Le Saviez-Vous ► Désinformation : 3 pistes pour éviter les pièges du cerveau


Il est parfois difficile de faire la part des choses et distinguer à coup sûr si une information est vraie ou fausse, surtout sur le web. Certains mensonges reviennent souvent et il y a toujours quelqu’un pour le partager sans faire de vérification. Il devient de plus en plus important de débusquer les fausses nouvelles, car certains ont quand même des conséquences plus ou moins grandes.
Nuage


Désinformation : 3 pistes pour éviter les pièges du cerveau

La recherche scientifique sur les stratégies à adopter pour éviter les biais cognitifs reste très embryonnaire.

Vous êtes déjà tombés dans le piège de la désinformation? Consolez-vous, vous n’êtes pas les seuls!

En fait, 90 % des Canadiens avouent s’être fait prendre par une fausse nouvelle selon un sondage Ipsos publié en février dernier(Nouvelle fenêtre).

Le problème se situe dans nos cerveaux. Comme l’expliquait ma collègue Bouchra Ouatik dans un article publié en juin dernier, depuis la nuit des temps des biais cognitifs guident en partie l’humain dans ses actions et ses prises de décisions.

Au cours des dernières décennies, les chercheurs ont identifié des dizaines de biais de ce genre. En bref, il s’agit de réflexes solidement ancrés dans nos cerveaux. Ces mécanismes inconscients ont été utiles à nos ancêtres de la préhistoire. Ils permettaient des prises de décisions rapides dans un milieu souvent hostile.

Mais ces raccourcis mentaux nous jouent des tours dans la complexité du monde moderne et à l’ère des réseaux sociaux.

Alors, qu’est-ce qu’on fait?

Sachez d’entrée de jeu que, pour l’instant, les pistes de solution sont limitées.

Si l’identification des biais est plutôt acquise, la recherche scientifique sur les stratégies à adopter pour éviter les biais cognitifs chez les humains est très embryonnaire.

Voici tout de même quelques conseils prodigués par Janie Brisson, chercheuse au laboratoire des processus de raisonnement au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

1) Acceptez-le

La première étape n’est simple qu’en apparence : accepter que nous soyons biaisés.

Ça peut être même assez souffrant d’accepter que malgré notre bonne volonté, et malgré qu’on soit conscient de ces biais-là, on puisse quand même avoir un comportement qui est biaisé. Janie Brisson, chercheuse, UQAM

Tout cela requiert donc, selon Mme Brisson, « un effort conscient, un effort d’acceptation pour reconnaître que ça fait partie de la condition humaine. »

2) Gare aux émotions

Sur le web et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, un autre conseil incontournable s’impose : être plus vigilant face aux contenus qui suscitent des émotions.

Tout contexte sensible, émotif, qui vient chercher nos opinions et nos valeurs, ça devrait être une alerte […] quand une nouvelle vient chercher quelque chose de très émotif en nous, il faut être encore plus vigilant au niveau de la vérification des sources. Janie Brisson, chercheuse, UQAM

Méfions-nous donc de nos réactions à ce type de contenus très présents sur les réseaux sociaux, de véritables « pouponnières à biais », selon la chercheuse.

3) « J’aime » : pensez-y deux fois!

Parmi les biais les plus robustes se trouve le biais de vérité illusoire. Il fait en sorte qu’une personne exposée à une information de manière répétée aura tendance à croire cette information même en sachant qu’elle est fausse.

D’où l’importance, quand vous fréquentez les réseaux sociaux, de bien faire vos devoirs avant de cliquer « J’aime » et de partager certaines informations.

Il faut faire très attention de ne pas partager ou cliquer sur « J’aime » sur une information dont on n’a pas vérifié la source parce qu’en le partageant, on fait en sorte que notre entourage est encore plus vulnérable. Il faut protéger notre entourage. Janie Brisson, chercheuse, UQAM

Et les médias dans tout ça? Mme Brisson est d’avis que les médias peuvent parfois nuire à nos efforts pour contourner nos biais cognitifs. Dans la course aux téléspectateurs, aux auditeurs, aux lecteurs ou aux clics se glissent trop souvent des contenus sensationnalistes qui peuvent affecter la capacité de discernement des internautes et ainsi rendre le travail de vérification des faits « un peu plus difficile ».

