation de la couche d’ozone pouvant conduire à une véritable « famine nucléaire ».

Autant dire qu’une guerre généralisée aurait largement de quoi éradiquer l’humanité. Les conséquences pourraient encore être pires si l’on utilisait des bombes « salées » (ou bombe sale) en cobalt-59, un isotope radioactif capable de rendre la zone frappée inhabitable pendant au moins un siècle. De quoi approuver les partisans d’un désarmement global.

Avec 14.000 armes nucléaires dans le monde, un conflit généralisé pourrait détruire la planète. © twindesigner, Fotolia

Avec 14.000 armes nucléaires dans le monde, un conflit généralisé pourrait détruire la planète. © twindesigner, Fotolia

Une famine mondiale déclenchée par le déclin de la biodiversité

Le déclin dramatique de la biodiversité pourrait à terme constituer une menace pour notre alimentation. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en garde : aujourd’hui, 75 % des aliments de la planète proviennent d’à peine 12 espèces végétales et 5 espèces animales. À peine trois céréales (riz, maïs, blé) produisent à elles seules 60 % des calories et protéines consommées par l’Homme.

Une maladie touchant ces variétés pourrait donc entraîner une famine de grande ampleur. Au XVIIIe siècle, le mildiou avait ainsi décimé les champs de pomme de terres en Irlande, provoquant la mort d’un million de personnes. Dans le domaine de la pêche, de nombreux stocks sont largement surexploités. Il pourrait ne rester plus aucun poisson en Asie-Pacifique d’ici 2048, d’après l’IPBES.

Maladies, monoculture, surpêche : aura-t-on de quoi nourrir l'humanité dans le futur ? © Africa Studio, Fotolia

Maladies, monoculture, surpêche : aura-t-on de quoi nourrir l’humanité dans le futur ? © Africa Studio, Fotolia

Une épidémie incontrôlable

Grand classique des films hollywoodiens, le virus destructeur éradiquant l’humanité en quelques semaines est aussi un des thèmes préférés des conspirationnistes. En mars 2018, l’Organisation mondiale de la Santé a alerté sur une mystérieuse « maladie X », capable de provoquer une pandémie mondiale « jamais vue ».

Cette future maladie pourrait provenir d’un accident de manipulation génétique, d’un acte terroriste ou de la fuite d’un laboratoire, mais elle devrait plus probablement arriver chez l’Homme par une transmission animale, comme le virus Ebola ou la grippe H1N1. Il est toutefois peu vraisemblable qu’un virus parvienne à éradiquer l’ensemble de l’humanité : il n’a, en effet, jamais intérêt à tuer tous les hôtes infectés car, dans ce cas, il ne peut plus se reproduire et continuer son expansion.

Le virus Ebola ou d'autres maladies encore inconnues sont susceptibles de déclencher une pandémie. © Niaid

Le virus Ebola ou d’autres maladies encore inconnues sont susceptibles de déclencher une pandémie. © Niaid

Un bombardement cosmique

La collision entre deux étoiles à neutrons ou l’explosion d’un trou noir produirait de redoutables sursauts gamma. Ces flux massifs de rayons gamma ionisent les molécules de l’atmosphère, détruisant la couche d’ozone. Sans cet écran protecteur, la dose de rayons UVB atteindrait un niveau mortel pour les phytoplanctons, à la base de la chaîne alimentaire et responsable de la moitié de l’activité photosynthétique de la planète.

Un tel sursaut gamma est sans doute à l’origine de la grande extinction de l’Ordovicien, il y a 450.000 millions d’années, où environ 60 % des espèces d’invertébrés marins ont subitement disparu. Encore faut-il qu’un sursaut gamma croise l’orbite de la Terre dans un périmètre suffisamment proche, ce qui reste hautement improbable.

Les sursauts gamma détruisent la couche d'ozone, annihilant toute vie sur Terre. © Nasa

Les sursauts gamma détruisent la couche d’ozone, annihilant toute vie sur Terre. © Nasa

https://www.futura-sciences.com/

Ces scien­ti­fiques veulent construire une station spatiale à l’in­té­rieur d’un asté­roïde


C’est une idée, mais est-il envisageable de penser d’aménager une station spatiale après avoir extrait les minéraux sur un astéroïde ? Peut-être dans plusieurs années ! Est-ce que cela vaut la peine ?
Nuage

 

Ces scien­ti­fiques veulent construire une station spatiale à l’in­té­rieur d’un asté­roïde

 

par  Laura Boudoux

 

Instal­ler une station spatiale au sein d’un immense asté­roïde, c’est le projet de ces astro­phy­si­ciens de l’uni­ver­sité de Vienne.

Ces scien­ti­fiques assurent en effet dans une étude publiée en décembre 2018 que la rota­tion de l’as­té­roïde pour­rait créer une gravité suffi­sante pour rendre possible l’uti­li­sa­tion de maté­riel d’ex­ca­va­tion sur place. L’objec­tif premier serait alors de trans­for­mer l’as­té­roïde en mine, pour en extraire des miné­raux rares, avant de les exploi­ter sur Terre. Et dans un second temps, d’amé­na­ger une station à l’in­té­rieur du corps céleste.

L’ar­gu­ment phare qui pousse ces cher­cheurs à vouloir s’ins­tal­ler à l’in­té­rieur d’un asté­roïde d’au moins 500 mètres sur 390 plutôt qu’à sa surface, c’est que la coque rocheuse de l’objet pour­rait proté­ger la station minière des radia­tions.

« L’ap­pli­ca­tion pratique [de cette théo­rie] dépen­dra fonda­men­ta­le­ment de notre connais­sance de la compo­si­tion, mais aussi de la struc­ture interne du corps du candi­dat », expliquent les astro­phy­si­ciens dans leur étude.

« Si nous trou­vons un asté­roïde suffi­sam­ment stable, nous pour­rions même l’uti­li­ser dans son inté­gra­lité comme une station spatiale », a assuré Thomas Maindl, l’au­teur prin­ci­pal de l’étude. « La fron­tière entre science et science-fiction est ici assez floue », a déclaré le cher­cheur, qui assure que son « intui­tion est qu’il faudra au moins 20 ans avant que l’ex­ploi­ta­tion d’as­té­roïdes ne soit vrai­ment possible. »

Source : arXiv.org

https://www.ulyces.co/