C’est donc un effort collectif qui s’impose, au-delà de la vigilance de chacun, ajoute-t-elle. Pendant ce temps, une foule de chercheurs à travers le monde travaillent dur pour mieux cerner les moyens qui vous permettront d’éviter les trop nombreux cas de désinformation.

https://ici.radio-canada.ca

Le côté sombre du web, vu par un fondateur de l’ancêtre d’Internet


Qui aurait dit toute l’évolution quand Arpanet a été créer. Les concepteurs étaient loin de se douter des réseaux sociaux, des comportements malveillants. Mais l’optimiste demeure quand même en prenant l’internet comme Olaf Kolkman dit, un adolescent turbulent.
Nuage


Le côté sombre du web, vu par un fondateur de l’ancêtre d’Internet

Un homme tient un rouleau de câbles réseau.

Le professeur Leonard Kleinrock fait partie d’un groupe de chercheurs qui a réussi à faire communiquer à distance un ordinateur avec une autre machine, en 1969.

PHOTO : AFP/GETTY IMAGES / ROBYN BECK

Agence France-Presse

Le 29 octobre 1969, le professeur Leonard Kleinrock et ses collègues de la célèbre UCLA (Université de Californie à Los Angeles) ont fait « parler » un ordinateur avec une autre machine, située dans une région qui allait devenir la Silicon Valley, au sud de San Francisco.

Mais l’enthousiasme des débuts a été entamé par les conséquences néfastes et inattendues de cette innovation – l’ancêtre d’internet.

Je n’avais pas du tout vu venir l’aspect « réseaux sociaux ». Je pensais faire communiquer les gens avec les ordinateurs, ou les ordinateurs entre eux, mais pas les gens entre eux, raconte M. Kleinrock, qui aura 85 ans en juin.

Pour marquer les 50 ans de l’événement, le professeur ouvre un nouveau laboratoire consacré à Internet, censé aider à lutter contre les problèmes imprévus qui ont surgi avec l’adoption du réseau à grande échelle.

Quelque 4 milliards de personnes dans le monde utilisent désormais le réseau, qui, croyait-on, allait apporter l’égalité et la connaissance à la majorité.

En un sens, c’est une invention très démocratique, remarque-t-il.

Mais elle recèle aussi une formule parfaite pour le côté sombre de l’humanité. […] Il y a tellement de choses criées en ligne que les voix modérées se retrouvent noyées et les points de vue extrême, amplifiés, répandant la haine, la désinformation et les abus, constate-t-il.

En tant qu’ingénieurs nous ne pensions pas aux comportements malveillants. Leonard Kleinrock

Un portrait pas totalement sombre

Le nouveau Connection Lab (labo de connexion) de l’UCLA se penchera sur des sujets tels que l’apprentissage automatisé des machines, l’intelligence artificielle, les réseaux sociaux, l’internet des objets ou encore la technologie de chaîne de blocs (blockchain), une base de données décentralisée et sécurisée, qui permet une traçabilité réputée inviolable.

Leonard Kleinrock s’intéresse tout particulièrement à la possibilité d’utiliser la chaîne de blocs pour servir de mesure de confiance.

Les internautes pourraient par exemple savoir, en lisant une critique de restaurant, si son auteur a publié des articles considérés comme fiables jusqu’à présent.

Ce serait comme un réseau de réputations constamment à jour, détaille le professeur. Le défi c’est comment y arriver de manière éthique et responsable. L’anonymat est une arme à double tranchant, évidemment.

Une structure abstraite qui montre le système Blockchain.

Leonard Kleinrock croit que la chaîne de blocs pourrait être très utile pour assurer l’authentification des internautes.

PHOTO : GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO / MATEJMO

Selon lui, dans les premiers temps, la sérénité du réseau n’était contrariée que par des pirates informatiques solitaires.

Alors que désormais les agents perturbateurs comprennent les États-nations, le crime organisé et des corporations puissantes qui font de grandes et mauvaises choses, comme réaliser des profits en portant atteinte au respect de la vie privée.

Leonard Kleinrock regrette le manque de fibre sociale des scientifiques de l’époque, qui n’ont pas anticipé la nécessité d’intégrer des outils d’authentification des personnes et des données, dès la fondation d’Internet.

Nous n’aurions pas évité la face obscure du réseau, mais nous aurions pu en atténuer l’impact que tout le monde ressent bien aujourd’hui.

Il garde tout de même une part d’optimisme. Je crois tout de même qu’au final les aspects positifs l’emportent. Je n’éteindrais pas internet, même si je le pouvais.

Un projet de l’armée américaine

A l’origine, le projet s’appelait Arpanet, du nom de la branche de recherche de l’armée américaine qui le finançait, la Defense Advanced Research Projects Agency, fondée en 1958.

Les ingénieurs avaient trouvé le moyen de transmettre des données par les ordinateurs en les cassant en plusieurs paquets numériques.

Le 29 octobre 1969, un étudiant de UCLA commence à taper le mot « LOG » (connexion), pour établir le lien avec l’ordinateur à distance. La lettre « L » passe, mais la machine plante juste après la lettre « O ».

Du coup le premier message transmis a été « LO », comme dans « Lo and behold » (une expression qui signifie « Et voilà que… »), relate Leonard Kleinrock. Nous n’aurions pas pu mieux rêver comme premier message succinct.

L’Arpanet était né. La création d’internet, elle, reste le sujet de débats brûlants, car c’est le résultat de plusieurs étapes, comme les protocoles d’acheminement des données ou la création du World Wide Web et le système de pages en ligne.

La question à 1 milliard de dollars, c’est quel genre de monstre Internet est-il devenu?, demande Marc Weber, commissaire au Computer History Museum de la Silicon Valley.

Il s’est imposé comme le moyen de communication par défaut des humains, ce n’est pas rien, constate-t-il.

Internet a fait plus de bien que de mal, tempère Olaf Kolkman de l’Internet Society, qui voit dans le réseau de 50 ans un adolescent turbulent.

https://ici.radio-canada.ca/nouv

Combien valent vos données personnelles sur le dark web?


Ces derniers mois, nous avons entendu parler de vol de données de clients dans certaines entreprises. Ces données sont vendues dans le darknet, le côté sombre d’Internet. Tout est a risque, vol d’identité, carte de crédit, même un dossier médical peut devenir notre pire cauchemar.
Nuage


Combien valent vos données personnelles sur le dark web?

Une main tenant un sac d'argent sort d'un écran d'ordinateur.

Les données volées ont une valeur marchande et peuvent servir aux acteurs malveillants, qui les vendent et les achètent dans les recoins du web.

PHOTO : RADIO-CANADA / ÉMILIE ROBERT

Desjardins, Capital One, Cambridge Analytica… Les scandales liés à la protection des données personnelles se multiplient ces dernières années et nos informations sont plus convoitées que jamais. Certains banalisent la situation. « Je n’ai rien à cacher », entend-on souvent. Pourtant, les risques sont sérieux, et vos données ont une valeur marchande dans les recoins du web.

Le chef de la cybersécurité aux Commissionnaires du Québec, Jean-Philippe Décarie-Mathieu, connaît bien cette facette du monde interlope. Voici ses réponses à nos questions sur le sujet.

Ce texte est le premier d’une série d’entrevues avec des experts en cybersécurité sur des enjeux qui vous préoccupent

Radio-Canada Techno : Où se vendent les données personnelles sur le web?

Jean-Philippe Décarie-Mathieu : Ça se fait sur des cryptomarchés accessibles sur les darknets, donc dans des parties cachées du web. On trouve sur ces marchés de l’information volée, des cartes de crédit fraudées, des outils de hacking, de la drogue, des armes et plus. Il existe plusieurs marchés de différentes tailles, un des plus connus étant BerlusconiMarket.

Dans le fond, ces sites sont comme un eBay du crime électronique. Les vendeurs ont des profils et une réputation, ils montrent des fiches de produits. Tu cherches ce que tu veux acheter, et tu as toi-même une réputation en tant qu’acheteur. On paie le vendeur d’une manière qui est difficilement traçable, généralement en utilisant une cryptomonnaie comme bitcoin ou Litecoin.

Quel genre de données personnelles peut-on acheter?

Il y a de tout. On peut par exemple acheter des fullz, un dossier qui représente en quelque sorte l’identité numérique ou l’entièreté des dossiers personnels de quelqu’un.

Il n’y a pas de définition exacte d’un fullz, mais généralement, on parle d’une date de naissance, d’un numéro d’assurance sociale, d’une adresse, d’un numéro de téléphone… Bref, tout ce qui permet de voler l’identité de quelqu’un.

La valeur des fullz a énormément baissé. Il y a deux ans, ça valait environ 800 $ US. L’an dernier, c’était en dessous de 600 $ et présentement, le prix tourne autour de 150 $.

Il y a tellement de fuites de données et d’informations personnelles accessibles sur le web que les prix chutent drastiquement. C’est l’offre et la demande, mais ça reste très peu cher pour une solution clés en main de vol d’identité.

On peut aussi acheter des accès à des comptes de courriel GMail, Yahoo et autres. Ça se vend pour environ 3 dollars américains et c’est aussi considéré comme des fullz, mais plus en matière d’identité numérique. Il y a beaucoup d’informations personnelles là-dedans : on y trouve toutes les communications des gens depuis souvent des années, et tous leurs mots de passe peuvent être réinitialisés à partir de leur compte.

Des prix de données personnelles en dollars américains

Fullz : 50-150 $ (très variable selon la cote de crédit)

Courriel et mot de passe Gmail : 3 $

Accès à un site web bancaire : 100 $

Numéro de carte de crédit avec code CVV : 60 $

Permis de conduire : 400-500 $ pour un permis d’un État américain (moins cher pour les autres pays)

Passeport canadien : 2000 à 5000 $, aussi peu que 15 $ pour un scan

Carte d’assurance maladie du Québec : 200 $

Nouvelle identité complète (incl. documents, etc.) : 46 000 $

* Les prix fluctuent selon les marchés, les vendeurs, la demande et d’autres facteurs. Ces chiffres ne sont que des estimations.

Concrètement, on peut faire quoi avec mes données?

Toutes sortes d’activités criminelles. Commander un téléphone cellulaire pour faire des transactions de drogue illicite, faire une demande pour une carte d’identité qui requiert plus ou moins de vérification… Il y a plein de raisons pour lesquelles les gens se créent une fausse identité.

C’est rare de voir des cas extravagants, comme se faire coller une hypothèque sans le savoir, parce que les compagnies de carte de crédit ont des bons systèmes pour la fraude, bloquent les cartes et remboursent rapidement les victimes.

Souvent, les gens vont ouvrir des nouveaux comptes de cartes de crédit pour acheter des choses, par exemple 200 cartes prépayées Amazon qui sont ensuite revendues ou utilisées. Une fois que le fraudeur se rend au magasin et achète les cartes, la compagnie de crédit remarque que c’est une fraude et désactive la carte de crédit.

Le fraudeur a maintenant 200 cartes-cadeaux Amazon, et pour qu’il se fasse prendre, il faudrait que la compagnie de crédit parle à Amazon pour savoir où il a acheté les cartes, trouver dans quel dépanneur il les a achetées, appeler le dépanneur pour regarder les caméras et voir à quoi ressemble le fraudeur…

Ça marche bien parce que ça se passe dans différents pays, et on ne va pas faire appel à Interpol pour chaque vol de 200 cartes-cadeaux Amazon.

Même juste mon courriel et mon mot de passe, c’est risqué?

Il y a un an, plein de gens ont reçu un courriel qui leur disait qu’on les avait vus se masturber devant leur webcam. Le message montrait leur mot de passe et disait que s’ils n’envoyaient pas X nombre de bitcoins, on enverrait à toute leur famille des enregistrements d’eux en train de se masturber. On appelle ça de la sextorsion.

Deux groupes criminels en Europe de l’Est ont fait des dizaines de millions de dollars avec ça, et toutes les informations qui ont servi à monter ce stratagème provenaient de fuites publiques. Ils ont réussi à créer un modèle de courriel qu’ils ont pu automatiser et ils l’ont envoyé à des millions de personnes en achetant simplement des listes d’adresses courriel avec des mots de passe. C’est simple et c’est super efficace.

Nos données sensibles peuvent-elles être utilisées d’autres façons?

Prenons par exemple une hypothétique fuite de données d’une banque. L’historique de transactions des gens, c’est de l’information qui parle. Si je suis un ex frustré et que je sais que mon ex est dans cette fuite-là, je peux me servir de ces données comme des munitions contre elle.

J’ai vu ça très souvent, des gens qui espionnent leurs ex, quand j’étais à Crypto.Québec. On recevait au moins un courriel par semaine d’une femme qui nous rapportait ça. C’est plus répandu qu’on pense, et je dirais même que c’est un très gros problème.

Si je veux cibler une personne, il y a plein d’information nominative que je peux utiliser contre elle, que ce soit 10 ans de courriels, de l’historique de navigation, ou autre chose comme son inscription à Ashley Madison, le site de rencontres extraconjugales qui a fait l’objet d’une fuite de données en 2016.

Aussi, je ne sais pas pourquoi on n’entend pas trop parler des dossiers médicaux. Dans l’industrie de la santé, les menaces internes, c’est-à-dire des employés qui sortent de l’info à grande pelletée, sont un problème important. Il y a eu plusieurs fuites comme ça aux États-Unis, et ça peut aussi servir à l’extorsion.

L’information médicale, c’est de l’information très sensible. Ça en dit beaucoup sur nous, sur notre famille et sur nos habitudes de vie. C’est de l’information qui peut être utilisée contre nous et sur laquelle on n’a aucun contrôle.

Le grand drame du 21e siècle est que toutes ces données-là, toutes mises ensemble, peignent un portrait très détaillé de quelqu’un. 

Est-ce que des données de base comme le nom, la date de naissance, l’adresse physique et l’adresse courriel d’une personne valent quelque chose?

Monétairement, ça ne vaut rien parce que ça se trouve dans plein de fuites de données des dernières années qui sont accessibles gratuitement. Il y en a tellement eu que des informations qui sont sensibles, mais non confidentielles sont extrêmement faciles à obtenir.

Ce n’est pas ça qui est vendu sur les cyptomarchés, à moins que ce soit, disons, 150 millions d’enregistrements provenant de plusieurs fuites, toutes mises ensemble dans un package deal. On peut facilement créer sa propre base de données comme celle-là, par contre.

Les données personnelles des Canadiens valent-elles plus que celles d’autres pays?

Elles valent moins que celles des Américains, mais tout ce qui est occidental vaut plus que ce qui est oriental. C’est dommage, mais si tu fais affaire avec quelqu’un en Inde, les gens penseront que c’est une arnaque pour plein de raisons et à cause de plein de préjugés.

Et si on parle de documents, c’est une autre histoire. Un passeport américain vaut plus qu’un passeport nicaraguayen. C’est un peu un reflet du statut de la strate géopolitique du vrai monde qui se transpose là-dedans. Si c’est juste des accès, on s’en fout plus.

Est-ce qu’on prend la vente de données personnelles assez au sérieux?

Je dirais que la valeur des données personnelles et l’importance de leur sécurisation ne sont pas prises au sérieux par tout le monde alors que ça devrait l’être.

Ça dort au gaz au gouvernement. Personne ne comprend les enjeux, et même dans la société civile, personne ne prend ça au sérieux quand les données de dizaines de milliers de personnes ont fuité.

C’est toujours l’histoire du je n’ai rien à cacher. Ça ne change rien si on a une vie de comptable ou non; le problème, c’est qu’on n’a aucun contrôle sur nos données.

Les citations ont été éditées à des fins de clarté et de précision.

https://ici.radio-canada.ca//

Internet est rempli d’images d’agressions sexuelles d’enfants, que s’est-il passé?


45 millions d’images et vidéos d’enfants agressés sexuellement diffusées sur des plateformes de dark net. C’est un des pires côtés de le sombre d’Internet. Les enfants sont de plus en plus jeunes et les agressions de plus en plus violentes. Et les pédophiles disent aimer les enfants ! Mon oeil. Ce sont des rapaces de la pire espèce. Avec eux, je serais pour la peine de mort. La prison est un châtiment trop doux.
Nuage


Internet est rempli d’images d’agressions sexuelles d’enfants, que s’est-il passé?


Le dark net et les messageries cryptées facilitent l'échange d'images d'agressions d'enfants | geralt via Pixabay

Le dark net et les messageries cryptées facilitent l’échange d’images d’agressions d’enfants | geralt via Pixabay

Repéré par Nina Pareja

Repéré sur The New York Times

Le New York Times livre une enquête sur l’un des pires aspect du web: la profusion d’images d’agressions sexuelles sur enfants.

L’année dernière, les grandes entreprises de la tech ont compté 45 millions d’images et vidéos d’enfants agressés sexuellement diffusées sur leurs plateformes. Dans une longue enquête pour le New York Times les journalistes Michael H. Keller et Gabriel J.X. Dance, tentent de comprendre pourquoi.

En 2008, alors que le nombre d’images et vidéos signalées n’atteignait pas encore le million, le gouvernement américain votait le «PROTECT Our Children Act» –loi pour «protéger nos enfants»– actant la lutte contre la création et diffusion de ces images. Depuis, elles ont proliféré. Les enquêteurs du Times l’expliquent par un manque de coopération des entreprises de la tech avec les autorités, ces mêmes autorités qui, elles, manquent de moyens humains et financiers.

L’évolution des pédocriminels

Avant internet, les pédocriminels dépendaient du système postal pour échanger des images, aujourd’hui, en quelques clics, des centaines d’images et vidéos peuvent être partagées.

Grâce aux systèmes de messagerie chiffrée ou cryptée et au dark net –partie du web inaccessible via les moteurs de recherche et les logiciels habituels– les échanges les plus immondes sont facilités. Et les pédocriminels, à la pointe de la technologie, connaissent et se transmettent toutes les méthodes pour passer sous le radars des autorités.

Les crimes sont commis sur des victimes de plus en plus jeunes et de manière de plus en plus violente.

«Par le passé, vous ne seriez jamais allé sur le marché noir pour demander « je veux du hard-core avec un gamin de trois ans », explique Yolanda Lippert, une procureure de l’Illinois au New York Times, mais maintenant, vous pouvez être assis, en sécurité, et chercher sur votre ordinateur ce genre de choses, les échanger.»

Sur certains forums, les enfants agressés sont forcés de tenir des panneaux avec le nom du groupe de discussion pour prouver que les images sont «fraîches», expliquent les journalistes.

Le manque de moyens

En 2008, la loi américaine promettait soixante millions de dollars par an pour lutter contre ce fléau. Les bonnes années, la moitié a été débloquée, sachant que le budget initial était déjà insuffisant.

Aujourd’hui, un agent du département de sécurité intérieur (Homeland Security) sur dix travaille sur des cas d’agression sexuelle d’enfants mais «on pourrait être deux fois plus qu’on serait quand même dépassé», confie l’un d’eux au New York Times.

Une autre agent explique devoir tenter de prioriser la lutte. Elle se focalise sur les crimes commis sur les plus jeunes victimes.

Parfois, la coopération avec les grandes entreprises telles que Facebook et Google est complexe. Selon la loi, leur seule obligation est de signaler les contenus aux autorités. Quand il s’agit de maintenir l’échange pour trouver les responsables, la communication est mauvaise. Tumblr étant, d’après l’enquête, de loin le plus mauvais élève.

Facebook et Messenger ont produit les deux tiers des rapports émis l’année dernière (soit 12 millions), pourtant, en mars 2019, son fondateur, Mark Zuckerberg, a annoncé vouloir crypter son service de messagerie. Un changement qui risque de ne pas faciliter le travail de la police.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Quelle est la différence entre le Web et Internet?


Les termes Internet et Web ne sont pas des synonymes. L’un est la structure, un système de réseaux  et l’autre est comme une immense bibliothèque que l’on consulte.
Nuage


Quelle est la différence entre le Web et Internet?


Flickr/CC/WOCinTechChat

  • Par  Lucie Ronfaut

C’est en  en 1989 que Tim Berners-Lee a écrit le premier document qui donnera, plus tard, naissance au Web tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Quand on pense au Web, on imagine généralement nos sites préférés: Facebook, Instagram, Youtube, notre service de mail, des sites d’e-commerce que nous aimons fréquenter… Et, souvent, on pense que le Web est synonyme d’Internet, un autre mot utilisé pour désigner toutes ces activités en ligne. Pourtant, les deux termes désignent deux choses très différentes.

● Internet

Internet est un système de réseaux informatiques reliés entre eux. C’est d’ailleurs de là que vient son nom: Internet est la contraction d’«interconnected network», réseau interconnecté en anglais. Il est la structure qui permet d’envoyer des «paquets» d’informations d’un ordinateur à un autre, grâce à un système complexe d’adresses qui font parvenir ces informations au bon endroit. L’ancêtre d’Internet, baptisé ARPANET, a été inventé par le département américain de la Défense dans les années 1960. Il a d’abord été utilisé à des fins militaires, puis pour faciliter la transmission d’informations entre des universités et des centres de recherche. Internet permet l’utilisation de différentes applications, comme le mail ou le pair à pair, utilisé pour le partage de fichier. Or, l’une de ces applications est justement le World Wide Web.

● Le World Wide Web (ou Web)

On considère généralement que le Web est né en 1989. Il s’agit en fait de la date d’écriture du premier document décrivant ce qui sera appelé, par la suite, le World Wide Web. Son inventeur est Tim Berners-Lee, alors physicien au CERN, le Conseil européen pour la recherche nucléaire. Le Web permet de consulter des pages sur des sites, grâce à des navigateurs adaptés, et via des machines comme des ordinateurs ou des smartphones. Il s’agit un peu d’une immense bibliothèque de documents, qui repose sur les fondations complexes d’Internet. Le Web utilise de nombreuses technologies et protocoles pour être simple d’utilisation. C’est par exemple le cas de l’hypertexte, qui permet d’aller d’un site à un autre en cliquant sur un lien, ou les URL, qui identifient simplement l’adresse d’un site ou d’un contenu.

http://www.lefigaro.fr/

Le Saviez-Vous ► Web : que sont les cookies ? Quels types de données récupèrent-ils ?


Les cookies sur Internet sont malheureusement nécessaires. Acceptés, les cookies permettent le bon fonctionnement du site, nos données personnelles sont codés. Ils permettent de multiple choses dont la publicité. Avec les cookies, ils savent  malheureusement, avec nos recherches ce qui est susceptible de nous intéresser. Sauf que  les sites Internet pourraient être payant sans les publicités. ..
Nuage

 

    Web : que sont les cookies ? Quels types de données récupèrent-ils ?

    par Leila

    Lorsque vous arrivez sur un site web, les messages liés aux cookies s’affichent automatiquement. La majorité des internautes cliquent sur “OK” sans même réellement savoir ce qu’ils acceptent. Pourtant, cette notion est très importante, car elle concerne directement les données personnelles et leur utilisation.

    Un fichier composé de codes

    Sans vous parler des délicieux cookies qui se dégustent, les cookies sur le web sont essentiels au bon fonctionnement de certains sites internet et aux entreprises qui les exploitent. Il s’agit d’un petit fichier texte contenant des codes et désinformations qui sont stockés sur votre ordinateur, tablette ou smartphone lorsque vous naviguez sur un site. Les cookies sont donc inoffensifs. Conformément à la loi, les informations des utilisateurs ne peuvent pas être lues par quiconque avant que ceux-ci acceptent. Attention tout de même, une fois votre consentement donné, il peut être valable jusqu’à 13 mois maximum. Vous pouvez alors gérer vous-même cette configuration lorsque vous acceptez les cookies sur un site internet.

    codage HTML

    Crédits : Unsplash/ Markus Spiske

    Si les antivirus vous signalent parfois la présence de ces cookies, c’est parce qu’ils peuvent devenir dangereux à partir du moment où ils sont lus par des personnes mal intentionnées. Les cookies sont stockés dans les navigateurs sur vos différents appareils. Sur certains d’entre eux comme Chrome et Mozilla, il est possible de les supprimer manuellement. Pour vous assurer de naviguer en toute sécurité et préserver vos données personnelles, des logiciels gratuits ou payantscomme Surfshark permettent de bloquer les publicités, les trackers ou les programmes malveillants.

    Quels types d’informations sont collectées ?

    Les cookies collectent vos données, qui servent à faciliter l’utilisation des sites internet que vous visitez. Il peuvent servir :

    • à faciliter votre authentification (mots de passe pré-enregistrés).

    • A maintenir l’état de votre session (sauvegarde d’un panier sur un site e-commerce).

    • A stocker des informations spécifiques à votre sujet.

    • Ou à régler vos préférences concernant le contenu des pages web.

        Les données recueillies sont donc diverses. Plus concrètement, parmi cette masse d’informations, les cookies sont susceptibles d’enregistrer votre langue préférée, votre localisation, votre tranche d’âge, votre historique de recherches ou encore le type d’appareil sur lequel vous naviguez. Toutefois, la collecte et le traitement de ces données est soumis à des règles strictes, dont le respect est assuré par laCNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des libertés). Par exemple, lorsque des données à caractère personnel sont traitées, elle doivent l’être indépendamment de l’identité des visiteurs (nom, prénom, adresse, etc).

        L’utilisation de vos données

        Les cookies que vous acceptez de transmettre aux différents sites web sont utilisés pour répondre à plusieurs objectifs. Sans eux, les sites internet seraient tous uniformes, et ne pourraient proposer une expérience unique pour chaque visiteur. Par exemple, lorsque vous acceptez les cookies sur un site spécialisé dans la météorologie, vous n’avez normalement pas à indiquer où vous êtes pour que les températures s’affichent pour votre ville.

        La publicité sur les sites web fonctionne également grâce aux cookies. Or sans la publicité, la majorité des sites seraient payants, notamment les sites d’information.

        Vous vous demandez peut-être parfois pourquoi les encarts publicitaires sur les sites et réseaux sociaux affichent des objets pour lesquels vous avez fait des recherches il y a peu. Il s’agit en réalité de ces petits fichiers textes stockés sur votre appareil qui retracent votre historique, qui permettent de cibler vos envies du moment. Lorsque vous bloquez vos cookies, vous empêchez donc la personnalisation de ces publicités.

        Aussi, les données transmises grâce aux cookies permettent aux entreprises de mieux appréhender leur marché. Grâce aux informations des usagers, ils peuvent connaître quelles sont les préférences des clients, et ainsi adapter leurs services par la suite.

        les cookies sur le web

        Crédits : Unsplash

        Contrairement aux idées reçues, les cookies semblent plutôt positifs pour les usagers qui bénéficient d’une utilisation personnalisée du web, propre à chacun. En somme, nous verrions toujours le même type de publicité si les cookies n’existaient pas, même celles que nous ne souhaiterions pas voir…

        Sources : CNIL, Culture Informatique

        https://sciencepost.fr/

      L’anonymat, un fléau qui se répand comme des cloportes


      Personnellement, je suis assez chanceuse de ne pas avoir trop de trolls. Il est vrai que c’est une pollution sur le Web pour ceux et celles qui veulent échanger envers d’autres internautes. Ceux qui insultent, qui disent n’importe quoi pour discréditer, humilier, intimider, ne sont que des personnes qui se cachent sous un pseudo et n’ont pas le courage de vraiment s’identifier
      Nuage

       

      L’anonymat, un fléau qui se répand comme des cloportes

       

      PA ARCHIVE/PA IMAGES

      Claude Aubin
      Policier à la retraite, chroniqueur et auteur

      Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment.

       

      Entre le 15e et le 19e siècle, ceux qui se permettaient de médire ou offenser un autre citoyen pouvaient recevoir la visite de deux témoins l’invitant à se rendre au pré, aux aurores. L’offensé donnait souvent le choix des armes par courtoisie.

      Certains acceptaient les plates excuses, d’autres arrêtaient à la première goutte de sang, alors que le reste ne demandait pas le merci qu’il n’accorderait pas de toute façon. Il en résultait que si l’on offensait quelqu’un, il y avait là une conséquence pouvant être mortelle.

      Certes, nous pouvons aujourd’hui trouver cette pratique barbare, que je considère pour ma part efficace, car nous pouvons toujours croire en une justice civile, bien que déficiente et coûteuse à souhait.

      À une certaine époque, les gens y pensaient à deux fois avant d’y aller de petites vacheries ordinaires et l’honneur n’était pas un vain mot.

      Quand, au 20e siècle, la radio débuta les lignes dites ouvertes au public, presque immédiatement, des cloportes, sangsues et autres bêtes nuisibles, vinrent déverser leur trop-plein de venin sur les ondes. Qui ne se souvient pas d’avoir entendu des paroles mesquines coupées dans leur élan, par un animateur parfois découragé par tant de méchanceté.

      L’anonymat est un fléau qui se répand rapidement.

      Maintenant, ces mêmes cloportes que l’on qualifie de «trolls» envahissent le web sans scrupule. Des gens sous un nom fictif, un pseudonyme, un paravent, s’insèrent tels des serpents pour déverser ce trop-plein de fiel qu’ils ont accumulé. Des gens d’une jalousie maladive, croyant pouvoir détruire l’autre en le rabaissant à leur niveau.

      L’anonymat est un fléau qui se répand rapidement. Il est une façon malsaine d’exprimer un ressentiment, un malaise profond, un grand dépit de n’être qu’un quidam.

      Cet anonymat malsain ressemble en tout point à de l’intimidation. À la différence qu’il vient de peureux et fait plaisir à d’autres peureux. Car, sans conséquence, certains peureux viennent s’agglutiner au premier et renchérissent.

      Ces cloportes chérissent le fait que des blogueurs décident de ne plus écrire. Ces blattes ont l’impression d’avoir gagné et s’en félicitent. Le courage n’est pas l’apanage des anonymes, sinon ils donneraient au moins leur nom.

      Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s’élever, se complait à écraser l’autre.

      Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment. Tout cela sans se compromettre, sans se montrer. Ils attaquent toujours de la même façon, réfléchissant aux moyens à prendre pour arriver à leur fin et, s’ils sont exclus, ils repartent sur un autre pseudonyme. Pour cela, ils ont beaucoup d’imagination.

      Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s’élever, se complait à écraser l’autre. Dommage, les réseaux sociaux devraient être un lieu de rencontre et d’échange, un lieu où tout le monde pourrait donner son idée sans se faire ridiculiser ou écraser.

      Malheureusement dans plusieurs cas, il n’en est rien. Un peu comme pour le téléphone intelligent, l’appareil est aussi intelligent que celui qui le possède. Ce qui est loin de me rassurer.

      Finalement, je plains les anonymes mesquins, ceux qui aiment détruire. Vous faites partie des gens que je ne voudrais jamais avoir pour amis. Hé oui, vous feriez partie de ceux que j’inviterais au pré à l’aube. Un endroit ou l’on séparait les gentilshommes des manants.

      En attendant, je ne peux que vous dire: «je vous souhaite ce que vous méritez», une vieille insulte chinoise.

      https://quebec.huffingtonpost.ca/